Charline madenaz 16 mai-charlinevanhoenacker

136 vues

Publié le

Les Quarantièmes Rugissants, dans les latitudes hautes, ont la même violence que mon histoire. Aujourd’hui ma vie est apaisée. Ce titre est une catharsis.
C’est un pacte de vérité envers moi-même et mon lecteur.  J’ai écrit mon moi.  Et je l’assume.  Charline Madenaz

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
136
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Charline madenaz 16 mai-charlinevanhoenacker

  1. 1. Les Quarantièmes Rugissants, dans les latitudes hautes, ont la même violence que mon histoire. Aujourd’hui ma vie est apaisée. Ce titre est une catharsis. C’est un pacte de vérité envers moi-même et mon lecteur. J’ai écrit mon moi. Et je l’assume. Charline M. Découvrez Latitudes Hautes en cliquant ici
  2. 2. Découvrez la suite Samedi 16 mai 2015 Mes globules blancs repartent en flèche. L'heure de la séparation a sonné... J'ai quitté l'unité protégée du B IV pour retrouver la rue Clavel. Après un mois avec mes nurses j'ai éprouvé un sentiment étrange, regret de nous séparer et bonheur de retourner à la vie. Elles ont été formidables de gentillesse et de compétence. De la dame chargée du ménage, silencieuse et discrète à l'aide-soignante enjouée qui m'appelait madame Madenaz sans m'infantiliser, je les ai toutes aimées. Mon renoncement temporaire et obligé à ce monde m'aura apporté, entre autres réconforts, celui de n'avoir pas été abandonnée par de très vieux amis, communs à Gabriel ou à Tim. Des copains dont je tais les noms mais qui se reconnaîtront ici j'en suis sûre.
  3. 3. Découvrez la suite Samedi 16 mai 2015 … J'ai quitté aussi le jeune et séduisant docteur Gastaud dont l'humanité n'a d'égale que le talent. J'ai la certitude d'avoir été soignée par une équipe exceptionnelle. Je vais garder une habitude prise sur mon lit d'hôpital... écouter chaque matin, à la radio, les chroniques d'une autre Charline que je ne connaissais pas... Charline Vanhoenacker. Elle est vraiment très drôle. Je ne pourrais aller mieux paraît-il. Mais je ne suis pas encore guérie, un long parcours m'attend. Cependant, la Camarde redoutant sans doute la menace que constitue pour elle l'équipe du B IV, semble avoir filé à l'anglaise...

×