Oc22 odile decq le devoir de rever

631 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
631
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Oc22 odile decq le devoir de rever

  1. 1. 8|A&D Odile Decq LE DEVOIR DE RÊVER L’immobilier tertiaire est trop souvent régi par des préceptes conformistes où des promoteurs inquiets tentent d’imposer des concepts sans ambition aux architectes. Les immeubles de bureaux ont pourtant vocation à être bien plus que des produits sécables imaginés pour satisfaire une rentabilité à court terme. Le secteur ne retirerait que des bénéfices à confier des projets d’envergure à des architectes au caractère bien trempé et à l’œuvre Beaucoup a été dit et écrit sur Odile Decq, elle a été qualifiée d’ar- architecturale hors du commun. Odile Decq chitecte « gothique » ou « punk ». Lorsqu’on la côtoie, on découvre fait partie de ceux qui peuvent initier une que la chevelure en majesté, le maquillage au tracé précis, la coupe déstructurée du vêtement, les bijoux extravagants, les yeux noirs, renaissance qui se fait encore attendre. ne sont en rien un costume d’apparat ou un masque derrière le- quel elle se cacherait. Bien au contraire, ils la révèlent avec clarté et l’exposent en toute transparence. L’architecte est fidèle à ses convictions. Avec vigueur et générosité, Odile Decq vit chaque jour dans le défi : celui d’être soi. Odile Decq est ce qu’elle fait : l’œuvre architecturale et l’architecte ne sont qu’un(e). Avec elle, l’architecture se transforme en « offrande d’humanité ». Issues d’unofficeETculture
  2. 2. LE DEVOIR DE RÊVER A & D | 9 L’immeuble de logements et commerces Novoli (3 800 m², 5,5 millions €) est situé à Florence en bordure d’un parc, l’immeuble est un volume non clos. Les façades orientées sur le parc et exposées au soleil sont protégées d’un trop fort ensoleillement par le décalage progressif des loggias et balcons.même creuset d’idées et d’inventions, les réalisations architectura- caractéristiques de son style. Les édifices conçus avec l’équipeles d’Odile Decq ne se répètent jamais, ni ne se ressemblent. Nul de son agence ODBC sont « des vaisseaux flottants projetés versbesoin d’être savant pour apprécier ou comprendre ses œuvres, l’infini, des vaisseaux métalliques ivres d’espace » raconte avecelles sont accessibles. Il suffit de se laisser aller lyrisme mais vérité l’historien Michel Vernes.au plaisir. La sensibilité et la curiosité sont les Le désir est stimulant A la brique, à la pierre ou au bois, Odile Decqmeilleurs moyens de compréhension car cette et nécessaire préfère le verre, le métal, le plastique. Si cettearchitecture est avant tout d’essence charnelle. architecture est animée de contrastes et d’op-Lorsqu’il s’agit de construire, Odile Decq propose toujours des positions, elle se définit également par une mise en forme depoints de vue nouveaux et inattendus. Elle maîtrise la complexité l’espace dans lequel l’être humain se déplace dans un nouveauet son architecture est constituée de tensions diverses qui s’as- rapport à lui-même, dans lequel la lumière devient poésie. L’es-socient et se repoussent ; les flèches et les incisions sont des pace et l’air sont des perpétuelles sources d’invention et sont bien officeETculture
  3. 3. 10 | A & D LE DEVOIR DE RÊVER L’espace en « hyper tension » et décentré invite à un parcours dynamique. Le dispositif de rampes d’accès et de passerelles étagé autour de l’atrium central relie activement tous les services, depuis la conservation des œuvres jusqu’au centre de documentation au dernier niveau.
  4. 4. LE DEVOIR DE RÊVER A & D | 11 Le Fonds Régional d’Art Contemporain de Bretagne sera terminé courant 2012 (5 000 m², 11 millions €). Ce lieu d’art contemporain est traité comme « une expérience de sensations ». Le bâtiment se présente comme un bloc monolithique, fendu en deux parallélépipèdes par une percée verticale qui ouvre sur l’intérieur. Il n’est pas saugrenu d’imaginer qu’Odile Decq puisse réinven- ter l’immobilier tertiaire. En 1991, elle a conçu, avec son associé Benoit Cornette, le siège social de la Banque Populaire de l’Ouest. Ce bâtiment a marqué les esprits puisqu’il ne respectait pas le protocole des immeubles de l’industrie bancaire et il demeure une référence. A cette époque, déjà, alors que le mot n’est pas encore à la mode, Odile Decq accompagne les employés lors de visites de chantiers. Elle s’implique pour que la transition vers des plateaux ouverts et libres soit la plus facile possible pour les utilisateurs. Les différents protagonistes réunis par un projet d’immeuble de bu- reaux (l’architecte, les dirigeants et les utilisateurs) n’ont pas tous les mêmes intérêts, ni les mêmes attentes. Pour dépasser les contra- dictions et les oppositions et réunir tout le monde autour d’une seule idée, la réponse de l’architecte ne peut être que l’invention, le délaissement des conventions architecturales, la soumission de la routine et la corruption des habitudes. Ne pas se répéter exige de connaître la culture de l’architecture, ses classiques, ses avant-gar- des et ses exceptions sur le bout des doigts. Odile Decq n’accepte de réaliser un projet immobilier que s’il lui est confié en totalité, même si, en France, rares sont les architectes qui L’architecture conçoivent l’intérieur et l’extérieur d’un bâtiment. synthétise des Odile Decq aime se « mêler de tout » et c’est pour cela que parfois elle inquiète ; récemment encore, logiques contraires comme elle le raconte, « elle faisait peur ». En veille permanente elle observe depuis vingt ans toutplus que de la matière : « ils sont de la chair ». Le noir est bien ce qui a été réalisé en immobilier tertiaire. En matièreplus qu’une marque de fabrique puisque pour l’architecte « seul d’agencement intérieur, elle a remarqué les modes éphémères oule noir a du sens »; quant au rouge, c’est une lumière. Odile Decq l’insuffisance de contenu de certains concepts. Depuis toujours,est convaincue que toute architecture est une expérimentation. elle a conscience que l’architecture d’un bâtiment exprime la culture et l’image de marque d’une entreprise. Lors de la concep-Dégagée des certitudes et des immobilismes, elle crée tion, les contraintes sont intégrées et l’environnement de travaildes constructions qui nous entraînent vers l’horizon. abordé comme un tout : « je pars de l’organisation de l’entrepriseL’architecte anglais Peter Cook remarque que le langage archi- pour définir ensuite l’enveloppe extérieure ». L’architecte n’a pastectural d’Odile Decq évolue constamment et qu’il est désormais d’images stéréotypées ou de recettes, elle pense aux personnes,devenu « plus clair, moins rhétorique et mécanique qu’autrefois ». aux modes de travail, aux déplacements, à ce qui est formel etAu cours des vingt dernières années plus d’une centaine de pro- ce qui est imprévu. Chaque projet est un cas particulier et appellejets ont été imaginés. Tous n’ont pas vu le jour, ce qu’Odile Decq une réponse unique. La conception navigue entre dedans et de-accepte avec philosophie ; cela fait partie du quotidien et de la hors, Odile Decq accorde un soin particulier à imaginer des espa-fonction de l’architecte d’inventer sans cesse. Elle est aussi, de- ces et des bâtiments en cohérence avec les réalités industrielles.puis 2007, la directrice de l’École Spéciale d’Architecture à Paris. Elle a le souci de réaliser des projets « qui surprennent mais qui neEnseigner l’architecture lui permet « d’apprendre aux étudiants à choquent pas, auxquels l’utilisateur de bureau pourra adhérer ».résister pour ne pas devenir de simples exécutants au service d’un Elle cherche à faire émerger une solution inédite d’espace declient, car on devient architecte pour être libre ». Une attention travail, une synthèse des concepts existants (bureau individuel,toute particulière est portée à la première année d’étude durant plateau ouvert avec postes en batterie, fixe et semi-fixe, bureauxlaquelle les futurs architectes apprennent à développer un posi- non affectés). Dans un contexte où l’immeuble de bureaux esttionnement critique sur leur métier et leur rôle. Dans le cadre de toujours envisagé sous l’angle du produit, d’une marchandise etl’école, « du projet est fabriqué en permanence ». A chaque fin de la rentabilité, elle affirme « qu’il faut savoir accepter qu’il yde semestre, les travaux des étudiants sont exposés au public. ait de l’espace qui, à première vue, ne serve à rien ». La colèreLes élèves des écoles primaires environnantes sont accueillis : demeure indispensable à sa création. Odile Decq s’irrite de la« il faut irriguer l’envie d’architecture dès le plus jeune âge » « neutralité bienveillante », cette nouvelle forme de pensée uni-soutient Odile Decq. que qui se banalise et incite à vivre dans le moyen, dans des officeETculture
  5. 5. 12 | A & D LE DEVOIR DE RÊVER Situées à l’extrémité de la presqu’île des Docks, les cinq bulles du restaurant l’Archipel, comme une série d’îlots immobiles, complètent l’ensemble urbain de Lyon-Confluence. Ces bulles se transforment en fonction de leur utilisation (vestiaire, cuisine, salon, restaurant).
  6. 6. LE DEVOIR DE RÊVER A & D | 13 Le projet de la gare maritime de Tanger se fonde sur un dispositif qui donne corps et rend palpable l’extrême tension physique et mentale qui s’exprime à ce point de passage entre l’Afrique et l’Europe. Cette proposition de gare maritime est ultramoderne en termes de logistique, de transport et de traitement des flux migratoires.univers sans formes, sans odeurs, sans saveurs, sans angles etsans aspérités. « Ne pas déplaire ne veut pas dire être neutre », L’agence ODBCanalyse-t-elle. « Les individus ne sont pas neutres, pourquoi en dates et en réalisationss’obstine-t-on à vouloir les faire vivre dans un environnementneutre ? » Chercherait-on à les neutraliser ? Pourquoi les bureaux 1986 Odile Decq et son compagnon Benoît Cornette fondent l’agencedevraient-ils être très ordonnés ? « Le désordre est quelque chose d’architecture ODBC.de créatif, le désordre est nécessaire » ; il n’est pas antinomique 1990 Banque Populaire de l’Ouest.du confort. Par l’architecture Odile Decq souhaite donner accès 1993 Viaduc de l’autoroute A 14.à de nouvelles sensations, faire appel à la sensorialité en créant Bibliothèque de l’université de Nantes.des ambiances différentes, grâce aux matières, aux couleurs et Installation Hypertension à Grenoble.à la lumière. Le temps du travail ne doit pas être une punition. 1996 Lion d’Or à la biennale d’architecture de Venise.Quel serait l’utilité d’une architecture inféodée à la neutralité et 1998 Décès de Benoît Cornette. Odile Decqrefusant toute prise de risque ? poursuit l’aventure de l’agence ODBC. 2001 Extension du Musée d’Art Contemporain« Les gens sont curieux en vérité, il faut jouer sur ce qui de Rome (MACRO).peut les étonner, les surprendre ». Il devient indispensable 2003 Aménagement des bureaux de l’agence de publicité AIR en Belgique.de s’affranchir de la ligne droite, de l’alignement comme mode Création du mobilier Métamorphose.d’organisation de l’espace. « Dans le bureau comme en cuisine, 2004 Pavillon thématique « Images »il y en a assez de ces façons de faire passe-partout ». Et si on pour l’Exposition internationale.se laissait aller à imaginer le bureau avec liberté, comme ces 2005 Fonds Régional d’Art Contemporainnouveaux chefs de cuisine qui développent une gastronomie de Bretagne.surprenante et savoureuse ? Prendre des libertés dans le secteur 2006 Aménagement du voilier Wally 143’ Esense. 2007 Centre Greenland à Shanghai.tertiaire se révèle difficile parce que les gardiens du temple sont Pavillon 8, Les Docks, Quai Rambaud à Lyon.nombreux : quand certains ne pensent qu’à la rentabilité, d’autres Port de Tanger, Terminal passagers.se méfient de la nouveauté, recherchent le compromis, ne jurent 2009 Phantom, restaurant de l’Opéra Garnier.que par les règlements et le principe de précaution. Odile Decq 2010 Installation Perspectives. officeETculture
  7. 7. 14 | A & D LE DEVOIR DE RÊVER L’extension du Musée d’Art contemporain de Rome achevée en 2010 (12 000 m², budget de 22 millions €) est exceptionnelle dans sa modernité et son accessibilité. Inséré dans la complexité d’un ancien site industriel et confronté à un patrimoine historique, le nouveau musée se développe autour du bâtiment existant avec évidence, dynamisme et mouvement. La toiture paysage réinvente la place publique romaine ne baisse pas la garde et se méfie des attitudes ou compor- tements aseptisés qu’elle juge dangereux à long terme ; nous pourrions être entraînés dans un système de vie très normé qui pourrait se révéler anti démocratique. « Vous avez le devoir de rêver », rappelle-t-elle régulièrement à ses étudiants. « Rêver car il n’y a pas d’autre méthode pour penser le monde de demain ». Cette recommandation ne concerne pas seulement les jeunes gens en devenir professionnel, mais chacun d’entre nous et plus particulièrement tous les acteurs de la filière de l’immobilier tertiaire. Les temps changent. Les conseils de l’architecte sont entendus. Aujourd’hui l’agence ODBC déborde de commandes, Odile Decq est devenue un nom et les développeurs immobiliers ne s’y trompent pas, ils recherchent désormais sa signature, de- venue une caution de singularité et même un argument de vente. Brigitte Mantel brigitte.mantel@office-et-culture.fr Les espaces se succèdent de manière irrégulière mais fluide, offrant aux artistes une multitude de possibilités pour exposer leurs œuvres et aux spectateurs des points de vue inédits pour les découvrir.officeETculture
  8. 8. Vous trouverez votre DucaRe chezun revendeur spécialisé qualifié : DUCARE – UN DESIGN QUI REND VOTREAB Structures1232 rue de la Castelle ZAC Garosud, ESPACE DE TRAVAIL UNIQUE34070 Montpellier, Tél. 04 67 64 09 77,contact@ab-structures.fr www.zueco.comALPHA BUREAU CONCEPTcentre d‘activités du Bocage,9 rue René Hersen,49240 Avrille, Tél. 02 41 24 92 09,patrice.mondiegt@club-internet.frBUROMAT12 Rue Gutenberg,44340 Bouguenais, Tél. 02 40 32 06 07,contact@buromat.comBYZANCE12 Impasse Mousset,75012 Paris, Tél. 01 49 28 57 00,byzance.commercial@wanadoo.fr Design: Rüdiger Schaack & Roland ZündDISTRI BUREAU6 avenue Vercingetorix63000 Clermont Ferrand, Tél : 04.73.93.39.15compta@distribureau.comECARD5 rue du Chevreuil,68680 Kembs, Tél. 03 89 48 30 37,yves@y_ecard.frEMIT14 Rue des Châteaux,59700 Marcq en Baroeul,Tél. 03 20 15 05 04,pierre.tardieu@orange.frEspace Peyramaurebd Marquisat de Houelbourg, ZI de Jarry,97122 Baie-Mahault,Tél. 0590 26 60 99,espace.peyramaure@wanadoo.frEst Bureau Aménagement32 route de Maron54230 CHALIGNY, Tél : 03.83.26.29.16contact@est-ba.comFournier Ergo Concept66 route de Meclaz,74600 Seynod, Tél. 06 89 38 45 11,fournier.ergo.c@wanadoo.frMECANOGRAPHIE CONSEIL24 Rue de Paris,22000 Saint Brieuc, Tél. 02 96 68 16 60,www.mconseil.frMOBI BUREAUCentre d’affaires « Le Neptune »22 rue des Landelles35135 CHANTEPIE, Tél : 02.99.22.79.16c.legoff@mobi-bureau.frOUEST Bureau, Bureau SA Le ShowroomEspace Performance Bâtiment 0,Centre d‘affaires Alphasis,35760 St. Grégoire, Tél. 02 99 23 14 15,brigitte.restif@ouest-bureau.frRECTO VERSO436 avenue de Verdun33700 St. Mérignac, Tél. 05 56 47 87 60,www.rectoverso139.frSNS Marseille112 rue Paradis,13006 Marseille, Tél. 04 91 92 61 57,sns@snsbureaux.frVERRIER MAJUSCULE Design: Martin Ballendat3 rue de la Noue85500 Les Herbiers, Tél. 02 51 67 96 76mobilierbc@verrier.frFabricant :Züco Bürositzmöbel AG,CH-9445 Rebstein,www.zueco.comDistribution/Showroom :Dauphin France S.A.,6 Allée du Parc de Garlande,F-92220 Paris/Bagneux,Tél. 01 46 54 15 90,www.dauphin-france.comDauphin HumanDesign® Group

×