Les Quarantièmes Rugissants, dans les latitudes hautes, ont la
même violence que mon histoire. Aujourd’hui ma vie est apai...
Découvrez la suite
Samedi 13 avril 2014 (3)
" C'était donc ça Tim ! Et toi qui rêvais tout haut il y a vingt ans de ton id...
Découvrez la suite
N'était-ce donc que cela l'amitié des Courtils ? Je l'avais tant idéalisée ! Ils étaient
entrés dans ma...
Découvrez la suite
Nous nous sommes malgré tout embrassées en nous quittant. Son baiser était celui
de Judas. Nos destins ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Charline madenaz 13 avril-richard gere-jim morrison

143 vues

Publié le

Les Quarantièmes Rugissants, dans les latitudes hautes, ont la même violence que mon histoire. Aujourd’hui ma vie est apaisée. Ce titre est une catharsis.
C’est un pacte de vérité envers moi-même et mon lecteur.  J’ai écrit mon moi.  Et je l’assume.

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
143
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Charline madenaz 13 avril-richard gere-jim morrison

  1. 1. Les Quarantièmes Rugissants, dans les latitudes hautes, ont la même violence que mon histoire. Aujourd’hui ma vie est apaisée. Ce titre est une catharsis. C’est un pacte de vérité envers moi-même et mon lecteur. J’ai écrit mon moi. Et je l’assume. Charline M. Découvrez Latitudes Hautes en cliquant ici
  2. 2. Découvrez la suite Samedi 13 avril 2014 (3) " C'était donc ça Tim ! Et toi qui rêvais tout haut il y a vingt ans de ton idéal masculin... Richard Gere ! ". J'ai tout entendu... Soixante-huitard attardé à coup sûr, admirateur du facteur Besancenot... Qu'avais-je donc dans les yeux ? Qu'avait-il donc pour avoir pris la place de Gabriel dont il n'avait ni l'intelligence, ni le charme, et encore moins le physique... Au fond, je ne méritais pas celui que j'avais quitté pour ce type... Ne vivait-il pas un peu d'expédients et beaucoup à mes crochets ? Bien que Geneviève y ait mis des formes, j'ai aisément compris qu'à table Tim manquait d'éducation, et qu'un prêcheur adventiste devait avoir encore plus d'humour que mon amant... alors que Gabriel, lui, est si spirituel !
  3. 3. Découvrez la suite N'était-ce donc que cela l'amitié des Courtils ? Je l'avais tant idéalisée ! Ils étaient entrés dans ma vie et un jour je m'étais aperçue qu'ils n'en sortiraient plus. Je croyais que cette relation n'était bâtie ni sur le besoin, ni sur l'intérêt et qu'elle était d'autant plus belle qu'elle n'avait d'autre raison qu'elle-même. Qu'elle n'était ni sociale ni liée à nos histoires réciproques. Mais simplement vraie. Une réflexion m'est venue spontanément à l'esprit: " Un ami, c'est celui qui vous laisse l'entière liberté d'être vous même ". C'est Jim Morrison qui a dit cela. Je croyais qu'une amie c'était aussi précieux qu'une vie. Tout s'écroulait. Son amitié n'était donc que cela, faible et conventionnelle ? Une amitié ordinaire seulement. Geneviève, c'est méprisable, a enfoncé le clou... " Le rôle d'une amie c'est d'être près de toi quand tu es dans l'erreur puisque tout le monde est à-côté de toi lorsque tout va bien... ". Quelle perfidie ! Elle a ajouté : " C'est une chose que je peux te dire parce que, avec les années, notre amitié repose sur un socle de granit ". J'ai cru m'étouffer avec la mignardise que l'on venait de nous servir.
  4. 4. Découvrez la suite Nous nous sommes malgré tout embrassées en nous quittant. Son baiser était celui de Judas. Nos destins nous avaient liées et cette amitié que je croyais indicible venait de s'effriter en à peine une heure. Avais-je été jusqu'alors trop naïve ou trop honnête ? J'avais tant foi en eux, les des Courtils. J'ai longuement réfléchi. Geneviève m'avait tendu la perche de la rupture d'avec Tim et du retour vers Gabriel jamais guéri de moi. Et du repentir. Le repentir ! Je me repens rarement de ce que j'ai dit et fait car, en le faisant ou en le disant je suis sincère. C'est un des reproches que me faisait Gabriel et que Tim, jusqu'à ce qu'il meure, ne m'a jamais fait. Je n'agis pas en fonction de l'approbation des autres. La morale qui nous entoure est trop incertaine me dis-je parfois. A qui se fier pour savoir ce qui est juste, louable, digne, par ces temps incertains où l'impudeur prédomine ? Tout change à une telle vitesse ! Les vices d'hier sont les mœurs d'aujourd'hui. Regardez du côté du mariage pour tous, vous me comprendrez mieux. Je ne veux pas du repentir qui n'est que l'effet de l'abdication de mon Moi. Je préfère essayer de me corriger moi-même de mes imperfections et de mes défauts. C'est déjà assez. Pour ne pas le blesser j'ai tu à Tim les propos de Geneviève. Je lui ai seulement dit qu'elle avait trahi mon amitié. Il m'a répondu... " Dans la vie il faut savoir compter, mais pas sur les autres... ".

×