SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  17
La signalisation cellulaire dans la
        cellule tumorale




                              Présenté par :
                              ARICHI Bouchra
Plus de 60 milles milliards de cellule composent le corps humain, ce sont
elles qui composent les tissus constituant nos organes :
foie, poumon, cœur , etc. ,,
Lorsque le corps en a besoin, nos cellules se dédoublent, en remplaçant
les cellules en fin de vie ou défaillantes, c qui permet à nos tissus de
conserver, au fil du temps leurs formes et leurs fonctions respectives.
Toutes cellule est donc programmée pour se multiplier ….. et mourir.




Ce programme complexe et ordonné est commandé par le centre
de la cellule .
Le noyau qui reçoit ses ordres de nos gènes à travers l’ADN
contenus dans les chromosomes.
Parfois, certains de ces gènes subissent une altération, le noyau se
transmet alors des ordres anormaux et le cellule se dérègle, elle se
multiplie sans contrôle et devient immortelle.
 Chaque nouvelle cellule réalise comporte le même défaut, les
  cellules prolifèrent de manière anarchique et forment une tumeur.

 Ce processus peut être court mais il est souvent long ; 10 -30 ans
  peuvent séparer la naissance d’une première cellule anormale et
  l’apparition d’une tumeur d’environ 1 centimètre cube.


 Pour suivre la tumeur induit le développement de vaisseau sanguin.

 Ils vont lui fournir de l’oxygène et nutriments qui vont la faire vivre et
  grossir, c’est ce qu’on l’appelle le phénomène d’angiogenèse.

 La tumeur ne devient réellement dangereuse que lorsque les cellules
  cancéreuses commence à s’installer, à travers les vaisseaux, vers les
  zones voisines et s’étendus aux organes alentours.

 Ces cellules peuvent ensuite envahi d’autre parties du corps ou elles
  s’installent, se multiplient et réalisent de nouvelles tumeur ; c’est
  métastase.
Cellule normale




                                                             Mort cellulaire
                    Arrete de la
   Prolifération      division             différentiation


 Cellule tumorale




                                                                Immortelle
                         Cycle        Altération des
  Prolifération       partiellement
    illimitée                            voies de
                        controlé      différentiation
Les facteurs sont multiples et intervient par des
                   proportions variables


 Anomalie génétique héréditaire

 Exposition a certains virus ; HIV, hépatite C, B et D , papillonna virus,
  Epstein-Barr.

 Agents toxiques : produit chimique, rayonnement, soleil.

 Mauvaise hygiène de vie, :alcool , tabac, alimentation riche en
  graisse ,
signaux
                                       La cellule devient
                                       cancéreuse         par
                                       altération d’au moins
                                       un de ces prcessus




                                          Apoptose
Prolifération




                     Différentiation
Initiation       par
 Promotion deQuelque
 Métastases
                             que     soit
 Prolifération l’agent initiateur et les
modifications     de
l’ADN, cellules des
 des mutationsconditions spécifiques
 ces
 des celluleslaau tissu ou à
 cancéreuses
mutations, de sans
 et début
 cancéreuses l’individu, l’évolution du
 à distance
 division         in
modification initiale
                  processus    de     la
morphologique tumorigénèse
 situ, puis non ou
 cellulaire                         sera
fonctionnelle
 invasion dans toujours la même
 contrôlée
décelable          la
cellule
La tumorigénèse résulte de l’accumulation
d’anomalies de signaux ou de voies de signalisation
Des anomalies de communication sont liées à des mutations sur des gènes
essentiels à la survie cellulaire, la découverte de ces gènes vient de l’étude
des cancers d’origine virale.

L’analyse du génome virale comparé de RSV (Rous Sacrome Virus) et ALV
(Avian Leukosis Virus) permet d’expliquer le pouvoir transformant exclusive
de RSV,


Le génome de RSV contient un
gène supplémentaire Src qui code
pour une protéine tyrosine kinase
de 60KDa,
Ce gène confère à lui seul le
pouvoir transformant à RSV,Il n’est
strictement pas impliqué dans la
réplication virale,
La transfection de Src à des
fibroblastes de poulet induit des
sarcomes,


                               Réplication du virus et       Réplication du virus sans
                                transformation de la           transformation de la
                                    cellule hôte                   cellule hôte
D’où vient ce gène intégré au génome viral
              mais inutile pour le cycle viral ??

Hypothèse : cet oncogène a été capturé par les virus au cours de l’évolution lors
des passages sur des cellules hôtes,

Cette hypothèse a été largement
 vérifiée et a donné naissance au
concept de proto-oncogène.
On appelle proto-oncogènes les
 gènes de cellules normales dont
 sont issus les oncogènes viraux.
Ce sont des gènes extrêmement
 conservés au cours de l’évolution et qui assurent des fonctions centrales dans la
communication cellulaire normale
Leur intégration dans le génome viral conduit à une expression ou à une
régulation anormale qui est à l’origine du processus tumoral.

Un exemple d’activation d’un proto-oncogène (Raf) par intégration dans le
génome viral avec perte de la partie régulatrice de la protéine normale.
Les oncogènes sont donc des formes activées des proto-oncogènes.


        Les mécanismes d’activation des proto-oncogènes :
                 3 mécanismes pour les activer :
On a depuis mis en évidence un très grand nombre d’oncogènes qui ont tous
  des fonctions importantes dans les cellules normales et dont l’activité est
                   modifiée dans les cellules tumorales.
La mise en évidence des anti-
                          oncogènes


 Une hybridation somatique entre cellules normales et tumorales produit
  des cellules non tumorigènes.

 Il existe dans le génome de la cellule normale des informations qui
  permettent de «supprimer» le phénotype tumoral »

 L’identification initiale des gènes suppresseurs de tumeur vient de
  l’analyse de cancers rares ayant des formes sporadiques et
  congénitales : p. ex. le rétinoblastome

 Le gène Rb, suppresseur de tumeur, est un gène récessif qui doit être
  doublement muté pour être inactivé.

 Le gène p53, est un autre gène suppresseur de tumeur très important,
Aujourd’hui dans le monde 25 milliards de personnes vivent avec le cancer,
7 milliards en meurent, la maladie représente la première cause de mortalité avant
65 ans.
Le cancer du poumon est le plus répondu suivie par le cancer du sein, colorectal
, estomac et prostate.

Les moyens pour lutter contre le cancer existe, ces traitement sont souvent
complémentaires s’utilisent seuls ou en association selon le type du cancer et son
environnement.

Ces traitement permettent soit d’éliminer la tumeur et guérir le patient dans les stades
précoces, soit a l’image d’une maladie chronique de contrôler son développement.
Ces traitement sont sous trois natures :

Chirurgie : consiste à ôter la tumeur, partiellement ou a la totalité

Radiothérapie : expose la tumeur des rayonnements pour empêcher la multiplication
des cellules malades et entraîner leurs destructions.

Chimiothérapie : consiste de l’administration de substance médicamenteuse pour
détruire les cellules cancéreuses ou empêcher leur prolifération quelle que soit leur
localisation.
Jusqu'à présent la chimiothérapie et la radiothérapie sur les cellules
cancéreuses mais aussi sur certaines cellules saines ce qui
explique leurs effets secondaire.


Mais aujourd’hui la meilleure connaissance des caractéristique des
cellules cancéreuses permet de développer des thérapeutiques
qui ciblent plus spécifiquement les mécanismes de développement
du cancer.


La recherche du Sanofi-aventis est d’ordre et déjà présente dans la
plupart de ces axes pour attaquer le cancer sur tous les fronts.
Schéma résume les signaux dans une cellule tumorale
Signalisation cellulaire

Contenu connexe

Tendances

Grossesse extra utérine Dr Bocoum Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum  AmadouGrossesse extra utérine Dr Bocoum  Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum AmadouDr AMADOU BOCOUM
 
Interprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogrammeInterprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogrammeDr Riyadh Essefi
 
247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérieEgn Njeba
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguëMehdi Razzok
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -ssuser402aa2
 
Anatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power pointAnatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power pointRachid Marouf
 
APPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).ppt
APPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).pptAPPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).ppt
APPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).pptNajiImad
 
Cancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgCancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgesf3
 
CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)
CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)
CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)Claude EUGENE
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueothmaneBenrokhrokh
 
Systeme endocrinien
Systeme endocrinienSysteme endocrinien
Systeme endocrinienMehdi Razzok
 
tumeur bénigne et maligne
tumeur bénigne et malignetumeur bénigne et maligne
tumeur bénigne et maligneimma-dr
 
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uriCas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uriimma-dr
 
Biochimie clinique
Biochimie clinique Biochimie clinique
Biochimie clinique S/Abdessemed
 
PCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réel
PCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réelPCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réel
PCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réelNadia Terranti
 

Tendances (20)

Grossesse extra utérine Dr Bocoum Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum  AmadouGrossesse extra utérine Dr Bocoum  Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum Amadou
 
Interprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogrammeInterprétation de l'hémogramme
Interprétation de l'hémogramme
 
247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Le sang
Le sangLe sang
Le sang
 
Leishmanioses
LeishmaniosesLeishmanioses
Leishmanioses
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
 
Anatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power pointAnatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power point
 
Toxoplasmose
ToxoplasmoseToxoplasmose
Toxoplasmose
 
APPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).ppt
APPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).pptAPPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).ppt
APPAREIL URINAIRE IDE V2 (1).ppt
 
Cancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mgCancer du sein 2010, mg
Cancer du sein 2010, mg
 
Cancer gastrique
Cancer gastriqueCancer gastrique
Cancer gastrique
 
CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)
CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)
CHOLANGITE SCLEROSANTE PRIMITIVE (Signes, diagnostic, traitement)
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
ImmunothéRapie En CancéRologie
ImmunothéRapie En CancéRologieImmunothéRapie En CancéRologie
ImmunothéRapie En CancéRologie
 
Systeme endocrinien
Systeme endocrinienSysteme endocrinien
Systeme endocrinien
 
tumeur bénigne et maligne
tumeur bénigne et malignetumeur bénigne et maligne
tumeur bénigne et maligne
 
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uriCas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uri
 
Biochimie clinique
Biochimie clinique Biochimie clinique
Biochimie clinique
 
PCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réel
PCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réelPCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réel
PCR : Polymerase chain reaction : classique et en temps réel
 

En vedette

Lapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZBLapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZBARICHI Bouchra
 
Minecraft
MinecraftMinecraft
Minecraftjoatt
 
Smart Energy City - Energy Day
Smart Energy City - Energy DaySmart Energy City - Energy Day
Smart Energy City - Energy DayThe Smart Company
 
2014 mai séminaire_42
2014 mai séminaire_422014 mai séminaire_42
2014 mai séminaire_42Louinis Boudaa
 
Production des ac recombinant
Production des ac recombinantProduction des ac recombinant
Production des ac recombinantsidra sisa
 
Suivi formation drlll
Suivi formation drlllSuivi formation drlll
Suivi formation drlllLouise Roy
 
Recepteurs hormonaux et mecanisme daction
Recepteurs hormonaux et mecanisme dactionRecepteurs hormonaux et mecanisme daction
Recepteurs hormonaux et mecanisme dactionkillua zoldyck
 
Dyslipoprotéinémies
DyslipoprotéinémiesDyslipoprotéinémies
DyslipoprotéinémiesAhmed Chami
 
Gestion des antithrombotiques
Gestion  des antithrombotiquesGestion  des antithrombotiques
Gestion des antithrombotiquesDr Bassem Jerbi
 
Les Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine Biotechnologique
Les Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine BiotechnologiqueLes Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine Biotechnologique
Les Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine BiotechnologiqueQuality Assistance s.a.
 
Sémiologie cutanée
Sémiologie cutanéeSémiologie cutanée
Sémiologie cutanéedastane
 
Lésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologieLésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologielaamlove
 
Climate Change And The Philippines
Climate Change And The PhilippinesClimate Change And The Philippines
Climate Change And The Philippinesmeih
 
lésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologielésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologielaamlove
 

En vedette (20)

Lapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZBLapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZB
 
Test
Test				Test
Test
 
Minecraft
MinecraftMinecraft
Minecraft
 
Smart Energy City - Energy Day
Smart Energy City - Energy DaySmart Energy City - Energy Day
Smart Energy City - Energy Day
 
Philippines - climate change act 2009 - ccc
Philippines - climate change act 2009 - cccPhilippines - climate change act 2009 - ccc
Philippines - climate change act 2009 - ccc
 
2014 mai séminaire_42
2014 mai séminaire_422014 mai séminaire_42
2014 mai séminaire_42
 
Production des ac recombinant
Production des ac recombinantProduction des ac recombinant
Production des ac recombinant
 
Suivi formation drlll
Suivi formation drlllSuivi formation drlll
Suivi formation drlll
 
Recepteurs hormonaux et mecanisme daction
Recepteurs hormonaux et mecanisme dactionRecepteurs hormonaux et mecanisme daction
Recepteurs hormonaux et mecanisme daction
 
Pharmacologie Moléculaire
Pharmacologie Moléculaire Pharmacologie Moléculaire
Pharmacologie Moléculaire
 
Dyslipoprotéinémies
DyslipoprotéinémiesDyslipoprotéinémies
Dyslipoprotéinémies
 
Gestion des antithrombotiques
Gestion  des antithrombotiquesGestion  des antithrombotiques
Gestion des antithrombotiques
 
Les Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine Biotechnologique
Les Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine BiotechnologiqueLes Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine Biotechnologique
Les Impuretés dans les Principes Actifs d'Origine Biotechnologique
 
Sémiologie cutanée
Sémiologie cutanéeSémiologie cutanée
Sémiologie cutanée
 
tous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonauxtous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonaux
 
Causes of air pollution
Causes of air pollutionCauses of air pollution
Causes of air pollution
 
Lésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologieLésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologie
 
Climate Change And The Philippines
Climate Change And The PhilippinesClimate Change And The Philippines
Climate Change And The Philippines
 
lésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologielésions elementaires en dermatologie
lésions elementaires en dermatologie
 
les anticorps monoclonaux
les anticorps monoclonaux les anticorps monoclonaux
les anticorps monoclonaux
 

Similaire à Signalisation cellulaire

prédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptx
prédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptxprédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptx
prédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptxchaiammar99
 
11-1_Antitumoraux.pdf
11-1_Antitumoraux.pdf11-1_Antitumoraux.pdf
11-1_Antitumoraux.pdflaila968202
 
Immunologie des cancers 2019
Immunologie des cancers 2019Immunologie des cancers 2019
Immunologie des cancers 2019selma sakhri
 
Oncogenes & oncogenese
Oncogenes & oncogeneseOncogenes & oncogenese
Oncogenes & oncogenesehind henzazi
 
anapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.ppt
anapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.pptanapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.ppt
anapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.pptAutomNe1
 
Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010
Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010
Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010Francelymphomeespoir
 
Esposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdf
Esposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdfEsposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdf
Esposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdfElisée Samuel SOHOUNGBLE
 
souris transgéniques10000000000000000000
souris transgéniques10000000000000000000souris transgéniques10000000000000000000
souris transgéniques10000000000000000000hibasadiki377
 
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012cac_mougins
 
Bio205 cour 4 - m1 longevite-2010 (1)
Bio205   cour 4 - m1 longevite-2010 (1)Bio205   cour 4 - m1 longevite-2010 (1)
Bio205 cour 4 - m1 longevite-2010 (1)Gerson Mendoza Avalos
 
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueLes études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueAhmed Dellaa
 
ConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuretConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuretvguili
 
L'immunothérapie en cancérologie
L'immunothérapie en cancérologieL'immunothérapie en cancérologie
L'immunothérapie en cancérologieRéseau Pro Santé
 
Mémoire de dea
Mémoire de deaMémoire de dea
Mémoire de deaSebDuprat
 
Revue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiques
Revue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiquesRevue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiques
Revue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiquesGeneviève David
 
Cancer Exposé
Cancer  ExposéCancer  Exposé
Cancer ExposéHouria2
 

Similaire à Signalisation cellulaire (20)

prédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptx
prédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptxprédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptx
prédispositions-génétiques-au-cancer-final.pptx
 
Les tumeurs
Les tumeursLes tumeurs
Les tumeurs
 
11-1_Antitumoraux.pdf
11-1_Antitumoraux.pdf11-1_Antitumoraux.pdf
11-1_Antitumoraux.pdf
 
Immunologie des cancers 2019
Immunologie des cancers 2019Immunologie des cancers 2019
Immunologie des cancers 2019
 
Oncogenes & oncogenese
Oncogenes & oncogeneseOncogenes & oncogenese
Oncogenes & oncogenese
 
anapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.ppt
anapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.pptanapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.ppt
anapath3an-generalites_tumeurs2019bensaci.ppt
 
Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010
Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010
Bertrand Nadel : prix du jeune chercheur 2010
 
CMC chapitre 5 réduit
CMC chapitre 5 réduitCMC chapitre 5 réduit
CMC chapitre 5 réduit
 
Esposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdf
Esposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdfEsposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdf
Esposé de Elisée le Jeune Informaticien sur La Transgénèse.pdf
 
souris transgéniques10000000000000000000
souris transgéniques10000000000000000000souris transgéniques10000000000000000000
souris transgéniques10000000000000000000
 
Esposé samuel sur la transgénèse.pdf
Esposé samuel sur la transgénèse.pdfEsposé samuel sur la transgénèse.pdf
Esposé samuel sur la transgénèse.pdf
 
Esposé samuel sur la transgénèse.pdf
Esposé samuel sur la transgénèse.pdfEsposé samuel sur la transgénèse.pdf
Esposé samuel sur la transgénèse.pdf
 
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012Therapie ciblee   dr benjamin hoch - 23 11 2012
Therapie ciblee dr benjamin hoch - 23 11 2012
 
Bio205 cour 4 - m1 longevite-2010 (1)
Bio205   cour 4 - m1 longevite-2010 (1)Bio205   cour 4 - m1 longevite-2010 (1)
Bio205 cour 4 - m1 longevite-2010 (1)
 
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueLes études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
 
ConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuretConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuret
 
L'immunothérapie en cancérologie
L'immunothérapie en cancérologieL'immunothérapie en cancérologie
L'immunothérapie en cancérologie
 
Mémoire de dea
Mémoire de deaMémoire de dea
Mémoire de dea
 
Revue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiques
Revue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiquesRevue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiques
Revue des recommandations éthiques dans le contexte des études génomiques
 
Cancer Exposé
Cancer  ExposéCancer  Exposé
Cancer Exposé
 

Signalisation cellulaire

  • 1. La signalisation cellulaire dans la cellule tumorale Présenté par : ARICHI Bouchra
  • 2. Plus de 60 milles milliards de cellule composent le corps humain, ce sont elles qui composent les tissus constituant nos organes : foie, poumon, cœur , etc. ,, Lorsque le corps en a besoin, nos cellules se dédoublent, en remplaçant les cellules en fin de vie ou défaillantes, c qui permet à nos tissus de conserver, au fil du temps leurs formes et leurs fonctions respectives. Toutes cellule est donc programmée pour se multiplier ….. et mourir. Ce programme complexe et ordonné est commandé par le centre de la cellule . Le noyau qui reçoit ses ordres de nos gènes à travers l’ADN contenus dans les chromosomes. Parfois, certains de ces gènes subissent une altération, le noyau se transmet alors des ordres anormaux et le cellule se dérègle, elle se multiplie sans contrôle et devient immortelle.
  • 3.  Chaque nouvelle cellule réalise comporte le même défaut, les cellules prolifèrent de manière anarchique et forment une tumeur.  Ce processus peut être court mais il est souvent long ; 10 -30 ans peuvent séparer la naissance d’une première cellule anormale et l’apparition d’une tumeur d’environ 1 centimètre cube.  Pour suivre la tumeur induit le développement de vaisseau sanguin.  Ils vont lui fournir de l’oxygène et nutriments qui vont la faire vivre et grossir, c’est ce qu’on l’appelle le phénomène d’angiogenèse.  La tumeur ne devient réellement dangereuse que lorsque les cellules cancéreuses commence à s’installer, à travers les vaisseaux, vers les zones voisines et s’étendus aux organes alentours.  Ces cellules peuvent ensuite envahi d’autre parties du corps ou elles s’installent, se multiplient et réalisent de nouvelles tumeur ; c’est métastase.
  • 4. Cellule normale Mort cellulaire Arrete de la Prolifération division différentiation Cellule tumorale Immortelle Cycle Altération des Prolifération partiellement illimitée voies de controlé différentiation
  • 5. Les facteurs sont multiples et intervient par des proportions variables  Anomalie génétique héréditaire  Exposition a certains virus ; HIV, hépatite C, B et D , papillonna virus, Epstein-Barr.  Agents toxiques : produit chimique, rayonnement, soleil.  Mauvaise hygiène de vie, :alcool , tabac, alimentation riche en graisse ,
  • 6. signaux La cellule devient cancéreuse par altération d’au moins un de ces prcessus Apoptose Prolifération Différentiation
  • 7. Initiation par Promotion deQuelque Métastases que soit Prolifération l’agent initiateur et les modifications de l’ADN, cellules des des mutationsconditions spécifiques ces des celluleslaau tissu ou à cancéreuses mutations, de sans et début cancéreuses l’individu, l’évolution du à distance division in modification initiale processus de la morphologique tumorigénèse situ, puis non ou cellulaire sera fonctionnelle invasion dans toujours la même contrôlée décelable la cellule
  • 8. La tumorigénèse résulte de l’accumulation d’anomalies de signaux ou de voies de signalisation
  • 9. Des anomalies de communication sont liées à des mutations sur des gènes essentiels à la survie cellulaire, la découverte de ces gènes vient de l’étude des cancers d’origine virale. L’analyse du génome virale comparé de RSV (Rous Sacrome Virus) et ALV (Avian Leukosis Virus) permet d’expliquer le pouvoir transformant exclusive de RSV, Le génome de RSV contient un gène supplémentaire Src qui code pour une protéine tyrosine kinase de 60KDa, Ce gène confère à lui seul le pouvoir transformant à RSV,Il n’est strictement pas impliqué dans la réplication virale, La transfection de Src à des fibroblastes de poulet induit des sarcomes, Réplication du virus et Réplication du virus sans transformation de la transformation de la cellule hôte cellule hôte
  • 10. D’où vient ce gène intégré au génome viral mais inutile pour le cycle viral ?? Hypothèse : cet oncogène a été capturé par les virus au cours de l’évolution lors des passages sur des cellules hôtes, Cette hypothèse a été largement vérifiée et a donné naissance au concept de proto-oncogène. On appelle proto-oncogènes les gènes de cellules normales dont sont issus les oncogènes viraux. Ce sont des gènes extrêmement conservés au cours de l’évolution et qui assurent des fonctions centrales dans la communication cellulaire normale Leur intégration dans le génome viral conduit à une expression ou à une régulation anormale qui est à l’origine du processus tumoral. Un exemple d’activation d’un proto-oncogène (Raf) par intégration dans le génome viral avec perte de la partie régulatrice de la protéine normale.
  • 11. Les oncogènes sont donc des formes activées des proto-oncogènes. Les mécanismes d’activation des proto-oncogènes : 3 mécanismes pour les activer :
  • 12. On a depuis mis en évidence un très grand nombre d’oncogènes qui ont tous des fonctions importantes dans les cellules normales et dont l’activité est modifiée dans les cellules tumorales.
  • 13. La mise en évidence des anti- oncogènes  Une hybridation somatique entre cellules normales et tumorales produit des cellules non tumorigènes.  Il existe dans le génome de la cellule normale des informations qui permettent de «supprimer» le phénotype tumoral »  L’identification initiale des gènes suppresseurs de tumeur vient de l’analyse de cancers rares ayant des formes sporadiques et congénitales : p. ex. le rétinoblastome  Le gène Rb, suppresseur de tumeur, est un gène récessif qui doit être doublement muté pour être inactivé.  Le gène p53, est un autre gène suppresseur de tumeur très important,
  • 14. Aujourd’hui dans le monde 25 milliards de personnes vivent avec le cancer, 7 milliards en meurent, la maladie représente la première cause de mortalité avant 65 ans. Le cancer du poumon est le plus répondu suivie par le cancer du sein, colorectal , estomac et prostate. Les moyens pour lutter contre le cancer existe, ces traitement sont souvent complémentaires s’utilisent seuls ou en association selon le type du cancer et son environnement. Ces traitement permettent soit d’éliminer la tumeur et guérir le patient dans les stades précoces, soit a l’image d’une maladie chronique de contrôler son développement. Ces traitement sont sous trois natures : Chirurgie : consiste à ôter la tumeur, partiellement ou a la totalité Radiothérapie : expose la tumeur des rayonnements pour empêcher la multiplication des cellules malades et entraîner leurs destructions. Chimiothérapie : consiste de l’administration de substance médicamenteuse pour détruire les cellules cancéreuses ou empêcher leur prolifération quelle que soit leur localisation.
  • 15. Jusqu'à présent la chimiothérapie et la radiothérapie sur les cellules cancéreuses mais aussi sur certaines cellules saines ce qui explique leurs effets secondaire. Mais aujourd’hui la meilleure connaissance des caractéristique des cellules cancéreuses permet de développer des thérapeutiques qui ciblent plus spécifiquement les mécanismes de développement du cancer. La recherche du Sanofi-aventis est d’ordre et déjà présente dans la plupart de ces axes pour attaquer le cancer sur tous les fronts.
  • 16. Schéma résume les signaux dans une cellule tumorale