LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ
RÉPUBLIQUE D'HAÏTI
ARRÊTÉ
Nesmy MANIGAT
Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Pr...
Vu le Décret du 23 novembre 2005 réorganisant la Cour supérieure des comptes et du
contentieux administratif ;
Vu le Décre...
Article 1 : De l’Inspection générale de l'Administration de l'Education Nationale et de la
Formation Professionnelle
Il es...
appartiennent au MENFP, ils doivent avoir exercé des fonctions de direction durant un
minimum de 2 ans.
Les inspecteurs gé...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Arrete ministeriel nm creant igaenf (Inspection Général de l`éducation nationale

778 vues

Publié le

Création de l`Inspection Générale de l Education et de la Formation Professionnelle

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
778
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
401
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Arrete ministeriel nm creant igaenf (Inspection Général de l`éducation nationale

  1. 1. LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ RÉPUBLIQUE D'HAÏTI ARRÊTÉ Nesmy MANIGAT Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle Vu la Constitution de 1987 telle qu’amendée par la Loi constitutionnelle du 9 mai 2011, particulièrement en ses articles 32, 32-1, 32-2, 32-3, 32-4, 32-5, 32-6, 32-7, 32-8, 32-9, 136, 156, 159, 169, 208, 209, 210, 211, 211-1, 212 ; Vu la Loi du 18 octobre 1901 sur l’instruction publique ; Vu la Loi du 18 octobre 1901 sur la gratuité de l’enseignement public ; Vu la Loi du 3 septembre 1912 sur l’obligation de l’enseignement primaire ; Vu le Décret du 27 septembre 1972 sur les programmes de l’enseignement secondaire ; Vu le Décret du 11 septembre 1974 fixant les conditions d’ouverture et de fonctionnement des écoles privées aux niveaux primaire et secondaire ; Vu le Décret du 9 octobre 1973 créant l’Institut Pédagogique National et le Centre Pilote de Formation Professionnelle ; Vu le Décret du 16 décembre 1960 créant l’Université d’État ; Vu le Décret du 30 mars 1982 portant Réforme du système éducatif haïtien ; Vu le Décret du 23 octobre 1984 organisant le Ministère de l'Education nationale; Vu le Décret du 14 mars 1985 organisant la Formation professionnelle ; Vu le Décret du 8 mai 1989 réorganisant le Ministère de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports ; Vu le Décret du 16 février 2005 sur la préparation et l’exécution des Lois de finances ; Vu le Décret du 17 mai 2005 portant organisation de l’Administration Centrale de l’État ; Vu le Décret du 17 mai 2005 portant révision du Statut général de la fonction publique haïtienne ;
  2. 2. Vu le Décret du 23 novembre 2005 réorganisant la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif ; Vu le Décret du 17 mars 2006 créant au Ministère de l’Économie et des Finances un service technique déconcentré dénommé « Inspection générale des finances » ; Vu la Loi du 10 septembre 2007 portant sur l’Office National du Partenariat en Éducation ; Vu l’Arrêté du 16 février 2005 portant règlement de la comptabilité publique ; Vu le décret du 18 février 2011 modifiant celui du 6 octobre 2004 sur la pension civile de retraite ; Vu l'Arrêté du 2 avril 2013 définissant la Règle déontologique applicable aux agents de la Fonction Publique ; Vu l'arrêté du 2 avril 2013 fixant les procédures et les modalités d'organisation des concours de recrutement donnant accès aux emplois de la Fonction Publique prévus au budget de la République ; Vu l'arrêté du 21 mars 2014 fixant le Statut particulier des personnels éducatifs du Ministère de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle ; Vu l’Arrêté présidentiel du 2 septembre 2014 portant sur la réorganisation du fonctionnement des écoles de la République en rapport aux douze mesures de réforme du système éducatif ; Considérant que l’Education est la première priorité du gouvernement en Haïti et constitue un facteur déterminant pour le développement du pays ; Considérant que l’Etat détient et exerce le double rôle de puissance publique régulatrice du système éducatif à tous ses niveaux et dans tous ses secteurs, et de prestataires de services éducatifs à la population ; Considérant qu’il est du devoir de l’Etat d’améliorer la qualité de l’éducation et la gouvernance du système éducatif aux niveaux du préscolaire, du fondamental et du secondaire ; Considérant que la Réforme actuelle du système éducatif, engagée avec les 12 mesures, suppose la mise en place d’outils susceptibles devant conduire à une meilleure gouvernance du secteur ; Considérant que l’État se doit de disposer d’une structure d’inspection et de contrôle du service public de l’Éducation ; Le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation professionnelle, ARRÊTE
  3. 3. Article 1 : De l’Inspection générale de l'Administration de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle Il est créé au ministère de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) une Inspection générale de l’Administration de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (IGAENF), service techniquement déconcentré, directement rattachée au Ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. Article 2 : Des missions et objectifs de l’Inspection générale de l’Administration de l’Education nationale et de la Formation professionnelle L’IGAENF a pour missions de : - Evaluer, contrôler et assurer le suivi des politiques publiques relatives à l’enseignement et à la formation professionnelle ; - contribuer à l’émergence d’une culture d’évaluation commune à l’ensemble du MENFP. De manière spécifique, l’IGAENF doit : - s’assurer du bon usage des crédits publics mobilisés pour le fonctionnement du système éducatif, notamment pour les activités d’enseignement et de formation professionnelle ; - conseiller et proposer des actions sur toutes les questions que lui confie le MENFP ; - fournir chaque année, au ministre, avant la rentrée scolaire, un rapport sur le service public de l’éducation nationale et de la formation professionnelle. Article 3 : Des compétences de l’IGAENF L’Inspection générale a compétence sur l’ensemble des directions et services de l’administration du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. Elle contrôle et évalue tous les organismes recevant des fonds publics au titre de l’éducation et de la formation professionnelle en liaison, le cas échéant, avec d’autres organismes publics chargés du contrôle. Article 4 : Du programme annuel des travaux de l’IGAENF Un programme annuel des travaux de l’IGAENF est établi par le ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation professionnelle. Il prend effet à la rentrée de chaque année scolaire. Ce programme détermine les évaluations et les travaux spécifiques demandés par le ministre. Article 5 : Des missions ponctuelles de l'IGAENF Le ministre, seul habilité à saisir l’IGAENF, lui confie les missions ponctuelles qu’il estime nécessaires au bon fonctionnement du système éducatif. Article 6 : Du recrutement et de la carrière au sein de l’IGAENF Les inspecteurs généraux sont recrutés parmi les hauts fonctionnaires de catégorie A de la Fonction publique haïtienne, justifiant de 10 années de service en catégorie A. S’ils
  4. 4. appartiennent au MENFP, ils doivent avoir exercé des fonctions de direction durant un minimum de 2 ans. Les inspecteurs généraux appartiennent à un corps classé en catégorie A, sont titulaires d’une maîtrise ou son équivalent et relèvent du Statut général de la fonction publique. Ils sont recrutés par concours et nommés par le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle par délégation du Premier ministre. Ce corps comporte un seul grade divisé en quatre échelons et un échelon spécial. L’inspecteur général a droit à une protection contre toutes les formes de menaces et d’attaques dont il peut faire l’objet dans l’exercice de ses fonctions. Article 7 : De l’inspecteur général en chef L’Inspection générale est dirigée par un inspecteur général en chef, nommé par le ministre et choisi parmi ses pairs. L’inspecteur général en chef est nommé pour une durée de 5 ans, renouvelable une fois. Il se voit attribuer l’échelon spécial évoqué à l’article 6. Article 8 : De l’exécution des missions de l’IGAENF Pour l’exécution des missions confiées à l’IGAENF, l’inspecteur général en chef désigne les inspecteurs généraux en charge de la mission. Il veille à la répartition des missions entre les inspecteurs généraux conformément à leurs spécialité, discipline d’enseignement et compétences administratives, comptables et budgétaires. Il réunit mensuellement l’ensemble du corps de l’inspection générale. Il reçoit le rapport établi et signé par les inspecteurs généraux désignés avant sa transmission au ministre ; Il veille à la formation initiale et continue des membres de l’inspection générale. Article 9 : Des compétences administratives, budgétaires et comptables de l’IGAENF Pour les missions à caractère administratif, budgétaire et comptable, l’inspection générale procède à la consultation sur pièces et sur place des documents s’y rapportant. Elle veille à la sauvegarde des biens de l’Etat et à la bonne conservation des documents, meubles, équipements et locaux d’enseignement sur l’ensemble du territoire. Article 10 : Des dispositions finales Tout ce qui n’est pas prévu dans le présent Arrêté et qui s’impose à la réalisation de la mission de l’IGAENF fera l’objet d’une circulaire d’application. Donné à Port-au-Prince, le 23 juillet 2015, An 211ème de l’Indépendance, par : Nesmy MANIGAT Ministre

×