SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  26
Télécharger pour lire hors ligne
DOULEUR THORACIQUE
Présenté par: Dr. Kerfah S.
Service de Pneumo-phtisiologie/ EHUOran 05/12/2017
INTRODUCTION
 La douleur thoracique est une cause très fréquente de
consultation et correspond à plus de 50% des motifs
d’hospitalisations en cardiologie. Il s’agit donc d’un
symptôme très fréquent qui pose le problème de son
étiologie extrêmement variée, dominée par les causes
cardiovasculaires, au premier plan par l’insuffisance
coronaire.
 Un interrogatoire précis et un examen clinique minutieux
permettent souvent d’orienter le diagnostic..
DEFINITION
 La douleur thoracique désigne toute douleur ou toute
sensation anormale et pénible localisée dans la zone du
thorax. Cette douleur a des caractères différents selon la
cause : elle peut être de survenue brutale ou chronique,
localisée ou s'étendant plus largement, modérée ou
intense...
Chaque organe du thorax peut en
être à l'origine. Par ailleurs,
certaines pathologies de
l'abdomen peuvent se traduire par
des douleurs projetées dans le
thorax.
CLINIQUE
1. Interrogatoire:
 Les antécédents: thromboemboliques, coronaires, pneumothorax…
 Les FDR cardio-vx: HTA, diabète, dyslipidémie…
 Le type de douleur: constrictive, brûlure, écrasement…
 Le mode de déclenchement: Dlr spontanée, à l’effort , posturale…
 L’horaire: fixe ou non, au cours du jour ou de la nuit…
 La durée et l’intensité: heure de début, paroxysmes éventuels.
 L’ancienneté et l’évolution: aiguë ou chronique.
 La topographie: rétro sternale, basi-thoracique, punctiforme…
 L’ irradiation: membre sup, mâchoire, dos.
 Leur reproduction éventuelle à la palpation ( origine pariétale)
 Les signes d’accompagnement: dyspnée, palpitations, cyanose,
malaise, transpiration, fièvre, troubles digestifs.
 Les attitudes antalgiques ou la réponse à tel ou tel antalgique.
 La sensibilité à la trinitrine.
2. Examen physique:
A la recherche des signes de détresse hémodynamique,
respiratoire ou neurologique +++
a) Examen cardiovasculaire
 – Mesure de la pression artérielle aux deux bras.
 – Palpation comparative de tous les pouls périphériques.
 – Auscultation du précordium et des axes vasculaires.
 – Recherche de signes d’insuffisance ventriculaire droite.
 – État veineux et trophique des membres inférieurs.
b) Examen de l’appareil respiratoire
 – Auscultation, palpation et percussion des champs
pulmonaires.
 – Recherche d’une cyanose, d’un hippocratisme digital.
c) Examen général complet
 * l’examen de l’appareil digestif.
 * l’examen neurologique.
 * l’examen du rachis et du gril costal.
3. Examens complémentaires:
Seront systématiquement pratiqués :
 – Biologie sanguine ;
 _ ECG ;
 – Radiographie thoracique face et profil ;
 – Gazométrie artérielle;
 – Dosage Enzymatique: transaminases, créatine
phosphokinase (CPK), lipase, amylase.
Les autres examens (échographie cardiaque,
scintigraphie pulmonaire, angiographie pulmonaire,
scanner thoracique, fibroscopie gastrique) seront
prescrits au cas par cas, selon l’orientation
étiologique.
ETIOLOGIES
I. Douleurs d’origine cardio-vasculaire:
PIED
Dissection
aortique
Embolie
pulmonaire
Insuffisance
coronarienne
Péricardite
aigue
Parmi les causes cardiovasculaires trois urgences vitales
doivent être rapidement éliminées: en priorité l’infarctus du
myocarde, puis par ordre de fréquence l’embolie pulmonaire et
la dissection aortique.
1) Insuffisance coronaire:
 Soupçonnée sur la présence de facteurs de risque cardio-vasculaire :
HTA, diabète, tabac, dyslipidémie ,obésité, sexe masculin et
coronaropathie familiale.
a) Angor stable ou angine de poitrine
 Douleur rétro sternale, oppressive, irradiant dans
les bras et la mâchoire , de brève durée, provoquée par l’effort et
calmée par le repos et/ou la prise de trinitrine.
 L’examen clinique est normal, sauf en cas d’insuffisance
cardiaque associée,
 L’ECG percritique n’est jamais normal : troubles de la
repolarisation (ischémie, ischémie-lésion sous endocardique).
 L’ECG de repos intercritique peut être strictement normal.
 C’est alors l’indication d’un ECG d’effort, éventuellement
complété par une coronarographie.
b) Angor instable de Prinzmetal
 Il réalise des formes de sévérité intermédiaire entre l’angor
d’effort et l’IDM, mais imposent l’hospitalisation en unité de soins
intensifs cardiologiques du fait du risque de survenue d’un IDM.
 La douleur présente les mêmes caractéristiques que l’angor
stable mais survient au repos.
c) Infarctus du myocarde
 – Il réalise une douleur angineuse prolongée avec un sus-
décalage du segment ST à l’ECG, et trinitro-résistance.
 – L’urgence est de débuter le traitement adapté : la thrombolyse.
 – L’élévation enzymatique retardée confirme le diagnostic.
2) Embolie pulmonnaire:
o La douleur est basi-thoracique, brutale , dyspnéisante (polypnée)
augmentant avec les mouvements respiratoires .
o Elle peut s’associer à une angoisse ou parfois à un état de choc avec perte
de connaissance lorsque l’embolie est massive.
o Le diagnostic est suggéré dans certaines situations:
* Post partum , post abortum.
* Chirurgie.
* Alitement prolongé.
* Varices des membres inférieurs.
* Troubles de la coagulation.
o L’ECG peut être normal , ou objective une tachycardie , un bloc de
branche droit , un aspect S1 Q3 ( dextro rotation du cœur) et des troubles
de la repolarisation à droite.
o la gazométrie peut retrouver une hypoxie associée classiquement à
une hypocapnie.
o La radiographie thoracique est le plus souvent normale au début .
o Le dosage des D-dimères a une forte valeur prédictive négative s’il
est inférieur à 250 unités (D-dimères sup à 500 UI EP)
3) Dissection aortique:
o La douleur est très intense d’installation brutale
antérieure ou postérieure (selon la localisation du
segment aortique qui dissèque) avec souvent des
irradiations dorsales et lombaires.
 Il peut s’agir de sujets hypertendus et athéromateux
anciens ou de patients ayant un syndrome de Marfan.
 L’examen clinique recherche:
* une asymétrie tensionnelle.
* une asymétrie des pouls.
* un souffle diastolique d’insuffisance aortique,
frottement péricardique, signant la rupture intra-
péricardique.
* des signes de gravité : collapsus, choc,
tamponnade, hémothorax, hémomédiastin, atteinte des
artères viscérales (AVC, paraplégie, infarctus rénal…).
 La radiographie de thorax montre un élargissement du
médiastin supérieur et parfois un aspect
pathognomonique en double contour de l’aorte.
 L’ECG est le plus souvent normal, parfois il montre des
troubles non spécifiques de la repolarisation.
 Le diagnostic étant posé par le scanner qui permet en
outre d’en définir le stade (indispensable pour choisir le
traitement : chirurgical ou non).
Type A : chirurgie
Type B : TRT
médical anti HTA
4) Péricardite aigue:
 Sujet jeune masculin dans un contexte infectieux (Notion
de syndrome grippal 1 à 2 semaines avant ).
 Douleur thoracique antérieure vive souvent localisée,
atypique pouvant irradier vers l’épaule ou le bras
gauche, accentuée par l’inspiration profonde et soulagée
par l’antéflexion du tronc.
 L’examen retrouve un frottement péricardique mésocardiaque,
de temps variable, systolique ,ou diastolique ou systolo-
diastolique superficiel variable avec la position du malade et
dans le temps.
 L’ECG peut montrer un sus-décalage ST ou des ondes T
négatives dans toutes les dérivations.
 La radiographie de thorax montre une augmentation de la silhouette
cardiaque lorsqu’il y a un épanchement :classique, cœur en
« carafe » .
 L’échocardiographie confirme le diagnostic en montrant un espace
vide d’écho entre l’épicarde ventriculaire et la face interne du
péricarde pariétal.
 L’évolution est plus souvent simple sous aspirine mais la récidive est
fréquente.
II. Douleurs d’origine pleuro-pulmonaire:
 Le parenchyme pulmonaire est faiblement innervé. La douleur est donc
liée au contact pleural-pariétal.
1. Épanchement pleural liquidien:
 douleur latéralisée, pouvant irradier dans l’épaule, augmentée à la respiration
et à la toux, associée à une dyspnée.
 Syndrome d’épanchement liquidien: Abolition du murmure vésiculaire,
abolition des vibrations vocales, matité à la percussion
 Diagnostic radiographique avec ligne de Damoiseau pouvant
nécessiter des clichés en décubitus latéral, et une ponction pleurale à
but diagnostique.
2. Pneumothorax:
 Même type de douleur, de début brutal, aigue, avec inhibition de la
respiration en « coup de poignard »
 Syndrome d’épanchement aérien: abolition du murmure vésiculaire et des
vibrations vocales, tympanisme à la percussion.
 Le diagnostic est donné par la radiographie de thorax.
3. Pneumopathie infectieuse:
 Contexte infectieux: fièvre, AEG…
 La douleur peut être intense en coup de poignard de
type pleural.
 cliniquement on retrouve une toux, un syndrome de
condensation avec un souffle tubaire entouré d’une
couronne de râles crépitants.
 la radiographie thoracique montre une opacité
radiologique systématisée ou non avec bronchogramme
aérien, éventuel épanchement pleural associé.
III. Douleurs d’origine digestive:
1. Reflux gastro-oesophagien :
 La douleur est rétro-sternale ascendante et s’accompagne
d’un pyrosis. elle est provoquée par l’antéflexion .
2. Spasme oesophagien :
 La douleur peut simuler une douleur angineuse, elle est
habituellement brève et déclenchée par la déglutition, mais il
peur s’agir d’une douleur continue.
 elle peut être soulagée par les dérivés nitrés.
3. Rupture spontanée de l’œsophage :
 La douleur est extrêmement violente , elle s’accompagne
d’un état de choc , d’une contracture abdominale , d’un
emphysème sous cutané cervical .
VI. Douleurs d’origine pariétale (intercostale):
 Douleur pariétale localisée, réveillée par la mobilisation
active ou par la palpation douce.
 Il peut s'agir :
 d'une fracture de côte.
 d'une atteinte des articulations sterno-costales et sterno-
claviculaires.
 de douleurs des cartilages des côtes.
 de douleurs musculaires.
 de névralgies intercostales provenant d'une arthrose
de la colonne vertébrale.
 d'un zona...
V. Douleurs d’origine extra-thoracique:
 Ne pas méconnaître une douleur irradiée à partir de l’étage
sous diaphragmatique ; dont les éléments évocateurs sont :
 Douleur vésiculaire : Siège dans l ’hypocondre droit,
irradiant à la base du thorax et dans le dos vers l ’épaule
droite.
 Douleur hépatique : Même localisation que la douleur
vésicale, même irradiation, réveillée par la palpation de
l’hypocondre droit et la percussion de l’aire hépatique.
 Douleur pancréatique : Douleur profonde, continue, trans-
fixiante irradiant en arrière et dans le dos.
 Douleur gastro-duodénale : rythmée par les repas.
 Douleur colique : S’accompagne de distension colique avec
ballonnement abdominal.
 Douleur rénale: est lombaire haute mais irradiée vers le bas
et vers l’abdomen.
 Douleur diaphragmatique (rare) : Douleur en bretelle avec
hoquet (peut traduire un processus sus ou sous
diaphragmatique).
VI. Douleurs fonctionnelles:
 Ce sont les plus fréquentes, mais c’est un diagnostic
d’élimination.
 Elles sont en général précordiales, très brèves (piqures
d’épingle, coup de poignard..) associées à un riche
cortège fonctionnel (palpitations..) chez un sujet souvent
neurotonique, jeune et sans facteur de risque.
 L’ECG est normal hormis les pièges classiques:
troubles de repolarisation constitutifs de certains sujets
de race noire, sus-décalage de ST discret
(repolarisation précoce, justement fréquente chez le
sujet jeune neurotonique ) .
Dans le doute , il vaut mieux
hospitaliser une douleur fonctionnelle,
plutôt que de laisser sortir un patient
présentant une cause organique grave
surtout s’il présente des facteurs de
risque cardiovasculaires!!
CONCLUSION
 La douleur thoracique est un problème fréquent et
complexe qui a un diagnostic différentiel très large,
nous mettant parfois devant des tableaux
trompeurs.
 Devant toute douleur thoracique un interrogatoire,
un examen clinique et quelques examens
complémentaires simples au premier rang, doivent
permettre d’éliminer les trois urgences cardio-
vasculaires vitales qui sont par ordre de fréquence:
l’infarctus du myocarde, l’embolie pulmonaire et la
dissection aortique.
LES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
 Douleur thoracique aiguë et chronique; ECN
Cardiologie.
 Douleur thoracique aiguë et chronique, La collection
Hippocrate.
 DOULEUR THORACIQUE; Pr Martial Hamon, Service
des Maladies du Cœur et des Vaisseaux, Centre
Hospitalier Universitaire de Caen.
 DOULEUR THORACIQUE; Service des Urgences,
Hôpital de La Chaux-de-Fonds.
MERCI POUR VOTRE ATTENTION

Contenu connexe

Tendances

Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieManal Rouidi
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Sandro Zorzi
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]benkourdel mohamed
 
Sémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuseSémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineusekillua zoldyck
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxhind henzazi
 
Syndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienSyndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienhind henzazi
 
La cholécystite
La cholécystiteLa cholécystite
La cholécystiteIdris Ahmed
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguëMehdi Razzok
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguAmel Ammar
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireMehdy Wayzani
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonairehind henzazi
 
Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmannlaamlove
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontanehind henzazi
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocsesf3
 

Tendances (20)

Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
CAT devant une Pleurésie
CAT devant une PleurésieCAT devant une Pleurésie
CAT devant une Pleurésie
 
Sémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuseSémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuse
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
 
Syndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienSyndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidien
 
La cholécystite
La cholécystiteLa cholécystite
La cholécystite
 
Insuffisance mitrale
Insuffisance mitraleInsuffisance mitrale
Insuffisance mitrale
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Rhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aiguRhumatisme articulaire aigu
Rhumatisme articulaire aigu
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
 
Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmann
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 
Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
 
Anatomie des poumons
Anatomie des poumonsAnatomie des poumons
Anatomie des poumons
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocs
 

Similaire à Douleur thoracique

Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaireBayaAZIZA
 
Diagnostic des syndromes médiastinaux
Diagnostic des syndromes médiastinauxDiagnostic des syndromes médiastinaux
Diagnostic des syndromes médiastinauxDr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinalesDiagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinaleshind henzazi
 
Pneumologie rupture trachéale feline
Pneumologie   rupture trachéale felinePneumologie   rupture trachéale feline
Pneumologie rupture trachéale felineGuillaume Michigan
 
Cour n 23 embolie pulmonaires
Cour n  23 embolie pulmonairesCour n  23 embolie pulmonaires
Cour n 23 embolie pulmonairesRose De Sable
 
Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Rose De Sable
 
Tamponade pericardique_pessinaba
 Tamponade pericardique_pessinaba Tamponade pericardique_pessinaba
Tamponade pericardique_pessinabasfa_angeiologie
 
L’hemorragie meningee spontanee
L’hemorragie  meningee spontaneeL’hemorragie  meningee spontanee
L’hemorragie meningee spontaneeAhmad AlFourati
 
Conduite diagnostique chez le chien âgé qui tousse
Conduite diagnostique chez le chien âgé qui tousseConduite diagnostique chez le chien âgé qui tousse
Conduite diagnostique chez le chien âgé qui tousseGuillaume Michigan
 
Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)Rose De Sable
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairDr. Kerfah Soumia
 
Embolie pulmonaires
Embolie pulmonairesEmbolie pulmonaires
Embolie pulmonairesbelaibzino
 
INSUFFISANCES RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
INSUFFISANCES  RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptxINSUFFISANCES  RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
INSUFFISANCES RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptxHicbbache
 

Similaire à Douleur thoracique (20)

Douleurs thoraciques
Douleurs thoraciques Douleurs thoraciques
Douleurs thoraciques
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Diagnostic des syndromes médiastinaux
Diagnostic des syndromes médiastinauxDiagnostic des syndromes médiastinaux
Diagnostic des syndromes médiastinaux
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
Diagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinalesDiagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinales
 
diagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonairediagnostic de l'embolie pulmonaire
diagnostic de l'embolie pulmonaire
 
Douleurs thoraciques-semiologie
Douleurs thoraciques-semiologieDouleurs thoraciques-semiologie
Douleurs thoraciques-semiologie
 
PNO.pdf
PNO.pdfPNO.pdf
PNO.pdf
 
Pneumologie rupture trachéale feline
Pneumologie   rupture trachéale felinePneumologie   rupture trachéale feline
Pneumologie rupture trachéale feline
 
Cour n 23 embolie pulmonaires
Cour n  23 embolie pulmonairesCour n  23 embolie pulmonaires
Cour n 23 embolie pulmonaires
 
Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)Insuffisance aortique (1)
Insuffisance aortique (1)
 
Tamponade pericardique_pessinaba
 Tamponade pericardique_pessinaba Tamponade pericardique_pessinaba
Tamponade pericardique_pessinaba
 
L’hemorragie meningee spontanee
L’hemorragie  meningee spontaneeL’hemorragie  meningee spontanee
L’hemorragie meningee spontanee
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Conduite diagnostique chez le chien âgé qui tousse
Conduite diagnostique chez le chien âgé qui tousseConduite diagnostique chez le chien âgé qui tousse
Conduite diagnostique chez le chien âgé qui tousse
 
Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)Péricardites aigues (1)
Péricardites aigues (1)
 
Douleur
DouleurDouleur
Douleur
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
 
Embolie pulmonaires
Embolie pulmonairesEmbolie pulmonaires
Embolie pulmonaires
 
INSUFFISANCES RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
INSUFFISANCES  RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptxINSUFFISANCES  RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
INSUFFISANCES RESPIRATOIRES AIGUES ET CHRONIQUES.pptx
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia

Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Dr. Kerfah Soumia
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence Dr. Kerfah Soumia
 
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeDr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCODiagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCODr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDr. Kerfah Soumia
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Dr. Kerfah Soumia
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireDr. Kerfah Soumia
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Dr. Kerfah Soumia
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueDr. Kerfah Soumia
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueDr. Kerfah Soumia
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Dr. Kerfah Soumia
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéDr. Kerfah Soumia
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Dr. Kerfah Soumia
 
Insuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueInsuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueDr. Kerfah Soumia
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia (20)

Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
 
Education de lasthmatique
Education de lasthmatique Education de lasthmatique
Education de lasthmatique
 
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
 
Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture
 
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCODiagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
 
Tuberculose et VIH
Tuberculose et VIHTuberculose et VIH
Tuberculose et VIH
 
Maladie de Behçet
Maladie de BehçetMaladie de Behçet
Maladie de Behçet
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Rhinite allergique
Rhinite allergiqueRhinite allergique
Rhinite allergique
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchique
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
 
Tuberculose des séreuses
Tuberculose des séreusesTuberculose des séreuses
Tuberculose des séreuses
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 
Insuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueInsuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chronique
 

Douleur thoracique

  • 1. DOULEUR THORACIQUE Présenté par: Dr. Kerfah S. Service de Pneumo-phtisiologie/ EHUOran 05/12/2017
  • 2. INTRODUCTION  La douleur thoracique est une cause très fréquente de consultation et correspond à plus de 50% des motifs d’hospitalisations en cardiologie. Il s’agit donc d’un symptôme très fréquent qui pose le problème de son étiologie extrêmement variée, dominée par les causes cardiovasculaires, au premier plan par l’insuffisance coronaire.  Un interrogatoire précis et un examen clinique minutieux permettent souvent d’orienter le diagnostic..
  • 3. DEFINITION  La douleur thoracique désigne toute douleur ou toute sensation anormale et pénible localisée dans la zone du thorax. Cette douleur a des caractères différents selon la cause : elle peut être de survenue brutale ou chronique, localisée ou s'étendant plus largement, modérée ou intense... Chaque organe du thorax peut en être à l'origine. Par ailleurs, certaines pathologies de l'abdomen peuvent se traduire par des douleurs projetées dans le thorax.
  • 4. CLINIQUE 1. Interrogatoire:  Les antécédents: thromboemboliques, coronaires, pneumothorax…  Les FDR cardio-vx: HTA, diabète, dyslipidémie…  Le type de douleur: constrictive, brûlure, écrasement…  Le mode de déclenchement: Dlr spontanée, à l’effort , posturale…  L’horaire: fixe ou non, au cours du jour ou de la nuit…  La durée et l’intensité: heure de début, paroxysmes éventuels.  L’ancienneté et l’évolution: aiguë ou chronique.  La topographie: rétro sternale, basi-thoracique, punctiforme…  L’ irradiation: membre sup, mâchoire, dos.  Leur reproduction éventuelle à la palpation ( origine pariétale)  Les signes d’accompagnement: dyspnée, palpitations, cyanose, malaise, transpiration, fièvre, troubles digestifs.  Les attitudes antalgiques ou la réponse à tel ou tel antalgique.  La sensibilité à la trinitrine.
  • 5. 2. Examen physique: A la recherche des signes de détresse hémodynamique, respiratoire ou neurologique +++
  • 6. a) Examen cardiovasculaire  – Mesure de la pression artérielle aux deux bras.  – Palpation comparative de tous les pouls périphériques.  – Auscultation du précordium et des axes vasculaires.  – Recherche de signes d’insuffisance ventriculaire droite.  – État veineux et trophique des membres inférieurs. b) Examen de l’appareil respiratoire  – Auscultation, palpation et percussion des champs pulmonaires.  – Recherche d’une cyanose, d’un hippocratisme digital. c) Examen général complet  * l’examen de l’appareil digestif.  * l’examen neurologique.  * l’examen du rachis et du gril costal.
  • 7. 3. Examens complémentaires: Seront systématiquement pratiqués :  – Biologie sanguine ;  _ ECG ;  – Radiographie thoracique face et profil ;  – Gazométrie artérielle;  – Dosage Enzymatique: transaminases, créatine phosphokinase (CPK), lipase, amylase. Les autres examens (échographie cardiaque, scintigraphie pulmonaire, angiographie pulmonaire, scanner thoracique, fibroscopie gastrique) seront prescrits au cas par cas, selon l’orientation étiologique.
  • 8. ETIOLOGIES I. Douleurs d’origine cardio-vasculaire: PIED Dissection aortique Embolie pulmonaire Insuffisance coronarienne Péricardite aigue Parmi les causes cardiovasculaires trois urgences vitales doivent être rapidement éliminées: en priorité l’infarctus du myocarde, puis par ordre de fréquence l’embolie pulmonaire et la dissection aortique.
  • 9. 1) Insuffisance coronaire:  Soupçonnée sur la présence de facteurs de risque cardio-vasculaire : HTA, diabète, tabac, dyslipidémie ,obésité, sexe masculin et coronaropathie familiale. a) Angor stable ou angine de poitrine  Douleur rétro sternale, oppressive, irradiant dans les bras et la mâchoire , de brève durée, provoquée par l’effort et calmée par le repos et/ou la prise de trinitrine.  L’examen clinique est normal, sauf en cas d’insuffisance cardiaque associée,  L’ECG percritique n’est jamais normal : troubles de la repolarisation (ischémie, ischémie-lésion sous endocardique).  L’ECG de repos intercritique peut être strictement normal.  C’est alors l’indication d’un ECG d’effort, éventuellement complété par une coronarographie.
  • 10. b) Angor instable de Prinzmetal  Il réalise des formes de sévérité intermédiaire entre l’angor d’effort et l’IDM, mais imposent l’hospitalisation en unité de soins intensifs cardiologiques du fait du risque de survenue d’un IDM.  La douleur présente les mêmes caractéristiques que l’angor stable mais survient au repos. c) Infarctus du myocarde  – Il réalise une douleur angineuse prolongée avec un sus- décalage du segment ST à l’ECG, et trinitro-résistance.  – L’urgence est de débuter le traitement adapté : la thrombolyse.  – L’élévation enzymatique retardée confirme le diagnostic.
  • 11. 2) Embolie pulmonnaire: o La douleur est basi-thoracique, brutale , dyspnéisante (polypnée) augmentant avec les mouvements respiratoires . o Elle peut s’associer à une angoisse ou parfois à un état de choc avec perte de connaissance lorsque l’embolie est massive. o Le diagnostic est suggéré dans certaines situations: * Post partum , post abortum. * Chirurgie. * Alitement prolongé. * Varices des membres inférieurs. * Troubles de la coagulation. o L’ECG peut être normal , ou objective une tachycardie , un bloc de branche droit , un aspect S1 Q3 ( dextro rotation du cœur) et des troubles de la repolarisation à droite. o la gazométrie peut retrouver une hypoxie associée classiquement à une hypocapnie. o La radiographie thoracique est le plus souvent normale au début . o Le dosage des D-dimères a une forte valeur prédictive négative s’il est inférieur à 250 unités (D-dimères sup à 500 UI EP)
  • 12. 3) Dissection aortique: o La douleur est très intense d’installation brutale antérieure ou postérieure (selon la localisation du segment aortique qui dissèque) avec souvent des irradiations dorsales et lombaires.
  • 13.  Il peut s’agir de sujets hypertendus et athéromateux anciens ou de patients ayant un syndrome de Marfan.  L’examen clinique recherche: * une asymétrie tensionnelle. * une asymétrie des pouls. * un souffle diastolique d’insuffisance aortique, frottement péricardique, signant la rupture intra- péricardique. * des signes de gravité : collapsus, choc, tamponnade, hémothorax, hémomédiastin, atteinte des artères viscérales (AVC, paraplégie, infarctus rénal…).
  • 14.  La radiographie de thorax montre un élargissement du médiastin supérieur et parfois un aspect pathognomonique en double contour de l’aorte.  L’ECG est le plus souvent normal, parfois il montre des troubles non spécifiques de la repolarisation.  Le diagnostic étant posé par le scanner qui permet en outre d’en définir le stade (indispensable pour choisir le traitement : chirurgical ou non). Type A : chirurgie Type B : TRT médical anti HTA
  • 15. 4) Péricardite aigue:  Sujet jeune masculin dans un contexte infectieux (Notion de syndrome grippal 1 à 2 semaines avant ).  Douleur thoracique antérieure vive souvent localisée, atypique pouvant irradier vers l’épaule ou le bras gauche, accentuée par l’inspiration profonde et soulagée par l’antéflexion du tronc.  L’examen retrouve un frottement péricardique mésocardiaque, de temps variable, systolique ,ou diastolique ou systolo- diastolique superficiel variable avec la position du malade et dans le temps.  L’ECG peut montrer un sus-décalage ST ou des ondes T négatives dans toutes les dérivations.
  • 16.  La radiographie de thorax montre une augmentation de la silhouette cardiaque lorsqu’il y a un épanchement :classique, cœur en « carafe » .  L’échocardiographie confirme le diagnostic en montrant un espace vide d’écho entre l’épicarde ventriculaire et la face interne du péricarde pariétal.  L’évolution est plus souvent simple sous aspirine mais la récidive est fréquente.
  • 17. II. Douleurs d’origine pleuro-pulmonaire:  Le parenchyme pulmonaire est faiblement innervé. La douleur est donc liée au contact pleural-pariétal. 1. Épanchement pleural liquidien:  douleur latéralisée, pouvant irradier dans l’épaule, augmentée à la respiration et à la toux, associée à une dyspnée.  Syndrome d’épanchement liquidien: Abolition du murmure vésiculaire, abolition des vibrations vocales, matité à la percussion  Diagnostic radiographique avec ligne de Damoiseau pouvant nécessiter des clichés en décubitus latéral, et une ponction pleurale à but diagnostique. 2. Pneumothorax:  Même type de douleur, de début brutal, aigue, avec inhibition de la respiration en « coup de poignard »  Syndrome d’épanchement aérien: abolition du murmure vésiculaire et des vibrations vocales, tympanisme à la percussion.  Le diagnostic est donné par la radiographie de thorax.
  • 18. 3. Pneumopathie infectieuse:  Contexte infectieux: fièvre, AEG…  La douleur peut être intense en coup de poignard de type pleural.  cliniquement on retrouve une toux, un syndrome de condensation avec un souffle tubaire entouré d’une couronne de râles crépitants.  la radiographie thoracique montre une opacité radiologique systématisée ou non avec bronchogramme aérien, éventuel épanchement pleural associé.
  • 19. III. Douleurs d’origine digestive: 1. Reflux gastro-oesophagien :  La douleur est rétro-sternale ascendante et s’accompagne d’un pyrosis. elle est provoquée par l’antéflexion . 2. Spasme oesophagien :  La douleur peut simuler une douleur angineuse, elle est habituellement brève et déclenchée par la déglutition, mais il peur s’agir d’une douleur continue.  elle peut être soulagée par les dérivés nitrés. 3. Rupture spontanée de l’œsophage :  La douleur est extrêmement violente , elle s’accompagne d’un état de choc , d’une contracture abdominale , d’un emphysème sous cutané cervical .
  • 20. VI. Douleurs d’origine pariétale (intercostale):  Douleur pariétale localisée, réveillée par la mobilisation active ou par la palpation douce.  Il peut s'agir :  d'une fracture de côte.  d'une atteinte des articulations sterno-costales et sterno- claviculaires.  de douleurs des cartilages des côtes.  de douleurs musculaires.  de névralgies intercostales provenant d'une arthrose de la colonne vertébrale.  d'un zona...
  • 21. V. Douleurs d’origine extra-thoracique:  Ne pas méconnaître une douleur irradiée à partir de l’étage sous diaphragmatique ; dont les éléments évocateurs sont :  Douleur vésiculaire : Siège dans l ’hypocondre droit, irradiant à la base du thorax et dans le dos vers l ’épaule droite.  Douleur hépatique : Même localisation que la douleur vésicale, même irradiation, réveillée par la palpation de l’hypocondre droit et la percussion de l’aire hépatique.  Douleur pancréatique : Douleur profonde, continue, trans- fixiante irradiant en arrière et dans le dos.  Douleur gastro-duodénale : rythmée par les repas.  Douleur colique : S’accompagne de distension colique avec ballonnement abdominal.  Douleur rénale: est lombaire haute mais irradiée vers le bas et vers l’abdomen.  Douleur diaphragmatique (rare) : Douleur en bretelle avec hoquet (peut traduire un processus sus ou sous diaphragmatique).
  • 22. VI. Douleurs fonctionnelles:  Ce sont les plus fréquentes, mais c’est un diagnostic d’élimination.  Elles sont en général précordiales, très brèves (piqures d’épingle, coup de poignard..) associées à un riche cortège fonctionnel (palpitations..) chez un sujet souvent neurotonique, jeune et sans facteur de risque.  L’ECG est normal hormis les pièges classiques: troubles de repolarisation constitutifs de certains sujets de race noire, sus-décalage de ST discret (repolarisation précoce, justement fréquente chez le sujet jeune neurotonique ) .
  • 23. Dans le doute , il vaut mieux hospitaliser une douleur fonctionnelle, plutôt que de laisser sortir un patient présentant une cause organique grave surtout s’il présente des facteurs de risque cardiovasculaires!!
  • 24. CONCLUSION  La douleur thoracique est un problème fréquent et complexe qui a un diagnostic différentiel très large, nous mettant parfois devant des tableaux trompeurs.  Devant toute douleur thoracique un interrogatoire, un examen clinique et quelques examens complémentaires simples au premier rang, doivent permettre d’éliminer les trois urgences cardio- vasculaires vitales qui sont par ordre de fréquence: l’infarctus du myocarde, l’embolie pulmonaire et la dissection aortique.
  • 25. LES RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES  Douleur thoracique aiguë et chronique; ECN Cardiologie.  Douleur thoracique aiguë et chronique, La collection Hippocrate.  DOULEUR THORACIQUE; Pr Martial Hamon, Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux, Centre Hospitalier Universitaire de Caen.  DOULEUR THORACIQUE; Service des Urgences, Hôpital de La Chaux-de-Fonds.
  • 26. MERCI POUR VOTRE ATTENTION