Coopérative Agricole et     Forestière Sud-                                                                               ...
2Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobili...
TABLE DES MATIERES                                                                         IV. DES INTERVENTIONS EN FAVEUR...
TABLE DES SIGLES:AFDI: Agriculteurs Français Développement InternationalCAFSA: Coopérative Agricole et Forestière Sud -Atl...
Faut-il se limiter aux chiffres fournis sur le classement par ordre de richesse ou de pauvreté des pays ? Faut-il se limit...
6Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobili...
I. Bilan des actions passées            I.A. Arrivée de l’AFDI et de la CAFSA en Haïti                   I.A.1. Contexte  ...
I.A.2. Moyens mis en place                                                                       1 ou 2 permanents        ...
Fort-            I.B. Activités développées                                                                               ...
Tous ces points associent des thématiques économiques,                        (rôle de filtre de sédiments) et donc la qua...
I.C. Résultats obtenus 2008-2010                     - 4 pépiniéristes sont formés.                     - 12 personnes se ...
I.D. Développement et ajustements envisagés       2008-2010 a été une période d’identification des zones et des acteurs et...
-     Mise en place de coopération technique     -     Développement de filières agricoles     -     Formation     -     C...
- la COOPACVOD – Coopérative caféière Vincent Ogé de Dondon qui possède 450 adhérents.      - le CNIGS – Centre National d...
II.B. Prise de contact et choix des actions        Quelque soit la zone dans laquelle l’AFDI et la CAFSAprojettent d’inter...
II.D. Protection et restauration de la forêt       En Haïti, la forêt est sujette à de fortes sollicitations et ne peut y ...
II.E. Objectifs associés       Les objectifs de protection et réhabilitation de la forêt doivent en outre :     - Répondre...
III. Localisation des actions           III.A. Présentation de lAcul       L’Acul-du-Nord est une commune rurale située à ...
III.A.1. Importance de la mangrove        La mangrove joue le rôle dune zone tampon et régule les échanges entre le domain...
III.A.2. Évolution de la mangrove dans la Baie de lAcul        La mangrove de la Baie d’Acul na fait que se dégrader au co...
III.B. Présentation de Fort-Liberté       Fort-Liberté est une commune située à une quarantaine de kilomètres à lest du Ca...
III.B.1. Une zone de savanes sèches soumises au pâturage et à la coupe        Le positionnement de Fort-Liberté dans le no...
III.B.3. Approche de l’AFDI et de la CAFSA        Fortes de l’expérience du projet pilote de Dumas et de l’Acul du Nord, l...
III.C. Présentation de Dondon       Dondon est une commune située à une trentaine de kilomètres au sud de Cap-Haïtien cons...
III.C.1. Une zone montagneuse sensible à l’érosion       Dondon est une commune de montagne dont le relief très marqué var...
COOPACVOD                                                                                              Caféiers vieillissa...
IV. Des interventions en faveur du reboisement dHaïti        Toutes les interventions se regroupent autour dactions en fav...
V. Des reboisements associés à des projets agricoles et de formation            V.A. Restauration de la mangrove          ...
V.A.2. Projets agricoles associésAccompagnement de lapiculture         Les fleurs de mangliers sont très mellifères et don...
Comme dans tout le pays les agriculteurs nont pas daccès à des semences rustiques de maraîchage. Linstallation dun site de...
V.B. Mise en place de zones forestières, gérées pour la production                   V.B.1. Installation des forêtsPrésent...
Absence de gestion des                                                                                   Collecte de bois ...
V.B.2. Projets agricoles associésMise en place de zones de maraîchage        LAFDI/CAFSA propose dassocier aux zones de pl...
Budget                                                                                                   Budget sur 3 ans ...
Multiplication des                                                                                 intermédiaires         ...
V.C.2. Actions associées dappui aux coopératives et à la production agricoleAmélioration des conditions de travail        ...
Recensement des parcelles et mise en place dun outil cartographique        Labsence de suivi cartographique des parcelles ...
Obtention de la certification biologique et du label équitable        Les parcelles caféières de Dondon sont exploitées en...
Installation dune banque de semences     De même quà Acul-du-Nord et Fort-Liberté, lAFDI/CAFSA propose linstallation dune ...
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture

7 755 vues

Publié le

Projet de coopération entre Haïti et la région Aquitaine avec L'AFDI, CAFSA, la Chambre d'agriculture de Dordogne, la FDCUMA 24

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 755
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 412
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cooperation haiti afdi_reforestation_agriculture

  1. 1. Coopérative Agricole et Forestière Sud- Agriculteurs Français et Atlantique Développement International, Dordogne Programme 2011-2013 Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble. Partenaires financiers sollicités: CAFSA MARNDRContact: personnels en charge du programme: AFDI Dordogne: Jean-Roland LAVERGNE (06 80 02 21 98 ; jean-roland.lavergne@dordogne.chambagri.fr) CAFSA: Tancrède Neveu (06 82 81 48 75 ; Tneveu@cafsa.fr ) Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  2. 2. 2Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  3. 3. TABLE DES MATIERES IV. DES INTERVENTIONS EN FAVEUR DU REBOISEMENT DHAÏTI 27I. BILAN DES ACTIONS PASSÉES .................................................................. 7 V. DES REBOISEMENTS ASSOCIÉS À DES PROJETS AGRICOLES ET DE FORMATION............................................................................................... 28 I.A. ARRIVÉE DE L’AFDI ET DE LA CAFSA EN HAÏTI ......................................... 7 I.A.1. Contexte ............................................................................................... 7 V.A. RESTAURATION DE LA MANGROVE ........................................................... 28 I.A.2. Moyens mis en place ............................................................................ 8 V.A.1. Plantation de mangliers.................................................................... 28 I.A.3. Début de collaboration ........................................................................ 8 V.A.2. Projets agricoles associés................................................................. 29 I.B. ACTIVITÉS DÉVELOPPÉES ............................................................................. 9 V.A.3. Bilan de laxe "restauration des mangroves".................................... 30 I.B.1. Les zones ciblées.................................................................................. 9 V.B. MISE EN PLACE DE ZONES FORESTIÈRES, GÉRÉES POUR LA PRODUCTION .. 31 I.B.2. Contenu du programme triennal 2007-2010........................................ 9 V.B.1. Installation des forêts........................................................................ 31 I.C. RÉSULTATS OBTENUS 2008-2010 ............................................................... 11 V.B.2. Projets agricoles associés................................................................. 33 I.D. DÉVELOPPEMENT ET AJUSTEMENTS ENVISAGÉS ......................................... 12 V.B.3. Bilan de linstallation des forêts et de lappui à lagriculture ........... 34 V.C. RESTAURATION DU COUVERT FORESTIER DE PARCELLES SENSIBLES ÀII. PRINCIPES D’ACTIONS............................................................................. 12 LÉROSION ......................................................................................................... 34 II.A. ORGANISATIONS IMPLIQUÉES ET ÉQUIPE MISE EN PLACE .......................... 12 V.C.1. Reboisement des parcelles................................................................ 34 II.A.1. Présentation de lAfdi et de la Cafsa ................................................ 12 V.C.2. Actions associées dappui aux coopératives et à la production II.A.2. Équipe mise en place ........................................................................ 13 agricole........................................................................................................ 36 II.A.3. Partenariats...................................................................................... 13 V.C.3. Actions associées de formations et daide à linstallation................. 39 II.B. PRISE DE CONTACT ET CHOIX DES ACTIONS ............................................... 15 V.C.4. Bilan du reboisement des parcelles et des actions associées............ 40 II.C. MÉTHODES MISES EN PLACE...................................................................... 15 VI. ACCOMPAGNEMENT PAR LE SOUTIEN À LARTISANAT DART 41 II.D. PROTECTION ET RESTAURATION DE LA FORÊT .......................................... 16 II.E. OBJECTIFS ASSOCIÉS ................................................................................. 17 VI.A. CONTEXTE ET JUSTIFICATION .................................................................. 41 VI.B. ENJEUX ET ATOUTS .................................................................................. 41III. LOCALISATION DES ACTIONS ............................................................. 18 VI.C. OBJECTIFS ............................................................................................... 42 III.A. PRÉSENTATION DE LACUL ...................................................................... 18 VI.D. BUDGETS ................................................................................................. 44 III.A.1. Importance de la mangrove............................................................. 19 VII. RÉCAPITULATIF DU PROGRAMME................................................... 46 III.A.2. Évolution de la mangrove dans la Baie de lAcul............................ 20 III.A.3. Approche de lAFDI et de la CAFSA............................................... 20 VII.A. BUDGETS ET FINANCEURS SOLLICITÉS ................................................... 46 III.B. PRÉSENTATION DE FORT-LIBERTÉ ........................................................... 21 VII.B. CADRE LOGIQUE ..................................................................................... 48 III.B.1. Une zone de savanes sèches soumises au pâturage et à la coupe ... 22 VIII. OBJECTIFS À LONG TERME............................................................... 52 III.B.2. La présence d’une mangrove en voie de dégradation dans la baie de Fort-Liberté ................................................................................................. 22 VIII.A. UNE FILIÈRE BOIS-ÉNERGIE STRUCTURÉE ET RENTABLE ....................... 52 III.B.3. Approche de l’AFDI et de la CAFSA .............................................. 23 VIII.B. UNE PROTECTION DES BASSINS VERSANT GRÂCE À UNE PRODUCTION III.C. PRÉSENTATION DE DONDON .................................................................... 24 CAFÉIÈRE GÉNÉRATRICE DE REVENUS ............................................................... 53 III.C.1. Une zone montagneuse sensible à l’érosion ................................... 25 VIII.C. DES MANGROVES RESTAURÉES PARTICIPANT À L’ÉCONOMIE LOCALE .. 53 III.C.2. Une zone de production de café menacée. ...................................... 25 III.C.3. Approche de l’AFDI et de la CAFSA .............................................. 26 3 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  4. 4. TABLE DES SIGLES:AFDI: Agriculteurs Français Développement InternationalCAFSA: Coopérative Agricole et Forestière Sud -AtlantiqueSIG: Système dInformation GéographiquesGPS: Global Positioning SystemCOOPACVOD: Coopérative Agricole et Caféière Vincent Ogé de DondonCACGAVA: Coopérative Agricole et Caféière Gabart le VaillantKKKLD: Kooperativ Kafe Kapwa LamóCNIGS: Centre National de lInformation Géo-SpatialeEMAD: Ecole Moyenne dAgriculture de DondonGCES: Gestion Conservatoire des Eaux et des SolsMARNDR: Ministère de lAgriculture et des Ressources Naturelles et du Développement RuralDEFI: Développement Economique des Filières rurales 4Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  5. 5. Faut-il se limiter aux chiffres fournis sur le classement par ordre de richesse ou de pauvreté des pays ? Faut-il se limiter auximages et aux statistiques offertes par les médias ? Faut-il continuer à véhiculer une image fixe contraire à la réalité ? Si ce sont les choixque l’on fait, alors Haïti n’aurait pas de grande chance d’être vu comme un pays ayant de multiples ressources et pouvant peu à peu serestructurer, offrir à ses habitants des conditions de vie meilleures, intéresser les investisseurs. Mais déjà dans cette dernière formulation une erreur s’est glissée. Ce n’est pas Haïti qui peut « se restructurer », « offrir » et« intéresser », mais bel et bien ses habitants, ses paysans. Ce sont eux qui peuvent être acteurs du changement de leurs conditions de vie.Cette possibilité n’est cependant pas à l’ordre du jour pour la plupart, l’urgence journalière ou saisonnière de l’alimentation, del’éducation des enfants, de la santé, étant bien souvent prioritaire. C’est pour cela que le Conseil Régional d’Aquitaine, avec l’appui de l’AFDI 24 et de la CAFSA, souhaite accompagner des projetsde reforestation et de réhabilitation des milieux en tenant compte du contexte socio-économique Haïtien, des ressources existantes et enstructurant les filières concernées. Ces projets seront appelés à gagner leur indépendance et vivre des produits générés sans aideinternationale. C’est dans cette vision que l’AFDI et la CAFSA, soutenues par le Conseil Régional d’Aquitaine, ont agi par le passé et souhaitentcontinuer à agir. Elles travaillent à lutter contre la déforestation et à reboiser dans un cadre de gestion raisonnée de l’environnement etde rentabilité des activités agricoles associées. Elles apportent les bases nécessaires au lancement des activités, tant du point de vuematériel que de l’appui technique, elles accompagnent ces activités pendant un moment, pour que celles-ci deviennent au fur et à mesureautonomes. 5 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  6. 6. 6Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  7. 7. I. Bilan des actions passées I.A. Arrivée de l’AFDI et de la CAFSA en Haïti I.A.1. Contexte Le Conseil Régional d’Aquitaine dans le cadre de lacoopération décentralisée avec les Départements du Nord et du Coopération décentralisée Région AquitaineNord-Est de Haïti a souhaite orienter ses actions dans la prévention Depuis 1998: lAFDI 2002 : premièredes risques et la lutte contre la Déforestation et l’érosion développe des activités dans venue de la CAFSAsubséquente. Elle s’appuie sur des acteurs aquitains pour ces les domaines agricoles en Haïtimissions d’aide et d’appui à l’international. Depuis 1998, lAFDI développe des activités en Haïti Prise de contact(structuration des chambres dagriculture, installation dun magasincoopératif de produits agricoles, appui à lartisanat entre autre). Vie locale Contexte haïtien La première venue de la CAFSA à Haïti s’effectue en 2002avec une mission française visant à étudier les possibilités de miseen place d’une filière bois-énergie structurée et s’appuyant sur desforêts restaurées, gérées et renouvelées. Suite à cette prise de contact -Recherche de partenariats - Agriculteurs bénéficiairesavec le contexte haïtien et la réalité de la vie des populations locales -Action dans le tempsla coopérative décide avec l’AFDI de construire des partenariats -Indépendance progressive sur des bases construites enavec des acteurs locaux et d’appuyer des projets touchant communprincipalement les populations locales vivant d’agriculture ou de AFDI/CAFSA appuis financier et techniquepêche et trouvant un complément de revenus dans la carbonisation Région Aquitaine vision territoriale du développementdu bois. La volonté n’est pas d’apporter une aide ponctuelle, mais des’inscrire dans la durée et de rendre peu à peu les acteurs locaux Des projets structurés et structurantstotalement indépendants sur des bases construites en commun.LAFDI et la CAFSA se situent en tant que coopérateurs du ConseilRégional d’Aquitaine pour offrir un appui à la fois financier ettechnique et mettre en place des projets structurés et structurants. 7 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  8. 8. I.A.2. Moyens mis en place 1 ou 2 permanents Les moyens mis en place par l’AFDI et la CAFSA, dans le 2 experts françaiscadre de la Coopération décentralisée, pour la réalisation des projets (forêt, agriculture)consistent en : Une équipe de - 2 experts français suivant de manière continue les projets. spécialistes en SIGCeux-ci effectuent régulièrement des missions en Haïti (2 à 3 foispar an), notamment lors des périodes d’activités plus intenses, Des stagiaires - 1 ou 2 permanents effectuant des visites régulières desprojets, et en contact étroit avec les personnes engagées dans ceux- Missions Formationsci, - Une équipe de spécialistes en systèmes d’information Contact étroitgéographique (SIG) basée en France et effectuant ponctuellementdes missions en Haïti, notamment pour des cycles de formation. I.A.3. Début de collaboration CNIGS L’AFDI et la CAFSA travaillent en étroite collaboration …avec des opérateurs haïtiens qu’ils ont identifié pour leur aptitude à AFDI Villagemener à bien les projets. Un partenariat avec le CNIGS a eu lieu, qui EMAD planète CAFSAavait pour objectif l’échange de connaissances. Malheureusement ___________________________________l’équipe du CNIGS a presque totalement disparu lors du 12 janvier Région2010, interrompant momentanément cette collaboration. Aquitaine Elus Les autres opérateurs ayant jusqu’à présent des liens étroits DDA locauxavec l’AFDI et la CAFSA sont principalement: - l’école moyenne d’agriculture de Dondon (EMAD), - l’organisation non gouvernementale Village Planète, COOPACVOD - la coopérative agricole caféière Vincent Ogé de Dondon(COOPACVOD). 8 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  9. 9. Fort- I.B. Activités développées Liberté Acul-du- I.B.1. Les zones ciblées Nord Jusqu’à présent l’AFDI et la CAFSA ont principalement étéprésentes sur les communes de Dondon, de Fort-Liberté de l’Acul- Dondondu-Nord, trois communes situées dans les départements Nord etNord d’Est d’Haïti. Ces différentes zones sont présentées plus endétails dans la partie III. I.B.2. Contenu du programme triennal 2007- 2010 Trois thématiques ont été mises en avant lors de la période2007-2010 liées à la thématique générale de l’arrêt de ladéforestation : - Protéger et réhabiliter les mangroves essentielles pour laprotection du littoral et des ressources agricoles associées (terresfertiles des plaines côtières en particulier), - Maintenir une production caféière sur les mornes pour garder Ressources naturellesune couverture arborée et protéger les bassins versants associés del’érosion. Cette production est en partie orientée vers l’exportation,certaines parcelles de cultures sont fortement endommagées (couvert Protection Bois-énergiearboré très faible, forte érosion et dégâts de scolytes importants) et Productionpeu suivies. Mangroves - Développer une production de bois-énergie grâce à la mise en Productionplace de forêts spécialisées (et donc gérées, afin de produire sans caféièredétruire), Fertilité En filigrane de ces activités se retrouve le souci de la lutte des sols Gestioncontre l’érosion, et de la gestion conservatrice des eaux et des sols raisonnée(GCES). 9 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  10. 10. Tous ces points associent des thématiques économiques, (rôle de filtre de sédiments) et donc la qualité du milieu de vie dessociales et environnementales. En effet, la restauration d’un couvert espèces maritimes (poissons, coquillages, huîtres).arboré de qualité pour les cultures caféières permet d’obtenir une La mise en place d’espaces destinés à la production de bois-meilleure production et favorise la protection des versants soumis à énergie permet de diminuer la pression de coupe d’arbres sur desl’érosion. espaces sensibles (versant de montagnes). La reconstitution des mangroves favorisent les cultures à La GCES permet le maintient de la fertilité des sols et doncproximité (protection contre le vent, contre l’entrée d’eau salée, est profitable pour toute production utilisant la terre comme support.contre l’érosion maritime), augmente la qualité des eaux côtières Les activités développées sur ces trois thématiques sont présentées dans le tableau suivant : - formation technique - formation sur la structuration d’un groupement de gestion Forêt de production de bois énergie - mise en place d’une pépinière - mise en place d’un projet-pilote de plantation d’une forêt de 20 hectares - remise en état dune pépinière de mangliers Mangroves - production et plantation de mangliers - campagne de sensibilisation sur les rôles des mangroves - enquêtes sur les parcelles de café (type de café, % de couvert forestier, espèces fruitières présentes, niveau de scolyte,…) Agroforesterie (Culture - cartographie des données caféière) - reboisement de parcelles en essences de couvert - lutte contre le scolyte des cerises du café - Aide à lobtention de la certification bio-équitable GCES - mise en place dune forêt communale à visée pédagogique 10 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  11. 11. I.C. Résultats obtenus 2008-2010 - 4 pépiniéristes sont formés. - 12 personnes se regroupent pour former le comité de gestion qui Forêt de représente les 70 usagers de la zoneproduction de - une pépinière dune capacité de 45 000 plants est mise en place. bois énergie - le terrain clôturé sur 30 ha est planté sur une superficie de 10 ha. - un test de différentes essences forestières est initié - la pépinière est en état de produire 10 000 plants en production de base chaque année. - un diagnostique de létat de la mangrove est réalisé sur lensemble Mangroves du littoral ouest de la baie de lAcul. - 3 km linéaire de côte sont replantés et entretenus - 12 écoles ont bénéficié dune rencontre de sensibilisation. - 2 techniciens sont formés aux enquêtes et aux relevés GPS. - plus de 1 000 parcelles sont visitées. - des atlas sont créés avec de nombreuses thématiques disponiblesAgroforesterie permettant le suivi de létat des parcelles. (culture - 4 000 arbres du couvert forestier sont plantés sur 54 parcelles. caféière) - 1 550 pièges à scolytes sont placés (financés par le SCAC – ambassade de France). - la certification biologique est obtenue par la COOPACVOD - 6 ha sont plantés en arbres forestiers et fruitiers et protégés par une clôture (forêt communale Leblan) GCES - l’évolution de 2 ravines est enrayée par l’installation de gabions. - une pépinière communale est créée à lEMAD et produit 10 000 plants subventionnés 11 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  12. 12. I.D. Développement et ajustements envisagés 2008-2010 a été une période d’identification des zones et des acteurs et de mise en place de projets pilote. Au bout de ces 3 ans, l’AFDI-CAFSA, soutenue par la Région Aquitaine peut maintenant prendre en compte les particularités du contexte rural haïtien pour la mise en place denouveaux projets sur les mêmes thématiques en élargissant les partenaires et les zones d’action. Les principaux éléments retenus qui ont été intégrés dans le programme 2011-2013 sont : - la nécessité d’accompagner les projets à long terme par des actions d’accompagnement afin de répondre rapidement aux besoins desubsistance de la population, - l’importance de la présence d’agronomes haïtiens qualifiés et reconnus par la population dans les projets Au terme de ces trois ans de coopération, l’AFDI et la CAFSA ont pu conforter et préciser les méthodes et objectifs qui structurentleurs actions. II. Principes d’actions L’AFDI et la CAFSA travaillent actuellement sur les 3 zones géographiques des communes de l’Acul-du-Nord, de Fort-Liberté et deDondon. Celles-ci sont présentées dans la partie suivante (III). Ces zones sont bien distinctes et ont chacune leurs particularités. Tout en tenantcompte de cette diversité, les approches mises en place dans chacune de ces zones se basent sur des principes similaires. II.A. Organisations impliquées et équipe mise en place II.A.1. Présentation de lAfdi et de la Cafsa LAFDI (Agriculteurs Français et Développement International) est une association de solidarité internationale. Plus de 6 000 militantsissus du monde agricole (agriculteurs ou techniciens) sinvestissent dans des projets de développement afin de permettre aux paysans de pays duSud de prendre leur développement en main en sappuyant sur la solidarité locale et en utilisant leur potentiel endogène. Depuis plus de 30 ans, lemouvement Afdi accompagne le développement rural dans 17 pays du sud. L’AFDI Dordogne travaille depuis plus de 10 ans en Haïti. Elle travaille sur de nombreux projets dans le domaine de la protection del’environnement, le reboisement, la valorisation des richesses naturelles et culturelles ainsi que dans la formation et le renforcement des capacitéshumaines. Son expertise peut se résumer ainsi : - Soutien aux exploitations familiales et aux organisations paysannes - Sensibilisation du milieu agricole français aux problématiques du développement agricole des pays du Sud. 12 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  13. 13. - Mise en place de coopération technique - Développement de filières agricoles - Formation - Constitution et maillage de réseaux - Accompagnement dans la définition de stratégies de développement La CAFSA (Coopérative Agricole et Forestière du Sud-Atlantique) est spécialisée dans la gestion forestière des propriétés forestièresdu sud-ouest de la France, de la mise en place des peuplements à leur exploitation et fait appel à une de ses filiales –S-Digit- pour lensemble desopérations de suivi cartographique assurant le suivi des projets. En France la CAFSA reboise 12 000 ha/an et exploite plus de 1,5 millions detonnes/an. Elle a cartographié 500 000 ha de propriétés et possède une pépinière produisant 15 millions de plants/an. La coopérative compte 30000 adhérents. II.A.2. Équipe mise en place Ces deux organismes ont décidé de mettre en commun leurs expertises afin de continuer à agir avec les paysans haïtiens. Léquipe mise enplace se compose de: - 2 experts et coordonnateurs : Jean-Roland Lavergne, Chambre dAgriculture de Dordogne et Henry Chaperon, directeur général de la CAFSA, appuyés par Tancrède Neveu ingénieur forestier de la CAFSA. Ces 3 personnes sont basées en France et effectuent des missions en Haïti, - 1 chargé de mission, salarié de lAFDI, basé en Haïti dans les bureaux de lAlliance Française au Cap-Haïtien soccupant de lencadrement, accompagnement et suivi des opérations, - 1 assistant-secrétaire, basé dans les bureaux de lAF. II.A.3. Partenariats Le choix de travailler avec une équipe réduite du côté français correspond à une volonté de sappuyer sur des partenaires haïtiens. Cespartenaires sont connus et ont déjà travaillés avec lAFDI et la CAFSA aux cours des dernières années. Il sagit principalement de: - lEMAD – Ecole Moyenne dAgriculture de Dondon - lONG Village Planète – organisation, à but non lucratif, apolitique qui a choisi de mener des activités sur l’environnement, l’éducation et la protection de la dignité humaine, en fonction des besoins manifestés. C’est une organisation officiellement reconnue par l’état haïtien. Village Planète travaille avec lAFDI/CAFSA depuis maintenant 10 ans. 13 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  14. 14. - la COOPACVOD – Coopérative caféière Vincent Ogé de Dondon qui possède 450 adhérents. - le CNIGS – Centre National dInformation Géo-Spatiales- institution publique dépendant du ministère de la planification et chargé de linformation spatiale en Haïti pour une plus grande cohérence dans le domaine À cet ancien partenariat sajoutent pour le programme 2011-2013: - la CACGAVA – Coopérative agricole et caféière Gabart le Vaillant, - la KKKLD – Kooperativ Kafe Kapwa Lamó de Dondon. Ces partenariats offrent une meilleure garantie à la pérennité des projets : Ils visent à former et structurer des acteurs Haïtiens reconnuspour leur compétence et leur implication.. La prise en charge de la maitrise dœuvre des projets par certains partenaires se traduit par desdécisions opérationnelles en accord avec la réalité de terrain et prenant en compte l’ensemble du contexte ( qui reste difficile à appréhender pourléquipe française). En parallèle de ces partenariats orientés vers la mise en œuvre sajoutent des collaborations plus institutionnelles incluant:- le MARDNR: : Ministère de lAgriculture et des Ressources Naturelles et du Développement Rural,- Les DDA (directions départementales de lagriculture) du Nord et du NordEsr- Les BACs (bureaux de lagriculture communaux) des différentes zones,- La FAMV (faculté dagronomie et de médecine vétérinaire) de Damien- LAmbassade de France,- LAlliance Française. Ces collaborations permettent de réfléchir et dorienter le contenu des projets, et offrent de plus des ressources précieuses. 14 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  15. 15. II.B. Prise de contact et choix des actions Quelque soit la zone dans laquelle l’AFDI et la CAFSAprojettent d’intervenir, une première approche a lieu et se déroule dela façon suivante : - première prise de contact avec les acteurs locaux, - analyse de la zone, de ses caractéristiques, - listing des besoins exprimés, - sélection des domaines dans lesquels l’AFDI et la CAFSAont des compétences leur permettant de mettre en place des actions. Cette approche permet la réalisation des projets en accord avec la réalité de la zone, tant du point de vue de ses caractéristiquesgéographiques que du contexte socio-économique et des demandes des acteurs. Listing des besoins Mise en place de projets en accords Prise de contact exprimés avec la réalité géographique et Analyse des caractéristiques Sélection des domaines dans socio-économique de la zone lesquels l’AFDI/CAFSA de la zone possède des compétences II.C. Méthodes mises en place Les méthodes mise en place pour le déroulement des différents projets sont homogènes sur l’ensemble des zones, mais adaptées à chaquecas. Les principes sur lesquels se basent ces méthodes sont : - le travail en collaboration avec les acteurs locaux, - l’appui à la structuration de groupements et/ou à leur renforcement, - la formation de certains acteurs dans des domaines techniques (pépiniéristes sur les 3 zones, enquêteurs agricoles (+ utilisation de GPS), - la mise en place de structures dimensionnées à la demande et aux besoins locaux, ainsi qu’aux possibilités existantes. 15 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  16. 16. II.D. Protection et restauration de la forêt En Haïti, la forêt est sujette à de fortes sollicitations et ne peut y répondre sans se dégrader. Cette dégradation entraîne une diminutiondes capacités à produire de la terre et de la mer, et l’instauration d’un cercle vicieux. Le besoin de bois-énergie et de surfaces agricoles entraînele déboisement. Ce déboisement entraîne une érosion accrue et une perte de fertilité des sols qui ne peuvent plus produire suffisamment. Denouvelles surfaces sont déboisées. Le même type de schéma s’installe concernant le domaine maritime. Il faut donc absolument protéger les ressources naturelles. Mais protéger ne veut pas forcément dire isoler et mettre sous cloche. Protégercela peut aussi être gérer, intensifier la production des zones favorables, favoriser la production de ressources naturelles tout en utilisant celles-ci. La protection de la Forêt et de l’environnement est perçue, par l’AFDI et la CAFSA, dans un cadre global qui doit prendre en compte lecontexte socio-économique. Ainsi le renforcement du couvert arboré améliore l’économie de la filière caféière tout en protégeant les sols contre l’érosion, l’appui à lafilière bois-énergie via la plantation de forêts énergétiques entraînera à terme une diminution de la pression de coupe sur les zones arboréessensibles à l’érosion. La restauration et préservation des mangroves auront pour conséquences lamélioration de la pêche et des productionsagricoles à proximité. Espace nécessaire pour Prélèvements les cultures extensives raisonnés Gestion des Besoins espaces Perte de fertilité d’urgence Sollicitation des sols importante de l’environnement Diminution des Coupe de bois capacités à produire sur des versants. de l’environnement Mise en culture Dégradation Augmentation des annuelle. rendements. Optimisation de l’utilisation des Erosion, Protection espaces glissement de Aménagement terrain 16 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  17. 17. II.E. Objectifs associés Les objectifs de protection et réhabilitation de la forêt doivent en outre : - Répondre à des besoins locaux exprimés, - Stabiliser l’économie des zones (filière café, agriculture en arrière mangrove, production raisonnée de charbon de bois), - Augmenter les rendements des différentes filières, afin de les rendre attrayantes et rentables, - Rendre peu à peu les différents acteurs autonomes, - Mettre en place un suivi sur le long terme (permettant des ajustements progressifs, les appuis techniques nécessaires, un transfert deconnaissances et de technologies conséquent (gestion raisonnée des espaces, utilisation des GPS, et des SIG)) - Rechercher l’adéquation entre les productions et les demandes du marché local et/ou international. Formation dans des domaines Des objectifs communs se déclinant en objectifs secondaires Travail en techniques Appui à la Besoins locaux exprimés Adéquation entre les productions et collaboration avec les structuration de en partie satisfaits les demandes du marché local et/ou acteurs locaux groupements international. Économie des zones Structures dimensionnées stabilisées Rendements des à la demande, aux besoins différentes filières et aux possibilités Des acteurs finalement Suivi sur le long terme indépendants. ( ajustements progressifs, transferts de Des principes à la base des méthodes mises en place connaissances et de technologies conséquent) Jusqu’à aujourd’hui, l’AFDI et la CAFSA ont donc été présentes sur 3 communes du nord d’Haïti. La volonté actuelle est de ne pastrop se disperser géographiquement, mais plutôt de renforcer et de développer les actions sur ces 3 zones. L’objectif est de faire fructifier lesconnaissances acquises des acteurs et du terrain afin de s’implanter durablement. Par la suite un élargissement géographique sera àréfléchir. Les 3 communes concernées sont l’Acul-du-Nord, Fort-Liberté et Dondon. 17 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  18. 18. III. Localisation des actions III.A. Présentation de lAcul L’Acul-du-Nord est une commune rurale située à 30 km à louest du Cap-Haïtien. Sa population s’élève à 44 005 habitants dont 85%habite en zone rurale. La densité de la population est de 236 habitants/km². Les principales productions agricoles de la zone sont le cacao, lemanioc, la canne à sucre, la patate douce, le riz et le maïs. Une des particularités de cette commune est la présence dune frange littorale dans sa partie nord, avec notamment la Baie de lAcul quisenfonce dans les terres. La Baie de lAcul, entourée de zones agricoles, est un site propice pour la mangrove. Les sections communales deCamp-Louise et de Bas de l’Acul, qui sont celles visées plus spécifiquement par le programme de l’AFDI et de la CAFSA regroupent à ellesdeux 22 457 habitants. 44 005 habitants Présence de 85% en zone rurale mangroves Productions agricoles: cacao, manioc, canne à sucre, patate douce, riz, maïs. 18 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  19. 19. III.A.1. Importance de la mangrove La mangrove joue le rôle dune zone tampon et régule les échanges entre le domaine maritime et le domaine terrestre. Elle limite lérosionmaritime due à la houle et donc le recul des terres, elle filtre les sédiments qui se redéposent avant datteindre la mer. La mangrove est lhabitat denombreuses espèces de poissons, de crustacés, de mollusques et doiseaux. Dimportance écologique, la mangrove a aussi une importance économique non négligeable. Elle empêche les eaux salées et les embrunsdenvahir et de brûler les cultures situées en amont, elle participe au renouvellement des stocks de poissons dont les alevins se développent àlabri des racines, elle offre une protection importante du domaine terrestre contre les vents violents venant de la mer. Habitat de nombreuses espèces Erosion maritime Terre Renouvellement des stocks de poissons Entrée d’eaux salées sur les Rôle de zone tampon entre terre et mer terres MANGROVE Fleurs mellifères production de miel Vents marins violents dans les cultures, les habitations Mer Envasement des eaux côtières Importance écologique et économique de la mangrove 19 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  20. 20. III.A.2. Évolution de la mangrove dans la Baie de lAcul La mangrove de la Baie d’Acul na fait que se dégrader au cours des 20 dernières années. Une partie de la population y effectue desprélèvements importants afin de se procurer un revenu via la fabrication de charbon, la vente de perches pour la construction. Soumise à cetteforte pression de coupe, la mangrove voit sa densité, sa largeur et sa hauteur diminuer, et cest sa disparition qui est actuellement en jeu. Mangrove Prélèvements de bois-énergie Mangrove actuelle il y a 20 ans (hauteur, épaisseur, Prélèvement de perches pour la construction densité faibles) en voie de disparition III.A.3. Approche de lAFDI et de la CAFSA En accord avec les recommandations du MARNDR, LAFDI-CAFSA a la volonté de lutter contre cette dégradation afin de restaurer lesservices de la mangrove. Lapproche envisagée est triple et composée : Dun volet de restauration de la mangrove via la plantation, visant à aider la dynamique naturelle de régénération de la mangrove D’un volet de gestion raisonnée de la Mangrove lorsque celle-ci n’est pas encore dégradée Et dun volet dappui à la production agricole dans la zone darrière mangrove (lutte contre les ravageurs des cultures, renforcement de lafilière apicole, appui au maraîchage) visant à diminuer la pression anthropique sur la mangrove déjà en place. La valorisation des zones darrièremangrove, laugmentation de leur productivité agricole renforcera limportance du rôle protecteur de la mangrove et devrait mener à unepréservation de celle-ci par les agriculteurs, avec l’appui des autorités locales. Dynamique de régénération Restauration via la relancée. plantation Valorisation des zones en Sensibilisation et arrière de la mangrove et discussion renforcement de l’intérêt Mangrove Mangrove actuelle économique de la présence dans 20 ans? Appui aux productions de celle-ci. agricoles dans la zone Diminution de la pression d’arrière mangrove de coupe et protection par les acteurs locaux. 20 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  21. 21. III.B. Présentation de Fort-Liberté Fort-Liberté est une commune située à une quarantaine de kilomètres à lest du Cap-Haïtien constituée de 4 sections communales qui sontrespectivement Dumas, Bayaha, Loiseau, Haut-Madeleine . Sa population totale s’élève à 27 841 habitants dont 37 % habitent en zone rurale. Ladensité de la population est de 116 habitants/km². L’occupation du sol se répartit en quatre grands espaces : Les systèmes de cultures annuelles (petit parcellaire sur zones d’alluvions irriguées par les rivières permanentes). Les principalesproductions agricoles de la zone sont le riz, le maïs, les arachides (pistaches), le manioc, les haricots, les bananes, la canne à sucre, l’igname etles avocats. Les systèmes agro-forestiers (petit parcellaire lié aux habitations sur zones d’alluvions), Les espaces sylvo-pastoraux (vastes parcelles en pâturage libre couvertes de forêt xérophile rabougrie, sols mince sur calcaire récifaux), Les mangroves (Est de la baie de Caracole, baie de Fort-Liberté et Lagon aux Bœufs) Les deux derniers espaces situés en grande partie sur la littoral constituent un environnement original et menacé de surexploitation. 27 841 habitants 37% en zone rurale Productions agricoles: riz, maïs, arachides (pistaches), manioc, haricots, bananes, canne à sucre, igname et 4 grands types d’espace: avocats - cultures annuelles - systèmes agro-forestiers - systèmes sylvopastoraux Deux espaces menacés de surexploitation - mangroves 21 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  22. 22. III.B.1. Une zone de savanes sèches soumises au pâturage et à la coupe Le positionnement de Fort-Liberté dans le nord est d’Haïti place cette commune dans une zone de contexte climatique sec. Une grandepartie des terres de la commune est couverte de savanes sèches. Ces savanes sèches font l’objet d’un pâturage libre avec une forte pression de coupe des arbres présents pour la production de charbon debois. Ces pressions dorigine anthropique empêchent les arbres, adaptés à ces conditions climatiques dures, datteindre des dimensionsimportantes et leur hauteur reste la plupart du temps inférieure à 3 m. Le pâturage et les coupes se font de manière désorganisée, ce qui limite lerenouvellement des ressources boisées. Contexte Récolte permanente de climatique sec bois énergie Élevage libre et destruction des jeunes Savanes sèches pousses Renouvellement des ressources boisées limité. Dégradation progressive III.B.2. La présence d’une mangrove en voie de dégradation dans la baie de Fort-Liberté Une des particularités de la commune de Fort Liberté est la présence dune partie de littoral dans sa partie nord, avec la baie de Fort-Liberté qui senfonce dans les terres. Cette baie est un site propice pour la mangrove. Cependant celle-ci se dégrade au fil du temps, suite à desprélèvements importants de bois de feu. 22 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  23. 23. III.B.3. Approche de l’AFDI et de la CAFSA Fortes de l’expérience du projet pilote de Dumas et de l’Acul du Nord, l’AFDI et la CAFSA souhaitent promouvoir des projets dedéveloppement sur ces deux derniers espaces surexploités (espaces sylvo-pastoraux et mangrove en prédation), où survit une population pauvreet isolée (pas ou peu d’agriculture vivrière). Les communautés plus particulièrement ciblées sont Caracol, Paulette, Phaëton, Dérac, Meillac, enoptant pour les axes suivants : - Le renouvellement et la gestion des ressources boisées via la mise en place de forêts énergétiques, et la structuration d’une filièrecharbon durable, - Le soutien associé à l’agriculture en milieu aride, avec l’installation de parcelles de maraîchage irriguées, le développement de nouvellestechniques d’élevage (sylvo-pastoralisme, cultures fourragères…) et le développement de l’apiculture (miel de campèche et de palétuvier), - La restauration et le maintien de milieux sensibles tels que la mangrove à l’aide d’actions directes (plantations) et indirectes (diminutionde la pression sur ces écosystèmes via l’augmentation de la rentabilité d’autres sites). Mangroves: Savanes sèches: Forte dégradation Prélèvement anarchique Coupe de bois fréquente de bois de feu Élevage libre. Plantation Installation de forêts gérées Sensibilisation et discussion Développement de nouvelles Appui aux productions agricoles techniques d’élevage Mangroves restaurées Appui aux productions agricoles Mangroves productives (directement: miel Zones destinées à la indirectement: stocks de production de bois énergie. poissons, cultures) Productions diversifiées Gestion raisonnée Filières structurées de la Mangrove 23 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  24. 24. III.C. Présentation de Dondon Dondon est une commune située à une trentaine de kilomètres au sud de Cap-Haïtien constituée de 5 sections communales qui sontrespectivement Brostage, Bassin Caïman, Matador, Laguille et Haut du Trou. Sa population totale est de 27 322 habitants dont 80 % habitent en zone rurale. La densité de population est de 227 habitants/km². Lesprincipales productions agricoles de la zone sont le café, le cacao, le maïs, les pois, la banane, les agrumes, l’igname, les avocats, le malanga etles mangues. Productions agricoles : café, cacao, maïs, pois, banane, agrumes, igname, avocats, malanga et mangues. 27 322 habitants 80% en zone rurale Commune située dans une zone de relief accidenté (de 400 à 900 m d’altitude) 24 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  25. 25. III.C.1. Une zone montagneuse sensible à l’érosion Dondon est une commune de montagne dont le relief très marqué varie entre 400 et 900m d’altitude. Des zones situées en pente très fortessont rendues sensibles à l’érosion par l’installation de cultures annuelles ayant un faible pouvoir de couverture du sol. Le défrichement s’étendpeu à peu à des terrains de plus en plus raides, ce qui a pour résultat la perte de fertilité des sols, un ruissellement des eaux de surface accru et desrisques de glissement de terrain importants. Baisse du couvert Erosion Risques forestier (coupe et effective et Pentes fortes d’érosion élevés installation de cultures importante annuelles) Perte de fertilité des sols. Besoin de nouvelles Baisse de la productivité terres productives des cultures Glissements de terrain III.C.2. Une zone de production de café menacée. La caféiculture existe à Dondon depuis 1 siècle. La commune recense plus de 10 000 caféiculteurs dont une partie est regroupée àl’intérieur de 3 coopératives. Cependant les caféiers sont souvent dépérissants car la couverture arborée qui les recouvre diminue ce qui affectela production. Diminution des quantités, de la qualité et instabilité des récoltes impactent fortement les chances de maintien de ce système agro-forestier. Un ravageur important, le scolyte du café (Hypotenemus hampei), est très présent dans la zone et peut entraîner la perte totale desrécoltes. 25 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  26. 26. COOPACVOD Caféiers vieillissants Couvert forestier en diminution Présence du scolyte du café KKKLD CACGAVA Plus de 10 000 Baisse de la quantité, de la producteurs de café qualité, de la stabilité de la coopérative production III.C.3. Approche de l’AFDI et de la CAFSA Via la collaboration avec les coopératives de café et avec une Ecole Moyenne d’Agriculture l’AFDI et la CAFSA visent à intervenir dansles domaines suivants : - Renouvellement des arbres du couvert et des caféiers, - Développement des zones de culture - Lutte contre le scolyte du café, - Formation et appui des agriculteurs, - Amélioration de la qualité de vie des caféiculteurs, - Certification bio-équitable de la filière café. Ces actions seront effectuées en parallèle de la composante 2 (protection zoo et phytosanitaire) du programme DEFI (développement desfilières économiques locales). Actions envisagées : En partenariat avec : - renouvellement des caféiers et des arbres du couvert, - les coopératives caféières - lutte contre le scolyte du café, - l’EMAD - formation et appui des agriculteurs, - le programme DEFI (développement des filières - amélioration de la qualité de vie des caféiculteurs, économiques locales) - certification bio-équitable de la filière café. 26 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  27. 27. IV. Des interventions en faveur du reboisement dHaïti Toutes les interventions se regroupent autour dactions en faveur du reboisement dHaïti et lapproche de lAFDI/CAFSA prend en compteles potentialités forestières des différentes zones. Cependant, et les 3 premières années de projets pilotes lont confirmé, il est inconcevable de nepas associer de projets plus agricoles aux différents projets de reboisement. Les différentes actions daccompagnement agricoles sadaptent selonles caractéristiques des zones et des partenaires ou institution présentes. Cette approche doit permettre une implication forte de la population dans lensemble des projets forestiers qui forment avec les projetsagricoles un ensemble cohérent. Chaque projet est accompagné des formations nécessaires à leur mise en œuvre (des pépiniéristes aux apiculteurs). Lutte contre le scolyte du caféier Accompagnement Formation pour des coopératives les agriculteurs et caféières. Reboisement de parcelles les jeunes fortement sensibles à l’érosion Installation d’apiculture Installation de zones Sites de multiplication de semences forestières, gérées Restauration des mangroves pour la production et de leurs services Zone de Lutte contre le charançon de maraichage la patate douce Restauration d’un couvert forestier en Haïti 27 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  28. 28. V. Des reboisements associés à des projets agricoles et de formation V.A. Restauration de la mangrove V.A.1. Plantation de mangliersPrésentation du contexte Comme nous l’avons vu au § III.A.1, la mangrove est un écosystème particulier situé entre mer et terre. Cette position lui confère desservices de zone tampon ne pouvant pas être fournis par un autre écosystème. Cependant pour que la mangrove puisse fournir ces avantages, elle doit être en bon état. Or de nombreuses mangroves en Haïti sontdégradées ou en voie de dégradation, ce qui est notamment le cas dans la Baie de l’Acul et dans la Baie de Fort-Liberté.Actions envisagées L’AFDI et la CAFSA ont la volonté de continuer à lutter contre la dégradation de la mangrove via des actions de plantation et desensibilisation de la population. Cette action doit être envisagée dans un cadre global : on ne peut dissocier la protection de la Mangrove sans unappui aux productions agricoles situées à proximité. Les actions envisagées sont donc : - L’installation d’une pépinière de manglier à Dérac, localité de Fort-Liberté, - La production et la mise en place de 10 000 plants de mangliers rouges dans la baie de Fort-Liberté et de 10 000 autres plants dans la Baiede l’Acul chaque année,Budgets Budget sur 3 ans (en €) 1. Installation dune pépinière à Dérac 9 000 2. Production et mise en place de 20 000 plants 138 000 de mangliers rouges par an TOTAL 147 000 28 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  29. 29. V.A.2. Projets agricoles associésAccompagnement de lapiculture Les fleurs de mangliers sont très mellifères et donc propices à leurs expériences. Chaque année 10 apiculteurs seront ainsi formés àlinstallation dune apiculture profitable. Malgré son importance lAcul-du-Nord.antérieure, lapiculture est actuellement en régression en Haïti. Lestechniques de récoltes sauvage ou délevage dans des tambours sontles plus courantes et ne permettent pas linstallation dapiculteursspécialisés. Linstallation de cette activité à proximité des mangrovesrenforcera son maintien. Pour ce faire, lAFDI/CAFSA va proposer, en partenariatavec Village Planète des cycles de formation sur lapiculture, à lissudesquelles le matériel nécessaire à leur installation seront mis àdisposition des bénéficiaires. Ces apiculteurs bénéficieront de plusdun suivi et de journées de rencontres leurs permettant déchangerLutte contre le charançon Certaines zones darrière-mangrove sont propices à la culture des patates douces. Cependant un ravageur de ce tubercule entraînefréquemment de fortes pertes. Lappui à la lutte contre le charançon de la patate douce renforcera également le maintien des mangroves quiprotègeront une culture devenue plus profitable. LAFDI/CAFSA propose donc, en partenariat avec Village Planète, des formations théoriques et pratiques sur la lutte contre le charançon,accompagnées de lapplication de la lutte avec le matériel nécessaire mis à disposition des agriculteurs. Ceux-ci bénéficieront dunaccompagnement sur le terrain (visite des parcelles par un technicien et réunions déchange). Chaque année 200 personnes devraient bénéficierdirectement de ce projet.Installation de deux banques de semences 29 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  30. 30. Comme dans tout le pays les agriculteurs nont pas daccès à des semences rustiques de maraîchage. Linstallation dun site demultiplication de semences rustiques, par la suite mises sur le marché à des prix abordables, a pour objectif de permettre une diversification descultures. Lobjectif est donc dinstaller une banque de semence à lAcul-du-Nord et une autre à Fort-Liberté, en capacité de produire des semencesdespèces adaptées aux conditions locales.Budgets Budget sur 3 ans (en €) 1. Appui à lapiculture 18 253 2. Lutte contre le charançon de la patate douce 42 672 3. Installation de 2 banques de semence 43 106 TOTAL 104 031 V.A.3. Bilan de laxe "restauration des mangroves" Objectif En partenariat avec: Budget sur 3 ans (en €) Village Planète Installation dune pépinière de mangliers (à Dérac) 1. Restauration et lutte Production et installation de 20 000 plants de contre la dégradation des 147 000 mangliers/an (Acul-du-Nord et Fort-Liberté) mangroves Formation et aide à léquipement de 30 apiculteurs Village Planète 2. Appui à la production sur 3 ans Groupement paysans locaux 104 031 agricole Formation et aide à léquipement pour la lutte Association de pêcheurs contre le charançon de 600 agriculteurs TOTAL 251 031 30 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  31. 31. V.B. Mise en place de zones forestières, gérées pour la production V.B.1. Installation des forêtsPrésentation du contexte La gestion raisonnée d’espaces boisés de production n’existe Une production locale de plants est indispensable à la misepresque pas dans le Nord-Est d’Haïti. Et pourtant la demande en bois en place de ces forêts à vocation de production.est importante, que ce soit pour la production de bois énergie(principalement), l’ameublement ou la construction. Lesprélèvements se font au dépend de la ressource qui a du mal à serenouveler. Aux coupes anarchiques d’une ressource gratuite (et nenécessitant qu’un investissement en travail) s’ajoutent des pratiquesd’élevage libre qui limitent la pousse des jeunes plants. Le bois est une énergie renouvelable à condition que leszones de production soient bien organisées et bien gérées. La mise en place d’espaces délimités, destinés à laproduction de bois, permettraient de satisfaire à ces conditions via lastructuration d’un groupe de gestion, la projection de celui-ci dansle temps, la planification des prélèvements et du renouvellement dela ressource. 31 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  32. 32. Absence de gestion des Collecte de bois espaces boisés non agro- forestiers + permanente + Pâturage libre Renouvellement des ressources boisées Filières structurées, rentables et durables sur le long terme Diminution des coupes sur des zones sensibles Espaces dédiés Production de Cultures intercalaires Gestion sur le à la production de bois + plants et plantation + et productions agricoles diversifiées + long termeActions envisagées L’AFDI et la CAFSA ont la volonté de proposer aux locaux Un test de différentes essences (locales et étrangères) seraun modèle raisonné de production de bois. Pour cela les actions effectué afin de déterminer celles qui sont le plus adaptées auenvisagées sont : contexte climatique et à la production de bois. Ce test commence - la mise en place de 2 pépinières de plants forestiers gérées avec les plantations effectuées à Dumas dont lévolution sera suivie.localement, Les plantations sont de petites unités forestières de 30 ha, pouvant - la production de 60 000 plants par an, être gérées de manière communautaire. - l’installation des plants dans 3 zones gérées et surveillées.Budgets Budget sur 3 ans (en €) 1. Installation de 2 pépinières 10 000 2. Production de 100 000 plants forestiers 33 500 3. mise en place de 3 forêts énergétiques de 30 hectares chacune 160 463 TOTAL 203 963 32 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  33. 33. V.B.2. Projets agricoles associésMise en place de zones de maraîchage LAFDI/CAFSA propose dassocier aux zones de plantations forestières des zones de maraîchage. Ces 3 zones seront clôturées, le solnettoyé et travaillé, et un système dirrigation sera mis en place. La superficie sera ensuite découpée en parcelles dont la taille permettra à chaqueagriculteur de sen occuper seul. Le climat très changeant d’Haïti et la quasi absence de réseau d’irrigation dans certaines zones, la difficulté d’accès aux intrants(semences, insecticides), le peu de moyens d’investissements des paysans, les périodes de soudure et la compétition des produits importés sontautant de facteurs qui contraignent le développement et l’intensification de la production maraîchère en Haïti. A cela s’ajoute les dégâts causésaux productions par le bétail en élevage libre. Or plus de 80% de la population haïtienne est une population vivant grâce aux produits issus de la terre. Le travail d’agriculteurs est trèsprécaire et dévalorisé. Pourtant une agriculture diversifiée, bénéficiant de certains investissements initiaux peut se développer et devenirprogressivement plus rentable.Accompagnement de lapiculture Les fleurs de certaines espèces des reboisements sont très mellifères (acacias notamment) et donc propices à linstallation dune apicultureprofitable. Linstallation de cette activité à proximité des plantations permet de dynamiser la zone et de favoriser sa gestion sur le long terme. Pour ce faire, lAFDI/CAFSA va proposer, en partenariat avec Village Planète des cycles de formation sur lapiculture, à lissu desquellesle matériel nécessaire à leur installation sera fourni aux bénéficiaires. Ces apiculteurs bénéficieront de plus dun suivi et de journées derencontres leurs permettant déchanger leurs expériences. 10 personnes seront ainsi formées chaque année à lapiculture sur Fort-Liberté. 33 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  34. 34. Budget Budget sur 3 ans (en €) 1. Mise en place de 3 zones de maraîchage, 69 057 juxtaposées aux plantations forestières 2. Appui à lapiculture 18 253 TOTAL 87 310 V.B.3. Bilan de linstallation des forêts et de lappui à lagriculture Objectif Actions Partenaires Budget sur 3 ans (en €)1. Participer à la mise en place de 1. Mise en place de 2 pépinières et de 3 forêts 203 963zones forestières gérées énergétiques. Village Planète2. Appuyer la production agricole à 2. Installation de 3 zones de maraîchage Groupements deproximité Formation et aide à léquipement de 30 paysans 87 310 apiculteurs TOTAL 291 273 V.C. Restauration du couvert forestier de parcelles sensibles à lérosion V.C.1. Reboisement des parcellesPrésentation du contexte Les arbres de couvert des systèmes agro-forestiers de la zone de Dondon sont vieillissants et subissent des coupes sans être remplacés. Ilsensuit une dégradation de la qualité et de la quantité de la production de café. De plus, cette diminution du couvert entraîne une perte de fertilitédes sols via une érosion accrue. 34 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  35. 35. Multiplication des intermédiaires Récession économique Effondrement du cours Embargo international du café Culture caféière = économie de rente Menace pour le MAIS Spirale de décapitalisation maintien des systèmes = entrée monétaire non-négligeable économique des agro-forestiers caféiers exploitations agricoles haïtienne. Arrivée prévue de la RN 3 à Dondon désenclavement des zones productivesActions envisagées Les différentes actions envisagées pour participer à la restauration du couvert forestier nécessaire à une production de café de qualité sont: - la mise en place de 6 pépinières de plants forestiers (réparties entre les 3 coopératives), - la production de 10 000 plants de caféiers et darbres du couvert forestier par an par pépinière (soit 180 000 plants sur 3 ans), - la plantation des plants produits sur des parcelles fortement dégradées.Budget Budget sur 3 ans (en €) Mise en place de 6 pépinières 23 000 Aide à la production des plants 58 000 Aide à la plantation des plants et au suivi 41 164 TOTAL 120 164 35 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  36. 36. V.C.2. Actions associées dappui aux coopératives et à la production agricoleAmélioration des conditions de travail Les exploitants agricoles de Dondon ainsi que leurs familles vivent dans des conditions de forte pauvreté et sont victimes des périodes desoudure importante. Les plus pauvres ne préparent quun seul repas chaud et consistant par jour, ce qui rend difficile le travail journalier dans lesparcelles ou lors des activités de tri dans les coopératives. LAFDI/CAFSA propose donc de mettre en place un magasin par coopérative de produits de base nécessaires. En parallèle sera mis enplace une cuisine par coopérative, équipée de méthaniseurs et permettant la préparation de repas chauds lors de la campagne de tri du café. 36 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  37. 37. Recensement des parcelles et mise en place dun outil cartographique Labsence de suivi cartographique des parcelles caféières empêche les coopérative davoir une vue densemble sur la production de leursadhérents et sur la répartition des risques liés à lérosion ou aux ravageurs. De plus ni les arbres du couvert forestier, ni les caféiers ne sont suivis,que ce soit en termes de densité dâge ou despèce. Il en résulte que la mise en œuvre dactions coordonnées sur lensemble des parcelles est quasi-impossible et que les données nécessaires à celles-ci nexistent pas. LAFDI /CAFSA, en partenariat avec le CNIGS, les coopératives et lEMAD proposent donc détendre la cartographie réalisée pendant lestrois premières années à lensemble des 3 coopératives. Lors de ce projet aura lieu le transfert dun outil de SIG, Carthémis, à lEMAD et auCNIGS. 37 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  38. 38. Obtention de la certification biologique et du label équitable Les parcelles caféières de Dondon sont exploitées en accord avec les principes de lagriculture biologique. Or cette certification permetdaugmenter le prix du café vendu en exportation. LAFDI/CAFSA propose daccompagner les 3 coopératives dans les démarches permettantlobtention de cette certification et de subventionner le coût de celle-ci. De même, lobtention du label équitable permettra aux adhérents de voir leur salaire augmenter. LAFDI/CAFSA se propose donc departiciper aux démarches et aux coûts de lobtention du label. Lobjectif est de voir le salaire des adhérents augmenter et selon la démarche de la coopérative, la mise en place de petits projetspermettant lamélioration des conditions de travail.Lutte contre le scolyte Les parcelles de café sont morcelées et réparties sur tous les envisager les surfaces caféières nécessitant des actions de taille,versants de la commune de Dondon. Le suivi de la production est d’élagage et de gestion de l’ombrage et du couvert supérieur.rendu difficile par cette caractéristique, notamment en labsence de Une action de lutte contre le scolyte sera donc initiée etsupport cartographique. Les scolytes du café sont présents en permettra la diminution des populations de scolyte et laugmentationquantité et entraînent la destruction dune grande partie des récoltes, de la qualité et de la quantité de cerises de café utilisables.ainsi que la diminution de la qualité. Loutil de suivi cartographique permettra d’évaluer et depiloter des actions de promotion agricole et des campagnes de luttesanitaire à une échelle communale. Ainsi, un programme de lutte intégrée contre le scolytepourra être quantifié : en terme d’activités de ramassage/ratissage,estimer le nombre de pièges BROCAP nécessaire pour couvrirDondon, chiffrer le nombre de parasitoïdes à produire et enfin 38 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"
  39. 39. Installation dune banque de semences De même quà Acul-du-Nord et Fort-Liberté, lAFDI/CAFSA propose linstallation dune banque de semence, en partenariat aveclEMAD, qui permettrait lapprovisionnement des agriculteurs en semences rustiques adaptés aux conditions édaphiques de la commune deDondon.Budget Budget sur 3 ans (en €) 1. Amélioration des conditions de travail 27 000 2. Recensement des parcelles et 187 058 caractérisation 3. Obtention de la certification bio et du label 22 500 équitable 4. Lutte contre le scolyte 89 490 5. Installation dune banque de semences 21 553 TOTAL 374 601 V.C.3. Actions associées de formations et daide à linstallationActions envisagées Les petits producteurs de Dondon ont un accès à la formation difficile, malgré la présence des bâtiments de lEMAD dans la commune.De nouvelles pratiques et lévolution des connaissances pourraient leur permettre de mettre en place une reprise durable et intensifiée de leursexploitations, une diversification de celles-ci ainsi que lutilisation de pratiques raisonnées. Les échanges entre les agronomes universitaires en formation et agriculteurs-paysans restent très limités dans la plupart des cursus enHaïti. Or cet échange est très primordial, tant pour lagronome que lagriculteur. Et même lorsque la formation existe, les agriculteurs ayantbénéficié de la formation nont pas toujours les moyens de mettre en pratique ce quils ont appris. 39 Décembre 2010 - version 1 - programme 2011-2013 de lAFDI et de la CAFSA en Haïti: "Acteurs haïtiens et français se mobilisent pour construire ensemble"

×