Réflexions, suggestions et revendicationsRéflexions, suggestions et revendications
de La Sécurité Routière asblde La Sécur...
Dans aucun autre domaine, le respect de la vie d’autrui et de l’intégrité physique de
chacun n’est aussi souvent violé que...
Quelques chiffresQuelques chiffres ::
En 2012 : 27 700 tués 313 000 blessés graves / en Europe des 27
Au Luxembourg
2000 7...
La Sécurité Routière souscrit à nouveau cet engagement tout en sachant que la
tâche sera difficile.
En effet, le niveau de...
Si toutes ces mesures ont certainement contribué à l’amélioration de la sécurité sur
nos routes, il est primordial de pére...
•• Les infrastructures clémentesLes infrastructures clémentes
Les arbres en bords de route sont souvent montrés du doigt p...
Les spécialistes s’accordent à dire que, outre la fréquence, deux autres facteurs
déterminent le caractère éducatif et dis...
QR code
système automatique de détection de la distance inter-véhicule
…
Qu’une vision de l’avenirvision de l’avenir soit ...
Bertrange, le 8 août 2013
9
Bertrange, le 8 août 2013
9
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

2013 réflexions, revendications élections octobre

4 153 vues

Publié le

0 commentaire
4 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 153
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 472
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
4
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2013 réflexions, revendications élections octobre

  1. 1. Réflexions, suggestions et revendicationsRéflexions, suggestions et revendications de La Sécurité Routière asblde La Sécurité Routière asbl envers les décideurs politiquesenvers les décideurs politiques La Sécurité Routière asbl 75, rue de Mamer fax: 31 30 41 Boîte Postale 29 tél.: 31 97 86 1 L-8005 BERTRANGE mail: info@securite-routiere.lu 1
  2. 2. Dans aucun autre domaine, le respect de la vie d’autrui et de l’intégrité physique de chacun n’est aussi souvent violé que lors de nos déplacements motorisés quotidiens. Potentiellement, aucune cohabitation sociale, si ce n’est le partage de la voie publique, permet à l’individu aussi aisément de porter atteinte à l’intégrité physique ou à la vie d’autrui. D’un autre côté, le seul moyen efficace de combattre ce phénomène est la mise en œuvre, souvent considérée comme antipathique, de moyens de coercition policiers, de contrôles et de sanctions. En raison d’un manque d’effectifs et de volonté politique ( ?) ces moyens peuvent être complétés par des mesures techniques évoluées qui risquent d’avoir un impact sur la protection de la vie privée, elle aussi trop souvent bafouée dans nos sociétés. Selon La Sécurité Routière ces deux principes méritent protection et ne sont aucunement inconciliables. 2
  3. 3. Quelques chiffresQuelques chiffres :: En 2012 : 27 700 tués 313 000 blessés graves / en Europe des 27 Au Luxembourg 2000 76 tués 400 blessés graves 2001 70 tués 352 blessés graves 2010 32 tués 266 blessés graves 2011 33 tués 317 blessés graves 2012 34 tués 339 blessés graves Evolution du nombre de tués et des blessés graves par rapport à l’évolution du parc automobile 331294 340944 352207 360749 368659 378304 387871 397453 407791 411443 419154 430097 400 352 351 331 297 307 319 286 290 288 266 317 339 76 70 62 53 50 47 43 45 35 48 32 33 34 0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 500 320000 340000 360000 380000 400000 420000 parc automobile blessés graves tués Depuis 2010 notre pays a réussi à relever le défi lancé par la Commission Européenne de réduire de moitié le nombre des tués en une décennie. Le nouveau programme d’action de la Commission Européenne pour la sécurité routière se donne le même objectif ambitieux de réduire de moitié le nombre de tués à l’horizon 2020. 3
  4. 4. La Sécurité Routière souscrit à nouveau cet engagement tout en sachant que la tâche sera difficile. En effet, le niveau de la sécurité a atteint un niveau relativement élevé mais semble stagner ces dernières années. Rappelons que dans les années ’70 le nombre de victimes était régulièrement au-dessus de 100 tués ; un pic était atteint en 1970 avec 132 morts. D’autre part une grande partie de mesures revendiquées par notre association ont été mises en vigueur (ou du moins partiellement) ces 2 dernières décennies. - 1995 introduction de la conduite accompagnée - 1996 création d’un centre de formation pour conducteurs (obligatoire pour chaque novice) - 2002 mise en vigueur du permis à points - 2007 interdiction de téléphoner au volant sans kit mains libres - 2007 abaissement du taux d’alcool légal à 0,5 ‰ et possibilité d’effectuer des contrôles systématiques sur ordre du Procureur d’Etat - 2007 mise en vigueur du retrait immédiat du permis de conduire (délit de grand excès de vitesse ≥ 50 % / alcool >1.2 ‰) - 2008 sièges pour enfants obligatoires / abolition des demi-places - Service de transports en commun nocturnes – fêtes de fin d’année - Professionnalisation et amélioration du traitement des données statistiques sur les accidents par le Statec - 2009 possibilité pour le procureur d’Etat d’ordonner le dépistage systématique de drogues - 2011 possibilité de la géolocalisation précise de tous les accidents par la Police Grand-Ducale - Mise en place d’un groupe de travail « audits de sécurité » chargé de la détection et de l’élimination des points noirs - Mise en place d’un groupe de travail « apaisement du trafic en agglomération » avec élaboration d’un guide à l’adresse des communes - Mise en place d’un groupe de travail « sécurisation du passage pour piétons » avec élaboration d’un guide à l’adresse des communes - Révision du catalogue des points (en cours) en vue de pénaliser plus sévèrement les délits à l’origine des accidents : grand excès de vitesse ivresse au volant téléphone portable au volant - Élargissement de l’offre en matière de taxis et autres transports en commun (latenight Bus, Night Rider, navettes spéciales) 4
  5. 5. Si toutes ces mesures ont certainement contribué à l’amélioration de la sécurité sur nos routes, il est primordial de pérenniser les efforts réalisés au niveau de la répression et de la sensibilisation des usagers. Mais au-delà il va falloir un profond changement et une réelle prise de conscience de notre gouvernement. D’autres pays comme la Grande-Bretagne, la Suède et les Pays-Bas qui sont les bons élèves en matière de sécurité routière l’avaient compris bien avant nous. Ils ont tous un point commun : la sécurité routière est une priorité nationale, car elle représente un véritable problème de santé publique. S’ils peuvent aujourd’hui afficher de bons résultats, c’est qu’ils ont depuis de longues années fait preuve d’une volonté politique cohérente et continue, aussi bien dans l’application des sanctions décrétées que dans la prévention. En France, Jacques Chirac a décrété cause nationale la lutte contre l’insécurité routière en 2002. Depuis, la France a su réduire de moitié le nombre des accidents mortels. Au Luxembourg également la sécurité routière doit devenir une priorité nationale avec un catalogue de mesures concrètes à court terme. •• Le respect des limitations de vitesse et la mise en place de radarsLe respect des limitations de vitesse et la mise en place de radars La mise en place de radars fixes (et acquisition de radars mobiles) reste pour l’heure la première revendication de La Sécurité Routière. C’est une mesure absolument nécessaire dont l’utilité et l’efficacité sont indiscutables. Aucune politique cohérente de prévention ne pourra faire abstraction de ce levier imminent dans la réduction des vitesses pratiquées et donc en faveur de l’apaisement du trafic. Le nombre des accidents et la gravité vont forcément être diminués. Le prix élevé du système informatique de base nécessaire à l’exploitation optimale ne doit pas être un argument contre ce projet. Le coût irréductible de l’initialisation du système informatique doit bien au contraire être un argument pour installer un nombre plus important de radars, (si ce n’est que dans un souci d’amortissement). Sous cet angle et surtout sous celui de la prévention les chiffres annoncés de 13 radars fixes et 7 radars mobiles nous semblent dérisoires. Il va de soi que l’efficacité du système de contrôle automatique dépend du choix judicieux de l’emplacement des boîtes de radar. Sur certaines routes, des systèmes de « radars tronçons » s’avéreront certainement plus efficaces. 5
  6. 6. •• Les infrastructures clémentesLes infrastructures clémentes Les arbres en bords de route sont souvent montrés du doigt pour le danger qu’ils représentent en cas de sortie de route. D’un autre côté les arbres contribuent à la lisibilité de la route et à cet égard favorisent la sécurité de la circulation. Au Luxembourg, les allées d’arbres sont nombreuses et font partie du patrimoine paysager, voire culturel du pays. C’est pourquoi le sujet est éminemment sensible et peut aisément tourner à la polémique. La Sécurité Routière se prononce en faveur d’un traitement des obstacles latéraux qui soit pragmatique, équilibré et fondé sur des éléments aussi objectifs que possible. En effet, les collisions avec des arbres sont particulièrement meurtrières : en 2010, elles représentaient 21 % des accidents mortels en 2011, 33 % en 2012, 35 %. Pendant les 20 dernières années plus de 250 personnes ont été tuées lors de collisions contre un arbre. Au moins 1000 ont été grièvement blessées. Un inventaire des arbres ou groupes d’arbres présentant un danger potentiel est en cours. Mais sur le terrain la réalisation se heurte à des lenteurs administratives impardonnables. Il faut enfin réagir et surtout ne plus replanter des arbres lors de nouvelles constructions et ne plus remplacer les vieux arbres abattus. •• Une signalisation cohérenteUne signalisation cohérente Le Luxembourg peine à se donner une signalisation cohérente. La Sécurité Routière est persuadée que le respect des règles et leur acceptation par les usagers de la route est tributaire d’une signalisation adaptée, claire, logique et compréhensible pour tout un chacun. Or, les nombreuses incohérences ne sont pas seulement irritantes et agaçantes mais très dangereuses. Non seulement la surabondance flagrante des panneaux a un coût économique très élevé mais en plus elle nuit à la bonne compréhension. •• La répressionLa répression L’éducation et la sensibilisation ne peuvent apporter des résultats satisfaisants que si elles se fondent sur un système répressif solide. Tel n’est pas le cas. Sur la route, transgresser la loi reste socialement accepté. La répression ne frappe que sporadiquement, par hasard. De ce fait elle est peu dissuasive et peu exemplaire. 6
  7. 7. Les spécialistes s’accordent à dire que, outre la fréquence, deux autres facteurs déterminent le caractère éducatif et dissuasif de toute répression: la rapidité de la sanction, et la certitude de la répression (ou du moins une très haute probabilité). •• La sécurité des motocyclistesLa sécurité des motocyclistes Malgré des campagnes de communication répétées, le nombre de motocyclistes tués sur nos routes est alarmant. Dans ce domaine, il faudra mener une politique de prévention et d’information avec beaucoup plus de rigueur et l’assortir d’un volet répressif conséquent, d’autant plus que les tronçons potentiellement dangereux sont identifiés au Luxembourg. Comme un nombre important des victimes sont des non-résidents, La Sécurité Routière demande au gouvernement de se donner les moyens nécessaires à des actions transfrontalières. Certains pays vont jusqu’à fermer des tronçons de routes trop dangereux pour les motards. L’installation de protections des glissières devrait être systématique. •• L’analyse systématique des collisionsL’analyse systématique des collisions La politique de prévention doit pouvoir se baser sur des données statistiques précises et fiables Les forces de l’ordre, les Tribunaux, les Parquets et autres instances détiennent des informations précieuses sur la localisation, les causes et les circonstances des collisions. La Sécurité Routière pense qu’il faudra mettre en place un groupe d’experts multidisciplinaire pour analyser systématiquement tous les accidents corporels. Ceci dans le but de proposer des solutions au niveau de l’infrastructure, de la signalisation et d’orienter les priorités réglementaires du législateur et le travail de sensibilisation d’une association comme la nôtre. D’autres mesures s’imposent et plus particulièrement celles qui ont trait à l’amélioration des infrastructures routières. Celles existantes doivent constamment être améliorées et adaptées et tout nouveau projet d’aménagement doit être précédé d’un audit de sécurité approfondi. Les évolutions technologiques nous offrent une panoplie de systèmes intelligents qui constituent l’avenir et qui sont malheureusement très peu exploités au Luxembourg. Il faudra plus systématiquement analyser la faisabilité de certaines solutions technologiques, p.ex. pour éviter l’accès à contresens sur les autoroutes. Même si le Luxembourg n’est pas un pays de constructeurs automobiles, notre pays a sa voix au niveau européen et devra encourager la généralisation de systèmes intelligents de sécurité passive p.ex. e-call alcolock 7
  8. 8. QR code système automatique de détection de la distance inter-véhicule … Qu’une vision de l’avenirvision de l’avenir soit également permise. Les véhicules intelligents ne relèvent plus de la fiction et la conduite automatique est déjà à la portée de la technologie. Elle offre des opportunités encore insoupçonnées aujourd’hui tant au niveau de la sécurité que de l’écologie et de l’apaisement du trafic sans oublier le gain en confort pour le conducteur. Faut-il rappeler que l’homme est le maillon faible dans l’histoire de l’évolution. Le talon d’Achille d’une voiture, c’est le conducteur. Encore peut-on douter si les amateurs de grosses cylindrées et les adeptes d’une conduite sportive voudront céder leur passion à la technologie. La Sécurité Routière • réaffirme son intention inaltérable d’initier et d’élaborer des campagnes de sensibilisation et d’information ainsi que des actions de prévention ponctuelles destinées à améliorer la sécurité de tous les usagers de la route • offre son concours et sa collaboration au ministère du développement durable et des infrastructures, collaboration qui a été exemplaire ces dernières années. 8
  9. 9. Bertrange, le 8 août 2013 9
  10. 10. Bertrange, le 8 août 2013 9

×