SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  89
Télécharger pour lire hors ligne
Karima Oualla
Service d’oncologie médicale
CHU Hassan II
 INTRODUCTION
 RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE
 ETIOLOGIES
 CLINIQUE
 RADIOLOGIE
 TRAITEMENT
 CAT
 CONCLUSION
Introduction
 La compression de la moëlle et le Sd
de queue de cheval: Complication
grave et redoutée
URGENCE DIAGNOSTIQUE ET
THÉRAPEUTIQUE
 Reconnaissance rapide des formes débutantes
 L’IRM : examen clé
 Etiologies dominées par métastases médullaires
 P.E.C multidisciplinaire
 Pronostic fonctionnel et vital
 Conséquences psychiques et sociale
physiopathologie
 De la jonction cervico-occipitale au disque
L1-L2 la moelle chemine dans un canal
ostéo-ligamentaire inextensible.
 Elle est plus courte que le canal rachidien .
 Entourée de pie-mère , puis
l’arachnoïde où circule le LCR et la
dure mère.
 L’espace extra-dural est graisseux,
rempli de vaisseaux, surtout veineux.
 La moëlle se termine par le cône terminal
 les dernières racines rachidiennes (L 2 à
L 5 et sacrées) forment la queue de
cheval.
 La moelle est vascularisée par le biais
des artères radiculo-médullaires ant (6-
8) et post(20)
 La moëlle est organisée
transversalement en métamère et
longitudinalement en fibres longues.
 Ces fibres sont réparties en:
 les fibres sensitives :
>voie spinothalamique => thermo-
algique
>voie lemniscale =>tact épicritique et
sensibilité profonde
 faisceau pyramidal moteur
 La compression survient quand la
tumeur envahit l’espace épidural et
comprime le sac dural
 La métastatisation se fait le plus svt
par voie hématologique ou via un
processus emboligène artériel
 La croissance d’ADP pré-vertébrales à
travers les foramens vertébraux.
 La dissémination de cancers du
système nerveux central via le liquide
céphalo-rachidien.
 les tumeurs peuvent produire :
 Des dommages mécaniques directs à la ME.
 Produire des fracture, avec déplacement des
fragments dans le canal rachidien.
 Mécanisme ischémique
production VEGF + PGE2
Obstruction veineuse œdème vasogénique
Compression artérioles + réseau capillaire
ischémie de SB
infarctus + dommage neuro
Etiologies
 Tumeurs osseuses:
MÉTASTASES +++
 compression du sac dural et de son
contenu
 Le plus svt le diagnostic de malignité
initiale est confirmé.
 Parfois c la manifestation initiale d'un
cancer
Siège de métastase:
Vértèbre thoracique> lombaire>cervicale
Pédicule > corps > lame+processus épineux
Site primaire:
>Sein
>prostate
>poumon
>rein
>thyroïde
>organes génitaux
>tube digestif
> mélanome
sein 13-38%
poumon 11-38%
prostate 10-24%
LMNH 10-11%
rein 7-13%
Colon-rectum, myélome,
sarcome, cancer indéterminé
< 5%
INFOKara, vol. 18, N° 3/2003
Tumeurs osseuses primitives:
>malignes:
Chondrosarcome :
-cellules cartilagineuses
-homme adulte
-région thoracique moy ou lombosacrée
-Son évolution est lente
Sarcome d'EWING :
-sujets jeunes
-sacrum
-métastases osseuses ou pulmonaires
>bénignes:
Granulome éosinophile :
-prolifération de cellules histiocytaires
-rachis cervical et thoracique
-sujet jeune avant 20 ans
-corps vertébral.
Kyste anévrismal :
-cavité intraosseuse pleine de sang
-arc postérieur du rachis cervicothoracique.
Ostéome ostéoïde :
-enfant et l'adulte jeune
-rachis lombaire surtout arc postérieur d'une
seule vertèbre
Hémangiome vertébral :
-tumeur vasculaire bénigne
-20 et 50 ans
-aspect grillagé de la vertèbre aux
radiographies standard.
 Tumeurs primitives: dysglobulinémies
malignes
>myélome multiple
>plasmocytome
>maladie de Waldenström
>autres: rares
> myélome multiple:
-Maladie de Kahler: maladie néoplasique d’évolution progressive
-Deuxième hémopathie maligne après le lymphome non hodgkinien.
-Une infiltration médullaire par des plasmocytes supérieure à 10 %
-Des lésions ostéolytiques caractéristiques, à l’emporte-pièce
-augmentation de résorption osseuse: ostéoclaste
 Tumeurs épidurales:
>infiltrations métastatiques
>lymphomes
>tumeurs primitives rares (angiolipome
épidural,neuroblastome..)
 Les causes INFECTIEUSES :
> les spondylodiscites
>Epidurites
 Les causes HEMORRAGIQUES
>hématome rachidien épidural.
-spontané
-traumatique
 Causes dégénératives:
> hernies discales
 >shwanomes:
tumeur développée à partir de la gaine
radiculaire spinale post.
 >méningiomes:
tumeur développée à partir des
méninges
>épendymomes
>astrocytomes
>Malformation artérioveineuse
médullaire,cavernome intramédullaire
clinique
 La compression médullaire doit être
diagnostiquée dès les premiers signes
cliniques car elle nécessite une prise
en charge URGENTE
 Ne jamais attendre le tableau complet
 Bon interrogatoire
 Evaluer le degré d’urgence
 Proposer une stratégie diagnostique et
thérapeutique
 Rachialgie : premier symptôme.
 locale, radiculaire, ou les 2 selon
l'emplacement de la tumeur.
 Aggravée par la toux, le mouvement
et la position couchée.
 Douleurs tenaces, rebelles aux
antalgiques avec raideur
segmentaire rachidienne.
 troubles moteurs des membres inf
qui entraînent une gène fonctionnelle
dans les tâches quotidiennes.
 Les troubles sensitifs et surtout
sphinctériens généralement plus
tardifs.
 syndrome radiculaire lésionnel
 un syndrome sous-lésionnel
 signes rachidiens.
 Syndrome radiculaire lésionnel:
Douleurs radiculaires:
 Svt isolées au début.
 Topographie constante signalant le
dermatome lésionnel.
 Surviennent en éclairs,par salves,
impulsives à la toux.
 Déficit radiculaire:
 hypoesthésie en bandes
 abolition, diminution ou inversion d’un
réflexe
 déficit moteur dans le même territoire
radiculaire avec amyotrophie.
 Syndrome sous lésionnel:
 Troubles sensitifs
 Troubles moteurs
 Troubles sphinctériens
Troubles moteurs
 D’une simple gêne au début:
fatigabilité et maladresse jusqu’à para
ou tétraplégie
Troubles sensitifs:
 Picotements,fourmillements,sensation de
striction, ruissellement d’eau glacée,
brûlures exacerbées au contact.
 Un signe de Lhermitte est possible.
 Impression de marcher sur le coton plus
marquée à la fermeture des yeux.
 syndrome de Brown-Sequard
Les troubles sphintériens:
Tardifs sauf dans les formes évoluées,
ils sont quasi-constants.
>urinaires (miction impérieuse, dysurie)
>sexuels
>ano-rectaux (constipation)
 Syndrome rachidien:
Douleur
Raideur
 L'examen physique:
Examen rachidien
Examen neurologique complet:
>Motricité
>Sensibilité - délimitation du niveau
sensitif
>Reflexes
>Evaluation du tonus du sphincter.
radiologie
 1er examen à pratiquer.
 lyse osseuse ou apposition
osseuse anormale
 effacement du pédicule vertébral
 un collapsus vertébral
 Fracture/dislocation
 ante- ou retro-listhésis
Lyse osseuse
d’origine
tumorale
RACHIALGIE
Pas de sx neuro pas de sx neuro
Rx normale Rx anormale
(érosion,tassement…)
IRM/scinti ambulatoire IRM urgente
 Examen de choix
 Non invasif
 Nécessite pas PC
 sensible et spécifique pour ME et OS
 Coupes coronales , sagittales , et
reconstruction 3D
 Bonne visualisation de structures
adjacentes
 En cas de CI à l’IRM
 Injection du PC
 localiser la tumeur
 visualiser le déplacement de Moelle et
racines
 Degré de destruction osseuse
 Explore mal l’espace épidural
 IRM non disponible ou CI
 Moins sensible et moins spécifique
 Examen très agressif
 Mauvaise visualisation de structures
adjacentes
 Détecte précocémment les atteintes
osseuses
 Une biopsie guidée par TDM ou IRM
peut être effectuée qd le diagnostic
histologique est nécessaire, en
l'absence d'une dysfonction
neurologique
IRM = examen de choix
Traitement
 Evaluer statut et degré de gravité de tout
patient selon données de la clinique
 Indication d’hospitalisation
 Assurer fonctions vitales si nécessaire!
 Assurer confort et mise en condition du
patient
 Analgésie
 Radiothérapie
 Corticothérapie
 chirurgie
 Traitement de choix des CM métastatique
 Objectifs :
 Prévenir et lutter contre la douleur
 Faciliter la recalcification osseuse
 Limiter le risque fracturaire
 Lutter contre les tassements vertébraux et les
complications
 Améliorer la qualité de vie
Technique:
 Profondeur de l’irradiation 5-8 cm pour
une largeur de 8-10 cm en l’absence de
masse para-vertébrale
 le champ englobe 1 ou 2 vertèbres sus et
sous jacentes
 meilleure efficacité de doses moyennes
fractionnées en comparaison avec dose
élevée unique
 Doses: entre 8 Gy en une seule séance et 40
Gy en 20 séances
 le plus souvent reste celui de 30 Gy délivrés
en 10 séances
 Certaines équipes administrent :15 Gy en 3
séances suivis de 4 jours de repos puis de 15
Gy en 5 séances
 8 Gy en 1 seule fraction en cas de cancers
réputés peu radio-sensibles
Dose/fractionnement/étalement nombre %
30 GY / 10sfractions / 2semaine
40 Gy /20 fractions /4 semaines
32.5 Gy /13 fractions/3 semaines
24 Gy /8 fractions/2,5 semaines
20 Gy /5 fractions/ 1 semaine
16.5 Gy/3 fractions/l semaine
TOTAL
95
2
4
3
3
1
108
88
2
4
2.5
2.5
1
100
Protocoles d‘irradiation utilisés
schémas Canada% États-Unis% Nouvelle
zélande %
Europe %
30GY/10F
20GY/5F
8GY/ 1F
autres
7
7
16
5
77
6
<1
16
29
35
23
50
20
10
20
Fréquence des schémas d’irradiation utilisés
selon les différents pays ou région
 Indications:
>Compression par fragments d'os,
instabilité,dislocation
>Récidive après RTT / progression sous
RTT
>Etiologie inconnue chez les patients en
détérioration neurologique rapide.
 Compression post : laminectomie simple
 Compression due au corps vertébral:
>décompression ant
>corpectomie avec reconstruction
> stabilisation mécanique
 vertebroplastie
Complications:
 Déhiscence de plaie
 Défaut de stabilisation
 Infection, d’hémorragie
 Insuffisance respiratoire, atteinte
viscérale ou vasculaire per-opératoire
 Fuite de LCR
 Thrombose veineuse profonde
Contre-indications
 Pronostic de vie inférieur à 3-6 mois
 Atteintes vertébrales multiples
 Déficit neurologique sévère depuis plus
de 24 heures
 Co-morbidités générales
 Effet moins bien documenté
 Action sur l’œdème
 Certaines recommandations d’utiliser des
doses faibles:
 Pronostic similaire en terme de douleur ,
marche et troubles sphinctériens entre 2
groupes reçu respectivement 100 mg et 10 mg
de dexaméthasone bolus, suivis dans les deux
cas de 16 mg /j VO
 Une étude prospective randomisée a
comparé la RTT associée ou non aux
corticoïdes à hautes doses.
 96mg de dexaméthasone administré
en 3j puis sevrage dégressif.
 81% du groupe RTT+cortico ont pu
marcher Vs 63% pour RTT seule.
 6mois plus tard, 59% du premier
groupe étaient tjs mobiles Vs 33% pour
le second
INFOKara, vol. 18, N° 3/2003
 Effets secondaires:
>Hyperglycémie
>Infections
>Gastrite
>ulcère gastro-intestinal
>myopathie proximale
>oedèmes périphériques
>prise pondérale
> psychose
 Bisphosphonates: utilisés dans le cadre
de métastases osseuses pour freiner la
résorption via la neutralisation et
l’apoptose des ostéoclastes.
 Chimiothérapie ou hormonothérapie
peuvent être envisagés pour des tumeurs
sensibles et maladie très répandue
 hormonothérapie pour les cancers du sein
et de la prostate contribuent au meilleur
pronostic
CAT
 Hospitalisation immédiate.
 Contrôle de la douleur avec des analgésiques
 Administration IV de dexaméthasone, 8-10
mg toutes les 6 heures
 Après 48 à72H, la dose peut être réduite à 4-
8 mg par VO toutes les 6 heures sur 4 jours.
 Si les fonctions neurologiques se
détériorent après réduction, la dose
doit être restaurée à la valeur efficace
initiale
 Chirurgie si indication
 RTT après chirurgie
 Contrôle de la douleur : analgésiques
 Corticoïdes peuvent être évité chez les
patients asymptomatiques
 RTT : traitement recommandé pour la
majorité , spécialement en cas d’évolution
lente
 fractions 25-30 Gy à une dose totale de
3000-3500 Gy.
conclusion
 Urgence diagnostique et thérapeutique
 Étiologies mutiples : métastase+++
 Prise en charge multidisciplinaire

Contenu connexe

Tendances

Les myopathies inflammatoires
Les myopathies inflammatoiresLes myopathies inflammatoires
Les myopathies inflammatoiresAssima Med
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë CHU Tlemcen
 
Interpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologieInterpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologiekillua zoldyck
 
diagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en charge
diagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en chargediagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en charge
diagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en chargeUniversité de kinshasa
 
La primo-infection-tuberculeuse
La primo-infection-tuberculeuseLa primo-infection-tuberculeuse
La primo-infection-tuberculeusebelaibzino
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]benkourdel mohamed
 
Syndrome cavitaire
Syndrome cavitaireSyndrome cavitaire
Syndrome cavitaireimma-dr
 
LE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptx
LE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptxLE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptx
LE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptxLyHui2
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteNisrine Bouji
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigueLina
 
Anatomie du mediastin
Anatomie du mediastinAnatomie du mediastin
Anatomie du mediastinhind henzazi
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireDr. Kerfah Soumia
 

Tendances (20)

1 electrophysiologie
1 electrophysiologie1 electrophysiologie
1 electrophysiologie
 
Les myopathies inflammatoires
Les myopathies inflammatoiresLes myopathies inflammatoires
Les myopathies inflammatoires
 
Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë Angiocholite aiguë
Angiocholite aiguë
 
Spondylarthropathies
SpondylarthropathiesSpondylarthropathies
Spondylarthropathies
 
Interpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologieInterpretation rx en rhumatologie
Interpretation rx en rhumatologie
 
diagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en charge
diagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en chargediagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en charge
diagnostic du Mésothéliome pleural malin et stratégie de prise en charge
 
La primo-infection-tuberculeuse
La primo-infection-tuberculeuseLa primo-infection-tuberculeuse
La primo-infection-tuberculeuse
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
Syndrome cavitaire
Syndrome cavitaireSyndrome cavitaire
Syndrome cavitaire
 
LE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptx
LE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptxLE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptx
LE DIAPHRAGME VISC+ëRALE-ANATOMIE.pptx
 
Ponction pleurale
Ponction pleurale  Ponction pleurale
Ponction pleurale
 
Les hepatites virales
Les hepatites viralesLes hepatites virales
Les hepatites virales
 
Luxations du coude
Luxations du coudeLuxations du coude
Luxations du coude
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
 
Insuffisance mitrale
Insuffisance mitraleInsuffisance mitrale
Insuffisance mitrale
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
 
Anatomie du mediastin
Anatomie du mediastinAnatomie du mediastin
Anatomie du mediastin
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 

Similaire à Compression médullaire.pptx

Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeTumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeimma-dr
 
Bilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdf
Bilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdfBilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdf
Bilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdfBilalKaidi1
 
CompléMent D OrthopéDie
CompléMent D OrthopéDieCompléMent D OrthopéDie
CompléMent D OrthopéDieMede Space
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleBenjamin NICOT
 
Tumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdf
Tumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdfTumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdf
Tumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdfsofia260965
 
Cancers thyroidiens
Cancers thyroidiensCancers thyroidiens
Cancers thyroidiensKHADIJAADMI
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfMarieChhim1
 
Cancer Du rein
Cancer Du reinCancer Du rein
Cancer Du reinMede Space
 
Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"Jean-Francois GIRMENS
 
Neuropathie_peri-2.pdf
Neuropathie_peri-2.pdfNeuropathie_peri-2.pdf
Neuropathie_peri-2.pdfpolo108905
 
Chu de Fort de France !!!
Chu de Fort de France !!!Chu de Fort de France !!!
Chu de Fort de France !!!Manzon
 
Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14raymondteyrouz
 
Td pour externes
Td pour externesTd pour externes
Td pour externesSoulaf Sel
 
Meningiome a cellules claires
Meningiome a cellules clairesMeningiome a cellules claires
Meningiome a cellules clairesneurochirurgie
 
Tumeurs osseuses et des parties molles réseaux de prise en charge des sarcomes
Tumeurs osseuses et des parties molles   réseaux de prise en charge des sarcomesTumeurs osseuses et des parties molles   réseaux de prise en charge des sarcomes
Tumeurs osseuses et des parties molles réseaux de prise en charge des sarcomesRéseau Pro Santé
 

Similaire à Compression médullaire.pptx (20)

Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeTumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
 
Bilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdf
Bilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdfBilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdf
Bilan d'extension initial local d'un cancer rectal-.pdf
 
compression medullaire.pptx
compression medullaire.pptxcompression medullaire.pptx
compression medullaire.pptx
 
CompléMent D OrthopéDie
CompléMent D OrthopéDieCompléMent D OrthopéDie
CompléMent D OrthopéDie
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicale
 
03 Rachis.pdf
03 Rachis.pdf03 Rachis.pdf
03 Rachis.pdf
 
Tumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdf
Tumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdfTumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdf
Tumeurs des os primitives et secondaires imprimir.pdf
 
Cancers thyroidiens
Cancers thyroidiensCancers thyroidiens
Cancers thyroidiens
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
 
Cancer Du rein
Cancer Du reinCancer Du rein
Cancer Du rein
 
Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"Cours aux externes "Retine medicale"
Cours aux externes "Retine medicale"
 
Neuropathie_peri-2.pdf
Neuropathie_peri-2.pdfNeuropathie_peri-2.pdf
Neuropathie_peri-2.pdf
 
Chu de Fort de France !!!
Chu de Fort de France !!!Chu de Fort de France !!!
Chu de Fort de France !!!
 
Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14Cancers cutanées hm 14 01 14
Cancers cutanées hm 14 01 14
 
Td pour externes
Td pour externesTd pour externes
Td pour externes
 
P63
P63P63
P63
 
Meningiome a cellules claires
Meningiome a cellules clairesMeningiome a cellules claires
Meningiome a cellules claires
 
Tumeurs osseuses et des parties molles réseaux de prise en charge des sarcomes
Tumeurs osseuses et des parties molles   réseaux de prise en charge des sarcomesTumeurs osseuses et des parties molles   réseaux de prise en charge des sarcomes
Tumeurs osseuses et des parties molles réseaux de prise en charge des sarcomes
 
P62
P62P62
P62
 
Tep et cancer pulmonaire
Tep et cancer pulmonaire Tep et cancer pulmonaire
Tep et cancer pulmonaire
 

Compression médullaire.pptx

  • 1. Karima Oualla Service d’oncologie médicale CHU Hassan II
  • 2.  INTRODUCTION  RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE  ETIOLOGIES  CLINIQUE  RADIOLOGIE  TRAITEMENT  CAT  CONCLUSION
  • 4.  La compression de la moëlle et le Sd de queue de cheval: Complication grave et redoutée URGENCE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE
  • 5.  Reconnaissance rapide des formes débutantes  L’IRM : examen clé  Etiologies dominées par métastases médullaires  P.E.C multidisciplinaire  Pronostic fonctionnel et vital  Conséquences psychiques et sociale
  • 7.  De la jonction cervico-occipitale au disque L1-L2 la moelle chemine dans un canal ostéo-ligamentaire inextensible.  Elle est plus courte que le canal rachidien .
  • 8.
  • 9.  Entourée de pie-mère , puis l’arachnoïde où circule le LCR et la dure mère.  L’espace extra-dural est graisseux, rempli de vaisseaux, surtout veineux.
  • 10.
  • 11.  La moëlle se termine par le cône terminal  les dernières racines rachidiennes (L 2 à L 5 et sacrées) forment la queue de cheval.  La moelle est vascularisée par le biais des artères radiculo-médullaires ant (6- 8) et post(20)
  • 12.  La moëlle est organisée transversalement en métamère et longitudinalement en fibres longues.  Ces fibres sont réparties en:
  • 13.  les fibres sensitives : >voie spinothalamique => thermo- algique >voie lemniscale =>tact épicritique et sensibilité profonde  faisceau pyramidal moteur
  • 14.  La compression survient quand la tumeur envahit l’espace épidural et comprime le sac dural  La métastatisation se fait le plus svt par voie hématologique ou via un processus emboligène artériel
  • 15.  La croissance d’ADP pré-vertébrales à travers les foramens vertébraux.  La dissémination de cancers du système nerveux central via le liquide céphalo-rachidien.
  • 16.  les tumeurs peuvent produire :  Des dommages mécaniques directs à la ME.  Produire des fracture, avec déplacement des fragments dans le canal rachidien.  Mécanisme ischémique
  • 17. production VEGF + PGE2 Obstruction veineuse œdème vasogénique Compression artérioles + réseau capillaire ischémie de SB infarctus + dommage neuro
  • 20.  compression du sac dural et de son contenu  Le plus svt le diagnostic de malignité initiale est confirmé.  Parfois c la manifestation initiale d'un cancer
  • 21. Siège de métastase: Vértèbre thoracique> lombaire>cervicale Pédicule > corps > lame+processus épineux
  • 23. sein 13-38% poumon 11-38% prostate 10-24% LMNH 10-11% rein 7-13% Colon-rectum, myélome, sarcome, cancer indéterminé < 5% INFOKara, vol. 18, N° 3/2003
  • 24. Tumeurs osseuses primitives: >malignes: Chondrosarcome : -cellules cartilagineuses -homme adulte -région thoracique moy ou lombosacrée -Son évolution est lente Sarcome d'EWING : -sujets jeunes -sacrum -métastases osseuses ou pulmonaires
  • 25. >bénignes: Granulome éosinophile : -prolifération de cellules histiocytaires -rachis cervical et thoracique -sujet jeune avant 20 ans -corps vertébral. Kyste anévrismal : -cavité intraosseuse pleine de sang -arc postérieur du rachis cervicothoracique.
  • 26. Ostéome ostéoïde : -enfant et l'adulte jeune -rachis lombaire surtout arc postérieur d'une seule vertèbre Hémangiome vertébral : -tumeur vasculaire bénigne -20 et 50 ans -aspect grillagé de la vertèbre aux radiographies standard.
  • 27.  Tumeurs primitives: dysglobulinémies malignes >myélome multiple >plasmocytome >maladie de Waldenström >autres: rares
  • 28. > myélome multiple: -Maladie de Kahler: maladie néoplasique d’évolution progressive -Deuxième hémopathie maligne après le lymphome non hodgkinien. -Une infiltration médullaire par des plasmocytes supérieure à 10 % -Des lésions ostéolytiques caractéristiques, à l’emporte-pièce -augmentation de résorption osseuse: ostéoclaste
  • 29.  Tumeurs épidurales: >infiltrations métastatiques >lymphomes >tumeurs primitives rares (angiolipome épidural,neuroblastome..)
  • 30.  Les causes INFECTIEUSES : > les spondylodiscites >Epidurites  Les causes HEMORRAGIQUES >hématome rachidien épidural. -spontané -traumatique  Causes dégénératives: > hernies discales
  • 31.  >shwanomes: tumeur développée à partir de la gaine radiculaire spinale post.  >méningiomes: tumeur développée à partir des méninges
  • 34.  La compression médullaire doit être diagnostiquée dès les premiers signes cliniques car elle nécessite une prise en charge URGENTE  Ne jamais attendre le tableau complet
  • 35.  Bon interrogatoire  Evaluer le degré d’urgence  Proposer une stratégie diagnostique et thérapeutique
  • 36.  Rachialgie : premier symptôme.  locale, radiculaire, ou les 2 selon l'emplacement de la tumeur.  Aggravée par la toux, le mouvement et la position couchée.
  • 37.  Douleurs tenaces, rebelles aux antalgiques avec raideur segmentaire rachidienne.  troubles moteurs des membres inf qui entraînent une gène fonctionnelle dans les tâches quotidiennes.
  • 38.  Les troubles sensitifs et surtout sphinctériens généralement plus tardifs.
  • 39.  syndrome radiculaire lésionnel  un syndrome sous-lésionnel  signes rachidiens.
  • 40.  Syndrome radiculaire lésionnel: Douleurs radiculaires:  Svt isolées au début.  Topographie constante signalant le dermatome lésionnel.  Surviennent en éclairs,par salves, impulsives à la toux.
  • 41.  Déficit radiculaire:  hypoesthésie en bandes  abolition, diminution ou inversion d’un réflexe  déficit moteur dans le même territoire radiculaire avec amyotrophie.
  • 42.  Syndrome sous lésionnel:  Troubles sensitifs  Troubles moteurs  Troubles sphinctériens
  • 43. Troubles moteurs  D’une simple gêne au début: fatigabilité et maladresse jusqu’à para ou tétraplégie
  • 44. Troubles sensitifs:  Picotements,fourmillements,sensation de striction, ruissellement d’eau glacée, brûlures exacerbées au contact.  Un signe de Lhermitte est possible.  Impression de marcher sur le coton plus marquée à la fermeture des yeux.  syndrome de Brown-Sequard
  • 45. Les troubles sphintériens: Tardifs sauf dans les formes évoluées, ils sont quasi-constants. >urinaires (miction impérieuse, dysurie) >sexuels >ano-rectaux (constipation)
  • 47.  L'examen physique: Examen rachidien Examen neurologique complet: >Motricité >Sensibilité - délimitation du niveau sensitif >Reflexes >Evaluation du tonus du sphincter.
  • 49.  1er examen à pratiquer.  lyse osseuse ou apposition osseuse anormale  effacement du pédicule vertébral  un collapsus vertébral  Fracture/dislocation  ante- ou retro-listhésis
  • 51. RACHIALGIE Pas de sx neuro pas de sx neuro Rx normale Rx anormale (érosion,tassement…) IRM/scinti ambulatoire IRM urgente
  • 52.  Examen de choix  Non invasif  Nécessite pas PC  sensible et spécifique pour ME et OS  Coupes coronales , sagittales , et reconstruction 3D  Bonne visualisation de structures adjacentes
  • 53.
  • 54.
  • 55.
  • 56.
  • 57.  En cas de CI à l’IRM  Injection du PC  localiser la tumeur  visualiser le déplacement de Moelle et racines  Degré de destruction osseuse  Explore mal l’espace épidural
  • 58.
  • 59.  IRM non disponible ou CI  Moins sensible et moins spécifique  Examen très agressif  Mauvaise visualisation de structures adjacentes
  • 60.
  • 61.  Détecte précocémment les atteintes osseuses
  • 62.  Une biopsie guidée par TDM ou IRM peut être effectuée qd le diagnostic histologique est nécessaire, en l'absence d'une dysfonction neurologique
  • 63. IRM = examen de choix
  • 65.  Evaluer statut et degré de gravité de tout patient selon données de la clinique  Indication d’hospitalisation  Assurer fonctions vitales si nécessaire!  Assurer confort et mise en condition du patient
  • 66.  Analgésie  Radiothérapie  Corticothérapie  chirurgie
  • 67.  Traitement de choix des CM métastatique  Objectifs :  Prévenir et lutter contre la douleur  Faciliter la recalcification osseuse  Limiter le risque fracturaire  Lutter contre les tassements vertébraux et les complications  Améliorer la qualité de vie
  • 68. Technique:  Profondeur de l’irradiation 5-8 cm pour une largeur de 8-10 cm en l’absence de masse para-vertébrale  le champ englobe 1 ou 2 vertèbres sus et sous jacentes  meilleure efficacité de doses moyennes fractionnées en comparaison avec dose élevée unique
  • 69.  Doses: entre 8 Gy en une seule séance et 40 Gy en 20 séances  le plus souvent reste celui de 30 Gy délivrés en 10 séances  Certaines équipes administrent :15 Gy en 3 séances suivis de 4 jours de repos puis de 15 Gy en 5 séances  8 Gy en 1 seule fraction en cas de cancers réputés peu radio-sensibles
  • 70. Dose/fractionnement/étalement nombre % 30 GY / 10sfractions / 2semaine 40 Gy /20 fractions /4 semaines 32.5 Gy /13 fractions/3 semaines 24 Gy /8 fractions/2,5 semaines 20 Gy /5 fractions/ 1 semaine 16.5 Gy/3 fractions/l semaine TOTAL 95 2 4 3 3 1 108 88 2 4 2.5 2.5 1 100 Protocoles d‘irradiation utilisés
  • 71. schémas Canada% États-Unis% Nouvelle zélande % Europe % 30GY/10F 20GY/5F 8GY/ 1F autres 7 7 16 5 77 6 <1 16 29 35 23 50 20 10 20 Fréquence des schémas d’irradiation utilisés selon les différents pays ou région
  • 72.  Indications: >Compression par fragments d'os, instabilité,dislocation >Récidive après RTT / progression sous RTT >Etiologie inconnue chez les patients en détérioration neurologique rapide.
  • 73.  Compression post : laminectomie simple  Compression due au corps vertébral: >décompression ant >corpectomie avec reconstruction > stabilisation mécanique  vertebroplastie
  • 74. Complications:  Déhiscence de plaie  Défaut de stabilisation  Infection, d’hémorragie  Insuffisance respiratoire, atteinte viscérale ou vasculaire per-opératoire  Fuite de LCR  Thrombose veineuse profonde
  • 75. Contre-indications  Pronostic de vie inférieur à 3-6 mois  Atteintes vertébrales multiples  Déficit neurologique sévère depuis plus de 24 heures  Co-morbidités générales
  • 76.  Effet moins bien documenté  Action sur l’œdème
  • 77.  Certaines recommandations d’utiliser des doses faibles:  Pronostic similaire en terme de douleur , marche et troubles sphinctériens entre 2 groupes reçu respectivement 100 mg et 10 mg de dexaméthasone bolus, suivis dans les deux cas de 16 mg /j VO
  • 78.  Une étude prospective randomisée a comparé la RTT associée ou non aux corticoïdes à hautes doses.  96mg de dexaméthasone administré en 3j puis sevrage dégressif.
  • 79.  81% du groupe RTT+cortico ont pu marcher Vs 63% pour RTT seule.  6mois plus tard, 59% du premier groupe étaient tjs mobiles Vs 33% pour le second INFOKara, vol. 18, N° 3/2003
  • 80.  Effets secondaires: >Hyperglycémie >Infections >Gastrite >ulcère gastro-intestinal >myopathie proximale >oedèmes périphériques >prise pondérale > psychose
  • 81.  Bisphosphonates: utilisés dans le cadre de métastases osseuses pour freiner la résorption via la neutralisation et l’apoptose des ostéoclastes.  Chimiothérapie ou hormonothérapie peuvent être envisagés pour des tumeurs sensibles et maladie très répandue
  • 82.  hormonothérapie pour les cancers du sein et de la prostate contribuent au meilleur pronostic
  • 83. CAT
  • 84.  Hospitalisation immédiate.  Contrôle de la douleur avec des analgésiques  Administration IV de dexaméthasone, 8-10 mg toutes les 6 heures  Après 48 à72H, la dose peut être réduite à 4- 8 mg par VO toutes les 6 heures sur 4 jours.
  • 85.  Si les fonctions neurologiques se détériorent après réduction, la dose doit être restaurée à la valeur efficace initiale  Chirurgie si indication  RTT après chirurgie
  • 86.  Contrôle de la douleur : analgésiques  Corticoïdes peuvent être évité chez les patients asymptomatiques  RTT : traitement recommandé pour la majorité , spécialement en cas d’évolution lente  fractions 25-30 Gy à une dose totale de 3000-3500 Gy.
  • 87.
  • 89.  Urgence diagnostique et thérapeutique  Étiologies mutiples : métastase+++  Prise en charge multidisciplinaire