SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  12
Télécharger pour lire hors ligne
1 euro


      Le Progressiste
                               Mercredi 10 février 2010 - N° 2118



      “La chance de la Martinique
      c’est le travail des Martiniquais”      Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire
                             - Aimé CESAIRE




BON ANNIVERSAIRE,                                         RÉGIONALES :
    DR ALIKER                                     SERGE LETCHIMY INVESTI
                                                  DANS L’ENTHOUSIASME :
9 FÉVRIER 1907… 103 ANS




                                                    « J’ACCEPTE LA MISSION
                                               QUE VOUS ME CONFIEZ DE SERVIR LA
                                               MARTINIQUE TOUT ENTIÈRE » (PP.3 À 5)




ET MERCI POUR TOUT !
AU SOMMAIRE
- REGIONALES : Serge Letchimy investi (pp.3 à 5)
- POLITIQUE ECONOMIQUE : « Notre maison brûle… » (p.7)
- HAITI/SOLIDARITE : Témoignage de Louis CRUSOL (pp.10,11)
LUNDI DU PARTI (22 FÉVRIER) : - L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE (RAPHAËL
SEMINOR) - LE DÉVELOPPEMENT DURABLE (DANIEL CHOMET) - LE LOGEMENT
(PHILIPPE EADIE)
EDITORIAL
                    BON ANNIVERSAIRE, PIERRE ALIKER !




                                         La famille PPM chez Dr ALIKER


   l y a un peu plus dʼun an, dans    de route dʼAimé CESAIRE. Les        et de la Martinique : « Les seuls

I  notre numéro 2070 du 14 jan-
   vier 2009, notre camarade
Serge SOUFFLEUR avait inter-
                                      deux sont indissociables. Pas in-
                                      terchangeables mais indéfecti-
                                      blement complémentaires.
                                                                          vrais spécialistes des affaires
                                                                          martiniquaises sont les Martini-
                                                                          quais eux-mêmes (…) Que le
viewé le Docteur ALIKER sous le                                           PPM persévère dans son action.
titre « Un regard lucide et sans                                          Nous avons une étoile et un
complaisance ». Nous écrivions        Dr ALIKER est une référence         guide qui doivent nous interdire
alors : « Témoin et acteur privi-     morale et politique, pas seule-     de ne jamais accepter que les in-
légié, posté au confluent des         ment grâce à son grand âge,         térêts généraux soient noyés
deux siècles, le docteur Pierre       mais surtout par la force de son    dans les eaux glacées des inté-
ALIKER nous livre en exclusi-         regard pénétrant sur la marche      rêts personnels (…) Que le Parti
vité, en une analyse lucide et        en avant, parfois difficile, de     demeure le rempart contre
sans complaisance, ses impres-        notre Martinique. Et ceux qui- de   toutes les attaques contre les li-
sions au terme de lʼannée 2008        mauvaise foi- nous accusent de      bertés générales et particulières
(…) Lʼœil vif, lʼesprit alerte, les   nous cacher derrière les figures    et porte haut le sceptre de la di-
souvenirs précis dʼun vécu riche      tutélaires de CESAIRE et ALI-       gnité et de notre combat légi-
que porte un discours ciselé par      KER alors que nous renions          time ».
la patine du temps, lʼhomme ef-       leurs idéaux, font mine de ne
feuille la remontée puissante         pas comprendre que ce sont là
des souvenirs façonnés par le         les deux faces dʼune même mé-       Qui osera dire que le PPM, avec
scalpel des évènements et de          daille dont a hérité , fièrement    de tels hommes, aurait égaré la
lʼhistoire ».                         mais humblement, Serge LET-         boussole du peuple martini-
                                      CHIMY.                              quais ?

Un an plus tard, nous ne trou-
vons rien à redire, changer, cor- En ce 9 février 2010, relisons                        Daniel COMPERE
riger ou retirer des propos du quelques-unes des fortes pen-
plus célèbre des compagnons sées de ce poto-mitan du PPM
                            Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 10 février 2010
REGIONALES
         SERGE LETCHIMY INVESTI TETE DE LISTE DU PPM
« J’ACCEPTE LA MISSION QUE VOUS ME CONFIEZ DE ME PERMETTRE
DE SERVIR LA MARTINIQUE ENTIÈRE LORS DE CES ÉLECTIONS ».




      amedi 6 février 2010,          nesse, lʼéducation…. Journée           siers, 2000 adhérents à jour de

S     Ferme de Perrine au La-
      mentin, Convention du
PPM. Après les consultations
                                     riche, instructive, laborieuse,
                                     pour une synthèse des travaux
                                     réaliste et sérieuse. De nom-
                                                                            cotisations. Un parti-patrimoine
                                                                            dont la vitalité nʼest pas une vue
                                                                            de lʼesprit. 18h45 : Bruno SER-
des 10 et 24 janvier, le parti (en   breux intervenants, devant un          RATAN, président de lʼAPPMF
vue des régionales des 17 et 24      auditoire avisé, librement, ont        (Les Amis du PPM en France)
mars) a convié ses militants et la   présenté les résultats de leurs        affirmait lʼengagement de son
population martiniquaise, de ma-     analyses.                              association auprès du PPM
nière démocratique comme il se                                              dans ce combat. JC DUVER-
doit, en toute transparence, à                                              GER donnait de la voix et enton-
procéder à la désignation de         Jean-Claude DUVERGER, maî-             nait « Demain il fera beau ». Le
celui ou celle devant les repré-     tre de cérémonie, comme à son          balisier de Schoelcher, avec ses
senter.                              habitude, installait et enrichissait   22 délégués, est lʼun des plus
                                     les débats. Les musiciens de           importants. 19 heures : Mouve-
                                     « la bande à Pipo » assuraient         ment de foule. Lʼarrivée de
Remarquable exercice de démo-        lʼambiance dans une configura-         Serge LETCHIMY est annon-
cratie que cette Convention ! A      tion des chansons qui « chauffe-       cée ; spontanément, deux haies
lʼheure où certains candidats        ront » le Carnaval. 18 heures : le     se forment ; il faudra plus de
sʼautoproclament sans ver-           vote des délégués des Balisiers        vingt minutes pour que le dé-
gogne, faisant fi du moindre res-    pouvait commencer pour la dé-          puté-maire de Fort-de-France,
pect et –bien plus grave- de la      signation de la tête de
plus élémentaire considération       liste. Entre-temps, des
envers leurs adhérents, leurs        flots de sympathisants et
sympathisants et… les élec-          de militants, de manière
teurs !                              ininterrompue, se déver-
                                     saient sur lʼespace Per-
Toute la journée de samedi, les      rine, venant grossir le
différents « ateliers » ont « plan-  nombre de ceux- déjà im-
ché » sur des thèmes aussi di-       portant- qui sʼy trouvaient
vers que variés que sont la          depuis le matin.
coopération, les risques ma-
jeurs, lʼemploi, lʼéconomie, le
transport et les déplacements, Le PPM, cʼest : 40 bali-                      Bruno SERRATAN, de l'APPMF
lʼévolution institutionnelle, la jeu-
                                Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 10 février 2010
REGIONALES
                                                 TETE

     président du PPM, re-                                                   chesse et lʼemploi. En 1992, à
joigne sa place au pied du po-                                               la demande dʼAimé CESAIRE,
dium. Une foule survoltée,                                                   je fus élus conseiller général
quasi hystérique (lʼadjectif                                                 du canton quʼoccupait Camille
nʼest pas exagéré) veut le tou-                                              DARSIERES. En 2001, tou-
cher, lʼembrasser, lui parler,                                               jours à la demande dʼAimé Cé-
lʼétreindre, tout cela sur lʼair                                             saire, je devenais maire de
dʼun refrain que seules les si-                                              Fort-de-France. Toujours, je
tuations particulières peuvent                                               fus un militant discipliné et dé-
faire naître : « Letchimy à la                                               voué, disponible pour toutes
Région ». Résultat du vote :                                                 les missions qui me sont
                                            Albert JEAN-ZEPHIRIN
sur 400 votants, 390 OUI sur le                                            confiées, dès lors que je consi-
nom de Serge LETCHIMY. Un            dʼYvette GALOT et de Simon            dère que lʼintérêt supérieur de la
véritable plébiscite !               MORIN, premier adjoint au             Martinique les commande. Au-
                                     maire de Saint-Joseph, pour son       jourdʼhui, notre peuple a franchi
Dès lors, le candidat investi pou-   courage. Jean-Claude WIL-             une étape fondamentale dans la
vait sʼexprimer : il remercia tout   LIAM, président du Mouvement          construction de son destin et de
dʼabord les cadres du Parti, les     des Autonomistes et Progres-          son histoire en votant NON le 10
militants et sympathisants et, à     sistes (MAP). Il souligna la pré-     janvier et OUI le 24. Cʼest une
différents degrés, tous ceux qui     sence de notre camarade et ami        victoire que nous partageons
ont œuvré pour la bonne tenue        Jean CRUSOL, celle des frères         avec tous ceux qui, comme
de cette Convention. Remercie-       PASTEL et lʼimplication du maire      nous, ont les mêmes idéaux pro-
ments aussi à nos amis de tous            du Gros-Morne avec tout          gressistes. De quelque chapelle
                                          son conseil municipal au         quʼils se réclament, ils ont droit à
                                          près du PPM. JEAN-ZEPHI-         notre respect, à notre considéra-
                                          RIN devait déclarer « sʼen-      tion, car il est venu le temps des
                                          gager pour une nouvelle          retrouvailles généreuses et fra-
                                          réflexion sur ce que doit être   ternelles. Nous devons nous
                                          la politique dans ce pays ».     unir, nous devons nous réunir si
                                          Il remarquait la pré-
                                          sence de « Vivre à
                                          Schoelcher » et félici-
                                          tait Johnny ROSE, le
            JC ECANVIL vote               propriétaire de la Ferme
                                       de Perrine, pour le tro-
                                     phée mondial du Tourisme
les combats, ceux de la pre-
                                     et de la Gastronomie rem-
mière heure, verticaux et soli-
                                     porté. Un grand merci aussi
daires. Courageux aussi ! Nous
                                     à la délégation de la Fédé-
pensons à Maurice ANTISTE,
                                     ration Socialiste (FSM).
maire et conseiller général du                                                Serge THALY, Gros Morne
François, Rodolphe DESIRE,           Une belle image de cette Mar-
maire et conseiller général du       tinique qui gagne : « Fort-de-        nous voulons « faire peuple ». Il
Marin, Louis CRUSOL, maire           France, ville-capitale, réceptacle    sʼagit non point de main tendue
de Sainte-Luce, Arnaud RENE-         de toutes les misères, de toutes      mais de bras ouverts pour ac-
CORAIL, maire et conseiller gé-      les souffrances ; dans un             cueillir tous ceux qui, comme
néral des Trois-Ilets, Félix         contexte difficile, nous avons ré-    nous, avec nous, veulent sʼasso-
ISMAIN, maire et conseiller gé-      sisté et neuf ans plus tard, nous     cier à une œuvre qui nous dé-
néral de Bellefontaine, Jean-        avons redonné espoir à nos par-       passe tous, mais qui nous
Claude ECANVIL, maire et             tenaires et à notre personnel.        sollicite tous : construire ce
conseiller général du Carbet,        Nous avons favorisé le dévelop-       pays ! Conscientiser notre peu-
Serge LARCHER, sénateur de           pement de lʼactivité économique,      ple. Il va sans dire que les enla-
la Martinique, accompagné            seule capable de créer la ri-         cements furtifs et opportuns ne
                              Le Progressiste - Page 4 - Mercredi 10 février 2010
REGIONALES

                                                                          ma décision, la maison sera
                                                                          bien gardée : je serai là, à côté
                                                                          de vous ; je serai toujours dispo-
                                                                          nible pour tous les Martiniquais
                                                                          car chaque fois que je ferai
                                                                          quelque action dans nʼimporte
                                                                          quelle commune de Martinique,
                                                                          cʼest pour la Martinique entière
                                                                          que je travaillerai.
                                                                          Fort-de-France, je vous aime
                                                                          comme jʼaime la Martinique et
                                                                          tous les Martiniquais. Jʼaccepte
                                                                          la mission que vous me
                                                                          confiez en me permettant de
                                                                          servir la Martinique tout en-
                                                                          tière lors de ces élections ré-
                                                                          gionales ».
                         Daniel ROBIN rend compte

nous intéressent pas. Seules les      toute humilité, je pense que,
implications réelles et durables      sans prétendre être un homme
nous agréent. Les quatre pro-         providentiel et encore moins le     Comme lʼa chanté Jean-Claude
chaines années sont essen-            messie, lʼintérêt supérieur de la   DUVERGER, demain il fera
tielles, fondamentales. Celui qui     Martinique le réclame. Dès de-      beau assurément ! Nos lende-
sera à la tête de la Région Mar-      main, nous devons nous mettre       mains, nous devons nous don-
tinique devra assumer pleine-         au combat ! Si jʼaccepte de rele-   ner les moyens de les
ment ses responsabilités. Nous        ver ce défi, ce sera pour un com-   construire.
devons mettre en place une nou-       bat loyal, un débat dʼidées au
velle gouvernance dans ce pays.       cours duquel nos adversaires
                                      auront droit à mon respect dès                  Serge SOUFFLEUR
De nouvelles méthodes de tra-
vail doivent voir le jour. Une
autre culture du travail. Dʼau-
tres comportements. Une nou-
velle politique de formation. Ce
quʼil y a dʼessentiel cʼest de re-
donner envie à notre peuple,
de redonner espoir. Nous
sommes au plus bas dans la
fosse.
Ce pays a besoin de se récon-
                                               Partout, des ateliers
cilier avec la politique, avec ses
élus, avec lui-même surtout ! La
                                     lors quʼils me respecteront.
démocratie ne doit pas se conju-
guer avec lʼintolérance et encore
moins avec lʼautocratie. Il faut
restituer à notre peuple les véri- Ce pays a besoin de sʼexprimer ;
tables leviers dʼappréciation. Ce il a besoin de sʼouvrir à lʼautre ; il
pays doit se structurer sʼil veut a besoin de paix et dʼamour. Car
devenir attractif, sʼil veut se dé- si nous voulons gagner, il faudra
velopper… Car en fait, si jʼac- que chacun sʼengage, que tous
cepte la mission que vous me soient déterminés et mobilisés.
confiez, cʼest parce que, en Quoi quʼil en soit, quelle que soit
                              Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 10 février 2010
KOUTT ZEPON
                       GROS, GROS, GROS…TRES GROS

                          our la 2ème fois en quelques mois, grand branle bas de combat à Sainte-Marie.

                  P       Lise et toute sa compagnie en visite sur « les chantiers » (!!!) de la commune.
                          Serait-il en quête de bénédiction de la Sainte Vierge ? Des chantiers annon-
                   cés de longue date déjà et qui ne connaissent pas une once de démarrage, finances
                   « A zéro » oblige. Mais que ne ferait-il pas pour séduire ? Madeleine De Grandmai-
                   son, Présidente du CMT, elle-même ayant découvert des vertus touristiques au
                   coin, était même de la partie. Ah… cʼest elle la tête de liste pour le RDM de Lise
                   … !!!! Ah, je nʼavais pas fait le rapprochement !!! Bénie soit Sainte Marie !!!

DEJA CANDIDAT POUR LʼASSEMBLEE UNIQUE
Lise lʼa annoncé tout sourire au micro de Jean-Marc Pulvar : « Mes amis mʼont demandé de conduire
la liste pour la prochaine assemblée unique ». On ne connaît encore ni la date, ni le jour, ni comment,
… mais JE suis candidat. Mwen ka pwen douvan !!! Madeleine déjà remerciée avant même dʼêtre élue.
Pas gentil, le Claude. Drôle de démocratie, ce Rassemblement Démocratique. Pas de vote des militants,
pas de dépôt de candidature… mais JE suis candidat. Je comprends pourquoi il ne se retrouvait pas
au Parti de Trénelle. Chez nous, on ne brûle pas ainsi les étapes !!! Cʼest vrai que pour lui, cʼest une
vraie aubaine, cette Assemblée Unique en forme dʼéponge à venir. Oubliés ma gestion désastreuse,
mon gouffre financier, mon endettement mirobolant (+ de 400 millions dʼeuros), les avantages scanda-
leux accordés à certains de mes cadres. Ce sera Ou ouè i, ou pas ouè i !!!!

PATHETIQUE CHABIN
Fatigué dʼavoir passé sa vie à « chayé dlo dan panyen », il nous est apparu très las pour lʼAssemblée
Générale de son parti ce dernier dimanche.
Une petite salle peu fournie, peu renou-
velée, nʼavait pas réussi à lui donner la
pêche. Un seul argument !!! Une his-
toire de déficit ki pa ka fini minm !! Le
dernier truc pour essayer de camoufler
le désastre : un combat fratricide im-
posé entre la Ville et la Commune. Un
remake odieux de la fable de La Fon-
taine « le rat des villes et le rat des
champs ». Chabin, Césaire nous a ap-
pris depuis longtemps que « tout moun
cé moun » et cʼest bras grands ouverts
quʼil a accueilli la Martinique entière. Il
nʼy a pas de différence pour nous. A
Fort-de-France, on vient tous des com-
munes, tous sans exception et notre
grandeur dʼâme ne saurait supporter
une frontière invisible entre Martiniquais
!!!Césaire lui-même (originaire de
Basse Pointe), Letchimy pa mêm palé
(originaire du Gros Morne) !! Alors, cʼest
quoi ce procès stupide ??? Peut mieux
faire, Chabin, peut mieux faire !!!
                                             de Gaulle l’a dit, il l’a fait. Karam a été désavoué, il s’en va.

                           Fonmi wouj              Misyé ka kontinyé chayé dlo an pannyé. Mi zafè !

                            Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 10 février 2010
POLITIQUE ECONOMIQUE
« NOTRE MAISON BRÛLE ET NOUS REGARDONS
AILLEURS…... IL EST TEMPS, JE CROIS, D’OUVRIR LES YEUX ».
                                             avoir les moyens de les satisfaire,         ner les interventions de lʼEtat, de
                                             quel maire de lʼune de nos 34 com-          lʼUnion européenne, des pouvoirs pu-
                                             munes, quel conseiller général de           blics locaux et du secteur privé, de fé-
                                             lʼun de nos 45 cantons pourrait affi-       dérer les différents acteurs de la vie
                                             cher une pareille satisfaction ?            économique, sociale et culturelle au-
                                             Aucun !                                     tour de projets communs dont les ob-
                                                                                         jectifs sont partagés, dʼinscrire ces
                                             Ainsi donc, peu importe que le pays         politiques dans un cadre cohérent et
                                             connaisse des difficultés de plus en        harmonieux dʼaménagement du terri-
                                             plus importantes, peu importe que           toire et dʼêtre à ce titre le partenaire
                                             ses habitants voient leur situation se
                                                                                         des espaces intercommunaux.
                                             dégrader et que sa jeunesse perde
                                             espoir, peu importe que le chômage          Le Conseil Régional doit donc écou-
                                             sʼaccroisse, peu importe que la délin-      ter les autres acteurs de vie locale,
             Karl PAOLO
                                             quance ainsi que le trafic et lʼusage       considérés comme des partenaires
  l faut un singulier toupet pour se         de stupéfiants se développent ! Le

I
                                                                                         et non comme des subordonnés, par-
  décerner un brevet de bonne ges-           président du conseil régional lui, est      tager avec eux les informations et les
  tion de la collectivité régionale          satisfait, heureux, content de lui et       expériences dans un souci dʼamélio-
quand tous les indicateurs écono-            entend bien poursuivre dans la              rer constamment la performance et
miques et sociaux de la Martinique           même voie !                                 lʼefficacité des politiques menées et
poursuivent leur dégradation enta-                                                       non de vouloir passer en force au
mée depuis plusieurs années !                Pas une once de regret, pas une
                                             seule critique à lʼégard de la politique    nom de lʼadage « celui qui paye, dé-
Quʼil sʼagisse de lʼemploi, des diffé-       menée, pas une seule hésitation             cide » !
rents secteurs de notre économie, de         dans ses propos, Monsieur Alfred
                                                                                         Chacun sait aujourdʼhui que ce nʼest
la formation, de la santé, du loge-          Marie-Jeanne sʼauto congratule et,
                                                                                         pas de cette manière que lʼactuel pré-
ment, des transports…., brefs de tout        magazine « Capital » en main, il célè-
                                                                                         sident de la collectivité régionale,
ce qui fait le quotidien de chaque           bre ses 12 ans de présidence. Mais
                                                                                         Monsieur Alfred Marie-Jeanne,
martiniquais, les besoins non satis-         le 14 mars prochain, ce nʼest pas le
                                                                                         conçoit son rôle dʼexécutif ainsi que
faits sont de plus en plus pressants         magazine « Capital » qui sera appelé
et les difficultés sʼamoncellent.                                                        celui de la collectivité quʼil dirige pour
                                             à élire les membres du conseil régio-
                                                                                         quelques semaines encore. Il lʼa
                                             nal mais le peuple martiniquais et
Comment peut-on se féliciter des ré-                                                     montré à de multiples reprises, consi-
                                             cʼest à lui quʼil appartiendra de dire si
sultats dʼune « gestion » alors que la       le bilan est bon ou pas, si ses difficul-   dérant quʼil nʼavait aucune sugges-
situation est si détériorée comme lʼa        tés se sont atténuées ou pas, si lʼes-      tion à recevoir ni aucun compte à
révélé il y a un an, en février 2009, un     poir a été retrouvé ou pas !                rendre ainsi quʼun infortuné profes-
mouvement social que personne                                                            seur du lycée Schœlcher a pu le me-
nʼavait vu venir ?                           Cet écart entre la réalité que vit lʼim-    surer.
                                             mense majorité de la population et la
Comment un responsable politique,            satisfaction affichée par lʼexécutif ré-    Alors, parler de bonne gestion dans
de quelque bord quʼil se trouve, pour-       gional pourrait prêter à rire si elle ne    ces conditions, cʼest dans le meilleurs
rait-il se féliciter dʼune telle situation   masquait pas une incompréhension            des cas faire diversion pour éviter
et même en tirer des motifs dʼor-            totale de ce que sont le rôle et les        dʼaborder les vrais problèmes. Cʼest
gueil ?                                      missions dʼune collectivité régionale !     au pire être sur une autre planète que
                                                                                         celle où les martiniquais vivent !
Cʼest pourtant ce que vient de faire,
                                             Car le rôle du conseil régional nʼest
une fois de plus, le président du                                                        Mais cʼest assurément avoir le com-
                                             pas de disposer dʼune puissance fi-
conseil régional qui sʼest félicité de                                                   portement que dénonçait Jacques
                                             nancière, dont 70% proviennent des
« lʼexcellente gestion de la collectivité                                                CHIRAC au sommet mondial de Jo-
                                             impôts et les taxes que payent les
régionale et [du] bilan de sa manda-                                                     hannesburg sur le développement
                                             martiniquais ! Le Conseil régional
ture ».                                                                                  durable : « Notre maison brûle et
                                             nʼest pas une banque de dépôt dont
Lʼexécutif régional est le seul à être       lʼobjectif serait de drainer lʼépargne      nous regardons ailleurs ». Et comme
aussi satisfait !                            des ses clients !                           poursuivait lʼancien président de la
                                                                                         république, « Il est temps, je crois,
Confronté tous les jours aux attentes        Son rôle est dʼimpulser et dʼanimer le      dʼouvrir les yeux ».
et aux besoins de sa population sans         développement économique, social
                                             et culturel de notre pays, de coordon-                                 Karl PAOLO
                                   Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 10 février 2010
VIE DU PARTI

                                 BULLETIN D’ADHÉSION

NOM ……………………….......................                  PRENOM ……………................………………………..

DATE DE NAISSANCE ………………………………………………..........................................................

ADRESSE …………………………………………………………………….................................................

………………………………………………………………………………....................................................

E-mail……………………………...............                      TELEPHONE……………………………........................

PORTABLE ……………………….............                        TELECOPIE .......………………………........................

PROFESSION………………………………………………………….......................................................…

SYNDICAT…………………………………………………….........................................................…………



En adhérant au Parti Progressiste Martiniquais, je mʼengage à :

           Respecter les statuts et la ligne Politique du Parti.

           Respecter les valeurs humanistes et socialistes du Parti.

           Participer activement à la vie du Parti (réunions, commissions, conférences, campagnes

           électorales, actions de formation etc.).




Le montant de la côtisation est de :

                  3 0 € pour les salariés                          1 0 € pour les non salariés

Je souscris également à un abonnement annuel (45 numéros ) au journal « le progressiste »
pour un montant de 40 € :

                    Oui                                     Non

Je souhaite participer à une souscription de soutien

                    Oui                                    Non

       Lu et approuvé

               Le ………………….                                                                  Signature




                               Le Progressiste - Page 8 - Mercredi 10 février 2010
POLITIQUE
                 LA REGION ET LE SPORT PAR HENRI PASTEL
        (PRONONCÉ EN RADIO AVANT LA CONSULTATION DU 10 JANVIER)

      es Pilotins, dont nous           si talentueux éléments, ne sʼavi-     Pour notre part, nous attendons

L     sommes, qui ont vu cette
      semaine Alfred Marie-
Jeanne en compagnie de Gaël
                                       sent à émettre la moindre vel-
                                       léité de participer à la Coupe de
                                       France.
                                                                             patiemment le verdict des urnes
                                                                             du 10 janvier 2010. Patiemment
                                                                             et sereinement, car nous
Monfils, à lʼarrivée de ce dernier                                           sommes prêts à parier que la
à lʼaéroport Aimé Césaire, ont du      La France, pays colonialiste, im-     magie de Gaël Monfils ne va pas
se demander sʼils avaient la ber-      périaliste, raciste où pourtant       opérer.
lue.                                   entre temps, notre brave Alfred       Que la ronde des Mapipis ne va
                                       allait passer ses longs mois de       pas opérer. Que le « Gran Jé
Et quand ils ont vu lʼancien Maire     congé administratif de fonction-      Matnik » ne va pas opérer. Que
de leur commune, assister à une        naire français, en famille, notam-    le refus du vote secret au
exhibition du champion sur le          ment à St-Maur-des-Fossés, en         Congrès du 18 décembre ne va
stade de tennis du Lamentin, ils       banlieue parisienne.                  pas opérer. Que les millions
nʼen ont pas cru leurs yeux.                                                 dʼeuros distribués au pillage et
Marie-Jeanne sur un stade de           Question : Est-ce la magie de         dans les gabs duvilesques de
tennis ? Incroyable ! Marie-           Gaël Monfils ? ou, est-ce que,        Rivière-Salée et dʼailleurs, ne
Jeanne, le Président du Conseil        nécessité faisant loi, notre Grand    vont pas opérer. Que les rodo-
régional, finançant la tournée de      Patriote Alfred 1er , sentant tour-   montades, les colères feintes et
Monfils ? Impossible ! Marie-          ner le vent, nʼa pas tenté là, une    les menaces de démission ne
Jeanne, béat dʼadmiration de-          énième pirouette de vieux singe,      vont pas opérer. Car les Martini-
vant un joueur de tennis ? On          pour laisser accroire quʼil est ou-   quais ont désormais compris
aura tout vu !                         vert, tolérant et proche des
                                                                             que rien, absolument rien ne se-
                                       jeunes de notre pays. Au point
                                                                             rait plus dangereux, pour eux,
Pour les non Pilotins, il faut sa-     de financer la venue ici dʼune
                                                                             pour leurs enfants, pour le pays,
voir que durant ses trente an-         des plus grosses vedettes du
                                                                             que confier la moindre parcelle
nées de mandature, Alfred              sport…français, qui pratique en
                                                                             de pouvoir supplémentaire à un
Marie-Jeanne a publiquement et         France, là où précisément, il ne
                                                                             individu qui précisément, ne
avec véhémence refusé tout net         voulait pas, pas du tout quʼaille
                                       son Racing Club.                      cherche rien dʼautre que le pou-
la construction sur le territoire de
Rivière-Pilote dʼun cours de ten-                                            voir pour le pouvoir. Cʼest NON !
nis. Motif : « Cʼest un sport de       Aujourdʼhui, comme à son habi-
bourgeois et tant que je serai         tude, notre vaillant homme a en-
maire de Rivière-Pilote, il ne         core retourné sa veste à trois        A suivre !
sera pas question de pratiquer         poches. Le voila qui fait son mo-
ce sport dans la commune ».            ratoire. Plus question - en appa-
                                       rence - dʼindépendance ! Le
Une piscine alors ? Pire : « cʼest     voila à fond pour lʼautonomie,
une activité dʼenfants de bour-        une autonomie considérée na-
geois et en tant que père putatif      guère comme le mot dʼordre de
de tous les Pilotins, je ne            la nouvelle Droite quʼil vilipen-
construirai pas de piscine à Ri-       dait. Le voila qui ne jure que par
vière-Pilote ».                        la constitution française, le voila
                                       qui vote régulièrement les bud-
Seul le football a eu grâce aux        gets de ses amis Fillon et Sar-
yeux de notre conducator, et en-       kozy, le voilà qui boit et dîne à
core, à la condition express que       lʼElysée. Le voilà enfin en cohé-
jamais, les joueurs du Racing          rence avec lui-même. Sacré Far-
Club, les Pujar, Les Flavien, les      ceur cet Alfred !
Fage, les Domi, les Eguienta, de
                            Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 10 février 2010
HAITI/SOLIDARITE
                             « CAUCHEMAR HAITIEN »
                             TÉMOIGNAGE DE LOUIS CRUSOL




  l nʼy a pas mieux que de voir     haïtienne : Bernard MARTINOD.        notre arrivée en chantant des

I soi-même. Mercredi 3 février,
  départ du Raizet à bord dʼun
avion monomoteur à 9 heures
                                    Pas trop de dégâts, une activité
                                    intense. Dans la cour, une
                                    équipe de médecins et infirmiers
                                                                         chants de remerciement pour
                                                                         lʼaide fournie par les actions me-
                                                                         nées par Jean-Paul FISCHER,
pour une arrivée vers 13 heures     de Lorraine qui plient bagages,      président de la Caisse de Crédit
à Bahaona, en République Do-        leur mission bénévole terminée.      Mutuel de Saint-Martin avec jʼef-
minicaine, puis deux heures         Une seconde équipe dʼun autre        fectue la mission dʼévaluation.
trente en car jusquʼà Port-au-      pays européen arrive le lende-       Bernard possède dans la ville
Prince.                             main jeudi.                          une grande propriété sur la-
                                                                         quelle il a un projet de ville nou-
Là, cʼest le cauchemar : des îlots Départ vers la ville de Cabaret ; velle auquel nous souhaitons
entiers de maisons écroulées des ruines tout le long de notre nous associer dʼune manière ou
sur elles-mêmes, des routes route. Pétionville, à nouveau dʼune autre. Rencontre avec la
barrées par les débris ; on dirait Port-au-Prince. Cependant, la Municipalité de Cabaret (75.000
une ville bombardée. Notre pre- vie reprend son cours. Les Haï- hts) qui souhaite engager une
mière étape, lʼhôpital (on dit tiens que je rencontre nʼont pas coopération. Elle pense dʼabord
aussi lʼasile) français. Un en- lʼaire prostrés ; ils font face cou- à des actions durables : forma-
semble de bâtiments géré par un rageusement. A Cabaret, une tion des salariés, coopération
Français qui a pris la nationalité école où des enfants ont préparé avec les marins-pêcheurs et les
                            Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 10 février 2010
HAITI/SOLIDARITE

                                                                          Aujourdʼhui, lʼurgence nʼest pas
                                                                          dʼenvoyer des vivres : il y en a
                                                                          dans le pays. Il faut pouvoir les
                                                                          acheter ! Il faut donc collecter
                                                                          des fonds et les confier à des or-
                                                                          ganismes capables de les utili-
                                                                          ser de façon transparente et
                                                                          efficace. Payer des revenus, no-
                                                                          tamment des salaires, est une
                                                                          condition de la reprise de la vie

agriculteurs, formations sur In-     phelinat, « Enfant dʼHaïti, mon      et de la reconstruction. Dans
ternet.                              frère », où des personnes de         deux mois, nous y retournerons
                                     bonne volonté et de peu de
                                     moyens reçoivent bon an mal an       avec des propositions précises
                                     une cinquantaine dʼenfants. Je
Vendredi, départ pour Aquin                                               et le financement. Entre temps,
                                     leur amène un dossier dʼadop-
(95.000 hts). Sur la route, dés-
                                     tion dʼune famille martiniquaise     des moyens seront apportés par
olations des désolations ! Ma-
                                     et Jean-Paul un peu dʼargent.
riani, sinistrée ; Léogane,
                                     Nous faisons le point : des fa-      le Crédit Mutuel, par la Munici-
détruite à 70% ; Ti Goave,
                                     milles à nourrir immédiatement,
Grand Goave, Carrefour, des                                               palité et la population de Sainte-
                                     et pendant trois à quatre mois, le
champs de ruines partout.
                                     temps que les choses se réta-        Luce.     Mais     toutes     les
Lʼéglise du Père Gousse est me-
                                     blissent ; des écoles à redémar-
naçante, le presbytère est rempli
                                     rer ou même à reconstruire ; un      municipalités qui le souhaitent
de monde et le midi, une distri-
                                     hôpital à restaurer et entretenir
bution de vivres est faite pour                                           sont invitées à coopérer ainsi
                                     pendant plusieurs mois, car de-
des      familles
dʼAquin qui ont                                                           que tous les Martiniquais. Le dis-
reçu des réfu-
giés de Port-au-                                                          positif de prise en charge sera
Prince sous des                                                           proposé très rapidement. Il faut
tentes dans leur
cour. Un peu                                                              beaucoup plus que quelques
dʼargent, mais
les besoins sont                                                          efforts isolés pour Haïti.
autrement plus
importants pour
nourrir pendant
quelques mois
                                                                                           Louis CRUSOL
encore les fa-
milles et faire redémarrer les
                                     puis le séisme, personne ne paie
écoles qui accueillent 350
                                     plus.
élèves de la maternelle au se-
condaire.                            Samedi 6 février, 9 heures : dé-
                                     part en car pour Bahaona ; re-
A Port-au-Prince, visite dʼun or-
                                     tour en monomoteur Fokker.
                           Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 10 février 2010
CONVENTION
 UNE CONVENTION TRÈS DÉMOCRATIQUE- DES MILITANTS MOTIVÉS




                                                                             Nous devons faire peuple



                Enthousiasme et détermination




                   Le vote de DUVERGER                                   Au 1er rang, nos invités




Vous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ?
1. Téléchargez le bulletin d’adhésion :
http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf
2. Complétez-le
3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-France
ou par Mail à contact@ppm-martinique.fr
Visitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr
                                   Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui
COMITÉ DE RÉDACTION :              ont toujours fait confiance.

           Daniel COMPERE          « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle,
                                   intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’en-
                                   voyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM :
       Jeannie DARSIERES
                                   - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France.
          Didier LAGUERRE
                                   Directeur de la Publication : Daniel COMPERE
                                                                                                                                    imp. TONIPRINT 0596 57 37 37




         Laurence LEBEAU           18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France

               Daniel RENAY        Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01

         Serge SOUFFLEUR           Site Internet : www.ppm-martinique.fr

                                   Email : d.compere@ool.fr
         Victor TISSERAND
                                   N° de CPPAP : 0511 P 11495
                             Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 10 février 2010

Contenu connexe

En vedette (20)

Le Progressiste n° 2180
Le Progressiste n° 2180Le Progressiste n° 2180
Le Progressiste n° 2180
 
Le Progressiste n° 2139
Le Progressiste n° 2139Le Progressiste n° 2139
Le Progressiste n° 2139
 
Le progressiste n° 2113
Le progressiste n° 2113Le progressiste n° 2113
Le progressiste n° 2113
 
Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087Le progressiste n° 2087
Le progressiste n° 2087
 
questionaire
questionairequestionaire
questionaire
 
Le progressiste n° 2102
Le progressiste n° 2102Le progressiste n° 2102
Le progressiste n° 2102
 
Le progressiste n° 2095
Le progressiste n° 2095Le progressiste n° 2095
Le progressiste n° 2095
 
Le progressiste n° 2093
Le progressiste n° 2093Le progressiste n° 2093
Le progressiste n° 2093
 
Sportequipment
SportequipmentSportequipment
Sportequipment
 
A squestionaire
A squestionaireA squestionaire
A squestionaire
 
Le progressiste n° 2114
Le progressiste n° 2114Le progressiste n° 2114
Le progressiste n° 2114
 
Le progressiste n° 2121
Le progressiste n° 2121Le progressiste n° 2121
Le progressiste n° 2121
 
Le progressiste n° 2125
Le progressiste n° 2125Le progressiste n° 2125
Le progressiste n° 2125
 
A squestionaire
A squestionaireA squestionaire
A squestionaire
 
Excercises passé composé avec être
Excercises passé composé avec êtreExcercises passé composé avec être
Excercises passé composé avec être
 
Sa ki fet n° 16 du 06 au 11 juin 2011
Sa ki fet n° 16  du  06  au 11 juin 2011Sa ki fet n° 16  du  06  au 11 juin 2011
Sa ki fet n° 16 du 06 au 11 juin 2011
 
Sa fet n 15 30 mai au 3 juin 2011
Sa fet n 15   30 mai au 3 juin 2011Sa fet n 15   30 mai au 3 juin 2011
Sa fet n 15 30 mai au 3 juin 2011
 
Sa fet n 18
Sa fet n 18Sa fet n 18
Sa fet n 18
 
Sa fet n 15 30 mai au 3 juin 2011
Sa fet n 15   30 mai au 3 juin 2011Sa fet n 15   30 mai au 3 juin 2011
Sa fet n 15 30 mai au 3 juin 2011
 
et naquit Ableton
et naquit Abletonet naquit Ableton
et naquit Ableton
 

Similaire à Le progressiste n° 2118

Le progressiste n° 2112 16pages
Le progressiste n° 2112 16pagesLe progressiste n° 2112 16pages
Le progressiste n° 2112 16pagesParti Martiniquais
 
Leprogressiste2226
Leprogressiste2226Leprogressiste2226
Leprogressiste2226Jo Anis
 
Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]
Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]
Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]Jo Anis
 
Ansanm Ansanm
Ansanm AnsanmAnsanm Ansanm
Ansanm AnsanmJo Anis
 
Discours d'Edouard de Lépine
Discours d'Edouard de LépineDiscours d'Edouard de Lépine
Discours d'Edouard de LépineJo Anis
 
Lettre de campagne de Dominique Dord
Lettre de campagne de Dominique DordLettre de campagne de Dominique Dord
Lettre de campagne de Dominique DordDominique Dord
 
Le guide du militant progressiste
Le guide du militant progressisteLe guide du militant progressiste
Le guide du militant progressisteParti Martiniquais
 

Similaire à Le progressiste n° 2118 (20)

Le progressiste n° 2112 16pages
Le progressiste n° 2112 16pagesLe progressiste n° 2112 16pages
Le progressiste n° 2112 16pages
 
Leprogressiste2226
Leprogressiste2226Leprogressiste2226
Leprogressiste2226
 
Le progressiste n° 2083
Le progressiste n° 2083Le progressiste n° 2083
Le progressiste n° 2083
 
Le progressiste n° 2109
Le progressiste n° 2109Le progressiste n° 2109
Le progressiste n° 2109
 
Le progressiste n° 2084
Le progressiste n° 2084Le progressiste n° 2084
Le progressiste n° 2084
 
Le Progressiste n° 2169
Le Progressiste n° 2169Le Progressiste n° 2169
Le Progressiste n° 2169
 
Le progressiste n° 2100
Le progressiste n° 2100Le progressiste n° 2100
Le progressiste n° 2100
 
Le progressiste n° 2172
Le progressiste n° 2172Le progressiste n° 2172
Le progressiste n° 2172
 
Le progressiste n° 2086
Le progressiste n° 2086Le progressiste n° 2086
Le progressiste n° 2086
 
Le Progressiste n° 2175
Le Progressiste n° 2175 Le Progressiste n° 2175
Le Progressiste n° 2175
 
Le progressiste n° 2085
Le progressiste n° 2085Le progressiste n° 2085
Le progressiste n° 2085
 
Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]
Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]
Ansam asam le_journal_du_balisier_de_saint_joseph[1]
 
Ansanm Ansanm
Ansanm AnsanmAnsanm Ansanm
Ansanm Ansanm
 
Le progressiste n° 2133
Le progressiste n° 2133Le progressiste n° 2133
Le progressiste n° 2133
 
Bat5 bulletin adp_avril
Bat5 bulletin adp_avrilBat5 bulletin adp_avril
Bat5 bulletin adp_avril
 
Le progressiste n° 2096
Le progressiste n° 2096Le progressiste n° 2096
Le progressiste n° 2096
 
Discours d'Edouard de Lépine
Discours d'Edouard de LépineDiscours d'Edouard de Lépine
Discours d'Edouard de Lépine
 
Le progressiste n° 2081
Le progressiste n° 2081Le progressiste n° 2081
Le progressiste n° 2081
 
Lettre de campagne de Dominique Dord
Lettre de campagne de Dominique DordLettre de campagne de Dominique Dord
Lettre de campagne de Dominique Dord
 
Le guide du militant progressiste
Le guide du militant progressisteLe guide du militant progressiste
Le guide du militant progressiste
 

Plus de Parti Martiniquais

Plus de Parti Martiniquais (16)

Le Progressiste n°2262
Le Progressiste n°2262Le Progressiste n°2262
Le Progressiste n°2262
 
Le progressiste n° 2179
Le progressiste n° 2179Le progressiste n° 2179
Le progressiste n° 2179
 
Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011
Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011
Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011
 
Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011
Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011
Sa fèt n° 14 du 23 au 28 mai 2011
 
Sa fet n°13 du 16 au 21 mai 2011
Sa fet n°13  du  16 au 21   mai 2011Sa fet n°13  du  16 au 21   mai 2011
Sa fet n°13 du 16 au 21 mai 2011
 
Sa fet n°13 du 16 au 21 mai 2011
Sa fet n°13  du  16 au 21   mai 2011Sa fet n°13  du  16 au 21   mai 2011
Sa fet n°13 du 16 au 21 mai 2011
 
Sa fet n°13 du 16 au 21 mai 2011
Sa fet n°13  du  16 au 21   mai 2011Sa fet n°13  du  16 au 21   mai 2011
Sa fet n°13 du 16 au 21 mai 2011
 
09 au 14 mai 2011 sa fet
09 au 14 mai 2011 sa fet09 au 14 mai 2011 sa fet
09 au 14 mai 2011 sa fet
 
La collectivite unique de martinique
La collectivite unique de martiniqueLa collectivite unique de martinique
La collectivite unique de martinique
 
Le progressiste n° 2144
Le progressiste n° 2144Le progressiste n° 2144
Le progressiste n° 2144
 
Le progressiste n° 2143
Le progressiste n° 2143Le progressiste n° 2143
Le progressiste n° 2143
 
Le progressiste n° 2134
Le progressiste n° 2134Le progressiste n° 2134
Le progressiste n° 2134
 
Le progressiste n° 2132
Le progressiste n° 2132Le progressiste n° 2132
Le progressiste n° 2132
 
Le progressiste n° 2130 final
Le progressiste n° 2130 finalLe progressiste n° 2130 final
Le progressiste n° 2130 final
 
Le progressiste n° 2122
Le progressiste n° 2122Le progressiste n° 2122
Le progressiste n° 2122
 
Le progressiste n° 2120
Le progressiste n° 2120Le progressiste n° 2120
Le progressiste n° 2120
 

Le progressiste n° 2118

  • 1. 1 euro Le Progressiste Mercredi 10 février 2010 - N° 2118 “La chance de la Martinique c’est le travail des Martiniquais” Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire - Aimé CESAIRE BON ANNIVERSAIRE, RÉGIONALES : DR ALIKER SERGE LETCHIMY INVESTI DANS L’ENTHOUSIASME : 9 FÉVRIER 1907… 103 ANS « J’ACCEPTE LA MISSION QUE VOUS ME CONFIEZ DE SERVIR LA MARTINIQUE TOUT ENTIÈRE » (PP.3 À 5) ET MERCI POUR TOUT ! AU SOMMAIRE - REGIONALES : Serge Letchimy investi (pp.3 à 5) - POLITIQUE ECONOMIQUE : « Notre maison brûle… » (p.7) - HAITI/SOLIDARITE : Témoignage de Louis CRUSOL (pp.10,11) LUNDI DU PARTI (22 FÉVRIER) : - L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE (RAPHAËL SEMINOR) - LE DÉVELOPPEMENT DURABLE (DANIEL CHOMET) - LE LOGEMENT (PHILIPPE EADIE)
  • 2. EDITORIAL BON ANNIVERSAIRE, PIERRE ALIKER ! La famille PPM chez Dr ALIKER l y a un peu plus dʼun an, dans de route dʼAimé CESAIRE. Les et de la Martinique : « Les seuls I notre numéro 2070 du 14 jan- vier 2009, notre camarade Serge SOUFFLEUR avait inter- deux sont indissociables. Pas in- terchangeables mais indéfecti- blement complémentaires. vrais spécialistes des affaires martiniquaises sont les Martini- quais eux-mêmes (…) Que le viewé le Docteur ALIKER sous le PPM persévère dans son action. titre « Un regard lucide et sans Nous avons une étoile et un complaisance ». Nous écrivions Dr ALIKER est une référence guide qui doivent nous interdire alors : « Témoin et acteur privi- morale et politique, pas seule- de ne jamais accepter que les in- légié, posté au confluent des ment grâce à son grand âge, térêts généraux soient noyés deux siècles, le docteur Pierre mais surtout par la force de son dans les eaux glacées des inté- ALIKER nous livre en exclusi- regard pénétrant sur la marche rêts personnels (…) Que le Parti vité, en une analyse lucide et en avant, parfois difficile, de demeure le rempart contre sans complaisance, ses impres- notre Martinique. Et ceux qui- de toutes les attaques contre les li- sions au terme de lʼannée 2008 mauvaise foi- nous accusent de bertés générales et particulières (…) Lʼœil vif, lʼesprit alerte, les nous cacher derrière les figures et porte haut le sceptre de la di- souvenirs précis dʼun vécu riche tutélaires de CESAIRE et ALI- gnité et de notre combat légi- que porte un discours ciselé par KER alors que nous renions time ». la patine du temps, lʼhomme ef- leurs idéaux, font mine de ne feuille la remontée puissante pas comprendre que ce sont là des souvenirs façonnés par le les deux faces dʼune même mé- Qui osera dire que le PPM, avec scalpel des évènements et de daille dont a hérité , fièrement de tels hommes, aurait égaré la lʼhistoire ». mais humblement, Serge LET- boussole du peuple martini- CHIMY. quais ? Un an plus tard, nous ne trou- vons rien à redire, changer, cor- En ce 9 février 2010, relisons Daniel COMPERE riger ou retirer des propos du quelques-unes des fortes pen- plus célèbre des compagnons sées de ce poto-mitan du PPM Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 10 février 2010
  • 3. REGIONALES SERGE LETCHIMY INVESTI TETE DE LISTE DU PPM « J’ACCEPTE LA MISSION QUE VOUS ME CONFIEZ DE ME PERMETTRE DE SERVIR LA MARTINIQUE ENTIÈRE LORS DE CES ÉLECTIONS ». amedi 6 février 2010, nesse, lʼéducation…. Journée siers, 2000 adhérents à jour de S Ferme de Perrine au La- mentin, Convention du PPM. Après les consultations riche, instructive, laborieuse, pour une synthèse des travaux réaliste et sérieuse. De nom- cotisations. Un parti-patrimoine dont la vitalité nʼest pas une vue de lʼesprit. 18h45 : Bruno SER- des 10 et 24 janvier, le parti (en breux intervenants, devant un RATAN, président de lʼAPPMF vue des régionales des 17 et 24 auditoire avisé, librement, ont (Les Amis du PPM en France) mars) a convié ses militants et la présenté les résultats de leurs affirmait lʼengagement de son population martiniquaise, de ma- analyses. association auprès du PPM nière démocratique comme il se dans ce combat. JC DUVER- doit, en toute transparence, à GER donnait de la voix et enton- procéder à la désignation de Jean-Claude DUVERGER, maî- nait « Demain il fera beau ». Le celui ou celle devant les repré- tre de cérémonie, comme à son balisier de Schoelcher, avec ses senter. habitude, installait et enrichissait 22 délégués, est lʼun des plus les débats. Les musiciens de importants. 19 heures : Mouve- « la bande à Pipo » assuraient ment de foule. Lʼarrivée de Remarquable exercice de démo- lʼambiance dans une configura- Serge LETCHIMY est annon- cratie que cette Convention ! A tion des chansons qui « chauffe- cée ; spontanément, deux haies lʼheure où certains candidats ront » le Carnaval. 18 heures : le se forment ; il faudra plus de sʼautoproclament sans ver- vote des délégués des Balisiers vingt minutes pour que le dé- gogne, faisant fi du moindre res- pouvait commencer pour la dé- puté-maire de Fort-de-France, pect et –bien plus grave- de la signation de la tête de plus élémentaire considération liste. Entre-temps, des envers leurs adhérents, leurs flots de sympathisants et sympathisants et… les élec- de militants, de manière teurs ! ininterrompue, se déver- saient sur lʼespace Per- Toute la journée de samedi, les rine, venant grossir le différents « ateliers » ont « plan- nombre de ceux- déjà im- ché » sur des thèmes aussi di- portant- qui sʼy trouvaient vers que variés que sont la depuis le matin. coopération, les risques ma- jeurs, lʼemploi, lʼéconomie, le transport et les déplacements, Le PPM, cʼest : 40 bali- Bruno SERRATAN, de l'APPMF lʼévolution institutionnelle, la jeu- Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 10 février 2010
  • 4. REGIONALES TETE président du PPM, re- chesse et lʼemploi. En 1992, à joigne sa place au pied du po- la demande dʼAimé CESAIRE, dium. Une foule survoltée, je fus élus conseiller général quasi hystérique (lʼadjectif du canton quʼoccupait Camille nʼest pas exagéré) veut le tou- DARSIERES. En 2001, tou- cher, lʼembrasser, lui parler, jours à la demande dʼAimé Cé- lʼétreindre, tout cela sur lʼair saire, je devenais maire de dʼun refrain que seules les si- Fort-de-France. Toujours, je tuations particulières peuvent fus un militant discipliné et dé- faire naître : « Letchimy à la voué, disponible pour toutes Région ». Résultat du vote : les missions qui me sont Albert JEAN-ZEPHIRIN sur 400 votants, 390 OUI sur le confiées, dès lors que je consi- nom de Serge LETCHIMY. Un dʼYvette GALOT et de Simon dère que lʼintérêt supérieur de la véritable plébiscite ! MORIN, premier adjoint au Martinique les commande. Au- maire de Saint-Joseph, pour son jourdʼhui, notre peuple a franchi Dès lors, le candidat investi pou- courage. Jean-Claude WIL- une étape fondamentale dans la vait sʼexprimer : il remercia tout LIAM, président du Mouvement construction de son destin et de dʼabord les cadres du Parti, les des Autonomistes et Progres- son histoire en votant NON le 10 militants et sympathisants et, à sistes (MAP). Il souligna la pré- janvier et OUI le 24. Cʼest une différents degrés, tous ceux qui sence de notre camarade et ami victoire que nous partageons ont œuvré pour la bonne tenue Jean CRUSOL, celle des frères avec tous ceux qui, comme de cette Convention. Remercie- PASTEL et lʼimplication du maire nous, ont les mêmes idéaux pro- ments aussi à nos amis de tous du Gros-Morne avec tout gressistes. De quelque chapelle son conseil municipal au quʼils se réclament, ils ont droit à près du PPM. JEAN-ZEPHI- notre respect, à notre considéra- RIN devait déclarer « sʼen- tion, car il est venu le temps des gager pour une nouvelle retrouvailles généreuses et fra- réflexion sur ce que doit être ternelles. Nous devons nous la politique dans ce pays ». unir, nous devons nous réunir si Il remarquait la pré- sence de « Vivre à Schoelcher » et félici- tait Johnny ROSE, le JC ECANVIL vote propriétaire de la Ferme de Perrine, pour le tro- phée mondial du Tourisme les combats, ceux de la pre- et de la Gastronomie rem- mière heure, verticaux et soli- porté. Un grand merci aussi daires. Courageux aussi ! Nous à la délégation de la Fédé- pensons à Maurice ANTISTE, ration Socialiste (FSM). maire et conseiller général du Serge THALY, Gros Morne François, Rodolphe DESIRE, Une belle image de cette Mar- maire et conseiller général du tinique qui gagne : « Fort-de- nous voulons « faire peuple ». Il Marin, Louis CRUSOL, maire France, ville-capitale, réceptacle sʼagit non point de main tendue de Sainte-Luce, Arnaud RENE- de toutes les misères, de toutes mais de bras ouverts pour ac- CORAIL, maire et conseiller gé- les souffrances ; dans un cueillir tous ceux qui, comme néral des Trois-Ilets, Félix contexte difficile, nous avons ré- nous, avec nous, veulent sʼasso- ISMAIN, maire et conseiller gé- sisté et neuf ans plus tard, nous cier à une œuvre qui nous dé- néral de Bellefontaine, Jean- avons redonné espoir à nos par- passe tous, mais qui nous Claude ECANVIL, maire et tenaires et à notre personnel. sollicite tous : construire ce conseiller général du Carbet, Nous avons favorisé le dévelop- pays ! Conscientiser notre peu- Serge LARCHER, sénateur de pement de lʼactivité économique, ple. Il va sans dire que les enla- la Martinique, accompagné seule capable de créer la ri- cements furtifs et opportuns ne Le Progressiste - Page 4 - Mercredi 10 février 2010
  • 5. REGIONALES ma décision, la maison sera bien gardée : je serai là, à côté de vous ; je serai toujours dispo- nible pour tous les Martiniquais car chaque fois que je ferai quelque action dans nʼimporte quelle commune de Martinique, cʼest pour la Martinique entière que je travaillerai. Fort-de-France, je vous aime comme jʼaime la Martinique et tous les Martiniquais. Jʼaccepte la mission que vous me confiez en me permettant de servir la Martinique tout en- tière lors de ces élections ré- gionales ». Daniel ROBIN rend compte nous intéressent pas. Seules les toute humilité, je pense que, implications réelles et durables sans prétendre être un homme nous agréent. Les quatre pro- providentiel et encore moins le Comme lʼa chanté Jean-Claude chaines années sont essen- messie, lʼintérêt supérieur de la DUVERGER, demain il fera tielles, fondamentales. Celui qui Martinique le réclame. Dès de- beau assurément ! Nos lende- sera à la tête de la Région Mar- main, nous devons nous mettre mains, nous devons nous don- tinique devra assumer pleine- au combat ! Si jʼaccepte de rele- ner les moyens de les ment ses responsabilités. Nous ver ce défi, ce sera pour un com- construire. devons mettre en place une nou- bat loyal, un débat dʼidées au velle gouvernance dans ce pays. cours duquel nos adversaires auront droit à mon respect dès Serge SOUFFLEUR De nouvelles méthodes de tra- vail doivent voir le jour. Une autre culture du travail. Dʼau- tres comportements. Une nou- velle politique de formation. Ce quʼil y a dʼessentiel cʼest de re- donner envie à notre peuple, de redonner espoir. Nous sommes au plus bas dans la fosse. Ce pays a besoin de se récon- Partout, des ateliers cilier avec la politique, avec ses élus, avec lui-même surtout ! La lors quʼils me respecteront. démocratie ne doit pas se conju- guer avec lʼintolérance et encore moins avec lʼautocratie. Il faut restituer à notre peuple les véri- Ce pays a besoin de sʼexprimer ; tables leviers dʼappréciation. Ce il a besoin de sʼouvrir à lʼautre ; il pays doit se structurer sʼil veut a besoin de paix et dʼamour. Car devenir attractif, sʼil veut se dé- si nous voulons gagner, il faudra velopper… Car en fait, si jʼac- que chacun sʼengage, que tous cepte la mission que vous me soient déterminés et mobilisés. confiez, cʼest parce que, en Quoi quʼil en soit, quelle que soit Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 10 février 2010
  • 6. KOUTT ZEPON GROS, GROS, GROS…TRES GROS our la 2ème fois en quelques mois, grand branle bas de combat à Sainte-Marie. P Lise et toute sa compagnie en visite sur « les chantiers » (!!!) de la commune. Serait-il en quête de bénédiction de la Sainte Vierge ? Des chantiers annon- cés de longue date déjà et qui ne connaissent pas une once de démarrage, finances « A zéro » oblige. Mais que ne ferait-il pas pour séduire ? Madeleine De Grandmai- son, Présidente du CMT, elle-même ayant découvert des vertus touristiques au coin, était même de la partie. Ah… cʼest elle la tête de liste pour le RDM de Lise … !!!! Ah, je nʼavais pas fait le rapprochement !!! Bénie soit Sainte Marie !!! DEJA CANDIDAT POUR LʼASSEMBLEE UNIQUE Lise lʼa annoncé tout sourire au micro de Jean-Marc Pulvar : « Mes amis mʼont demandé de conduire la liste pour la prochaine assemblée unique ». On ne connaît encore ni la date, ni le jour, ni comment, … mais JE suis candidat. Mwen ka pwen douvan !!! Madeleine déjà remerciée avant même dʼêtre élue. Pas gentil, le Claude. Drôle de démocratie, ce Rassemblement Démocratique. Pas de vote des militants, pas de dépôt de candidature… mais JE suis candidat. Je comprends pourquoi il ne se retrouvait pas au Parti de Trénelle. Chez nous, on ne brûle pas ainsi les étapes !!! Cʼest vrai que pour lui, cʼest une vraie aubaine, cette Assemblée Unique en forme dʼéponge à venir. Oubliés ma gestion désastreuse, mon gouffre financier, mon endettement mirobolant (+ de 400 millions dʼeuros), les avantages scanda- leux accordés à certains de mes cadres. Ce sera Ou ouè i, ou pas ouè i !!!! PATHETIQUE CHABIN Fatigué dʼavoir passé sa vie à « chayé dlo dan panyen », il nous est apparu très las pour lʼAssemblée Générale de son parti ce dernier dimanche. Une petite salle peu fournie, peu renou- velée, nʼavait pas réussi à lui donner la pêche. Un seul argument !!! Une his- toire de déficit ki pa ka fini minm !! Le dernier truc pour essayer de camoufler le désastre : un combat fratricide im- posé entre la Ville et la Commune. Un remake odieux de la fable de La Fon- taine « le rat des villes et le rat des champs ». Chabin, Césaire nous a ap- pris depuis longtemps que « tout moun cé moun » et cʼest bras grands ouverts quʼil a accueilli la Martinique entière. Il nʼy a pas de différence pour nous. A Fort-de-France, on vient tous des com- munes, tous sans exception et notre grandeur dʼâme ne saurait supporter une frontière invisible entre Martiniquais !!!Césaire lui-même (originaire de Basse Pointe), Letchimy pa mêm palé (originaire du Gros Morne) !! Alors, cʼest quoi ce procès stupide ??? Peut mieux faire, Chabin, peut mieux faire !!! de Gaulle l’a dit, il l’a fait. Karam a été désavoué, il s’en va. Fonmi wouj Misyé ka kontinyé chayé dlo an pannyé. Mi zafè ! Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 10 février 2010
  • 7. POLITIQUE ECONOMIQUE « NOTRE MAISON BRÛLE ET NOUS REGARDONS AILLEURS…... IL EST TEMPS, JE CROIS, D’OUVRIR LES YEUX ». avoir les moyens de les satisfaire, ner les interventions de lʼEtat, de quel maire de lʼune de nos 34 com- lʼUnion européenne, des pouvoirs pu- munes, quel conseiller général de blics locaux et du secteur privé, de fé- lʼun de nos 45 cantons pourrait affi- dérer les différents acteurs de la vie cher une pareille satisfaction ? économique, sociale et culturelle au- Aucun ! tour de projets communs dont les ob- jectifs sont partagés, dʼinscrire ces Ainsi donc, peu importe que le pays politiques dans un cadre cohérent et connaisse des difficultés de plus en harmonieux dʼaménagement du terri- plus importantes, peu importe que toire et dʼêtre à ce titre le partenaire ses habitants voient leur situation se des espaces intercommunaux. dégrader et que sa jeunesse perde espoir, peu importe que le chômage Le Conseil Régional doit donc écou- sʼaccroisse, peu importe que la délin- ter les autres acteurs de vie locale, Karl PAOLO quance ainsi que le trafic et lʼusage considérés comme des partenaires l faut un singulier toupet pour se de stupéfiants se développent ! Le I et non comme des subordonnés, par- décerner un brevet de bonne ges- président du conseil régional lui, est tager avec eux les informations et les tion de la collectivité régionale satisfait, heureux, content de lui et expériences dans un souci dʼamélio- quand tous les indicateurs écono- entend bien poursuivre dans la rer constamment la performance et miques et sociaux de la Martinique même voie ! lʼefficacité des politiques menées et poursuivent leur dégradation enta- non de vouloir passer en force au mée depuis plusieurs années ! Pas une once de regret, pas une seule critique à lʼégard de la politique nom de lʼadage « celui qui paye, dé- Quʼil sʼagisse de lʼemploi, des diffé- menée, pas une seule hésitation cide » ! rents secteurs de notre économie, de dans ses propos, Monsieur Alfred Chacun sait aujourdʼhui que ce nʼest la formation, de la santé, du loge- Marie-Jeanne sʼauto congratule et, pas de cette manière que lʼactuel pré- ment, des transports…., brefs de tout magazine « Capital » en main, il célè- sident de la collectivité régionale, ce qui fait le quotidien de chaque bre ses 12 ans de présidence. Mais Monsieur Alfred Marie-Jeanne, martiniquais, les besoins non satis- le 14 mars prochain, ce nʼest pas le conçoit son rôle dʼexécutif ainsi que faits sont de plus en plus pressants magazine « Capital » qui sera appelé et les difficultés sʼamoncellent. celui de la collectivité quʼil dirige pour à élire les membres du conseil régio- quelques semaines encore. Il lʼa nal mais le peuple martiniquais et Comment peut-on se féliciter des ré- montré à de multiples reprises, consi- cʼest à lui quʼil appartiendra de dire si sultats dʼune « gestion » alors que la le bilan est bon ou pas, si ses difficul- dérant quʼil nʼavait aucune sugges- situation est si détériorée comme lʼa tés se sont atténuées ou pas, si lʼes- tion à recevoir ni aucun compte à révélé il y a un an, en février 2009, un poir a été retrouvé ou pas ! rendre ainsi quʼun infortuné profes- mouvement social que personne seur du lycée Schœlcher a pu le me- nʼavait vu venir ? Cet écart entre la réalité que vit lʼim- surer. mense majorité de la population et la Comment un responsable politique, satisfaction affichée par lʼexécutif ré- Alors, parler de bonne gestion dans de quelque bord quʼil se trouve, pour- gional pourrait prêter à rire si elle ne ces conditions, cʼest dans le meilleurs rait-il se féliciter dʼune telle situation masquait pas une incompréhension des cas faire diversion pour éviter et même en tirer des motifs dʼor- totale de ce que sont le rôle et les dʼaborder les vrais problèmes. Cʼest gueil ? missions dʼune collectivité régionale ! au pire être sur une autre planète que celle où les martiniquais vivent ! Cʼest pourtant ce que vient de faire, Car le rôle du conseil régional nʼest une fois de plus, le président du Mais cʼest assurément avoir le com- pas de disposer dʼune puissance fi- conseil régional qui sʼest félicité de portement que dénonçait Jacques nancière, dont 70% proviennent des « lʼexcellente gestion de la collectivité CHIRAC au sommet mondial de Jo- impôts et les taxes que payent les régionale et [du] bilan de sa manda- hannesburg sur le développement martiniquais ! Le Conseil régional ture ». durable : « Notre maison brûle et nʼest pas une banque de dépôt dont Lʼexécutif régional est le seul à être lʼobjectif serait de drainer lʼépargne nous regardons ailleurs ». Et comme aussi satisfait ! des ses clients ! poursuivait lʼancien président de la république, « Il est temps, je crois, Confronté tous les jours aux attentes Son rôle est dʼimpulser et dʼanimer le dʼouvrir les yeux ». et aux besoins de sa population sans développement économique, social et culturel de notre pays, de coordon- Karl PAOLO Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 10 février 2010
  • 8. VIE DU PARTI BULLETIN D’ADHÉSION NOM ………………………....................... PRENOM ……………................……………………….. DATE DE NAISSANCE ……………………………………………….......................................................... ADRESSE ……………………………………………………………………................................................. ……………………………………………………………………………….................................................... E-mail……………………………............... TELEPHONE……………………………........................ PORTABLE ………………………............. TELECOPIE .......………………………........................ PROFESSION………………………………………………………….......................................................… SYNDICAT…………………………………………………….........................................................………… En adhérant au Parti Progressiste Martiniquais, je mʼengage à : Respecter les statuts et la ligne Politique du Parti. Respecter les valeurs humanistes et socialistes du Parti. Participer activement à la vie du Parti (réunions, commissions, conférences, campagnes électorales, actions de formation etc.). Le montant de la côtisation est de : 3 0 € pour les salariés 1 0 € pour les non salariés Je souscris également à un abonnement annuel (45 numéros ) au journal « le progressiste » pour un montant de 40 € : Oui Non Je souhaite participer à une souscription de soutien Oui Non Lu et approuvé Le …………………. Signature Le Progressiste - Page 8 - Mercredi 10 février 2010
  • 9. POLITIQUE LA REGION ET LE SPORT PAR HENRI PASTEL (PRONONCÉ EN RADIO AVANT LA CONSULTATION DU 10 JANVIER) es Pilotins, dont nous si talentueux éléments, ne sʼavi- Pour notre part, nous attendons L sommes, qui ont vu cette semaine Alfred Marie- Jeanne en compagnie de Gaël sent à émettre la moindre vel- léité de participer à la Coupe de France. patiemment le verdict des urnes du 10 janvier 2010. Patiemment et sereinement, car nous Monfils, à lʼarrivée de ce dernier sommes prêts à parier que la à lʼaéroport Aimé Césaire, ont du La France, pays colonialiste, im- magie de Gaël Monfils ne va pas se demander sʼils avaient la ber- périaliste, raciste où pourtant opérer. lue. entre temps, notre brave Alfred Que la ronde des Mapipis ne va allait passer ses longs mois de pas opérer. Que le « Gran Jé Et quand ils ont vu lʼancien Maire congé administratif de fonction- Matnik » ne va pas opérer. Que de leur commune, assister à une naire français, en famille, notam- le refus du vote secret au exhibition du champion sur le ment à St-Maur-des-Fossés, en Congrès du 18 décembre ne va stade de tennis du Lamentin, ils banlieue parisienne. pas opérer. Que les millions nʼen ont pas cru leurs yeux. dʼeuros distribués au pillage et Marie-Jeanne sur un stade de Question : Est-ce la magie de dans les gabs duvilesques de tennis ? Incroyable ! Marie- Gaël Monfils ? ou, est-ce que, Rivière-Salée et dʼailleurs, ne Jeanne, le Président du Conseil nécessité faisant loi, notre Grand vont pas opérer. Que les rodo- régional, finançant la tournée de Patriote Alfred 1er , sentant tour- montades, les colères feintes et Monfils ? Impossible ! Marie- ner le vent, nʼa pas tenté là, une les menaces de démission ne Jeanne, béat dʼadmiration de- énième pirouette de vieux singe, vont pas opérer. Car les Martini- vant un joueur de tennis ? On pour laisser accroire quʼil est ou- quais ont désormais compris aura tout vu ! vert, tolérant et proche des que rien, absolument rien ne se- jeunes de notre pays. Au point rait plus dangereux, pour eux, Pour les non Pilotins, il faut sa- de financer la venue ici dʼune pour leurs enfants, pour le pays, voir que durant ses trente an- des plus grosses vedettes du que confier la moindre parcelle nées de mandature, Alfred sport…français, qui pratique en de pouvoir supplémentaire à un Marie-Jeanne a publiquement et France, là où précisément, il ne individu qui précisément, ne avec véhémence refusé tout net voulait pas, pas du tout quʼaille son Racing Club. cherche rien dʼautre que le pou- la construction sur le territoire de Rivière-Pilote dʼun cours de ten- voir pour le pouvoir. Cʼest NON ! nis. Motif : « Cʼest un sport de Aujourdʼhui, comme à son habi- bourgeois et tant que je serai tude, notre vaillant homme a en- maire de Rivière-Pilote, il ne core retourné sa veste à trois A suivre ! sera pas question de pratiquer poches. Le voila qui fait son mo- ce sport dans la commune ». ratoire. Plus question - en appa- rence - dʼindépendance ! Le Une piscine alors ? Pire : « cʼest voila à fond pour lʼautonomie, une activité dʼenfants de bour- une autonomie considérée na- geois et en tant que père putatif guère comme le mot dʼordre de de tous les Pilotins, je ne la nouvelle Droite quʼil vilipen- construirai pas de piscine à Ri- dait. Le voila qui ne jure que par vière-Pilote ». la constitution française, le voila qui vote régulièrement les bud- Seul le football a eu grâce aux gets de ses amis Fillon et Sar- yeux de notre conducator, et en- kozy, le voilà qui boit et dîne à core, à la condition express que lʼElysée. Le voilà enfin en cohé- jamais, les joueurs du Racing rence avec lui-même. Sacré Far- Club, les Pujar, Les Flavien, les ceur cet Alfred ! Fage, les Domi, les Eguienta, de Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 10 février 2010
  • 10. HAITI/SOLIDARITE « CAUCHEMAR HAITIEN » TÉMOIGNAGE DE LOUIS CRUSOL l nʼy a pas mieux que de voir haïtienne : Bernard MARTINOD. notre arrivée en chantant des I soi-même. Mercredi 3 février, départ du Raizet à bord dʼun avion monomoteur à 9 heures Pas trop de dégâts, une activité intense. Dans la cour, une équipe de médecins et infirmiers chants de remerciement pour lʼaide fournie par les actions me- nées par Jean-Paul FISCHER, pour une arrivée vers 13 heures de Lorraine qui plient bagages, président de la Caisse de Crédit à Bahaona, en République Do- leur mission bénévole terminée. Mutuel de Saint-Martin avec jʼef- minicaine, puis deux heures Une seconde équipe dʼun autre fectue la mission dʼévaluation. trente en car jusquʼà Port-au- pays européen arrive le lende- Bernard possède dans la ville Prince. main jeudi. une grande propriété sur la- quelle il a un projet de ville nou- Là, cʼest le cauchemar : des îlots Départ vers la ville de Cabaret ; velle auquel nous souhaitons entiers de maisons écroulées des ruines tout le long de notre nous associer dʼune manière ou sur elles-mêmes, des routes route. Pétionville, à nouveau dʼune autre. Rencontre avec la barrées par les débris ; on dirait Port-au-Prince. Cependant, la Municipalité de Cabaret (75.000 une ville bombardée. Notre pre- vie reprend son cours. Les Haï- hts) qui souhaite engager une mière étape, lʼhôpital (on dit tiens que je rencontre nʼont pas coopération. Elle pense dʼabord aussi lʼasile) français. Un en- lʼaire prostrés ; ils font face cou- à des actions durables : forma- semble de bâtiments géré par un rageusement. A Cabaret, une tion des salariés, coopération Français qui a pris la nationalité école où des enfants ont préparé avec les marins-pêcheurs et les Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 10 février 2010
  • 11. HAITI/SOLIDARITE Aujourdʼhui, lʼurgence nʼest pas dʼenvoyer des vivres : il y en a dans le pays. Il faut pouvoir les acheter ! Il faut donc collecter des fonds et les confier à des or- ganismes capables de les utili- ser de façon transparente et efficace. Payer des revenus, no- tamment des salaires, est une condition de la reprise de la vie agriculteurs, formations sur In- phelinat, « Enfant dʼHaïti, mon et de la reconstruction. Dans ternet. frère », où des personnes de deux mois, nous y retournerons bonne volonté et de peu de moyens reçoivent bon an mal an avec des propositions précises une cinquantaine dʼenfants. Je Vendredi, départ pour Aquin et le financement. Entre temps, leur amène un dossier dʼadop- (95.000 hts). Sur la route, dés- tion dʼune famille martiniquaise des moyens seront apportés par olations des désolations ! Ma- et Jean-Paul un peu dʼargent. riani, sinistrée ; Léogane, Nous faisons le point : des fa- le Crédit Mutuel, par la Munici- détruite à 70% ; Ti Goave, milles à nourrir immédiatement, Grand Goave, Carrefour, des palité et la population de Sainte- et pendant trois à quatre mois, le champs de ruines partout. temps que les choses se réta- Luce. Mais toutes les Lʼéglise du Père Gousse est me- blissent ; des écoles à redémar- naçante, le presbytère est rempli rer ou même à reconstruire ; un municipalités qui le souhaitent de monde et le midi, une distri- hôpital à restaurer et entretenir bution de vivres est faite pour sont invitées à coopérer ainsi pendant plusieurs mois, car de- des familles dʼAquin qui ont que tous les Martiniquais. Le dis- reçu des réfu- giés de Port-au- positif de prise en charge sera Prince sous des proposé très rapidement. Il faut tentes dans leur cour. Un peu beaucoup plus que quelques dʼargent, mais les besoins sont efforts isolés pour Haïti. autrement plus importants pour nourrir pendant quelques mois Louis CRUSOL encore les fa- milles et faire redémarrer les puis le séisme, personne ne paie écoles qui accueillent 350 plus. élèves de la maternelle au se- condaire. Samedi 6 février, 9 heures : dé- part en car pour Bahaona ; re- A Port-au-Prince, visite dʼun or- tour en monomoteur Fokker. Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 10 février 2010
  • 12. CONVENTION UNE CONVENTION TRÈS DÉMOCRATIQUE- DES MILITANTS MOTIVÉS Nous devons faire peuple Enthousiasme et détermination Le vote de DUVERGER Au 1er rang, nos invités Vous souhaitez adhérer au Parti Progressiste Martiniquais ? 1. Téléchargez le bulletin d’adhésion : http://www.ppm-martinique.fr/wp-content/uploads/2009/09/Bulletin-dadhésion-2006.pdf 2. Complétez-le 3. Renvoyez-le à : PPM – Ancien réservoir de Trénelle – 97200 Fort-de-France ou par Mail à contact@ppm-martinique.fr Visitez le site du PPM :http://www.ppm-martinique.fr Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates qui lui COMITÉ DE RÉDACTION : ont toujours fait confiance. Daniel COMPERE « Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle, intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants. Nous les remercions d’en- voyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions au siège du PPM : Jeannie DARSIERES - Ancien Réservoir de Trénelle - Fort-de-France. Didier LAGUERRE Directeur de la Publication : Daniel COMPERE imp. TONIPRINT 0596 57 37 37 Laurence LEBEAU 18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France Daniel RENAY Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 Serge SOUFFLEUR Site Internet : www.ppm-martinique.fr Email : d.compere@ool.fr Victor TISSERAND N° de CPPAP : 0511 P 11495 Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 10 février 2010