ÉTATS GÉNÉRAUX DUCINÉMA EN FRANCE                     Illustration : Florent Chavouet    Lundi 19 mars 2012
IntroductionThierry de Segonzac
ÉTATS GÉNÉRAUX DU CINÉMA EN FRANCE                         Première partie      Un nouveau vocabulaire      pour un langag...
ContexteStéphan Faudeux (Avance Rapide)    Animateur de la table ronde
Contexte       Des mutations technologiques profondes         dans la filière Cinéma depuis 2 ans    Tournage         Postp...
Contexte           Pascal BuronPrésident Délégué Technique Ficam
ContexteFin 2011 : liquidation du groupe Quinta Industries         et risques encourus par les films     Des rushes stockés...
Tournage   Vincent JeannotDirecteur photo (AFC)
TournageNouvelles pratiques avec les caméras DATA        et sécurisation des rushes➡ Choix du workflow le plus tôt possible...
TournageSécurisation des rushes : préconisation Ficam2 copies de sauvegarde des rushes indépendantes des élémentsutilisés ...
Tournage   Christophe MassieVice-président de la Ficam  Programmes de Stock
Tournage  Avec le DATA, le producteur doit faire des choix                     35 mm                                      ...
Postproduction   Antoine SimkineLes films d’Antoine-SPI
Postproduction         Sécurisation des œuvres       durant l’exploitation du film➡ Comment garder les sources et les éléme...
Postproduction         Frantz DelbecqueDirecteur des Nouvelles Technologies            Eclair Group
PostproductionSécurisation des œuvres au cours et à la fin           de la postproduction  En cours de postproduction,  opt...
Postproduction   Sécurisation des œuvres et des éléments après la      postproduction : Que peut-on conserver ?35 mm    Né...
Distribution     Quels éléments sécuriser à l’issue de lapostproduction en vue de l’exploitation du film ?     A quoi sert ...
Distribution        Evolutions technologiques entre le 35 mm            et le DATA durant l’exploitation35 mm    Positif +...
Distribution  Préconisation Ficam pour la sécurisation          des Masters numériques➡ Sécurisation sur cartouches LTO ou...
Conservation LT      Conservation des œuvres            à long termeLaurent Hébert (Délégué Général CST)
Conservation LTVie maximum des supports numériques :          entre 15 et 20 ans Conservation des œuvres à moyen et long t...
Conclusion         Solutions pour sécuriser les œuvres     du tournage à la conservation à long terme➡ Tournage ➟ 2 copies...
ÉTATS GÉNÉRAUX DUCINÉMA EN FRANCE                     Illustration : Florent Chavouet    Lundi 19 mars 2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique

1 304 vues

Publié le

Table ronde Etats généraux de la Production Cinéma en France

"Du film au cinéma numérique "

La démarche entamée par la Fédération des Industries du Cinéma, de l’Audiovisuel et du Multimédia (FICAM), à l’aune des « évènements QUINTA » justifie pleinement cette Rencontre qui a réuni pour la 1ère fois les quatre grandes familles du cinéma - Artistique, Production, Diffusion, Technique, le lundi 19 mars au Studio Gabriel.
L’enjeu était, d’une part, de fixer les nouveaux repères du cinéma numérique, et d’autre part d’analyser « l’autre vérité » de la production en France, une réalité industrielle fragile, éloignée de toutes les récompenses que récolte actuellement le cinéma français.

Publié dans : Divertissement et humour
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique

  1. 1. ÉTATS GÉNÉRAUX DUCINÉMA EN FRANCE Illustration : Florent Chavouet Lundi 19 mars 2012
  2. 2. IntroductionThierry de Segonzac
  3. 3. ÉTATS GÉNÉRAUX DU CINÉMA EN FRANCE Première partie Un nouveau vocabulaire pour un langage commun Sécurisation des œuvres
  4. 4. ContexteStéphan Faudeux (Avance Rapide) Animateur de la table ronde
  5. 5. Contexte Des mutations technologiques profondes dans la filière Cinéma depuis 2 ans Tournage Postproduction Distribution Conservation LT Caméras Equipement Pas de GénéralisationDATA grand en projection possibilité de postproduction capteur 2K et PAD Store & Forget 2Kmajoritaires fichier en numérique ➠ Conséquence À chaque étape, disparition des repères liés au support physique «Pellicule»
  6. 6. Contexte Pascal BuronPrésident Délégué Technique Ficam
  7. 7. ContexteFin 2011 : liquidation du groupe Quinta Industries et risques encourus par les films Des rushes stockés Gros stock de bobines film sur des systèmes dont l’archivage est sous-traité. d’archivage propriétaires Pas d’indexation et pas de et des serveurs en leasing. facturation de l’archivage. Tournage Postproduction Distribution Conservation LT
  8. 8. Tournage Vincent JeannotDirecteur photo (AFC)
  9. 9. TournageNouvelles pratiques avec les caméras DATA et sécurisation des rushes➡ Choix du workflow le plus tôt possible➡ Test de la chaîne complète de fabrication➡ Gestion des rushes numériques sur le tournage➡ Vérification des rushes En DATA, impossibilité de restauration mécanique du support et de son contenu
  10. 10. TournageSécurisation des rushes : préconisation Ficam2 copies de sauvegarde des rushes indépendantes des élémentsutilisés dans le cadre de la postproduction ➡ 2 supports différents ➡ 2 lieux différentsPrincipe de stockage standardisé (format TAR ou LTFS)Fabrication de ces copies interopérables➠ prise en compte dans les futurs devis CNC
  11. 11. Tournage Christophe MassieVice-président de la Ficam Programmes de Stock
  12. 12. Tournage Avec le DATA, le producteur doit faire des choix 35 mm DATA Totalité des 30 000 mètres rushes de 35 mm } 10 / 40 To OUBout-à-bout des prises cerclées 7/8000 mètres de 35 mm + } 3 / 5 To Montage Le négatif 3000 mètres } OU + } définitif de 35 mm 1,5 To
  13. 13. Postproduction Antoine SimkineLes films d’Antoine-SPI
  14. 14. Postproduction Sécurisation des œuvres durant l’exploitation du film➡ Comment garder les sources et les éléments ?➡ Que garde-t-on ?➡ Combien de temps ?
  15. 15. Postproduction Frantz DelbecqueDirecteur des Nouvelles Technologies Eclair Group
  16. 16. PostproductionSécurisation des œuvres au cours et à la fin de la postproduction En cours de postproduction, optimisation des workflow chez les prestataires de postproduction ↳ Systèmes de sauvegarde propriétaires En fin de postproduction, éviter les pratiques de sauvegarde non-sécurisées ↳ Les laboratoires ne peuvent garder les éléments numériques d’un film sur leurs serveurs au-delà de la sortie en salles ↳ Le producteur doit choisir les éléments numériques pérennes à conserver
  17. 17. Postproduction Sécurisation des œuvres et des éléments après la postproduction : Que peut-on conserver ?35 mm Négatif monté Internégatif PositifDATA DSM (Digital Source DCDM (Digital Cinema DCP Master) Distribution Master) (Digital Cinema Package) = 2 To (2K) / 8 To (4K) = 2 à 16 To (4K) = 200 Go
  18. 18. Distribution Quels éléments sécuriser à l’issue de lapostproduction en vue de l’exploitation du film ? A quoi sert un DSM ? ↳ Eléments finalisés ayant servi à la fabrication d’un film (propre au labo). ↳ Fichiers non compressés / Fichiers audio bruts / Fonds. A quoi sert un DCDM ? ↳ Le film fini et ses éléments associés (versions linguistiques...) organisés de manière standardisée et interopérable en vue d’une exploitation en DCP. A quoi sert un DCP ? ↳ Le film finalisé dans une version donnée en vue de l’exploitation dans les salles de cinéma. Le DCP est compressé et crypté.
  19. 19. Distribution Evolutions technologiques entre le 35 mm et le DATA durant l’exploitation35 mm Positif + copies de série HD-CAM SRDATA Master DCP (Digital Cinema Package) Fichier maître Jpeg2000 MXF (IMF) = 200 Go. Réalisé à partir du DCDM = 500 Go. Réalisé à partir du DSM
  20. 20. Distribution Préconisation Ficam pour la sécurisation des Masters numériques➡ Sécurisation sur cartouches LTO ou serveurs sécurisés lisibles selon les standards en vigueur➡ Contrôles réguliers de l’intégrité de l’œuvre et de ses éléments➡ Migration des médias tous les 3 / 5 ans
  21. 21. Conservation LT Conservation des œuvres à long termeLaurent Hébert (Délégué Général CST)
  22. 22. Conservation LTVie maximum des supports numériques : entre 15 et 20 ans Conservation des œuvres à moyen et long terme : ↳ La seule solution actuelle est un retour sur support photochimique. Voir recommandation CST RT 026 «support maître d’archivage pour conservation»
  23. 23. Conclusion Solutions pour sécuriser les œuvres du tournage à la conservation à long terme➡ Tournage ➟ 2 copies LTO dans un format lisible du type TAR/LTFS.➡ Fin de postproduction ➟ Importance du choix du producteur des bons fichiers d’exploitation à conserver (DSM, DCDM, DCP, IMF...).➡ Une politique de sauvegarde des éléments numériques d’exploitation : contrôle régulier de l’intégrité de l’œuvre numérisée et des éléments ; organisation de la migration des médias tous les 3/5 ans.➡ Conservation à long terme des œuvres ➟ report sur pellicule 35 mm.➡ Refonte du devis CNC ➟ normaliser les étapes de sécurisation des œuvres (poste 7 : moyens techniques et poste 8 : pellicules et laboratoires).
  24. 24. ÉTATS GÉNÉRAUX DUCINÉMA EN FRANCE Illustration : Florent Chavouet Lundi 19 mars 2012

×