Travaille de français

2 263 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 263
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Travaille de français

  1. 1. Travaille De Français Sur L’histoire du cinéma en France et des pays francophones Fait par : David Rodríguez Valderas Cours : Términal Groupe : A
  2. 2. Introduction Le Cinéma de la France comprend l'art du cinéma et des films créatifs réalisés au sein de la nation de la France ou par des cinéastes français à l'étranger. La France est le berceau du cinéma et a été responsable de beaucoup de ses premières contributions significatives. Plusieurs importants mouvements cinématographiques, dont la Nouvelle Vague, a commencé dans le pays. Il est connu pour avoir une industrie cinématographique particulièrement forte, en partie à cause des protections offertes par le gouvernement français. Il est capable de résister à la concurrence et en comparaison avec les industries du cinéma des autres pays. Caractéristiques du cinéma français sont plus lents intrigues, le développement du caractère fort, et une déviance par rapport à une fin heureuse ou concluants. En dehors de sa tradition cinématographique forte autochtones, la France a également été un lieu de rassemblement pour les artistes de toute l'Europe et le monde. Pour cette raison, le cinéma français est parfois étroitement liés avec le cinéma des nations étrangères. Administration de nations comme la Pologne (Roman Polanski, Krzysztof Kieslowski, et Andrzej Zulawski), Argentine (Gaspar Noé et Edgardo Cozarinsky), la Russie (Alexandre Alexeieff, Anatole Litvak) et la Géorgie (Gela Babluani, Otar Iosseliani) sont aussi visible dans les rangs du cinéma français en tant que Français d'origine. Les réalisateurs français ont joué un rôle important dans le développement du cinéma dans d'autres pays, tels que Luc Besson aux États-Unis. La France exerce depuis plus d'un siècle une influence majeure sur l'art cinématographique. Des Frères Lumière à Amélie Poulain, de la Nouvelle Vague à l'avant-garde, de Georges Méliès au Centre national de la cinématographie (CNC), du Festival de Cannes à l'exception culturelle, le cinéma français est présent sur tous les fronts. La tradition cinématographique française est l'une des rares à s'être maintenue continuellement depuis l'invention du cinéma. D'où une structuration économique avancée du cinéma français, qui n'est égalée et dépassée que par le cinéma indien et américain.
  3. 3. L’histoire du Cinéma Les débuts du cinéma français Le cinéma français à la fin du 19ème siècle et début du 20e siècle a été parmi les plus importantes du monde. Auguste et Louis Lumière ont inventé le Cinématographe et leurs L'Arrivée d'ONU train en gare de La Ciotat à Paris en 1895 est considéré par de nombreux historiens comme la naissance officielle de la cinématographie. Les débuts de l'industrie, de 1896 à 1902, a vu la domination de quatre entreprises: Pathé Frères, le Gaumont Film Company, la société Georges Méliès, et les Lumières. Méliès a inventé de nombreuses techniques de la grammaire cinématographique, et parmi ses fantastique, surréaliste sujets courts est le premier film de science fiction Le Voyage dans la Lune (Le Voyage dans la Lune) en 1902). En 1902, les Lumières ont tout abandonné, mais la production de la pellicule, laissant Méliès comme le plus faible joueur des trois autres. (Il prendra sa retraite en 1914.) De 1904 à 1911 la société Pathé Frères chef de file mondial dans la production cinématographique et de distribution [3]. Au Gaumont, pionnière Alice Guy-Blaché (M. Gaumont de l 'ancien secrétaire) a été nommé à la tête de la production et supervisé environ 400 films, de son premier, La Fée aux Choux, en 1896, à 1906. Elle a ensuite poursuivi sa carrière aux États-Unis, tout comme Maurice Tourneur et Léonce Perret après la Première Guerre mondiale En 1907, Gaumont possède et exploite le plus grand studio de cinéma au monde, et avec le boom de la construction de "salles de luxe» comme le Gaumont-Palace et le Pathé-Palace (à la fois 1911), le cinéma est devenu un challenger économique legitmate théâtre 1914. Après la Première Guerre mondiale Après la Première Guerre mondiale, l'industrie cinématographique française a souffert en raison d'un manque de capitaux, et la production cinématographique ont diminué comme il l'a fait dans la plupart des autres pays européens. Cela a permis à l'industrie américaine du film les Etats à entrer sur le marché du cinéma européen, parce que les films américains pouvaient être vendus plus cher que les productions européennes, depuis les studios avaient déjà récupéré leurs coûts sur le marché intérieur. Lorsque les studios de cinéma en Europe a commencé à échouer, de nombreux pays européens raison a commencé à ériger des barrières à l'importation. France installé un quota d'importation de 1:7, ce qui signifie pour tous les sept films étrangers importés en France, un film français a été d'être produites
  4. 4. et diffusées dans les salles françaises [5]. Au cours de la période entre la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale, Jacques Feyder est devenu l'un des fondateurs du réalisme poétique dans le cinéma français. Il a également dominé impressionniste français Cinema, avec Abel Gance, Germaine Dulac et Jean Epstein. En 1931, Marcel Pagnol a filmé le premier volet de sa trilogie grande, Marius, Fanny et César. Il a suivi cela avec d'autres films dont The Baker's Wife. Autres films notables des années 1930 inclus René Clair sous les toits de Paris (1930), le Carnaval de Jacques Feyder en Flandre (1935), et Julien Duvivier La belle equipe (1936). En 1935, dramaturge et acteur célèbre Sacha Guitry réalise son premier film et a continué à faire plus de 30 films qui ont été des précurseurs à l'époque de la Nouvelle Vague. En 1937, Jean Renoir, le fils du peintre Pierre-Auguste Renoir, réalisé ce que beaucoup considèrent comme son premier chef-d'œuvre, La Grande Illusion (La Grande Illusion). En 1939, Renoir dirigé La Règle du Jeu (Les Règles du Jeu). Plusieurs critiques ont cité ce film comme l'un des plus grands de tous les temps. De Marcel Carné Les Enfants du Paradis (Les Enfants du paradis) a été filmé pendant la Seconde Guerre mondiale et sorti en 1945. Le film de trois heures a été extrêmement difficile de faire en raison de l'occupation nazie. Set à Paris en 1828, il a été élu meilleur film français du siècle dans un sondage de 600 critiques français et les professionnels dans les années 1990. Après la Seconde Guerre mondiale 1940 – 1970 Une scène de Jean-Luc Godard Nouvelle Vague film À bout de souffle (1960) Dans le cinéma Cahiers du fondée par André Bazin, critique et les amateurs de film serait de discuter du film et pourquoi cela a fonctionné. la théorie du cinéma moderne est né là-bas. En outre, les critiques des Cahiers comme Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Chabrol, Eric Rohmer et continua à faire des films eux-mêmes, créant ce qui allait devenir connu comme la Nouvelle Vague française. Certains des premiers films de ce nouveau genre ont été Breathless Godard (À bout de souffle, 1960), avec Jean-Paul Belmondo, et Truffaut Les 400 coups (Les Quatre Cent Coups, 1959) avec Jean-Pierre Léaud. De 1959 jusqu'en 1979, Truffaut suivi Léaud le caractère Antoine Doinel, qui tombe amoureux de Christine Darbon (Claude Jade de Topaz Hitchcock) dans Baisers volés, se marie avec elle en Bed & Conseil et se sépare de son dans le dernier film post-New Wave Love sur la course. Beaucoup de contemporains de Godard et Truffaut emboîté le pas, ou obtenu une reconnaissance critique internationale avec des styles propres, tels que les films minimaliste de Robert Bresson et Jean-Pierre Melville, le polar hitchcockien-like de
  5. 5. Henri-Georges Clouzot, et d'autres films de la Nouvelle Vague par Agnès Varda et Alain Resnais. Le mouvement, tandis qu'une source d'inspiration pour d'autres cinémas nationaux et indubitablement une influence directe sur les futurs réalisateurs de Hollywood Nouvelle, lentement délavée par la fin des années 1960. Pendant cette période, le film français commerciales a également fait un nom pour elle- même. Immensément populaires comédies françaises avec Louis de Funes en tête du box-office français. La guerre comédie La Grande Vadrouille (1966), de Gérard Oury avec Bourvil, a été le film le plus réussi dans les salles françaises depuis plus de 30 ans. Un autre exemple est La Folie des grandeurs avec Yves Montand. Le cinéma français a également été le berceau de nombreux sous-genres du film de la criminalité, notamment le film câpres moderne, à partir de 1955 de Rififi par l'Américain le réalisateur Jules Dassin et suivie par un grand nombre de graves, de drames heist noirish ainsi que ludique comédies câpres tout au long des années soixante, et le "polar", un mélange typiquement français du film noir et polar. En outre, les stars de cinéma françaises ont commencé à réclamer la renommée à l'étranger ainsi que à la maison. acteurs populaires de la période comprise Alain Delon, Romy Schneider, Jeanne Moreau, Simone Signoret, Yves Montand, Catherine Deneuve, Jean-Paul Belmondo, Brigitte Bardot, et Jean Gabin. Le film 1979 de La Cage aux Folles a duré plus d'un an au Théâtre de Paris, un cinéma d'art à New York, et a été un succès commercial dans les théâtres à travers le pays, dans les zones urbaines et rurales. Il a remporté le Golden Globe Award du Meilleur film en langue étrangère, et pour les années il est resté le plus gros succès étranger à être publié aux États-Unis. 1980 Diva de Jean-Jacques Beineix (1981), a marqué le début de la vague 1980 du cinéma français. Films qui ont suivi dans son sillage inclus Betty Blue (37 ° 2 le matin, 1986) par Jean-Jacques Beineix, Le Grand Bleu (Le Grand Bleu, 1988) par Luc Besson et Les Amants du Pont (Les Amants du Pont-Neuf, 1991 ) par Léos Carax. Ces films, réalisés avec un style lisse et commercial mettant l'accent sur l'aliénation de ses personnages principaux, a été connu sous le nom du Cinéma du regard. Camille Claudel, dirigé par le nouveau venu et Bruno Nuytten avec Isabelle Adjani et Gérard Depardieu, a été un grand succès commercial en 1988, gagnant Adjani, qui était également coproducteur du film de producteur, un César de la meilleure actrice. 1990 Gérard Depardieu a été l'un des acteurs français les plus actifs des années 1970, 1980 et 1990. Jean-Paul Rappeneau, Cyrano de Bergerac a été un grand succès au box-office en 1990, gagnant plusieurs prix César, dont celui du meilleur acteur pour Gérard Depardieu, ainsi qu'une nomination aux Oscars pour meilleure image étrangère. Luc Besson fait Nikita en 1990, un film qui a inspiré dans les deux remakes États-Unis et à Hong Kong. En 1994, il fait Léon en 1997 et Le Cinquième Élément.
  6. 6. Jean-Pierre Jeunet fait Delicatessen et La Cité des enfants perdus (La Cité des enfants perdus), tous deux en vedette un style nettement fantastique. En 1992, Claude Sautet co-écrit (avec Jacques Fieschi) et dirigé Un Coeur en Hiver, considéré par beaucoup comme un chef-d'œuvre. La Haine de Mathieu Kassovitz film 1995 (La Haine) Vincent Cassel fait une étoile, et en 1997, Juliette Binoche a remporté l'Oscar du meilleur second rôle féminin pour son rôle dans Le Patient anglais. Cette même année, Luc Besson Le Cinquième Elément est devenu un film culte. Le succès de Kirikou de Michel Ocelot et la sorcière en 1998 rajeuni la production de longs métrages originaux des films d'animation réalisés par des cinéastes tels que Jean- François Laguionie et Sylvain Chomet. 2000 Juliette Binoche et Jean Reno à Cannes en 2002 En 2001, après un bref passage à Hollywood, Jean-Pierre Jeunet revient en France avec Amélie (Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain) avec Audrey Tautou et Mathieu Kassovitz. Il est devenu le film le plus rentable de langue française jamais sorti aux États-Unis. L'année suivante, Le Pacte des loups est devenu le deuxième film le plus élevé du box-office en langue française aux États-Unis au cours des deux dernières décennies et a poursuivi en brut de plus de 70 millions $ à travers le monde. En 2008, Marion Cotillard a remporté l'Oscar de la meilleure actrice et le BAFTA Award de la meilleure actrice dans un rôle principal pour son interprétation du légendaire chanteuse française Edith Piaf dans La Môme, la première représentation de langue française à être ainsi honoré. Le film a remporté deux Oscars et quatre BAFTA et est devenu le troisième film le plus élevé du box-office en langue française aux États- Unis au cours des deux dernières décennies. Cotillard est la première personne des femmes et la deuxième pour gagner à la fois un Academy Award et le Prix César pour les mêmes performances. Au Festival de Cannes 2008, Entre les murs (The Class) a remporté la Palme d'Or, la première victoire française lors du festival depuis 21 ans. En 2008, rurales comédie Bienvenue chez les Ch'tis a attiré un auditoire de plus de 20 millions, le premier film français à le faire. Ses 193 millions de dollars brut en France, il met juste derrière Titanic comme le film le plus réussi de tous les temps dans les salles françaises. Dans les années 2000, plusieurs réalisateurs français fait des productions internationales, souvent dans le genre action. Il s'agit notamment de Gérard Pirès (Riders, 2002), Pitof (Catwoman), Jean-François Richet (Assault on Precinct 13), Florent Emilio Siri (Hostage), Christophe Gans (Silent Hill), Mathieu Kassovitz (Babylon AD), Louis Leterrier ( L'Incroyable Hulk), Alexandre Aja (Mirrors), et Pierre Morel (Taken). Quand Les françaises vont au cinéma...
  7. 7. Le cinéma est un loisir Aujourd’hui, les Français ne sont plus que 120 millions á se rendre dans un salle de cinéma, ils étaient 400 millions dans les années 1950 et sont restés jusq’au début des années 1980 quelque 200 millions à fréquenter les salles obscures. Et pourtant ils aiment toujours autant le cinéma, mais autrement : à la télévision, grâce aux 13 millions de magnétoscopes. Malgré ce changement, le cinéma reste le dossier le plus frénquent. Le cinéma devancet encore toutes les autres activités de dossier : fête foraine, visite des musées ou monuments historiques matchs sportifs, expositions théâtres, concerts de rock ou de jazz, spectacles de dance ou d’opéra. Le cinéma Francophone L’heure suisse Le cinéma suisse avec Alain Tanner, Claude Goretta, Michael Soutter a connu après les années 1968 une audience internationale. Ces cinéastes issus de la délévision suisse ont mis dans leur film un regard sociologique et une approche psycologique qui privilégient le plus souvent le ton de la comédie avec plus ou moins de distance. Le milieu du monde (1974), Dans la ville blanche (1983) impossent Alain Tanner comme un observateur engagé, à la fois soucieux de réalisme mais dont les récits peuvent prendre une dimension parfois onirique, voir fantastique. C’est La Dentellière (1977) qui assurera à Claude Goretta son plus gros succès. Goretta ne cherche ni le réalisme, ni la sociologie, il théâtralise les situations. Quant à Michael Soutter, il s’impose par un ton trés libre dans un cinéma qui fait un large place au jeu et à la comédie des sentiments : Les Arpenteurs (1972), Repérages (1977). L’espace belge La Belgique est á la fois terre de passage, de croisements et de conflits. Son cinéma traduit à bien des égards cette situation singuliére. Tout se passe comme si André Delvaux avait concentré dans son oeuvre l’essentiel de cette manière ; son cinéma dessine des paysages étranges et joue constamment avec l’espace et le temps : Rendez-vous à Bray (1971), Bervenuta (1983) témoignent de cette manière.
  8. 8. L’univers de Chantal Akerman cherche au contraire un enracinement dans le réel, voire dans le quotidien, pour en faire surgir l’imaginaire. L’errance, les chambres d’hôtel, les gares, les lieux de passage ou les lieux impersonnels, tout ce qui insécurise, y tiennent une place impartante : Je, tu, il, elle (1974), Jeanne Dielman (1975), Les Rendez-vous d’Anna (1978), racontent ce mal être des identités menacées. Changement de ton et de regard avec Jaco von dormael (Toto le Héros, 1991) et Rémy Belvaux (c’est arrivé près de chez vous, 1992) : humour noir, description satirique de la petite bourgeoise, violence, le cinéma belge trouve le chemin de sa propre réalité : il a recours pour cela à un mélange des genres (tragi-comédie, film noir) et des formes (bande dessinñee). L’éveil de l’afrique Lentement, le cinéma africain accède à une reconnaissance internationale. Conditions finacières, conditions matérielles, distrubution, le cinèma africain a du mal à exister quand c’est ne pas a survivre. Paralèllement á la litteráture, après avoir exalté les identités au lendemain des indépendances, le cinéma africain rend compte aujourd’hui des problèmes de l’Afrique : misère, corruption, volonté de changement sont des thèmes que l’on rencontre frèquemment dans les filmes. Hyènes de Djibril Dlop Mambéty (Sénégal) est représentatif de ces films sur le pouvoir de l’argent qui corrompt. On retrouve ce thème dans la comèdje de Pierre Yamcoga (Burkina Faso), Laafi, aventure d’un jeune africain chechant à s’inscrire à l’Université et découvrant à tous les échelons la corruption. L’exception quebécoise Le cinéma québécois participe quant à lui de la revendication culturelle et identitaire du Québec : Gilles Carle, Denys Arcand, Jean-Pierre Lefebre en sont les trois figures les plus marquantes. Avec Les Mâles (1970), La vraie nature de Berdndette (1972), La Mort d’un bûcheron (1973), La Tête de Normande Sainte-onge (1975), Gilles Carle s’affirme comme un chef de file de courant constestataire ; on retrouve dans ces films une interrogation ou une illustration du rôle que tient la religion, le sexe, la politique dans la société québécoise d’avant et d’après la révolution tranquille. L’engagement est aussi à la base du cinéma de Denys Arcand, cinéma politique, avec davantage de viokence et davantage d’utopie dans l’espoir d’un changement. Réjanne Padovani (1973) sur les milieux politiques, Le Déclin de l’empire américain (1986) sur la sexualité, Jésus de Montréal (1989) sur l’église et les médias, témoignent de cette maniére satirique de parler des moeurs et des mentalités de la société québécoise. Jean-Pierre Lefebre s’est attaché, sur les thémes communs du changement social et politique, à bâtir un cinéma où la recherche formelle est en continuel développement,
  9. 9. avec des personnages qu’il reprend d’un film à l’autre. Ce vieux pays où Rimbaud est mort (1977), Les fleurs sauvages (1982) , Jour S (1977) témoignent du désarrol des intellectuels et du repli sur soi après la révolution tranquille. RESOURCE www.wikipedia.com LE CINÉMA : VOCABULAIRE A ACCELERE (un) : Effet spécial obtenu en projetant à vitesse normale des images* prises à vitesse inférieure. ACCROCHE(une) Evènement frappant, étrange, énigmatique que le scénariste* place au début de l'histoire* pour capter l'intérêt du spectateur. ACCESSOIRISTE (lí) Technicien dont le travail consiste à prendre en charge, après les avoir loués ou achetés, tous les objets utilisés sur le plateau* pendant le tournage. Pendant la préparation*, avec le premier assistant, líaccessoiriste fait un dépouillement* scène* par scène des accessoires. Il veille, pendant le tournage, à ce quíils soient raccords* et utilisables. A líaide de la feuille de service* quotidienne de líassistant réalisateur*, líaccessoiriste sait quel sera le matériel utilisé le lendemain. ACTION (une) Ce qui permet de faire avancer l'histoire*. Elle peut apparaître sous deux formes : • l'action physique (plus importante dans les films d'action et les films d'aventure) • l'action émotionnelle (plus importante dans les films intimistes et les drames psychologiques) ADAPTATION (une) Aménagement d'une úuvre littéraire pour en faire un film. AFFICHE (l') Elément de l'arsenal publicitaire sur support papier destiné à la promotion du film.
  10. 10. ALTERNE (montage) Images* montées de façon à montrer alternativement des actions qui se déroulent simultanément. On distingue, par exemple, le montage* en parallèle* du montage* des attractions*. ANGLE (de prise de vue) Détermine le champ* visuel enregistré par la caméra*. Varie en fonction de la place de la caméra* par rapport à l'objet filmé et de l'objectif (ouverture et distance focale) utilisé. ANNONCE (lí) Terme définissant, pendant un tournage, líaction qui consiste à annoncer le plan* qui va être tourné. Líannonce est faite avec le clap*. Lorsque la prise est sonore, le clapman précise le titre du film, les numéros du plan* et de la prise*. ANTICIPATION (une) Procédé consistant à annoncer une action au spectateur en prévoyant sa réaction. ANTI-HEROS (un) Personnage d'un film auquel, contrairement au héros, il est difficile au spectateur de s'identifier ce qui favorise la distanciation*. ARRIERE-PLAN (l') Espace qui s'étend derrière le sujet principal de l'image. ASSISTANT REALISATEUR (lí) Technicien dont le travail consiste à organiser le tournage du film de manière à permettre au réalisateur* de níavoir plus que des problèmes artistiques à résoudre. Le travail de líassistant se déroule en deux temps : • Pendant la préparation* : il fait les repérages*, prépare le dépouillement* et le plan de travail. Parfois il peut síoccuper de la distribution des petits rôles et de la recherche des figurants*. • Pendant le tournage : il veille à la bonne marche quotidienne du film (préparation de la feuille de service*, des décors, des accessoiresÖ) A-SYNCHRONISME (un) Décalage entre l'image et le son. Produit des effets de contrepoint (musique image - voix off*/ image - bruits / image - etc ...). ATTACHE DE PRESSE (lí) Il/elle est chargé(e) de toutes les relations avec la presse parfois dès le tournage (invitation de journalistes sur le plateau*, parution díéchos dans la presse) mais surtout à partir du lancement (rédaction du dossier de presse, organisation de projections, interviews avec le metteur en scène* et les acteurs). ATTRACTIONS (montage des) Consiste en líinsertion brutale díun événement extra-diégétique* (effet de surprise). AUTEUR (droits d'auteur) Règles garantissant les rémunérations des auteurs (réalisateur*, scénariste*, dialoguiste, compositeur...) AXE (de prise de vue) Ligne passant par la caméra* (ou l'appareil photoÖ) et indiquant la direction dans laquelle le sujet est filmé. B BANC-TITRE (le) Appareil destiné à reproduire les cartons de générique* et des documents insérés dans le film. BANDE-ANNONCE (la) Montage* d'extraits d'un film dont la vocation est le lancement d'un film. BANDE-IMAGE (la) Continuité visuelle du film, considérée indépendamment de la bande son* qui l'accompagne. BANDE-SON (la) Continuité sonore du film, considérée indépendamment de la bande image* qui l'accompagne.
  11. 11. BLOCK BOOKING (le) Par ce système commercial, líexploitant* síengage par contrat à présenter une série de films (10,12) venant du même distributeur*. BOX-OFFICE (le) Terme désignant líéchelle des recettes des films. Le classement díun film au box-office permet notamment de déterminer la valeur commerciale des acteurs. BRUITAGE (le) Sons rajoutés après le tournage intégrés dans la bande-son* du film. BURLESQUE (genre) En anglais, slapstick " coup de bâtons". Genre cinématographique comique composé d'une suite rapide de gags indépendants les uns des autres. Le burlesque est fondé sur l'absurde (irruption de l'irrationnel dans le quotidien), la provocation et la caricature des valeurs morales. Le personnage central est en perpétuel conflit avec un environnement hostile et menaçant (Le Kid, Charlie Chaplin, 1920). Le gag - souvent répété d'un film à l'autre - repose sur une série de chutes, de bagarres, de poursuites, de chocs et d'effondrement des décors filmés le plus souvent en plan large* : il n'y a donc pas de logique psychologique, tout repose sur le mouvement et la violence. Le burlesque s'inspire de la commedia dell'arte théâtrale : l'histoire* n'est qu'un prétexte servant à faire la liaison entre les gags, l'improvisation y est importante et la personnalité de l'acteur joue un rôle très important. BUTTONS (les) Nom donné aux moments forts de suspens, d'émotion, de mystère qui concluent chacun des épisodes d'une série afin de garder le spectateur en haleine. C ACHE (le) Feuille opaque de forme variable interposée entre l'objectif et la pellicule* et réduisant ainsi le champ* visuel. CADRAGE (le) Action de cadrer un plan* ; limites dans lesquelles se trouve le champ* de la caméra* lorsque líemplacement de cette dernière et le choix de líobjectif ont été décidés. Il síagit díun des éléments essentiels de la mise en scène* ( choix de l'angle de prise de vue*, de l'échelle des plans*, de l'organisation des objets et des personnages dans le champ*), de l'évolution éventuelle de ces éléments au cours de la prise* (mouvements d'appareil, mouvements des acteurs, etc...). CADRE (le) Limite de líimage qui se lit en deux dimensions (hauteur/ largeur). CAMERA (la) Appareil permettant la prise de vues* cinématographique. Mot issu de líitalien camera obscura CAMERA SUBJECTIVE (ou plan subjectif) Portion d'espace cadré du point de vue du personnage qui est supposé regarder l'espace. CAMERAMAN (le) Technicien chargé des mouvements de caméra* (emplacement de líappareil, objectif utilisé, mouvements de la caméra* mais aussi des personnages à líintérieur du cadre Ö). CAPPER (un) Effet de soulignement, de ponctuation sur une phrase, une expression ou une action. Souvent créé par un bruit, une note de musique, un geste ou un effet particulier. CARACTERISATION (la) Ensemble des détails qui constituent l'apparence et le comportement d'un personnage, utilisés par le scénariste* pour l'individualiser et le rendre crédible. CARTON (un) Texte imprimé apparaissant à l'écran. Les cartons sont souvent utilisés dans les génériques*, ils étaient de règle entre deux "images"* du temps du cinéma muet. CASTING (le) Distribution des rôles d'un film à des acteurs.
  12. 12. CENSURE (la) Surveillance exercée par un Etat sur la production cinématographique. Elle porte sur la représentation de la vie privée, de la politique, de la culture et sur la morale. CHAMP (le) Espace que líobjectif délimite lors de la prise de vues*. Il dépend essentiellement de líobjectif choisi. On appelle hors-champ tout ce qui se déroule en dehors du cadre* et qui peut avoir cependant de líimportance pour le déroulement de líaction ou en prolongeant le champ dans l'imaginaire du spectateur. Le hors-champ níest pas forcément contenu à líextérieur du cadre* : ainsi un personnage peut sortir du champ sans franchir le cadre* en sortant díune pièce par exemple. CHEF OPERATEUR (le) ( ou directeur de la photographie) Technicien responsable de líéclairage* des scènes*. Souvent associé au découpage* du film pour préparer ses éclairages avant le tournage. Procède aux essais maquillage et pellicule*. CINEMASCOPE (ou Scope) Procédé qui permet grâce à l'utilisation d'un objectif spécial, l'hypergonar*, de projeter des images* plus larges (rapport largeur sur hauteur de 2,35 contre 1,37 pour le format* standard). Les images* sont comprimées (anamorphosées) au tournage et élargies à la projection. Le premier film en Scope est la Tunique (1952). CINEMATHEQUE (la) Organisme chargé de la conservation des films et des archives cinématographiques mais aussi de projections, de rétrospectives, díexpositions. CLAP (le) Claquement (en anglais). Petite ardoise dont le rebord articulé claque pour signaler la mise en route de la caméra* ordonnée par le réalisateur*. CLIMAX (le) En grec, le climax signifie "point culminant", c'est le moment fort du drame qui se joue à l'écran. C.N.C (le) Centre National de la Cinématographie, organisme officiel créé en 1946 pour superviser líindustrie cinématographique française ( étude et mise au point de lois et décrets, aide financière, organisation de festivals, mise en place d'actions pédagogiques d'éducation à l'image, Ö). COMEDIE (la) Genre cinématographique destiné à faire rire. Universelle, la comédie est en même temps un genre particulièrement complexe, chaque pays ayant développé ses propres tendances. On distingue : • la comédie américaine : on sépare la comédie populiste, de la comédie sophistiquée et de la comédie loufoque. • La comédie populiste a pour toile de fond la crise économique des années 30, à laquelle elle propose des solutions fondées sur l'initiative individuelle. Le héros - naïf, honnête, modeste - est issu de la classe moyenne rurale et incarne les valeurs originelles de l'Amérique. (Monsieur Smith au Sénat, Franck Capra, 1939) • La comédie sophistiquée qui repose sur l'insouciance et la dérision. Les personnages sont le plus souvent issus de l'aristocratie européenne. (Haute pègre, Ernst Lubitsch, 1932). Souvent écrites autour d'une histoire sentimentale, les dialogues* sont particulièrement soignés. • La comédie loufoque (en anglais, screwball comedy) qui mélange le burlesque* et la comédie sophistiquée. • La comédie à l'italienne : Elle trouve ses racines dans la commedia dell'arte et porte souvent un regard réaliste et critique sur la situation sociopolitique de l'Italie des années 60 /70. La comédie à l'italienne est souvent amère : la mort est y est fréquemment présente. (Miracle à Milan, Vittorio de Sica, 1951)
  13. 13. • Le comique français : Il se caractérise par l'importance des dialogues (Le roman d'un tricheur, Sacha Guitry, 1936) et puise souvent ses histoires dans la tradition théâtrale de la comédie de boulevard. L'humour britannique : fondé sur la "dénonciation mesurée" du système anglais, l'humour britannique consiste le plus souvent à insérer une situation anormale (donc comique) dans un cadre réaliste. Les personnages utilisent fréquemment le principe du "pince sans rire". COMPOSITION (la) Elle porte sur líagencement des masses et des lignes essentielles à líintérieur du cadre*. (composition homogène, équilibrée, symétrique ou le contraire dans le cadre des scènes* díaction, de mouvement, de danger,...) CONTINUITE (la) Description de chaque scène* du scénario* avec dialogues*. CONTRE-CHAMP (le) Le contre-champ est une prise de vue* enregistrée dans la direction diamétralement opposée à celle du plan* précédent (Ex : champ* : plan d'un homme qui regarde face à la caméra* ; contre-champ : plan de ce qu'il regarde). CONTRE-PLONGEE (une) Il síagit díun effet visuel obtenu en plaçant la caméra* au- dessous de líobjet ou du personnage que líon désire filmer. Elle sert parfois à déformer ou à donner plus de puissance aux objets et aux personnages apparus dans le plan*. COUPE (une) Rupture dans la continuité du film, marquant un changement de plan*. COURT-METRAGE (un) Film dont la durée est inférieure à 57 minutes. CUT (un) Montage* "cut" ou coupe* franche entre deux plans*. Passage "sec" d'un plan* au suivant, sans effet optique. D DECOUPAGE (le) Cíest une opération qui consiste à diviser chaque scène* ou séquence* en autant de plans* que le metteur en scène* le désire. Il síagit díun travail à la fois technique et artistique. Un découpage technique prend une forme précise : sur la partie gauche se trouvent les images*, sur la droite les sons. On indique le numéro des plans*, leur grosseur, les mouvements de caméra*, les dialogues*, la musique et les bruits. Toutes les indications techniques sont soulignées. DENOUEMENT (le) Il résout chacun des conflits exposés tout au long du récit. Il peut se boucler avec le début pour observer une évolution ou créer une fin de type "ouvert" ou "fermé". DEPOUILLEMENT (le) Il síagit díune opération qui consiste à étudier les scènes* díun film une par une pour en extraire et classer tous les éléments techniques et artistiques (acteurs, rôles, costumes, figuration, accessoires, véhicules, animaux, effets spéciaux*, Ö). Cette tâche est réalisée par líassistant réalisateur*. DIALOGUES (les) Ensemble des phrases prononcées par les acteurs dans un film. Ils sont soit enregistrés en même temps que l'image* (son direct*), soit postsynchronisés* ou doublés* quand il s'agit d'une version du film destinée à un pays étranger. Ils ont pour fonction de faire avancer l'action, de communiquer des faits et des informations au spectateur, de révéler des conflits et l'état émotionnel des personnages, de commenter l'action et de gérer l'ellipse*.
  14. 14. DIEGESE (la) Narration* rigoureusement chronologique des événements díune histoire*. La diégèse représente "tout ce qui appartient à l'histoire* racontée, au monde supposé ou proposé par la fiction du film." (E. Souriau). Elle constitue donc une forme élargie de líhistoire* dans la mesure où elle correspond à la narration* mais aussi à líunivers sous- jacent qui la compose (référence à díautres films, à la tradition, de líHistoire). On évoquera dans ce cas " líunivers diégétique ". A l'inverse, on qualifie d'extra-diégétique tout ce qui níappartient pas à líhistoire* mais qui peut appartenir au récit (par exemple la musique qui vient souligner líémotion sans que sa production soit localisable dans líhistoire*). DIRECTEUR DE PRODUCTION (le) Technicien engagé par le producteur* pour veiller à la bonne marche financière et technique díun film. Il prépare le devis du film et les contrats mais suit aussi jour par jour la préparation technique. Cette fonction nécessite à la fois des connaissances techniques mais aussi commerciales, juridiques, bancaires. DISTANCIATION (la) Théorie élaborée par Brecht et mise en pratique dans son théâtre. Elle a pour but d'éviter le phénomène d'identification* aux personnages, de laisser au spectateur toute sa liberté critique. Au cinéma le phénomène d'identification étant plus fort qu'au théâtre, la distanciation est plus difficile et son choix peut compromettre la réussite commerciale du film. DISTRIBUTION (la) Cíest une activité qui contient deux aspects : • La disposition des droits díexploitation díun film • La cession des droits de représentation du film aux exploitants*. DOLBY (son) Système d'enregistrement sonore qui permet d'éliminer fortement le souffle et les bruits de fond. Grâce à lui, dans les années 1970, sont sortis les premiers films stéréophoniques avec 2 pistes optiques. Un système de codage permet d'en restituer 4. DOUBLAGE- SON (le) Technique consistant à réécrire les dialogues* d'un film étranger et à les faire réinterpréter ( très souvent en postsynchronisation*) par des acteurs spécialistes. On distingue alors la version originale (V.O.) de la version doublée (V.F. par exemple par une version française). La réécriture des dialogues* dépasse très souvent la simple traduction. DOUBLAGE-ACTEUR (le) Consiste à remplacer un acteur (souvent très connu) par un autre. On parle alors de doublure. Les doublures sont utilisées lors des cascades ou encore pour des raisons esthétiques. E ECHELLE (des plans) Rapport de la taille des objets ou des sujets représentés dans l'image sur la taille de l'image globale. ECLAIRAGE (lí) Il existe deux types díéclairage ; le premier réalisé lumière artificielle, le second en lumière du jour. Le matériel est donc différent selon les deux situations. EFFETS SPECIAUX (les) Trucages divers permettant d'obtenir des effets insolites, fantastiques (homme invisible), spectaculaires (monstres, tempêtes), ou même réalistes, mais réalisés en studio* (transparences*).
  15. 15. ELLIPSE (une) Raccordement de deux séquences* en omettant volontairement un fragment temporel dans le déroulement réel du film, sans en altérer la compréhension. ENCHAINE On appelle enchaîné la substitution díune image à une autre par líapparition progressive de la deuxième image. EQUIPE TECHNIQUE (lí) Se dit de líensemble des techniciens qui préparent et réalisent un film. Une équipe est constituée par : • La production : directeur de production*, régisseur*, secrétaire de production, comptable • Líéquipe de tournage : réalisateur*, assistant réalisateur, scripte*, chef opérateur*, caméraman*, assistants opérateurs, ingénieurs du son*, perchman, équipe de décoration, accessoiriste*, maquilleuse, habilleuse*, photographe de plateau • Montage* et finition : équipe montage Ouvriers : machinistes et électriciens EXPLOITANT (un) Un exploitant est le propriétaire ou le gérant díune salle de cinéma. EXPOSITION (l') Partie initiale du scénario* dans laquelle sont exposés au spectateur les différents éléments et les points de départ à partir desquels l'histoire* va pouvoir fonctionner. F FIGURANT (un) Personne apparaissant dans un film mais n'ayant pas de texte à dire. Il peut faire partie d'une foule ou être un passant dans une scène* de rue. FILAGE (un) Mouvement de caméra* tellement rapide que l'image* n'est pas nette. FILM NOIR (le) Genre cinématographique né aux Etats-Unis (Le faucon maltais, John Huston, 1941). A l'intersection du film d'horreur, du film policier et du genre réaliste poétique, il se caractérise par des films particulièrement pessimistes. La société qu'ils décrivent est violente et corrompue, les rapports entre les individus sont souvent fondés sur la traîtrise. Le film noir met généralement la fatalité au centre de sa mise en scène. Cette fatalité s'incarne souvent dans le personnage d'une femme, très belle mais dangereuse, qui mettra le héros en péril. Le film noir original était caractérisé par un éclairage en clair-obscur des scènes de nuit (souvent pluvieuses), l'utilisation d'ombres pour souligner la psychologie d'un personnage ou une situation narrative, des plans serrés* pour donner un sentiment d'enfermement. Le film noir, né dans les années 40/50, est indissociable de son contexte de production (sentiment d'insécurité né avec la Seconde guerre mondiale et la Guerre froide, MacCarthysme, désillusions au sujet de l'émancipation de la femme,Ö). FINANCEMENT (le) Le financement des films est rendu possible par divers procédés • Une avance distributeur • Une coproduction avec les chaînes de télévision (Canal + par exemple)
  16. 16. • Une avance sur recettes attribuée par le CNC* • Des crédits bancaires Des capitaux privés. FLASH (un) Plan* très bref. FLASH-BACK (un) Un plan* ou une séquence* insérés dans un récit cinématographique et rapportant des évènements chronologiques antérieurs à líaction en cours. FLASH-FORWARD (un) Un plan* ou une séquence* insérés dans un récit cinématographique et rapportant des évènements chronologiques postérieurs à líaction en cours. FOCALE (distance) Distance séparant le centre optique d'un objectif du plan sur lequel se projette une image nette du sujet (film). C'est de la distance focale (ou focale de l'objectif) que dépendent l'angle de vision embrassé par l'objectif et la taille des objets reproduits sur le film. FONDU (un) Apparition ou disparition totale de l'image*. Pour le fondu-enchainé, une image se substitue progressivement à une autre par surimpression*. Pour le fondu au noir, l'image s'obscurcit progressivement jusqu'au noir, puis l'image suivante apparaît. FORMAT (de projection) C'est le rapport largeur sur hauteur de l'image* projetée sur l'écran de la salle de cinéma. Il existe trois formats possibles en 35mm : le format standard (1,37), le format Scope* (2,35), les formats panoramiques (1,66 ; 1,75 ou 1,85). En 70mm, le format de projection est 2,2. G GENERIQUE (le) Cíest la présentation sous forme de liste, de tous les techniciens et acteurs qui ont collaboré à la réalisation díun film. Il se situe en général au début díun film mais peut être complété par un générique de fin. Parfois, une séquence* (prégénérique) précède le générique. Les postgénériques sont plus rares, les spectateurs ayant tendance à partir dès le début du générique de fin. GIRAFE (la) Il síagit díune perche* au bout de laquelle est placé le micro pour enregistrer le son. Elle repose sur un support à roues à la différence de la perche*. GUEST STAR (une) Vedette invitée. Souvent il s'agit d'acteurs confirmés qui acceptent par amitié ou contre rémunération, de tenir un petit rôle dans un film. H HABILLEUSE (lí) Technicienne de plateau* dont le travail consiste à habiller les comédiens avant le tournage, à préparer et entretenir les costumes. HAPPY END (un) Fin heureuse d'un film. Tous les obstacles au bonheur sont annulés. HISTOIRE (l') Ensemble des évènements qui se déroulent chronologiquement. A ne pas confondre avec la narration*.
  17. 17. HYPERGONAR (l') Objectif spécial inventé par le Français Henri Chrétien en 1930. Il permet de comprimer horizontalement une image au tournage et de la dilater à la projection. A l'origine il a été conçu pour augmenter le champ de vision des soldats dans les blindés. I IDENTIFICATION (une) Pour le spectateur, c'est se substituer à un ou plusieurs personnages d'un film. C'est l'opposé de la distanciation*. IMAGES (les) Ce terme désigne les clichés qui composent un film. Un film est projeté à 24 ou 25 images par seconde. IMPLANT (un) Indice livré de façon implicite au spectateur, ne présentant de prime abord aucun intérêt particulier, et qui s'avérera déterminant dans le déroulement de l'action. IN Opposé de off*. Est " in " tout ce qui apparaît à l'image. INDICE (un) Elément qui permet de résoudre l'énigme, de comprendre l'ellipse*, suivre l'intrigue principale sans s'égarer dans les subplots*. INGENIEUR DU SON (lí) Cíest le technicien qui pendant le tournage procède à líenregistrement des dialogues*, bruits, ambiances avec líaide du perchman. Il place les micros. Il est responsable du mixage* et du bruitage* en studio*. INSERT (un) Très gros plan d'un objet ou d'une partie du corps (le regard par exemple). Un insert n'est jamais gratuit, il a une forte signification, est chargé d'émotion. INTERTITRE (un) Utilisé surtout dans le cinéma muet. Plan* contenant du texte- dialogue, commentaire plus ou moins ornementé et calligraphié, intercalé au montage* entre deux plans*. IRIS (l') Diaphragme en iris situé devant l'objectif et permettant son ouverture et sa fermeture progressive. L LOUMA (la) Sorte de grue au bout de laquelle on place la caméra*. M MELODRAME (le) Genre cinématographique qui se caractérise par l'exacerbation des sentiments. A l'inverse du drame, il ne cherche pas la vraisemblance et utilise les situations pathétiques (amours contrariés, innocence persécutée, sacrifice, trahison, tabous sociaux, Ö) et les effets sensationnels (miracles providentiels, infortunes soudaines, catastrophes, coups du destin,Ö). Le mélodrame joue sur des oppositions fortes
  18. 18. (opposition ville/campagne par exemple où la ville signifie la débauche, la perte d'identité,Ö) et exalte la nature (identification du héros aux saisons). Le genre s'est développé dans tous les pays, à toutes les époques. (Senso, Lucchino Visconti, 1954, Ecrit sur le vent, Douglas Sirk, 1956). METTEUR EN SCENE (un) : (ou réalisateur) Il dirige la préparation* et la réalisation du film. Il est responsable de la valeur dramatique et esthétique de líúuvre. Il peut également exercer díautres tâches (scénariste*, monteur*, producteur*). MIXAGE (le) Mélange et dosage des bandes "paroles", "musique", et "bruits" pour obtenir la bande-son* définitive du film. MONTAGE (le) Cíest líopération qui consiste à organiser et à assembler les plans* tournés afin de donner un sens et un rythme au film. Cette tâche revêt donc un aspect technique et esthétique. Dans son aspect esthétique, on distingue : • Le montage chronologique : suit la chronologie de l'histoire*. ( par exemple dans les films d'action, les films policiers, Ö) • Le montage en parallèle* : permet de montrer différents lieux en même temps lorsque l'intérêt porte sur deux personnages ou deux sujets différents (par exemple dans les westerns) • Le montage alterné : suite de plans* dont l'alternance exprime l'idée de simultanéité. • Le montage par adjonction d'images* : avec le but de créer des associations d'idées permettant de traduire tel ou tel sentiment. • Le montage par leitmotiv : des séquences* s'organisent autour d'un thème qui revient chaque fois, lancinant, et annonce des images* qui vont suivreÖ Dans son aspect technique (liaisons entre plans*), on distingue : • Le montage "cut" (liaison la plus simple) • Le montage par fondus* (fondu enchaîné*, fondu au noir*, Ö) • Enfin, une multitude d'astuces techniques pour passer d'un plan* à un autre : volets*, rideaux, iris* MONTEUR (le) Technicien chargé du montage* du film sous la direction du réalisateur*. N NARRATION (la) Manière dont l'histoire* est racontée, sous l'empreinte du scénariste*. NICKEL ODEON Les premières véritables salles de cinéma ouvertes aux Etats-Unis. Baptisées ainsi car líentrée coûtait un " nickel " (pièce de 5 cents). NUIT AMERICAINE (la) Système de prises de vues* destiné à tourner de jour des scènes* nocturnes en utilisant des filtres et en jouant sur le contre- jour.
  19. 19. O OFF (bruits et voix) Nom donné à líeffet obtenu lorsque la source díoù proviennent le bruit ou la voix sont situés hors du champ* de la caméra*. OPERATEUR (lí) Terme général qui désigne à la fois le chef opérateur* ou directeur de la photographie, le cameraman ou cadreur. OUTLINE (un) Résumé du scénario* décrivant l'histoire* complète. P PANORAMIQUE (un) [abréviation : PANO] Mouvement de la caméra* qui pivote sur son axe de droite à gauche, de gauche à droite ou verticalement (vers le haut ou vers le bas). Il existe aussi des panoramiques circulaires à 360 degrés. Un panoramique peut être soit descriptif soit d’accompagnement. Le verbe "panoter" signifie faire un panoramique avec la caméra* ou un mouvement plus complexe combinant un panoramique et un travelling*. PARALELLE (montage en) Forme de montage* alterné* de deux plans* dans le but de les confronter, de leur attribuer des valeurs comparatives. PELLICULE (format) Largeur de la pellicule utilisée au tournage et à la projection. Le format professionnel le plus utilisé est le 35mm. Le 70mm, beaucoup plus coûteux, a été très en vogue dans les années 1960 et 1970, il est aujourd'hui presque totalement abandonné. Le 16mm est courant pour tourner des téléfilms. Les formats plus petits, 8mm, super 8 sont destinés aux amateurs. Le 9,5mm a disparu. PERCHE (la) Longue tige au bout de laquelle est placé le micro. Le perchman la tient à bout de bras, au-dessus des acteurs, sans la faire entrer dans le cadre* et sans faire díombres. PERSISTANCE RETINIENNE (la) Sans elle le cinéma n'existerait pas. Quand la rétine reçoit une impression lumineuse elle persiste une fraction de seconde. Au cinéma les images* se succèdent avant que les précédentes n'aient disparu. Cela donne l'illusion du mouvement. PHOTOGRAMMES (les) La pellicule* impressionnée est constituée de photogrammes (instantanés qui défilent, au rythme de 24 images* par seconde). PHOTOGRAPHIE (de plateau) Photographie prise par un professionnel pendant le tournage du film. PLAN (le ) C’est l’unité de base de la syntaxe cinématographique (líéquivalent du mot). Plusieurs plans composent une scène* ou une séquence*. Un plan séquence (en anglais one scene one shot) est une séquence* réduite à un seul plan (sa durée dépasse souvent la minute). Cíest le découpage* qui définit les plans, la prise de vues* qui les enregistre, le montage* qui leur donne un sens définitif. Un plan est toujours caractérisé par le fait que la caméra* tourne sans síarrêter pendant sa durée et quíil est défini par sa grosseur. Il existe donc plusieurs valeurs de plans :
  20. 20. • le plan général (PG) : Il montre la totalité du décor et situe líaction*. Il est très fréquemment utilisé dans les premières minutes d'un film pour permettre au spectateur de s'installer dans l'histoire*. • le plan díensemble (PE) : Il situe líaction* et montre tous les protagonistes. Il doit durer suffisamment longtemps pour donner au spectateur assez de repères pour assimiler les informations. • le plan demi-ensemble (P1/2 E) : En intérieur, il rapproche la caméra* des acteurs. On a souvent recours à cette valeur de plan pour montrer le champ* et le contrechamp d'un même espace et diviser en deux le nombre d'informations livrées au spectateur. • le plan moyen (PM) : Il montre un ou plusieurs personnages en totalité, cadrés* "en pied". Il a pour inconvénient de libérer un grand espace réservé au décor, espace qu'il va falloir habiller pour enrichir l'image. Cette valeur de plan permet d'appréhender le personnage sur son aspect physique et son allure. La durée du plan moyen est proportionnelle aux informations qui apparaissent dans l'espace décor ou qui sont livrées au spectateur par le jeu du personnage. • le plan américain (PA) : Il cadre* les personnages à mi-cuisses (très souvent utilisé dans les westerns* pour couper volontairement le cadre* en dessous des colts, parties intégrantes de la personnalité du héros). Il offre l'avantage, par rapport au plan moyen, de montrer le jeu corporel du personnage sans devoir combler l'espace décor qui se trouve réduit. La durée de cette valeur de plan est liée au dialogue* et à l'action*. • le plan rapproché taille (PRT) : Très souvent utilisé en vidéo et en télévision, il s'attache particulièrement à ce que dit et fait un personnage sans attirer exagérément l'attention sur un détail de son jeu (contrairement au gros plan). La durée de cette valeur de plan est liée au dialogue* et à l'action*. • le plan rapproché poitrine (PRP) : Il a les mêmes fonctions que le plan rapproché taille, en accentuant un peu plus les traits du visage du personnage. C'est, par excellence, le plan du journaliste derrière son bureau. La durée - souvent importante - de cette valeur de plan est liée au dialogue*. • le gros plan (GP) : Il montre de près des visages et sert donc à les mettre en valeur (ou parfois à leur nuire). Il s'attache à capter une expression, un sentiment particulier, un regard explicite. L'information est donc très lisible, la durée de cette valeur de plan sera donc souvent moins importante que pour les plans précédents. • le très gros plan (TGP) : Il montre le plus souvent un détail des traits du personnage (le regard par exemple) ou d'un objet particulier. Il doit être de très courte durée et conçu comme un insert*. • le plan large (PL) : Il traduit la même idée qu'un plan d'ensemble mais s'applique à un champ* sans personnage. C'est un peu le plan fourre-tout, celui qui exprime une certaine idée d'espace propice à la multiplicité d'informations. • le plan serré (PS) : C'est l'équivalent du gros plan pour un objet. Il est le plus souvent utilisé pour isoler un détail du décor. PLATEAU (le) Cíest líendroit où se réunissent une équipe technique* et des acteurs pour des prises de vues*. Dans les studios* de cinéma cíest líespace où líon installe les décors en vue du tournage. PLONGEE (une) Prise de vues* obtenue lorsque la caméra* est placée au-dessus du sujet qui se trouve dans le champ*. C'est l'opposé de la contre-plongée*.
  21. 21. POINT D'ORGUE (un) Manière de rester sur un détail, un gag, une ponctuation, une chute, une réplique lourde de sens, pour terminer et boucler la séquence*, ou pour annoncer quelque chose qui va suivre. POSTSYNCHRONISATION (la) A la différence du son direct*, procédé qui consiste à enregistrer après tournage les dialogues* et les sons définitifs díun film lorsque les conditions de tournage sont trop bruyantes ou lorsque l'on veut manipuler le son. PREPARATION (la) Période qui précède le tournage díun film et où sont passés en revue les différents problèmes liés à la réalisation (devis, plan de travail, repérages*, dépouillement*, distribution des rôles, décors, matérielÖ). PRISE (une) Cíest líopération qui consiste à enregistrer un plan* ou un son. Il peut y avoir plusieurs prises pour un plan* selon le désir esthétique du metteur en scène*. PRODUCTEUR (le) Professionnel dont le travail consiste à établir le financement* du film. Le producteur dépend de plus en plus des grandes sociétés de distribution*. PROFONDEUR DE CHAMP (la) Permet d'obtenir une image aussi nette au premier plan qu'à l'arrière plan. PROGRESSION (une) "Règle" d'écriture qui veut que la tension dramatique soit conçue pour aller en croissant jusqu'à la fin. R RACCORD (un) Il síagit en matière de prises de vues* cinématographiques ou de prises de son díassurer la continuité díun plan* par rapport à un autre plan* ou díune scène* par rapport à une autre scène. Pour que le raccord soit correct (impression de réalité), il faut veiller à plusieurs paramètres : • les gestes des personnages doivent síenchaîner parfaitement díun plan* à líautre. • les objets dans le champ* doivent rester les mêmes : coiffures, cravates, lunettes,Ö • la position dans le champ* des acteurs, accessoires, décors ne doit pas changer. • les vêtements doivent être identiques • le niveau du son doit être égalisé • les couleurs, la lumière ne doivent pas différer Par ailleurs, lors de la prises de vues*, on peut prévoir des effets de raccord : • Le raccord dans l'axe : montage* entre deux plans* successifs filmés dans le même axe mais à des distances différentes du sujet. • Le plan raccord : plan* bref tourné en supplément pour assurer la continuité entre deux plans* difficilement raccordables. • Le faux raccord : Effet de discontinuité obtenu par la mise en évidence délibérée d'un changement de plan*. RALENTI (un) Effet spécial obtenu en projetant à vitesse normale des images* prises à vitesse supérieure. RAPPORTS (cahiers de ) Il síagit de 3 cahiers utilisés par le (la) scripte *.
  22. 22. • Les cahiers de rapports montage* • Les cahiers de rapport image indiquant numéros de plans* tournés et prises* bonnes à tirer • Les cahiers de rapports production contenant tout ce qui concerne le tournage (horaires des acteurs, arrêts repas, accidents, nombre de figurants*, Ö). REGIE (la) Terme générique désignant sur un tournage tous les services nécessaires assurés par un régisseur*. En vidéo, dispositif de studio* qui coordonne les différentes caméras* et opère le montage* images* et son simultanément à la prise de vue*, dans le cas du direct. REGISSEUR (le) Technicien dont le travail consiste : • Pendant la préparation* : demander les autorisations de tournage, veiller à ce que le matériel soit prêt, síoccuper du transport et du logement des techniciens et acteurs • Pendant le tournage : organiser les repas et les besoins quotidiens, prendre en charge la pellicule* à envoyer au laboratoire. REPERAGES (les) Ils consistent à rechercher, pendant la préparation*, les décors intérieurs et extérieurs. REPETITION (une) Préparer avec les acteurs, les jeux de scène* et les dialogues* afin díobtenir une meilleure efficacité au moment de la prise*. RUSHES (les) Etat brut des prises de vue* synchronisées (bande image* et bande son) après développement du film en laboratoire. Les rushes sont souvent projetés le lendemain du tournage, avant d'être montés. S SCENARIO ou SCRIPT (le) Support écrit du film, il comporte le découpage* intégral en séquences* numérotées et minutées, et, à líintérieur des séquences*, les répliques, toutes les indications concernant le lieu ou le moment de líaction, líinterprétation, les mouvements díappareil. Le scénario n'inclut pas le découpage technique*. SCENE (une) Il síagit díune succession de plans* qui, possédant une unité dramatique et temporelle, se déroulent dans un même lieu. SCRIPTE (la,le) Collaborateur(trice) très proche du metteur en scène*. Son travail consiste à : • Pendant la préparation* : établir le minutage du film • Pendant le tournage : responsable des raccords*, minutage des plans*. SEQUENCE (une) Cíest un ensemble de scènes* formant une action définie. Elle est parfois confondue avec la scène*. Mais alors que celle-ci se déroule dans un seul décor, la séquence, elle, peut se dérouler dans plusieurs décors. On distingue : • La séquence sans ellipse* : les ruptures sont dues au changement de position de la caméra*. • La séquence à ellipses* : on alterne* des actions simultanées ou des actions séparées dans le temps.
  23. 23. L'articulation entre deux éléments (plans* ou séquences*Ö) utilise des effets de ponctuation plus ou moins conventionnels : fondu enchaîné*, fondu au noir*, fermeture à l'iris*, volets*, rupture brutale dans l'échelle des plans*, dans l'unité narrative, Ö SERVICE (feuille de) Document préparé par le premier assistant réalisateur* la veille de chaque jour de tournage. Elle sert à préciser les tâches du lendemain (lieu de tournage, décor, lieu de rendez-vous de líéquipe, effet lumière, acteurs, heure du maquillage et de líhabillage, horaires de tournage, figurationÖ). SON DIRECT (ou synchrone) Son enregistré sur le plateau* pendant les prises de vues*. Il donne de la vérité aux scènes*. STOCK-SHOT (un) Extrait d'un film utilisé dans un autre. Parfois ce sont des extraits. Cette méthode économique est souvent utilisée dans les feuilletons états-uniens. STORY-BOARD (le) Cíest líensemble des dessins qui représentent, avant tournage, le film dans sa totalité (plans*, mouvements de caméra*, indications sonores,Ö). Il permet de mieux "voir" le film. STUDIOS (les) Ce sont des ensembles cinématographiques destinés au tournage des films. Ils sont constitués de plateaux* sur lesquels on monte les décors. On trouve également les bureaux de production, les loges de comédien, les ateliers, des salles de montage*, des restaurants. Les tournages actuels ont de plus en plus tendance à se dérouler en décors naturels. SUBPLOTS (les) Intrigues secondaires mettant en jeu des personnages secondaires dont les actes sont en relation avec l'intrigue principale. SURIMPRESSION (une) Superposition de deux ou plusieurs images*. Le fondu enchaîné* est un exemple bref de surimpression. SUSPENS (le) Une des formes de décalage entre le savoir du spectateur et celui des personnages. SYNOPSIS (le) Récit de moins de trente pages résumant une úuvre préexistante (roman, nouvelle) ou donnant les grandes lignes díun scénario* original. T TAG (un) Trait caractéristique qui distingue un personnage (souvent secondaire), comme un tic, un détail vestimentaire, un accessoire particulier. TELEPHONE BLANC (un) Genre cinématographique propre au cinéma italien fasciste des années 30. Le téléphone blanc était un accessoire inévitable dans des comédies médiocres mettant en scène la bourgeoisie. THRILLER (un) De l'anglais to thrill ( frissonner). Un Thriller est un film qui provoque des émotions fortes. Le plus souvent ce sont des films policiers. TRAITEMENT (le) A partir díun synopsis*, un scénariste* rédige un traitement, soit une cinquantaine de pages, décrivant les ressorts essentiels de líintrigue et les scènes* principales. TRANSPARENCE (une) Effet produit en tournant une scène* sensée se dérouler en extérieurs devant un écran de verre dépoli sur lequel sont projetées des vues d'extérieurs. TRANSTRAVELLING (un) Effet visuel pour créer le vertige (on associe un zoom* et un travelling* dans le même axe de telle sorte que les deux mouvements se compensent, le champ* se modifie créant un certain malaise).
  24. 24. TRAVELLING (un) [abréviation : TRAV] Mouvement par lequel la caméra* - fixe sur un axe - se déplace dans le décor. Le travelling pourra être horizontal (HZ), vertical (V), latéral (LAT), circulaire (CIRC), avant (AV) ou arrière (ARR). U UNITE (l') Caractérise le ton du scénario* et l'unité dramatique de son déroulement. V VOLET (un) Effet de balayage ou de "rideau" d'un plan* par le suivant, généralement de gauche à droite. W WESTERN (le) Genre cinématographique qui traite principalement de la vie des pionniers dans l'Ouest états-unien, au Mexique ou au Canada, de la fin du XVIIIème au début du XXème siècle. (L'attaque du grand rapide, William Porter, 1903, le premier western). D'une manière générale, les westernsproposent une combinaison de faits réels et d'éléments liés au mythe de la conquête d'un " nouveau monde " (In Old Arizona, Raoul Walsh et Irving Cummings, 1929, le premier western parlant). Les pionniers - fondateurs de la nation - sont mis en scène au travers d'un combat "courageux" contre les obstacles au progrès : les Amérindiens, les conditions naturelles, voire eux-mêmes (La Chevauchée fantastique, John Ford ,1939). Le héros, épris de liberté, est très souvent solitaire. Très idéalisés, les westerns ont donc une fonction idéologique importante (élaboration d'un mythe fondateur de la nation, supériorité des pionniers sur les autres, triomphe de la loi et de la justice, morale puritaine, Ö). A partir des années 70, certains westerns remettront en cause ce mythe (Little Big Man, Arthur Penn, 1970). Bon nombre de réalisateurs, même européens, s'essaieront à ce genre, en n'hésitant pas à le parodier (Il était une fois dans l'Ouest, Sergio Leone, 1968, western spaghetti). Z
  25. 25. ZOOM (le) Objectif à focale* variable permettant d'obtenir des effets de travelling* (dit "optique") sans bouger la caméra*. L'effet de rapprochement est défini comme un zoom avant (AV) et celui d'éloignement comme un zoom arrière (AR). Au début du siècle, on utilisait líiris* pour focaliser sur un aspect particulier de la scène* ou sur un visage.

×