Gaston Chaissac
Gaston Chaissac
Gaston Chaissac
Gaston Chaissac
Gaston Chaissac
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Gaston Chaissac

645 vues

Publié le

Chaissac au musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables d'Olonne et expo à Nantes, découverte et travaux d'enfants

Publié dans : Formation
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Découverte de Gaston Chaissac au musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables d'Olonne
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
645
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Un mot sur le musée des Sables d'Olonne Le musée de l'Abbaye Sainte-Croix des Sables d'Olonne a été créé en 1963.Il est réputé pour sa vocation de diffusion de l'art moderne et contemporain. Installé dans une abbaye du XVIIe siècle, fondée par les religieuses bénédictines de Poitiers, le musée occupe 2.500 m² de grandes salles. Un mot sur la vie et l'œuvre de Gaston Chaissac Né à Avallon en 1910, Gaston Chaissac fait l'apprentissage de divers métiers avant de rencontrer en 1937 à Paris, Otto Freundlich et Jeanne Kosnick-Kloss qui l'initient à la peinture. Il expose à Paris pour la première fois en 1939. En 1943, il s'installe avec sa famille à Boulogne en Vendée. En 1948, il s'installe à Sainte-Florence de l'Oie (Vendée) où sa femme est nommée institutrice. Il vit cependant de plus en plus isolé dans une région qui ne lui accorde guère que des sarcasmes. Pourtant l'année de l'installation de sa famille à Vix, en 1961, est celle d'une reconnaissance parisienne. Il meurt trois ans plus tard en 1964 à l'hôpital de La Roche-sur-Yon, dans le dénuement qu'il avait connu toute sa vie.
  • Quelques remarques de Chaissac sur sa peinture : «  La gouache photographiée s'appelle "Le Samouraï" et comme couleur, c'est une de mes réussites. Le fond est ocre jaune, la coquille saint-jacques grenat ainsi que la Virgile à droite qui est surmontée par une boule, la vis de la forme verte dans la partie supérieure, le tête vert clair. Il y a du jaune autre qu'ocre : l'auréole , etc... Il y a aussi des bleus et des mauves. » Lettre de Chaissac à Dubuffet dans les correspondances sous le titre "Hipposbosque au bocage" p. 199 Ed. Gallimard . 1951 « Je sais maintenant qu'un tableau formé par des plans colorés demande une grande habileté pour être construit, et que la couleur, aussi bien que le coloriste qu'on puisse être, ne peut complètement racheter une construction médiocre. » Gaston chaissac
  • Son œuvre est très diversifiée. Il peignait sur toutes sortes de matériaux : peinture, collage (journaux, emballages magazines, bulletins électoraux... à partir de 1961, papiers de tapisseries qu'il utilisa beaucoup par la suite), sculpture...
  • L’exposition prend tout son sens quand on découvre que la femme de Gaston Chaissac, institutrice en Vendée connaissait les activités des Freinet. Le peintre lui-même, lors de la parution en décembre 1959 du premier numéro de Art Enfantin, créée par Elise Freinet, avait envoyé une lettre enthousiaste à celle-ci pour la féliciter. Une lettre à l’en-tête de l’ École Freinet adressée à Chaissac a été retrouvée où il est écrit : “ C’est bien volontiers que nous vous recevrons pour discuter avec vous de toutes ces questions qui vous intéressent et nous intéressent “. L’art à l’école, n’est-il pas effectivement une question récurrente ?
  • Bien d'autres écoles ont leur production, la liste n'est pas exhaustive. On peut remarquer que Chaissac est surtout travaillé à l'école maternelle. Dommage que les primaires ne s'investissent pas suffisamment (peu de sites répertoriés sur internet).
  • ×