SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  119
Télécharger pour lire hors ligne
Mémoire de fin d’études
    MASTER Stratégie et Expertise Financières
        CNAM Paris - Promotion 2005




Impacts de la mise en place des normes
   IFRS sur les capitaux propres


 Directeur de Mémoire : Sophie de OLIVEIRA LEITE




               Sabrina BAZIRE
              Marie-Noël MAFFON
REMERCIEMENTS




Nous remercions Sophie de Oliveira Leite, Consultant Associé de la société
COGIS et Professeur au CNAM, pour nous avoir guidées dans la réalisation de
ce Mémoire.



Nous tenons également à remercier nos familles respectives pour leur soutien.




                                                                                2
SOMMAIRE


INTRODUCTION ................................................................................................................................. 5


I. CREATION D’UN REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL COMMUN ............. 8
   I) 1. DES ORIGINES DE CETTE HARMONISATION ............................................................................ 8
      A. Un besoin d’information financière fiable dans un contexte de globalisation financière ......... 8
      B. Remise en cause des pratiques comptables traditionnelles........................................................ 9
   I) 2. CADRE CONCEPTUEL ............................................................................................................... 10
      A. Concept de la juste valeur........................................................................................................ 10
      B. Un organisme fondateur : l’IASB............................................................................................. 11

II. IMPACTS DES PRINCIPALES NORMES IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES ........... 17
   II)1. IFRS 3/ IAS 36/ IAS38 (REGROUPEMENTS D’ENTREPRISES ; DEPRECIATION D’ACTIFS;
   IMMOBILISATIONS INCORPORELLES)............................................................................................. 17
       A. IFRS 3 (Regroupements d’entreprises) .................................................................................... 18
       B. IAS 36 (Dépréciations d’actifs)................................................................................................ 21
       C. IAS 38 (valorisation des actifs incorporels)............................................................................. 30
   II) 2. IAS 19 (AVANTAGES DU PERSONNEL) ................................................................................... 37
       A. Objectif..................................................................................................................................... 37
       B. Principes généraux de comptabilisation .................................................................................. 37
       C. Classification des avantages de personnel (* Source KPMG) ................................................ 37
       D. Fonctionnement ....................................................................................................................... 38
   II) 3. IFRS 2 (PAIEMENTS BASES SUR LES ACTIONS / AVANTAGES SUR LES CAPITAUX PROPRES)
    .......................................................................................................................................................... 42
       A. Objectif..................................................................................................................................... 42
       B. Périmètre.................................................................................................................................. 42
       C. Principes généraux de comptabilisation.................................................................................. 42
   II) 4. IAS 32 /IAS 39 (COMPTABILISATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS) ............................. 47
       A. Objectif..................................................................................................................................... 47
       B. Définitions ................................................................................................................................ 48
       C. Catégories d’actifs et de passifs financiers.............................................................................. 48
       D. Comptabilisation initiale et Evaluation ................................................................................... 50
       E. L’évaluation ultérieure des passifs et des actifs financiers...................................................... 51
       F. Les opérations de couverture ................................................................................................... 55
       G. Sortie d’actifs et de passifs financiers ..................................................................................... 59
       H. Disparition de la catégorie intermédiaire entre Dette et Capitaux Propres (IAS 32)............. 60
       I. Engagement de rachat d’actions propres (IAS 32) .................................................................. 61
       J. Rachat d’actions propres.......................................................................................................... 62
   II) 5. IAS 16 (IMMOBILISATIONS CORPORELLES).......................................................................... 63
       A. Définition.................................................................................................................................. 63
       B. Comptabilisation des immobilisations corporelles .................................................................. 63
       C. Evaluation initiale des immobilisations corporelles................................................................ 63
       D. Evaluation postérieure à la comptabilisation initiale ............................................................. 64
   II) 6. IAS 17 (COMPTABILISATION DES LOCATIONS FINANCEMENT) ........................................... 68
       A. Définition.................................................................................................................................. 68
       B. Classification des contrats de location financement................................................................ 69
       C. Comptabilisation des contrats de location dans les états financiers du preneur..................... 70
       D. Comptabilisation des contrats de location dans les états financiers du bailleur .................... 71
       E. Transactions de cession-bail.................................................................................................... 72



                                                                                                                                                              3
III. INCIDENCE DES IFRS SUR LE COUT DES CAPITAUX PROPRES ET LA
VALORISATION DES ENTREPRISES .......................................................................................... 74
   III) 1. PERTINENCE DE LA COMPTABILISATION A LA JUSTE VALEUR DES ACTIFS ET PASSIFS .... 74
      A. Principe de la juste valeur : une volonté de mieux appréhender la réalité économique ......... 74
      B. Pertinence de la valorisation à la juste valeur......................................................................... 76
      C. L’impact de la juste valeur sur le ROCE ................................................................................. 79
   III) 2. INCIDENCE DES NORMES IFRS SUR LES VALORISATIONS DES SOCIETES ET LE COUT DES
   CAPITAUX PROPRES ......................................................................................................................... 86
      A. Une perception plus explicite des risques liés aux entreprises ................................................ 86
      B. Impacts de la publication des premiers comptes en normes IFRS sur les cours de bourse..... 95



CONCLUSION.................................................................................................................................. 112


ANNEXES.......................................................................................................................................... 114




                                                                                                                                                   4
Introduction


Dans un contexte de globalisation financière internationale croissante nécessitant un besoin
d’information fiable de la part des investisseurs, le basculement, au 1er janvier 2005, de
l’application des normes IFRS dans les comptes consolidés des sociétés cotées de l’Union
Européenne semble arriver à point nommé, dans la mesure où l’objectif essentiel réside dans
l’amélioration de l’information financière en vue d’un rétablissement de la confiance des
investisseurs face à leurs choix d’investissement.


Créées en 1973 par l’IASB (Intenational Accounting Standards Board), organisme de droit
privé britannique, les normes comptables internationales ont été désignées sous le sigle IFRS
(International Financial Reporting Standards).
La décision européenne d’adopter ces normes à l’horizon 2005 remonte aux débuts de la
commission Prodi, plus précisément à une communication de la Commission publiée en Juin
2000, dont l’objectif est de permettre la comparabilité des comptes des entreprises
européennes cotées, condition nécessaire à la création d’un marché financier européen
performant et liquide. Le schéma d’adoption a ensuite été approuvé par le Conseil et le
Parlement Européen (12 mars 2002), avant d’être formellement inscrit dans le droit
communautaire par un Règlement du Parlement et du Conseil le 19 Juillet 2002. En
application de ce Règlement, l’Union Européenne a adopté, en Septembre 2003, l’ensemble
des normes IAS à l’exception des normes IAS 32 et IAS 39 relatives aux instruments
financiers.


L’adoption par les entreprises cotées européennes des normes comptables internationales
IFRS suscite un vif débat, dans la mesure où les règles comptables jouent un rôle clé dans
l’organisation et l’évolution du système de financement des entreprises, ainsi que dans
l’évaluation de leurs titres détenus directement ou indirectement par les épargnants. La mise
en place de ces nouvelles normes va permettre de substituer un système comptable ancien
essentiellement basé sur la méthode de comptabilisation au coût historique, et de mieux
prendre en compte la réalité économique en intégrant dans les comptes tous les éléments
d’appréciation de la valeur de l’entreprise. Basées sur la notion de juste valeur, les normes
IFRS ont pour objectifs de renforcer la comparabilité des comptes des entreprises cotées mais
aussi accroître la transparence et la pertinence de l’information publiée.



                                                                                           5
La généralisation de la « fair value » calculée sur le principe d’actualisation des cash flows
futurs vise à améliorer l’information prévisionnelle des créanciers, mais également des
investisseurs. Mais, compte tenu des choix laissés aux entreprises quant à la méthode de
détermination de la juste valeur en bilan d’ouverture, l’appréciation des effets sur la
comparabilité et la fidélité sera difficile à déterminer aujourd’hui, et nécessite un certain recul.


Ainsi, la valorisation des actifs à la juste valeur aura un impact sensible sur les bilans des
entreprises, et entraînera une volatilité accrue du résultat et des capitaux propres dans la
mesure où le court terme renforce le caractère pro cyclique des tendances du marché (plus les
bilans se dégradent, plus le crédit sera cher).
A court terme, quels retraitements et ajustements, issus de la mise en place des normes IFRS,
impacteront précisément le niveau des fonds propres de l’entreprise ?
Quelles en seront les conséquences sur le coût des fonds propres et donc par extension sur la
valorisation des entreprises ?


Nous décrirons tout d’abord le contexte d’introduction de la notion de juste valeur et
l’adoption des normes IFRS au sein de l’Union européenne, à savoir le processus
d’harmonisation comptable et l’organisme fondateur des IFRS ;


Puis, nous nous attacherons à définir et expliquer les principales normes ayant un impact
significatif sur les capitaux propres des entreprises cotées (notamment celles du CAC 40) :
       -   IFRS 3 sur les regroupements d’entreprises, dans la mesure où les groupes cotés
           sont fortement impliqués dans les opérations de fusions/acquisitions ;


       -   IAS 19 sur les avantages du personnel, avec les effets de changements de méthode
           de calcul de certains engagements retraite et la redéfinition de certaines hypothèses
           actuarielles conformément à la norme ;


       -   IAS 36 avec un impact des tests de dépréciation des goodwills que l’on peut
           pressentir conséquent, dans la mesure où les performances attendues par les
           acquéreurs dans le cadre des opérations de regroupements ne sont pas toujours au
           rendez-vous ;




                                                                                                  6
-   IAS 38 sur les immobilisations incorporelles avec notamment les effets
              d’activation de certains frais de développement ;


          -   IFRS 2 sur les stock-options, assez répandues, comme mode de rémunération des
              dirigeants des sociétés cotées et non comptabilisée dans le cadre des normes
              comptables françaises ;


          -   IAS 32/39 sur les instruments financiers, avec la réévaluation des actifs financiers
              en juste valeur (titres disponibles à la vente et dérivés d’actifs), la comptabilisation
              des opérations de couverture ;


          -   IAS 16 sur les immobilisations corporelles avec l’option de comptabilisation à la
              juste valeur (principalement pour les parcs immobiliers), et le réexamen de la
              durée d’utilité et du mode d’amortissement (approche par composants) ;


          -   IAS 17 avec la comptabilisation en immobilisations corporelles des actifs détenus
              en location financement.




Enfin, nous analyserons quelles peuvent être les conséquences de la mise en place de ces
normes sur le coût des capitaux propres, et par extension sur la valorisation des sociétés
cotées.




                                                                                                    7
I. Création d’un référentiel comptable international commun


I) 1. Des origines de cette harmonisation


A. Un besoin d’information financière fiable dans un contexte de globalisation
financière


L’interdépendance des marchés financiers internationaux, favorisée par l’essor des flux
commerciaux et d’investissement, a incité les acteurs économiques à raisonner à l’échelle
mondiale. Ainsi, la propagation des récentes crises boursières de 1997 et 1998 a favorisé une
volonté croissante d’harmonisation des politiques économiques des pays européens,
notamment des règles comptables réglementant l’information financière des entreprises
cotées. Les manipulations comptables à grande échelle, révélées par les scandales boursiers de
type Enron, ont mis en lumière toute la difficulté du métier de l’analyste financier, et
l’importance des enjeux sous-jacents à un décryptage rigoureux de l’information comptable.


Un consensus très large s’est établi entre les investisseurs et les analystes de marché quant à
l’utilité d’une démarche de standardisation internationale et, de la création d’un langage
commun pour les marchés financiers européens : comparabilité des comptes, volume de
données et transparence accrue, recherche de pertinence de l’information. Ceux-ci souhaitent
pouvoir comparer, choisir les meilleures opportunités d’investissement et, arbitrer entre les
différentes places financières. Suite à la montée en puissance des actionnaires institutionnels
ayant des exigences précises en terme de rentabilité, les dirigeants d’entreprise intègrent
aujourd’hui la valorisation de leur cours de bourse dans leur stratégie, basée sur la création de
valeur. En outre, les entreprises multinationales souhaitent être admises à la négociation sur
les principaux marchés financiers de la planète, afin de disposer d’une plus large gamme de
financements, et bénéficier d’un référentiel comptable commun satisfaisant les différentes
demandes locales.


L’adoption des normes IFRS permet de sortir d’un système comptable ancien essentiellement
marqué par l’enregistrement des opérations au coût historique, et de mieux rendre compte de
la réalité économique (ex : comptabilisation des engagements de retraite).




                                                                                               8
La mise en place des normes IFRS avec la généralisation de la « fair value », calculée sur le
principe de l’actualisation des cash-flows futurs, vise à améliorer l’information prévisionnelle
donnée à la fois aux créanciers, sur le principe d’une valorisation optimale du bilan relative à
sa mobilisation immédiate, et aux investisseurs, réputés plus sensibles à la réalité économique
qu’à la réalité juridique ou fiscale. L’idée consiste à mieux mesurer la contribution d’un actif
à la richesse de l’entreprise, ce qui sera d’autant plus aisé qu’il existe un marché profond
pouvant servir de référentiel d’évaluation.


Les normes IFRS devraient permettre de faciliter une appréciation plus explicitement
quantitative du risque financier par rapport à celle d’aujourd’hui : ainsi les retraitements
comptables seront moins nombreux. Par exemple, les opérations de titrisation seront la plupart
du temps comptabilisées au bilan et, un plus grand nombre d’opérations de leasing devra
figurer pour leur montant en valeur actuelle.




B. Remise en cause des pratiques comptables traditionnelles


Le principe de coût historique est issu du droit français (cf. Code du Commerce art L123 et du
plan comptable général de 1999) qui prévoit qu’à leur date d’entrée dans le patrimoine, les
biens acquis à titre onéreux sont enregistrés à leur coût d’acquisition et les produits à leur coût
de production. Fiscalement, le principe est identique, à l’exception de l’évaluation des titres
d’OPCVM à la clôture d’exercice.


La comptabilité au coût historique possède une logique économique, fondée sur une vision
dynamique de l’entreprise en tant qu’entité productive durable et indivisible. Elle interroge le
processus qui amène les capitaux investis dans les ressources d’entreprise jusqu’à la création
de valeur et, les représente sous forme d’actifs. Elle vise ainsi à évaluer et représenter le
revenu de l’entreprise au fur et à mesure qu’il est généré par cette entité, spécialement grâce
aux résultats de ses ventes. La valorisation des actifs fait référence à ce processus économique
spécifique, plutôt qu’aux cours boursiers.


Fondée sur les besoins des entreprises d’après guerre, la méthode des coûts historiques ignore
les notions d’inflation, de pouvoir d’achat, de création de valeur, de produits dérivés….



                                                                                                 9
Ainsi, cette comptabilisation au prix de revient ne semble plus refléter la juste valeur pour les
périodes postérieures à l’enregistrement des actifs et passifs. (Exemple : valorisation d’un
actif immobilier). Cette méthode est contestée et sa pertinence remise en cause, dans la
mesure où elle ne reflète pas la valeur actuelle des éléments détenus.


Le développement des opérations de marché, et notamment des instruments financiers
complexes tels que les produits dérivés, a favorisé la mutation comptable vers la notion de
juste valeur. En effet, les entreprises ont massivement développé l’utilisation d’instruments
financiers, accroissant leur exposition aux risques, sans nécessairement adapter le contenu
informatif dans leurs comptes annuels, favorisant ainsi l’opacité de la communication
financière.




I) 2. Cadre conceptuel


A. Concept de la juste valeur


Répondant aux attentes des investisseurs en terme de fiabilité et d’objectivité nécessaires aux
prises de décisions sur les marchés financiers, une nouvelle méthode a vu le jour, consistant à
comptabiliser les dépenses à la valeur estimée des flux qu’elles peuvent rapporter à
l’entreprise, et non plus au coût de revient initial.


Le principe de juste valeur propose de déterminer la valeur des actifs par l’estimation des flux
de trésorerie anticipés actualisés (valeur instantanée). Dans le monde des marchés parfaits et
complets, cette valeur est égale au prix de marché des actifs. En effet, si la concurrence est
pure et parfaite, la valeur de l’actif est exactement égale à ce qu’il coûte (hypothèse de profits
nuls) et, tous les actifs ont la même rentabilité. En cas d’absence d’un marché de référence,
une modélisation doit permettre de construire la valeur actualisée des flux engendrés par cet
actif.


La juste valeur peut être considérée comme pertinente et, ses variations d’une période à
l’autre constituent un indicateur valide de la performance réalisée dans des cas particuliers tels
que les portefeuilles de transaction. En revanche, lorsque les actifs sont détenus à long terme,



                                                                                               10
la valeur de marché n’a qu’une valeur informative et ses variations ne sauraient constituer la
mesure de la performance de l’activité. L’introduction de la juste valeur dépend du motif et de
la durée de détention des éléments d’actif et de passif. Pour l’entreprise, la valeur des titres
détenus à l’actif dépend des risques qu’elle perçoit à son passif. Du point de vue comptable, la
valorisation des titres dépend donc de l’appréciation des risques portés par l’entreprise entière
dans la durée.


L’IASB définit plusieurs bases d’évaluation de la juste valeur :
       -    La valeur d’utilité, basée sur la notion de création de valeur : il s’agit de la
            somme des avantages économiques futurs estimés obtenus par l’usage de l’actif
            concerné.
       -    La valeur de marché : les marchés sont censés refléter à chaque instant la valeur
            actuelle des flux de trésorerie auxquels un bien donne droit dans le futur ; dans un
            contexte de marché parfait, la juste valeur est équivalente à la valeur de marché
            (« market to market »). Selon l’IASB, la valeur de marché est le montant qui peut
            être obtenu par la vente ou, payable pour l’acquisition d’un instrument financier
            dans un marché actif. Un marché actif suppose des transactions sur des biens
            homogènes, sur la base de prix rendus publics. En l’absence de marché actif, la
            juste valeur peut être définie via des techniques de valorisation.
       -    La valeur de remplacement : elle correspond au montant de l’investissement que
            doit réaliser une entreprise pour remplacer un actif existant en tenant compte du
            progrès technique (cf.CNC –Arrêté de Juin 1999).
       -    La valeur nette comptable : elle peut subir l’incidence de la valeur de
            recouvrement si elle a été ajustée en fonction de celle-ci.




B. Un organisme fondateur : l’IASB


B. 1. Historique de l’IASB


Les normes comptables internationales, désignées sous le sigle actuel IFRS, ont été élaborées
depuis 1973 avec la création de l’IASC (International Accounting Standards Comittee),
organisme de droit privé créé à l’initiative de quelques membres de la profession, sous la
direction de Sir H.Benson.


                                                                                              11
A partir des années 80, le bureau de l’IASC intègre des analystes et travaille avec l’OICV
(Association Internationale des Marchés), pour définir des normes qui seraient acceptées par
tous les grands marchés réglementés. En 1982, l’IFAC (International Federation of
Accountants) reconnaît l’IASC comme normalisateur mondial, et permet ainsi à ce comité de
renforcer son assise internationale, tout en demeurant un organisme sans pouvoir.
En 1988, le normalisateur comptable américain (FASB) rejoint le board de l’IASC en tant
qu’observateur. L’IASC connaît surtout un succès d’estime (indépendance vis à vis des
gouvernements), mais n’a aucun pouvoir de rendre ses normes obligatoires, lesquelles ne sont
toujours pas reconnues par la SEC.


Face à cet échec, l’IASC va trouver un nouveau souffle auprès de l’IOSCO (International
Organization of Securities Commissions), qui fédère au niveau mondial l’ensemble des
autorités de contrôle des marchés financiers nationaux. Une collaboration entre l’IASC et
l’IOSCO va donc s’organiser dès le début des années 90. L’IOSCO demande à l’IASC de
réviser et de compléter les normes existantes avant fin 2000, afin de permettre leur utilisation
dans les opérations internationales. Le véritable enjeu, même s’il n’est pas vraiment explicité,
est de permettre aux sociétés étrangères cotées aux Etats-Unis et utilisant ces normes IAS
mises à jour, d’être dispensées de faire un rapprochement avec des comptes en US GAAP.
Une fois ces travaux réalisés, paradoxalement, l’IOSCO se contente de recommander
l’application des normes IAS auprès des commissions de valeurs internationales, et tardera à
reconnaître les normes de l’IASC face à l’influence américaine des normes US GAAP.
Devant son hostilité à l’égard des normes américaines, l’IOSCO finira par adopter les normes
de l’IASC.


En 1997, l’IASC doit proposer une réorganisation afin de faire face aux évolutions de
l’environnement. Les travaux de ce groupe confirment que l’IASC a un rôle important à jouer
pour la globalisation des principes comptables.


En 2001, une nouvelle organisation est mise en place : l’IASB (International Accounting
Standard Board), organisme privé de droit britannique, basé à Londres et contrôlé en totalité
par l’IASC fondation (fondation basée aux USA et financée à la fois par les grandes
entreprises industrielles et de services, par des firmes d’audits et, par des organisations
internationales et publiques).



                                                                                             12
B.2. Le rôle de la Commission Européenne


A partir de 1990, la Commission européenne occupe un siège d’observateur au sein du conseil
de l’IASC. La décision européenne d’adopter les normes internationales à horizon 2005
remonte aux débuts de la Commission Prodi, plus précisément à une communication de la
Commission publiée en juin 2000. En effet, après l’adoption de la monnaie unique, l’Europe a
pour objectif de mettre en place un marché unique des valeurs mobilières, ce qui implique une
nécessaire comparabilité des comptes des entreprises cotées. Le schéma d’adoption proposé
dans cette communication a ensuite été approuvé par le Conseil à l’unanimité et par le
Parlement européen en mars 2002, puis a été formellement inscrit dans le droit
communautaire par un règlement du Parlement et du Conseil en Juillet 2002 (Règlement n°
1606/2002). Celui-ci rend obligatoire, pour les sociétés européennes faisant appel public à
l’épargne, l’établissement de leurs comptes consolidés selon le référentiel IAS à compter du
1er Janvier 2005. En application de ce règlement, l’Union européenne a formellement adopté,
en Septembre 2003, l’ensemble des normes IAS et interprétations SIC existantes.


Au cœur de ce mécanisme d’approbation se trouve un organisme politique spécialement créé,
le Comité de Réglementation Comptable européen (CRCE), composé de représentants des
pays des différents états membres de l’Union. A chaque fois que la Commission européenne
doit décider de l’acceptation ou non d’une norme de l’IASB, elle doit prendre l’avis du
CRCE, qui se prononce par un vote à la majorité qualifiée.


Par ailleurs, pour l’évaluation des normes de l’IASB, la Commission bénéficie de l’assistance
et de l’expertise d’un comité technique, créé en juin 2001 à l’initiative du secteur privé, connu
sous le nom d’EFRAG (European Financial Reporting Advisory Group). Ce comité technique
assure notamment le suivi de l’élaboration des normes qui seront soumises à la Commission
européenne et, peut donc intervenir auprès de l’IASB à chaque fois qu’il le juge nécessaire.


Ce mécanisme d’adoption a été testé pour la première fois en juillet 2003, où le CRCE se
prononçait sur l’ensemble des normes de l’IASB applicables au 1er janvier 2005 pour les
groupes cotés de l’Union européenne, étant entendu que les comptes de ces derniers ne
pouvaient être déclarés conformes à son référentiel que si toutes ses normes étaient
appliquées. Le rejet des normes IAS 32 et IAS39 est donc alors apparu comme un obstacle
important ; la principale raison reposant sur la grande volatilité générée par une valorisation


                                                                                               13
des instruments financiers à la juste valeur. Les secteurs les plus sensibles à ces inconvénients
de juste valeur furent les banques et les assurances, qui ont rapidement fait part de leur
opposition. Des modifications relatives à ces deux normes ont depuis été proposées.


B.3. Organisation de l’IASB


   o Le Board : Le conseil, présidé par Sir David Tweedie, est composé de 14 membres,
       nommés pour 5 ans et renouvelables une fois. Sept d’entre eux assurent le rôle de
       liaison auprès des normalisateurs nationaux des pays suivants : Australie, Allemagne,
       France, Japon, Royaume-Uni, Canada, Etats-Unis. Il constitue l’instance technique et
       doit respecter l’équilibre géographique. Le board décide souverainement de son
       programme et vote les normes à la majorité simple (8 voix positives).


   o Le comité d’interprétation (IFRIC - International Financial Reporting
       Interpretations Committee) : Fondé en 1997 pour garantir la bonne application et la
       correcte interprétation d’un corps de règles comptables internationales, il comprend
       17 membres votants, et élabore des interprétations en vue d’assurer une application
       homogène des normes.


   o Le comité consultatif de normalisation (SAC) : Il est composé de 45 personnalités
       concernées par l’information financière. Le SAC constitue une tribune à laquelle
       participent les organismes et particuliers ayant un intérêt pour l’information financière,
       provenant d’origines géographiques et professionnelles diverses, dans le but de
       conseiller le Conseil, et de l’informer des points de vue relatifs aux projets de
       normalisation.
       C’est par exemple, le normalisateur français, le CNC, qui a rédigé le projet IFRS 1 sur
       la première adoption des normes internationales. A noter également l’existence de
       trois observateurs au sein du comité : la Commission Européenne, la SEC (régulateur
       américain) et la FSA (régulateur japonais).




                                                                                              14
La nouvelle structure de l’IASB (* Source Gérer & Comprendre n°75) :


                                                         International Accounting Standards Comittee
                                                                    Foundation (19 trustees)




   National Standard              Standard Advisory                         International
   setters and others                  Council                           Accounting Stantard
   interested parties                                                     Board (14 Board
                                                                             members)
                                 Advisory Committees



                                                                                      International Financial
  Key                                                                                       Reporting
                                                                                          Interpretations
  Appoints
                                                                                          Committee (12)
  Reports to
  Membership links                                       Directors of
                                                        Operations and          Director of Technical
  Advises                                               non Technical          Activities and Technical
                                                            Staff                        Staff




B.4. Fonctionnement de l’IASB


L’IASB est un organisme indépendant de la profession comptable, consacrant le caractère
d’ordre public des normes comptables. Au plan international, ces dernières ne peuvent pas
davantage dépendre de l’autorité d’un seul Etat.


L’IASB vise à présenter un ensemble cohérent et complet des normes pour l’établissement
des états financiers à caractère général des entreprises à but lucratif. Selon les statuts, les
principaux objectifs sont les suivants :
        -      Formuler et publier des normes comptables de haute qualité,
        -      Promouvoir leur acceptation et leur application dans le monde,
        -      Travailler à l’amélioration et l’harmonisation des réglementations, des normes
               comptables et des procédures de présentation des états financiers.




                                                                                                          15
Dans ce contexte, l’IASB a développé une politique de partenariat avec les principaux
normalisateurs, dont les modalités sont variables selon les projets. Ainsi, un groupe de travail
européen, l’EFRAG (European Financial Reporting Advisory Group) travaille avec l’IASB
pour la convergence des normes nationales au sein de l’Europe vers un standard international.


Les membres du Board se réunissent onze fois par an pour l’élaboration des normes, qui est
soumise à un processus strict et organisé. Le premier document est un document de
discussion, qui organise un débat sur les approches et les options possibles.
Un groupe de travail spécifique est ensuite créé pour établir un exposé-sondage, voté par le
Board à la majorité simple, et diffusé au public pour une période de six mois, afin que chacun
puisse exprimer, par écrit, ses vues sur le document.
A l’issue de la période d’exposés, le Board analyse les commentaires et décide de la marche à
suivre quant aux amendements éventuels pour obtenir une norme définitive. Enfin, le Board
doit publier une base de conclusions expliquant les raisons qui ont conduit les membres à
voter contre le texte.




L’adoption des normes IFRS, basée sur le concept de juste valeur, permet de fournir à
l’échelle européenne une information financière et comptable des entreprises cotées
européennes plus complète et plus fiable à destination des investisseurs et des analystes
financiers. Cependant, la reconsolidation de certains éléments hors-bilan valorisés à leur
juste valeur (instruments financiers dérivés, contrats de leasing, stock-options, les charges
de personnel liées aux retraites…) va générer une augmentation de la volatilité des bilans,
notamment des capitaux propres.




                                                                                             16
II. Impacts des principales normes IFRS sur les capitaux propres

Un certain nombre de normes auront un impact sur le passif ou sur les capitaux propres.
L'endettement et le rendement des capitaux propres des sociétés seront donc considérablement
modifiés, bien que les analystes aient toujours effectué des retraitements de ce type.


Les IFRS ayant les impacts le plus marqué sur le passif et les capitaux propres concernent :
        -    Les véhicules ad hoc
        -    Les opérations de crédit-bail
        -    Les charges et engagements de retraites
        -    Les actifs financiers
        -    Les obligations convertibles (classement passif/capitaux propres)
        -    Les provisions


A ce jour, quasiment toutes les sociétés du CAC 40 ont communiqué sur la transition aux
IFRS, et la moitié d’entre elles ont fourni des informations détaillées.




II)1.       IFRS     3/    IAS       36/     IAS38     (Regroupements            d’entreprises ;
Dépréciation d’actifs; Immobilisations incorporelles)


L’IASB a publié, en mars 2004, la nouvelle norme IFRS 3 “Regroupements d’Entreprises”
qui remplace la norme IAS 22 et, apporte des évolutions majeures à deux normes existantes, à
savoir les normes IAS 36 « Dépréciation d’Actifs » et IAS 38 « Actifs incorporels ».


L’IFRS 3 amène une nouvelle définition des regroupements d’entreprises avec la suppression
de la méthode du « pooling of interest », la fin de l’amortissement systématique des écarts
d’acquisition et des incorporels à durée de vie indéfinie, auquel viendront se substituer des
tests de dépréciation.


L’IAS 36, quant à elle, traite de l’écart d’acquisition et des actifs incorporels acquis dans le
cadre de regroupements d’entreprises, ainsi qu’à tous les autres actifs des exercices ouverts à
compter du 31 mars 2004.


                                                                                               17
L’IAS 38 s’applique au traitement comptable des actifs incorporels acquis dans le cadre de
regroupements d’entreprises, ainsi qu’à tous les autres actifs incorporels des exercices ouverts
à compter du 31 mars 2004.


Ces 2 dernières normes révisées étant liées aux regroupements d’entreprises, nous allons les
exposer avec la nouvelle IFRS 3 et, étudier leurs différents impacts sur la présentation des
états financiers des entreprises.




A. IFRS 3 (Regroupements d’entreprises)


L’IFRS 3 apporte trois principales modifications :
   - L’abandon de la méthode de mise en commun d’intérêt,
   - Le traitement du goodwill via l’impairment test (IAS 36)
   - La comptabilisation séparée des valeurs patrimoniales incorporelles (IAS 38).


A.1. Objectif de la norme


L’objet de la norme IFRS 3 est de définir les modalités de comptabilisation des
regroupements d’entreprises, antérieurement séparées. L’une des principales conséquences de
cette norme vient du fait qu’elle entérine, quelque soit le mode de regroupement, sous forme
d’acquisition des actifs nets ou par acquisition de parts de capital via des actions, l’abandon
de la méthode de « mise en commun des intérêts » ou « pooling of interests », au profit de la
méthode d’acquisition ou « purchase accounting method ».


A.2. Définition des deux méthodes de comptabilisation


   o Pooling of interests : cette méthode repose sur le postulat que les entreprises
       impliquées opèrent une sorte de fusion, unissent leurs ressources en vue de poursuivre
       en commun leurs activités. C’est la raison pour laquelle elle est permise uniquement
       lorsque l’acquisition est essentiellement payée à plus de 90% en actions. Ainsi, il est
       possible d'intégrer une nouvelle filiale dans les comptes d’un groupe, sur la base des
       valeurs comptables de ses actifs et passifs. Les actions émises sont inscrites au bilan,



                                                                                             18
non sur la base de leur valeur, mais pour le montant comptable des capitaux propres de
       la cible.
       Suite à l’abandon de cette méthode, pour reprendre l’exemple du Vernimmen, il ne
       sera plus possible en achetant une société aux capitaux propres réévalués de 30 pour
       un prix de 100 et, en émettant à cet effet de nouvelles actions pour 100, de les inscrire
       au bilan pour 30 grâce au pooling, et dégageant ensuite un résultat net de 6, de
       proclamer que le return on equity est de 20%, alors qu'il n'est que de 6% !


   o Purchase accounting method : cette méthode, dont l’application intègre
       l’identification d’un acquéreur, nécessite la réévaluation des actifs et des passifs
       exigibles de la cible et, la constatation d'un goodwill inscrit parmi les actifs
       incorporels de l’acquéreur.


A.3. Goodwill négatif


L’IFRS 3 supprime la notion de goodwill négatif et, dans l’hypothèse où la juste valeur des
actifs et passifs identifiables excède le coût d’acquisition, prévoit que :
- la société confirme la correcte évaluation des actifs acquis
- si l’excès de juste valeur par rapport au coût d’acquisition se confirme, celui-ci soit reconnu
directement en produit dans le compte de Profits et Pertes (produit immédiat).


Exemple Air France : L’application de la norme IFRS 3 concernant le rapprochement avec
KLM (acquisition postérieure au 1er avril 2004) * Source Air France-KLM :
   Ecart d’acquisition négatif reconnu : 468 M€
   Avant IFRS :
   Amortissement de l’écart d’acquisition négatif sur 5 ans (soit 73 M€ en 2004)
   Après IFRS :
   Impact positif « one-shot » de la reprise de l’écart d’acquisition négatif sur le résultat net
   de 395 M€ (468 – 73 M€).


Exemple PPR : Le choix du retraitement des regroupements d’entreprises intervenus le 1er
janvier 1999 (date d’entrée de Gucci dans PPR), a eu comme principal impact, l’augmentation
des intérêts minoritaires (rachetés en totalité en avril 2004 à l’issue de l’OPA) de 1,2 Md€ sur
les capitaux propres d’ouverture (1er janvier 2004) du groupe.


                                                                                              19
A.4. Mise en place de tests de dépréciation (Impairment Test)


Le changement majeur de l’IFRS 3 par rapport à l’IAS 22 concerne les modalités de
valorisation du goodwill issu d’un regroupement d’entreprises. L’IAS 22 prévoyait un
amortissement systématique du goodwill sur sa durée de vie économique, celle-ci ne pouvant
pas excéder 20 ans. Pour IFRS 3, le goodwill doit être maintenu au coût d’acquisition,
déduction faite des pertes de valeurs. Ainsi le goodwill n’est plus amorti, mais il doit faire
l’objet d’un test de perte de valeur au moins une fois par an ou plus fréquemment, si des
événements ou changements de circonstances indiquent qu’une perte de valeur pourrait
exister.


Exemple Carrefour : Le principal impact sur le compte de résultat du groupe provient de
l’arrêt de l’amortissement du goodwill, qui augmente le résultat net part du Groupe de +319
M€.


Exemple LVMH : Les IFRS ont un impact de 1% à la baisse sur les ventes nettes, mais l’écart
du résultat net des normes françaises aux normes IFRS est lié principalement à l’arrêt de
l’amortissement du goodwill (+ 284 M€).


Cet arrêt de l’amortissement du goodwill va donc avoir des répercussions significatives sur le
résultat net de nombre de sociétés, et par extension sur le niveau des capitaux propres.


La norme IAS 38 « Actifs Incorporels » a évolué dans le même sens en supprimant
l’amortissement systématique des actifs incorporels à durée de vie indéfinie. Par ailleurs, sur
la base de la norme IAS 36 révisée, même si les circonstances qui ont généré la perte de
valeur disparaissent ou s’améliorent, il n’est pas possible de reprendre les pertes de valeur
constatées préalablement sur les goodwills.


L’importance accrue de la juste valeur pour les actifs, la reconnaissance accrue des actifs
incorporels dans le cadre des regroupements d’entreprises et, l’absence d’amortissement
systématique du goodwill et des autres actifs incorporels à durée de vie indéfinie, renforcent
l’importance de la norme IAS 36 « Dépréciation d’Actifs », entraînant une plus grande
volatilité des résultats des entreprises.



                                                                                            20
Nous pouvons illustrer ces propos avec les résultats de l’enquête européenne, menée par
Mazars en 2005, plus précisément sur la question posée à des responsables financiers de 556
sociétés cotées en Europe : «Etes-vous êtes plus préoccupé par la volatilité que causerait la
publication de vos comptes aux normes IFRS ?»




                80%
                70%
                60%
                                                                      Allemagne
                50%
                                                                      Belgique Luxembourg
                40%
                                                                      Espagne
                30%                                                   France
                20%                                                   Italie
                10%                                                   Pays-Bas
                 0%                                                   Pologne
                                                          nde
                         e




                                           ie


                                                          ne
                                  ne




                                                                      République Tchèque
                      agn




                                       Ital




                                                      Irla
                                                      log
                               pag




                                                                      Royaume Uni - Irlande
                     m




                                                  Po

                                                 ni -
                             Es
                 Alle




                                                                      Turquie
                                                U
                                                     me
                                                  yau
                                                Ro




B. IAS 36 (Dépréciations d’actifs)


B.1. Objectif


L’IAS 36 établit les procédés qu’une entité doit appliquer pour s’assurer que ses actifs sont
comptabilisés à une valeur inférieure ou égale à leur valeur recouvrable. L’IAS 36 s’applique
à la comptabilisation de la perte de valeur subie par tous les actifs autres que les actifs
suivants :
- Les stocks (IAS 2, Inventories);
- Les actifs issus de contrats de construction (IAS 11, Construction Contracts);
- Les impôts reportés débiteurs (IAS 12, Income Taxes)
- Les actifs issus de régimes d’avantages sociaux des employés (IAS 19, Employee Benefits);
- Les actifs financiers visés par l’IAS 39, Financial Instruments: Recognition
and Measurement;


                                                                                           21
- Les biens de placement évalués à la juste valeur (IAS 40, Investment Property);
- Les actifs biologiques liés à des activités agricoles, qui sont évalués à la juste valeur moins
les frais au point de vente (IAS 41, Agriculture);
- Les frais d’acquisition reportés et les immobilisations incorporelles issus de contrats
d’assurance visés par l’IFRS 4, Insurance Contracts;
- Les actifs à long terme (ou groupes à sortir) classés comme détenus aux fins de vente
conformément à l’IFRS 5, Non-current Assets Held for Sale and Discontinued Operations.


B.2. Historique et fonctionnement


La création de cette norme est liée à l'écart croissant entre la valeur comptable et la valeur
boursière des sociétés cotées au cours des 20 dernières années, du en partie à l'importance
grandissante des actifs incorporels dans la valeur de ces entreprises. Cet écart a ainsi fait
apparaître certaines limites aux conventions comptables, accusées de ne pas refléter
convenablement la réalité économique et la perception des marchés financiers. Dans ce
contexte, les normes comptables ont progressivement intégré de nouvelles dispositions, ayant
pour but d'ajuster (à la baisse uniquement) les valeurs comptables de certains actifs
déterminées sur la base des coûts historiques engagés pour les créer ou les acquérir, en les
rapprochant de leur « juste valeur » (concept de fair value).


B.3. Fréquence de dépréciation des actifs


Un actif ou une Unité Génératrice de Trésorerie s'est déprécié lorsque sa valeur comptable
excède sa valeur recouvrable. La fréquence des tests de dépréciation est au minimum d'une
fois l'an, même en l'absence d'indice de perte de valeur. En cas de présence de goodwill, les
tests doivent être effectués à n'importe quel moment au cours de l'exercice, mais à une date
fixe. Les tests doivent aussi être effectués à chaque fois qu'il a des indicateurs de perte de
valeur.


Les deux points marquants de la norme sont la création de la notion d’Unité Génératrice de
Trésorerie (UGT dans la suite du mémoire) et, l’affectation du goodwill à une (ou plusieurs)
UGT. En effet si l’IFRS 3 a entériné la suppression de l’amortissement systématique du
goodwill, ce dernier est affecté à la date d’acquisition à une ou plusieurs UGT, et l’ensemble



                                                                                              22
est soumis à un test de dépréciation annuel visant à s’assurer que la valeur recouvrable n’est
pas inférieure à la valeur nette comptable.


Une UGT est le plus petit groupe identifiable d’actifs, dont l’utilisation continue génère des
entrées de trésorerie, qui sont largement indépendantes des entrées de trésorerie générées par
d’autres actifs ou d’autres groupes d’actifs. Elle est composée des actifs à long terme à tester
(goodwills, actifs incorporels et actifs corporels). Les UGT ne sont à identifier, que dans la
mesure où, la valeur recouvrable de chaque actif pris isolément n’est pas possible. Toutefois,
un actif, dont la valeur recouvrable individuelle est mesurable, peut être inclus dans une
UGT.




                                                                            Source Cegid




Une fois définies les procédures qu'une entreprise doit mettre en oeuvre pour s'assurer que ses
actifs sont comptabilisés pour une valeur qui n'excède pas leur valeur recouvrable, abordons
maintenant la méthode de calcul de la valeur recouvrable.


B.4. Méthode de calcul de la valeur recouvrable


Le mécanisme de base de l’IAS 36 pour identifier les pertes de valeur n’a pas changé : les
entreprises doivent comparer la valeur recouvrable de l’actif (valeur la plus élevée entre le
prix de vente net de l’actif ou de l’UGT, et sa valeur d’utilité) et sa valeur au bilan. La valeur


                                                                                               23
d’utilité correspond aux flux de trésorerie futurs qui seront générés par cet actif ou UGT,
actualisés à un taux de marché actuel de rémunération sans risque ajusté pour tenir compte de
l’incertitude, c’est à dire le risque lié à cet actif.


Si la valeur nette comptable d’un actif est supérieure à sa valeur recouvrable, la réduction de
la valeur est constatée en charges par la voie d’une provision pour dépréciation d’actif, la
valeur recouvrable devenant la nouvelle base amortissable pour la durée d’utilisation restant à
courir.


Résumé des étapes de la dépréciation des actifs :


Quand procéder à un - Tous les ans pour les écarts d’acquisition et les actifs incorporels
test de dépréciation ? non amortis
                            - S’il existe un indice que l’actif a pu perdre de la valeur pour les
                            autres actifs à long terme


                                1- Définir les indicateurs de perte de valeur et identifier les
                                    actifs pour lesquels il existe un indice de perte de valeur
                                2- Identifier s’il existe un prix de vente net pour l’actif concerné
                                3- Si le prix de vente net est supérieur à la valeur nette
                                    comptable de l’actif, aucune dépréciation n’est constatée
                                4- S’il n’existe pas de prix de vente net ou si le prix de vente net
Comment procéder                    est inférieur à la valeur nette comptable, déterminer la valeur
au test de                          d’utilité, c’est-à-dire le montant des cash flows actualisés
dépréciation ?                  5- Si l’actif testé ne génère pas de cash flows indépendamment
                                    d’autres actifs, regroupement de l’actif avec d’autres actifs
                                    dans une UGT
                                6- Si la valeur d’utilité est supérieure à la valeur nette
                                    comptable, absence de dépréciation
                                Si la valeur nette comptable est supérieure à la valeur d’utilité,
                                enregistrement d’une dépréciation




                                                                                                   24
B. 5. Règles de dépréciation


Les immobilisations corporelles et incorporelles à durée de vie déterminée font l’objet d’un
test de dépréciation uniquement en présence d’indice de pertes de valeur.


Tandis que les goodwills et immobilisations à durée indéterminée sont dépréciés une fois par
an ou plus, si des indices de pertes de valeur sont identifiés en période intérimaire.


Le goodwill se définit comme étant la différence entre le prix payé et la quote-part des actifs
et passifs acquis évalués à leur juste valeur.


L'introduction des nouvelles normes a donc accru l'importance de la comptabilisation des
actifs selon une approche de juste valeur, au détriment de l'approche historique traditionnelle.
En effet, le goodwill n'est plus systématiquement et régulièrement amorti, mais doit faire
l'objet chaque année d'une analyse de valorisation approfondie afin de vérifier s'il est
nécessaire de constater une dépréciation (en cas de baisse de sa valeur). C'est ce que l'on
appelle le goodwill impairment.


L’impairment test permet d’assurer que la valeur comptable de l’entité qui porte le goodwill
reste inférieure à la « valeur recouvrable » de cette entité, définie comme le montant le plus
élevé entre le prix de vente net et la valeur d’usage (« somme actualisée des flux de trésorerie
futurs retirés de l’utilisation continue de l’actif et de sa sortie à la fin de sa durée d’utilité »).
La connaissance du prix de vente net étant improbable, le test reposera le plus souvent sur
l’estimation d’une valeur d’usage par la méthode des Discounted Cash Flows (DCF).

Exemple Eurotunnel : Parce que le traitement des immobilisations varie significativement,
selon qu'Eurotunnel produit ses comptes en US GAAP pour le compte de la société française
ou en UK GAAP pour le compte de la société britannique, la direction générale a décidé
d'appliquer, avec deux ans d'avance, la norme IAS 36 pour les besoins de son compte de
résultat français. L'application de cette norme contraint le groupe à une dépréciation
exceptionnelle de 1,85 Md€ au 31 décembre 2003, différence entre la valeur nette comptable
des immobilisations et la valeur d'utilité des actifs. Cette dépréciation qui équivaut quasiment
au résultat net, vient grever les fonds propres de 1,6 Md€, les rapportant ainsi à 1,7 Md€. A la




                                                                                                   25
Bourse de Paris, l'annonce de ces résultats a fait chuter le titre Eurotunnel de 5,45%, à 0,52 €
dans les premiers échanges.

L’objectif de cette évolution confirme bien l’une des ambitions majeures des normes : une
meilleure lisibilité des comptes. Le mécanisme d'amortissement annuel qui, par son caractère
récurrent et linéaire, paraissait plus relever des conventions comptables que de la réalité
économique et financière, est désormais abandonné au profit d'un test de dépréciation selon le
principe de la juste valeur. Ainsi, au moins une fois par an, les entreprises ayant réalisé des
acquisitions doivent, selon une procédure précise, évaluer leurs unités opérationnelles et leur
goodwill.


Le traitement comptable des survaleurs affecte la mesure des performances et la structure du
bilan consolidé des groupes. Or, avec le développement des fusions-acquisitions (en
particulier celles visant des sociétés de services ou des firmes dotées d'actifs immatériels
importants non reconnus avant l'acquisition), les goodwills occupent une place de plus en plus
considérable dans les bilans consolidés des groupes, comme le montre ce tableau, sur le Poids
relatif des actifs incorporels à durée de vie indéterminée au bilan des entreprises du SBF 120
(1) :
Montant agrégé en % de capitaux propres                    Goodwill      Autres (2)   Total
A fin 2001
Ensemble des entreprises du SBF 120 (120 sociétés)         46%           19%          65%
1- Energie/Produits de base / BTP / Matériaux de 33%                     11%          45%
construction (18)
2- Assurance / Banque / Bourse / Société de portefeuille 27%             7%           33%
/ Immobilier (16)
3- Automobile / Construction mécanique / Biens 56%                       9%           66%
d’équipement (12)
4- Hôtellerie / Loisirs / Services aux collectivités / 71%               39%          110%
Autres services (51)
5- Agroalimentaire / Boisson / Distribution / Biens de 59%               48%          106%
consommation (23)
Ensemble des entreprises du SBF 120 hors catégorie 2 57%                 29%          86%
(104)




                                                                                              26
A fin 2002
Ensemble des entreprises du SBF 120 (120 sociétés)                  42%            19%             62%
1- Energie / Produits de base / BTP / Matériaux de 29%                             13%             43%
construction (18)
2- Assurance / Banque / Bourse / Société de portefeuille 27%                       7%              33%
/ Immobilier (16)
3- Automobile / Construction mécanique / Biens 47%                                 8%              55%
d’équipement (12)
4- Hôtellerie / Loisirs / Services aux collectivités / 78%                         49%             127%
Autres services (51)
5- Agroalimentaire / Boisson / Distribution / Biens de 53%                         48%             100%
consommation (23)
Ensemble des entreprises du SBF 120 hors catégorie 2 54%                           31%             85%
(104)
* Source Option Finance n°778 du 29 mars 2004


(1) les entreprises considérées sont les 120 entreprises entrant dans la composition de l’indice du 10 octobre
    2003
(2) Actifs incorporels (du type marque, clientèle…) résultant de l’affectation des écarts de première
    consolidation


A fin 2002, les goodwills agrégés représentent 42% des capitaux propres agrégés des
entreprises du SBF et 62% si l’on tient compte des autres actifs incorporels à durée de vie
indéterminée.


Cette place de plus en plus prépondérante du goodwill dans les bilans consolidés, combinée à
l'envolée des cours de Bourse sur certaines places financières, a entraîné un accroissement des
différences entre les prix d'acquisition et les valeurs comptables, différences qui elles-mêmes
influencent à la hausse le poids des goodwills, avec pour preuve quelques exemples : un
goodwill de 16 Md€ pour Pechiney après le rachat d'American Can en 1988 ; un goodwill de
6,8 Md€ pour Hachette après la prise de contrôle la même année de Diamandis, Grolier et
Salvat ; un goodwill de 9 Md€ après le rapprochement entre Adia et Ecco en 1996.




                                                                                                           27
B.6. Impacts de la dépréciation du goodwill sur les comptes


   o En cas d’acquisition «non réussie »


Les écarts d’acquisition, qui étaient auparavant amortis chaque année, feront dorénavant
l'objet de tests annuels de dépréciation et ne seront plus amortis. Ils ne peuvent plus être
imputés directement sur les capitaux propres. En somme, une acquisition qui se révélerait être
une « mauvaise affaire » aurait des conséquences immédiates dans les comptes de l'entreprise
à l'origine de l'achat, puisque dans ce cas, les écarts d'acquisition pourraient être réduits à une
valeur nulle dès l'année suivant l'acquisition. En effet, certaines publications de comptes ont
donné lieu par le passé à de mauvaises surprises.


Exemple Vivendi Universal : Le Groupe a annoncé, pour son exercice 2001, une perte
annuelle de 13,6 Md€ - la plus importante de l'industrie française - compte tenu des 15,7 Md€
d'amortissement de survaleurs.


En tout état de cause, plus les écarts sont importants, plus les montants susceptibles d'être
dépréciés le sont et, plus les résultats pourront s'en trouver pénalisés. L'importance des écarts
d'acquisition et de leur éventuelle dépréciation devrait amener les entreprises à donner une
information soit directement dans le compte de résultats, soit dans les notes annexes, selon les
recommandations du nouveau référentiel IFRS, ce qui permettra de suivre régulièrement la
valeur de ces écarts.

   o En cas d’acquisition «réussie »

Dans ce cas, le goodwill acquis est progressivement remplacé par un goodwill propre, auto-
généré. Les valeurs incorporelles nouvelles, élaborées par l’entreprise (nouvelles marques,
listes de clients, commandes, etc.), justifient l’ancien goodwill acquis lorsque des tests
annuels de dépréciation sont effectués. Cependant, ce processus de remplacement selon
certains experts financiers peut être discutable. En effet, une entreprise dotée d’une stratégie
de croissance interne n’est pas autorisée à activer son goodwill propre, alors qu’un concurrent
avec une stratégie d’acquisition remplace peu à peu le goodwill payé et reconnu au bilan par
un goodwill propre. D’où une possible appréciation critique de cette différence de traitement,
la valeur du goodwill propre devant être au moins égale à celle du goodwill acquis.



                                                                                                28
B.7. Les conséquences des tests de dépréciation du goodwill

Les dépréciations des survaleurs ont deux conséquences possibles, qui vont retenir l'attention
des investisseurs:

   o D'une part, les conseils d'administration peuvent prendre prétexte de ces pertes
       comptables pour supprimer ou réduire la distribution de dividendes.
   o D'autre part, la réduction des capitaux propres qui en résulte diminue la capacité de
       croissance externe et, peut conduire à une augmentation de capital potentiellement
       dilutive.

B.8. Conclusion


IAS 36 est une norme relativement complexe qui ne sera pas facile à mettre en œuvre et, les
entreprises seront notamment confrontées aux difficultés et challenges suivants :


   o Des tests de perte de valeur plus fréquents. Ceci a un coût : les tests doivent être
       développés en interne ou confiés à des experts en évaluation et, ils doivent être audités
       par un auditeur externe ;
   o Les projections de flux de trésorerie futurs doivent être basées sur les plans
       prévisionnels les plus récents approuvés par le management, en excluant toutefois les
       flux de trésorerie liés à des restructurations et développements sur lesquels l’entreprise
       n’est pas formellement engagée ;
   o Identification des UGT et allocation des flux à ces UGT ;
   o Nécessité d’utiliser des flux de trésorerie avant impôt ;
   o Trouver un accord sur le taux d’actualisation et sur le niveau de risque à incorporer
       dans ce taux ;
   o S’accorder sur le taux de croissance perpétuel, dont le niveau impactera
       significativement la valeur de l’actif ;
   o Les tests de perte de valeur doivent être réalisés tous les ans à la même date et les
       entreprises doivent donc choisir la date la plus appropriée en s’assurant que les
       données nécessaires seront systématiquement disponibles pour toutes les UGT ;
   o Les informations à communiquer dans les notes aux comptes ont plus que doublé avec
       la norme IAS 36 révisée. Ces informations, qui concernent notamment la description
       des principales hypothèses retenues dans le cadre des tests de pertes de valeur, sont


                                                                                              29
souvent perçues comme sensibles par les entreprises et leur publication donnera
        certainement plus d’indications aux marchés sur la stratégie de l’entreprise.


Exemple Michelin (* Source Michelin : Impact des normes IFRS sur les comptes du groupe) :
Avec une pondération dettes financières et fonds propres de 50-50, et en prenant les taux réels
de la dette et un coût des FP de 10% après impôts, au 31 décembre 2003, le CMPC moyen
affiché du Groupe Michelin avant impôts est de 10,4% et 7,2% après impôts.


Les cash flows actualisés générés par les UGT étant inférieurs aux actifs, la somme des actifs
à déprécier du Groupe représente –160 M€ avec comme impacts principaux :
    - sur les capitaux propres : une baisse de 108 M€, compte tenu des impôts différés de 52
    M€.
    - sur le résultat opérationnel :
        ° Effet positif de 22 M€, du fait de l’annulation des amortissements
        ° Effet négatif de 36 M€ (soit 2% des actifs long terme), dû aux pertes de valeur sur
        investissement
        Soit un impact total négatif de –18 M€ sur le résultat opérationnel.




C. IAS 38 (valorisation des actifs incorporels)


C.1. Objectif


L’IAS 38 prescrit le traitement comptable des immobilisations incorporelles, à l’exception des
actifs suivants :
- Les immobilisations incorporelles faisant partie du champ d’application d’une autre norme.
Par exemple, l’IAS 2, Inventories, s’applique aux immobilisations incorporelles détenues aux
fins de vente dans le cours normal des activités;
- Les dépenses et les droits miniers liés à l’exploration, à la mise en valeur et, à l’extraction de
ressources non régénératives.


La présente norme impose ainsi aux entreprises de comptabiliser une immobilisation
incorporelle si, et seulement si, certains critères sont réunis. La norme spécifie également



                                                                                                 30
comment évaluer la valeur comptable des immobilisations incorporelles et, impose de fournir
certaines informations sur les immobilisations incorporelles.


C.2. Définition


Une immobilisation incorporelle est un actif non monétaire identifiable sans substance
physique, détenu en vue de son utilisation pour la production ou la fourniture de biens ou de
services, pour une location à des tiers, ou à des fins administratives. Un actif est une
ressource :
    - contrôlée par une entreprise du fait d’évènements passés,
    - dont des avantages économiques futurs sont attendus par l’entreprise.


Le critère d’identification d’un actif incorporel est satisfait si l’élément est :
    - séparable, c’est à dire s’il peut être vendu, transféré, licencié, loué ou échangé de façon
    distincte de l’entité,
    - ou provient de droits légaux ou contractuels.


Le critère de contrôle, quant à lui, se définit comme le pouvoir de restreindre l’accès des tiers
(par des droits juridiques ou autres moyens dûment prouvés) aux avantages économiques
générés par l’actif.


C.3. Fonctionnement et comptabilisation


L’IAS 38 impose à une entreprise de comptabiliser une immobilisation incorporelle si et
seulement s’il est probable que les avantages économiques futurs attribuables à l’actif aillent à
l’entreprise, et si le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable. Néanmoins, une grande
partie de variété d’actifs incorporels devrait pouvoir être reconnue au bilan lors des
regroupements d’entreprises, à savoir : marques, listes clients, logos, noms de domaine
internet, technologie, logiciels, base de données….


Les dépenses relatives à un élément qui ne respecte pas ces critères devront être
comptabilisées en charges. Il en est de même des dépenses relatives à un actif dont le
caractère identifiable ou son contrôle par l’entreprise n’est pas démontré : parts de marché,
fonds de commerce « génériques », savoir faire non protégé….


                                                                                              31
Si cet élément est acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprises, il devra être
incorporé dans le goodwill. Ces critères s’appliquent quelque soit le mode d’acquisition.


Exemple Bouygues : Le bilan d’ouverture 2004 fait apparaître à l’actif, en immobilisations
incorporelles, un écart négatif entre les normes françaises et les normes IFRS de 5 321 M€
(passant de 6 409 à 1 088 M€). Pour ce qui est du goodwill, celui ci présente quant à lui un
écart positif entre les normes françaises et les IFRS d’un montant de 5 008 M€ (passant de
264 à 5 272 M€). Cette différence est due, en quasi-totalité (pour 5 027 M€), au reclassement
des survaleurs liées aux parts de marché, précédemment inscrites en immobilisations
incorporelles, en goodwill.


Exemple Valeo : Les effets de l’activation de certains frais de développement ont un impact
de 148M€ sur les capitaux propres de Valeo, part du Groupe.


Exemple Sanofi-Aventis : Impact des IFRS sur le traitement de l’acquisition d’Aventis au
20/08/04 * (Source Passage aux IFRS – Conférence Call : 14 avril 2005)


   - Activation de la R&D acquise:
   Activation de la R&D acquise de l’ex Aventis :
   •   Immobilisations incorporelles relatives à Aventis :        + 5 046 M€
   •   R&D relative aux SME d’Aventis :                           + 301 M€
   •   Contrepartie : augmentation des capitaux propres suite à l’annulation de la charge
       enregistrée en normes françaises
   •   D’où impact sur les capitaux propres
       CP au 31/12/04 en normes françaises :                      + 35 949 M€
       CP au 31/12/04 en IFRS :                                   + 41 489 M€ (inclus les 5
       347 M€ d’activation de la R&D de l’ex Aventis)


   - Goodwill :
   Goodwill en normes françaises :                                24 654 M€
       (+) impôts différés sur l’activation de la R&D
           en cours acquise                                       1 862 M€
       (+) impôts différés principalement liés aux SME :            305 M€



                                                                                            32
(+) juste valeur des plans de stock-options :                 746 M€
       (+) autres :                                                    10 M€
   Soit Goodwill en IFRS :                                         27 577 M€


C.4. Règles d’amortissement et de dépréciation


Les normes IFRS distinguent deux types d’actifs incorporels :
   - Les actifs à durée d’utilité déterminée
   - Les actifs à durée d’utilité indéterminée, pour lesquels il n’apparaît pas de limite
   prévisible à la période sur laquelle l’actif va générer des flux de revenus, avec un système
   d’amortissement différent en fonction du type d’actif incorporel.


   o Amortissement systématique des actifs incorporels à durée d’utilité déterminée


La règle est d’amortir sur la durée d’utilité, mais l’IAS 38 ne précise pas de durée maximale.


Deux méthodes d’amortissement sont autorisées :
   - L’amortissement sur la période pendant laquelle l’entreprise prévoit d’utiliser l’actif
   - L’amortissement sur le nombre d’unités de production ou équivalent, que l’entreprise
   entend obtenir de l’actif (rythme de consommation des avantages économiques de l’actif).


Les facteurs à prendre en compte pour déterminer la durée d'utilité d'une immobilisation
incorporelle sont les suivantes :
   - L’utilisation attendue de l’actif,
   - La durée de vie d'actifs similaires,
   - L'obsolescence technologique,
   - La concurrence,
   - Le niveau de dépenses de maintenance nécessaire,
   - La durée de contrôle de l'actif.


La date de démarrage de l’amortissement correspond à la date à laquelle l’actif est prêt à être
mis en service. La durée devra être appréciée à la clôture de chaque exercice, et ajustée en cas
de modification des avantages économiques à venir.



                                                                                               33
o Suppression de l’amortissement systématique pour les actifs incorporels à durée
       de vie indéfinie et mise en place d’un test annuel de dépréciation


Une immobilisation incorporelle avec une durée d’utilité indéfinie n’est pas amortie, mais
soumise à un test de dépréciation annuel à chaque fois qu’un indice révèle qu’une perte de
valeur a pu intervenir. La durée d’utilité d’une immobilisation incorporelle non amortie doit
être revue à chaque clôture, de manière à s’assurer que cette hypothèse est toujours vérifiée.
Si cette durée indéterminée devient déterminée, le changement doit être pris en compte via
l’IAS 8 « Résultat net de l’exercice, erreurs fondamentales et changements de méthodes
comptables ».


Ainsi donc et de manière générale, avec les nouvelles normes IFRS, les conditions de
comptabilisation des actifs incorporels sont beaucoup plus strictes.


C.5. Précision du périmètre de la recherche et du développement ainsi que des règles
d’activation


Selon l’IAS 38, les dépenses de recherche sont comptabilisées en charges.


Le développement se définit comme l’application des résultats de la recherche ou d’autres
connaissances à un plan ou un modèle en vue de la production de matériaux, dispositifs,
produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou substantiellement améliorés, avant le
commencement de leur production commerciale ou de leur utilisation.


Si en normes françaises, une entité ne capitalisait pas ses frais de développement, en normes
IFRS, la capitalisation des frais de développement est obligatoire dès lors que les 6 critères
suivants, définis par la norme, sont satisfaits et démontrés :
   - Faisabilité technique du projet,
   - Intention de le poursuivre jusqu’à son terme et de l’utiliser ou de le vendre,
   - Moyens nécessaires pour vendre les produits ou pour utiliser le nouveau processus de
   production résultant du développement considéré,
   - Existence d’un marché pour le produit ou utilité du nouveau processus de production
   pour l’entreprise,



                                                                                           34
- Disponibilité des moyens techniques, financiers ou autres, nécessaires pour terminer le
    projet,
    - Existence d’outils de gestion fiables permettant de connaître les coûts de développement
    engagés sur le projet.


En pratique, l’entité doit donc être capable de restituer un suivi fiable des dépenses engagées
dans le cadre des projets de R&D, à compter de la date où les critères précédents ont été
satisfaits.


Exemples de dépenses de développement :
    - Conception, construction et tests de pré-production ou de pré-utilisation de modèles ou
    prototypes.
    - Conception construction et exploitation d’une unité pilote (ne permettant pas une
    production commerciale).
    - Conception, construction et tests liés à une solution permettant l’utilisation de nouveaux
    matériaux, dispositifs, produits, procédés ou systèmes.


Tous les frais de recherche et de développement ne remplissant pas ces critères doivent être
inscrits en résultat. Les dépenses qui se révèleraient à posteriori remplir les conditions
d’activation ne pourraient plus être activées.


Exemple : Renault * Source : Résultats financiers Renault aux normes IFRS (25/02/2005)
La marge opérationnelle 2004 passe de 2 418 M€ avant IFRS, à 2 115 après IFRS. Soit un
écart de 303 M€, expliqué à hauteur de 293 M€ par l’application rétrospective de la norme
IAS 38 relative aux frais de développement.


Difficulté d’application :


Les entreprises concernées devront mettre en place un système d’identification des phases de
leurs projets de recherche et développement, afin de connaître précisément les dates de début
et de fin et, de permettre ainsi de cerner les coûts des projets susceptibles d’être immobilisés.
Une comptabilité analytique reste donc indispensable pour justifier de la fiabilité des données
cumulées par projet. Ces phases permettront de séquencer les projets afin de déterminer en



                                                                                              35
amont les informations prospectives attachées à l’actif en cours de création, pour justifier le
bien-fondé futur de la valorisation de l’actif.


C.6. Les informations à joindre en annexe


La principale nouveauté est de préciser désormais le montant global des dépenses de
recherche et de développement comptabilisées en charges. Pour ce faire, les informations
requises sont les suivantes :


   o Durées d’utilité ou taux d’amortissement utilisés
   o Modes d’amortissement utilisés
   o Valeur brute comptable et cumul des amortissements (regroupés avec le cumul des
       pertes de valeur) à l’ouverture et à la clôture de l’exercice
   o Le(s) poste(s) du compte de résultat dans le(s)quel(s) est incluse la dotation aux
       amortissements des immobilisations incorporelles
   o Un rapprochement entre les valeurs comptables à l’ouverture et à la clôture de
       l’exercice, faisant apparaître :
   o Les entrées d’immobilisations incorporelles, en indiquant séparément celles générées
       en interne et celles résultant de regroupements d’entreprises
   o Les mises hors service et sorties
   o Les augmentations ou diminutions au cours de l’exercice résultant de réévaluations
       selon les paragraphes 64, 76 et 77 et des pertes de valeur comptabilisées ou reprises
       directement dans -. les pertes de valeur comptabilisées dans le compte de résultat au
       cours de l’exercice selon IAS 36 (s’il y a lieu)
   o Les pertes de valeur reprises dans le compte de résultat au cours de l’exercice, selon
       IAS 36 (s’il y a lieu)
   o Les amortissements comptabilisés au cours de l’exercice
   o Les différences de change nettes résultant de la conversion des états financiers d’une
       entité étrangère, et
   o Les autres variations de la valeur comptable au cours de l’exercice.




                                                                                            36
II) 2. IAS 19 (Avantages du personnel)


A. Objectif


L’objectif de la norme est de comptabiliser les avantages du personnel, répartis en avantages
court terme tels que les indemnités de fin de contrat de travail, avantages postérieurs à
l’emploi (cotisations / prestations définies), et les autres avantages long terme tels que les
avantages sur capitaux propres.


B. Principes généraux de comptabilisation


   o Comptabilisation d’un passif lorsqu’un membre du personnel a rendu des services en
       contrepartie d’avantages qui lui seront versés à une date future


   o Comptabilisation d’une charge lorsque l’entreprise utilise l’avantage économique
       résultant des services rendus en contrepartie d’avantages du personnel


C. Classification des avantages de personnel (* Source KPMG)



                 Avantages du
                 personnel                      IAS 19


                                      CT                      Indemnités
                 LT                                                             IAS 37 :
                                                              de fin de
                                                              contrat de        Provisions
                                                              travail
     Autres             Avantages
    avantages           postérieurs
       LT               à l’emploi
                                                              Avantages         IFRS 2 :
                                                              sur               Paiements
                                                              capitaux          fondés sur
                                                              propres           les actions
                 Prestations          Cotisations
                 définies             définies




                                                                                              37
D. Fonctionnement


D. 1. Définitions


Les avantages du personnel désignent toutes formes de contrepartie données par une
entreprise au titre des services rendus par son personnel. On distingue plusieurs types
d’avantages de personnel :


   o Les avantages à court terme désignent les avantages du personnel (autres que les
       indemnités de fin de contrat de travail et les avantages sur capitaux propres) qui sont
       dus intégralement dans les douze mois suivant la fin de l’exercice pendant lequel les
       membres du personnel ont rendu les services correspondants.


       Composent les avantages court terme, les éléments de salaires (y compris primes,
       congés payés,…) et les « avantages en nature » (voiture, logement,…) dont dispose le
       salarié dans le délai d’un an maximum après avoir rendu un service à l’entreprise.




   o Les indemnités de fin de contrat de travail désignent les avantages à accorder à un
       membre du personnel, du fait de la résiliation par l’entreprise du contrat de travail
       avant l’âge normal de départ en retraite ou de la décision du membre du personnel de
       partir volontairement en échange de ces indemnités.


       Les indemnités de fin de contrat sont des versements ponctuels ou récurrents sur une
       période déterminée venant en compensation de la rupture du contrat de travail avec le
       salarié (retraite anticipée, licenciement, accord contractuel, pratique de la branche,…)




                                                                                             38
o Les avantages postérieurs à l’emploi qui sont les avantages du personnel (autres que
   les indemnités de fin de contrat de travail et les avantages sur capitaux propres),
   payables postérieurement à la cessation de l’emploi. Sont concernés : les pensions de
   retraite, les indemnités de départ en retraite, les couvertures d’assurance vie post
   retraite, les régimes de frais de santé post-retraite.


   Les avantages postérieurs à l’emploi sont les éléments versés après le départ du
   salarié, sous forme d’indemnités récurrentes ou ponctuelles, ces éléments peuvent être
   à la charge de l’entreprise (prestations définies) ou à la charge d’un organisme
   collecteur sans engagement complémentaire de l’entreprise (cotisations définies).




o Les régimes d’avantages postérieurs à l’emploi désignent les accords formalisés ou
   non formalisés en vertu desquels une entreprise verse des avantages postérieurs à
   l’emploi à un ou plusieurs membres de son personnel.


o Les autres avantages à long terme désignent les avantages (autres que les indemnités
   de fin de contrat de travail et les avantages sur capitaux propres) qui ne sont pas dus
   intégralement dans les douze mois suivant la fin de l’exercice pendant lequel les
   membres du personnel ont rendu les services correspondants. Avec comme périmètre :
   les congés liés à l’ancienneté, les jubilés, les indemnités pour invalidité de longue
   durée, l’intéressement, les primes et rémunérations différées.




                                                                                       39
D. 2. Conséquences comptables (* Source Cegid)


Types d’avantages             Bilan                                     Compte de résultat


Avantages     CT       (dus
dans les 12 mois)
                                                                        Charges de la période
Avantages postérieurs
à l’emploi : régimes à
cotisations définies


Avantages postérieurs + Juste valeur des actifs
à l’emploi : régimes à - Valeur actualisée de l’obligation
prestations définies          +/- Eléments non reconnus (écarts
                              actuariels et coût des services passés)
                                                                        Charge normative actuarielle
Autres avantages LT           +    Juste     valeur     des    actifs
                              - Valeur actualisée de l’obligation


Indemnités     spéciales Comptabilisées sur la base des coûts probables.
de fin de contrat             Actualisation si avantages LT


Avantages sur CP              IFRS 2 : Paiements fondés sur les actions




Ainsi, les avantages CT et les avantages postérieurs à l’emploi à cotisations définies sont
comptabilisés en charges. Tandis que pour les avantages long terme et les avantages
postérieurs à l’emploi à prestations définies, l’entreprise a le choix :
   - d’établir une provision dans ses comptes reflétant ses engagements actualisés,
   - ou d’externaliser la gestion de ces avantages par le biais d’une assurance par exemple.


Exemple EDF : Au 1er janvier 2003, le montant total des engagements au titre des retraites des
entreprises de la branche des industries électriques et gazières était estimé, en valeur



                                                                                                  40
actualisée sur la base d'un taux réel de 3 %, à 76 Md€, soit 60 Md€ pour la seule EDF, 12,5
Md€ pour GDF et, environ 4 Md€ pour les entreprises non nationalisées. Sur cette base et
avec l’application de la norme sur les engagements de retraites, si EDF avait passé la totalité
de ses engagements (de l’ordre de 60 Md€) en dettes, ses fonds propres auraient été annulés.
Cependant, suite à son changement de statut intervenu en 2004 (passage d’EPIC à SA) et, à la
réforme du régime spécial de la branche des industries électriques et gazières qui permet à
EDF d'éviter d’inscrire tous ses engagements au bilan, et l'impact sur les fonds propres du
groupe est moindre selon le rapport de la commission Roulet. Malgré tout, les fonds propres
ont diminué de 50%, comme le montre le tableau ci-dessous. D’où la nécessaire introduction
en bourse d’EDF, afin de lever la quasi-totalité des 8-11 milliards d’euros nécessaires à la
poursuite de sa stratégie de développement.
L’impact des normes IFRS sur les entreprises de la branche des industries énergétiques et
gazières européennes (source Standard & Poor’s) :

 Table 2 IFRS Transition For Europe's Top 20 Utilities: Balance Sheet

                             Comparison Of 2004 Balance Sheet Items Under National GAAP And IFRS

                                           Year                               % change                             % change
 (Mil. €)                       Country               Net debt                            Equity
                                           ended
                                                      GAAP        IFRS 2004               GAAP         IFRS 2004
                                                      2004                                2004
 Edison SpA                     Italy      Dec. 31    3,855        4,906      27.26       5,940        6,176       3.97
 Energias de Portugal S.A.      Portugal   Dec. 31    8,321        8,992      8.06        6,402        4,053       (16.99)
 Electricité de France          France     Dec. 31    19,666       19,675     0.05        18,460       9,335       (49.43)
 Endesa S.A.                    Spain      Dec. 31    16,505       18,698     13.29       9,477        12,498      31.88
 Enel SpA                       Italy      Dec. 31    24,296       24,514     0.90        20,978       19,066      (9.11)
 Fortum Oyj                     Finland    Dec. 31    4,896        5,095      4.06        7,655        7,650       (0.07)
 Gaz de France                  France     Dec. 31    5,047        4,796      (4.97)      10,593       10,862      2.54
 Iberdrola S.A.                 Spain      Dec. 31    10,800       11,105     2.82        8,794        8,628       (1.89)
 National Grid Transco PLC      U.K.       March 31   19,782       19,911     0.66        2,031        3,059       50.61
 Scottish Power U.K. PLC        U.K.       March 31   6,053        6,287      3.87        5,895        5,777       (2.00)
 Scottish  and      Southern
                                U.K.       March 31   N.A.         N.A.       N.A.        N.A.         N.A.        N.A.
 Energy PLC
 Suez S.A.                      France     Dec. 31    11,515       11,695     1.56        12,693       13,008      2.48
 Union Fenosa S.A.              Spain      Dec. 31    5,490        6,946      26.52       3,290        3,620       10.03
 United Utilities PLC           U.K.       March 31   6,046        6,247      3.33        N.A.         N.A.        N.A.
 Vattenfall AB                  Sweden     Dec. 31    7,668        7,668      0.00        7,629        8,920       16.92
 Veolia Environnement S.A.      France     Dec. 31    12,287       12,958     5.46        5,619        5,022       (10.62)
 Energie                Baden
                                Germany    Dec. 31    Currently reports under IFRS
 Wuerttemberg AG
 Public Power Corp. S.A.        Greece     Dec. 31    Currently reports under IFRS
 RWE AG                         Germany    Dec. 31    Currently reports under IFRS
 E.ON AG                        Germany    Dec. 31    Currently reports under U.S. GAAP
 Note: Amounts are for illustration purposes and may differ from figures used by Standard & Poor's in its analyses. N.A.--Not
 available. Source: Company accounts/presentations.




                                                                                                                             41
II) 3. IFRS 2 (Paiements basés sur les actions / avantages sur les capitaux
propres)


A. Objectif


Refléter dans le compte de résultat et le bilan d’une société, les effets de transactions et
notamment les stock-options, dont le paiement est fondé sur des actions.


B. Périmètre


Toutes les transactions, dont le paiement est fondé sur des actions concernant le personnel ou
d’autres tiers, incluant :
        - Les octrois aux employés,
        - Les plans d’achats d’actions consentis aux employés, avec notamment les stock-
        options qui se définissent comme le droit d'acheter une action de son entreprise à un
        prix fixé contractuellement et à l'avance. Les stock-options sont dans la majorité des
        cas distribuées à l'équipe dirigeante, afin de les associer au développement de
        l'entreprise,
        - Les octrois aux non employés par exemple les fournisseurs,
        - Les paiements faits au sein du groupe,
        - Les paiements directs des actionnaires.


C. Principes généraux de comptabilisation


C.1. Classification des transactions en trois catégories


    o Transaction, dont le paiement est fondé sur des actions, réglée en instrument de
        capitaux propres (Equity Settled Transaction),


    o Transaction, dont le paiement est fondé sur des actions, réglée en trésorerie (Cash
        Settled Transaction),




                                                                                           42
o Transaction, dont le paiement est fondé sur des actions, avec possibilité de règlement
       en trésorerie ou en instrument de capitaux propres :
       - Le membre du personnel ou autre tiers a le choix du mode de règlement
       - L’entité a le choix du mode de règlement.


C.2. Principes généraux de comptabilisation de ces transactions


   o Comptabilisation des biens et services reçus ou acquis par la transaction lorsque
       l’entité obtient les marchandises ou lorsque les services sont rendus,


   o Comptabilisation en charge du montant de la transaction lorsque les biens ou services
       reçus ou acquis ne peuvent être comptabilisés en tant qu’actifs,


   o Comptabilisation en contrepartie d’une augmentation des capitaux propres ou d’un
       passif selon que le règlement de la transaction soit en instruments de capitaux propres
       ou en trésorerie.


C.3. Echéancier d’octroi d’une rémunération sous forme d’options sur actions
* Source KPMG


                                                                             Période pendant laquelle
                                                                             toutes les conditions
                                                                             d’acquisition spécifiées
                       Période d’acquisition des droits                      doivent être satisfaites



                                Année 1       Année 2           Année 3
                                                                                                    Temps
      Date d’attribution                                Date d’acquisit° des Date
                                                        droits               d’exercice

    Date à laquelle les 2 parties se      Date à laquelle les
    sont mises d’accord et ont une        conditions d’acquisition        Date à laquelle
    compréhension partagée des            sont satisfaites, l’octroi      les options sont
    termes de la transaction              n’est plus soumis à             exercées
                                          condition




                                                                                                            43
La norme IFRS 2 impose de comptabiliser une charge égale à la juste valeur des options
attribuées, la charge étant constatée en contrepartie des capitaux propres. Cette charge devra
obligatoirement être étalée entre la date d’attribution des options et la date d’acquisition
définitive des droits.


Exemple de comptabilisation d’un paiement réglé en actions pour des employés (* Source
KPMG) :
- Conditions d’attribution : emploi continu pendant 3 ans
- Hypothèses :
    - 100 stock-options attribuées le 1er janvier année N
    - juste valeur de chaque option à la date d’attribution : 3.00 € (hors prise en compte des
    conditions de marché, s’il y en a)
    - Hypothèse initiale : tous les employés restent en place pendant les 3 années
    - Hypothèse modifiée au 1er janvier N+1 : 10% des salariés auront quitté la société avant
    le 31 décembre N+2


- Comptabilisation :


                    Coût         total Charge cumulée Charge                  Charge       de
                    attendu              fin de période     antérieure        l’année
Année 1             300                  100
                    = (300*100%)         = 300*1/3          0                 100


Année 2             270                  180
                    = (300*90%)          = 270*2/3          - 100             80


Année 3             270                  270
(budget)            = (300*90%)          = 270*3/3          -180              90


Total                                                                         270




                                                                                           44
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon
Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon

Contenu connexe

Tendances

Commerce international analyse du processus import chez marjane
Commerce international analyse du processus import chez marjaneCommerce international analyse du processus import chez marjane
Commerce international analyse du processus import chez marjane
Mehdi Maatoug
 
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publiqueManuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
Youssef Bensafi
 
La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances copie (2)
La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances   copie (2)La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances   copie (2)
La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances copie (2)
dodoooooo
 
La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...
La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...
La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...
Hector ROFESSART
 
Rapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSKRapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSK
Chàimaà Mhjr
 
Module 6 dossier final en pdf
Module 6 dossier final en pdfModule 6 dossier final en pdf
Module 6 dossier final en pdf
DeWinterP
 
Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3
Dylan Manceau
 

Tendances (20)

Commerce international analyse du processus import chez marjane
Commerce international analyse du processus import chez marjaneCommerce international analyse du processus import chez marjane
Commerce international analyse du processus import chez marjane
 
Rapport de stage Office National des Aéroport
Rapport de stage Office National des Aéroport Rapport de stage Office National des Aéroport
Rapport de stage Office National des Aéroport
 
Projet de fin d'études licence Pro TCF Université Ibn Zohr Agadir {Gestion de...
Projet de fin d'études licence Pro TCF Université Ibn Zohr Agadir {Gestion de...Projet de fin d'études licence Pro TCF Université Ibn Zohr Agadir {Gestion de...
Projet de fin d'études licence Pro TCF Université Ibn Zohr Agadir {Gestion de...
 
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
Audit opérationnel - Évaluation des procédures du cycle achats/fournisseurs a...
 
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publiqueManuel d’audit interne usaid établissement publique
Manuel d’audit interne usaid établissement publique
 
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
L'EXPERT COMPTABLE DEVANT LE REJET DE LA PREUVE COMPTABLE ET LE POUVOIR D'APP...
 
La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances copie (2)
La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances   copie (2)La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances   copie (2)
La pratique de l'audit interne dans les entreprises d'assurances copie (2)
 
Mémoire: l'approche par les risques - parallèle avec le risque fiscal
Mémoire: l'approche par les risques - parallèle avec le risque fiscalMémoire: l'approche par les risques - parallèle avec le risque fiscal
Mémoire: l'approche par les risques - parallèle avec le risque fiscal
 
La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...
La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...
La Holding : Trait d'union entre le patrimoine professionnel et le patrimoine...
 
Plan d'affaires
Plan d'affairesPlan d'affaires
Plan d'affaires
 
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achatMémoire gestion des risques fournisseurs en achat
Mémoire gestion des risques fournisseurs en achat
 
Pcg2005
Pcg2005Pcg2005
Pcg2005
 
Les prix de transfert dans les groupes de sociétés
Les prix de transfert dans les groupes de sociétésLes prix de transfert dans les groupes de sociétés
Les prix de transfert dans les groupes de sociétés
 
Rapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSKRapport se stage LEONI BSK
Rapport se stage LEONI BSK
 
Dscg 2014-sujet-ue4-comptabilite-et-audit
Dscg 2014-sujet-ue4-comptabilite-et-auditDscg 2014-sujet-ue4-comptabilite-et-audit
Dscg 2014-sujet-ue4-comptabilite-et-audit
 
Module 6 dossier final en pdf
Module 6 dossier final en pdfModule 6 dossier final en pdf
Module 6 dossier final en pdf
 
131775543 r-ap-p-o-r-t-d-e-s-t-a-g-e
131775543 r-ap-p-o-r-t-d-e-s-t-a-g-e131775543 r-ap-p-o-r-t-d-e-s-t-a-g-e
131775543 r-ap-p-o-r-t-d-e-s-t-a-g-e
 
Business plan Deucalion
Business plan DeucalionBusiness plan Deucalion
Business plan Deucalion
 
Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016
Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016
Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016
 
Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3Rapport de Stage Licence 3
Rapport de Stage Licence 3
 

En vedette

WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...
WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...
WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...
ipcc-media
 

En vedette (20)

WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...
WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...
WGIII: Points saillants de la contribution du Groupe de travail III au 5e rap...
 
Manual balay campana 3bf743xp
Manual balay   campana 3bf743xpManual balay   campana 3bf743xp
Manual balay campana 3bf743xp
 
Commande rapide linux
Commande rapide linuxCommande rapide linux
Commande rapide linux
 
Les Français et le Nouveau Monde numérique
Les Français et le Nouveau Monde numériqueLes Français et le Nouveau Monde numérique
Les Français et le Nouveau Monde numérique
 
Livret promess adherents
Livret promess adherentsLivret promess adherents
Livret promess adherents
 
Pendant Votre Voyage iDBUS
Pendant Votre Voyage iDBUSPendant Votre Voyage iDBUS
Pendant Votre Voyage iDBUS
 
PROFLUID Infos N°63 - Avril 2013
PROFLUID Infos N°63 - Avril 2013PROFLUID Infos N°63 - Avril 2013
PROFLUID Infos N°63 - Avril 2013
 
Fievre aigue
Fievre aigueFievre aigue
Fievre aigue
 
Google Analytics et AdWords pour développer au mieux votre activité sur le we...
Google Analytics et AdWords pour développer au mieux votre activité sur le we...Google Analytics et AdWords pour développer au mieux votre activité sur le we...
Google Analytics et AdWords pour développer au mieux votre activité sur le we...
 
La presse et vous : les trucs qui agacent (vraiment) les journalistes. Par Li...
La presse et vous : les trucs qui agacent (vraiment) les journalistes. Par Li...La presse et vous : les trucs qui agacent (vraiment) les journalistes. Par Li...
La presse et vous : les trucs qui agacent (vraiment) les journalistes. Par Li...
 
Los ejes transversales
Los ejes transversalesLos ejes transversales
Los ejes transversales
 
Manual siemens encimera modular eh375me11e
Manual siemens   encimera modular eh375me11eManual siemens   encimera modular eh375me11e
Manual siemens encimera modular eh375me11e
 
Manual siemens horno multifunción hb56gs551e
Manual siemens   horno multifunción hb56gs551eManual siemens   horno multifunción hb56gs551e
Manual siemens horno multifunción hb56gs551e
 
Iris.pdf Med-Sci
Iris.pdf Med-SciIris.pdf Med-Sci
Iris.pdf Med-Sci
 
L'hort, una experiència enrriquidora
L'hort, una experiència enrriquidoraL'hort, una experiència enrriquidora
L'hort, una experiència enrriquidora
 
Manual Balay - campana 3 bc876
Manual Balay  - campana 3 bc876Manual Balay  - campana 3 bc876
Manual Balay - campana 3 bc876
 
Manual siemens vinoteca kf18 wa41ie
Manual siemens   vinoteca kf18 wa41ieManual siemens   vinoteca kf18 wa41ie
Manual siemens vinoteca kf18 wa41ie
 
Holy quran full
Holy quran fullHoly quran full
Holy quran full
 
Manual siemens campana lc97be532
Manual siemens   campana lc97be532Manual siemens   campana lc97be532
Manual siemens campana lc97be532
 
Manual balay - lavadora 3 ti62101a
Manual balay -  lavadora 3 ti62101aManual balay -  lavadora 3 ti62101a
Manual balay - lavadora 3 ti62101a
 

Similaire à Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon

Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiere
KHALOUF
 
2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...
2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...
2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...
pascaljan
 
Principes et normes comptables fondamentaux de la comptabilité
Principes et normes comptables fondamentaux de la comptabilitéPrincipes et normes comptables fondamentaux de la comptabilité
Principes et normes comptables fondamentaux de la comptabilité
Abdelhak Essoulahi
 
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Nathalie SALLES
 
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
MARTIN SYLVAIN
 
Rapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commerceRapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commerce
Precepta Groupe Xerfi
 

Similaire à Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon (20)

Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiere
 
2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...
2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...
2016courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2-16062...
 
France stratégie
France stratégieFrance stratégie
France stratégie
 
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
 
Implantationdes normesias(1)
Implantationdes normesias(1)Implantationdes normesias(1)
Implantationdes normesias(1)
 
Principes et normes comptables fondamentaux de la comptabilité
Principes et normes comptables fondamentaux de la comptabilitéPrincipes et normes comptables fondamentaux de la comptabilité
Principes et normes comptables fondamentaux de la comptabilité
 
Projet de rapport d’information présenté le mercredi 28 avril 2010
Projet de rapport d’information présenté le mercredi 28 avril 2010Projet de rapport d’information présenté le mercredi 28 avril 2010
Projet de rapport d’information présenté le mercredi 28 avril 2010
 
Rapport[1]
Rapport[1]Rapport[1]
Rapport[1]
 
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
 
Finance d'entreprise série 4.pdf
Finance d'entreprise série 4.pdfFinance d'entreprise série 4.pdf
Finance d'entreprise série 4.pdf
 
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
 
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
Rapport du-sénat-les-cooperatives-en-france-
 
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
 
Rapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commerceRapport d'information sur l'e-commerce
Rapport d'information sur l'e-commerce
 
Gestion financière
Gestion financièreGestion financière
Gestion financière
 
La situation et les perspectives des finances publiques
La situation et les perspectives des finances publiquesLa situation et les perspectives des finances publiques
La situation et les perspectives des finances publiques
 
L’évolution et les conditions de maîtrise du crédit d’impôt en faveur de la r...
L’évolution et les conditions de maîtrise du crédit d’impôt en faveur de la r...L’évolution et les conditions de maîtrise du crédit d’impôt en faveur de la r...
L’évolution et les conditions de maîtrise du crédit d’impôt en faveur de la r...
 
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
 
Anticipation de l'obsolescence immobilière par la réversibilité des immeubles...
Anticipation de l'obsolescence immobilière par la réversibilité des immeubles...Anticipation de l'obsolescence immobilière par la réversibilité des immeubles...
Anticipation de l'obsolescence immobilière par la réversibilité des immeubles...
 
FISCALITE DES SALAIRES, REMUNERATIONS.pdf
FISCALITE DES SALAIRES, REMUNERATIONS.pdfFISCALITE DES SALAIRES, REMUNERATIONS.pdf
FISCALITE DES SALAIRES, REMUNERATIONS.pdf
 

Mem fe 05_06_impacts_miseenplace_normes_ifrs_sur_capitauxpropres__bazire_maffon

  • 1. Mémoire de fin d’études MASTER Stratégie et Expertise Financières CNAM Paris - Promotion 2005 Impacts de la mise en place des normes IFRS sur les capitaux propres Directeur de Mémoire : Sophie de OLIVEIRA LEITE Sabrina BAZIRE Marie-Noël MAFFON
  • 2. REMERCIEMENTS Nous remercions Sophie de Oliveira Leite, Consultant Associé de la société COGIS et Professeur au CNAM, pour nous avoir guidées dans la réalisation de ce Mémoire. Nous tenons également à remercier nos familles respectives pour leur soutien. 2
  • 3. SOMMAIRE INTRODUCTION ................................................................................................................................. 5 I. CREATION D’UN REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL COMMUN ............. 8 I) 1. DES ORIGINES DE CETTE HARMONISATION ............................................................................ 8 A. Un besoin d’information financière fiable dans un contexte de globalisation financière ......... 8 B. Remise en cause des pratiques comptables traditionnelles........................................................ 9 I) 2. CADRE CONCEPTUEL ............................................................................................................... 10 A. Concept de la juste valeur........................................................................................................ 10 B. Un organisme fondateur : l’IASB............................................................................................. 11 II. IMPACTS DES PRINCIPALES NORMES IFRS SUR LES CAPITAUX PROPRES ........... 17 II)1. IFRS 3/ IAS 36/ IAS38 (REGROUPEMENTS D’ENTREPRISES ; DEPRECIATION D’ACTIFS; IMMOBILISATIONS INCORPORELLES)............................................................................................. 17 A. IFRS 3 (Regroupements d’entreprises) .................................................................................... 18 B. IAS 36 (Dépréciations d’actifs)................................................................................................ 21 C. IAS 38 (valorisation des actifs incorporels)............................................................................. 30 II) 2. IAS 19 (AVANTAGES DU PERSONNEL) ................................................................................... 37 A. Objectif..................................................................................................................................... 37 B. Principes généraux de comptabilisation .................................................................................. 37 C. Classification des avantages de personnel (* Source KPMG) ................................................ 37 D. Fonctionnement ....................................................................................................................... 38 II) 3. IFRS 2 (PAIEMENTS BASES SUR LES ACTIONS / AVANTAGES SUR LES CAPITAUX PROPRES) .......................................................................................................................................................... 42 A. Objectif..................................................................................................................................... 42 B. Périmètre.................................................................................................................................. 42 C. Principes généraux de comptabilisation.................................................................................. 42 II) 4. IAS 32 /IAS 39 (COMPTABILISATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS) ............................. 47 A. Objectif..................................................................................................................................... 47 B. Définitions ................................................................................................................................ 48 C. Catégories d’actifs et de passifs financiers.............................................................................. 48 D. Comptabilisation initiale et Evaluation ................................................................................... 50 E. L’évaluation ultérieure des passifs et des actifs financiers...................................................... 51 F. Les opérations de couverture ................................................................................................... 55 G. Sortie d’actifs et de passifs financiers ..................................................................................... 59 H. Disparition de la catégorie intermédiaire entre Dette et Capitaux Propres (IAS 32)............. 60 I. Engagement de rachat d’actions propres (IAS 32) .................................................................. 61 J. Rachat d’actions propres.......................................................................................................... 62 II) 5. IAS 16 (IMMOBILISATIONS CORPORELLES).......................................................................... 63 A. Définition.................................................................................................................................. 63 B. Comptabilisation des immobilisations corporelles .................................................................. 63 C. Evaluation initiale des immobilisations corporelles................................................................ 63 D. Evaluation postérieure à la comptabilisation initiale ............................................................. 64 II) 6. IAS 17 (COMPTABILISATION DES LOCATIONS FINANCEMENT) ........................................... 68 A. Définition.................................................................................................................................. 68 B. Classification des contrats de location financement................................................................ 69 C. Comptabilisation des contrats de location dans les états financiers du preneur..................... 70 D. Comptabilisation des contrats de location dans les états financiers du bailleur .................... 71 E. Transactions de cession-bail.................................................................................................... 72 3
  • 4. III. INCIDENCE DES IFRS SUR LE COUT DES CAPITAUX PROPRES ET LA VALORISATION DES ENTREPRISES .......................................................................................... 74 III) 1. PERTINENCE DE LA COMPTABILISATION A LA JUSTE VALEUR DES ACTIFS ET PASSIFS .... 74 A. Principe de la juste valeur : une volonté de mieux appréhender la réalité économique ......... 74 B. Pertinence de la valorisation à la juste valeur......................................................................... 76 C. L’impact de la juste valeur sur le ROCE ................................................................................. 79 III) 2. INCIDENCE DES NORMES IFRS SUR LES VALORISATIONS DES SOCIETES ET LE COUT DES CAPITAUX PROPRES ......................................................................................................................... 86 A. Une perception plus explicite des risques liés aux entreprises ................................................ 86 B. Impacts de la publication des premiers comptes en normes IFRS sur les cours de bourse..... 95 CONCLUSION.................................................................................................................................. 112 ANNEXES.......................................................................................................................................... 114 4
  • 5. Introduction Dans un contexte de globalisation financière internationale croissante nécessitant un besoin d’information fiable de la part des investisseurs, le basculement, au 1er janvier 2005, de l’application des normes IFRS dans les comptes consolidés des sociétés cotées de l’Union Européenne semble arriver à point nommé, dans la mesure où l’objectif essentiel réside dans l’amélioration de l’information financière en vue d’un rétablissement de la confiance des investisseurs face à leurs choix d’investissement. Créées en 1973 par l’IASB (Intenational Accounting Standards Board), organisme de droit privé britannique, les normes comptables internationales ont été désignées sous le sigle IFRS (International Financial Reporting Standards). La décision européenne d’adopter ces normes à l’horizon 2005 remonte aux débuts de la commission Prodi, plus précisément à une communication de la Commission publiée en Juin 2000, dont l’objectif est de permettre la comparabilité des comptes des entreprises européennes cotées, condition nécessaire à la création d’un marché financier européen performant et liquide. Le schéma d’adoption a ensuite été approuvé par le Conseil et le Parlement Européen (12 mars 2002), avant d’être formellement inscrit dans le droit communautaire par un Règlement du Parlement et du Conseil le 19 Juillet 2002. En application de ce Règlement, l’Union Européenne a adopté, en Septembre 2003, l’ensemble des normes IAS à l’exception des normes IAS 32 et IAS 39 relatives aux instruments financiers. L’adoption par les entreprises cotées européennes des normes comptables internationales IFRS suscite un vif débat, dans la mesure où les règles comptables jouent un rôle clé dans l’organisation et l’évolution du système de financement des entreprises, ainsi que dans l’évaluation de leurs titres détenus directement ou indirectement par les épargnants. La mise en place de ces nouvelles normes va permettre de substituer un système comptable ancien essentiellement basé sur la méthode de comptabilisation au coût historique, et de mieux prendre en compte la réalité économique en intégrant dans les comptes tous les éléments d’appréciation de la valeur de l’entreprise. Basées sur la notion de juste valeur, les normes IFRS ont pour objectifs de renforcer la comparabilité des comptes des entreprises cotées mais aussi accroître la transparence et la pertinence de l’information publiée. 5
  • 6. La généralisation de la « fair value » calculée sur le principe d’actualisation des cash flows futurs vise à améliorer l’information prévisionnelle des créanciers, mais également des investisseurs. Mais, compte tenu des choix laissés aux entreprises quant à la méthode de détermination de la juste valeur en bilan d’ouverture, l’appréciation des effets sur la comparabilité et la fidélité sera difficile à déterminer aujourd’hui, et nécessite un certain recul. Ainsi, la valorisation des actifs à la juste valeur aura un impact sensible sur les bilans des entreprises, et entraînera une volatilité accrue du résultat et des capitaux propres dans la mesure où le court terme renforce le caractère pro cyclique des tendances du marché (plus les bilans se dégradent, plus le crédit sera cher). A court terme, quels retraitements et ajustements, issus de la mise en place des normes IFRS, impacteront précisément le niveau des fonds propres de l’entreprise ? Quelles en seront les conséquences sur le coût des fonds propres et donc par extension sur la valorisation des entreprises ? Nous décrirons tout d’abord le contexte d’introduction de la notion de juste valeur et l’adoption des normes IFRS au sein de l’Union européenne, à savoir le processus d’harmonisation comptable et l’organisme fondateur des IFRS ; Puis, nous nous attacherons à définir et expliquer les principales normes ayant un impact significatif sur les capitaux propres des entreprises cotées (notamment celles du CAC 40) : - IFRS 3 sur les regroupements d’entreprises, dans la mesure où les groupes cotés sont fortement impliqués dans les opérations de fusions/acquisitions ; - IAS 19 sur les avantages du personnel, avec les effets de changements de méthode de calcul de certains engagements retraite et la redéfinition de certaines hypothèses actuarielles conformément à la norme ; - IAS 36 avec un impact des tests de dépréciation des goodwills que l’on peut pressentir conséquent, dans la mesure où les performances attendues par les acquéreurs dans le cadre des opérations de regroupements ne sont pas toujours au rendez-vous ; 6
  • 7. - IAS 38 sur les immobilisations incorporelles avec notamment les effets d’activation de certains frais de développement ; - IFRS 2 sur les stock-options, assez répandues, comme mode de rémunération des dirigeants des sociétés cotées et non comptabilisée dans le cadre des normes comptables françaises ; - IAS 32/39 sur les instruments financiers, avec la réévaluation des actifs financiers en juste valeur (titres disponibles à la vente et dérivés d’actifs), la comptabilisation des opérations de couverture ; - IAS 16 sur les immobilisations corporelles avec l’option de comptabilisation à la juste valeur (principalement pour les parcs immobiliers), et le réexamen de la durée d’utilité et du mode d’amortissement (approche par composants) ; - IAS 17 avec la comptabilisation en immobilisations corporelles des actifs détenus en location financement. Enfin, nous analyserons quelles peuvent être les conséquences de la mise en place de ces normes sur le coût des capitaux propres, et par extension sur la valorisation des sociétés cotées. 7
  • 8. I. Création d’un référentiel comptable international commun I) 1. Des origines de cette harmonisation A. Un besoin d’information financière fiable dans un contexte de globalisation financière L’interdépendance des marchés financiers internationaux, favorisée par l’essor des flux commerciaux et d’investissement, a incité les acteurs économiques à raisonner à l’échelle mondiale. Ainsi, la propagation des récentes crises boursières de 1997 et 1998 a favorisé une volonté croissante d’harmonisation des politiques économiques des pays européens, notamment des règles comptables réglementant l’information financière des entreprises cotées. Les manipulations comptables à grande échelle, révélées par les scandales boursiers de type Enron, ont mis en lumière toute la difficulté du métier de l’analyste financier, et l’importance des enjeux sous-jacents à un décryptage rigoureux de l’information comptable. Un consensus très large s’est établi entre les investisseurs et les analystes de marché quant à l’utilité d’une démarche de standardisation internationale et, de la création d’un langage commun pour les marchés financiers européens : comparabilité des comptes, volume de données et transparence accrue, recherche de pertinence de l’information. Ceux-ci souhaitent pouvoir comparer, choisir les meilleures opportunités d’investissement et, arbitrer entre les différentes places financières. Suite à la montée en puissance des actionnaires institutionnels ayant des exigences précises en terme de rentabilité, les dirigeants d’entreprise intègrent aujourd’hui la valorisation de leur cours de bourse dans leur stratégie, basée sur la création de valeur. En outre, les entreprises multinationales souhaitent être admises à la négociation sur les principaux marchés financiers de la planète, afin de disposer d’une plus large gamme de financements, et bénéficier d’un référentiel comptable commun satisfaisant les différentes demandes locales. L’adoption des normes IFRS permet de sortir d’un système comptable ancien essentiellement marqué par l’enregistrement des opérations au coût historique, et de mieux rendre compte de la réalité économique (ex : comptabilisation des engagements de retraite). 8
  • 9. La mise en place des normes IFRS avec la généralisation de la « fair value », calculée sur le principe de l’actualisation des cash-flows futurs, vise à améliorer l’information prévisionnelle donnée à la fois aux créanciers, sur le principe d’une valorisation optimale du bilan relative à sa mobilisation immédiate, et aux investisseurs, réputés plus sensibles à la réalité économique qu’à la réalité juridique ou fiscale. L’idée consiste à mieux mesurer la contribution d’un actif à la richesse de l’entreprise, ce qui sera d’autant plus aisé qu’il existe un marché profond pouvant servir de référentiel d’évaluation. Les normes IFRS devraient permettre de faciliter une appréciation plus explicitement quantitative du risque financier par rapport à celle d’aujourd’hui : ainsi les retraitements comptables seront moins nombreux. Par exemple, les opérations de titrisation seront la plupart du temps comptabilisées au bilan et, un plus grand nombre d’opérations de leasing devra figurer pour leur montant en valeur actuelle. B. Remise en cause des pratiques comptables traditionnelles Le principe de coût historique est issu du droit français (cf. Code du Commerce art L123 et du plan comptable général de 1999) qui prévoit qu’à leur date d’entrée dans le patrimoine, les biens acquis à titre onéreux sont enregistrés à leur coût d’acquisition et les produits à leur coût de production. Fiscalement, le principe est identique, à l’exception de l’évaluation des titres d’OPCVM à la clôture d’exercice. La comptabilité au coût historique possède une logique économique, fondée sur une vision dynamique de l’entreprise en tant qu’entité productive durable et indivisible. Elle interroge le processus qui amène les capitaux investis dans les ressources d’entreprise jusqu’à la création de valeur et, les représente sous forme d’actifs. Elle vise ainsi à évaluer et représenter le revenu de l’entreprise au fur et à mesure qu’il est généré par cette entité, spécialement grâce aux résultats de ses ventes. La valorisation des actifs fait référence à ce processus économique spécifique, plutôt qu’aux cours boursiers. Fondée sur les besoins des entreprises d’après guerre, la méthode des coûts historiques ignore les notions d’inflation, de pouvoir d’achat, de création de valeur, de produits dérivés…. 9
  • 10. Ainsi, cette comptabilisation au prix de revient ne semble plus refléter la juste valeur pour les périodes postérieures à l’enregistrement des actifs et passifs. (Exemple : valorisation d’un actif immobilier). Cette méthode est contestée et sa pertinence remise en cause, dans la mesure où elle ne reflète pas la valeur actuelle des éléments détenus. Le développement des opérations de marché, et notamment des instruments financiers complexes tels que les produits dérivés, a favorisé la mutation comptable vers la notion de juste valeur. En effet, les entreprises ont massivement développé l’utilisation d’instruments financiers, accroissant leur exposition aux risques, sans nécessairement adapter le contenu informatif dans leurs comptes annuels, favorisant ainsi l’opacité de la communication financière. I) 2. Cadre conceptuel A. Concept de la juste valeur Répondant aux attentes des investisseurs en terme de fiabilité et d’objectivité nécessaires aux prises de décisions sur les marchés financiers, une nouvelle méthode a vu le jour, consistant à comptabiliser les dépenses à la valeur estimée des flux qu’elles peuvent rapporter à l’entreprise, et non plus au coût de revient initial. Le principe de juste valeur propose de déterminer la valeur des actifs par l’estimation des flux de trésorerie anticipés actualisés (valeur instantanée). Dans le monde des marchés parfaits et complets, cette valeur est égale au prix de marché des actifs. En effet, si la concurrence est pure et parfaite, la valeur de l’actif est exactement égale à ce qu’il coûte (hypothèse de profits nuls) et, tous les actifs ont la même rentabilité. En cas d’absence d’un marché de référence, une modélisation doit permettre de construire la valeur actualisée des flux engendrés par cet actif. La juste valeur peut être considérée comme pertinente et, ses variations d’une période à l’autre constituent un indicateur valide de la performance réalisée dans des cas particuliers tels que les portefeuilles de transaction. En revanche, lorsque les actifs sont détenus à long terme, 10
  • 11. la valeur de marché n’a qu’une valeur informative et ses variations ne sauraient constituer la mesure de la performance de l’activité. L’introduction de la juste valeur dépend du motif et de la durée de détention des éléments d’actif et de passif. Pour l’entreprise, la valeur des titres détenus à l’actif dépend des risques qu’elle perçoit à son passif. Du point de vue comptable, la valorisation des titres dépend donc de l’appréciation des risques portés par l’entreprise entière dans la durée. L’IASB définit plusieurs bases d’évaluation de la juste valeur : - La valeur d’utilité, basée sur la notion de création de valeur : il s’agit de la somme des avantages économiques futurs estimés obtenus par l’usage de l’actif concerné. - La valeur de marché : les marchés sont censés refléter à chaque instant la valeur actuelle des flux de trésorerie auxquels un bien donne droit dans le futur ; dans un contexte de marché parfait, la juste valeur est équivalente à la valeur de marché (« market to market »). Selon l’IASB, la valeur de marché est le montant qui peut être obtenu par la vente ou, payable pour l’acquisition d’un instrument financier dans un marché actif. Un marché actif suppose des transactions sur des biens homogènes, sur la base de prix rendus publics. En l’absence de marché actif, la juste valeur peut être définie via des techniques de valorisation. - La valeur de remplacement : elle correspond au montant de l’investissement que doit réaliser une entreprise pour remplacer un actif existant en tenant compte du progrès technique (cf.CNC –Arrêté de Juin 1999). - La valeur nette comptable : elle peut subir l’incidence de la valeur de recouvrement si elle a été ajustée en fonction de celle-ci. B. Un organisme fondateur : l’IASB B. 1. Historique de l’IASB Les normes comptables internationales, désignées sous le sigle actuel IFRS, ont été élaborées depuis 1973 avec la création de l’IASC (International Accounting Standards Comittee), organisme de droit privé créé à l’initiative de quelques membres de la profession, sous la direction de Sir H.Benson. 11
  • 12. A partir des années 80, le bureau de l’IASC intègre des analystes et travaille avec l’OICV (Association Internationale des Marchés), pour définir des normes qui seraient acceptées par tous les grands marchés réglementés. En 1982, l’IFAC (International Federation of Accountants) reconnaît l’IASC comme normalisateur mondial, et permet ainsi à ce comité de renforcer son assise internationale, tout en demeurant un organisme sans pouvoir. En 1988, le normalisateur comptable américain (FASB) rejoint le board de l’IASC en tant qu’observateur. L’IASC connaît surtout un succès d’estime (indépendance vis à vis des gouvernements), mais n’a aucun pouvoir de rendre ses normes obligatoires, lesquelles ne sont toujours pas reconnues par la SEC. Face à cet échec, l’IASC va trouver un nouveau souffle auprès de l’IOSCO (International Organization of Securities Commissions), qui fédère au niveau mondial l’ensemble des autorités de contrôle des marchés financiers nationaux. Une collaboration entre l’IASC et l’IOSCO va donc s’organiser dès le début des années 90. L’IOSCO demande à l’IASC de réviser et de compléter les normes existantes avant fin 2000, afin de permettre leur utilisation dans les opérations internationales. Le véritable enjeu, même s’il n’est pas vraiment explicité, est de permettre aux sociétés étrangères cotées aux Etats-Unis et utilisant ces normes IAS mises à jour, d’être dispensées de faire un rapprochement avec des comptes en US GAAP. Une fois ces travaux réalisés, paradoxalement, l’IOSCO se contente de recommander l’application des normes IAS auprès des commissions de valeurs internationales, et tardera à reconnaître les normes de l’IASC face à l’influence américaine des normes US GAAP. Devant son hostilité à l’égard des normes américaines, l’IOSCO finira par adopter les normes de l’IASC. En 1997, l’IASC doit proposer une réorganisation afin de faire face aux évolutions de l’environnement. Les travaux de ce groupe confirment que l’IASC a un rôle important à jouer pour la globalisation des principes comptables. En 2001, une nouvelle organisation est mise en place : l’IASB (International Accounting Standard Board), organisme privé de droit britannique, basé à Londres et contrôlé en totalité par l’IASC fondation (fondation basée aux USA et financée à la fois par les grandes entreprises industrielles et de services, par des firmes d’audits et, par des organisations internationales et publiques). 12
  • 13. B.2. Le rôle de la Commission Européenne A partir de 1990, la Commission européenne occupe un siège d’observateur au sein du conseil de l’IASC. La décision européenne d’adopter les normes internationales à horizon 2005 remonte aux débuts de la Commission Prodi, plus précisément à une communication de la Commission publiée en juin 2000. En effet, après l’adoption de la monnaie unique, l’Europe a pour objectif de mettre en place un marché unique des valeurs mobilières, ce qui implique une nécessaire comparabilité des comptes des entreprises cotées. Le schéma d’adoption proposé dans cette communication a ensuite été approuvé par le Conseil à l’unanimité et par le Parlement européen en mars 2002, puis a été formellement inscrit dans le droit communautaire par un règlement du Parlement et du Conseil en Juillet 2002 (Règlement n° 1606/2002). Celui-ci rend obligatoire, pour les sociétés européennes faisant appel public à l’épargne, l’établissement de leurs comptes consolidés selon le référentiel IAS à compter du 1er Janvier 2005. En application de ce règlement, l’Union européenne a formellement adopté, en Septembre 2003, l’ensemble des normes IAS et interprétations SIC existantes. Au cœur de ce mécanisme d’approbation se trouve un organisme politique spécialement créé, le Comité de Réglementation Comptable européen (CRCE), composé de représentants des pays des différents états membres de l’Union. A chaque fois que la Commission européenne doit décider de l’acceptation ou non d’une norme de l’IASB, elle doit prendre l’avis du CRCE, qui se prononce par un vote à la majorité qualifiée. Par ailleurs, pour l’évaluation des normes de l’IASB, la Commission bénéficie de l’assistance et de l’expertise d’un comité technique, créé en juin 2001 à l’initiative du secteur privé, connu sous le nom d’EFRAG (European Financial Reporting Advisory Group). Ce comité technique assure notamment le suivi de l’élaboration des normes qui seront soumises à la Commission européenne et, peut donc intervenir auprès de l’IASB à chaque fois qu’il le juge nécessaire. Ce mécanisme d’adoption a été testé pour la première fois en juillet 2003, où le CRCE se prononçait sur l’ensemble des normes de l’IASB applicables au 1er janvier 2005 pour les groupes cotés de l’Union européenne, étant entendu que les comptes de ces derniers ne pouvaient être déclarés conformes à son référentiel que si toutes ses normes étaient appliquées. Le rejet des normes IAS 32 et IAS39 est donc alors apparu comme un obstacle important ; la principale raison reposant sur la grande volatilité générée par une valorisation 13
  • 14. des instruments financiers à la juste valeur. Les secteurs les plus sensibles à ces inconvénients de juste valeur furent les banques et les assurances, qui ont rapidement fait part de leur opposition. Des modifications relatives à ces deux normes ont depuis été proposées. B.3. Organisation de l’IASB o Le Board : Le conseil, présidé par Sir David Tweedie, est composé de 14 membres, nommés pour 5 ans et renouvelables une fois. Sept d’entre eux assurent le rôle de liaison auprès des normalisateurs nationaux des pays suivants : Australie, Allemagne, France, Japon, Royaume-Uni, Canada, Etats-Unis. Il constitue l’instance technique et doit respecter l’équilibre géographique. Le board décide souverainement de son programme et vote les normes à la majorité simple (8 voix positives). o Le comité d’interprétation (IFRIC - International Financial Reporting Interpretations Committee) : Fondé en 1997 pour garantir la bonne application et la correcte interprétation d’un corps de règles comptables internationales, il comprend 17 membres votants, et élabore des interprétations en vue d’assurer une application homogène des normes. o Le comité consultatif de normalisation (SAC) : Il est composé de 45 personnalités concernées par l’information financière. Le SAC constitue une tribune à laquelle participent les organismes et particuliers ayant un intérêt pour l’information financière, provenant d’origines géographiques et professionnelles diverses, dans le but de conseiller le Conseil, et de l’informer des points de vue relatifs aux projets de normalisation. C’est par exemple, le normalisateur français, le CNC, qui a rédigé le projet IFRS 1 sur la première adoption des normes internationales. A noter également l’existence de trois observateurs au sein du comité : la Commission Européenne, la SEC (régulateur américain) et la FSA (régulateur japonais). 14
  • 15. La nouvelle structure de l’IASB (* Source Gérer & Comprendre n°75) : International Accounting Standards Comittee Foundation (19 trustees) National Standard Standard Advisory International setters and others Council Accounting Stantard interested parties Board (14 Board members) Advisory Committees International Financial Key Reporting Interpretations Appoints Committee (12) Reports to Membership links Directors of Operations and Director of Technical Advises non Technical Activities and Technical Staff Staff B.4. Fonctionnement de l’IASB L’IASB est un organisme indépendant de la profession comptable, consacrant le caractère d’ordre public des normes comptables. Au plan international, ces dernières ne peuvent pas davantage dépendre de l’autorité d’un seul Etat. L’IASB vise à présenter un ensemble cohérent et complet des normes pour l’établissement des états financiers à caractère général des entreprises à but lucratif. Selon les statuts, les principaux objectifs sont les suivants : - Formuler et publier des normes comptables de haute qualité, - Promouvoir leur acceptation et leur application dans le monde, - Travailler à l’amélioration et l’harmonisation des réglementations, des normes comptables et des procédures de présentation des états financiers. 15
  • 16. Dans ce contexte, l’IASB a développé une politique de partenariat avec les principaux normalisateurs, dont les modalités sont variables selon les projets. Ainsi, un groupe de travail européen, l’EFRAG (European Financial Reporting Advisory Group) travaille avec l’IASB pour la convergence des normes nationales au sein de l’Europe vers un standard international. Les membres du Board se réunissent onze fois par an pour l’élaboration des normes, qui est soumise à un processus strict et organisé. Le premier document est un document de discussion, qui organise un débat sur les approches et les options possibles. Un groupe de travail spécifique est ensuite créé pour établir un exposé-sondage, voté par le Board à la majorité simple, et diffusé au public pour une période de six mois, afin que chacun puisse exprimer, par écrit, ses vues sur le document. A l’issue de la période d’exposés, le Board analyse les commentaires et décide de la marche à suivre quant aux amendements éventuels pour obtenir une norme définitive. Enfin, le Board doit publier une base de conclusions expliquant les raisons qui ont conduit les membres à voter contre le texte. L’adoption des normes IFRS, basée sur le concept de juste valeur, permet de fournir à l’échelle européenne une information financière et comptable des entreprises cotées européennes plus complète et plus fiable à destination des investisseurs et des analystes financiers. Cependant, la reconsolidation de certains éléments hors-bilan valorisés à leur juste valeur (instruments financiers dérivés, contrats de leasing, stock-options, les charges de personnel liées aux retraites…) va générer une augmentation de la volatilité des bilans, notamment des capitaux propres. 16
  • 17. II. Impacts des principales normes IFRS sur les capitaux propres Un certain nombre de normes auront un impact sur le passif ou sur les capitaux propres. L'endettement et le rendement des capitaux propres des sociétés seront donc considérablement modifiés, bien que les analystes aient toujours effectué des retraitements de ce type. Les IFRS ayant les impacts le plus marqué sur le passif et les capitaux propres concernent : - Les véhicules ad hoc - Les opérations de crédit-bail - Les charges et engagements de retraites - Les actifs financiers - Les obligations convertibles (classement passif/capitaux propres) - Les provisions A ce jour, quasiment toutes les sociétés du CAC 40 ont communiqué sur la transition aux IFRS, et la moitié d’entre elles ont fourni des informations détaillées. II)1. IFRS 3/ IAS 36/ IAS38 (Regroupements d’entreprises ; Dépréciation d’actifs; Immobilisations incorporelles) L’IASB a publié, en mars 2004, la nouvelle norme IFRS 3 “Regroupements d’Entreprises” qui remplace la norme IAS 22 et, apporte des évolutions majeures à deux normes existantes, à savoir les normes IAS 36 « Dépréciation d’Actifs » et IAS 38 « Actifs incorporels ». L’IFRS 3 amène une nouvelle définition des regroupements d’entreprises avec la suppression de la méthode du « pooling of interest », la fin de l’amortissement systématique des écarts d’acquisition et des incorporels à durée de vie indéfinie, auquel viendront se substituer des tests de dépréciation. L’IAS 36, quant à elle, traite de l’écart d’acquisition et des actifs incorporels acquis dans le cadre de regroupements d’entreprises, ainsi qu’à tous les autres actifs des exercices ouverts à compter du 31 mars 2004. 17
  • 18. L’IAS 38 s’applique au traitement comptable des actifs incorporels acquis dans le cadre de regroupements d’entreprises, ainsi qu’à tous les autres actifs incorporels des exercices ouverts à compter du 31 mars 2004. Ces 2 dernières normes révisées étant liées aux regroupements d’entreprises, nous allons les exposer avec la nouvelle IFRS 3 et, étudier leurs différents impacts sur la présentation des états financiers des entreprises. A. IFRS 3 (Regroupements d’entreprises) L’IFRS 3 apporte trois principales modifications : - L’abandon de la méthode de mise en commun d’intérêt, - Le traitement du goodwill via l’impairment test (IAS 36) - La comptabilisation séparée des valeurs patrimoniales incorporelles (IAS 38). A.1. Objectif de la norme L’objet de la norme IFRS 3 est de définir les modalités de comptabilisation des regroupements d’entreprises, antérieurement séparées. L’une des principales conséquences de cette norme vient du fait qu’elle entérine, quelque soit le mode de regroupement, sous forme d’acquisition des actifs nets ou par acquisition de parts de capital via des actions, l’abandon de la méthode de « mise en commun des intérêts » ou « pooling of interests », au profit de la méthode d’acquisition ou « purchase accounting method ». A.2. Définition des deux méthodes de comptabilisation o Pooling of interests : cette méthode repose sur le postulat que les entreprises impliquées opèrent une sorte de fusion, unissent leurs ressources en vue de poursuivre en commun leurs activités. C’est la raison pour laquelle elle est permise uniquement lorsque l’acquisition est essentiellement payée à plus de 90% en actions. Ainsi, il est possible d'intégrer une nouvelle filiale dans les comptes d’un groupe, sur la base des valeurs comptables de ses actifs et passifs. Les actions émises sont inscrites au bilan, 18
  • 19. non sur la base de leur valeur, mais pour le montant comptable des capitaux propres de la cible. Suite à l’abandon de cette méthode, pour reprendre l’exemple du Vernimmen, il ne sera plus possible en achetant une société aux capitaux propres réévalués de 30 pour un prix de 100 et, en émettant à cet effet de nouvelles actions pour 100, de les inscrire au bilan pour 30 grâce au pooling, et dégageant ensuite un résultat net de 6, de proclamer que le return on equity est de 20%, alors qu'il n'est que de 6% ! o Purchase accounting method : cette méthode, dont l’application intègre l’identification d’un acquéreur, nécessite la réévaluation des actifs et des passifs exigibles de la cible et, la constatation d'un goodwill inscrit parmi les actifs incorporels de l’acquéreur. A.3. Goodwill négatif L’IFRS 3 supprime la notion de goodwill négatif et, dans l’hypothèse où la juste valeur des actifs et passifs identifiables excède le coût d’acquisition, prévoit que : - la société confirme la correcte évaluation des actifs acquis - si l’excès de juste valeur par rapport au coût d’acquisition se confirme, celui-ci soit reconnu directement en produit dans le compte de Profits et Pertes (produit immédiat). Exemple Air France : L’application de la norme IFRS 3 concernant le rapprochement avec KLM (acquisition postérieure au 1er avril 2004) * Source Air France-KLM : Ecart d’acquisition négatif reconnu : 468 M€ Avant IFRS : Amortissement de l’écart d’acquisition négatif sur 5 ans (soit 73 M€ en 2004) Après IFRS : Impact positif « one-shot » de la reprise de l’écart d’acquisition négatif sur le résultat net de 395 M€ (468 – 73 M€). Exemple PPR : Le choix du retraitement des regroupements d’entreprises intervenus le 1er janvier 1999 (date d’entrée de Gucci dans PPR), a eu comme principal impact, l’augmentation des intérêts minoritaires (rachetés en totalité en avril 2004 à l’issue de l’OPA) de 1,2 Md€ sur les capitaux propres d’ouverture (1er janvier 2004) du groupe. 19
  • 20. A.4. Mise en place de tests de dépréciation (Impairment Test) Le changement majeur de l’IFRS 3 par rapport à l’IAS 22 concerne les modalités de valorisation du goodwill issu d’un regroupement d’entreprises. L’IAS 22 prévoyait un amortissement systématique du goodwill sur sa durée de vie économique, celle-ci ne pouvant pas excéder 20 ans. Pour IFRS 3, le goodwill doit être maintenu au coût d’acquisition, déduction faite des pertes de valeurs. Ainsi le goodwill n’est plus amorti, mais il doit faire l’objet d’un test de perte de valeur au moins une fois par an ou plus fréquemment, si des événements ou changements de circonstances indiquent qu’une perte de valeur pourrait exister. Exemple Carrefour : Le principal impact sur le compte de résultat du groupe provient de l’arrêt de l’amortissement du goodwill, qui augmente le résultat net part du Groupe de +319 M€. Exemple LVMH : Les IFRS ont un impact de 1% à la baisse sur les ventes nettes, mais l’écart du résultat net des normes françaises aux normes IFRS est lié principalement à l’arrêt de l’amortissement du goodwill (+ 284 M€). Cet arrêt de l’amortissement du goodwill va donc avoir des répercussions significatives sur le résultat net de nombre de sociétés, et par extension sur le niveau des capitaux propres. La norme IAS 38 « Actifs Incorporels » a évolué dans le même sens en supprimant l’amortissement systématique des actifs incorporels à durée de vie indéfinie. Par ailleurs, sur la base de la norme IAS 36 révisée, même si les circonstances qui ont généré la perte de valeur disparaissent ou s’améliorent, il n’est pas possible de reprendre les pertes de valeur constatées préalablement sur les goodwills. L’importance accrue de la juste valeur pour les actifs, la reconnaissance accrue des actifs incorporels dans le cadre des regroupements d’entreprises et, l’absence d’amortissement systématique du goodwill et des autres actifs incorporels à durée de vie indéfinie, renforcent l’importance de la norme IAS 36 « Dépréciation d’Actifs », entraînant une plus grande volatilité des résultats des entreprises. 20
  • 21. Nous pouvons illustrer ces propos avec les résultats de l’enquête européenne, menée par Mazars en 2005, plus précisément sur la question posée à des responsables financiers de 556 sociétés cotées en Europe : «Etes-vous êtes plus préoccupé par la volatilité que causerait la publication de vos comptes aux normes IFRS ?» 80% 70% 60% Allemagne 50% Belgique Luxembourg 40% Espagne 30% France 20% Italie 10% Pays-Bas 0% Pologne nde e ie ne ne République Tchèque agn Ital Irla log pag Royaume Uni - Irlande m Po ni - Es Alle Turquie U me yau Ro B. IAS 36 (Dépréciations d’actifs) B.1. Objectif L’IAS 36 établit les procédés qu’une entité doit appliquer pour s’assurer que ses actifs sont comptabilisés à une valeur inférieure ou égale à leur valeur recouvrable. L’IAS 36 s’applique à la comptabilisation de la perte de valeur subie par tous les actifs autres que les actifs suivants : - Les stocks (IAS 2, Inventories); - Les actifs issus de contrats de construction (IAS 11, Construction Contracts); - Les impôts reportés débiteurs (IAS 12, Income Taxes) - Les actifs issus de régimes d’avantages sociaux des employés (IAS 19, Employee Benefits); - Les actifs financiers visés par l’IAS 39, Financial Instruments: Recognition and Measurement; 21
  • 22. - Les biens de placement évalués à la juste valeur (IAS 40, Investment Property); - Les actifs biologiques liés à des activités agricoles, qui sont évalués à la juste valeur moins les frais au point de vente (IAS 41, Agriculture); - Les frais d’acquisition reportés et les immobilisations incorporelles issus de contrats d’assurance visés par l’IFRS 4, Insurance Contracts; - Les actifs à long terme (ou groupes à sortir) classés comme détenus aux fins de vente conformément à l’IFRS 5, Non-current Assets Held for Sale and Discontinued Operations. B.2. Historique et fonctionnement La création de cette norme est liée à l'écart croissant entre la valeur comptable et la valeur boursière des sociétés cotées au cours des 20 dernières années, du en partie à l'importance grandissante des actifs incorporels dans la valeur de ces entreprises. Cet écart a ainsi fait apparaître certaines limites aux conventions comptables, accusées de ne pas refléter convenablement la réalité économique et la perception des marchés financiers. Dans ce contexte, les normes comptables ont progressivement intégré de nouvelles dispositions, ayant pour but d'ajuster (à la baisse uniquement) les valeurs comptables de certains actifs déterminées sur la base des coûts historiques engagés pour les créer ou les acquérir, en les rapprochant de leur « juste valeur » (concept de fair value). B.3. Fréquence de dépréciation des actifs Un actif ou une Unité Génératrice de Trésorerie s'est déprécié lorsque sa valeur comptable excède sa valeur recouvrable. La fréquence des tests de dépréciation est au minimum d'une fois l'an, même en l'absence d'indice de perte de valeur. En cas de présence de goodwill, les tests doivent être effectués à n'importe quel moment au cours de l'exercice, mais à une date fixe. Les tests doivent aussi être effectués à chaque fois qu'il a des indicateurs de perte de valeur. Les deux points marquants de la norme sont la création de la notion d’Unité Génératrice de Trésorerie (UGT dans la suite du mémoire) et, l’affectation du goodwill à une (ou plusieurs) UGT. En effet si l’IFRS 3 a entériné la suppression de l’amortissement systématique du goodwill, ce dernier est affecté à la date d’acquisition à une ou plusieurs UGT, et l’ensemble 22
  • 23. est soumis à un test de dépréciation annuel visant à s’assurer que la valeur recouvrable n’est pas inférieure à la valeur nette comptable. Une UGT est le plus petit groupe identifiable d’actifs, dont l’utilisation continue génère des entrées de trésorerie, qui sont largement indépendantes des entrées de trésorerie générées par d’autres actifs ou d’autres groupes d’actifs. Elle est composée des actifs à long terme à tester (goodwills, actifs incorporels et actifs corporels). Les UGT ne sont à identifier, que dans la mesure où, la valeur recouvrable de chaque actif pris isolément n’est pas possible. Toutefois, un actif, dont la valeur recouvrable individuelle est mesurable, peut être inclus dans une UGT. Source Cegid Une fois définies les procédures qu'une entreprise doit mettre en oeuvre pour s'assurer que ses actifs sont comptabilisés pour une valeur qui n'excède pas leur valeur recouvrable, abordons maintenant la méthode de calcul de la valeur recouvrable. B.4. Méthode de calcul de la valeur recouvrable Le mécanisme de base de l’IAS 36 pour identifier les pertes de valeur n’a pas changé : les entreprises doivent comparer la valeur recouvrable de l’actif (valeur la plus élevée entre le prix de vente net de l’actif ou de l’UGT, et sa valeur d’utilité) et sa valeur au bilan. La valeur 23
  • 24. d’utilité correspond aux flux de trésorerie futurs qui seront générés par cet actif ou UGT, actualisés à un taux de marché actuel de rémunération sans risque ajusté pour tenir compte de l’incertitude, c’est à dire le risque lié à cet actif. Si la valeur nette comptable d’un actif est supérieure à sa valeur recouvrable, la réduction de la valeur est constatée en charges par la voie d’une provision pour dépréciation d’actif, la valeur recouvrable devenant la nouvelle base amortissable pour la durée d’utilisation restant à courir. Résumé des étapes de la dépréciation des actifs : Quand procéder à un - Tous les ans pour les écarts d’acquisition et les actifs incorporels test de dépréciation ? non amortis - S’il existe un indice que l’actif a pu perdre de la valeur pour les autres actifs à long terme 1- Définir les indicateurs de perte de valeur et identifier les actifs pour lesquels il existe un indice de perte de valeur 2- Identifier s’il existe un prix de vente net pour l’actif concerné 3- Si le prix de vente net est supérieur à la valeur nette comptable de l’actif, aucune dépréciation n’est constatée 4- S’il n’existe pas de prix de vente net ou si le prix de vente net Comment procéder est inférieur à la valeur nette comptable, déterminer la valeur au test de d’utilité, c’est-à-dire le montant des cash flows actualisés dépréciation ? 5- Si l’actif testé ne génère pas de cash flows indépendamment d’autres actifs, regroupement de l’actif avec d’autres actifs dans une UGT 6- Si la valeur d’utilité est supérieure à la valeur nette comptable, absence de dépréciation Si la valeur nette comptable est supérieure à la valeur d’utilité, enregistrement d’une dépréciation 24
  • 25. B. 5. Règles de dépréciation Les immobilisations corporelles et incorporelles à durée de vie déterminée font l’objet d’un test de dépréciation uniquement en présence d’indice de pertes de valeur. Tandis que les goodwills et immobilisations à durée indéterminée sont dépréciés une fois par an ou plus, si des indices de pertes de valeur sont identifiés en période intérimaire. Le goodwill se définit comme étant la différence entre le prix payé et la quote-part des actifs et passifs acquis évalués à leur juste valeur. L'introduction des nouvelles normes a donc accru l'importance de la comptabilisation des actifs selon une approche de juste valeur, au détriment de l'approche historique traditionnelle. En effet, le goodwill n'est plus systématiquement et régulièrement amorti, mais doit faire l'objet chaque année d'une analyse de valorisation approfondie afin de vérifier s'il est nécessaire de constater une dépréciation (en cas de baisse de sa valeur). C'est ce que l'on appelle le goodwill impairment. L’impairment test permet d’assurer que la valeur comptable de l’entité qui porte le goodwill reste inférieure à la « valeur recouvrable » de cette entité, définie comme le montant le plus élevé entre le prix de vente net et la valeur d’usage (« somme actualisée des flux de trésorerie futurs retirés de l’utilisation continue de l’actif et de sa sortie à la fin de sa durée d’utilité »). La connaissance du prix de vente net étant improbable, le test reposera le plus souvent sur l’estimation d’une valeur d’usage par la méthode des Discounted Cash Flows (DCF). Exemple Eurotunnel : Parce que le traitement des immobilisations varie significativement, selon qu'Eurotunnel produit ses comptes en US GAAP pour le compte de la société française ou en UK GAAP pour le compte de la société britannique, la direction générale a décidé d'appliquer, avec deux ans d'avance, la norme IAS 36 pour les besoins de son compte de résultat français. L'application de cette norme contraint le groupe à une dépréciation exceptionnelle de 1,85 Md€ au 31 décembre 2003, différence entre la valeur nette comptable des immobilisations et la valeur d'utilité des actifs. Cette dépréciation qui équivaut quasiment au résultat net, vient grever les fonds propres de 1,6 Md€, les rapportant ainsi à 1,7 Md€. A la 25
  • 26. Bourse de Paris, l'annonce de ces résultats a fait chuter le titre Eurotunnel de 5,45%, à 0,52 € dans les premiers échanges. L’objectif de cette évolution confirme bien l’une des ambitions majeures des normes : une meilleure lisibilité des comptes. Le mécanisme d'amortissement annuel qui, par son caractère récurrent et linéaire, paraissait plus relever des conventions comptables que de la réalité économique et financière, est désormais abandonné au profit d'un test de dépréciation selon le principe de la juste valeur. Ainsi, au moins une fois par an, les entreprises ayant réalisé des acquisitions doivent, selon une procédure précise, évaluer leurs unités opérationnelles et leur goodwill. Le traitement comptable des survaleurs affecte la mesure des performances et la structure du bilan consolidé des groupes. Or, avec le développement des fusions-acquisitions (en particulier celles visant des sociétés de services ou des firmes dotées d'actifs immatériels importants non reconnus avant l'acquisition), les goodwills occupent une place de plus en plus considérable dans les bilans consolidés des groupes, comme le montre ce tableau, sur le Poids relatif des actifs incorporels à durée de vie indéterminée au bilan des entreprises du SBF 120 (1) : Montant agrégé en % de capitaux propres Goodwill Autres (2) Total A fin 2001 Ensemble des entreprises du SBF 120 (120 sociétés) 46% 19% 65% 1- Energie/Produits de base / BTP / Matériaux de 33% 11% 45% construction (18) 2- Assurance / Banque / Bourse / Société de portefeuille 27% 7% 33% / Immobilier (16) 3- Automobile / Construction mécanique / Biens 56% 9% 66% d’équipement (12) 4- Hôtellerie / Loisirs / Services aux collectivités / 71% 39% 110% Autres services (51) 5- Agroalimentaire / Boisson / Distribution / Biens de 59% 48% 106% consommation (23) Ensemble des entreprises du SBF 120 hors catégorie 2 57% 29% 86% (104) 26
  • 27. A fin 2002 Ensemble des entreprises du SBF 120 (120 sociétés) 42% 19% 62% 1- Energie / Produits de base / BTP / Matériaux de 29% 13% 43% construction (18) 2- Assurance / Banque / Bourse / Société de portefeuille 27% 7% 33% / Immobilier (16) 3- Automobile / Construction mécanique / Biens 47% 8% 55% d’équipement (12) 4- Hôtellerie / Loisirs / Services aux collectivités / 78% 49% 127% Autres services (51) 5- Agroalimentaire / Boisson / Distribution / Biens de 53% 48% 100% consommation (23) Ensemble des entreprises du SBF 120 hors catégorie 2 54% 31% 85% (104) * Source Option Finance n°778 du 29 mars 2004 (1) les entreprises considérées sont les 120 entreprises entrant dans la composition de l’indice du 10 octobre 2003 (2) Actifs incorporels (du type marque, clientèle…) résultant de l’affectation des écarts de première consolidation A fin 2002, les goodwills agrégés représentent 42% des capitaux propres agrégés des entreprises du SBF et 62% si l’on tient compte des autres actifs incorporels à durée de vie indéterminée. Cette place de plus en plus prépondérante du goodwill dans les bilans consolidés, combinée à l'envolée des cours de Bourse sur certaines places financières, a entraîné un accroissement des différences entre les prix d'acquisition et les valeurs comptables, différences qui elles-mêmes influencent à la hausse le poids des goodwills, avec pour preuve quelques exemples : un goodwill de 16 Md€ pour Pechiney après le rachat d'American Can en 1988 ; un goodwill de 6,8 Md€ pour Hachette après la prise de contrôle la même année de Diamandis, Grolier et Salvat ; un goodwill de 9 Md€ après le rapprochement entre Adia et Ecco en 1996. 27
  • 28. B.6. Impacts de la dépréciation du goodwill sur les comptes o En cas d’acquisition «non réussie » Les écarts d’acquisition, qui étaient auparavant amortis chaque année, feront dorénavant l'objet de tests annuels de dépréciation et ne seront plus amortis. Ils ne peuvent plus être imputés directement sur les capitaux propres. En somme, une acquisition qui se révélerait être une « mauvaise affaire » aurait des conséquences immédiates dans les comptes de l'entreprise à l'origine de l'achat, puisque dans ce cas, les écarts d'acquisition pourraient être réduits à une valeur nulle dès l'année suivant l'acquisition. En effet, certaines publications de comptes ont donné lieu par le passé à de mauvaises surprises. Exemple Vivendi Universal : Le Groupe a annoncé, pour son exercice 2001, une perte annuelle de 13,6 Md€ - la plus importante de l'industrie française - compte tenu des 15,7 Md€ d'amortissement de survaleurs. En tout état de cause, plus les écarts sont importants, plus les montants susceptibles d'être dépréciés le sont et, plus les résultats pourront s'en trouver pénalisés. L'importance des écarts d'acquisition et de leur éventuelle dépréciation devrait amener les entreprises à donner une information soit directement dans le compte de résultats, soit dans les notes annexes, selon les recommandations du nouveau référentiel IFRS, ce qui permettra de suivre régulièrement la valeur de ces écarts. o En cas d’acquisition «réussie » Dans ce cas, le goodwill acquis est progressivement remplacé par un goodwill propre, auto- généré. Les valeurs incorporelles nouvelles, élaborées par l’entreprise (nouvelles marques, listes de clients, commandes, etc.), justifient l’ancien goodwill acquis lorsque des tests annuels de dépréciation sont effectués. Cependant, ce processus de remplacement selon certains experts financiers peut être discutable. En effet, une entreprise dotée d’une stratégie de croissance interne n’est pas autorisée à activer son goodwill propre, alors qu’un concurrent avec une stratégie d’acquisition remplace peu à peu le goodwill payé et reconnu au bilan par un goodwill propre. D’où une possible appréciation critique de cette différence de traitement, la valeur du goodwill propre devant être au moins égale à celle du goodwill acquis. 28
  • 29. B.7. Les conséquences des tests de dépréciation du goodwill Les dépréciations des survaleurs ont deux conséquences possibles, qui vont retenir l'attention des investisseurs: o D'une part, les conseils d'administration peuvent prendre prétexte de ces pertes comptables pour supprimer ou réduire la distribution de dividendes. o D'autre part, la réduction des capitaux propres qui en résulte diminue la capacité de croissance externe et, peut conduire à une augmentation de capital potentiellement dilutive. B.8. Conclusion IAS 36 est une norme relativement complexe qui ne sera pas facile à mettre en œuvre et, les entreprises seront notamment confrontées aux difficultés et challenges suivants : o Des tests de perte de valeur plus fréquents. Ceci a un coût : les tests doivent être développés en interne ou confiés à des experts en évaluation et, ils doivent être audités par un auditeur externe ; o Les projections de flux de trésorerie futurs doivent être basées sur les plans prévisionnels les plus récents approuvés par le management, en excluant toutefois les flux de trésorerie liés à des restructurations et développements sur lesquels l’entreprise n’est pas formellement engagée ; o Identification des UGT et allocation des flux à ces UGT ; o Nécessité d’utiliser des flux de trésorerie avant impôt ; o Trouver un accord sur le taux d’actualisation et sur le niveau de risque à incorporer dans ce taux ; o S’accorder sur le taux de croissance perpétuel, dont le niveau impactera significativement la valeur de l’actif ; o Les tests de perte de valeur doivent être réalisés tous les ans à la même date et les entreprises doivent donc choisir la date la plus appropriée en s’assurant que les données nécessaires seront systématiquement disponibles pour toutes les UGT ; o Les informations à communiquer dans les notes aux comptes ont plus que doublé avec la norme IAS 36 révisée. Ces informations, qui concernent notamment la description des principales hypothèses retenues dans le cadre des tests de pertes de valeur, sont 29
  • 30. souvent perçues comme sensibles par les entreprises et leur publication donnera certainement plus d’indications aux marchés sur la stratégie de l’entreprise. Exemple Michelin (* Source Michelin : Impact des normes IFRS sur les comptes du groupe) : Avec une pondération dettes financières et fonds propres de 50-50, et en prenant les taux réels de la dette et un coût des FP de 10% après impôts, au 31 décembre 2003, le CMPC moyen affiché du Groupe Michelin avant impôts est de 10,4% et 7,2% après impôts. Les cash flows actualisés générés par les UGT étant inférieurs aux actifs, la somme des actifs à déprécier du Groupe représente –160 M€ avec comme impacts principaux : - sur les capitaux propres : une baisse de 108 M€, compte tenu des impôts différés de 52 M€. - sur le résultat opérationnel : ° Effet positif de 22 M€, du fait de l’annulation des amortissements ° Effet négatif de 36 M€ (soit 2% des actifs long terme), dû aux pertes de valeur sur investissement Soit un impact total négatif de –18 M€ sur le résultat opérationnel. C. IAS 38 (valorisation des actifs incorporels) C.1. Objectif L’IAS 38 prescrit le traitement comptable des immobilisations incorporelles, à l’exception des actifs suivants : - Les immobilisations incorporelles faisant partie du champ d’application d’une autre norme. Par exemple, l’IAS 2, Inventories, s’applique aux immobilisations incorporelles détenues aux fins de vente dans le cours normal des activités; - Les dépenses et les droits miniers liés à l’exploration, à la mise en valeur et, à l’extraction de ressources non régénératives. La présente norme impose ainsi aux entreprises de comptabiliser une immobilisation incorporelle si, et seulement si, certains critères sont réunis. La norme spécifie également 30
  • 31. comment évaluer la valeur comptable des immobilisations incorporelles et, impose de fournir certaines informations sur les immobilisations incorporelles. C.2. Définition Une immobilisation incorporelle est un actif non monétaire identifiable sans substance physique, détenu en vue de son utilisation pour la production ou la fourniture de biens ou de services, pour une location à des tiers, ou à des fins administratives. Un actif est une ressource : - contrôlée par une entreprise du fait d’évènements passés, - dont des avantages économiques futurs sont attendus par l’entreprise. Le critère d’identification d’un actif incorporel est satisfait si l’élément est : - séparable, c’est à dire s’il peut être vendu, transféré, licencié, loué ou échangé de façon distincte de l’entité, - ou provient de droits légaux ou contractuels. Le critère de contrôle, quant à lui, se définit comme le pouvoir de restreindre l’accès des tiers (par des droits juridiques ou autres moyens dûment prouvés) aux avantages économiques générés par l’actif. C.3. Fonctionnement et comptabilisation L’IAS 38 impose à une entreprise de comptabiliser une immobilisation incorporelle si et seulement s’il est probable que les avantages économiques futurs attribuables à l’actif aillent à l’entreprise, et si le coût de cet actif peut être évalué de façon fiable. Néanmoins, une grande partie de variété d’actifs incorporels devrait pouvoir être reconnue au bilan lors des regroupements d’entreprises, à savoir : marques, listes clients, logos, noms de domaine internet, technologie, logiciels, base de données…. Les dépenses relatives à un élément qui ne respecte pas ces critères devront être comptabilisées en charges. Il en est de même des dépenses relatives à un actif dont le caractère identifiable ou son contrôle par l’entreprise n’est pas démontré : parts de marché, fonds de commerce « génériques », savoir faire non protégé…. 31
  • 32. Si cet élément est acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprises, il devra être incorporé dans le goodwill. Ces critères s’appliquent quelque soit le mode d’acquisition. Exemple Bouygues : Le bilan d’ouverture 2004 fait apparaître à l’actif, en immobilisations incorporelles, un écart négatif entre les normes françaises et les normes IFRS de 5 321 M€ (passant de 6 409 à 1 088 M€). Pour ce qui est du goodwill, celui ci présente quant à lui un écart positif entre les normes françaises et les IFRS d’un montant de 5 008 M€ (passant de 264 à 5 272 M€). Cette différence est due, en quasi-totalité (pour 5 027 M€), au reclassement des survaleurs liées aux parts de marché, précédemment inscrites en immobilisations incorporelles, en goodwill. Exemple Valeo : Les effets de l’activation de certains frais de développement ont un impact de 148M€ sur les capitaux propres de Valeo, part du Groupe. Exemple Sanofi-Aventis : Impact des IFRS sur le traitement de l’acquisition d’Aventis au 20/08/04 * (Source Passage aux IFRS – Conférence Call : 14 avril 2005) - Activation de la R&D acquise: Activation de la R&D acquise de l’ex Aventis : • Immobilisations incorporelles relatives à Aventis : + 5 046 M€ • R&D relative aux SME d’Aventis : + 301 M€ • Contrepartie : augmentation des capitaux propres suite à l’annulation de la charge enregistrée en normes françaises • D’où impact sur les capitaux propres CP au 31/12/04 en normes françaises : + 35 949 M€ CP au 31/12/04 en IFRS : + 41 489 M€ (inclus les 5 347 M€ d’activation de la R&D de l’ex Aventis) - Goodwill : Goodwill en normes françaises : 24 654 M€ (+) impôts différés sur l’activation de la R&D en cours acquise 1 862 M€ (+) impôts différés principalement liés aux SME : 305 M€ 32
  • 33. (+) juste valeur des plans de stock-options : 746 M€ (+) autres : 10 M€ Soit Goodwill en IFRS : 27 577 M€ C.4. Règles d’amortissement et de dépréciation Les normes IFRS distinguent deux types d’actifs incorporels : - Les actifs à durée d’utilité déterminée - Les actifs à durée d’utilité indéterminée, pour lesquels il n’apparaît pas de limite prévisible à la période sur laquelle l’actif va générer des flux de revenus, avec un système d’amortissement différent en fonction du type d’actif incorporel. o Amortissement systématique des actifs incorporels à durée d’utilité déterminée La règle est d’amortir sur la durée d’utilité, mais l’IAS 38 ne précise pas de durée maximale. Deux méthodes d’amortissement sont autorisées : - L’amortissement sur la période pendant laquelle l’entreprise prévoit d’utiliser l’actif - L’amortissement sur le nombre d’unités de production ou équivalent, que l’entreprise entend obtenir de l’actif (rythme de consommation des avantages économiques de l’actif). Les facteurs à prendre en compte pour déterminer la durée d'utilité d'une immobilisation incorporelle sont les suivantes : - L’utilisation attendue de l’actif, - La durée de vie d'actifs similaires, - L'obsolescence technologique, - La concurrence, - Le niveau de dépenses de maintenance nécessaire, - La durée de contrôle de l'actif. La date de démarrage de l’amortissement correspond à la date à laquelle l’actif est prêt à être mis en service. La durée devra être appréciée à la clôture de chaque exercice, et ajustée en cas de modification des avantages économiques à venir. 33
  • 34. o Suppression de l’amortissement systématique pour les actifs incorporels à durée de vie indéfinie et mise en place d’un test annuel de dépréciation Une immobilisation incorporelle avec une durée d’utilité indéfinie n’est pas amortie, mais soumise à un test de dépréciation annuel à chaque fois qu’un indice révèle qu’une perte de valeur a pu intervenir. La durée d’utilité d’une immobilisation incorporelle non amortie doit être revue à chaque clôture, de manière à s’assurer que cette hypothèse est toujours vérifiée. Si cette durée indéterminée devient déterminée, le changement doit être pris en compte via l’IAS 8 « Résultat net de l’exercice, erreurs fondamentales et changements de méthodes comptables ». Ainsi donc et de manière générale, avec les nouvelles normes IFRS, les conditions de comptabilisation des actifs incorporels sont beaucoup plus strictes. C.5. Précision du périmètre de la recherche et du développement ainsi que des règles d’activation Selon l’IAS 38, les dépenses de recherche sont comptabilisées en charges. Le développement se définit comme l’application des résultats de la recherche ou d’autres connaissances à un plan ou un modèle en vue de la production de matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou substantiellement améliorés, avant le commencement de leur production commerciale ou de leur utilisation. Si en normes françaises, une entité ne capitalisait pas ses frais de développement, en normes IFRS, la capitalisation des frais de développement est obligatoire dès lors que les 6 critères suivants, définis par la norme, sont satisfaits et démontrés : - Faisabilité technique du projet, - Intention de le poursuivre jusqu’à son terme et de l’utiliser ou de le vendre, - Moyens nécessaires pour vendre les produits ou pour utiliser le nouveau processus de production résultant du développement considéré, - Existence d’un marché pour le produit ou utilité du nouveau processus de production pour l’entreprise, 34
  • 35. - Disponibilité des moyens techniques, financiers ou autres, nécessaires pour terminer le projet, - Existence d’outils de gestion fiables permettant de connaître les coûts de développement engagés sur le projet. En pratique, l’entité doit donc être capable de restituer un suivi fiable des dépenses engagées dans le cadre des projets de R&D, à compter de la date où les critères précédents ont été satisfaits. Exemples de dépenses de développement : - Conception, construction et tests de pré-production ou de pré-utilisation de modèles ou prototypes. - Conception construction et exploitation d’une unité pilote (ne permettant pas une production commerciale). - Conception, construction et tests liés à une solution permettant l’utilisation de nouveaux matériaux, dispositifs, produits, procédés ou systèmes. Tous les frais de recherche et de développement ne remplissant pas ces critères doivent être inscrits en résultat. Les dépenses qui se révèleraient à posteriori remplir les conditions d’activation ne pourraient plus être activées. Exemple : Renault * Source : Résultats financiers Renault aux normes IFRS (25/02/2005) La marge opérationnelle 2004 passe de 2 418 M€ avant IFRS, à 2 115 après IFRS. Soit un écart de 303 M€, expliqué à hauteur de 293 M€ par l’application rétrospective de la norme IAS 38 relative aux frais de développement. Difficulté d’application : Les entreprises concernées devront mettre en place un système d’identification des phases de leurs projets de recherche et développement, afin de connaître précisément les dates de début et de fin et, de permettre ainsi de cerner les coûts des projets susceptibles d’être immobilisés. Une comptabilité analytique reste donc indispensable pour justifier de la fiabilité des données cumulées par projet. Ces phases permettront de séquencer les projets afin de déterminer en 35
  • 36. amont les informations prospectives attachées à l’actif en cours de création, pour justifier le bien-fondé futur de la valorisation de l’actif. C.6. Les informations à joindre en annexe La principale nouveauté est de préciser désormais le montant global des dépenses de recherche et de développement comptabilisées en charges. Pour ce faire, les informations requises sont les suivantes : o Durées d’utilité ou taux d’amortissement utilisés o Modes d’amortissement utilisés o Valeur brute comptable et cumul des amortissements (regroupés avec le cumul des pertes de valeur) à l’ouverture et à la clôture de l’exercice o Le(s) poste(s) du compte de résultat dans le(s)quel(s) est incluse la dotation aux amortissements des immobilisations incorporelles o Un rapprochement entre les valeurs comptables à l’ouverture et à la clôture de l’exercice, faisant apparaître : o Les entrées d’immobilisations incorporelles, en indiquant séparément celles générées en interne et celles résultant de regroupements d’entreprises o Les mises hors service et sorties o Les augmentations ou diminutions au cours de l’exercice résultant de réévaluations selon les paragraphes 64, 76 et 77 et des pertes de valeur comptabilisées ou reprises directement dans -. les pertes de valeur comptabilisées dans le compte de résultat au cours de l’exercice selon IAS 36 (s’il y a lieu) o Les pertes de valeur reprises dans le compte de résultat au cours de l’exercice, selon IAS 36 (s’il y a lieu) o Les amortissements comptabilisés au cours de l’exercice o Les différences de change nettes résultant de la conversion des états financiers d’une entité étrangère, et o Les autres variations de la valeur comptable au cours de l’exercice. 36
  • 37. II) 2. IAS 19 (Avantages du personnel) A. Objectif L’objectif de la norme est de comptabiliser les avantages du personnel, répartis en avantages court terme tels que les indemnités de fin de contrat de travail, avantages postérieurs à l’emploi (cotisations / prestations définies), et les autres avantages long terme tels que les avantages sur capitaux propres. B. Principes généraux de comptabilisation o Comptabilisation d’un passif lorsqu’un membre du personnel a rendu des services en contrepartie d’avantages qui lui seront versés à une date future o Comptabilisation d’une charge lorsque l’entreprise utilise l’avantage économique résultant des services rendus en contrepartie d’avantages du personnel C. Classification des avantages de personnel (* Source KPMG) Avantages du personnel IAS 19 CT Indemnités LT IAS 37 : de fin de contrat de Provisions travail Autres Avantages avantages postérieurs LT à l’emploi Avantages IFRS 2 : sur Paiements capitaux fondés sur propres les actions Prestations Cotisations définies définies 37
  • 38. D. Fonctionnement D. 1. Définitions Les avantages du personnel désignent toutes formes de contrepartie données par une entreprise au titre des services rendus par son personnel. On distingue plusieurs types d’avantages de personnel : o Les avantages à court terme désignent les avantages du personnel (autres que les indemnités de fin de contrat de travail et les avantages sur capitaux propres) qui sont dus intégralement dans les douze mois suivant la fin de l’exercice pendant lequel les membres du personnel ont rendu les services correspondants. Composent les avantages court terme, les éléments de salaires (y compris primes, congés payés,…) et les « avantages en nature » (voiture, logement,…) dont dispose le salarié dans le délai d’un an maximum après avoir rendu un service à l’entreprise. o Les indemnités de fin de contrat de travail désignent les avantages à accorder à un membre du personnel, du fait de la résiliation par l’entreprise du contrat de travail avant l’âge normal de départ en retraite ou de la décision du membre du personnel de partir volontairement en échange de ces indemnités. Les indemnités de fin de contrat sont des versements ponctuels ou récurrents sur une période déterminée venant en compensation de la rupture du contrat de travail avec le salarié (retraite anticipée, licenciement, accord contractuel, pratique de la branche,…) 38
  • 39. o Les avantages postérieurs à l’emploi qui sont les avantages du personnel (autres que les indemnités de fin de contrat de travail et les avantages sur capitaux propres), payables postérieurement à la cessation de l’emploi. Sont concernés : les pensions de retraite, les indemnités de départ en retraite, les couvertures d’assurance vie post retraite, les régimes de frais de santé post-retraite. Les avantages postérieurs à l’emploi sont les éléments versés après le départ du salarié, sous forme d’indemnités récurrentes ou ponctuelles, ces éléments peuvent être à la charge de l’entreprise (prestations définies) ou à la charge d’un organisme collecteur sans engagement complémentaire de l’entreprise (cotisations définies). o Les régimes d’avantages postérieurs à l’emploi désignent les accords formalisés ou non formalisés en vertu desquels une entreprise verse des avantages postérieurs à l’emploi à un ou plusieurs membres de son personnel. o Les autres avantages à long terme désignent les avantages (autres que les indemnités de fin de contrat de travail et les avantages sur capitaux propres) qui ne sont pas dus intégralement dans les douze mois suivant la fin de l’exercice pendant lequel les membres du personnel ont rendu les services correspondants. Avec comme périmètre : les congés liés à l’ancienneté, les jubilés, les indemnités pour invalidité de longue durée, l’intéressement, les primes et rémunérations différées. 39
  • 40. D. 2. Conséquences comptables (* Source Cegid) Types d’avantages Bilan Compte de résultat Avantages CT (dus dans les 12 mois) Charges de la période Avantages postérieurs à l’emploi : régimes à cotisations définies Avantages postérieurs + Juste valeur des actifs à l’emploi : régimes à - Valeur actualisée de l’obligation prestations définies +/- Eléments non reconnus (écarts actuariels et coût des services passés) Charge normative actuarielle Autres avantages LT + Juste valeur des actifs - Valeur actualisée de l’obligation Indemnités spéciales Comptabilisées sur la base des coûts probables. de fin de contrat Actualisation si avantages LT Avantages sur CP IFRS 2 : Paiements fondés sur les actions Ainsi, les avantages CT et les avantages postérieurs à l’emploi à cotisations définies sont comptabilisés en charges. Tandis que pour les avantages long terme et les avantages postérieurs à l’emploi à prestations définies, l’entreprise a le choix : - d’établir une provision dans ses comptes reflétant ses engagements actualisés, - ou d’externaliser la gestion de ces avantages par le biais d’une assurance par exemple. Exemple EDF : Au 1er janvier 2003, le montant total des engagements au titre des retraites des entreprises de la branche des industries électriques et gazières était estimé, en valeur 40
  • 41. actualisée sur la base d'un taux réel de 3 %, à 76 Md€, soit 60 Md€ pour la seule EDF, 12,5 Md€ pour GDF et, environ 4 Md€ pour les entreprises non nationalisées. Sur cette base et avec l’application de la norme sur les engagements de retraites, si EDF avait passé la totalité de ses engagements (de l’ordre de 60 Md€) en dettes, ses fonds propres auraient été annulés. Cependant, suite à son changement de statut intervenu en 2004 (passage d’EPIC à SA) et, à la réforme du régime spécial de la branche des industries électriques et gazières qui permet à EDF d'éviter d’inscrire tous ses engagements au bilan, et l'impact sur les fonds propres du groupe est moindre selon le rapport de la commission Roulet. Malgré tout, les fonds propres ont diminué de 50%, comme le montre le tableau ci-dessous. D’où la nécessaire introduction en bourse d’EDF, afin de lever la quasi-totalité des 8-11 milliards d’euros nécessaires à la poursuite de sa stratégie de développement. L’impact des normes IFRS sur les entreprises de la branche des industries énergétiques et gazières européennes (source Standard & Poor’s) : Table 2 IFRS Transition For Europe's Top 20 Utilities: Balance Sheet Comparison Of 2004 Balance Sheet Items Under National GAAP And IFRS Year % change % change (Mil. €) Country Net debt Equity ended GAAP IFRS 2004 GAAP IFRS 2004 2004 2004 Edison SpA Italy Dec. 31 3,855 4,906 27.26 5,940 6,176 3.97 Energias de Portugal S.A. Portugal Dec. 31 8,321 8,992 8.06 6,402 4,053 (16.99) Electricité de France France Dec. 31 19,666 19,675 0.05 18,460 9,335 (49.43) Endesa S.A. Spain Dec. 31 16,505 18,698 13.29 9,477 12,498 31.88 Enel SpA Italy Dec. 31 24,296 24,514 0.90 20,978 19,066 (9.11) Fortum Oyj Finland Dec. 31 4,896 5,095 4.06 7,655 7,650 (0.07) Gaz de France France Dec. 31 5,047 4,796 (4.97) 10,593 10,862 2.54 Iberdrola S.A. Spain Dec. 31 10,800 11,105 2.82 8,794 8,628 (1.89) National Grid Transco PLC U.K. March 31 19,782 19,911 0.66 2,031 3,059 50.61 Scottish Power U.K. PLC U.K. March 31 6,053 6,287 3.87 5,895 5,777 (2.00) Scottish and Southern U.K. March 31 N.A. N.A. N.A. N.A. N.A. N.A. Energy PLC Suez S.A. France Dec. 31 11,515 11,695 1.56 12,693 13,008 2.48 Union Fenosa S.A. Spain Dec. 31 5,490 6,946 26.52 3,290 3,620 10.03 United Utilities PLC U.K. March 31 6,046 6,247 3.33 N.A. N.A. N.A. Vattenfall AB Sweden Dec. 31 7,668 7,668 0.00 7,629 8,920 16.92 Veolia Environnement S.A. France Dec. 31 12,287 12,958 5.46 5,619 5,022 (10.62) Energie Baden Germany Dec. 31 Currently reports under IFRS Wuerttemberg AG Public Power Corp. S.A. Greece Dec. 31 Currently reports under IFRS RWE AG Germany Dec. 31 Currently reports under IFRS E.ON AG Germany Dec. 31 Currently reports under U.S. GAAP Note: Amounts are for illustration purposes and may differ from figures used by Standard & Poor's in its analyses. N.A.--Not available. Source: Company accounts/presentations. 41
  • 42. II) 3. IFRS 2 (Paiements basés sur les actions / avantages sur les capitaux propres) A. Objectif Refléter dans le compte de résultat et le bilan d’une société, les effets de transactions et notamment les stock-options, dont le paiement est fondé sur des actions. B. Périmètre Toutes les transactions, dont le paiement est fondé sur des actions concernant le personnel ou d’autres tiers, incluant : - Les octrois aux employés, - Les plans d’achats d’actions consentis aux employés, avec notamment les stock- options qui se définissent comme le droit d'acheter une action de son entreprise à un prix fixé contractuellement et à l'avance. Les stock-options sont dans la majorité des cas distribuées à l'équipe dirigeante, afin de les associer au développement de l'entreprise, - Les octrois aux non employés par exemple les fournisseurs, - Les paiements faits au sein du groupe, - Les paiements directs des actionnaires. C. Principes généraux de comptabilisation C.1. Classification des transactions en trois catégories o Transaction, dont le paiement est fondé sur des actions, réglée en instrument de capitaux propres (Equity Settled Transaction), o Transaction, dont le paiement est fondé sur des actions, réglée en trésorerie (Cash Settled Transaction), 42
  • 43. o Transaction, dont le paiement est fondé sur des actions, avec possibilité de règlement en trésorerie ou en instrument de capitaux propres : - Le membre du personnel ou autre tiers a le choix du mode de règlement - L’entité a le choix du mode de règlement. C.2. Principes généraux de comptabilisation de ces transactions o Comptabilisation des biens et services reçus ou acquis par la transaction lorsque l’entité obtient les marchandises ou lorsque les services sont rendus, o Comptabilisation en charge du montant de la transaction lorsque les biens ou services reçus ou acquis ne peuvent être comptabilisés en tant qu’actifs, o Comptabilisation en contrepartie d’une augmentation des capitaux propres ou d’un passif selon que le règlement de la transaction soit en instruments de capitaux propres ou en trésorerie. C.3. Echéancier d’octroi d’une rémunération sous forme d’options sur actions * Source KPMG Période pendant laquelle toutes les conditions d’acquisition spécifiées Période d’acquisition des droits doivent être satisfaites Année 1 Année 2 Année 3 Temps Date d’attribution Date d’acquisit° des Date droits d’exercice Date à laquelle les 2 parties se Date à laquelle les sont mises d’accord et ont une conditions d’acquisition Date à laquelle compréhension partagée des sont satisfaites, l’octroi les options sont termes de la transaction n’est plus soumis à exercées condition 43
  • 44. La norme IFRS 2 impose de comptabiliser une charge égale à la juste valeur des options attribuées, la charge étant constatée en contrepartie des capitaux propres. Cette charge devra obligatoirement être étalée entre la date d’attribution des options et la date d’acquisition définitive des droits. Exemple de comptabilisation d’un paiement réglé en actions pour des employés (* Source KPMG) : - Conditions d’attribution : emploi continu pendant 3 ans - Hypothèses : - 100 stock-options attribuées le 1er janvier année N - juste valeur de chaque option à la date d’attribution : 3.00 € (hors prise en compte des conditions de marché, s’il y en a) - Hypothèse initiale : tous les employés restent en place pendant les 3 années - Hypothèse modifiée au 1er janvier N+1 : 10% des salariés auront quitté la société avant le 31 décembre N+2 - Comptabilisation : Coût total Charge cumulée Charge Charge de attendu fin de période antérieure l’année Année 1 300 100 = (300*100%) = 300*1/3 0 100 Année 2 270 180 = (300*90%) = 270*2/3 - 100 80 Année 3 270 270 (budget) = (300*90%) = 270*3/3 -180 90 Total 270 44