Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
La nouvelle marque
Normandie : le soft power
au service de l’attractivité
Michael Dodds
Pierre Dottelonde
Marc Thébault
AT...
échangez sur
#CAPCOM17
Le besoin d’un « récit régional » pour mobiliser autour de la
marque Normandie
 Les principaux enseignements du diagnosti...
La Normandie : comme une évidence historique institutionnelle
 La Normandie existe depuis plus/près de 11 siècles
(traité...
L’Histoire comme gisement de thèmes porteurs pour la marque
Normandie : de quelques exemples
 Les Normands à l’origine de...
L’Histoire comme gisement de thèmes porteurs : de la nécessité
d’un inventaire
 La Normandie est aussi une terre d’entrep...
Fin en forme de clin d’œil à la ville hôte et à
une problématique imminente
 Le phénomène « LH » : une marque venue « d’e...
Merci pour votre attention
Rendez-vous aux Rencontres
du marketing territorial
Pour aller plus loin
12 et 13 février 2018 à Lyon
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

#CapCom17 : AT3 - [Décryptage] La nouvelle marque Normandie : le soft power au service de l’attractivité

239 vues

Publié le

La Normandie, qui dispose d’une forte notoriété internationale, vient de se doter d’une agence d’attractivité. En s’appuyant sur la toute nouvelle marque « Normandie », l’agence souhaite porter un discours d’unité. Au regard de cette démarche, comment mobiliser les acteurs locaux pour porter une image partagée d’un territoire.

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

#CapCom17 : AT3 - [Décryptage] La nouvelle marque Normandie : le soft power au service de l’attractivité

  1. 1. La nouvelle marque Normandie : le soft power au service de l’attractivité Michael Dodds Pierre Dottelonde Marc Thébault ATELIER DÉCRYPTAGE
  2. 2. échangez sur #CAPCOM17
  3. 3. Le besoin d’un « récit régional » pour mobiliser autour de la marque Normandie  Les principaux enseignements du diagnostic de 2016 : - identité insuffisamment valorisée ; « complexe normand » ; - omniprésence du Mont Saint-Michel et du Débarquement.  L’enjeu : passer de « fier d’être Normand » à « fiers de la Normandie »  Une condition essentielle pour y parvenir : proposer un « récit régional » À l’instar d’un « récit national » pour le pays, il faut aux Normands un « récit régional » pour les aider à devenir de vrais prescripteurs et ambassadeurs.  L’Histoire : un gisement de thèmes porteurs pour la marque Normandie La Normandie possède un atout très précieux : elle a produit et est le fruit d’une histoire à la fois riche et éclairante.
  4. 4. La Normandie : comme une évidence historique institutionnelle  La Normandie existe depuis plus/près de 11 siècles (traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, incorporation du Cotentin en 933).  La Normandie a toujours été une, sauf pendant un siècle (entre la réforme Clémentel de 1917 et loi NOTRe de 2015, une parenthèse de 98 ans).  La Normandie et la réforme de 2015 : la plus consensuelle des fusions (réunification en douceur, en œuvre depuis un certain temps à plusieurs niveaux : Haropa, CCI, structures universitaires…).
  5. 5. L’Histoire comme gisement de thèmes porteurs pour la marque Normandie : de quelques exemples  Les Normands à l’origine de l’Etat moderne (organisation de l’administration…).  Une société en avance sur son temps (1er territoire à s’être affranchi du féodalisme [« Normand est sire de sei »], à avoir maîtrisé sa croissance démographique [cf Goubert]…).  Les Normands, des conquérants mais aussi adeptes du syncrétisme (conciliation des cultures ; Angleterre, Sicile…).  La Normandie, point de départ mais aussi porte d’entrée (= ouverture sur le monde ; pas seulement économique).
  6. 6. L’Histoire comme gisement de thèmes porteurs : de la nécessité d’un inventaire  La Normandie est aussi une terre d’entrepreneurs et de créateurs depuis des siècles.  Une part de cette caractéristique est bien connue et assez largement exploitée (peintres, écrivains…).  Une autre est encore largement méconnue (inventeurs, entrepreneurs, explorateurs…) => de l’intérêt de dresser un inventaire individuel mais également collectif (prosopographie).
  7. 7. Fin en forme de clin d’œil à la ville hôte et à une problématique imminente  Le phénomène « LH » : une marque venue « d’en bas » et adoptée aujourd’hui par beaucoup d’acteurs économiques  Une marque « tendance » synonyme de fierté et de modernité  Questions : la marque LH peut-elle être source d’inspiration pour la marque Normandie ? Mais surtout, comment éviter le « LH vs Normandie » pour au contraire promouvoir le « Normandie + LH » ?...
  8. 8. Merci pour votre attention
  9. 9. Rendez-vous aux Rencontres du marketing territorial Pour aller plus loin 12 et 13 février 2018 à Lyon

×