SlideShare une entreprise Scribd logo
Nicolas TRIBOUT
Doctorant en psychologie cognitive
Conseiller pédagogique Luxeuil
Les neurosciences
au service des apprentissages
Avant-propos …
Neurosciences
Psychologie
Psychologie
cognitive
Neuroéducation : attention
danger !
• Bruno Della Chiesa connu pour avoir forgé les
termes « neuromythe » (2002) et « neuro-
pirates » (2013).
• La neuroscience est désormais populaire dans le
milieu éducatif : se méfier du phénomène de
mode.
• En raison du côté vendeur du cerveau, le marché
est abreuvé de prétendus « programmes de
formation » ou de « méthodes clé en main »
• Se rappeler les limites de la discipline
Della Chiesa, B.(2002).Comprendre le cerveau – Vers une nouvelle science
de l’apprentissage. Paris: OCDE/Maison des Sciences de l’Homme.
ChercheurPédagogue de terrain
Une "caste de pédagogues prétentieux" qui serait à l'origine
des problèmes actuels de l'Education nationale.
Olivier HOUDE
Harold PASHLER
Catherine GUEGUEN Stanislas DEHAENE
•L’attention
•L’engagement/la motivation
•Erreur et retour d’erreur (feedback)
•Optimisation de la mémoire
•Les neurosciences affectives
+
4 Piliers de l’apprentissage (Dehaene 2014)
Dehaene, S (2014). Fondements cognitifs des apprentissages scolaires. Disponibles à : http://www.college-de-
france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2014-2015.htm
L'attention
Mémoire à court terme
Mémoire de travail
L’attention
• L’ensemble des mécanismes qui
nous permettent de :
- sélectionner une information
- et ses étapes de traitement
• Elle peut faciliter l’apprentissage,
mais aussi l’orienter dans la
mauvaise direction.
• Le talent d’un enseignant consiste
à canaliser, captiver et orienter
l’attention de l’élève (Dehaene,
2014).
3 systèmes attentionnels
Posner (1980) Orienting of attention. Quarterly Journal of Experimental Psychology. 32(1):3-25.
L’alerte1
L’orientation2
Le contrôle exécutif3
(1) L’alerte
• Modulation globale de la vigilance
• L'attention est fortement dépendante de ce qui se passe dans notre
environnement (facteurs externes), mais aussi de facteurs internes tels
que la motivation, la fatigue, les priorités, l'intérêt porté à une activité
• Prendre en compte le rôle du sommeil, l’importance des pauses, de
l’activité physique, de la nutrition
 Emploi du temps
(2) L’orientation
• La capacité à focaliser son attention sur le bon stimulus.
• Lorsque nous sommes engagés dans une tâche donnée, les stimuli
non‐pertinents peuvent devenir littéralement invisibles.
• L’enseignant doit créer des matériaux attrayants mais qui ne distraient
pas l’enfant de sa tâche primaire. Tout doit être mis en œuvre pour
orienter l’attention vers le niveau pertinent.
Extension du champ
Intraub, 1989
Cécité au
changement
Rensink, 1997
Mémoire des détails
Brady, Konkle, Alavarez et Olivia, 2008
Le goulot d’étranglement
• Le traitement de la cible T2 est
massivement différé (période
psychologique réfractaire).
L’effet cocktail party
Moray, Neville (1959). "Attention in dichotic listening: Affective cues and the influence of instructions" . Quarterly Journal of
Experimental Psychology. 11 (1): 56–60.
La double tâche
• Lorsque le cerveau est occupé à gérer une tache non automatisée, toutes les
ressources attentionnelles sont sollicitées par cette activité́. Celles-ci ne
peuvent se répartir sur d’autres actions cognitives.
• Cette situation est souvent problématique et majore les difficultés chez les
enfants dys-. Exemple : écrire et réfléchir en même temps.
Situation qui met en jeu simultanément
deux tâches cognitives et nécessite de
partager son attention.
Samier, R., Jacques, S. (2016). Pédagogie et neuropsychologie. Quelles stratégies pour les enseignants ? Disponible à : https://www.ac-
clermont.fr/disciplines/fileadmin/user_upload/Mathematiques/pages/Troubles/livret-pedagogie-neuropsychologie-2.pdf
Focaliser l’attention
• Dans l’espèce humaine, l’orientation de l’attention dépend de signaux
sociaux qui déterminent l’apprentissage
• Ces « signaux sociaux ostensibles » (contact visuel ou verbal) induisent
une « posture pédagogique » chez l’enfant.
Meltzoff, A. N., Kuhl, P. K., Movellan, J., & Sejnowski, T. J. (2009). Foundations for a new science of learning.
Science (New York, N.Y.), 325(5938), 284–288. doi:10.1126/science.1175626
Senju, A., & Csibra, G. (2008). Gaze following in human infants depends on communicative signals. Current
Biology: CB, 18(9), 668–671.
Les enfants de six mois sont sensibles au contact visuel ou verbal et l’utilisent
pour suivre le regard.
L’attitude de l’enseignant est donc essentielle : capter l’attention de l’enfant par
le contact visuel et verbal
La généralisation
Egyed, K., Király, I., & Gergely, G. (2013). Communicating shared knowledge in infancy. Psychological Science, 24(7), 1348.
• L’apprentissage en société permet l’acquisition rapide de connaissances
génériques ou sémantiques.
• Le cerveau de l’enfant interprète spontanément les indices de
communication ostensible comme ayant plus de chances de véhiculer
des informations génériques, qui vont au‐delà des informations
épisodiques ou spécifiques à une personne donnée.
La généralisation
Le Triptyque attentionnel
Pointer
du doigt
Pointer
du regard
Pointer
de la voix
Facteurs internes
(3) Le contrôle exécutif
Compétences cognitives qui nous permettent d’agir de façon organisée
pour atteindre nos objectifs.
Parmi les processus qui relèvent du contrôle exécutif figurent
– Le maintien d’un but
– La sélection des représentations perceptives, des actions et des
opérations pertinentes
– L’inhibition des actions inappropriées
– La détection et la correction des erreurs
https://www.scienceshumaines.com/reflechir-c-est-resister-a-soi-meme-rencontre-avec-olivier-houde_fr_33514.html
Olivier Houdé
L’inhibition
Épreuve de conservation du nombre de Piaget
L’inhibition
Conservation de la substance
Louise a 25 billes. Elle a 5 billes de plus que Léo.
Combien Léo a-t-il de billes ?
• L'élève ne parvient pas à inhiber l’automatisme implicite : il y a le
mot plus alors j’additionne (25+5=30) afin d’activer la soustraction
(25-5=20)
• Le système 3 demande un coût plus important
L’inhibition
Siegler, R. S. (1989). Mechanisms of cognitive development. Annual Review of Psychology, 40, 353–379.
• « Je les mang… » « Je vous le dir… »
• L'élève ne parvient pas à inhiber l’accord avec le mot le plus proche.
• Inutile donc de répéter, au-delà du nécessaire, les règles logiques de
l’addition et de la soustraction (Système 2).
• Faire prendre conscience de l'erreur pour inhiber les automatismes
L’inhibition
Apprendre à inhiber
• Il existerait un lien entre activité physique et inhibition.
• Les personnes qui parlent deux langues (ou plus) couramment ont une
capacité d’inhibition supérieure à la moyenne. Cet état de fait soutient
l’idée d’un apprentissage précoce d’une langue étrangère.
• Jouer à des jeux de contrôle permettrait de développer les mécanismes
d’inhibition cérébrale.
• Prévenir les apprenants de l’existence de pièges et leur apprendre à les
reconnaître favorise l’inhibition cérébrale.
• En plus de demander aux élèves de trouver les réponses justes, il serait
pertinent de leur apprendre à identifier et trier les réponses pièges.
Olivier Houdé – Le cerveau apprend en inhibant. (2017) Disponible à : http://apprendre-reviser-
memoriser.fr/inhibition-cerebrale-apprentissage-cerveau-houde/
Des jeux pour apprendre à inhiber
• Le ni OUI ni NON
• Jacques a dit
• 1 2 3 soleil
• Jacques a dit
• Chameaux/Chamois
• L’âne têtu
• ROUGE VERT JAUNE
• …
Diamond, A., Barnett, W. S., Thomas, J., & Munro, S.
(2007). Preschool Program Improves Cognitive Control.
Science, 318(5855), 1387–1388.
Engagement et erreurs
Modèles d’apprentissage
De nombreux modèles de l’apprentissage (cerveau Bayésien/statisticien,
Dehaene), suggèrent que :
‐ Le cerveau génère en permanence des prédictions sur le monde
extérieur
‐ La comparaison avec la réalité génère un signal d’erreur (surprise)
‐ Le modèle interne est ajusté afin de minimiser ce terme d’erreur
‐ Ainsi, la prochaine fois, la prédiction sera mieux ajustée à la réalité
‐ L’apprentissage cesse lorsque l’erreur est nulle.
Ce modèle suggère que deux ingrédients sont indispensables à
l’apprentissage :
1. L’engagement actif : la génération d’une anticipation sur le monde
extérieur
2. Le retour d’information : L’organisme doit apprendre, le plus
immédiatement possible, s’il a fait une erreur
L’engagement actif
• Maximiser la curiosité et la
prédiction active
• Très peu d’apprentissage
quand on est passif
• Apprentissage = différence
entre ce que j’anticipe et ce
que je reçois
Expérience classique de Held & Hein (1963)
Effort cognitif
• « Les notes étaient aiguës parce que la couture s'est déchirée »
Indice : Cornemuse
• Effort after meaning
• Oblige les élèves à un surcroît d’engagement et d’effort cognitif
(Dehaene, 2014)
• « Rendre les conditions d’apprentissage plus difficiles, ce qui
oblige les élèves à un surcroît d’engagement et d’effort cognitif,
conduit souvent à une meilleure rétention. »
Zaromb, F. M., Karpicke, J. D., & Roediger, H. L. (2010). Comprehension as a basis for metacognitive
judgments: effects of effort after meaning on recall and metacognition. J Exp Psychol Learn Mem Cogn, 36(2),
552–7.
Les feedback
• La théorie de l’apprentissage distingue trois formes d’apprentissage :
- Non‐supervisé : le système internalise les régularités des stimuli qu’il reçoit, sans
qu’une distinction soit faite entre les entrées et les sorties désirées.
- Supervisé : à chaque essai, le système est informé de la réponse qui aurait été
correcte.
- Par récompense : le système ne reçoit qu’un scalaire (se résume à un simple
nombre, une note)
• L’apprentissage supervisé est le plus efficace. L’apprentissage par récompense
pose un difficile problème d’attribution : il est difficile de savoir quel choix (parmi
tous ceux effectués) a conduit à l’erreur, surtout si un délai intervient.
L’effet des tests
• Des centaines de travaux montrent que se tester améliore l’apprentissage
et la rétention à long terme
• Expérience de Karpicke et Roediger (2008, science) : tâche apprentissage
de vocabulaire de mots étrangers (mots Swahili-anglais)
• 3 conditions expérimentales :
ST ST ST ST = 4 phases etude + 4 phases test
ST SS ST SS = 6 phases etude + 2 phases test
SS SS SS SS = 8 phases etude + 0 phases test
Apprentissage optimal lorsque l’enfant alterne phases d’étude et phases
de test de ses connaissances
La motivation
Seligman, M. E. P. (1972). "Learned helplessness". Annual Review of Medicine. 23 (1): 407–412.
http://eosmith.com/still-money-learned-helplessness-greed-part-1/
Apprendre la résignation
http://eosmith.com/still-money-learned-helplessness-greed-part-1/
Seligman, M. E. P. (1972). "Learned helplessness". Annual Review of Medicine. 23 (1): 407–412.
Dans les classes…
BUREAU
WAGON
ELUES
ZEN
ROUSSI
ELUES
« Je me suis sentie nulle »
« Je n’ai même pas essayé de faire la dernière »
La menace du stéréotype
Présentation de la tâche :
-mesure des capacités intellectuelles
-résolution de problème
-un jeu/un défi
Claude M. Steele et Joshua Aronson, « Stereotype Threat and the Intellectual Test Performance of African
Americans », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 69, no 5, novembre 1995, p. 797-811
P. Huguet et I. Régner, « Stereotype Threat Among Schoolgirls in Quasi-Ordinary Classroom
Circumstances », Journal of Educational Psychology, vol. 99, no 3, août 2007, p. 545-560
Adapted from the Rey-Osterrieth Complex Figure (ROCF)
La menace du stéréotype
La pédagogie MARVEL !
Power Posing
• La posture du super-héros est bonne pour l’estime de
soi
• Prendre la position pendant 2 minutes permet
d’augmenter le taux de testostérone de 20% et baisser
le taux de cortisol de 30%.
Cuddy, Amy J.C., Caroline A. Wilmuth, and Dana R. Carney. "The Benefit of Power Posing Before a High-Stakes Social
Evaluation." Harvard Business School Working Paper, No. 13-027, September 2012.
Dana R. Carney1, Amy J.C. Cuddy2, and Andy J. Yap . (2010). Dana R. Carney1, Amy J.C. Cuddy2, and Andy J. Yap.
Psychological Science 21(10) 1363–1368.
L’optimisation de la mémoire
L’oubli
• Ebbinghaus (1885)
• Avoir conscience qu’oublier est un
processus normal et nécessaire est
déjà un premier pas vers l’évolution
des pratiques
• Eustache (2014), la sémantisation et la
généralisation ne peuvent se produire
sans l’oubli des caractéristiques
initiales
• Il apparait plus pertinent de chercher
comment retarder l’oubli
Le sur-apprentissage
• Loftus (1985) réanalyse de nombreuses données et montre que l’oubli est
(légèrement) plus lent lorsque les faits initiaux ont été sur‐appris. Il semble
donc possible de prolonger la mémoire.
Loftus, G. R. (1985). Evaluating forgetting curves. Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and
Cognition, 11(2), 397.
Les niveaux de traitement
Craik et Tulving (1975) demandent à
des étudiants différents jugements
sur les mêmes 60 mots :
- Est‐il imprimé en majuscules?
(Traitement graphique)
- Rime‐t‐il avec « chaise »?
(Traitement phonétique)
- Est-ce un nom d’animal?
(Traitement sémantique)
Craik, F. I., & Tulving, E. (1975). Depth of processing and the retention of words in episodic memory. Journal
of Experimental Psychology: General, 104(3), 268.
http://theses.univ-lyon2.fr/documents/getpart.php?id=lyon2.2001.mouchetant-rostaing_y&part=49632
Les niveaux de traitement
Apprentissages massés ou distribués
Rohrer, D., & Taylor, K. (2006). The effects of overlearning and distributed practise on the retention of mathematics knowledge.
Applied Cognitive Psychology, 20(9), 1209–1224. doi:10.1002/acp.1266
Calculer le nombre de permutations différentes d’une chaîne de lettres
avec au moins une lettre répétée (par exemple aabbccc)
Rohrer, D., & Taylor, K. (2006). The effects of overlearning and distributed practise on the retention of mathematics
knowledge. Applied Cognitive Psychology, 20(9), 1209–1224. doi:10.1002/acp.1266
Apprentissages massés ou distribués
• Seule la présentation distribuée entraîne une
augmentation progressive d’activation dans le
précuneus (mémoire épisodique).
• Inversement, le regroupement augmente
l’activation dans le cortex préfrontal droit,
associé à la mémoire de travail.
• « Illusion de savoir » liée à la disponibilité de
l’information en mémoire de travail, et non
pas dans la mémoire à long terme.
Apprentissages massés ou distribués
Cepeda, N. J., Pashler, H., Vul, E., Wixted, J. T., & Rohrer, D. (2006). Distributed practice in verbal recall tasks: A
review and quantitative synthesis. Psychological Bulletin, 132(3), 354–380.
Conséquences sur l’organisation des manuels
• Chapitre 1 ; exercices du chapitre 1 / Chapitre 2 ;
exercices du chapitre 2. etc.
• Espacement insuffisant entre l’apprentissage et
le test.
• Absence de méta‐apprentissage : L’élève
n’apprend pas à déterminer quelle méthode est
la plus appropriée pour un problème donné
• Le mélange des exercices améliore grandement la
performance en mathématiques
Rohrer, D., & Taylor, K. (2006). The effects of overlearning and distributed practise on the retention of mathematics knowledge.
Applied Cognitive Psychology, 20(9), 1209–1224. doi:10.1002/acp.1266
Rohrer, D., & Taylor, K. (2007). The shuffling of mathematics problems improves learning. Instructional Science, 35(6), 481–498.
Le sommeil
Lee, A. K., & Wilson, M. A. (2002). Memory of
sequential experience in the hippocampus during slow
wave sleep. Neuron, 36(6), 1183–1194.
‐ Effet protecteur du sommeil
(théorie « passive »)
‐ Fatigue au moment du test.
‐ Effet d’interférence des activités
durant l’éveil.
- Effet consolidateur
Quels espacements ?
Nicholas J. Cepeda,1,2 Noriko Coburn,2 Doug Rohrer,3 John T. Wixted,2 Michael C. Mozer,4 and Harold
Pashler. (2009) Optimizing Distributed Practice Theoretical Analysis and Practical Implications.
Nicholas J. Cepeda,1,2 Noriko Coburn,2 Doug Rohrer,3 John T. Wixted,2 Michael C. Mozer,4 and Harold
Pashler. (2009) Optimizing Distributed Practice Theoretical Analysis and Practical Implications.
• Méthode : tache d’apprentissage et de rétention de mots
• Apprentissage de vocabulaire en Swahili (Jani = cheval)
• Phase d’apprentissage
• Révision : 1, 2, 4, 7 et 14 jours
• Test après 10 j
• Meilleure performance obtenue quand la révision a lieu le lendemain
(effet du sommeil), puis cela diminue progressivement
Quels espacements ?
Nicholas J. Cepeda,1,2 Noriko Coburn,2 Doug Rohrer,3 John T. Wixted,2 Michael C. Mozer,4 and Harold
Pashler. (2009) Optimizing Distributed Practice Theoretical Analysis and Practical Implications.
• Phase d’apprentissage
• Révision : 1, 7, 28, 84, 168 jours
• Test après 6 mois
• Meilleure performance obtenue quand la révision a lieu après un
délai de 28 jours.
• Le délai optimal n’existe pas !
• Il augmente avec la durée de rétention en mémoire
Quels espacements ?
• L’espacement doit être choisi en fonction de la durée de mémorisation
visée
• Cepeda, Vul, Rohrer, Wixted et Pashler (2008) : l’intervalle optimal est de
l’ordre de 10 à 20% du délai de rétention souhaité
• La mémoire peut augmenter d’un facteur 2 ou 3 lorsque l’intervalle de
révision est optimisé
• Un délai de révision trop court est bien pire qu’un délai trop long
Quels espacements ?
Implications éducatives
• Trois facteurs modulent la force de la mémoire et la vitesse de l’oubli :
1. La profondeur de l’encodage initial :
‐ Faire travailler activement les élèves sur le sens de ce qu’ils apprennent
2. L’alternance de périodes d’apprentissage et de test :
‐ Ne pas simplement exposer les élèves à un cours magistral, mais les tester
en permanence, leur demander de donner une réponse et corriger leurs
erreurs
3. La distribution de l’apprentissage en plusieurs fois :
‐ Espacer les séances d’apprentissage sur plusieurs jours ou semaines, et y
revenir plusieurs mois après, ou même l’année suivante.
Les neurosciences affectives
Les neurosciences affectives
• Etude des émotions, des sentiments, des capacités relationnelles
• Quasiment pas de recherche en France sur le sujet
• Récentes : une 15 d’années
Les neurosciences affectives
• Le cerveau de l’enfant est beaucoup plus fragile, malléable et immature
que tout ce que l’on pensait
• Les premières années de vie sont déterminantes
• Les relations humaines sont capitales pour la construction cérébrale :
- développement des neurones
- myélinisation
- sécrétion des molécules cérébrales
- connexions synaptiques
- axe qui gère le stress
Chez les adultes
• Les neurones du cortex préfrontal, où s’établit une bonne part du
contrôle rationnel des émotions, ne parvient à maturité qu’au début
de l’âge adulte.
• Cortex préfrontal : gestion des émotions, prise de recul
• Emil Cocccaro (2011) : les adultes violents ont un cortex préfrontal
hypoactif
• Ultime étape (COF), mature à 25/30 ans
Chez l’enfant
• Développement important durant les 5 premières années
• L’enfant ne peut pas contrôler ses émotions (structures cérébrales
non matures)
• Orages émotionnels
• Il ne peut pas s’apaiser seul
• A partir de 5 ans (si bon environnement) l’enfant commence à
identifier les causes de ses émotions
• L’expression verbale des émotions est source de bien-être (à l’inverse
la répression des émotions est source de stress)
Stress
• Si l’enfant n’est pas apaisé : sécrétion de molécules de stress (cortisol)
• Amygdale est mature dès la naissance (sécrétion cortisol)
• Extrêmement néfaste pour le cerveau (Bruce McEwen, 2007, 2008 2011)
• Fragilise l’hippocampe (↘️ mémoire)
• Le cortisol :
- freine la multiplication des neurones
- altère la gaine de myéline
- destruction des neurones
McEwen, B. S. (2007). Physiology an neurobiology of stress and adaptation : Central role of brain. Physiological Reviews, 87, 873-904.
McEwen, B. S. (2008). Central effects of stress hormones in health and disease : Undergoing the protective an damaging effects of stress
mediators. European Journal of Phamacology, 583, 174-185.
McEwen, B. S. (2011). Introduction to social neuroscience : Gene, envoronment, brain, body. Annals of the Ne York Academy of Sciences,
August, 1231(1), VII-IX.
L’environnement
• C’est l’environnement qui permet la
maturation
• Entourage empathique, aide à exprimer ses
émotions, apaisant
• Rassurer, sécuriser, consoler, permet de
développer des connexions essentielles qui lui
permettront d’apaiser ses sentiments
• Il ne s’agit pas de céder mais d’apaiser, de
mettre des mots
• Une attitude soutenante permet une
croissance de l’hippocampe
• Assister à la résolution apaisée de conflits aide
à la maturation du cerveau (neurones miroirs)
La résilience
• Possibilité de mener une vie « normale » et
heureuse malgré des expériences traumatisantes
(Werner, Smith, 1980 – 643 enfants)
• On ne peut pas préjuger de l’avenir de ces enfants
• Nombreux facteurs : génétique, personnalité,
rencontres, …
• Le facteur le plus important de résilience est la
rencontre de personnes bienveillantes,
soutenantes, aimantes, …
• Les « tuteurs de résilience »
Wermer, E. E., & Smith, R. S. (1982). Vulnerable but Invicible : A Longitudinal Study of Resilient children an Youth. New York,
McGraw Hill.
Emmy Werner & Ruth Smith, Overcoming the Odds. High Risk Children from Birth to Adulthooda,Cornell University Press,
Ithaca - London, 1992.
Merci de votre attention

Contenu connexe

Tendances

La communication en entreprise
La communication en entrepriseLa communication en entreprise
La communication en entrepriseHouda MEKOUAR
 
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. ClauzardIngénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzardphilip61
 
522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdf
522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdf522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdf
522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdfYoussef795209
 
Poly physio qcm 10 11
Poly physio qcm 10 11Poly physio qcm 10 11
Poly physio qcm 10 11bigwar
 
1.1 Politique d’entreprise
1.1 Politique d’entreprise1.1 Politique d’entreprise
1.1 Politique d’entrepriseFethi Ferhane
 
Les styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.pptLes styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.pptnhoussali
 
cours 1 Design-Thinking (1).pdf
cours 1 Design-Thinking (1).pdfcours 1 Design-Thinking (1).pdf
cours 1 Design-Thinking (1).pdfmoha750516
 
Le travail en equipe
Le travail en equipe Le travail en equipe
Le travail en equipe Signos
 
Les questionnaires de personnalité - Ecobiz
Les questionnaires de personnalité - EcobizLes questionnaires de personnalité - Ecobiz
Les questionnaires de personnalité - EcobizKm30
 
Présentation management agile PMI
Présentation management agile PMIPrésentation management agile PMI
Présentation management agile PMIDavid Brocard
 
LES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTES
LES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTESLES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTES
LES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTESReine DAGBO
 
La Gestion des Conflits
La Gestion des ConflitsLa Gestion des Conflits
La Gestion des ConflitsImane SBAI
 
Les secrets dune équipe de travail performante
Les secrets dune équipe de travail performanteLes secrets dune équipe de travail performante
Les secrets dune équipe de travail performanteDrake International
 
Manuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursManuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursJamaity
 

Tendances (20)

Travail d quipe_a
Travail d quipe_aTravail d quipe_a
Travail d quipe_a
 
La communication en entreprise
La communication en entrepriseLa communication en entreprise
La communication en entreprise
 
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. ClauzardIngénierie de formation, compil de P. Clauzard
Ingénierie de formation, compil de P. Clauzard
 
522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdf
522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdf522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdf
522 - La boîte à outils des formateurs (1).pdf
 
Ethique professionnelle
Ethique professionnelleEthique professionnelle
Ethique professionnelle
 
Poly physio qcm 10 11
Poly physio qcm 10 11Poly physio qcm 10 11
Poly physio qcm 10 11
 
1.1 Politique d’entreprise
1.1 Politique d’entreprise1.1 Politique d’entreprise
1.1 Politique d’entreprise
 
Les styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.pptLes styles de leadership.ppt
Les styles de leadership.ppt
 
cours 1 Design-Thinking (1).pdf
cours 1 Design-Thinking (1).pdfcours 1 Design-Thinking (1).pdf
cours 1 Design-Thinking (1).pdf
 
brainstorming
brainstormingbrainstorming
brainstorming
 
Les neurosciences
Les neurosciencesLes neurosciences
Les neurosciences
 
Le travail en equipe
Le travail en equipe Le travail en equipe
Le travail en equipe
 
La Gestion du Temps
La Gestion du TempsLa Gestion du Temps
La Gestion du Temps
 
Les questionnaires de personnalité - Ecobiz
Les questionnaires de personnalité - EcobizLes questionnaires de personnalité - Ecobiz
Les questionnaires de personnalité - Ecobiz
 
Présentation management agile PMI
Présentation management agile PMIPrésentation management agile PMI
Présentation management agile PMI
 
LES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTES
LES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTESLES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTES
LES APPROCHES PEDAGOGIQUES DE LA FORMATION DES ADULTES
 
La Gestion des Conflits
La Gestion des ConflitsLa Gestion des Conflits
La Gestion des Conflits
 
Les secrets dune équipe de travail performante
Les secrets dune équipe de travail performanteLes secrets dune équipe de travail performante
Les secrets dune équipe de travail performante
 
Gestion du temps
Gestion du tempsGestion du temps
Gestion du temps
 
Manuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursManuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateurs
 

Similaire à Neurosciences

Neurosciences et pédagogie meetup
Neurosciences et pédagogie meetupNeurosciences et pédagogie meetup
Neurosciences et pédagogie meetupJérôme Bocquet
 
Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...
Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...
Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...Bibdoc 37
 
Neuroscience enseignement - Apprendre par le jeu
Neuroscience enseignement - Apprendre par le jeuNeuroscience enseignement - Apprendre par le jeu
Neuroscience enseignement - Apprendre par le jeuAntoine Taly
 
Power point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdfPower point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdfJessica Dubois
 
Power point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdfPower point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdfLea OLIVETTE
 
Les enfants intellectuellement précoces
Les enfants intellectuellement précocesLes enfants intellectuellement précoces
Les enfants intellectuellement précocesc_filleul
 
Livret pedagogie-neuropsychologie
Livret pedagogie-neuropsychologieLivret pedagogie-neuropsychologie
Livret pedagogie-neuropsychologiechlaine
 
2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdf
2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdf2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdf
2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdfMathieu Hainselin
 
1 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_2
1 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_21 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_2
1 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_2TICE10AUBE
 
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4Philippe Watrelot
 
L'évaluation de La classe inversée par la recherche
L'évaluation de La classe inversée par la rechercheL'évaluation de La classe inversée par la recherche
L'évaluation de La classe inversée par la rechercheMarcel Lebrun
 
method jurid.pdf
method jurid.pdfmethod jurid.pdf
method jurid.pdfAbdel717751
 
La Mémoire maria et lara.pptx
La Mémoire maria et lara.pptxLa Mémoire maria et lara.pptx
La Mémoire maria et lara.pptxCharbelKhalil12
 
Développement cognitif de l'enfant J Piaget.pptx
Développement cognitif de l'enfant J Piaget.pptxDéveloppement cognitif de l'enfant J Piaget.pptx
Développement cognitif de l'enfant J Piaget.pptxKhaoula509835
 
Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)
Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)
Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)Anne Petit
 

Similaire à Neurosciences (20)

Neurosciences et pédagogie meetup
Neurosciences et pédagogie meetupNeurosciences et pédagogie meetup
Neurosciences et pédagogie meetup
 
Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...
Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...
Canope 37 - Sciences cognitives et enseignement : les neurosciences au servic...
 
Sciences cognitives et enseignement
Sciences cognitives et enseignementSciences cognitives et enseignement
Sciences cognitives et enseignement
 
Neuroscience enseignement - Apprendre par le jeu
Neuroscience enseignement - Apprendre par le jeuNeuroscience enseignement - Apprendre par le jeu
Neuroscience enseignement - Apprendre par le jeu
 
Power point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdfPower point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdf
 
Power point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdfPower point eip 2016 pdf
Power point eip 2016 pdf
 
Les enfants intellectuellement précoces
Les enfants intellectuellement précocesLes enfants intellectuellement précoces
Les enfants intellectuellement précoces
 
Livret pedagogie-neuropsychologie
Livret pedagogie-neuropsychologieLivret pedagogie-neuropsychologie
Livret pedagogie-neuropsychologie
 
2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdf
2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdf2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdf
2022 06 03 SIFEM Stratégies d'apprentissages neuromythes MH.pdf
 
Atole
AtoleAtole
Atole
 
Expo
ExpoExpo
Expo
 
Expo
ExpoExpo
Expo
 
La découverte
La découverteLa découverte
La découverte
 
1 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_2
1 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_21 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_2
1 2 methodes_et_manuels_lien_xxi_2
 
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
Ph w évaluation-lyon-nov17-séance 4
 
L'évaluation de La classe inversée par la recherche
L'évaluation de La classe inversée par la rechercheL'évaluation de La classe inversée par la recherche
L'évaluation de La classe inversée par la recherche
 
method jurid.pdf
method jurid.pdfmethod jurid.pdf
method jurid.pdf
 
La Mémoire maria et lara.pptx
La Mémoire maria et lara.pptxLa Mémoire maria et lara.pptx
La Mémoire maria et lara.pptx
 
Développement cognitif de l'enfant J Piaget.pptx
Développement cognitif de l'enfant J Piaget.pptxDéveloppement cognitif de l'enfant J Piaget.pptx
Développement cognitif de l'enfant J Piaget.pptx
 
Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)
Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)
Apprendre à apprendre : ça s'apprend ! (Le mindmapping)
 

Dernier

EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les ÉcolesEL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les ÉcolesSOLIANAEvelyne
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Technologia Formation
 
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptxMARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptxMartin M Flynn
 
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...zidani2
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024frizzole
 
Résultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdf
Résultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdfRésultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdf
Résultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdfGERESO
 
Festival de Cannes 2024.pptx
Festival    de     Cannes        2024.pptxFestival    de     Cannes        2024.pptx
Festival de Cannes 2024.pptxTxaruka
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Pedago Lu
 
Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?sashaflor182
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsTechnologia Formation
 
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprisesGestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprisesHamdConseil
 

Dernier (11)

EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les ÉcolesEL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
EL KATRY Reem: Proposition de Programme Artistique et Exposition pour les Écoles
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptxMARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
MARTYRS DE TURQUIE – une histoire de persécution chrétienne en Anatolie.pptx
 
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
Decret-n°19-10-du-23-janvier-2019-reglementant-lexportation-des-déchets-spéci...
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Résultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdf
Résultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdfRésultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdf
Résultats enquête RH 2024 Fonction Publique.pdf
 
Festival de Cannes 2024.pptx
Festival    de     Cannes        2024.pptxFestival    de     Cannes        2024.pptx
Festival de Cannes 2024.pptx
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?Comment enseigner la langue française en Colombie?
Comment enseigner la langue française en Colombie?
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprisesGestion des flux de trésorerie dans les entreprises
Gestion des flux de trésorerie dans les entreprises
 

Neurosciences

  • 1. Nicolas TRIBOUT Doctorant en psychologie cognitive Conseiller pédagogique Luxeuil Les neurosciences au service des apprentissages
  • 4. Neuroéducation : attention danger ! • Bruno Della Chiesa connu pour avoir forgé les termes « neuromythe » (2002) et « neuro- pirates » (2013). • La neuroscience est désormais populaire dans le milieu éducatif : se méfier du phénomène de mode. • En raison du côté vendeur du cerveau, le marché est abreuvé de prétendus « programmes de formation » ou de « méthodes clé en main » • Se rappeler les limites de la discipline Della Chiesa, B.(2002).Comprendre le cerveau – Vers une nouvelle science de l’apprentissage. Paris: OCDE/Maison des Sciences de l’Homme.
  • 5. ChercheurPédagogue de terrain Une "caste de pédagogues prétentieux" qui serait à l'origine des problèmes actuels de l'Education nationale.
  • 6. Olivier HOUDE Harold PASHLER Catherine GUEGUEN Stanislas DEHAENE
  • 7. •L’attention •L’engagement/la motivation •Erreur et retour d’erreur (feedback) •Optimisation de la mémoire •Les neurosciences affectives + 4 Piliers de l’apprentissage (Dehaene 2014) Dehaene, S (2014). Fondements cognitifs des apprentissages scolaires. Disponibles à : http://www.college-de- france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2014-2015.htm
  • 9. Mémoire à court terme Mémoire de travail
  • 10. L’attention • L’ensemble des mécanismes qui nous permettent de : - sélectionner une information - et ses étapes de traitement • Elle peut faciliter l’apprentissage, mais aussi l’orienter dans la mauvaise direction. • Le talent d’un enseignant consiste à canaliser, captiver et orienter l’attention de l’élève (Dehaene, 2014).
  • 11. 3 systèmes attentionnels Posner (1980) Orienting of attention. Quarterly Journal of Experimental Psychology. 32(1):3-25. L’alerte1 L’orientation2 Le contrôle exécutif3
  • 12. (1) L’alerte • Modulation globale de la vigilance • L'attention est fortement dépendante de ce qui se passe dans notre environnement (facteurs externes), mais aussi de facteurs internes tels que la motivation, la fatigue, les priorités, l'intérêt porté à une activité • Prendre en compte le rôle du sommeil, l’importance des pauses, de l’activité physique, de la nutrition  Emploi du temps
  • 13.
  • 14. (2) L’orientation • La capacité à focaliser son attention sur le bon stimulus. • Lorsque nous sommes engagés dans une tâche donnée, les stimuli non‐pertinents peuvent devenir littéralement invisibles. • L’enseignant doit créer des matériaux attrayants mais qui ne distraient pas l’enfant de sa tâche primaire. Tout doit être mis en œuvre pour orienter l’attention vers le niveau pertinent.
  • 15. Extension du champ Intraub, 1989 Cécité au changement Rensink, 1997 Mémoire des détails Brady, Konkle, Alavarez et Olivia, 2008
  • 16. Le goulot d’étranglement • Le traitement de la cible T2 est massivement différé (période psychologique réfractaire).
  • 17. L’effet cocktail party Moray, Neville (1959). "Attention in dichotic listening: Affective cues and the influence of instructions" . Quarterly Journal of Experimental Psychology. 11 (1): 56–60.
  • 18. La double tâche • Lorsque le cerveau est occupé à gérer une tache non automatisée, toutes les ressources attentionnelles sont sollicitées par cette activité́. Celles-ci ne peuvent se répartir sur d’autres actions cognitives. • Cette situation est souvent problématique et majore les difficultés chez les enfants dys-. Exemple : écrire et réfléchir en même temps. Situation qui met en jeu simultanément deux tâches cognitives et nécessite de partager son attention.
  • 19. Samier, R., Jacques, S. (2016). Pédagogie et neuropsychologie. Quelles stratégies pour les enseignants ? Disponible à : https://www.ac- clermont.fr/disciplines/fileadmin/user_upload/Mathematiques/pages/Troubles/livret-pedagogie-neuropsychologie-2.pdf
  • 20. Focaliser l’attention • Dans l’espèce humaine, l’orientation de l’attention dépend de signaux sociaux qui déterminent l’apprentissage • Ces « signaux sociaux ostensibles » (contact visuel ou verbal) induisent une « posture pédagogique » chez l’enfant. Meltzoff, A. N., Kuhl, P. K., Movellan, J., & Sejnowski, T. J. (2009). Foundations for a new science of learning. Science (New York, N.Y.), 325(5938), 284–288. doi:10.1126/science.1175626
  • 21. Senju, A., & Csibra, G. (2008). Gaze following in human infants depends on communicative signals. Current Biology: CB, 18(9), 668–671. Les enfants de six mois sont sensibles au contact visuel ou verbal et l’utilisent pour suivre le regard. L’attitude de l’enseignant est donc essentielle : capter l’attention de l’enfant par le contact visuel et verbal
  • 22. La généralisation Egyed, K., Király, I., & Gergely, G. (2013). Communicating shared knowledge in infancy. Psychological Science, 24(7), 1348.
  • 23. • L’apprentissage en société permet l’acquisition rapide de connaissances génériques ou sémantiques. • Le cerveau de l’enfant interprète spontanément les indices de communication ostensible comme ayant plus de chances de véhiculer des informations génériques, qui vont au‐delà des informations épisodiques ou spécifiques à une personne donnée. La généralisation
  • 24. Le Triptyque attentionnel Pointer du doigt Pointer du regard Pointer de la voix Facteurs internes
  • 25. (3) Le contrôle exécutif Compétences cognitives qui nous permettent d’agir de façon organisée pour atteindre nos objectifs. Parmi les processus qui relèvent du contrôle exécutif figurent – Le maintien d’un but – La sélection des représentations perceptives, des actions et des opérations pertinentes – L’inhibition des actions inappropriées – La détection et la correction des erreurs
  • 29. Louise a 25 billes. Elle a 5 billes de plus que Léo. Combien Léo a-t-il de billes ? • L'élève ne parvient pas à inhiber l’automatisme implicite : il y a le mot plus alors j’additionne (25+5=30) afin d’activer la soustraction (25-5=20) • Le système 3 demande un coût plus important L’inhibition Siegler, R. S. (1989). Mechanisms of cognitive development. Annual Review of Psychology, 40, 353–379.
  • 30. • « Je les mang… » « Je vous le dir… » • L'élève ne parvient pas à inhiber l’accord avec le mot le plus proche. • Inutile donc de répéter, au-delà du nécessaire, les règles logiques de l’addition et de la soustraction (Système 2). • Faire prendre conscience de l'erreur pour inhiber les automatismes L’inhibition
  • 31. Apprendre à inhiber • Il existerait un lien entre activité physique et inhibition. • Les personnes qui parlent deux langues (ou plus) couramment ont une capacité d’inhibition supérieure à la moyenne. Cet état de fait soutient l’idée d’un apprentissage précoce d’une langue étrangère. • Jouer à des jeux de contrôle permettrait de développer les mécanismes d’inhibition cérébrale. • Prévenir les apprenants de l’existence de pièges et leur apprendre à les reconnaître favorise l’inhibition cérébrale. • En plus de demander aux élèves de trouver les réponses justes, il serait pertinent de leur apprendre à identifier et trier les réponses pièges. Olivier Houdé – Le cerveau apprend en inhibant. (2017) Disponible à : http://apprendre-reviser- memoriser.fr/inhibition-cerebrale-apprentissage-cerveau-houde/
  • 32. Des jeux pour apprendre à inhiber • Le ni OUI ni NON • Jacques a dit • 1 2 3 soleil • Jacques a dit • Chameaux/Chamois • L’âne têtu • ROUGE VERT JAUNE • …
  • 33. Diamond, A., Barnett, W. S., Thomas, J., & Munro, S. (2007). Preschool Program Improves Cognitive Control. Science, 318(5855), 1387–1388.
  • 35. Modèles d’apprentissage De nombreux modèles de l’apprentissage (cerveau Bayésien/statisticien, Dehaene), suggèrent que : ‐ Le cerveau génère en permanence des prédictions sur le monde extérieur ‐ La comparaison avec la réalité génère un signal d’erreur (surprise) ‐ Le modèle interne est ajusté afin de minimiser ce terme d’erreur ‐ Ainsi, la prochaine fois, la prédiction sera mieux ajustée à la réalité ‐ L’apprentissage cesse lorsque l’erreur est nulle.
  • 36. Ce modèle suggère que deux ingrédients sont indispensables à l’apprentissage : 1. L’engagement actif : la génération d’une anticipation sur le monde extérieur 2. Le retour d’information : L’organisme doit apprendre, le plus immédiatement possible, s’il a fait une erreur
  • 37. L’engagement actif • Maximiser la curiosité et la prédiction active • Très peu d’apprentissage quand on est passif • Apprentissage = différence entre ce que j’anticipe et ce que je reçois Expérience classique de Held & Hein (1963)
  • 38. Effort cognitif • « Les notes étaient aiguës parce que la couture s'est déchirée » Indice : Cornemuse • Effort after meaning • Oblige les élèves à un surcroît d’engagement et d’effort cognitif (Dehaene, 2014) • « Rendre les conditions d’apprentissage plus difficiles, ce qui oblige les élèves à un surcroît d’engagement et d’effort cognitif, conduit souvent à une meilleure rétention. » Zaromb, F. M., Karpicke, J. D., & Roediger, H. L. (2010). Comprehension as a basis for metacognitive judgments: effects of effort after meaning on recall and metacognition. J Exp Psychol Learn Mem Cogn, 36(2), 552–7.
  • 39. Les feedback • La théorie de l’apprentissage distingue trois formes d’apprentissage : - Non‐supervisé : le système internalise les régularités des stimuli qu’il reçoit, sans qu’une distinction soit faite entre les entrées et les sorties désirées. - Supervisé : à chaque essai, le système est informé de la réponse qui aurait été correcte. - Par récompense : le système ne reçoit qu’un scalaire (se résume à un simple nombre, une note) • L’apprentissage supervisé est le plus efficace. L’apprentissage par récompense pose un difficile problème d’attribution : il est difficile de savoir quel choix (parmi tous ceux effectués) a conduit à l’erreur, surtout si un délai intervient.
  • 40. L’effet des tests • Des centaines de travaux montrent que se tester améliore l’apprentissage et la rétention à long terme • Expérience de Karpicke et Roediger (2008, science) : tâche apprentissage de vocabulaire de mots étrangers (mots Swahili-anglais) • 3 conditions expérimentales : ST ST ST ST = 4 phases etude + 4 phases test ST SS ST SS = 6 phases etude + 2 phases test SS SS SS SS = 8 phases etude + 0 phases test Apprentissage optimal lorsque l’enfant alterne phases d’étude et phases de test de ses connaissances
  • 41. La motivation Seligman, M. E. P. (1972). "Learned helplessness". Annual Review of Medicine. 23 (1): 407–412. http://eosmith.com/still-money-learned-helplessness-greed-part-1/
  • 42. Apprendre la résignation http://eosmith.com/still-money-learned-helplessness-greed-part-1/ Seligman, M. E. P. (1972). "Learned helplessness". Annual Review of Medicine. 23 (1): 407–412.
  • 43. Dans les classes… BUREAU WAGON ELUES ZEN ROUSSI ELUES « Je me suis sentie nulle » « Je n’ai même pas essayé de faire la dernière »
  • 44. La menace du stéréotype Présentation de la tâche : -mesure des capacités intellectuelles -résolution de problème -un jeu/un défi Claude M. Steele et Joshua Aronson, « Stereotype Threat and the Intellectual Test Performance of African Americans », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 69, no 5, novembre 1995, p. 797-811
  • 45. P. Huguet et I. Régner, « Stereotype Threat Among Schoolgirls in Quasi-Ordinary Classroom Circumstances », Journal of Educational Psychology, vol. 99, no 3, août 2007, p. 545-560 Adapted from the Rey-Osterrieth Complex Figure (ROCF) La menace du stéréotype
  • 47. Power Posing • La posture du super-héros est bonne pour l’estime de soi • Prendre la position pendant 2 minutes permet d’augmenter le taux de testostérone de 20% et baisser le taux de cortisol de 30%. Cuddy, Amy J.C., Caroline A. Wilmuth, and Dana R. Carney. "The Benefit of Power Posing Before a High-Stakes Social Evaluation." Harvard Business School Working Paper, No. 13-027, September 2012. Dana R. Carney1, Amy J.C. Cuddy2, and Andy J. Yap . (2010). Dana R. Carney1, Amy J.C. Cuddy2, and Andy J. Yap. Psychological Science 21(10) 1363–1368.
  • 49. L’oubli • Ebbinghaus (1885) • Avoir conscience qu’oublier est un processus normal et nécessaire est déjà un premier pas vers l’évolution des pratiques • Eustache (2014), la sémantisation et la généralisation ne peuvent se produire sans l’oubli des caractéristiques initiales • Il apparait plus pertinent de chercher comment retarder l’oubli
  • 50. Le sur-apprentissage • Loftus (1985) réanalyse de nombreuses données et montre que l’oubli est (légèrement) plus lent lorsque les faits initiaux ont été sur‐appris. Il semble donc possible de prolonger la mémoire. Loftus, G. R. (1985). Evaluating forgetting curves. Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, 11(2), 397.
  • 51. Les niveaux de traitement Craik et Tulving (1975) demandent à des étudiants différents jugements sur les mêmes 60 mots : - Est‐il imprimé en majuscules? (Traitement graphique) - Rime‐t‐il avec « chaise »? (Traitement phonétique) - Est-ce un nom d’animal? (Traitement sémantique) Craik, F. I., & Tulving, E. (1975). Depth of processing and the retention of words in episodic memory. Journal of Experimental Psychology: General, 104(3), 268.
  • 53. Apprentissages massés ou distribués Rohrer, D., & Taylor, K. (2006). The effects of overlearning and distributed practise on the retention of mathematics knowledge. Applied Cognitive Psychology, 20(9), 1209–1224. doi:10.1002/acp.1266 Calculer le nombre de permutations différentes d’une chaîne de lettres avec au moins une lettre répétée (par exemple aabbccc)
  • 54. Rohrer, D., & Taylor, K. (2006). The effects of overlearning and distributed practise on the retention of mathematics knowledge. Applied Cognitive Psychology, 20(9), 1209–1224. doi:10.1002/acp.1266 Apprentissages massés ou distribués
  • 55. • Seule la présentation distribuée entraîne une augmentation progressive d’activation dans le précuneus (mémoire épisodique). • Inversement, le regroupement augmente l’activation dans le cortex préfrontal droit, associé à la mémoire de travail. • « Illusion de savoir » liée à la disponibilité de l’information en mémoire de travail, et non pas dans la mémoire à long terme. Apprentissages massés ou distribués Cepeda, N. J., Pashler, H., Vul, E., Wixted, J. T., & Rohrer, D. (2006). Distributed practice in verbal recall tasks: A review and quantitative synthesis. Psychological Bulletin, 132(3), 354–380.
  • 56. Conséquences sur l’organisation des manuels • Chapitre 1 ; exercices du chapitre 1 / Chapitre 2 ; exercices du chapitre 2. etc. • Espacement insuffisant entre l’apprentissage et le test. • Absence de méta‐apprentissage : L’élève n’apprend pas à déterminer quelle méthode est la plus appropriée pour un problème donné • Le mélange des exercices améliore grandement la performance en mathématiques Rohrer, D., & Taylor, K. (2006). The effects of overlearning and distributed practise on the retention of mathematics knowledge. Applied Cognitive Psychology, 20(9), 1209–1224. doi:10.1002/acp.1266 Rohrer, D., & Taylor, K. (2007). The shuffling of mathematics problems improves learning. Instructional Science, 35(6), 481–498.
  • 57. Le sommeil Lee, A. K., & Wilson, M. A. (2002). Memory of sequential experience in the hippocampus during slow wave sleep. Neuron, 36(6), 1183–1194. ‐ Effet protecteur du sommeil (théorie « passive ») ‐ Fatigue au moment du test. ‐ Effet d’interférence des activités durant l’éveil. - Effet consolidateur
  • 58. Quels espacements ? Nicholas J. Cepeda,1,2 Noriko Coburn,2 Doug Rohrer,3 John T. Wixted,2 Michael C. Mozer,4 and Harold Pashler. (2009) Optimizing Distributed Practice Theoretical Analysis and Practical Implications.
  • 59. Nicholas J. Cepeda,1,2 Noriko Coburn,2 Doug Rohrer,3 John T. Wixted,2 Michael C. Mozer,4 and Harold Pashler. (2009) Optimizing Distributed Practice Theoretical Analysis and Practical Implications. • Méthode : tache d’apprentissage et de rétention de mots • Apprentissage de vocabulaire en Swahili (Jani = cheval) • Phase d’apprentissage • Révision : 1, 2, 4, 7 et 14 jours • Test après 10 j • Meilleure performance obtenue quand la révision a lieu le lendemain (effet du sommeil), puis cela diminue progressivement Quels espacements ?
  • 60. Nicholas J. Cepeda,1,2 Noriko Coburn,2 Doug Rohrer,3 John T. Wixted,2 Michael C. Mozer,4 and Harold Pashler. (2009) Optimizing Distributed Practice Theoretical Analysis and Practical Implications. • Phase d’apprentissage • Révision : 1, 7, 28, 84, 168 jours • Test après 6 mois • Meilleure performance obtenue quand la révision a lieu après un délai de 28 jours. • Le délai optimal n’existe pas ! • Il augmente avec la durée de rétention en mémoire Quels espacements ?
  • 61. • L’espacement doit être choisi en fonction de la durée de mémorisation visée • Cepeda, Vul, Rohrer, Wixted et Pashler (2008) : l’intervalle optimal est de l’ordre de 10 à 20% du délai de rétention souhaité • La mémoire peut augmenter d’un facteur 2 ou 3 lorsque l’intervalle de révision est optimisé • Un délai de révision trop court est bien pire qu’un délai trop long Quels espacements ?
  • 62. Implications éducatives • Trois facteurs modulent la force de la mémoire et la vitesse de l’oubli : 1. La profondeur de l’encodage initial : ‐ Faire travailler activement les élèves sur le sens de ce qu’ils apprennent 2. L’alternance de périodes d’apprentissage et de test : ‐ Ne pas simplement exposer les élèves à un cours magistral, mais les tester en permanence, leur demander de donner une réponse et corriger leurs erreurs 3. La distribution de l’apprentissage en plusieurs fois : ‐ Espacer les séances d’apprentissage sur plusieurs jours ou semaines, et y revenir plusieurs mois après, ou même l’année suivante.
  • 64. Les neurosciences affectives • Etude des émotions, des sentiments, des capacités relationnelles • Quasiment pas de recherche en France sur le sujet • Récentes : une 15 d’années
  • 65. Les neurosciences affectives • Le cerveau de l’enfant est beaucoup plus fragile, malléable et immature que tout ce que l’on pensait • Les premières années de vie sont déterminantes • Les relations humaines sont capitales pour la construction cérébrale : - développement des neurones - myélinisation - sécrétion des molécules cérébrales - connexions synaptiques - axe qui gère le stress
  • 66.
  • 67. Chez les adultes • Les neurones du cortex préfrontal, où s’établit une bonne part du contrôle rationnel des émotions, ne parvient à maturité qu’au début de l’âge adulte. • Cortex préfrontal : gestion des émotions, prise de recul • Emil Cocccaro (2011) : les adultes violents ont un cortex préfrontal hypoactif • Ultime étape (COF), mature à 25/30 ans
  • 68. Chez l’enfant • Développement important durant les 5 premières années • L’enfant ne peut pas contrôler ses émotions (structures cérébrales non matures) • Orages émotionnels • Il ne peut pas s’apaiser seul • A partir de 5 ans (si bon environnement) l’enfant commence à identifier les causes de ses émotions • L’expression verbale des émotions est source de bien-être (à l’inverse la répression des émotions est source de stress)
  • 69. Stress • Si l’enfant n’est pas apaisé : sécrétion de molécules de stress (cortisol) • Amygdale est mature dès la naissance (sécrétion cortisol) • Extrêmement néfaste pour le cerveau (Bruce McEwen, 2007, 2008 2011) • Fragilise l’hippocampe (↘️ mémoire) • Le cortisol : - freine la multiplication des neurones - altère la gaine de myéline - destruction des neurones McEwen, B. S. (2007). Physiology an neurobiology of stress and adaptation : Central role of brain. Physiological Reviews, 87, 873-904. McEwen, B. S. (2008). Central effects of stress hormones in health and disease : Undergoing the protective an damaging effects of stress mediators. European Journal of Phamacology, 583, 174-185. McEwen, B. S. (2011). Introduction to social neuroscience : Gene, envoronment, brain, body. Annals of the Ne York Academy of Sciences, August, 1231(1), VII-IX.
  • 70. L’environnement • C’est l’environnement qui permet la maturation • Entourage empathique, aide à exprimer ses émotions, apaisant • Rassurer, sécuriser, consoler, permet de développer des connexions essentielles qui lui permettront d’apaiser ses sentiments • Il ne s’agit pas de céder mais d’apaiser, de mettre des mots • Une attitude soutenante permet une croissance de l’hippocampe • Assister à la résolution apaisée de conflits aide à la maturation du cerveau (neurones miroirs)
  • 71. La résilience • Possibilité de mener une vie « normale » et heureuse malgré des expériences traumatisantes (Werner, Smith, 1980 – 643 enfants) • On ne peut pas préjuger de l’avenir de ces enfants • Nombreux facteurs : génétique, personnalité, rencontres, … • Le facteur le plus important de résilience est la rencontre de personnes bienveillantes, soutenantes, aimantes, … • Les « tuteurs de résilience » Wermer, E. E., & Smith, R. S. (1982). Vulnerable but Invicible : A Longitudinal Study of Resilient children an Youth. New York, McGraw Hill. Emmy Werner & Ruth Smith, Overcoming the Odds. High Risk Children from Birth to Adulthooda,Cornell University Press, Ithaca - London, 1992.
  • 72. Merci de votre attention

Notes de l'éditeur

  1. Il est commun de définir aussi la psychologie comme l'étude scientifique des comportements. La psychologie cognitive étudie les grandes fonctions psychologiques de l'être humain que sont la mémoire, le langage, l'intelligence, le raisonnement, la résolution de problèmes, la perception ou l'attention. Les neurosciences sont les études scientifiques du système nerveux, tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement, depuis l'échelle moléculaire jusqu'au niveau des organes, comme le cerveau, voire de l'organisme tout entier.
  2. L’effet mozart
  3. L’âge de raison Les neurosciences affectives Citation de François Fillon
  4. Harold Pashler, Professeur émérite de psychologie à l' Université de Californie à San Diego  Olivier Houdé, professeur de psychologie à l’université Paris‑V Catherine Gueguen, Pédiatre formée à l’haptonomie (étude affectivité) et à la Communication Non Violente Stanislas Dehaene, Professeur au Collège de France - Chaire Psychologie cognitive expérimentale.
  5. Nous sommes tous bombardés d’informations en permanence
  6. Ce qui est au tableau peut être invisible pour un élève 15 passes
  7. Exemple du freinage : Levy, Pashler, Boer (2006) L’effet cocktail party (Moray, 1959). Expérience d’écoute dichotique. Aujourd’hui, de nombreux auteurs pensent que le filtre attentionnel bloque les informations avant que ne soit traité leur sens, mais que par contre notre attention a la capacité de se désengager un bref instant d’une tâche pour aller « sonder » l’intérêt d’un autre canal d’information
  8. L’effet cocktail party (Moray, 1959). Expérience d’écoute dichotique. Aujourd’hui, de nombreux auteurs pensent que le filtre attentionnel bloque les informations avant que ne soit traité leur sens, mais que par contre notre attention a la capacité de se désengager un bref instant d’une tâche pour aller « sonder » l’intérêt d’un autre canal d’information
  9. L’âne têtu : Les joueurs se placent en face du meneur de jeu. Le meneur de jeu donne une consigne comme « tournez à droite ». Le jeu consiste à faire exactement l’opposé (tourner à gauche dans l’exemple).
  10. Nous allons faire un petit exercice facile Si vous dites à un élève qu’il est méchant, nul, il le deviendra
  11. Plusieurs théories : ‐ Effet protecteur du sommeil (théorie « passive ») ‐ Fatigue au moment du test. ‐ Effet d’interférence des activités durant l’éveil.
  12. 215 étudiants
  13. Circuit cérébral des émotions (1995)
  14. Ce sont essentiellement Emmy Werner et Michaël Rutter qui ont donné vie au concept de résilience. Depuis 1955, Emmy suivait le devenir de 698 enfants d’une île hawaïenne extrêmement défavorisée. Trente années plus tard, elle constatait que des enfants qui, de 10 à 18 ans, avaient été très altérés physiquement, psychologiquement et bien sûr socialement, avaient, à l’âge de 30 ans, pu réparer une grande partie de leurs troubles. C’est à Emmy Werner (1982) qu’est attribuée la maternité du concept de résilience. Cette psychologue américaine a suivi à Hawaï 700 enfants sans famille, sans école, agressés physiquement et sexuellement. Trente ans plus tard, la plupart de ces enfants étaient devenus des adultes massacrés. Mais, surprise, 28 % avaient appris un métier, fondé une famille et ne souffraient pas detroubles psychiques majeurs. En France, c’est Boris Cyrulnik, psychiatre, neurologue et éthologue français ; né à Bordeaux en 1937, qui va développer le concept et surtout le faire connaître du grand public. Pour lui, la résilience est un véritable « antidestin ». Boris Cyrulnik pense que les pires épreuves sont surmontables, que la guérison est toujours possible, et que nul n’est condamné au malheur. La résilience est pour lui « ce processus complexe par lequel les blessés de la vie peuvent déjouer tous les pronostics ».