L’HISTOIRE LES A SÉPARÉS LA MUSIQUE LES A RÉUNIS           UN FILM DE SAFINEZ BOUSBIA
uGC Ph présente                                            un film de                                 saFineZ bousbia     ...
SYNOPSIS        La bonne humeur - el gusto - caractérise la musique populaire       inventée au milieu des années 1920 au ...
LA                 RéALISATRICE            Safinez Bousbia          De l’équerre à la caméra                        à Lond...
LES                      MUSICIENS                             (par ordre alphabétique)Traditionnellement, un groupe de ch...
Luc Cherki,                                           Maurice el-Medioni,                                     Liamine Haim...
NOTES       DE PRODUCTION                  El Gusto ?                          l’effet produit par la musique chaâbi sur c...
habitants de la Casbah d’Alger, berceau du          faufilait parmi les grands pour l’écouter :        orchestre, jusqu’au...
qu’il adore ; les sons latino, découverts avec       El Anka, le phénix…les soldats américains d’origine portoricaine ;   ...
FICHE ARTISTIQUEMamad Haïder Benchaouch                    Le Fils de familleRachid Berkani                             Le...
affiche :   conception graphique : JOHANN DARCEL
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier Presse elgusto

1 094 vues

Publié le

dossier de presse du film el gusto sortie 11 janvier 2012

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 094
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
165
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier Presse elgusto

  1. 1. L’HISTOIRE LES A SÉPARÉS LA MUSIQUE LES A RÉUNIS UN FILM DE SAFINEZ BOUSBIA
  2. 2. uGC Ph présente un film de saFineZ bousbia avec aveC Les musiCiens De L’orCHestre El Gusto Durée : 1h33 Format : 1.85 / Dolby srD sortie Le 11 Janvier 2012 Copies numériquesDistribution PresseuGC PH Guerrar anD Co24 avenue Charles de Gaulle François Hassan Guerrar92522 Neuilly-sur-Seine Cedex Melody BenistantTél. : 01 46 40 45 21/24 57 rue du Faubourg Montmartre 75009 ParisProGrammation Tél. : 01 43 59 48 02DoGma FiLms projo@guerrarandco.frTél. : 01 53 28 06 69 / 01 43 14 01 61 Matériel téléchargeable sur www.ugcph.fr
  3. 3. SYNOPSIS La bonne humeur - el gusto - caractérise la musique populaire inventée au milieu des années 1920 au cœur de la Casbah d’Algerpar le grand musicien de l’époque, El Anka. Elle rythme l’enfance de ses jeunes élèves du Conservatoire, arabes ou juifs. L’amitié et leur amour communpour cette musique qui « fait oublier la misère, la faim, la soif » les rassemblent pendant des années au sein du même orchestre jusqu’à la guerre et ses bouleversements. El Gusto, Buena Vista Social Club algérien, raconte avec émotion et… bonne humeur comment la musique a réuni ceux que l’Histoire a séparés il y a 50 ans.
  4. 4. LA RéALISATRICE Safinez Bousbia De l’équerre à la caméra à Londres, le Palais Omni-Sports de Paris-Bercy, populaire née de la rue et des cafés, imprégnée de montrer les lieux où elle résonnait sans cesse, si le Théâtre du Gymnase à Marseille et l’Opéra d’Al- chants berbères, andalous et religieux qui s’est im- profondément conviviale. Violons, mandolines etEl Gusto est le premier film de Safinez Bousbia, 30 ger. Safinez a aussi collaboré avec Damon Albar, posée dans la Casbah. Monsieur Ferkioui l’a apprise ouds s’unissaient aux chants poétiques pour faireans, réalisatrice polyglotte de culture cosmopolite : (le leader de Blur et Gorillaz) pour produire le pre- au conservatoire sous la direction de son fondateur, vibrer les cœurs et danser les corps.née à Alger, elle n’y a jamais vécu, a séjourné et tra- mier album de l’orchestre, distribué par EMI. El Anka. C’est là qu’il s’est lié d’amitié avec les autresvaillé en Suisse, au Royaume-Uni, en Irlande, en Fran- musiciens chaâbi, juifs ou musulmans. Sur les pho- Mais il me semblait que la mémoire ne suffisaitce et aux Émirats Arabes Unis. El Gusto a été une grande aventure humaine pour tos qu’il me tend, je découvre leurs visages surgis du pas et que ces grands musiciens méritaient que Safinez. Les maîtres du chaâbi sont devenus sa fa- passé. Touchée par ce récit émouvant, je décide de leur musique revienne véritablement à la vie. C’estAprès avoir étudié l’architecture à Oxford, elle mille au cours de ces huit années passées à voya- partir à la recherche des survivants de cette classe pour cela que je leur ai proposé de se retrouver àenchaîne avec un Master de design à Dublin. En ger avec eux au pays du projet El Gusto. de musique, séparés depuis plus d’un demi-siècle. Marseille, pour ce qui devait être un ultime concert2003, à l’occasion d’un voyage en Algérie, elle et qui, finalement, est devenu le premier d’unedécouvre par hasard le monde des maîtres de Le miroir et les musiciens Bien que la belle harmonie qui liait ces musiciens nouvelle série. Il m’a fallu deux années pour ras-la musique chaâbi. Touchée par les destins de juifs et arabes ait été brisée par la guerre et que la sembler les quarante musiciens de l’orchestre deces musiciens inspirés, elle éprouve le besoin de Été 2003, vacances en Algérie. En me promenant musique chaâbi semble avoir sombré dans l’oubli, la première classe de musique chaâbi du conser-partager sa découverte en portant leur histoire à dans les dédales de la Casbah d’Alger, je croise le ils n’ont rien perdu de leurs souvenirs ni de leur pas- vatoire d’Alger éparpillés sur les deux rives de lal’écran. Elle change alors radicalement de vie et chemin d’un miroitier, Monsieur Ferkoui. Alors que sion. Grâce à leurs vivants témoignages, l’Algérie Méditerranée. Ensemble, ils sont remontés surpénètre dans l’univers du cinéma. je suis entrée dans sa boutique pour lui acheter un des années 50 – la plus belle époque de la Casbah scène, les « papys du chaâbi » pour un concert petit miroir, je découvre tout un monde disparu. – reprend vie sous nos yeux et… à nos oreilles. La longtemps attendu qui les plonge dans leur passéSafinez a écrit, produit et réalisé El Gusto. Tout en Nous commençons à bavarder, il me propose de musique chaâbi se révèle avec son histoire qui commun, si vivant et si présent dans leurs cœursmenant à terme ce projet de long-métrage, elle m’asseoir et me fait partager son histoire : célèbre nous plonge au cœur de l’Histoire, ses déchirures malgré le temps écoulé.a formé L’Orchestre El Gusto d’Alger. Elle en est musicien dans l’Algérie des années 1950, Monsieur mais aussi ses heures de bonheur et la joie qu’elledevenue la manager et a organisé ses tournées, Ferkoui fut un pionnier de la musique chaâbi. suscite, ce qu’ils appellent « el gusto ». C’est avec Un petit miroir mais une grande aventure etproduisant une série de concerts dans des lieux lé- une grande nostalgie que les musiciens l’évoquent, une belle rencontre, qui a changé leur vie et lagendaires de réputation internationale : le Barbican Grâce à son récit je découvre cette musique tout en déambulant dans la Casbah pour nous mienne, à tout jamais.
  5. 5. LES MUSICIENS (par ordre alphabétique)Traditionnellement, un groupe de chaâbi est autres Farid el-Atrache, conservant de cetteformé d’une dizaine de musiciens mais, pour expérience une certaine idée de l’élégancela tournée de concerts entamée à Marseille en qu’un artiste se doit d’exprimer.2007, l’orchestre El Gusto en réunissait quaran-te-deux : tous ceux que la réalisatrice a réussi à Ahmed Bernaoui,retrouver à force d’opiniâtreté, tous anciens élè- le Battant - Algérieves du grand maître El Anka. Seize d’entre eux Ce joueur de mandole habité par une vérita-apparaissent dans le film de Safinez Bousbia : ble mystique n’a jamais cessé de jouer de lasouvenirs, témoignages, promenade dans un musique en dépit des graves séquelles physi-monde disparu, moments d’émotion et sens de ques laissées par la guerre d’indépendance.l’humour que les vicissitudes de la vie, souventdouloureuses, n’ont pas altéré chez ces adeptes Robert Castel,d’el gusto. le Comédien - France Fils d’une figure mythique du chaâbi, LilliMamad Haïder Benchaouch, Labassi, il n’a osé reprendre le violon de sonle Fils de famille - Algérie père qu’à 57 ans.Descendant d’une grande famille andalouse,il se rebelle contre ses racines qui lui pèsent, Abdelkader Chercham,se libérant les doigts sur son violon, dans des l’Académique - Algérieimprovisations du plus pur style chaâbi. Ce joueur de mandole, professeur de chaâbi au conservatoire, représente la continuité de l’écoleRachid Berkani, d’Alger.le Beau gosse - AlgérieIl a joué du luth, son instrument, avec entre
  6. 6. Luc Cherki, Maurice el-Medioni, Liamine Haimoune, René Perez,le Nostalgique - France le Méditerranéen - Algérie le Tendre - Algérie le Perfectionniste - FranceInterdit de chanter en arabe pendant les événe- Pianiste et inventeur du « pianoriental », il a re- Après avoir perdu ses deux fils dans les années René est le fils d’un grand maître du hawziments. Il quitte l’Algérie pour la France, devenant pris une carrière de musicien soliste après des 1990, il s’est abstenu de chanter. Il a exception- tlemcénien, une musique populaire née dans lal’incarnation du chanteur pied-noir, bien que sa années d’interruption. Figure de la nouvelle nellement repris son mandole pour El Gusto. ville de Tlemcen. Il rencontre le chaâbi algéroisnotoriété touche plus les amateurs que le grand vague moderniste des années 1940-1950, avec lors de son service militaire mais ne s’interdit paspublic. Il est revenu tardivement au chaâbi en Lili Boniche et Salim el-Hallali. Il vit maintenant à El Hadi Halo, un détour, remarquable, vers la chansonnette.tant que guitariste. Marseille : « C’est plus près de son cœur. » le Parrain – Algérie Il vit en France et joue du mandole-guitare. C’est le fils du créateur mythique du chaâbi,Redha el-Djilali, Abdelrahmane Guellati, El Hadj M’hamed El Anka. Pianiste, il est aussi Mustapha Tahmi,le Solitaire - France l’Artiste - Algérie professeur au conservatoire. le Joker - AlgérieJouant du mandole-guitare, il incarne le chaâbi Tout le monde l’appelle Manou. Ce « Gentleman Toujours habillé de vêtements couleur bleu dede l’exil à Paris, tout comme Dahmane el-Harrachi Zazou » qui joue du banjo a été, de son propre Abdel Madjid Meskoud, Chine, un verre de vin rouge dans une main etet Amar el-Achab. aveu, sauvé par la musique. le Rire - Algérie la guitare dans l’autre, il improvise sa vie, entre « Ambianceur » sans égal, il représente la la joie que lui procure la musique et l’amertumeMohamed el-Ferkioui, Joseph Hadjaj, nouvelle génération du chaâbi algérois. Il joue qu’il subit au quotidien. Vivant dans la Casbah, ille Miroitier - Algérie l’Optimiste - France du mandole. personnifie le chaâbi.Sa boutique de la Casbah est un lieu de Surnommé José de Souza, d’origine tunisienne,mémoire du chaâbi. C’est lui qui a donné nais- il est multi-instrumentiste. Le hasard l’a conduit La supervision musicale du projet a été confiée au producteur Sodisance à l’aventure El Gusto. Il est accordéoniste. à Alger avec Blond-Blond. Il y écrira plusieurs (Fela Kuti, Rachid Taha, Têtes Raides...) standards de la chanson algéroise avant son Le touche-à-tout anglais Damon Albarn (Blur, Gorillaz) s’est également fortement impliqué départ pour la France. dans l’aventure d’El Gusto.
  7. 7. NOTES DE PRODUCTION El Gusto ? l’effet produit par la musique chaâbi sur ceux qui « Le virus est entré dans mon oreille » Le chaâbi ? la jouent mais aussi sur ceux qui l’entendent. « Le Maurice (Maurice el-Medioni), inventeur duC’est le goût. Plus particulièrement le goût de mot ‘’gusto’’ signifie notre passion, notre plaisir. « pianoriental », un mélange de musiques - Né au milieu des années 1920, le chaâbi est unela vie. Joie de vivre et bonne humeur, une façon Et mon gusto, c’est le chaâbi » explique l’un des comme le chaâbi ! - raconte que dès l’âge de musique issue de plusieurs influences. Berbè-d’être résolument optimiste : « Sur le bateau d’El musiciens du film. Un autre précise : « C’est toute 3 ans il aimait aller écouter le grand musicien re, andalouse et chants religieux : « On a faitGusto tu seras toujours heureux », dit la chanson. ma vie, c’est tout ce que j’aime, c’est mon gusto. qu’était son oncle, Saïd l’Oranais, un « grand un cocktail et ça a donné la musique chaâbi. » Chacun a le sien. Les uns boivent, les autres fu- maître ». Revenu à la maison, il l’imitait, faisant L’inventeur de cette boisson musicale au goûtC’est une certaine manière de voir la vie, une sor- ment, d’autres encore aiment le café. Moi, j’aime semblant de jouer de l’oud (luth oriental)… avec nouveau, de ce « son magique qui résonne »te de philosophie bon enfant qui vous fait pren- la musique. » une poêle, ou du violon… avec une casserole et encore dans le cœur et les oreilles de ses an-dre les choses du bon côté. Avec El Gusto, vous une fourchette ! Quant à Manou, 10 ans à l’épo- ciens élèves, s’appelle Cheikh – Le Maître – Elappréciez les plaisirs simples : les bons moments Un amour de jeunesse toujours vivace que, n’ayant pas l’argent pour s’acheter un ins- Anka (Hadj M’hamed El Anka 1907-1978). Sapassés entre amis, la convivialité d’un échange, Passion. Aimer. Amour toujours… Ce « gusto » trument, il avait trouvé un bidon d’huile auquel recette est faite d’emprunts et de mélanges,la chaleur des relations humaines. Au-delà des dont ils parlent avec tant d’émotion et de cha- il avait ajouté un manche de sa fabrication et de métissages et d’adaptations, de transfor-croyances religieuses et des convictions politi- leur exprime le plaisir qu’ils éprouvent à jouer quatre bouts de ficelle en guise de cordes : à mations mais aussi d’innovations musicales.ques, des différences et des antagonismes, des ensemble cette musique, leur passion de jeu- 84 ans, il en rit encore. Robert - le comédienguerres et des bouleversements provoqués par nesse intacte, toujours vivace. La plupart en sont et humoriste Robert Castel dont le père Lili La- « Une note de fraîcheur pétillante »l’Histoire : « Tous ceux que nous aimons avec tombés amoureux dès l’enfance. Ferkioui se sou- bassi, était une grande vedette de la chanson Avec ces ingrédients El Anka donne naissan-leurs différences » sont à bord du bateau d’El vient. Pudique, le septuagénaire a soudain l’air algérienne - confie à la caméra, pince-sans-rire : ce à un style musical original et personnel quiGusto, continue la chanson. d’un gamin, presque gêné de l’image qu’il utilise « Très tôt, en tant que fœtus, dans le ventre de remporte immédiatement un formidable suc- pour exprimer la force du lien qui l’unit à sa mu- ma mère, j’ai dû entendre la voix de mon père, cès : « Le public a marché. Il a trouvé ça mer-C’est toute ma vie, c’est tout ce que j’aime, c’est sique : lorsqu’il jouait, surtout une valse ou un le violon de mon père, le oud de mon père, les veilleux. […] Dans toutes les rues on entendaitmon gusto tango, il dansait avec son accordéon « comme si chansons de mon père et, petit à petit – ça s’est cette musique […] Tout le monde chantait ça.»El gusto, c’est le bonheur dans l’harmonie… et c’était une femme ». fait naturellement –, le virus ou le poison bénéfi- Cette musique nouvelle à l’audience populairepas seulement au sens musical du terme. C’est que de la musique est entré dans mon oreille.» - chaâb signifie le peuple - touche tous les
  8. 8. habitants de la Casbah d’Alger, berceau du faufilait parmi les grands pour l’écouter : orchestre, jusqu’aux « événements », la guer- mais aussi arrachés à une partie d’eux-mêmes.chaâbi et ville natale d’El Anka dont la famille « C’était comme l’école buissonnière. » Devant re. Les musiciens se souviennent : ils priaient Quelques uns cessent de jouer, certains n’ar-est originaire de Kabylie. Musulmans, juifs, Ita- le succès rencontré par le style musical du ensemble ; l’engouement était tel que les rêtent jamais. D’autres reviennent à la musi-liens, Espagnols : tous vivent au rythme du chaâbi, El Anka ouvre une classe au conser- musulmans allaient avec leurs copains juifs à la que après avoir fait tout autre chose commechaâbi… À l’époque, c’était « l’harmonie de vie vatoire d’Alger. Jusqu’à deux cents élèves se synagogue pendant le Sabbat, pour écouter Maurice el-Medioni : il ouvre une boutique deentre toutes les communautés. Tout le monde pressent alors dans une petite salle au sous-sol du chaâbi. tailleur d’abord à Paris puis à Marseille (le soleilse fréquentait. » Ce « Blues de la Casbah » du bâtiment. Très vite, tout le monde grimpe y est plus proche d’Alger que celui de Paris…).est un joyeux mélange. El Anka apporte à la au 5e étage où il y a l’espace nécessaire pour Une victime méconnue de l’Histoire C’est parvenu à un âge vénérable qu’il retour-musique une « note de fraîcheur pétillante » accueillir les amoureux de la musique chaâbi. Avec la guerre, une page se tourne. Sommées ne à ses premières amours. Toujours curieux, ilmettant « la mélodie au service du verbe ». En Ces jeunes élèves, enfants juifs et musulmans de choisir entre « la valise et le cercueil », des explore de nouvelles pistes, expérimentant deplus de cinquante ans de carrière, le maître du issus de toutes les communautés de la Casbah, familles entières prennent le chemin de l’exil. nouveaux mélanges musicaux dans la conti-chaâbi a interprété près de 360 chansons et sont venus pour apprendre la musique au goût D’autres quittent Alger pour sa périphérie ou nuité de ce qu’il a inventé dans sa jeunesse,enregistré plus d’une centaine de disques. du jour. Toutes origines et religions confon- les campagnes. Certains musiciens restent à le piano oriental : un piano acheté aux Puces dues, ils sont réunis par leur amour commun la Casbah mais, même pour eux, le rythme est par son frère aîné et sur lequel il jouait des airsDe l’école buissonnière au conservatoire du chaâbi. Par la suite, les élèves de la toute brisé. Tout ce qui les a marqués, formés pen- de sa composition, des cocktails sonores : unLe frère de Berkani était un « grand joueur première classe créée par El Anka joueront en- dant leurs années d’enfance et de jeunesse ap- peu du boogie woogie auquel l’ont initié lesde luth ». Dès qu’il en avait l’occasion, il se semble pendant des années au sein du même partient au passé. Ils sont séparés par l’Histoire GI’s basés à Alger pendant la guerre ; du jazz,
  9. 9. qu’il adore ; les sons latino, découverts avec El Anka, le phénix…les soldats américains d’origine portoricaine ; Ferkioui a également délaissé le chaâbi aprèset, bien sûr, le chaâbi. En 1997, Maurice re- la guerre, malgré son diplôme de chef d’or-tourne à la musique en menant une carrière chestre obtenu dans la classe d’El Anka aude soliste. Il enregistre l’album Café Oran, suivi conservatoire d’Alger. C’est pourtant lui, aidéen 2000 de Pianoriental et de Samai anda- d’un petit coup de pouce du hasard, qui alou. Suit un autre disque en 2006, Descarga été le déclencheur des événements : le film ;Oriental, The New York Sessions, avec le per- l’orchestre El Gusto qui se reforme pour descussionniste Roberto Rodriguez, un « Cubain concerts exceptionnels ; l’enregistrement d’unde New York ». Maurice et Roberto sont tous CD. Devenu miroitier, Ferkioui accueille undeux récompensés en 2007 par un BBC World jour de 2003 dans sa boutique de la CasbahMusic Award, catégorie « Culture Crossing ». une jeune architecte algéro-irlandaise. Ils ba-Plus récemment (août 2010), Maurice a parti- vardent… L’aventure commençait ! La jeunecipé avec d’autres artistes au Grand Ramdam femme se lance dans une entreprise qui n’estau parc de la Villette à Paris, en présence du pas des plus faciles : retrouver les anciens élè-Ministre de la culture Frédéric Mitterrand et de ves d’El Anka au conservatoire d’Alger. DrôleJack Lang. de clin d’œil des mots : en dialecte algérois, El Anka signifie le phénix, cet oiseau légendaire qui renaissait de ses cendres.
  10. 10. FICHE ARTISTIQUEMamad Haïder Benchaouch Le Fils de familleRachid Berkani Le Beau gosseAhmed Bernaoui Le BattantRobert Castel Le ComédienAbdelkader Chercham L’AcadémiqueLuc Cherki Le NostalgiqueRedha el-Djilali Le SolitaireMohamed el-Ferkioui Le MiroitierMaurice el-Medioni Le MéditerranéenAbdelrahmane Guellati L’ArtisteJoseph Hadjaj L’OptimisteLiamine Haimoune Le TendreEl Hadi Halo Le ParrainAbdel Madjid Meskoud Le RireRené Perez Le PerfectionnisteMustapha Tahmi Le JokerFICHE TECHNIQUERéalisatrice et scénariste SAFINEZ BOUSBIAProductrice SAFINEZ BOUSBIAProducteur consultant PHILIPPE MAYNIALDirecteur de la photographie HEIDI EGGERChef monteuse NURIA ROLDOS FRANÇOISE BONNOT A.C.E.AUToUR dU FIlM• Le CD de la bande originale live du film sortira le 9 janvier 2012sous le label Remark Records (Marc Lumbroso).Ce sera le 2e album d’El Gusto.• L’orchestre donnera deux concerts exceptionnels au Grand Rex à Paris,les 9 et 10 janvier 2012.• Un livre sur l’aventure El Gusto sera publié en mars 2012chez Steinkis Éditions.© UGC Ph 2011
  11. 11. affiche : conception graphique : JOHANN DARCEL

×