Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

La communication digitale du mouvement politique Nous Citoyens

804 vues

Publié le

Kévin Veyssière (@KeV_Veyss) est responsable de la communication digitale du mouvement politique Nous Citoyens.

Publié dans : Médias sociaux
  • Soyez le premier à commenter

La communication digitale du mouvement politique Nous Citoyens

  1. 1. Cercle des communicants francophones Itw #24 « Si on veut casser notre système politique, il faudra avant tout déconstruire la communication politique telle que nous la connaissons » Kévin Veyssière (@KeV_Veyss) est responsable de la communication digitale du mouvement politique Nous Citoyens. ''Nous Citoyens'' souhaite faire de la politique autrement. Est-ce cela se manifeste également dans la façon dont vous communiquez ? Kévin Veyssière (KV) : Effectivement, nous cherchons à faire de la politique autrement par le biais de la communication, pour nous démarquer des partis traditionnels. Bien que les relais médias soient essentiels pour une formation politique, il y a toute une communauté à aller chercher et convaincre en communiquant de manière différente sur les réseaux sociaux. Nous Citoyens prône l'exemplarité et l'éthique en politique, et ce sérieux doit se traduire dans notre communication, surtout au niveau digital. La meilleure chance pour nous de renforcer notre visibilité passe par une image ou une vidéo "pro" et convaincante. ''Nous Citoyens'' est un mouvement politique non partisan. Comment cela se traduit-il en matière de communication politique ? (KV) : La ligne politique de Nous Citoyens est une ligne transversale. Notre slogan "Social pour l'Homme, Libéral pour l'Entreprise et Ecologique pour Tous" vise à mettre toutes les thématiques sur la table. Néanmoins Nous Citoyens reste un mouvement avant d'être un parti, et nous attachons beaucoup d'importances à l'aspect collaboratif et à mettre nos adhérents au cœur du processus d'élaboration des propositions. Nous avons des commissions par thématiques, et nous essayons de chercher et de mettre en place des e-solutions pour développer des outils numériques collaboratifs. Nous avons notamment pu tester la plateforme collaborative Cap Collectif, qui a été utilisée pour le Projet de loi sur le numérique ou encore actuellement pour les Jeux Olympiques 2024. Plus un processus de décision est collaboratif moins il y a de propositions "sorties du chapeau". La plupart de nos politiques actuels doivent répondre aux faits d'actualité sans vraiment avoir creusé le sujet. C'est pourquoi de notre côté nous avons de grands chantiers de réflexion qui donnent lieu à des propositions économiques concrètes, sur les dépenses publiques, sur l'Europe et sur l'exclusion sociale. Nous travaillons également sur de nombreux autres sujets afin de dégager des propositions collectives. Par contre, nous nous différencions des autres formations politiques par nos propositions autour de la vie politique. Nous Citoyens vise avant toute chose à déconstruire l'élite politique qui nous gouverne. Nous avons fait confiance à des élus pour qu'ils nous représentent et on voit que finalement ils ne représentent plus qu'eux-mêmes. C'est pourquoi tout adhérent du mouvement doit signer une charte d'engagement qui vise à mettre en avant ces notions d'éthique et d'exemplarité. Il n'y a qu'à voir le projet de loi pour la modernisation de l'élection présidentielle, voté en catimini, qui favorise les grands partis et enferme un peu plus notre démocratie vers un
  2. 2. tripartisme suicidaire. Le citoyen doit reprendre son rôle et être un véritable acteur du jeu politique. ''Nous Citoyens'' place aussi le citoyen au cœur de sa communication. Pourriez-vous nous donner quelques exemples ? (KV) : C'est aussi une autre forme de communication pour nous différencier en matière de communication. Nous ne sommes pas les seuls à utiliser la vidéo-témoignage avec les citoyens. Les mouvements comme Ma Voix ou Allons Enfants ont eux aussi compris que l'heure n'est plus à l'Homme providentiel, mais dans la communauté, voir la e-communauté. Il faut certes mettre en avant les leaders élus de notre mouvement, mais si nous reproduisons les même codes que les autres partis nous n'y arriverons pas, car en face nous avons des machines politiques extrêmement bien rodées. Nous devons mettre en avant le citoyen de tous les jours, celui-là même qui en a assez de la situation actuelle de notre pays, et qui décide de s'engager en politique en choisissant une autre voie que l'axe droite-gauche. Sur notre site et notre newsletter, nous mettons aussi en avant les personnes qui se sont engagées à nos côtés ou bien des initiatives citoyennes qui nous paraissent utiles et méritent d'être relayées. Dernièrement, nous avons d'ailleurs relayé la pétition de Change.org sur le refus du projet de loi concernant la modification des règles présidentielles. La rédactrice de la pétition n'est pas adhérente à notre mouvement, mais peu importe, l'idée est de valoriser toutes les initiatives et de dépasser le cadre des partis, des adhérents, pour devenir un grand mouvement citoyen. Les témoignages sur les sites sont aussi utilisés sur de nombreux autres sites politiques, mais à mon avis il cherche avant tout à servir une "écurie" politique, et comme je vous l'ai dit précédemment en 2017 l'heure ne sera pas à l'Homme providentiel. ''Nous Citoyens'' publie régulièrement des tribunes dans les médias numériques comme le Huffington post. Quel est le processus d'élaboration de ces tribunes ? Pourquoi communiquer sur ce média ? (KV) : Pendant que nos commissions, avec les adhérents du mouvement, élaborent des propositions construites pour notre Projet Citoyen, nous nous devons de réagir à l'actualité. Depuis que le nouveau président du mouvement Nicolas Doucerain a été élu, nous essayons de publier une tribune par semaine. Le choix de la tribune s'explique par le style plus incisif, idéal pour réagir à des faits d'actualité. Cette forme de plaidoyer nous permet aussi de faire des tribunes courtes, plus convaincantes. Le système médiatique étant très vite bloqué pour un mouvement comme le nôtre, hors du champ politique traditionnel, nous devons trouver des solutions pour y être tout de même présents. Cela passe par des tribunes dans le Huffington Post, mais c'est aussi à moi de réagir à l'actualité sur Twitter de manière efficace et originale pour capter l'attention des journalistes. Quand on connaît la quantité de communiqués de presse qu'ils reçoivent chaque jour, il faut changer de méthode et aller chercher le relais médiatique par un biais moins informel que par le passé. Quels sont vos chantiers actuels et futurs en matière de communication politique ? (KV) : A la suite de nos élections internes, nous avons pendant deux mois, de février à mars, concentrer nos efforts sur la restructuration du mouvement. Cette restructuration nous a permis de mettre en place un séminaire de travail, pour faire émerger les grands défis que nous allons défendre dans notre Projet pour 2017. Nous irons aux Présidentielles mais nous ne savons pas
  3. 3. encore par quel biais. Nous nous devons d'y participer, de près ou de loin, pour ensuite avoir du poids aux élections législatives 2017. C'est pourquoi nous lancerons courant mai l'un de nos 3 grands appels, qui vise à recruter 577 citoyens pour devenir les députés de demain en 2017. Ensuite, viendra l'appel du 18 juin 2016 depuis Lyon pour appeler à la Résistance citoyenne et à l'union des mouvements de la société civile, pour enfin lancer l'appel de Valmy le 21 septembre 2017 et démarrer la campagne du candidat Nous Citoyens, choisi par nos adhérents, ou bien le candidat de la société civile qui aura émergé des initiatives comme Democratech, La Transition ou La Vraie Primaire. Par ailleurs, nous avons utilisé très récemment une technologie innovante en matière de démocratie afin d'élire nos délégués en Régions et dans les Départements. Il s'agit du système blockchain. Nous sommes la première formation politique à l'utiliser en France, et nous avons à cœur de mettre en avant le numérique et de travailler avec de jeunes start-up françaises. Si on veut casser notre système politique, il faudra avant tout déconstruire la communication politique telle que nous la connaissons. Interview réalisée par Damien ARNAUD (@laCOMenchantier) en mai 2016 Le Cercle vise à faire progresser la #ComPublique et la #ComPol dans le monde francophone. C’est un espace de dialogue, de partage d'expériences et de valorisation de tous. LinkedIn > Cercle des communicants francophones Twitter > @leCCF Facebook > Cercledescommunicants

×