À l’occasion de Diaconia (service de la fraternité)              et du Carême,le CCFD propose de réfléchir sur le service ...
Le serviceTout le monde rend en permanence des services ….ou en bénéficie.Les formes sont multiples :    Citer quelques   ...
Service : évolutiondu latin servire, être esclaveservus = esclave (serf au Moyen âge)Le service était assimilé, dans la so...
Service : évolutionEt le Christ dit précisément à ses disciples quil nest pasvenu pour être servi, mais pour servir et don...
Servir ne signifie pas que lon sengage à faire lesquatre volontés des autres, à tout moment et quellesquelles soient.Pour ...
01 Avant la fête de la Pâque, sachant que lheure était venue pourlui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé l...
09 Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement lespieds, mais aussi les mains et la tête ! »10 Jésus lui dit :...
Lavement des piedsLe lavement des pieds est-il un service ?Oui, mais au sens biblique de ce terme.Contexte culturel :La tr...
Que signifie le lavement des pieds ?C’est un geste d’esclave.Cest une opération que des serviteurs réalisent,mais seul le ...
linvitation à un repas signifie que linvité estaccepté, digne dêtre reçu par son hôte. Lesdisciples se considèrent ainsi c...
Le lavement des pieds est un geste difficile à comprendre, difficile à accepter et difficile à imiter.Et pourtant, si n...
Le quatrième Évangile (Jean) plutôt que de décrire lesigne du pain et du vin, raconte le signe du lavement despieds ! Il s...
Pour Jean, le sacrement de lautel doit toujours êtreinterprété et vécu comme le sacrement du frère : lacélébration euchari...
Dailleurs, cest cet amour pour tous, et surtout pour lesplus petits, qui le conduira à la Croix : les chefs religieuxde so...
Le « signe » du lavement des pieds signifie l’amourde Jésus pour les disciples, il dit le sens de toute lavie de Jésus, y ...
La présence de Judas introduit dans le signe dulavement des pieds une dimension d’abnégationtotale, dimension du « jusquau...
Étape 1 -- 5mnServir nos frères les humains à   l’image du      Christ.     Lecture   Jean13,1-15 Contemplation    pour so...
Trois attitudes de Jésus   La figure de Jésus.1 - Ouverture2 - Accueil                                       Étape 23 - Se...
Trois attitudes de Jésus                  La figure de Jésus.1 - Ouverture« Dès lors, je vous ai lavéles pieds, moi, le Se...
Service du pouvoirAvec ces deux titres de Maître et Seigneur, Jésusreconnaît et affirme sa légitime autorité.En même temps...
Service du pouvoirPour que ce don reste vraiment un don, il doit êtredonné, mis au service des autres, là où nouspouvons a...
Le geste du lavement de pieds nest pas un rite depurification, cest un geste damour. Ici, Jésus se donne àses disciples co...
Trois attitudes de Jésus                   La figure de Jésus.       2 - Accueil « Jésus lui répondit : "Si je ne te lave ...
Pour vaincre la résistance de Pierre, Jésus faitappel à la liberté humaine.Si je ne te lave pas, tu nas pas de part avec m...
Se laisser laver par Jésus signifie se laisser sauverpar Lui, accepter ce salut, c’est passer del’autosuffisance à l’humil...
Trois attitudes de Jésus                      La figure de Jésus.      3 - Service« Jésus se lève detable, pose sonvêtemen...
Le lavement des pieds, cest une coutume que lonfaisait pour lhôte quon accueille dans sa maison etque l’on considère comme...
Geste difficile à comprendreAutant le lavement des pieds peut avoir un sens avant lerepas, autant il est choquant au milie...
Quand Dieu sert, quand il nous sert, quand il lave lespieds de sa créature, il révèle le fond de son cœur.C’est le Fils de...
L’eauPensons au soulagement des marcheurs quandleurs pieds sont dans leau, surtout sil fait chaud.Cette eau cest celle du ...
Trois attitudes de Pierre   La figure de Pierre.1 - Surprise2 - Blocage3 – Consentement
Trois attitudes de Pierre                 La figure de Pierre.1 - Surprise   « Toi, Seigneur,   me laver les   pieds ! » É...
Jésus se lève, il quitte le cercle de ses amis. Il quittemême son vêtement et se dépouille ainsi de satunique de maître. E...
Dieu qui se met à genoux devant un humain : cen’est pas possible !!Comment ne pas protester comme Pierre devant ungeste do...
Trois attitudes de Pierre                 La figure de Pierre.    2 - Blocage  « me laver les  pieds à moi !  Jamais ! »  ...
Geste difficile à accepterPierre juge selon les normes humaines et refused’accueillir ce geste d’abaissement qui va àl’enc...
Ce passage révolutionne limage que nous nousfaisons de Dieu (les miracles, tels que larésurrection de Lazare, sont des sig...
On se construit facilement des dieux à notre mesurequi empêchent d’être frère en vérité et decomprendre ce que le Seigneur...
Quelle place laissons-nous à l’autre dans notrevie?Sommes-nous assez attentifs aux besoins matérielset spirituels de ceux ...
Trois attitudes de Pierre                     La figure de Pierre. 3 – Consentement « Alors, Seigneur, non pas seulement l...
Me laisser aimer et laver par un Dieu qui s’agenouilledevant moi; faire l’expérience de me laisser aimer,d’être l’objet pr...
Un geste anormal, un geste paradoxal qui renverseles rôles, un geste scandaleux, comme en témoignela réaction de Pierre ! ...
Je suis appelé                                   Et MOI ?« Vous devez vous aussi vouslaver les pieds les uns desautres, ca...
Comment allons-nous « rembourser » un tel gested’amour ?Jésus ne nous demande pas de lui laver les pieds enretour jusquà l...
Si le Christ ne nous lave pas, nous n’aurons ni ledésir, ni la force de nous laver les pieds les uns auxautres. Nous pourr...
« Vous aussi, vous devez vous laver les pieds lesuns aux autres ».Combien peu nous savons le faire !Pourquoi cela ?En tout...
Une seconde raison pour laquelle nous répondons sipeu à ce que le Seigneur nous demande : nous nesommes pas toujours dans ...
L’obligation porte ici non pas simplement sur l’acteprécis de laver les pieds, mais sur le comportementbeaucoup plus étend...
Nous n’aimons pas « être en dette »Et au bout du compte, est-ce encore une dette ?Nest-ce pas plutôt un dépôt damour quil ...
Je désire que vous fassiez tous de même et que vous serviezvos frères et vos sœurs. Que vous soyez évêque, prêtre oulaïc, ...
3ème étape20 mn             Se mettre en petit groupe de 3 ou 4 personnesChacun est juste invité à dire (5 sens)Ce qu’il a...
Étape 410 à 40 mn    Service et partenariatLe ccfd qui nous a proposé de réfléchir sur leservice en nous donnant comme mod...
Pratique de la solidarité et de la charité en EgliseSi l’on s’en réfère à l’Enseignementsocial de l’Eglise, l’aide doit pe...
"Je vous invite à accomplir un travail déducation à tous les niveaux : Jeunes et adultes ont à découvrir que la solidarité...
Une solidarité sans assistanatLes groupes de personnes aidées (sans être assistées), leCCFD (service d’Eglise) les appelle...
On en auraf ait ducheminensemble !!
Les partenaires sont des acteurs de développement, desgroupes organisés dhommes et de femmes au sein dessociétés civiles q...
Être partenaireC’est traiter d’égal à égal, c’est accepter de recevoir, ne pasimposer, respecter , faire alliance …Ces aff...
Bon carêmeÀ compléter avec une vidéo sur les difficultés d’accès aux semences par les petits            paysans dans le ca...
Carême2013 lavementdespieds
Carême2013 lavementdespieds
Carême2013 lavementdespieds
Carême2013 lavementdespieds
Carême2013 lavementdespieds
Carême2013 lavementdespieds
Carême2013 lavementdespieds
Carême2013 lavementdespieds
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Carême2013 lavementdespieds

298 vues

Publié le

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Carême2013 lavementdespieds

  1. 1. À l’occasion de Diaconia (service de la fraternité) et du Carême,le CCFD propose de réfléchir sur le service Sources : « Vivre le carême 2013 » édité par le CCFD (pages 20 et suivantes)
  2. 2. Le serviceTout le monde rend en permanence des services ….ou en bénéficie.Les formes sont multiples : Citer quelques exemplesService …. public social restauration client militaire personnel civique funèbre à domicile liturgique du pouvoir médical Etc. ….
  3. 3. Service : évolutiondu latin servire, être esclaveservus = esclave (serf au Moyen âge)Le service était assimilé, dans la société gréco-romaine, àune activité servile, cest‑ à-dire réservée aux esclaves.La conception judéo-chrétienne a modifié profondément lanotion de service, elle l’a valorisé et l’a élevé à la plus hautedignité dès la société de lAncien Testament.Celui-ci appelle « serviteurs de Yahvé » des personnagesappelés à accomplir des missions en son nom.Isaïe, dans ses Chants du serviteur, annonce, sous ce nom, leMessie.
  4. 4. Service : évolutionEt le Christ dit précisément à ses disciples quil nest pasvenu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie pourla multitude (Mt 20,28 ; Mc 10,45).Pour ces raisons, la notion de service a revêtu dans lesÉglises chrétiennes une haute signification, toute fonction yétant considérée comme un service à la fois de Dieu et deshommes.On parle du « service de la Parole », du « service de laMission », du « plus haut service», etc.Le mot service est également utilisé au sein des Églises dansson sens courant dorganisation chargée dune fonctiondéterminée.
  5. 5. Servir ne signifie pas que lon sengage à faire lesquatre volontés des autres, à tout moment et quellesquelles soient.Pour alimenter notre réflexion sur le service le CCFDnous invite à méditer sur le « lavement des pieds »(Jn13) Lecture du passage sur le lavement des pieds
  6. 6. 01 Avant la fête de la Pâque, sachant que lheure était venue pourlui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé lessiens qui étaient dans le monde, les aima jusquau bout.02 Au cours du repas, alors que le démon a déjà inspiré à JudasIscariote, fils de Simon, lintention de le livrer,03 Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, quilest venu de Dieu et quil retourne à Dieu,04 se lève de table, quitte son vêtement, et prend un linge quil senoue à la ceinture ;05 puis il verse de leau dans un bassin, il se met à laver les piedsdes disciples et à les essuyer avec le linge quil avait à la ceinture.06 Il arrive ainsi devant Simon-Pierre. Et Pierre lui dit : « Toi,Seigneur, tu veux me laver les pieds ! »07 Jésus lui déclara : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pasmaintenant ; plus tard tu comprendras. »08 Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais !» Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu nauras point depart avec moi. »
  7. 7. 09 Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement lespieds, mais aussi les mains et la tête ! »10 Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on napas besoin de se laver : on est pur tout entier. Vous-mêmes,vous êtes purs, ... mais non pas tous. »11 Il savait bien qui allait le livrer ; et cest pourquoi il disait :« Vous nêtes pas tous purs. »12 Après leur avoir lavé les pieds, il reprit son vêtement et seremit à table. Il leur dit alors : « Comprenez-vous ce que jeviens de faire ?13 Vous mappelez Maître et Seigneur, et vous avezraison, car vraiment je le suis.14 Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé lespieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les unsaux autres.15 Cest un exemple que je vous ai donné afin que vousfassiez, vous aussi, comme jai fait pour vous.
  8. 8. Lavement des piedsLe lavement des pieds est-il un service ?Oui, mais au sens biblique de ce terme.Contexte culturel :La tradition juive voulait que les pieds de lhôte soient lavés,lorsque celui-ci entrait chez quelquun. Cétait au serviteur leplus humble de la maison quincombait cette tâcheparticulièrement ingrate, car si seuls les plus pauvresmarchaient pieds nus, les sandales les plus courantes étaienttrès aérées et laissaient aussi passer largement la poussière.Imaginer létat des pieds de votre visiteur après plusieursheures de marche...
  9. 9. Que signifie le lavement des pieds ?C’est un geste d’esclave.Cest une opération que des serviteurs réalisent,mais seul le maître peut la décider.Le maître de maison qui fait laver les pieds de sesinvités leur signifie que sa résidence est la leur, quetout ce qui est à lui est à eux.On a les pieds lavés quand on est soi-même le maître de la demeure ou bien quand on est un invité de marque que lemaître par ce geste rend son égal.
  10. 10. linvitation à un repas signifie que linvité estaccepté, digne dêtre reçu par son hôte. Lesdisciples se considèrent ainsi comme des amis duSeigneur et le Seigneur les reçoit comme ses égaux.Dieu accueille lhomme comme son égal ! Telle est laloi de lamitié.
  11. 11. Le lavement des pieds est un geste difficile à comprendre, difficile à accepter et difficile à imiter.Et pourtant, si nous ne le comprenons pas, nous nel’accepterons pas et si nous ne l’acceptons pas,nous ne l’imiterons pas, malgré la demande deJésus.Jean souligne d’abord tout ce qu’il y ad’extraordinaire dans cette scène en la faisantprécéder du rappel de la préscience du Christ, Jésusest pleinement conscient de sa destinée, il saitpourquoi il pose ce geste et pour qui il le fait.
  12. 12. Le quatrième Évangile (Jean) plutôt que de décrire lesigne du pain et du vin, raconte le signe du lavement despieds ! Il semble que ce choix ait été motivé par uneurgence ressentie dans lÉglise à la fin du 1 er siècle : lacélébration eucharistique ne peut pas être un ritedétaché dune pratique cohérente de lamour et leservice pour les frères !Lévangéliste veut ainsi réactualiser le message delEucharistie en rappelant que si elle n’est pas• service,• don de la vie pour lautre,• amour jusquà la fin,……… elle nest quun rite.
  13. 13. Pour Jean, le sacrement de lautel doit toujours êtreinterprété et vécu comme le sacrement du frère : lacélébration eucharistique et le service concret,quotidien envers le frère, sont comme les deux facesd’une même réalité.Par son comportement envers les malades, lespécheurs, les exclus, par ses actes en faveur desplus défavorisés et de tous ceux qui imploraient sonsecours, par ses discours aux foules et à travers sesparaboles, Jésus na cessé de dire cette priorité delamour et du service.
  14. 14. Dailleurs, cest cet amour pour tous, et surtout pour lesplus petits, qui le conduira à la Croix : les chefs religieuxde son temps nont pu tolérer que le salut dun exclupasse avant le respect du sabbat... Lexemple, cest celuidu « jusquau bout » de lamour : Jésus-Dieu se met àgenoux, par amour. Et Jésus nous demande cette mêmedouceur envers tout homme : pas de service sansrespect, pas de service sans tendresse.
  15. 15. Le « signe » du lavement des pieds signifie l’amourde Jésus pour les disciples, il dit le sens de toute lavie de Jésus, y compris le « jusquau bout » de lacroix.Ce « signe » a donc un sens « sacramentel », nonpas comme désignant un sacrement parmi d’autres,mais en tant que le sacrement est rencontre deJésus qui sauve.
  16. 16. La présence de Judas introduit dans le signe dulavement des pieds une dimension d’abnégationtotale, dimension du « jusquau bout » qui ne s’ytrouverait pas si tous les bénéficiaires étaientbienveillants.L’amour de Jésus se révèle totalement désintéresséface à la haine, un amour proprement divin.Le signe du lavement des pieds n’est pas seulementun exemple éthique ou un mode d’emploi de la vieen Eglise ; il a une valeur théologique. Il estrévélation du mode de vie de Dieu, de la manièred’être de Dieu, de l’Être de Dieu.Jésus révèle Dieu dans ce geste.
  17. 17. Étape 1 -- 5mnServir nos frères les humains à l’image du Christ. Lecture Jean13,1-15 Contemplation pour soi, en silence, de l’image
  18. 18. Trois attitudes de Jésus La figure de Jésus.1 - Ouverture2 - Accueil Étape 23 - Service 30 mn
  19. 19. Trois attitudes de Jésus La figure de Jésus.1 - Ouverture« Dès lors, je vous ai lavéles pieds, moi, le Seigneuret le Maître … » Tête inclinée Genou à terre Soumis, serviteurLe Christ à genoux devant Pierre n’est-il pas aussi devantmoi ?Le Christ ne nous interroge-t-il pas sur notre propre posturepour aider au relèvement ?
  20. 20. Service du pouvoirAvec ces deux titres de Maître et Seigneur, Jésusreconnaît et affirme sa légitime autorité.En même temps, il en propose le sens .… en semettant à genoux.Comme les biens matériels, nos pouvoirs sont endéfinitive des dons dont nous sommes appelés àuser pour le bien commun, au service de nos frèresdans la communauté chrétienne comme dans lacommunauté humaine.
  21. 21. Service du pouvoirPour que ce don reste vraiment un don, il doit êtredonné, mis au service des autres, là où nouspouvons agir et ainsi permettre que « les hommesvoient nos bonnes œuvres et rendent gloire à Dieunotre Père.»Chacun de nous est appelé à vivre cet effacementqui permet aux autres de grandirJésus nous montre que cest dans la nature mêmede Dieu de servir et de renoncer à ses droits(n’est-ce pas un des points qui nous tient éloigné de Dieu ?) .Pour Dieu ce désir de servir est le reflet le plus fidèlede lamour....selon Dieu
  22. 22. Le geste du lavement de pieds nest pas un rite depurification, cest un geste damour. Ici, Jésus se donne àses disciples comme dans leucharistie; il na dailleurspas fait autrement tout au long de sa vie.Par ce geste, Jésus, comme toujours, redonne énergie,force, courage et espérance pour vivre.
  23. 23. Trois attitudes de Jésus La figure de Jésus. 2 - Accueil « Jésus lui répondit : "Si je ne te lave pas, tu ne peux pas avoir part avec moi" » Position du corps pour mieux recevoirÀ travers sa posture, quel type de relation Jésus cherche-t-ilà construite avec moi ? avec mes frères ?Cette attitude résonne-t-elle en moi, dans ma vie, monexpérience ?
  24. 24. Pour vaincre la résistance de Pierre, Jésus faitappel à la liberté humaine.Si je ne te lave pas, tu nas pas de part avec moi.Quelle est cette part ?Essentiellement lamitié de Jésus.Lamitié réclame quon accepte le service. Pierre doitcomprendre que cest à travers le service dulavement des pieds quil faut laisser passer letémoignage de lamitié que les disciples se doiventles uns aux autres.Le geste damour est autant recevoir que donner.
  25. 25. Se laisser laver par Jésus signifie se laisser sauverpar Lui, accepter ce salut, c’est passer del’autosuffisance à l’humilité, reconnaître son besoind’être purifié constamment, ce qui n’est pas un aveufacile, ni agréable.Le refus de Pierre est aussi le nôtre. On ditvolontiers à Jésus : « Je ne suis pas sale », ou bien« Je puis me laver tout seul ». Il n’est certes pas plusfacile pour nous que pour Pierre de nous laisserlaver par Jésus. Et pourtant, il nous fait la mêmeréponse qu’à Pierre, réponse insistante, menaçantemême : « Si je ne te lave pas, tu n’auras point de partavec moi. »
  26. 26. Trois attitudes de Jésus La figure de Jésus. 3 - Service« Jésus se lève detable, pose sonvêtement et prend unlinge dont il se ceint. » Porter un tablier blanc, laver purifier les pieds de Pierre,En quoi laver les pieds est-il un service ? De quelles blessures l’eau peut-elle nous guérir ?
  27. 27. Le lavement des pieds, cest une coutume que lonfaisait pour lhôte quon accueille dans sa maison etque l’on considère comme son égal.Mais cétait quelque chose dhumiliant pour celui quilavait les pieds.• Ce nétait pas le maître de maison qui le faisait,• même pas son esclave juif qui le faisait,• seulement un esclave étranger.Celui quils appellent maître deviendrait-il lesclave,lesclave le plus bas de léchelle sociale ?Jésus est-il un Messie juif ou un esclave païen ?
  28. 28. Geste difficile à comprendreAutant le lavement des pieds peut avoir un sens avant lerepas, autant il est choquant au milieu d’un repas defête.Jésus accomplit le geste de l’esclave : il est venu pourservir et non pour être servi (Mc 10, 45)..Il se dépouille lui-même de ses vêtements.Sur la croix, il sera dépouillé par d’autres.Comme un esclave, il : se met aux pieds de ses disciples, se fait petit et vulnérable.
  29. 29. Quand Dieu sert, quand il nous sert, quand il lave lespieds de sa créature, il révèle le fond de son cœur.C’est le Fils de Dieu qui lave les pieds souillés deshumains.Le Seigneur accepte le service de l’esclave etl’accomplit …Dieu est à nos pieds pour que nous soyons avec lui,en lui, comme lui.
  30. 30. L’eauPensons au soulagement des marcheurs quandleurs pieds sont dans leau, surtout sil fait chaud.Cette eau cest celle du baptême, dont laspersionsignifie :le lavement des péchés,lamour de Dieuet la vie donnée en abondance, une vie nouvelle,une nouvelle naissance.
  31. 31. Trois attitudes de Pierre La figure de Pierre.1 - Surprise2 - Blocage3 – Consentement
  32. 32. Trois attitudes de Pierre La figure de Pierre.1 - Surprise « Toi, Seigneur, me laver les pieds ! » Étonnement de Pierre de voir le Christ se pencher sur lui, se soucier de luiPourquoi c’est étonnement chez Pierre d’où vient-il ?Suis-je aussi surpris(e), dérangé(e) par la charité expriméepar d’autres à mon égard ?
  33. 33. Jésus se lève, il quitte le cercle de ses amis. Il quittemême son vêtement et se dépouille ainsi de satunique de maître. En se baissant pour laver lespieds de ses disciples, il sabaisse pour faire unetâche réservée aux esclaves. Pierre ne peut pasimaginer que Dieu aille aussi loin ! Dieu, plus basque lhomme ! Tel est lamour qui va jusquau boutde lamour.Imaginer la scène, la personne que vous respectezle plus dans votre entourage (un ami, un prof, unpasteur, votre père,...) qui lors dune rencontre avecvous se met à vous laver les pieds ????
  34. 34. Dieu qui se met à genoux devant un humain : cen’est pas possible !!Comment ne pas protester comme Pierre devant ungeste dont on ne perçoit pas le sens ?Peut-on accepter un geste, même si cest un gestedamour sil est empreint dambiguïté ?Nous-mêmes combien de fois reculons-nous ousommes-nous mal à laise dans ce genre desituation.On se dit : quy-a-t-il derrière ? Que va-t-il nousdemander ? Je vais avoir une dette envers lui ….On a du mal à croire à un geste damour gratuit.
  35. 35. Trois attitudes de Pierre La figure de Pierre. 2 - Blocage « me laver les pieds à moi ! Jamais ! » Le corps, les mains de Pierre disent la blessure, la fragilitéÀ quoi me font penser les mains vides de Pierre ?Qu’est-ce que l’attitude corporelle de Pierre peut nous dire ?
  36. 36. Geste difficile à accepterPierre juge selon les normes humaines et refused’accueillir ce geste d’abaissement qui va àl’encontre de l’image qu’il se fait de son Maître.Mais, il y a plus encore dans ce refus : il necomprend pas le geste de Jésus, parce qu’il necomprend pas la Passion, qui reste pour lui unscandale. Pierre ne voulait pas accepter que Jésusle sauve ; il prétendait même sauver lui-même Jésus: « Je donnerais ma vie pour toi » (Jn 13, 37).Cette incompréhension le conduira au reniementprédit par Jésus (v. 38).
  37. 37. Ce passage révolutionne limage que nous nousfaisons de Dieu (les miracles, tels que larésurrection de Lazare, sont des signes qui attestentque Jésus est Fils de Dieu, mais " nous nousattendons " à de tels prodiges de la part de Dieu, parcontre laver les pieds de ses disciples estincroyablement plus surprenant).Nous croyons en un Dieu glorieux, majestueux etsaint...et nous faisons bien, mais lidée que nousavons de ces attributs est déformée. Nous nevoyons pas Dieu tel quil est.....
  38. 38. On se construit facilement des dieux à notre mesurequi empêchent d’être frère en vérité et decomprendre ce que le Seigneur souhaite vraiment denous : servir concrètement nos frèresLes disciples discutaient entre eux pour savoir quiétait le plus grand. C’est un réflexe qui empoisonnenos relations humaines.Jésus les reprend alors ainsi : « Celui qui veut êtrele premier, qu’il soit le dernier et le serviteur detous. »
  39. 39. Quelle place laissons-nous à l’autre dans notrevie?Sommes-nous assez attentifs aux besoins matérielset spirituels de ceux qui nous entourent ?Demandons-nous au Seigneur de nous remplir deson amour pour qu’il puisse agir concrètement àtravers nous ?
  40. 40. Trois attitudes de Pierre La figure de Pierre. 3 – Consentement « Alors, Seigneur, non pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête. » Pierre choisi de se laisser faireÀ quoi Pierre renonce-t-il en se laissant faire ?Est-ce qu’il m’arrive de me laisser faire ?
  41. 41. Me laisser aimer et laver par un Dieu qui s’agenouilledevant moi; faire l’expérience de me laisser aimer,d’être l’objet premier de cette miséricorde divine.L’homme refuse de se laisser « délivrer », de se fairelibérer de lui-même par l’amour qui pousse Jésus àla mort. Il entend ne devoir qu’à lui-même son être etsa vie ! Il éprouve comme profondément vexant d’enêtre redevable à l’amour d’un autre.Voilà la suprême dignité : être suffisammentdétaché du souci de soi, de son ego, pour pouvoirprendre le risque de l’agenouillement.
  42. 42. Un geste anormal, un geste paradoxal qui renverseles rôles, un geste scandaleux, comme en témoignela réaction de Pierre ! Pourtant, précisément de cettemanière, Jésus raconte Dieu, il l« évangélise », ausens où il rend Dieu « bonne nouvelle » pour nous.Deux actions différentes, deux gestes sacramentels,deux scènes qui disent la même réalité : Jésus offresa vie et, librement et par amour, il va vers sa morten se faisant esclave (le supplice de la Croix était réservé auxesclaves).Si lÉglise veut être lÉglise du Seigneur, cest ainsiquelle doit faire : rompre le pain, offrir le vin, laverles pieds dans lassemblée des croyants et danslhistoire des hommes
  43. 43. Je suis appelé Et MOI ?« Vous devez vous aussi vouslaver les pieds les uns desautres, car c’est un exempleque je vous ai donné : ce quej’ai fait pour vous, faites-levous aussi. »Seigneur, tu nous invite àsuivre ton exemple et à faireà autrui ce que tu fais pournous.Prendre un instant pour me sentir concerné, me laissertoucher par ce que je vois et ce que j’entends.
  44. 44. Comment allons-nous « rembourser » un tel gested’amour ?Jésus ne nous demande pas de lui laver les pieds enretour jusquà la fin des temps.Il ne nous demande pas de laver les pieds de sesstatues pour la fin des temps.Mais il nous demande de nous laver les pieds lesuns des autresOn nous rend un service, on le « remboursera » enrendant service, pas forcément à celui qui nous arendu service, mais en rendant service à dautres.
  45. 45. Si le Christ ne nous lave pas, nous n’aurons ni ledésir, ni la force de nous laver les pieds les uns auxautres. Nous pourrons nous laver les pieds les unsaux autres seulement si nous partageons le paineucharistique qui nous unit tous en seul corps,puisque nous participons à un même pain.C’est seulement lavés et purifiés de notre égoïsmepar Jésus eucharistique que nous trouverons laforce de suivre l’exemple de Jésus.
  46. 46. « Vous aussi, vous devez vous laver les pieds lesuns aux autres ».Combien peu nous savons le faire !Pourquoi cela ?En tout premier lieu, parce que nous manquonsd’amour pour nos frères, d’un amour vrai quis’oublie soi-même pour ne penser qu’au bien desautres. Nous sommes souvent indifférents auxmanquements de nos frères et sœurs ; cetteindifférence est un manque d’amour selon Dieu
  47. 47. Une seconde raison pour laquelle nous répondons sipeu à ce que le Seigneur nous demande : nous nesommes pas toujours dans un état convenable pourle faire. Si nous n’avons pas laissé le Seigneur lavernos pieds, nos cœurs demeurent plus ou moinssous l’influence des choses qui nous enchaînent ; ilnous est alors impossible d’aller laver les pieds denotre frère.
  48. 48. L’obligation porte ici non pas simplement sur l’acteprécis de laver les pieds, mais sur le comportementbeaucoup plus étendu dont cet acte n’est que lesymboleGeste à ne pas prendre à la lettre, mais au sérieux.
  49. 49. Nous n’aimons pas « être en dette »Et au bout du compte, est-ce encore une dette ?Nest-ce pas plutôt un dépôt damour quil a fait ennous, un stock damour quil a déposé dans noscœurs, pour nourrir, fournir, offrir aux autres delamour, en nayant jamais peur den manquer nipour nous, ni pour les autres.Un dépôt qui ne peut de toutes façon jamaissépuiser puisque dautres me feront des gestesdamour,Un dépôt qui ne peut de toutes façons jamaissépuiser puisque qui accepte mon amour fait aussiun geste damour en le recevant, et donc me donneaussi de lamour,
  50. 50. Je désire que vous fassiez tous de même et que vous serviezvos frères et vos sœurs. Que vous soyez évêque, prêtre oulaïc, vous devez servir tous ceux qui sont dans le besoin.Rappelez-vous : je me suis identifié à toute personne quisouffre. Donc en servant le plus petit de vos frères ou la pluspetite de vos sœurs, c’est moi que vous servez. Je vous veuxtous humbles et disposés à secourir tous ceux qui sont dansla besoin.
  51. 51. 3ème étape20 mn Se mettre en petit groupe de 3 ou 4 personnesChacun est juste invité à dire (5 sens)Ce qu’il a VU Ce qu’il a ENTENDU Ce qu’il a SENTI La parole de Dieu qu’il a GOUTÉE Ce qu’il a TOUCHÉ
  52. 52. Étape 410 à 40 mn Service et partenariatLe ccfd qui nous a proposé de réfléchir sur leservice en nous donnant comme modèle le« lavement des pieds », nous indique que sesrelations avec les pauvres s’inspirent de ce passagede l’Évangile en pratiquant le « partenariat »Ce mode opératoire est commun aux organismeshumanitaires et caritatifs de l’Eglise
  53. 53. Pratique de la solidarité et de la charité en EgliseSi l’on s’en réfère à l’Enseignementsocial de l’Eglise, l’aide doit permettre, àterme, aux bénéficiaires (personnes oupeuples) non d’être assistés mais d’êtreaidés à se prendre en charge et à avoirprise sur leur avenir « lève toi etmarche » (deviens autonome …mêmes’il te faut une béquille)
  54. 54. "Je vous invite à accomplir un travail déducation à tous les niveaux : Jeunes et adultes ont à découvrir que la solidarité à légard des plus démunis ne doit pas faire de ceux-ci des assistés, mais quelle doit permettre (aux personnes comme) "à tous les peuples de devenir eux-mêmes les artisans de leur destin" (Paul VI _ Populorum progressio, n. 65).« à trop se pencher sur les pauvres on tombedessus et on les écrase. » Joseph Wresinski La bontépeut alors devenir pire que la malveillance.
  55. 55. Une solidarité sans assistanatLes groupes de personnes aidées (sans être assistées), leCCFD (service d’Eglise) les appelle des « Partenaires »Dans le contexte de la solidarité internationale sasignification est proche de celle qu’on emploie pour uncouple : constitué de deux partenaires, tout à la foisautonomes et solidaires. C’est la rupture radicale avec lamentalité coloniale et avec le paternalisme. IL s’agit, tout enétant étroitement solidaires les uns des autres, d’agir enaidant l’autre à devenir responsable de son propre devenir,dans le respect mutuel le plus absolu.
  56. 56. On en auraf ait ducheminensemble !!
  57. 57. Les partenaires sont des acteurs de développement, desgroupes organisés dhommes et de femmes au sein dessociétés civiles qui prennent des initiatives, qui souhaitentprendre en charge leur destin, transformer leurs réalités.Le partenariat se définit comme une association active dedifférents intervenants qui, tout en maintenant leurautonomie, acceptent de mettre en commun leurs efforts envue de réaliser un objectif commun.Le partenariat consiste à se solidariser au destin des pluspauvres en soutenant leurs actions
  58. 58. Être partenaireC’est traiter d’égal à égal, c’est accepter de recevoir, ne pasimposer, respecter , faire alliance …Ces affirmations à considérer son hôte comme du égal.Laver les pieds c’est quels passages du texte sonlavement des pieds, à quelles situations que nousJésus pour ne pas « dominer » se met à genouxvenons de découvrir ensemble me font-elles penser ?Il veut nous sauver, Il mendie notre amourC’est offrir une aide pour faire grandir, rendre heureux, sesentir responsable de l’autre« Si je ne te lave pas, tu nauras point de part avec moi. »C’est laisser du tempsCe que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tardtu comprendras
  59. 59. Bon carêmeÀ compléter avec une vidéo sur les difficultés d’accès aux semences par les petits paysans dans le cadre de la sécurité alimentaire (12mn)

×