Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Jacques Mathieu

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 24 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Similaire à Jacques Mathieu (20)

Publicité

Plus par cropprotection (20)

Plus récents (20)

Publicité

Jacques Mathieu

  1. 1. Opportunities and constraints to productivity ARVALIS institut du végétal / INRA
  2. 2. <ul><li>1/ Le constat </li></ul>
  3. 3. Evolution du rendement blé France
  4. 4. Analyse par département avec calcul d’un intervalle de confiance
  5. 5. Un phénomène européen
  6. 6. Année de stagnation par pays France 1996 (p= 0.00082) Danemark 1995 (p=0.0043) Royaume Uni 1996 (p=0.0010) Hollande 1993 (p=0.00003) Suisse 1990 (p=0.00004) Italie 1994 (p=0.052) Espagne 1989 (p=0.18) Allemagne 1999 (p=0.055) Méthode : Test de Fischer Comparaison entre modèle linéaire et modèles linéaires puis plateau Une réalité des années 1990
  7. 7. 2/ Les causes
  8. 8. Evolution des rendements « non traité » : + 1,3 q/ha Evolution des rendements « traités » + 0,9q/ha Rendements observés dans les essais variétés en « gommant » les effets année
  9. 9. Conclusion: le progrès génétique est continu <ul><li>Pas de tendance à un fléchissement quand on corrige de l’effet année </li></ul><ul><li>Progrès semble plus important en conditions non traitées: variétés modernes plus résistantes, de meilleure qualité (90% BP-BPS): pas incompatible avec productivité </li></ul><ul><li>Résultats similaires trouvés en UK, Finlande… </li></ul>
  10. 10. La variation du rendement est expliquée en grande partie par 2 variables climatiques : sécheresse (montaison, remplissage) et T°C (remplissage) Mêmes diagnostics en construisant des modèles par région Picardie Normandie Centre Bourgogne PACA 67% 63% 62% 68% 88%
  11. 11. Evolution de la sécheresse printanière Chalôns Nîmes Toulouse Déficit hydrique cumulé pendant le remplissage Pluies (mm) du 1/10 au 15/7 Pluies (mm) du 1/02 au 10/05
  12. 12. Evolution de l’échaudage thermique Nb de jours > 25°C pendant le remplissage Nb de jours > 25°C pendant le remplissage Chalôns Nîmes Toulouse S de Tmax > 25°C 10 mai – 10 juin Source : Météo France (Scénario B2) Depuis 20 ans Demain…
  13. 13. CA 28 Octobre 2010 Des stress atypiques certaines années Récolte 2008 Récolte 2010
  14. 14. Vers une augmentation de la variabilité inter annuelle ?
  15. 15. - 7 jours OBSERVATIONS sur l’anticipation des stades du blé Evolution des dates d’apparition du stade ’épiaison pour 2 types de variétés On a gagné 8 jours en 20 ans à l’épiaison 03-mai 08-mai 13-mai 18-mai 23-mai 28-mai 02-juin 07-juin 12-juin 17-juin 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 date épiaison précoce date épiaison tardif
  16. 16. <ul><li>Conclusion 1 </li></ul><ul><li>Un climat plus pénalisant en tendance </li></ul><ul><li>Un climat plus variable </li></ul><ul><li>Explique environ 2/3 du « plafonnement » </li></ul>
  17. 17. Evolution du fractionnement de la fertilisation azotée Moyenne « grand Bassin Parisien » Entre +0.5 et 1.3 q/ha en moyenne autour de +/- 40 unités La fertilisation azotée ?
  18. 18. COLZA + 15% POIS - 15% Analyse sur les 5 départements Des rotations à base de cultures d’hiver
  19. 19. <ul><li>Autres éléments techniques </li></ul><ul><li>Contraintes réglementaires (azote / produits phytosanitaires) </li></ul><ul><li>Erosion de l(efficacité de produits phytosanitaires (Ex. Strobilurines) </li></ul><ul><li>Développement des ravageurs (baisse de disponibilité de produits / changements climatiques) </li></ul>
  20. 20. <ul><li>Conclusion 2 </li></ul><ul><li>La contrainte réglementaire et économique explique 1/3 du plafonnement </li></ul><ul><ul><li>Impact des pratiques : 35/40% </li></ul></ul><ul><ul><li>Une multitude de facteurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Intégration d’aspects techniques / réglementaires et économiques </li></ul></ul>
  21. 21. Retrouver une croissance des rendements ? 10 à 14q/ha
  22. 22. Blé <ul><li>Les marges de progrès pour une adaptation au changement climatique sont réelles </li></ul><ul><ul><li>une phénologie mieux adaptée aux risques climatiques qui évoluent est permise (connaissance des gènes de développement, esquive…) </li></ul></ul><ul><ul><li>contrainte de l’exigence qualité (progrès génétique) </li></ul></ul><ul><ul><li>une variabilité génétique existante avec des outils de caractérisation </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>à valoriser à court terme </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>- besoin par quintal, tolérance aux maladies, potentiel de Poids de 100 grains… </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>à moyen terme </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>- fertilité des épis, tolérance à la canicule, à la carence N, effet « stay green », stabilité de la qualité… </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>combiner génétique et techniques culturales pour stimuler les effets partiels (meilleur échappement aux maladies, renforcer l’efficience vis-à-vis de l’azote…) </li></ul></ul>
  23. 23. Maïs <ul><li>Effet thermique > 0 dans certaines régions </li></ul><ul><ul><li>Pas de contraintes « qualité », innovations rapidement mis en œuvre par les producteurs </li></ul></ul><ul><ul><li>Pour le futur : impact du raccourcissement du cycle </li></ul></ul><ul><ul><li>Progrès à court terme </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>mise en œuvre de stratégie d’esquive </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>amélioration de l’efficience des irrigations en conditions restrictives (effet « timing »  10-15 q/ha) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Progrès à moyen terme </li></ul></ul><ul><ul><li>Amélioration de l’efficience d’utilisation de l’eau </li></ul></ul><ul><ul><li>Amélioration Tolérance à des stades sensibles (froid et chaud) </li></ul></ul><ul><ul><li>Rupture de la liaison durée du cycle / potentiel (en jouant sur indice de récolte) </li></ul></ul>
  24. 24. Conclusion 3 <ul><li>Retrouver une croissance (0,5 à 1q/ha) </li></ul><ul><li>Adapter les variétés et les pratiques à l’évolution climatique </li></ul><ul><ul><ul><li>adapter le « bouquet variétal » aux risques climatiques de chaque milieu : esquive / résistance intrinsèque </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>développer les outils d’aide à la décision pour optimiser les techniques de production </li></ul></ul></ul><ul><li>Eviter les contraintes inutiles sur la production </li></ul><ul><ul><ul><li>donner accès à l’innovation tout en restant cohérent avec les exigences environnementales </li></ul></ul></ul>

×