Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
Par nunodrigues.net. CC-BY-NC




 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme
               des contenus




Par Calimaq...
Quand on parle de réseaux
   et de médias sociaux, on
   s’intéresse beaucoup aux
  données personnelles, mais
    moins a...
Une partie importante de ce que nous partageons en ligne
    (textes, photos, vidéos, etc) constituent des œuvres
        ...
Mais ces contenus ont aussi la
                                 nature particulière
                            D’User Gen...
Par Y. Caradec. CC-BY-NC-SA
                                Illustration avec Second Life
Par Rikomatic. CC-BY-NC-SA




 ...
C’est la magie noire des CGU…




                                      A lire sur OWNI :
                                ...
Licence ≠ cession

    L’exemple de Dropbox                        « By submitting your stuff to the Services, you
       ...
Licence ≠ cession, mais…

     L’exemple de Facebook
                                                          « Pour le c...
Un phénomène de « diffraction »
de la propriété jusqu’au vertige…



                                     Que se passe-
 ...
En matière de CGU…




                                                      Par Kaptain Kobold. CC-BY-NC-SA
       Il y a...
Les (très) bons




Raphaël. Cherubini. Domaine public.
Les bons
Les brutes




                                                                 Saturne/ dévorant ses enfants. Par Goya. D...
Et les tru@ands !



                                                                                                     ...
Longtemps, la menace est restée en sommeil, mais…




                                                                    ...
Le problème des rachats…

                                                                     L’affaire Facebook/Instagra...
Comment conjurer le problème de la propriété-fantôme ?




                   Par Jenn et Tony Bot. CC-BY-NC
Et si les CGU n’étaient que des tigres de papier ?
Par Jondon. CC-BY-NC.




                                             ...
La carte de la mobilisation des internautes




                                                Avril 2012 : manifestation...
Information et vulgarisation des CGU



                                         Projet ToS;DR




Voir aussi :
-TosBack d...
Plateformes alternatives




                                                           Projet Priv.ly




       Diaspora...
Les licences libres comme protection ?



                                                       L’exemple de Wikipédia
  ...
Merci de votre attention !




.
Par bfishadow. CC-BY
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

sur

Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 1 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 2 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 3 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 4 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 5 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 6 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 7 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 8 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 9 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 10 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 11 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 12 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 13 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 14 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 15 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 16 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 17 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 18 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 19 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 20 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 21 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 22 Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Slide 23

Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus

  1. 1. Par nunodrigues.net. CC-BY-NC Les réseaux sociaux et la propriété fantôme des contenus Par Calimaq Auteur du blog S.I.Lex Atelier i-Expo 14/06/2012
  2. 2. Quand on parle de réseaux et de médias sociaux, on s’intéresse beaucoup aux données personnelles, mais moins aux questions de propriété des contenus partagés (Janv. 2012)
  3. 3. Une partie importante de ce que nous partageons en ligne (textes, photos, vidéos, etc) constituent des œuvres de l’esprit protégées par le droit d’auteur Horia Varlan CC-BY Avec quelques incertitudes : - Les tweets relèvent-ils du droit d’auteur ? - Quel statut juridique pour les arbres de perles de Pearltrees ?
  4. 4. Mais ces contenus ont aussi la nature particulière D’User Generated Content Par foamcow. CC-BY-NC-ND A lire : - User Created Content. Supporting a participative Information Society. IVIR,2007/2008. - Michèle Battisti, Quand le droit d’auteur est bousculé par l’internaute créateur de contenus. Paralimènes, 31/09/2010.
  5. 5. Par Y. Caradec. CC-BY-NC-SA Illustration avec Second Life Par Rikomatic. CC-BY-NC-SA A l’origine de Second Life : «What you have in Second Life is real and it’s yours. It doesn’t belong to us. We have no claim to it. » Mais subitement, en 2010… VIRTUAL LAND” IS IN-WORLD SPACE THAT WE LICENSE Virtual Land is the graphical representation of three-dimensional virtual world space. When you acquire Virtual Land, you obtain a limited license to access and use certain features of the Service associated with Virtual Land stored on our Servers. Virtual Land is available for Purchase or distribution at Linden Lab’s discretion, and is not redeemable for monetary value from Linden Lab.
  6. 6. C’est la magie noire des CGU… A lire sur OWNI : Conditions générales de myst … qui crée une propriété fantôme des contenus.
  7. 7. Licence ≠ cession L’exemple de Dropbox « By submitting your stuff to the Services, you grant us (and those we work with to provide the Services) worldwide, non-exclusive, royalty- free, sublicenseable rights to use, copy, distribute, prepare derivative works (such as translations or format conversions) of, perform, or publicly display that stuff to the extent reasonably necessary for the Service. » Analyse de Marc Autret : « Sur le plan juridique il s’agit seulement d’une clause ayant valeur de licence (=permission) avec une portée strictement technique, et donc en aucun cas d’une cession de droits [...] Il peut paraître aller de soi que Dropbox va devoir copier, transférer, compresser, afficher, vignetter, bref, manipuler les fichiers (“your stuff”) qu’on lui confie. La clause des TOS se borne à expliciter ce point, qui est une condition matérielle sine qua non pour que le service soit possible. En conclusion: la clause de Dropbox est tout à fait normale, loyale, pertinente et fondée. Ce n’est pas une CESSION de droits, c’est une LICENCE visant formellement à permettre la fourniture “paisible” du service dont il est question.»
  8. 8. Licence ≠ cession, mais… L’exemple de Facebook « Pour le contenu protégé par les droits de propriété intellectuelle, comme les photos ou vidéos […] : vous nous accordez une licence non-exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l’utilisation des contenus de propriété intellectuelle que vous publiez sur Facebook ou en relation avec Facebook (licence de propriété intellectuelle). Cette licence de propriété intellectuelle se termine lorsque vous supprimez vos contenus de propriété intellectuelle ou votre compte, sauf si votre compte est partagé avec d’autres personnes qui ne l’ont pas supprimé. » Le phénomène de propriété-fantôme : « La cession des droits peut en effet s’opérer à titre exclusif ou non exclusif. Le premier cas correspond par exemple à celui d’un contrat d’édition classique, dans lequel un auteur va littéralement transférer ses droits de propriété intellectuelle à un éditeur pour publier un ouvrage. L’auteur, titulaire initial des droits patrimoniaux, s’en dépossède par la cession exclusive et il ne peut plus les exercer une fois le contrat conclu. Avec les CGU des plateformes, les droits ne sont pas transférés, mais en quelque sorte “répliqués” : l’utilisateur conserve les droits patrimoniaux attachés aux contenus qu’il a produit, mais la plateforme dispose de droits identiques sur les mêmes objets. » (Calimaq)
  9. 9. Un phénomène de « diffraction » de la propriété jusqu’au vertige…  Que se passe- t-il lorsqu’un même contenu passe de service en service ?…  Une situation juridique inextricable !  Superposition d’une multitude de règles contractuelles, différentes selon CC-BY-NC-SA My name is benji chaque service
  10. 10. En matière de CGU… Par Kaptain Kobold. CC-BY-NC-SA Il y a les bons, les brutes et les tru@nds !
  11. 11. Les (très) bons Raphaël. Cherubini. Domaine public.
  12. 12. Les bons
  13. 13. Les brutes Saturne/ dévorant ses enfants. Par Goya. Domaine public « Droit de licence et garantie de vos contributions à LinkedIn De plus, vous concédez à LinkedIn un droit non exclusif, irrévocable, pour le monde entier, perpétuel, illimité, cessible, qui peut être l'objet de sous-licences, entièrement payé et libre de toute obligation à payer une redevance, de copier, élaborer des œuvres dérivées, améliorer, diffuser, publier, retirer, retenir, ajouter, analyser et utiliser ou commercialiser de toute façon actuellement connue ou à venir, tout élément que vous fournissez, directement ou indirectement, à LinkedIn, et notamment tout contenu généré par un utilisateur, toute idée, tout concept, toutes techniques ou données que vous soumettez à LinkedIn, sans autre autorisation, notification, et/ou contrepartie pour vous ou tout autre tiers. » Beaucoup de réseaux sont à ranger dans cette catégorie : Facebook, Google +, etc
  14. 14. Et les tru@ands ! CHU d’origine (2006) Copyright (What’s Yours is Yours) Gustave Doré. Domaine public  We claim no intellectual property rights over the material you provide to the Twitter service. Your profile and materials uploaded remain yours. You can remove your profile at any time by deleting your account. This will also remove any text and images you have stored in the system.  We encourage users to contribute their creations to the public domain or consider progressive licensing terms. Mais subitement en 2009… Vos droits L’utilisateur conserve ses droits sur tout Contenu qu’il soumet, publie ou affiche sur ou par l’intermédiaire des Services. En soumettant, publiant ou affichant un Contenu sur ou par le biais des Services,l’utilisateur accorde à Twitter une licence mondiale non exclusive, libre de redevance avec le droit de sous-licencier, utiliser, copier, reproduire, traiter, adapter, modifier, publier, transmettre, afficher et distribuer le Contenu à A lire : Petit oiseau devient gourmand. tous les médias ou à toutes les méthodes de distribution (connues à Calimaq, S.I.Lex, 12/09/09. présent ou développées ultérieurement).
  15. 15. Longtemps, la menace est restée en sommeil, mais… Par Ilse. CC-BY-NC-ND 2011 : Twitpic signe un accord d’exclusivité pour la diffusion de ses contenus avec le groupe de presse WENN © Stéphanie Gordon 2012 : Twitter revend à deux sociétés anglaises de datamining les tweets archivés depuis 2 ans. A lire : Sommes-nous en train de nous faire plumer par Twitter ? Calimaq. S.I.lex, 09/03/2012.
  16. 16. Le problème des rachats… L’affaire Facebook/Instagram Par johnnymip. CC-BY. “Instagram does NOT claim ANY ownership rights in the text, files, images, photos, video, sounds, musical works, works of authorship, applications, or any other materials (collectively, “Content”) that you post on or through the Instagram Services. By displaying or publishing (“posting”) any Content on or through the Instagram Services, you hereby grant to Instagram a non-exclusive, fully paid and royalty-free, worldwide, limited license to use, modify, delete from, add to, publicly perform, publicly display, reproduce and translate such Content, including without limitation distributing part or all of the Site in any media formats through any media channels, except Content not shared publicly (“private”) will not be distributed outside the Instagram Services.”
  17. 17. Comment conjurer le problème de la propriété-fantôme ? Par Jenn et Tony Bot. CC-BY-NC
  18. 18. Et si les CGU n’étaient que des tigres de papier ? Par Jondon. CC-BY-NC. En 2010 : validité de la licence Twitpic reconnue par la justice américaine dans l’affaire AFP  Mars 2012 : un juge allemand condamne la licence de Facebook comme incompatible avec les règles de cession du droit d’auteur.  Avril 2012 : un juge français met en cause la lisibilité des conditions d’utilisation de facebook (clause attributive de Quelle validité en justice pour les compétence). clauses appropriatives ? Art. L131-2 : « La transmission des droits de l’auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession et que le domaine d’exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée. »
  19. 19. La carte de la mobilisation des internautes Avril 2012 : manifestation virtuelle dans Pinterest, qui conduit la plateforme à modifier ses CGU. Un syndicat pour les usagers de Facebook ?
  20. 20. Information et vulgarisation des CGU Projet ToS;DR Voir aussi : -TosBack d’EFF - Privacy Icons de Mozilla
  21. 21. Plateformes alternatives Projet Priv.ly Diaspora* Bill of Rights A lire => Priv.ly : utiliser les services web sans leur confier nos contenus, Hubert Guillaud, Internet A .
  22. 22. Les licences libres comme protection ? L’exemple de Wikipédia Par nojhan. CC-BY-SA. « Pour moi, un hybride juste serait celui qui réussirait, non pas à garantir aux usagers un titre de propriété sur les contenus qu’ils produisent, mais à faire en sorte, au contraire, que personne ne puisse s’approprier définitivement le fruit de l’intelligence collective et des interactions nées du partage et de l’échange. Pour cela, il faudrait pouvoir juridiquement constituer les User Generated Content en biens communs, non appropriables à titre exclusif. Le défi consiste à le faire tout en A lire => permettant à des modèles économiques de - se mettre en place, pour que le caractère hybride des plateformes puisse perdurer » ( Non Arianna, le Huffington Post n’est pas Wikipédia ! Calimaq) - Et si Twitter avait la même nature juridique que La Question?de l’« hybride juste » de Wikipédia
  23. 23. Merci de votre attention ! . Par bfishadow. CC-BY
  • ShahirFazal

    Jun. 8, 2015
  • einfluenceurereputation

    Jan. 10, 2015
  • elysethos

    May. 22, 2013
  • MatthieuThomas

    Mar. 15, 2013
  • Socultstudio

    Dec. 18, 2012
  • pcazeneuve

    Jun. 29, 2012
  • ericdelcroix

    Jun. 29, 2012
  • Khsou

    Jun. 28, 2012
  • Videale

    Jun. 20, 2012
  • amarois

    Jun. 19, 2012
  • tommygunn01

    Jun. 16, 2012
  • hulot

    Jun. 15, 2012

Présentation donnée dans le cadre de l'atelier "Que reste-t-il de la propriété dans l’environnement numérique aujourd'hui ?", au congrès i-Expo 2012

Vues

Nombre de vues

24 984

Sur Slideshare

0

À partir des intégrations

0

Nombre d'intégrations

17 025

Actions

Téléchargements

55

Partages

0

Commentaires

0

Mentions J'aime

12

×