Immenses progrès de l’agriculture              Incompréhension des urbains     Agriculture, technologie et environnement  ...
La révolution silencieuseLes agriculteurs représentaient 40% de la population activefrançaise en 1945 et … 3,3% aujourd’hu...
Une alimentation diversifiée          et bon marchéQui se souvient de ce que l’on mangeait en France, à la fin del’hiver, ...
Une autre évidence oubliée       AGORA - AG - 13 dec 2012 -   Jean de Kervasdoué   4
Bienheureux les riches !Espérance de vie à la naissance en France :       - 35 ans en 1800       - 41 ans en 1845       - ...
Et encore plus bénis sont les           agriculteurs !Selon l’enquête « Agrican – Cohorte de 180 000 membres », publiée en...
Tristes actualités  AGORA - AG - 13 dec 2012 -   Jean de Kervasdoué   7
La fin du cycle de « l’extensification » ?                     Non      Ni d’ailleurs de l’intensificationA partir de 1992...
« Information »        et production agricoleLe 9 juin 2011, après la « sécheresse », le Figaro écrit que « lamoisson fran...
PesticidesDès 1990, l’académie américaine des sciences publie un article qui n’ajamais été remis en cause depuis, démontra...
EauPendant la « sécheresse » du mois de mai 2011, le Préfet du Rhôneprend un arrêté afin d’interdire le remplissage des pi...
OGMLes surfaces cultivées en OGM progressent de 10% entre 2009 et 2010 pouratteindre 148 millions d’hectares (5 fois la su...
C’est avec succès que nous avons          combattu la natureNous avons maîtrisé l’usage de toxiques (eau de javel)Les engr...
Malthus s’est trompéSi le taux de croissance baisse (1,2% en 2011), laTerre accueille + 84 millions l’année passéeLa crois...
Mais “La Nature” demeure le problème          des pays pauvresLes causes de mortalité dans le tiers des pays les pluspauvr...
La nature humaine est le problème des riches et …                 le demeurera  Les causes de mortalité du tiers des pays ...
UNE INCAPACITÉ À MANIER LES VALEURS ABSOLUES ET LES  PROBABILITÉS RELATIVES        AGORA - AG - 13 dec 2012 -   Jean de Ke...
Comptabilité macabre100% d’une classe d’âge est mortelleProbabilité en valeur relativeMorts d’aujourd’hui et mort de demai...
UN « MODÈLE » MÉCANISTE DE   LA BIOLOGIE HUMAINE      OU PLANÉTAIRE        AGORA - AG - 13 dec 2012 -   Jean de Kervasdoué...
La nature est-elle simpliste ?La linéarité avec ou sans seuilToxicité biologique et toxicité bureaucratiqueLes « épidémies...
Des craintes injustifiéesCertains produits chimiques ont mauvaises réputations : lesnitrates, la dioxine, les pesticides …...
Le poids des mots et l’inculture profonde en     biologie humaine et en agronomieLes plantes « pesticides » … en oubliant ...
Les bienfaits du « bio »Les produits issus de l’agriculture biologique ne sont pas plus« naturels » que les autres, ils on...
OGM, obscurantisme et         principe de précautionMais 40% des Français pensent qu’il n’y a de gènes que dansdes plantes...
25
Hawaï:transgenic papaya TransgenicNonTransgenic                AGORA - AG - 13 dec 2012 -   J de K   26
Nutriment, aliment, alimentation et santéSeule la dose fait le poisonLes effets d’une substance ne sont jamais linéairesCe...
Croyances et modes         Vive la glace et le beurre !Les acides gras saturés du lait ont des fonctions trèsimportantesL’...
QUE PENSER DU FAMEUXPRINCIPE DE PRÉCAUTION ?      AGORA - AG - 13 dec 2012 -   Jean de Kervasdoué   29
Un instrument de droit           « mou »De la pollution du Rhin, au traité de Rio, en passant par celuide Maastricht et la...
Il conduit ainsi, en France, à inventer      des notions juridiques aussi   fondamentales et précises que le « risque de t...
Une double insulte à la raisonUne contradiction essentielle entre « l’incertitude dudommage » et l’adoption de « mesures p...
Le principe de précaution n’aurait  pas évité les crises sanitairesSoit parce que l’on connaissait déjà les « précautions ...
Leçons d’une gestionprécautionneuse de la grippe H1N1La précaution des uns (France) n’est pas la précaution des autres (Po...
Une précaution par convictionPour John Graham, conseiller de Georges Bush, « le principede précaution est un concept mythi...
Une précaution par sondageEn cas d’incertitude tant sur l’existence du risque que sur lanature même des moyens de le préve...
Une omnipotence ?Parce que nous avons transformé le monde nous croyons pouvoir lemaîtriserLe pouvoir n’est pas l’omnipoten...
La précaution d’aujourd’hui n’est pas          celle de demain Comment remet-on en cause une décision née de l’application...
Une « application raisonnable »?Demande-t-on une application raisonnable d’unprincipe physique ?Demande-t-on une applicati...
« Ce qui tombe sous le sens, rebondit ailleurs »                     (J. Prévert)Une pratique de l’évaluation des politiqu...
Un orgueil qui résiste à la plus solide           des évidences En matière d’OGM la France a tout perdu : elle en achète, ...
L’orgueil, enfin, de se croire      « exemplaire » (Taxe carbone et énergie)        AGORA - AG - 13 dec 2012 -   Jean de K...
« Le principe de précaution c’est du sérieux qui ne s’adresse à       personne […] il est un principe immodeste, arrogantm...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Intervention Jean de kervasdoue

894 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
894
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
233
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Intervention Jean de kervasdoue

  1. 1. Immenses progrès de l’agriculture Incompréhension des urbains Agriculture, technologie et environnement Malheureusement,Il ne suffit pas de faire bien pour bien faire
  2. 2. La révolution silencieuseLes agriculteurs représentaient 40% de la population activefrançaise en 1945 et … 3,3% aujourd’huiQui en déduit que s’ils sont aujourd’hui urbains c’est grâce àla productivité de l’agriculture ?Les Français de l’époque connaissaient le monderural, notamment parce qu’ils avaient eu faim pendant laguerreAujourd’hui, ils mythifient la natureEt feignent d’ignorer, ou ignorent les incroyables progrèsQuant à l’influence du secteur agricole sur la classe politiqueelle n’a cessé de décroître, à l’Assemblée, puis auSénat, maintenant jusqu’aux communes rurales AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 2
  3. 3. Une alimentation diversifiée et bon marchéQui se souvient de ce que l’on mangeait en France, à la fin del’hiver, il y a cinquante ans ?Vive l’agriculture raisonnée, la chaine du froid et lespesticides !Qui sait pourtant qu’à l’époque, selon l’INSEE, l’alimentationreprésentait 32 % du budget des ménages et 25 %aujourd’hui ?La baisse est encore plus spectaculaire pour l’alimentation àdomicile car elle passe de 32 % à 16 % en 2009. AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 3
  4. 4. Une autre évidence oubliée AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 4
  5. 5. Bienheureux les riches !Espérance de vie à la naissance en France : - 35 ans en 1800 - 41 ans en 1845 - 50 ans en 1900 - 60 ans en 1945 - 80 ans en 2006 - Et 82 ans en 2011 ! AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 5
  6. 6. Et encore plus bénis sont les agriculteurs !Selon l’enquête « Agrican – Cohorte de 180 000 membres », publiée enseptembre 2011, « Les agriculteurs français sont en meilleure santé que lapopulation française, et… montrent une nette sous mortalité pour lapopulation agricole comparativement à la population générale du mêmeâge et du même département » ! :- Une plus grande espérance de vie « Les hommes et les femmes de la cohorte ont respectivement, moins de risque de décéder d’une maladie d’Alzheimer ou de Parkinson (-31% et -36%), d’un infarctus ou d’un AVC (-29% et -23%) ou d’une maladie respiratoire (-34% et - 36%) »- Une sous-mortalité pour la plupart des cancers- Il n’y a qu’une légère surmortalité (+1% pour les hommes, +6% pour les femmes des cancers de la peau)- Malgré des déclarations d’intoxication aux pesticides ayant entrainé une consultation (8,7% chez les hommes, 5,1% chez les femmes) AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 6
  7. 7. Tristes actualités AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 7
  8. 8. La fin du cycle de « l’extensification » ? Non Ni d’ailleurs de l’intensificationA partir de 1992, une pose dans la recherche de la productivité dueà la fin des prix garantisUne baisse de prix et l’alignement progressif sur les cours mondiauxdont il faut cependant rappeler qu’ils demeurent des marchés desurplusUne interdiction d’un nombre croissant de pesticidesPuis une crise alimentaire en 2007-2008En Europe, ce n’est pas le cas dans certains pays du sud quipourraient ainsi accroître leur productivité, les pratiques « bio »conduiraient à une baisse de rendement d’environ 50%La découverte de nouvelles mycotoxines très « naturelles »Quel nouvel équilibre ? AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 8
  9. 9. « Information » et production agricoleLe 9 juin 2011, après la « sécheresse », le Figaro écrit que « lamoisson française de blé s’annonce modeste et que lasécheresse fera chuter les rendements de 15% »Pour le seul blé tendre, la production est de 33,7 millions detonnes contre 35,7 en 2010.A comparer avec les 4,2 millions de tonnes de 1945.Modeste ?Quant à la vigne, elle résiste depuis toujours à la sécheresse AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 9
  10. 10. PesticidesDès 1990, l’académie américaine des sciences publie un article qui n’ajamais été remis en cause depuis, démontrant que 99,99% des pesticidesd’une ration alimentaire moyenne d’un citoyen des Etats-Unis provientdes pesticides naturels (1,5 gr par personne par jour) soit 10 000 fois plusque les traces des produits de synthèseCes substances sont les mêmesPar définition, ces toxines « naturelles » sont plus abondantes chez lesvégétariens !En outre, les plantes non protégées sont plus attaquées par les parasitesque celles qui ne le sont pas car, pour se défendre, elles produisent plus detoxinesQue si l’on souhaite analyser les résidus de produits de synthèse, il fautcomparer leurs effets aux toxines naturelles qui ne sont pas, elles, toujoursà l’état de trace ! AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 10
  11. 11. EauPendant la « sécheresse » du mois de mai 2011, le Préfet du Rhôneprend un arrêté afin d’interdire le remplissage des piscines et lelavage des voitures, alors que le Rhône est en période de fort débit(fonte des neiges), environ 3000 m3/s, et que même si les prairiesdes Dombes sont sèches, l’eau du Rhône ne remontera pas lescollines, faute de pompe et de canalisation.Interdire pourquoi ? Pour être « solidaire » et … idiot.S’il s’arrêtait de pleuvoir, la nappe phréatique de la Beauce a assezd’eau, pour au rythme actuel, arroser pendant … 300 ans !Les guerres de l’eau annoncées n’auront pas lieu, pour de bonnesraisons AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 11
  12. 12. OGMLes surfaces cultivées en OGM progressent de 10% entre 2009 et 2010 pouratteindre 148 millions d’hectares (5 fois la surface cultivable de la France)14 millions d’agriculteurs en produisentUn milliard d’humains en mangentEt la très grande majorité des animaux d’élevage de la planète, dont lescochons bretons qui ne deviennent pas pour autant phosphorescentsLe Conseil d’Etat suspend le moratoire interdisant la commercialisation etl’utilisation des semences du Monsanto 810. Le ministre delAgriculture, Bruno Le Maire, affirme le lundi 28 novembre 2011 que legouvernement allait « examiner tous les moyens pour ne pas cultiver le maïsMonsanto 810 en France ».Bayer abandonne cette activité en EuropeMonsieur Séralini fait en France la « Une » de nombreux journaux. La presseécoute les experts indépendants et pas les 6 académies. Qui est indépendant ? AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 12
  13. 13. C’est avec succès que nous avons combattu la natureNous avons maîtrisé l’usage de toxiques (eau de javel)Les engrais, puis les pesticides, ont grandement accru la productivitéde l’agricultureLa nourriture est bon marché. Elle est aussi variée et fraîcheNous maîtrisons notre environnement immédiat. La génération dubaby-boom (1947-1973) est la première à ne pas avoir eu froid etpourrait ne pas avoir chaudNous avons développé de nouveaux médicaments et les avonsrendus accessibles à tous … AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 13
  14. 14. Malthus s’est trompéSi le taux de croissance baisse (1,2% en 2011), laTerre accueille + 84 millions l’année passéeLa croissance économique mondiale a été de + 4,4%en 2011L’espérance de vie augmente (presque - conflits)partout AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 14
  15. 15. Mais “La Nature” demeure le problème des pays pauvresLes causes de mortalité dans le tiers des pays les pluspauvres (espérance de vie à la naissance inférieure à 60ans sont :- Faible poids : 14,9%- Habitudes sexuelles dangereuses : 10,2%- Carence en zinc, fer et vitamine A : 9,9%- Eau contaminée et absence d’égouts : 5,5%- Maisons enfumées : 3,5%- Tout cela tristement très “naturel” ! AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 15
  16. 16. La nature humaine est le problème des riches et … le demeurera Les causes de mortalité du tiers des pays les plus riches sont : - Le tabac : 12,9% - L’hypertension : 10,9% - L’alcool : 9,2% - L’hypercholestérolémie : 7,6% - L’obésité : 7,4%Nous mourrons de nous-mêmes AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 16
  17. 17. UNE INCAPACITÉ À MANIER LES VALEURS ABSOLUES ET LES PROBABILITÉS RELATIVES AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 17
  18. 18. Comptabilité macabre100% d’une classe d’âge est mortelleProbabilité en valeur relativeMorts d’aujourd’hui et mort de demain (cause de décèset facteurs de risque)Morts attribuablesMorts évitablesMorts statistiquesMorts d’ici et morts d’ailleurs AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 18
  19. 19. UN « MODÈLE » MÉCANISTE DE LA BIOLOGIE HUMAINE OU PLANÉTAIRE AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 19
  20. 20. La nature est-elle simpliste ?La linéarité avec ou sans seuilToxicité biologique et toxicité bureaucratiqueLes « épidémies » de cancer en métropole ou dansles AntillesExemple du nucléaire AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 20
  21. 21. Des craintes injustifiéesCertains produits chimiques ont mauvaises réputations : lesnitrates, la dioxine, les pesticides … Cela est parfois vrai danscertaines conditions de dose, justifié, dans d’autres pas, sousaucune condition (nitrates)Nos inquiétudes de Riches peuvent être mortelles pour lesPauvres : DDT (Les oiseaux de Long Island contre les hommesdes pays tropicaux : 3 millions de morts par an ).Nous craignons les centrales nucléaires alors qu’en 60 ans(Tchernobyl y compris), elle ont été moins dangereuses quel’industrie du charbon en une année ! En outre, le nucléairene produit pas de gaz à effet de serre. AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 21
  22. 22. Le poids des mots et l’inculture profonde en biologie humaine et en agronomieLes plantes « pesticides » … en oubliant que les « pestes »sont naturelles et vraiment des pestes…L’absence de référence aux alternativesLes « entrailles des rats femelles » et pas celles des mâlesdont, selon eux, il est aussi inquiétant qu’ils maigrissent1 kilo de « pesticide » par hectare, combien de kilosd’insectes, de chenilles, de champignons … AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 22
  23. 23. Les bienfaits du « bio »Les produits issus de l’agriculture biologique ne sont pas plus« naturels » que les autres, ils ont simplement suivis uneréglementation différenteAucun avantage nutritif démontréUne hygiène plus incertaineDans certains cas, pas toujours (le cuivre), moins d’impact surle milieu AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 23
  24. 24. OGM, obscurantisme et principe de précautionMais 40% des Français pensent qu’il n’y a de gènes que dansdes plantes transgéniquesLa désinformation se construit sur l’ignoranceLes faucheurs volontaires se comportent comme les moinesde la grande InquisitionEt en vertu du principe de précaution, on demande auxinventeurs de respecter la « clause diabolique »On perdra sur tous les tableaux : on importera desOGM, mais on aura abandonné en chemin une partie de notreindustrie et de notre recherche AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 24
  25. 25. 25
  26. 26. Hawaï:transgenic papaya TransgenicNonTransgenic AGORA - AG - 13 dec 2012 - J de K 26
  27. 27. Nutriment, aliment, alimentation et santéSeule la dose fait le poisonLes effets d’une substance ne sont jamais linéairesCe qui compte c’est l’alimentation, compte-tenu du mode devieOn risque d’avoir des aliments « sains » et une alimentationmalsaineLe bienfait sanitaire des produits « bios » n’a pas étédémontré, en revanche on connaît beaucoup de toxinestrès, très naturelles. AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 27
  28. 28. Croyances et modes Vive la glace et le beurre !Les acides gras saturés du lait ont des fonctions trèsimportantesL’acide butyrique (C4:0) joue un rôle protecteur dans lecancer du colonL’acide myristique joue un rôle dans l’acylation desprotéines« Si l’on compare la matière grasse laitière avec lamatière grasse provenant d’huile très saturée, l’avantagenutritionnel qualitatif revient nettement à la matièregrasse laitière »! Source PH. Le grand, Cholé-doc n° 105, janvier février 2008. AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 28
  29. 29. QUE PENSER DU FAMEUXPRINCIPE DE PRÉCAUTION ? AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 29
  30. 30. Un instrument de droit « mou »De la pollution du Rhin, au traité de Rio, en passant par celuide Maastricht et la charte de l’environnement, un principetoujours évoqué mais jamais défini.Conçu pour être la pierre angulaire du droit del’environnement, il est passé du droit public au droit privé, del’environnement à la santé, de la santé à l’alimentation … AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 30
  31. 31. Il conduit ainsi, en France, à inventer des notions juridiques aussi fondamentales et précises que le « risque de trouble » (pas le trouble lui-même) ou encore le « préjudice d’anxiété » ! AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 31
  32. 32. Une double insulte à la raisonUne contradiction essentielle entre « l’incertitude dudommage » et l’adoption de « mesures proportionnées afinde parer à la réalisation du dommage »Une « évaluation » des risques qui s’est traduite par unedemande de démonstration d’une absence totale de risqueque l’on sait impossible AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 32
  33. 33. Le principe de précaution n’aurait pas évité les crises sanitairesSoit parce que l’on connaissait déjà les « précautions » à prendre (latoxicité de l’amiante, la nécessité de rejeter dès 1983 les dons desang des personnes « à risque » ). Soit parce que l’on ignorait la nature du phénomène(l’interprétation de la séropositivité pour le VIH, le rôle et la naturedu prion pour l’ESB). Il s’agit donc, dans ces cas, d’impossibilitéépistémologique de premier ordre : on ne sait pas.Soit parce que l’on ne savait pas que l’on savait (la préparation de laloi « santé publique » et la canicule en France). Impossibilitéépistémologique de deuxième ordre : on ne sait pas que l’on sait etdans l’algorithme de recherche des précautions celles-ci, paressence, échappent. AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 33
  34. 34. Leçons d’une gestionprécautionneuse de la grippe H1N1La précaution des uns (France) n’est pas la précaution des autres (Pologne)De l’orgueil à l’égoïsme : - La France achète 10% des vaccins mondiaux, 33% du Tamiflu et 1,5 milliard de masques pour le plus grand plaisir des fournisseurs et des souris. (Précaution égoïste, sinon « obscène »)L’orgueil engendre une croyance en la toute puissance : - La France imagine ainsi pouvoir créer de novo un nouveau système de vaccinationIl s’avère inefficace (l’épidémie arrive avant les vaccins, le nombre depersonnes vaccinées est très inférieur à celui d’une campagne« normale »), coûteux, inhumain (certaines « directives » sont assez peuéthiques, potentiellement dangereux (Faut-il regrouper des personnes encas d’épidémie ?) et lourd de conséquences à terme, tant il remet encause l’idée même de vaccination et le rôle des médecins généralisteslongtemps disqualifiésHeureusement, la pandémie a été sauvée par le virus AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 34
  35. 35. Une précaution par convictionPour John Graham, conseiller de Georges Bush, « le principede précaution est un concept mythique, une sorte delicorne », mais Bush envahit l’Iraq … au nom du principe deprécautionFaut-il donner du poids aux conséquences de la guerre (LaFrance) ou rechercher la précaution dans la guerre (Les Alliésdes Etats-Unis) ? Le principe n’aide guère, si j’ose dire.Faut-il protéger les faucons sauvages de Long Island où leshumains des pays tropicaux (DDT) ? La gestion de la grippe H1N1 s’apparente à la gestion de laguerre d’Iraq aux Etats-Unis : Il faut distinguer un risque, lemagnifier, laisser penser qu’on peut le maitriser et effacerl’existence d’éventuels dégâts collatéraux AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 35
  36. 36. Une précaution par sondageEn cas d’incertitude tant sur l’existence du risque que sur lanature même des moyens de le prévenir, on construit desmurailles de Chine, des lignes Maginot ou des châteaux-forts.A l’instar des Romains on sacrifie des poulets, si ce n’est queleur coût est payé par la collectivité.C’est l’opinion qui détermine les domaines pour lesquels ilfaut agir et la nature de ces actions. Bien entendu cela n’estpossible tant que les intéressés ne se sentent pasfinancièrement concernés : pour eux « L’Etat ce n’est pasmoi » !Une incohérence précautionneuse : comment peut-on, parexemple, accepter l’application du principe de précaution auxantennes relais et pas aux médicaments homéopathiques ? AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 36
  37. 37. Une omnipotence ?Parce que nous avons transformé le monde nous croyons pouvoir lemaîtriserLe pouvoir n’est pas l’omnipotence : « J’irai chercher la croissanceavec les dents » ! (N. Sarkozy)« Personne n’avait prévu la guerre de Corée, ni la chute du mur deBerlin. On se trompe à chaque fois à un point que l’on ne mesure pas! » (G. Steiner)Une crise est par essence quelque chose que l’on n’avait pas prévu.On n’est trompé que par les personnes en qui l’on a confiance ….Peu de gens avaient prédit la crise financière et la suite a montréque sa maîtrise n’était, pour le moins, pas consensuelleOn ne peut pas, par essence, se prémunir contre une crisesystémique, en finance comme ailleurs AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 37
  38. 38. La précaution d’aujourd’hui n’est pas celle de demain Comment remet-on en cause une décision née de l’application d’un principe ? Beaucoup de « référentiels » médicaux, de Guidelines se sont avérés inutiles, dangereux coûteux ou inadaptés. Le suivi trop précis de la glycémie en soins intensifs ou en ville, La prescription d’érythropoïétine chez les patients immunodéprimés Les « best practices » de MEDICARE en matière de prothèse de hanche ou de genou L’utilisation du taux de PSA pour le dépistage des cancers de la prostate … Les examens médicaux périodiques ou « check-up » AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 38
  39. 39. Une « application raisonnable »?Demande-t-on une application raisonnable d’unprincipe physique ?Demande-t-on une application raisonnable d’unprincipe moral ?Peut-on être « raisonnablement » honnête alors quel’honnêteté est très souvent déraisonnable ?La raison de qui ? AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 39
  40. 40. « Ce qui tombe sous le sens, rebondit ailleurs » (J. Prévert)Une pratique de l’évaluation des politiques publiquesconduit à … la modestieLa croissance du prix du tabac ne baisse pas saconsommation dans les milieux les plus modestesEn médecine, plus les gens payent de leur poche, plus lesystèmes est onéreux (Etats-Unis)Les sciences sociales c’est déjà difficile, qu’en est-il dulien entre sciences sociales et sciences de la nature (ledébat sur la taxe carbone) AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 40
  41. 41. Un orgueil qui résiste à la plus solide des évidences En matière d’OGM la France a tout perdu : elle en achète, elle en consomme, elle n’a plus d’industrie et un strapontin dans les conférences internationales Il en est de même des cellules souches Les « Robins des toits » ont toujours leurs tribunes Et le rejet des nanotechnologies s’organise Les académies sont classées dans les « lobbies » parce qu’elles rappellent que l’on ne saurait confondre pouvoir et omnipotence AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 41
  42. 42. L’orgueil, enfin, de se croire « exemplaire » (Taxe carbone et énergie) AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 42
  43. 43. « Le principe de précaution c’est du sérieux qui ne s’adresse à personne […] il est un principe immodeste, arrogantmême, postulant pouvoir atteindre la vérité du Bien absolu par éradication du Mal. Sartre dirait que c’est un principe de ‘salaud’, c’est un principe qui donne bonne conscience, quipermet de se prendre au sérieux, qui oublie la [contingence]. Lepouvoir s’autorise le pire au nom du meilleur. L’amplification du risque, la déresponsabilisation individuelle sont le plus clair résultat de cette dramatisation ». Pr. F. Demichel AGORA - AG - 13 dec 2012 - Jean de Kervasdoué 43

×