Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
La communication
jeunesse : une affaire
collective
Véronique Bolot
Caroline Thibault
Marie-Pierre Pernette
ATELIER DÉCRYPT...
échangez sur
#CAPCOM17
Quand plusieurs intervenants
du milieu s’unissent pour faire
changer les choses
Saint-Jérôme, ville de 75 812 citoyens
Inquiétude chez les policiers :
Augmentation du nombre de cas d’autoexploitation ju...
Les missions et outils de la communication évoluent
Une campagne majeure est mise en place pour prévenir, sensibiliser et
...
 Création de l’image de marque (branding).
 Messages adaptés
• Fais les bons choix, reflète la bonne image de toi.
• Pas...
Prendre un thé avec une
policière dans les écoles
 Événement médiatisé le 14 février 2017
 Outils de communication remis...
Publicité cinéma
Résultats
De la campagne dans les écoles :
 Au secondaire
Les rencontres ont débuté en décembre 2016. Ce sont plus de 800...
Retrouvez-nous sur
www.cap-com.org
#CapCom17 : AT5 - [Décryptage] La communication jeunesse : une affaire collective
#CapCom17 : AT5 - [Décryptage] La communication jeunesse : une affaire collective
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

#CapCom17 : AT5 - [Décryptage] La communication jeunesse : une affaire collective

124 vues

Publié le

Pour communiquer en direction de la jeunesse il faut d’abord bien comprendre les jeunes, ensuite savoir communiquer. Il faut donc faire appel à l’expertise du service jeunesse et du service communication. C’est là que ça se corse ! Deux expériences montrent que, lorsqu’on sait travailler ensemble, la communication fonctionne.

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

#CapCom17 : AT5 - [Décryptage] La communication jeunesse : une affaire collective

  1. 1. La communication jeunesse : une affaire collective Véronique Bolot Caroline Thibault Marie-Pierre Pernette ATELIER DÉCRYPTAGE
  2. 2. échangez sur #CAPCOM17
  3. 3. Quand plusieurs intervenants du milieu s’unissent pour faire changer les choses
  4. 4. Saint-Jérôme, ville de 75 812 citoyens Inquiétude chez les policiers : Augmentation du nombre de cas d’autoexploitation juvénile à Saint-Jérôme et au Québec. Autoexploitation juvénile au Québec : La loi stipule que publier, partager ou posséder une photo de soi ou de ses ami(e)s est considéré comme 3 actes criminels différents. Projet-pilote Sexto: Une première campagne sur le sextage au Canada appuyée par les milieux juridique, policier, scolaire et communautaire est né.
  5. 5. Les missions et outils de la communication évoluent Une campagne majeure est mise en place pour prévenir, sensibiliser et intervenir contre le phénomène grandissant du sextage chez les jeunes :  Contexte Mise en situation : https://www.youtube.com/watch?v=LnGLbyIUdzA (vidéo australienne en version anglaise)  Enjeux Lorsqu’un sexto est envoyé, l’avenir du jeune est menacé, son estime de soi est anéantie et il peut pousser un jeune au suicide. Il faut limiter la propagation, conscientiser et sensibiliser les jeunes des impacts de leurs gestes. Sujet tabou et délicat à aborder avec des jeunes. Il faut uniformiser nos interventions à travers nos écoles et nos corps de police.
  6. 6.  Création de l’image de marque (branding).  Messages adaptés • Fais les bons choix, reflète la bonne image de toi. • Pas obligé de tout partager. • Ne salis pas ton avenir. Slogans adaptés et percutants pour les jeunes avec les bons mots et le bon ton, pas de morale. Capter l’attention des jeunes pour les interpeller. Les filles et les garçons ne perçoivent pas le sextage de la même façon.
  7. 7. Prendre un thé avec une policière dans les écoles  Événement médiatisé le 14 février 2017  Outils de communication remis par les policiers • Publicités (web et cinéma) • Réseaux sociaux • Affiches et paraposts • Trousses pour les intervenants • Outils promotionnels pour filles et garçons « Dans 100% des cas, le sexto ne te rendra pas plus désirable. »
  8. 8. Publicité cinéma
  9. 9. Résultats De la campagne dans les écoles :  Au secondaire Les rencontres ont débuté en décembre 2016. Ce sont plus de 8000 jeunes qui ont été sensibilisés dans 7 écoles. Les visites seront reconduites à chaque année pour s’assurer de rencontrer les nouveaux étudiants.  Au primaire 92 ateliers ont eu lieu en 2016 (2400 élèves - 17 écoles primaires). Du projet pilote (volet policier et judiciaire) :  + ou – 30 dossiers traités par l’école et la police de Saint-Jérôme.  Sur ces 30 dossiers, 2 (actes malveillants) sont en judiciarisation en décembre. Le résultat judiciaire qui est très attendu dictera la suite de ce projet.  Le temps pour la prise en charge est de 24 h et de 2-3 jours pour la résolution maximum comparativement à près d’un an d’attente pour l’analyse du cellulaire avant l’arrivée de ce projet pilote.
  10. 10. Retrouvez-nous sur www.cap-com.org

×