Troubles alimentaires et diabète

538 vues

Publié le

Les troubles de comportement alimentaires sont plus importants chez les jeunes diabétiques. Les causes, l'incidence, les impacts sur le diabète

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
538
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
29
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Internal consistency:
    It measures whether several items that propose to measure the same general construct produce similar scores
    Construct validity :
    the degree to which a test measures what it claims, or purports, to be measuring
  • Troubles alimentaires et diabète

    1. 1. Troubles Alimentaires et Diabète type 1 Jessica Moramarco, résidente en pédiatrie Section Diabète CHU Ste-Justine Montréal, Canada Décembre 2013
    2. 2. Éventail des troubles alimentaires  Anorexie nerveuse  Boulimie  Trouble du comportement alimentaire non spécifié  Trouble du comportement alimentaire subclinique
    3. 3. Prévalence des troubles alimentaires – population générale  Prévalence à vie de trouble alimentaire: Femmes Hommes Anorexie nerveuse 0,9 % 0,3 % Boulimie 1,5 % 0,5 % Tr alimentaire avec hyperphagie 3,5 % 2,0 % 1. Hudson JI et Al. 2007
    4. 4. Patients avec Db T1 plus à risque de trouble alimentaire  Prévalence des troubles alimentaires varie selon les études entre 10 et 49%2  Dans la majorité des cas le diabète survient en 1er 11 2. Wisting, L. et Al. 2013 11. Marcus MD et Al 1990
    5. 5. QUEL TYPE DE TROUBLE ALIMENTAIRE?  Selon Colton 2007 (cohorte de 98 ptes suivies 5 ans)3  13,3% de trouble du comportement alimentaire diagnostiqué  43,9% de restreinte alimentaire active  6,1% d’épisodes d’hyperphagie  3,1% de vomissements auto-induits  25,5% d’exercice intense dans le but de perdre du poids  3,1% d’omission d’insuline  Anorexie nerveuse classique plus rare  Moins d’usage de laxatifs, moins de vomissements provoqués
    6. 6. POURQUOI?  Facteurs de risque de développer un trouble alimentaire: - Atcd de diète(s) - Personnalité anxieuse ou perfectionniste - Atcd familial de trouble alimentaire - Pression sociale, activités sportives et artistiques encourageant minceur - Détresse familiale - etc 4. Up to Date Eating disorders: Epidemiology, pathogenesis, clinical features, and course of illness
    7. 7. Pourquoi les patients avec DB t1 sont plus à risque?  Environnement facilitateur: • Diète contrôlée (quantité de sucre, horaire….) • Préoccupation de la nourriture et de l’effet sur la santé • Attention au poids • Stress personnel et familial par le diabète • Surveillance des parents de la diète • Relation parents-enfant avec défis supplémentaires  Moyen disponible pour perde du poids
    8. 8. Rôle probable de la fluctuation du poids entourant diagnostic du diabète  Perte de poids précédent le diagnostic de diabète perçue comme étant désirable  Reprise de poids avec début du traitement mécontentement image corporelle négative  Possible développement de comportements alimentaires malsains pour contrôler le poids chez individu susceptible 5. Rodin GM et Daneman D. Diabetes care 1992
    9. 9. STEEL JM ET AL 1990 CHANGES IN EATING ATTITUDES DURING THE FIRST YEAR OF TREATMENT FOR DIABETES Questionnaires passés peu après dx diabète et 12 mois après: -Prise de 6,9kg/ 8,6kg -↑ score questionnaire EAT -↑ score de d'insatisfaction corporelle -↑ score de désir de minceur
    10. 10. Plus haute prévalence de troubles du comportement alimentaire chez patientes avec diabète type 1  3X + de boulimie  2X + de TCA non spécifiés  2X + de TCA subcliniques 6. Nielsen S. Eur Eat Disord Rev 2002
    11. 11. Les garçons seraient aussi plus à risque  Les garçons avec diabète type 1 accordent plus d’importance/ sont plus poussés vers la minceur en comparaison avec des garçons du même âge7  1 garçon pour 20 filles dans une série de patients diabétique t1 avec TCA diagnostiqué11 7. Svensson, M. et Al 2003 Higher drive for thinness in adolescent males with IDDM (…) Acta Paediatrica
    12. 12. Impacts sur la santé  Troubles alimentaires associés à  Moins bonne HbA1C 11,1% vs 8,6% (highly vs non disordered eating)  Incidence de rétinopathie plus élevée à 4ans 43% vs 24% (highly vs non disordered eating)  Développement de plusieurs complications du diabète  Admissions à l’hôpital pour acidocétose 8. Rydall AC et Al N Engl J Med 1997 9. Peveler RC et Al Diabetes Care 2005
    13. 13. Prédicteurs du développement de tr. alimentaires chez pts avec db t113 Olmsted MP et al. 2008  Percentile IMC élevé  Soucis du poids et image corporelle  Idées dépressives  Estime de soi basée sur apparence  Estime de soi globale plus basse
    14. 14. Modes de présentation5  Mauvais contrôle métabolique  Mauvais compliance (gluco, insuline, diète, prises de sang, RV, etc…)  Épisode d’acidocétose ou hypoglycémie  Fluctuation du poids
    15. 15. IMPORTANCE DU DIAGNOSTIC  Détresse du patient  Même trouble alimentaire subclinique (du point de vue psychiatrique) peut avoir des conséquences sur le contrôle métabolique
    16. 16. Comment identifier les patients diabétiques avec trouble alimentaire?  Méthodes traditionnelles d’évaluation des troubles alimentaires ne sont pas appropriées aux patients avec diabète type 1  Sur diagnostiquer: Exemple critères Eating attitudes test (EAT): - Particularly avoid foods with high carbohydrate content - Avoid foods with sugar in them - Feel that food controls my life - Display self-control around food - Give too much time and thought to food - Feel uncomfortable after eating sweets  Sous diagnostiquer: omission insuline
    17. 17. THE DIABETES EATING PROBLEM SURVEY- REVISED (DEPS-R)  1er outil DEPS développé chez les adultes et avant l’ère de l’insulinothérapie intensive  DEPS-Révisé établi et validé en pédiatrie en 2010 par l’équipe du Joslin Diabetes Center à Boston  Questionnaire de 16 items ( < 10 min) 0 à 6 pts par item Disturbed eating behavior si ≥ 20 pts 10. J C Markowitz et Al Diabetes Care 2010
    18. 18. THE DIABETES EATING PROBLEM SURVEY- REVISED (DEPS-R)10  Losing weight is an important goal to me  I skip meals and/or snacks  Other people have told me that my eating is out of control  When I overeat, I don’t take enough insulin to cover the food  I eat more when I am alone than when I am with others  I feel that it’s difficult to lose weight and control my diabetes at the same time  I avoid checking my blood sugar when I feel like it is out of range  I make myself vomit  I try to keep my blood sugar high so that I will lose weight  I try to eat to the point of spilling ketones in my urine  I feel fat when I take all of my insulin  Other people tell me to take better care of my diabetes  After I overeat, I skip my next insulin dose  I feel that my eating is out of control  I alternate between eating very little and eating huge amounts  I would rather be thin than to have good control of my diabetes
    19. 19. Outil fiable de dépistage  Excellente cohérence interne  Bonne validité de construction (corrélé avec HbA1C, âge, qualité de vie, fardeau du diabète, émotions liées à la glycémie, conflits familiaux liés au diabète, etc)  Bonne validité externe ( corrélé avec impression du clinicien concernant restriction/omission d’insuline) 10. J C Markowitz et Al Diabetes Care 2010
    20. 20. DISTURBED EATING BEHAVIOR AND OMISSION OF INSULIN IN ADOLESCENTS RECEIVING INTENSIFIED INSULIN TREATMENT WISTING ET AL DIABETES CARE NOVEMBRE 2013  Évaluation de la prévalence des comportements alimentaires perturbés et omission d’insuline  Population: adolescents (11 à 19 ans) avec diabète T1 En Norvège  710 participants ont participé (questionnaires et évaluation poids et HbA1C)
    21. 21. Résultats Wisting et al 2013  27,7 % des filles et 9 % des garçons selon le DEPS-R compatible avec des comportements alimentaires perturbés Associé à: •Être plus âgé ( pire 17-19 ans) •IMC plus élevé ( pire si obésité) •HbA1C plus élevée ( 9,2% vs 8,4%)  26% des filles ont admis omettre insuline en raison d’avoir trop mangé ( 4,5% des garçons) Restriction d’insuline associée à: •Être plus âgé •HbA1C plus élevée ( 9,0% vs 8,3%) •Score plus élevé au DEPS-R ou autre questionnaire de trouble alimentaire
    22. 22. Prévention  Encourager estime de soi basée sur attributs non liés au poids/nourriture
    23. 23. Mesures À Prendre  Dépistage systématique  Haute suspicion clinique avec seuil pour référer bas  Diagnostique clinique par entrevue par un psychiatre
    24. 24. PRISE EN CHARGE5  Flexibilité dans la prise en charge du diabète ( être trop strict pourrait ↑ binge)  Intervention familiale  Hospitalisation si anomalie métabolique sévère ou si critère psychiatrique  Psychothérapie de groupe et/ou individuelle 5. Rodin GM , Daneman D et Al 1992
    25. 25. Thérapie cognitivo-comportementale  Monitorage: poids, insuline, hypoglycémie, HbA1C  Monitorage des émotions et comportements alimentaires  Plan alimentaire  Enseignement  Restructuration cognitive: modifier croyances erronées sur le poids et l’image corporelle et modifier comportements néfastes pour le diabète 5. Rodin GM , Daneman D et Al 1992
    26. 26. En résumé  Haute prévalence de troubles alimentaires chez patients avec diabète t1  Présentation atypique, à suspecter chez patients avec mauvais contrôle, fluctuation du poids, mauvaise compliance  Omission d’insuline est un moyen fréquemment utilisé pour contrôler le poids  Ces troubles alimentaires, même subcliniques, engendrent un mauvais contrôle et un risque accru de complications  Une suspicion élevée est nécessaire pour identifier les patients souffrant d’un trouble alimentaire  Une évaluation par un équipe spécialisée en psychiatrie et diabète est nécessaire pour le diagnostic et la prise en charge
    27. 27. Références 1. Hudson JI et Al. The prevalence and correlates of eating disorders in the National Comorbidity Survey Replication. Biol Psychiatry. 2007;61(3):348. 2. Wisting, L. et Al. Disturbed Eating Behavior and Omission of Insulin in Adolescents Receiving Intensified Insulin Treatment. Diabetes Care 36:3382–3387, 2013. 3. Colton 2007 4. Up to Date Eating disorders: Epidemiology, pathogenesis, clinical features, and course of illness 5. Rodin GM, Daneman D: Eating disorders and IDDM: a problematic association. Diabetes Care 15:1402-1412, 1992 6. Nielsen S. Eur Eat Disord Rev 2002Eating disorders in females with type 1 diabetes: An update of a metaanalysis. Eur Eat Disord Rev 2002;10: 241–254 7. Svensson, M., Engström, I. and Åman, J. (2003), Higher drive for thinness in adolescent males with insulin-dependent diabetes mellitus compared with healthy controls. Acta Paediatrica, 92: 114–117. 8. Rydall AC, Daneman D et Al : Disordered eating behavior and microvascular complications in young women with insulin-dependent diabetes mellitus. N Engl J Med 336:1849–1854, 1997 9. Peveler RC, Bryden KS, Neil HA, et al. The relationship of disordered eating habits and attitudes to clinical outcomes in young adult females with type 1 diabetes. Diabetes Care 2005;28:84–88 10. J Markowitz et Al. Brief Screening Tool for Disordered Eating in Diabetes. Diabetes Care 33:495–500, 2010 11. Marcus MD, Wing RR: Eating disorders and diabetes. In: Neuropsychological and Behavioral Aspects of Diabetes. Holmes CS, Ed. New York, Springer-Verlag,1990, p. 102-21 12. Steel JM et Al. Changes in eating attitudes during the first year of treatment for diabetes. J Psychosom Res. 1990;34(3):313-8. 13. Olmsted MP et al. Prediction of the Onset of Disturbed Eating Behavior in Adolescent Girls With Type 1 Diabetes. Diabetes Care 31:1978–1982, 2008

    ×