Tours d’eau chimie et protection du public contre la légionellose

454 vues

Publié le

Qui a l'expertise pour appliquer des biocides dans une tour d'eau afin de protéger le public? Les activités impliquent:

sélection des biocides
dosage
application
quand?
ou?
fréquence
interractions

Publié dans : Sciences
2 commentaires
1 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
454
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
2
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Résumé
     
    PA Côté: concept de gestion du risque appliqué aux systèmes des TAR: HACCP, ASHRAE 188
     
    L'éclosion de L. pneumophila de Québec 2012 était préventable, la désinfection des TARs mené par la DSP a été largement inefficace et l'implication obligatoire de chimistes aurait minimisé sinon éliminé le risque d'éclosion majeure. Celle-ci est maintenant sur wikipedia pour la postérité. Elle a affecté la santé et la vie de plusieurs. Mais aussi l'industrie touristique et sa réputation au niveau international. Un cas chez un touriste aurait mis Québec sur une autre liste : celle de ceux qui suivent 'travel-associated legionella' dont EWGLI.    La meilleure façon de réduire l'exposition est de minimiser la production d'aérosol. Lorsque l'eau passe à travers le flux d'air dans une tour d'eau il y a bionébulization et potentiel de diffusion de pathogènes causant des pneumonies. L'installation d'un éliminateur de microgouttelettes à très haute efficacité permet de réduire cette exposition d'au moins 2 logs pour environ 500$. Cette mesure n'a pas été appliquée bien que ce soit la 1er recommandation de la norme du CTI. Quand à la validation selon le protocole du CTI de l'efficacité de la stratégie d'élimination des microgouttelettes elle n'est pas appliquée, n'est pas mentionnée spécifiquement dans les recommandations de la RBQ ni dans le règlement. Cet aspect relève du génie mécanique. Certains ont affirmé durant la formation que la 'vapeur' d'eau est visible et donc que si un panache important est visible au dessus d'une tour cela ne signifie pas qu'il y a un emportement important. La 'vapeur' est de l'eau évaporée qui est sous forme gazeuse. Elle n'est pas visible à l'oeil nu. Elle peut condenser ce qui la rend liquide et visible. Cette notion élémentaire de chimie est très mal comprise. C’est l’eau emportée qui peut contenir des pathogènes. Celle qui est évaporée n’en contient pas.   Un des points critiques de contrôle est le dosage de biocide. La vaste majorité des installations commerciales et institutionnelles ont une ou des déficiences graves à ce niveau. Révisons ensemble rapidement les étapes pour ce faire:le volume du réseau
    sélection des biocides-biodispersants et mitigations des conséquences néfastes
    compatibilité de l'inhibiteur de tartre et de corrosion.
    stratégie à pH neutre ou alcalin
    stratégie d'injection continue ou discontinue
    concentration en actif du biocide à doser
    concentration visée du biocide formulé (dilué) retenu
    Temps de pompage requis avec calibration de la pompe si possible
    détermination de la cible de cycle de concentration pré purge
    détermination de la durée du blocage de la purge en minutes
    vérification de l'atteinte de la concentration désirée de biocide pour la période de temps de contact minimale dans tout le réseau en tenant compte du pH et de la température
    mesure du résiduel dans le réseau: à quel point et à quel moment?
    validation de l'efficacité: comment? quand? où?
    ajustements dans la sélection des produits, les fréquences et les dosages d'injection selon les résultats.
    À qui peut-on se fier pour réaliser ces tâches? Merci de votre attention et de votre intérêt d'impacter positivement la santé-sécurité.
  • Point critique de contrôle
  • Tours d’eau chimie et protection du public contre la légionellose

    1. 1. TOURS D’EAU - CHIMIE Qui a l’expertise? Colloque et Assemblée Générale Annuelle 2013 Philippe-André Boileau
    2. 2. BIOCIDES • Critique au succès de la gestion de risque • Réglementation fédérale d’application provinciale: non suivie. • concentration désirée ≥ minimum efficace pour un temps de contact ≥ minimum requis dans tout le réseau en tenant compte du pH, température et de la contamination.
    3. 3. BIOCIDES • France: 75% des installations commerciales et institutionnelles sont non conformes. • Québec?
    4. 4. BIOCIDES - Sélection • Compatibilité : matériaux, inhibiteur, filtre au sable • pH, température : efficacité et durée de vie • Cibles: microbes, biofilm • Moussage vs efficacité énergétique • Hydraulique: déconcentration, apport d’eau chlorée, vitesses d’écoulement, lignes mortes opérationnelles • Usage régulier, remisage ou arrêt temporaire? • Temps de résidence • Emportement vs exposition environnementale • SIMDUT vs conformité attendue
    5. 5. Biocide - compatibilité
    6. 6. Biocide - sélection
    7. 7. BIOCIDES - Application • Où dans le circuit? • Quand vs opération hydraulique? • Quand vs consommation d’eau? • Continu ou Choc? • Paramètres de vérification et validation. • Interférences: matières organiques, TOCs, etc.
    8. 8. Biocide - Concentration • Concentration minimale efficace • Volume du réseau – Sélection d’un traceur (ex LiCl) – Poids traceur dans la qqt de sel choisi [Li] / [LiCl] : humidité, impuretés • Choix méthode d’analyse • Calcul volume avec concentration traceur
    9. 9. BIOCIDES - Concentration • Dilution du biocide retenu • Cible biocide actif • Pompe : appropriée ou non? Calibrable? • Calibration pompe doseuse • Durée de pompage requis? • Cible de cycle de concentration pré-injection? • Durée de blocage de purge post injection?
    10. 10. BIOCIDES - Vérification • Bilan de masse • Test de mesure de la concentration: Trousses colorimétriques pour Oxydants, Isothiazolin, glutaraldéhyde et PolyQuats. • Échantillonnages : où, quand, comment?
    11. 11. BIOCIDES – Validation efficacité • Bactéries aérobes (ATP, BHAA, etc), anaérobes (générales, SRBs, Ferrugineuses), Legionella pneumophila • Quand: vs la dernière injection de biocide – vs la température – vs opération • Où? • Qui? : formation • Test sur place ou externe?
    12. 12. BIOCIDES - Ajustement •Ajustements dans la sélection, la concentration, la fréquence: selon quels critères? Par qui?
    13. 13. DÉCONTAMINATION - Halogène Peut être efficace seulement si: • Absence de dépôts minéraux causés par le tartre et la corrosion • Biofilm n’est pas établi et assez mince • Temps de recirculation est assez rapide • Circulation partout dans le circuit • Les matériaux peuvent le tolérer
    14. 14. DÉCONTAMINATION – Québec 2012 ÉTAPES FAIT? Éliminateur haute efficacité X Désinfection √ Évaluation de la présence de dépôts X Enlèvement des dépôts X Évaluation de la présence de biofilms X Enlèvement des biofilms X Mesure du volume des réseaux (qqt vs concentration) X Biocides post décontamination: sélection, application X Biodispersants X
    15. 15. DÉCONTAMINATION – Québec 2012 • Personnel technique plus qualifié que normalement disponible Hygiénistes, Épidémiologistes, MDs, Microbiologistes • Ressources beaucoup plus importantes que ce qui est typiquement disponible • Motivation et bonne volonté • MAIS pas de chimiste! Pas responsable puisque hors champs d’expertise
    16. 16. Questions? Commentaires? • Est-ce que certaines tâches doivent être effectuées par un chimiste afin de protéger le public?

    ×