Journal du forum

991 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
991
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal du forum

  1. 1. Rachat d’actions : BMCI renouvelle son programme * Le CDVM vient de donner son visa au renouvellement du programme de rachat d’actions initié par BMCI. * Le montant maximum de l’opération est de 746,93 MDH pour le rachat de 5% du capital de la banque. Son programme de rachat d’actions arrivant à terme le 31 mai prochain, BMCI l’a d’ores et déjà renouvelé. C’est ce qui ressort du communiqué du CDVM publié récemment. Le gendarme de la Bourse a en effet visé en fin de semaine dernière la note d’information relative à cette opération. On y apprend d’ailleurs que le nouveau programme de rachat prendra effet dès le 21 mai prochain et remplacera l’ancien pour la durée restante. Il s’agit là du onzième programme de rachat d’actions initié par BMCI depuis juin 2000, chacun d’eux d’une durée de douze mois. A noter que le programme en cours s’est soldé, au 31 mars dernier, par la détention par la BMCI de 50.314 de ses propres actions, dont 49.984 titres acquis depuis mai 2009 à un cours moyen pondéré de 750 DH. Par ailleurs, le Directoire de la filiale de BNP Paribas a fixé le montant unitaire maximum pour le rachat et la vente des actions de la banque à 1.125 DH, tandis que le seuil minimum a été fixé à 825 DH par action. Dans la note d’information publiée par la BMCI en ce début de semaine, on apprend que le nombre d’actions maximum autorisé à l’achat dans le cadre dudit programme a été limité à 5%, soit 663.942 titres. De ce fait, le montant global maximum qu’aura à supporter la banque est de 746,93 MDH. «L’intention de la BMCI est d’assurer le financement des rachats d’actions par ses ressources propres», affirme le management de la banque. Il faut dire que ce dernier est conforté dans sa décision par la situation de la trésorerie disponible de la banque qui est ressortie au 31 décembre dernier à 2,96 Mds de DH. Aussi, «l’intention de la BMCI n’étant pas d’annuler les titres rachetés, le programme n’aura pas d’incidences sur les comptes de la banque autre que la constatation des plus ou moins-values», ajoute la même source, insistant sur le fait qu’en cas de moins-values celles-ci, ne dépasseraient en aucun cas 199,18 MDH. Enfin, il est à signaler que c’est bien évidemment BMCI Bourse qui gérera l’opération. La société de Bourse, filiale de la banque initiatrice du programme, agira en toute indépendance et a été autorisée à réaliser les transactions d’achat et de vente selon les conditions du marché, et ce en respectant les caractéristiques dudit programme. (Finances hebdo) ---------------------------------------------------------------- Journal du forum : www.bourse-maroc.forume.biz
  2. 2. Télécom: L’asymétrie tarifaire accordée à Méditel · Tarifs d’interconnexion, Maroc Télécom empochera moins · Le régulateur pousse vers la baisse du coût des appels LE régulateur télécom a finalement franchi le pas! Il vient d’adopter une décision majeure en matière d’asymétrie tarifaire. Celle-ci entre en vigueur dès le 1er juillet 2010 et devra être incessamment publiée sur le site de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Chez Méditel, on est aux anges! Dorénavant sa facture relative aux tarifs d’interconnexion entre réseaux va à son tour baisser. Jusqu’à présent seul Wana, 3e opérateur à entrer dans la course, jouissait de ce régime. Méditel payera donc moins à Maroc Télécom lorsque l’un de ses clients passera un appel vers un abonné de l’opérateur historique. Actuellement, chacun des deux opérateurs prélève 1,15 DH sur les coûts de communication entrant sur son réseau. L’asymétrie tarifaire accordée à Méditel sera-t-elle répercutée sur le prix final appliqué au consommateur ? Oui, répond son directeur général, Mohammed El Manjra. Avant d’ajouter que son entreprise s’y est déjà déployée via l’offre liberty: 50 DH/50 minutes vers les clients Méditel et 50 % de réduction vers les autres opérateurs. La baisse des tarifs d’interconnexion va permettre aussi à l’opérateur d’avoir «une plus grande marge de manœuvre financière» pour requinquer sa situation. Car l’impact de la crise sur Méditel s’est cristallisé notamment via une chute des communications à l’international. C’est du moins l’un des arguments avancés lors de la présentation des résultats fin mars 2010. La période de sursis est temporaire. Car dès le 1er janvier 2013, la symétrie tarifaire en matière d’interconnexion sera la règle pour tout le monde. Autant dire que le tarif unique prévalera. Le principe d’asymétrie est fondé sur l’identification de l’opérateur exerçant «une influence significative» sur le marché. Jusqu’à présent l’ANRT a estimé que Wana n’a pas ce statut, que Méditel l’a seulement pour le marché GSM et que Maroc Télécom l’a, par contre, pour le fixe, le mobile et les liaisons louées. Qu’est-ce qui pourrait justifier se retournement? Il s’avère que Méditel «reçoit le double des appels qu’il envoie à Maroc Télécom. Cette situation a engendré un déséquilibre en terme de revenu généré par l’opérateur». Le trafic entrant, au côté du chiffre d’affaires et du parc abonnés, est l’un des critères retenus pour l’application de l’asymétrie tarifaire. Pourtant, et contrairement à Wana, Méditel n’a pas eu droit à ce traitement dès son entrée sur le marché en 2000. Décembre 2009, l’ex-filiale de Téléfonica comptait 9,5 millions de clients mobile, plus de 37% de part de marché et un CA de 5,4 milliards de DH. Sans oublier la reconfiguration de l’actionnariat qui fait que la CDG et FinanceCom tiennent le gouvernail. L’entrée de l’Etat, via la CDG, dans le capital de ce dernier a-t-il joué? Méditel a bataillé, semble-t-il, pour la baisse des tarifs depuis bien des années. (Finances hebdo) ---------------------------------------------------------------- Journal du forum : www.bourse-maroc.forume.biz
  3. 3. Q&R : Hajji ouvre les portes de la Bourse à tous * En marge de la première étape de la caravane de la Bourse, Karim Hajji, Directeur général de la société gestionnaire de la place casablancaise, revient sur les objectifs attendus de cette initiative. - Finances News Hebdo : Vous venez d’entamer la Caravane de la Bourse. Quels sont concrètement vos objectifs ? - Karim Hajji : Notre objectif principal est de démystifier la Bourse pour l’ensemble des entreprises, qu’elles soient de petites tailles, moyennes ou grandes. Nous voulons convaincre les différents opérateurs économiques que la Bourse est, avant tout, un outil de financement pour toutes les entreprises et non un cercle restreint aux initiés. Aussi, visons-nous, à travers cette première étape, à convaincre les entreprises de la région de Tanger, réputées très dynamiques particulièrement dans les secteurs de l’agroalimentaire, l’automobile et l’aéronautique, de franchir le pas et nous rejoindre à la cote de Casablanca parce que nous pensons que la Bourse peut leur fournir le financement nécessaire à leur développement. - F.N.H. : Pensez-vous que le dynamisme que connaît actuellement le marché boursier pourrait vous aider à convaincre plus d’entreprises à rejoindre la Bourse ? - K. H. : Bien évidemment. Le regain d’activité sur notre place qui, pour rappel, a été enclenché par l’annonce de la fusion ONA et SNI, est de nature à nous faciliter la promotion de la Bourse dans les 8 régions du Royaume que devra visiter la caravane. - F.N.H. : Cette caravane n’est qu’une démarche parmi celles qui figurent dans votre plan marketing. Globalement, où en êtes-vous à ce niveau ? - K. H. : En effet, nous avons un plan marketing qui vise à démarcher les entreprises individuellement à travers une force de vente. Dans ce sens, nous avons créé un département spécialement dédié à la promotion de la Bourse auprès des émetteurs potentiels. Nous allons aussi mener des actions sectorielles qui vont viser des secteurs particuliers de notre économie, et ce en partenariat avec la CGEM. - F.N.H. : Avez-vous pris connaissance d’entreprises qui pourraient éventuellement rejoindre la cote en 2010 ? - K. H. : Il y a effectivement des entreprises qui ont fait part de leur intérêt auprès des différentes banques d’affaires, mais aujourd’hui il n’est pas évident de savoir combien d’IPO se feront d’ici la fin de l’année. (Finances hebdo) ---------------------------------------------------------------- Journal du forum : www.bourse-maroc.forume.biz
  4. 4. Risma et Akwa Group investissent 1,2 milliard de DH pour construire 24 Etap Hôtel Dans une première phase, 8 hôtels seront inaugurés fin 2011. A terme, ce sont près de 4 000 chambres qui seront offertes. Prix : aux alentours de 400 DH la nuitée. L’enseigne Etap Hôtel débarque au Maroc. Risma, le fonds d’investissement du groupe Accor et son bras armé en matière de construction d’unités hôtelières au Maroc, et Akwa Group se sont associés pour construire, au cours des six prochaines années, 24 établissements Etap Hôtel, enseigne d’entrée de gamme du groupe Accor. A terme, ce seront près de 4 000 chambres hôtelières qui seront ouvertes, soit pratiquement le double en capacité litière. L’investissement prévisionnel est de 1,2 milliard de DH. Les deux partenaires ont, à cet effet, créé la Société marocaine d’hôtellerie économique (SMHE SA), détenue à parts égales, et qui sera chargée du projet. Dans une première phase, les partenaires prévoient de construire 8 hôtels dans les grandes villes du pays (Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech, El Jadida, Fès et Agadir) avec un budget de 380 MDH. Les travaux commenceront avant la fin de l’année. Ces premiers établissements seront inaugurés entre 2011 et 2012. Par la suite, le programme de réalisation sera poursuivi dans les villes de moyenne taille. Le management de l’opération prévoit un développement rapide en s’appuyant sur l’industrialisation du processus. Cible : les hommes d'affaires et les familles locaux L’arrivée d’Etap Hôtel au Maroc n’est pas un hasard. La stratégie de Risma, dont le capital est contrôlé à hauteur de 35% par Accor, repose sur un besoin identifié qui est celui de la clientèle d’affaires locale, principalement dans les villes à forte activité économique, et les familles. En d’autres termes, la clientèle étrangère ne constitue pas le cœur de cible. En proposant des chambres à moins de 400 DH la nuitée, soit 30 à 40% moins cher que l’autre enseigne du groupe, Ibis, Risma espère en fait toucher une clientèle qui n’a pas encore trouvé d’offre satisfaisante. Les initiateurs du projet tablent sur l’image d’une hôtellerie économique, mais confortable, offrant des chambres adaptées à des besoins variés, la disponibilité d’une connexion internet, et un espace de travail. Pour rappel, le groupe hôtelier français gère déjà 30 hôtels au Maroc (Sofitel, Novotel, Ibis, Mercure...) et a plusieurs projets en chantier. Avec l’arrivée d’Etap Hôtel, sa présence va s’accentuer. La chaîne Etap Hôtel compte 459 hôtels répartis dans 15 pays dont 294 en France. Le Maroc est le deuxième pays du continent africain à accueillir l’enseigne après l’Afrique du Sud qui compte 21 établissements. (La vie echo) ---------------------------------------------------------------- Journal du forum : www.bourse-maroc.forume.biz
  5. 5. Nareva Holding devient fournisseur indépendant d'électricité La filiale d'Ona prévoit la construction de trois fermes éoliennes d'une capacité de 300 MW opérationnelles d'ici à 2012. L'électricité produite sera commercialisée par Nareva à sept clients industriels. Alstöm fournira les turbines de la première ferme. Alors que la décision de l’adjudication du projet de parc éolien de l’Office national de l’électricité (ONE) à Tarfaya tarde à venir, Nareva Holding, la filiale énergie et environnement d’Ona, avance ses pions dans le domaine des énergies renouvelables. L’entreprise entend construire trois parcs éoliens d’ici à fin 2012 pour un coût total de 3,5 milliards de dirhams. D’une capacité initiale de 200 MW, le projet fournira à terme 300 MW d’énergie renouvelable, une fois que la capacité du premier parc éolien aura été doublée comme prévu. Ce parc qui verra le jour dans la localité d’Akhfenir, à une centaine de kilomètres au nord de Tarfaya, produira à ses débuts 100 MW. Un à deux ans après sa mise en service, qui interviendra en 2011, Nareva prévoit d’étendre la capacité de ce parc à 200 MW. Les travaux devraient débuter d’ici l’été prochain. Elle paiera à l'ONE une redevance pour l'utilisation de son réseau Pour l’heure, le montage financier est toujours en cours auprès des banques de la place. Deux autres parcs seront réalisés à Foum el Oued, dans la région de Laâyoune, et Haouma, près de Tanger, d’une capacité de 50 MW chacun. Le projet de Nareva entre dans le cadre du programme gouvernemental Energipro qui offre la possibilité aux industriels de produire leur propre électricité à partir des énergies renouvelables, en l’acheminant sur le réseau de transport national des sites de production vers les sites de consommation. En cas d’excédent de production, ce dernier est racheté par l’ONE à un tarif préférentiel. En l’occurrence, le projet de Nareva ne s’arrête pas là puisque l’énergie produite par les trois parcs éoliens sera, et c’est là la nouveauté, commercialisée directement par Nareva à sept clients industriels, à savoir l’ONCF, l’ONEP, la Samir, Lafarge, l’OCP, l’ONDA et la Sonasid. La filiale d’Ona travaille depuis trois ans sur ce projet et n’attendait que l’adoption de la loi 13-09 qui vise à encourager la production d’énergie à partir de sources d’énergies renouvelables et à libéraliser la commercialisation de l’électricité ainsi produite. Publiée dans le Bulletin officiel du 18 mars 2010, ladite loi précise que «l’énergie électrique produite par l’exploitant d’une installation de production d’énergie électrique à partir de sources d’énergies renouvelables est destinée au marché national et à l’exportation», la priorité étant donnée à la satisfaction du besoin national. Alstöm investit 100 millions d'euros dans le projet Par ailleurs, en ce qui concerne la commercialisation de l’énergie produite, la loi précise que «l’exploitant bénéficie du droit d’accès au réseau électrique national, ---------------------------------------------------------------- Journal du forum : www.bourse-maroc.forume.biz
  6. 6. dans la limite de la capacité technique dudit réseau». Après le paiement d’une redevance (timbre de passage) auprès du gestionnaire du réseau, soit l’ONE, Nareva envisage donc de transporter l’électricité produite depuis ces trois parcs éoliens jusqu’aux clients finaux, fournissant ainsi une grande partie de leurs besoins. Toutefois, la facturation sera établie par les pouvoirs publics, comme nous le confirme Mohamed Sebti, directeur du pôle Energie de Nareva. Pour M. Sebti, il faut faire la différence entre le projet d’Akhfenir et celui du parc éolien de Tarfaya qui est une concession de l’ONE pour produire et vendre exclusivement à l’Office de l’énergie électrique. D’après ses propos, «le projet est totalement indépendant du projet de Tarfaya. Pour ce dernier, nous sommes dépendants de la décision de l’ONE». Rappelons que Nareva, aux côtés de son partenaire américain International Power, fait face au groupement GDF Suez-La Compagnie du vent. L’adjudication tarde à venir et les industriels s’impatientent. L’agenda prévoit une mise en service en 2011. Quant à l’équipement du parc éolien d’Akhfenir, Nareva a fait appel à différents partenaires dont Alstöm qui fournira les 61 turbines ECO74, assorties d’un contrat de maintenance de cinq années. La société française, référence dans la production d’énergie et les infrastructures ferroviaires, va investir 100 millions d’euros dans ce projet et envisage, dans le cadre de son expansion, de racheter la filière transmission d’électricité d’Areva, autre opérateur français. Dans le cadre du programme Energipro, le choix des prestataires s’effectue dans le cadre d’une simple consultation avec le choix du mieux-disant. En ce qui concerne les deux autres parcs éoliens, le choix des partenaires devrait intervenir dans les prochains jours. (La vie echo) Consolidation de la croissance économique nationale à un taux de 4,1% pour 2010 Le HCP révisera ces estimations en juin prochain. Tous les indicateurs économiques actuels militent pour une consolidation de la croissance au taux de 4,1% avancé initialement dans le budget économique prévisionnel de 2010 établi par le Haut commissariat au Plan (HCP), a-t-on appris jeudi auprès de cette institution. Cette estimation, précise la même source, est confortée par une nouvelle conjoncture nationale marquée notamment par une campagne agricole favorable, la relance des recettes touristiques et des transferts des MRE, une politique budgétaire expansive et une politique monétaire prudente pour maitriser l'inflation tout en étant favorable au financement des besoins des agents économiques (crédit à la consommation, crédit immobilier etc.). Elle est également soutenue par la reprise de l'économie mondiale, ajoute-t-on. Le HCP, qui effectue des enquêtes trimestrielles et des travaux de suivi et d'analyse de conjoncture sur la base des effets des différentes dispositions fiscales ---------------------------------------------------------------- Journal du forum : www.bourse-maroc.forume.biz
  7. 7. Ces estimations, explique-t-on, seront établies sur la base des résultats nettement positifs de la campagne agricole et des nouvelles donnes de la conjoncture internationale marquée par une relance de l'économie. (La vie echo) Maroc - Environnement et sécurité au travail : Afriquia Gaz décroche une triple certification Il a obtenu l'ISO 14001 pour l'environnement, l'OHSAS pour la sécurité et est passé à l'ISO 9001-2008. Dans un contexte économique difficile, un résultat en hausse de 12,3% et une marge améliorée. Le triplé pour Afriquia Gaz ! En cette semaine de la Journée de la Terre, le distributeur, leader à l’échelle nationale avec une part de marché de 42%, vient d’obtenir des certifications ayant trait à l’environnement, à la sécurité au travail et à la qualité : Iso 14001, OHSAS (Occupational health and safety assesment series) et Iso 9001-2008. La première distinction est connue pour être étroitement liée au respect de l’environnement. Quant à la seconde, plus récemment introduite, elle se rapporte aux normes de gestion de la santé et de la sécurité dans le monde du travail. La troisième sert de cadre pour les systèmes de management de la qualité des organismes et entreprises. Tous les sites certifiés ISO Pour le Dg du pôle gaz d’Akwa Group, Rachid Idrissi Kaitouni, cette triple certification est l’aboutissement d’une recherche globale d’Afriquia Gaz dans le domaine de la qualité intégrale mais aussi d’un positionnement de la société comme entreprise citoyenne et responsable. M. Idrissi soutient que l’entreprise a commencé très tôt à se placer dans l’orbite de la certification en obtenant la certification Iso 9001 version 2000 dès 2004. «Dès le départ, nous n’avons pas voulu faire les choses d’une manière parcellaire. Nous avons certifié toute la chaîne de valeur de la qualité, c’est-à-dire l’importation, le stockage, l’emplissage, le transport et la distribution. Puis, la certification a concerné l’ensemble des sites aussi bien Jorf Lasfar, Marrakech, Mohammédia et Béni-Mellal sans oublier, bien entendu, le siège casablancais de l’entreprise», explique-t-il. Aujourd’hui, Afriquia Gaz a capitalisé sur une démarche globale. «Il ne suffit pas d’être éligible à de telles certifications, il faut aussi et surtout créer la culture nécessaire pour les garder. Ainsi, par exemple, chaque année, nous avons obtenu le renouvellement de l’ISO 9001-2000 avant de passer aujourd’hui à l’ISO 9001-2008. Et puis, ce qui et budgétaires de la loi de nous guide au-delà de tout, c’est de parfaire notre système de management de la finances, révisera ces qualité, de l’hygiène, de la sécurité et de l’environnement (QHSE)», conclut-t-il. estimations en juin Rappelons que dans un contexte difficile, Afriquia Gaz a réussi à tirer son épingle prochain dans le cadre de du jeu en 2009. Malgré un chiffre d’affaires en baisse, le distributeur a pu l'élaboration du budget augmenter son résultat de 12,3% (293 MDH) et améliorer sa marge nette de 2,1 économique exploratoire points à 10,5%. (La vie echo) pour l'année 2011. ---------------------------------------------------------------- Journal du forum : www.bourse-maroc.forume.biz

×