Rude fin d’année pour les poli-
ciers. Le plan Vigipirate renforcé
n’a pas mis en sommeil le disposi-
tif anti-hold-up, en...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Echappées de Noël - Quimper - Le Télégramme

214 vues

Publié le

article du 24/12/2015

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
214
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Echappées de Noël - Quimper - Le Télégramme

  1. 1. Rude fin d’année pour les poli- ciers. Le plan Vigipirate renforcé n’a pas mis en sommeil le disposi- tif anti-hold-up, en place depuis le 15 novembre dernier. L’intensifica- tion de la protection des com- merces se poursuit jusqu’au 16 jan- vier. Bijouteries, stations-service… « Braquages de Noël », c’est l’ex- pression désignant ces passages à l’acte intempestifs, qui sont sou- vent le fait de personnes aux abois, qui cèdent à la tentation de disposer d’un peu de liquidités pendant cette période de fête. Cer- taines années, ces hold-up sont nombreux pendant les vacances de Noël. À ce jour, en zone police (circonscriptions de Brest, Quim- per, Concarneau et Quimper), aucun vol à main armée n’a, à ce jour, été dénombré. Reste que la vigilance n’est pas relâchée. « Le dispositif concerne les bijouteries, les banques, les transports de fonds, les débits de tabac, les par- fumeries, les stations-service, les supérettes, les galeries mar- chandes et tous les commerces de proximité, énumère Fabien Evano, commandant de police. Dans les faits, les rondes sont ren- forcées, avant, pendant et après les heures d’ouverture, par des patrouilles motorisées, mais aussi pédestres, « afin de favoriser le contact direct avec les commer- çants pour leur prodiguer des conseils de sécurité de bon sens », poursuit l’officier, qui parle de « coproduction » entre forces de l’ordre et commerçants pour plus de sécurité. Pas de risques inconsidérés Il les invite également à ne conser- ver que des fonds de caisse raison- nables et à transporter leur argent vers les banques à des heures aléa- toires. « Ils peuvent aussi s’équi- per de dispositifs de protection dis- suasifs, comme un portique de sécurité, une alarme ou de la vidéosurveillance, pour dissuader les passages à l’acte », rajoute-t-il. Si, malgré cela, un vol à main armée se produisait, il conseille de ne pas prendre de risques inconsi- dérés face au malfrat et de joindre Police Secours (17) en tentant de se remémorer un maximum de détails. À noter que dans le cadre de Vigipi- rate, la protection des édifices publics, lieux de rassemblement, centres-villes, gares…, ainsi que des lieux de culte a été renforcée. « Des passages aléatoires et très réguliers sont effectués », finit le commandant Evano. Les policiers mettent les bouchées doubles, notamment par des patrouilles pédestres, pour favoriser le lien direct avec les commerçants (photo d’archives). > Comment est née la compa- gnie ? Content pour peu est née il y a quelques années de ma rencontre avec Loïse, alors que nous suivions une formation au centre régional des arts du cirque à Chambéry. Nous fai- sions tous les deux du cirque depuis l’enfance et nous nous sommes tout de suite entendus avant de se complé- ter artistiquement avec un penchant commun pour l’humour et le bur- lesque. > Pourquoi êtes-vous venus vous installer à Quimper ? Je suis originaire du nord de la France mais Loïse est née ici et a commencé les arts du cirque avec Balles à fond lorsqu’ils étaient encore à la MPT de Penhars. Avec la création de la mai- son du cirque, le choix de Quimper s’est un peu imposé comme une évi- dence. On essaie de s’y entraîner trois ou quatre heures par jour pour s’entretenir ou pour répéter avant de jouer. En échange, on donne des cours aux enfants de l’école de cirque Balles à fond pour leur faire profiter de nos acquis techniques et de notre expérience de la scène. C’est aussi un lieu très stimulant où l’on rencontre plein d’artistes. > Comment définiriez-vous vos créations ? L’on travaille beaucoup sur l’humour qui naît des doutes, des failles et des ratés de l’artiste. Nos spectacles s’adressent à tous les publics, enfants ou adultes, il faut que tout le monde y trouve son compte. On marie les techniques du cirque - por- tés acrobatiques, funambulisme pour moi et corde volante pour Loïse - avec un côté théâtral puisque l’on joue des rôles. Dans « Le zist et le geste », lauréat du prix Coup de pouce du jury du festival Au bonheur des mômes du Grand-Bornand cette année, les artistes acrobates oublient ce qu’ils doivent faire et donnent l’impression de créer sur le vif. C’est un peu une mise en abîme du processus de créa- tion. > Et le spectacle de samedi ? « Les Frères Pouf », clin d’œil à l’art forain, c’est l’histoire de deux person- nages un peu branques qui vont vous vendre du rêve, vous promettre les plus grands numéros mais avoir toutes les peines du monde à les réali- ser. On joue sur ce décalage pour créer un effet comique, mais je vous rassure, normalement, les numéros sont réussis ! Ce spectacle peut être joué devant un public nombreux, avec un fond de scène, un fil, une boîte à magie, des objets détournés et plein de surprises… tPratique Samedi, à 18 h 45, parvis de la cathédrale, place Saint-Corentin. L’arbre à palabre est le lieu où se retrouvent, chaque soir, les villa- geois de Casamance, région du Sénégal où Abdoulaye Sané a vu le jour. « L’arbre est situé au centre du village. Les gens s’y réunissent pour y discuter et y raconter des his- toires. C’est là que tout se fait ou se défait. C’est une démocratie de groupe. Il n’y a jamais de chef. Tout le monde participe et les femmes diolas sont très écoutées. Autant que les vieux sages. Ce sont sou- vent elles qui décident de ce qui va se passer ». Recueil de poésies Abdoulaye Sané s’en est inspiré pour la rédaction de son nouvel album. En couverture, le dessin d’un arbre dont les branches se ter- minent par des têtes, des pieds et des mains. Le livre contient treize poésies, plus un poème écrit par un auteur africain, Birago Diop. « Sa poésie parle de la mort. Je l’avais récitée lors d’une soirée au parc ani- malier de Peumerit et elle avait bien plu au public. Ici, en France, on des problèmes à faire le deuil. " Souffle " raconte que le mort n’est pas mort et qu’il est dans l’eau, dans l’arbre… Ils sont morts quand nous sommes morts car ils vivent en nous ». Le rythme des mots Les poésies d’Abdoulaye Sané sautent de thème en thème : la poli- tique, le temps qui passe, le Dar- four, le doudou… Il saute aussi d’une langue à l’autre : français, anglais, diola, créole, portugais, mandingue… La musicalité des mots l’inspire et il a donc mis ses textes en musique. « J’interviens dans les écoles pour apprendre les percussions aux enfants. En Afrique, il n’y a pas de solfège. Je m’inspire du mot comme d’un pre- mier son et je trouve quand il faut mettre du rythme. Pour ce nouvel album, j’utilise un djembé, un did- geridoo, des calebasses et des mara- cas ». Édité à compte d’auteur, l’al- bum d’Abdoulaye Sané a été impri- mé par l’Esat de Ty Valern à Landu- dec. Le CD a été mixé par Frédé- rique Mouillère. t Pratique « Les Ficelles de l’arbre à palabre » est disponible à la boutique « Le Temps de l’été » à Fouesnant, 39, rue de Cornouaille ou en contactant Abdoulaye Sané, tél. 06.50.35.50.92. Prix de vente : 30 ¤. Site : www.ktpudj.com ; mél. abdulaye@yahoo.co.uk. Renseignements : Office municipal de tourisme de Fouesnant-les Glénan 02 98 51 18 88 DIM. 27 DÉCEMBRE 2015 16 h 15 h démonstration de chiens sauveteurs Renseignements : MX919879 À VOTRE SERVICE PUBLICITÉ Pour figurer dans cette rubrique, contacter le 0 800 879 925 MX924694 QUIMPER@AGEDORSERVICES.COM - 02 98 53 15 86 Aide à domicile - Bricolage - Jardinage Portage de repas - Accompagnement 50 % de réduction d’impôt ÂGE D’OR SERVICES MULTISERVICES Content pour peu. Fous rires garantis avec les Frères Pouf Antoine Roger Le cirque Content pour peu, domicilié à Quimper, va jouer « Les Frères Pouf ». Un spectacle qui oscille entre théâtre de rue et art du cirque. La représentation aura lieu samedi, en plein air, place Saint-Corentin. Rencontre avec le souriant Hugo Marchand, l’un des deux membres de la troupe. Hugo Marchand dans la boîte à magie des Frères Pouf. Opération anti hold-up. Rondes renforcées aux abords des commerces Abdoulaye Sané. Sous l’arbre à palabre Après un premier album sorti en 2013, le Fouesnantais Abdoulaye Sané vient d’éditer à compte d’auteur le deuxième ouvrage d’une collection qu’il veut lancer. Les textes du livre « Les ficelles de l’arbre à palabre » sont mis en musique avec des percussions. Le nouvel album d'Abdoulaye Sané contient 13 textes et un CD. QUIMPER. ACTUS14 Jeudi 24 décembre 2015 Le Télégramme

×