1 
Lettre ouverte 
Madame Patricia HUNTE, Présidente du Comité de Carnaval de Matoury et ses Membres ; 
Monsieur Danick DE...
2 
documents, soient ratifiés pour quitus par l’Assemblée Générale, comme le prévoit les statuts ? 
Comment peut-on qualif...
3 
Enfin sachez Monsieur, que le pouvoir du président de l’union n’est pas un chèque en blanc, puisque les statuts prévoie...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lettre ouverte des comités du carnaval

805 vues

Publié le

Lettre ouverte pour demander la destitution du président de l'Union des festivals et carnavals de Guyane

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
805
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
524
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettre ouverte des comités du carnaval

  1. 1. 1 Lettre ouverte Madame Patricia HUNTE, Présidente du Comité de Carnaval de Matoury et ses Membres ; Monsieur Danick DEGRAS, Président du Comité de Carnaval de Cayenne et ses Membres ; Monsieur José GUIOLLET, Président du Comité de Carnaval de Kourou et ses Membres ; Monsieur Philippe ALCIDE DIT CLAUZEL, Président du Comité de Carnaval de Rémire Montjoly et ses Membres ; Monsieur Patrick ARMEDE, Président du Comité Carnaval de Saint-Laurent du Maroni et ses Membres ; Au Dirigeant de l’Union Régionale, et son équipe, Mesdames, Messieurs A l’unanimité, nous condamnons l’opacité de la gestion Administrative et financière de l’Union Régionale. Parce qu’elle nous a fait endurer une crise Administrative, et une crise morale, qui portent atteintes aux fondements et à l’image de notre structure. Nous ne pouvions mettre un terme à cette crise morale sans dommages collatéraux. En conséquent, nous avons entériné une Motion de Désapprobation à l’encontre du dirigeant de l’Union Régionale et de son équipe, pour des motifs graves et répréhensibles, parfois inacceptables, dont le degré d'irresponsabilité n’est plus à mesurer. Cette procédure démontre notre volonté à ne plus accepter ces dérives. Les constats sont sévères et lourds de conséquences, et notamment le dernier en date qui fut l’épilogue de circonstance. Pour cause, Comment avez-vous eu le front, de transmette un bilan moral et financier à la Collectivité Régionale, pour obtenir le reliquat de la subvention 2014, et par ailleurs, valider la demande de la dotation 2015, sans que ces
  2. 2. 2 documents, soient ratifiés pour quitus par l’Assemblée Générale, comme le prévoit les statuts ? Comment peut-on qualifier un tel comportement ? Plus grave encore, lorsque se pose le problème de responsabilité morale. Que reste-t-il encore de crédible à la structure de l’Union Régionale, dès l'instant où l’équipe qui vous assiste, approuve vos directives sans jamais s’interroger sur le mode de fonctionnement. C’est à croire, que vous avez réduit les membres de votre équipe à la servitude. Certainement, n’avaient-ils pas le choix, par crainte de représailles ? Cela expliquerait, la raison pour laquelle vous changiez comme bon vous semble la composition du Conseil d’administration. Toujours est-il, Monsieur, vous et votre équipe, aviez foulé aux pieds les statuts qui régissent cette structure. Par cette manière cavalière, les missions évocatrices de l’Union Régionale sont remises en cause. Saviez-vous que les institutions de la démocratie ne s’adressent pas à des hommes vertueux. Elles s’adressent aux hommes comme ils sont, tous, c’est à dire plus ou moins fragiles et sujets à la faiblesse. Les statuts sont là pour poser les garde-fous, qui empêchent ces faiblesses de s’installer, afin d’écarter ces dérives banales que sont l’abus de pouvoir, l’appropriation du pouvoir, et l’opacité des comportements. Malheureusement, nous avons un virus dans notre structure qui porte préjudice à la démocratie : c’est l’absolutisme. Et la démocratie est incompatible avec l’absolutisme. Notre structure fonctionne avec ce virus depuis trop longtemps. Cet intrus est la tare d’un homme, qui n’a pas hésité à tirer profit des moyens pour parvenir à ses fins. Oui Monsieur, vous avez manoeuvré votre arrivée à la tête de l’Union Régionale, en multipliant les stratèges qui ont acheminé les membres de l’Assemblée Générale du 12 octobre 2012 à Sinnamary, vers, la confusion, la précipitation et le passage en force. Ce qui est apparu à bout de compte comme un forcing pour faire passer l'inacceptable. Parce que vous êtes convaincu, que l’Union Régionale fut créée pour vous, comme une affaire personnelle, sans aucune obligation de rendre des comptes sur les décisions que vous preniez, surtout, lorsque celles-ci engagent la responsabilité morale et financière de l’Union Régionale. Oui Monsieur, vous appropriez le pouvoir autour d’une incessante rivalité. Vous soupçonnez tous ceux, qui vous mettent en garde sur votre méthode de gestion et de fonctionnement, de vouloir vous anéantir, de vouloir vous déstabiliser, d’être des ennemis de l’Union Régionale et principalement d’être contre vous. C’est à croire que nous sommes tous des adversaires, dès lors, que nous vous demandions des explications.
  3. 3. 3 Enfin sachez Monsieur, que le pouvoir du président de l’union n’est pas un chèque en blanc, puisque les statuts prévoient que l’Assemblée Générale, devait à intervalles réguliers se réunir, pour valider les actions de l’Union Régionale, notamment, si ces actes engagent la responsabilité morale et financière. Mais la réalité est toute autre. Votre attitude d’autoritarisme a réduit au silence l’application des statuts, et ce, malgré, les demandes écrites des Comités de Cayenne, Kourou, et Rémire Montjoly, qui vous interpellaient sur la tenue d’une Assemblée Générale extraordinaire. Au-delà de la responsabilité morale, il y a aussi cette responsabilité individuelle imputable à la qualité d'élu social. En tant que tel, chaque individu a le devoir de se soumettre aux exigences d'éthique et de déontologie, sans franchir la ligne rouge. Force est de constater, que vous et votre équipe, aviez atteint l’irrémédiable en provoquant des dommages collatéraux. Il est de notre devoir, de par notre l’obligation, de prendre toutes les mesures qui s’imposent, pour que les statuts soit respectés au sein de l’Union Régionale. En ce qui nous concerne, nous resterons intransigeants sur le principe du respect de la démocratie. Notre détermination est claire et sans ambiguïté. Quoi qu’il advienne, nous assumons nos responsabilités, puisque notre décision est irrévocable, pour que nous ratifiions la Motion de Désapprobation qui met un coup d’arrêt au dysfonctionnement. FIN

×