ABF 2014 / Profil Hybride

2 040 vues

Publié le

Intervention au 60ème congrès de L'ABF : "Tous les métiers doivent-ils être en bibliothèque ?"

1er partie de l'intervention:
Après le recrutement, quelle intégration pour un profil "hybride"?

Publié dans : Services
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 040
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
614
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ABF 2014 / Profil Hybride

  1. 1. Après le recrutement, quelle intégration pour un profil "hybride"?
  2. 2. Définition: Hybride (adjectif): Composé d'éléments de différentes natures.
  3. 3. Il y a donc 2 élèments: le bibliothécaire et le profil hybride. Prenons un autre angle, celui de la médecine chirurgicale, pour illustrer mon propos.
  4. 4. Situation: L’établissement (Sujet A) est à la re- cherche d’une personne (Sujet B) qui peut compléter et/ou developper les services numériques. Le recrutement c’est comme la recherche d’un donneur éventuel. La direction a trouvé un candidat qui peut correspondre au poste recherché. Mais son parcours et sa formation ne sont pas celui du corps de métier. Nota: Cela peut être perçu comme un problème pour certaines directions, pour d’autres non.
  5. 5. Sujet A: Le bibliothécaire (la médiathèque).
  6. 6. Sujet B: Le profil Hybride.
  7. 7. Analysons les différents profils. Les avantages du Sujet A - Connaissance du projet web. - Connaissance de l’historique numérique de l’établissement. (3 cas : il y en a peu, très peu ou pas.) - Langues: Latin, Grec et $ A - Polyvalent suivant les secteurs. - Filière culturelle Les inconvénients - Est UNIQUEMENT bibliothécaire - Ne s’exprime pas en HTML - Doit être formé
  8. 8. Les avantages du Sujet B - Connaissance du projet web. - Connaissance de l’historique numérique de l’établissement. - Passerelle possible entre les différents partenaires: Direction des Services Informatiques Prestataire SIGB (Archimed / AFI ...) Direction des Affaires Culturelles Service de communication de la ville - Polyvalent, comprend très vite. - Langues: HTML, PHP, ASPX, FB, AI, TWITTER... Les inconvénients - N’ est pas bibliothécaire. - Ne s’exprime pas en $ A - Doit être formé
  9. 9. Résultat: Après validation de la DRH et du N+1, greffe possible.
  10. 10. Après recrutement: Problème: Rejet possible par les deux sujets. Solution: Intégration et médiation de la part du Sujet B. Concrètement la médiation doit se faire des deux côtés, l’un ne va pas sans l’autre, sinon l’intégration ne se fera pas dans les meilleures conditions. Et peut se terminer par la l'abandon / démission du poste. Nous pouvons déterminer 3 méthodes qui peuvent être appliquées dans le cadre de l’intégration.
  11. 11. 1 Méthode Chuck Noland (Wilson). Lieu: Dans son bureau. Durée: Selon le rétro-planning du projet, la période d'essai et les offres d’emploi sur Linked In. Développement des projets de manière autonome, seul sans communication avec les autres organes (équipes). Résultat: Projet en place. Mais aucune intégration, ni médiation possi- ble. Rejet total, échec sur un court ou long terme.
  12. 12. Méthode basée sur le film de John Mc Tierman, 13 ème guerrier (où le personnage prin- cipal Ahmed Ibn Fahdlan, apprend, lors d’un BBQ avec ses amis vikings, le norois en une soirée! Superbe exemple d’intégration, n’est-ce pas?) Exemple: Faire plusieurs scéances d’ immersion de réunion d’équipe du secteur Adulte de 8h afin de comprendre le métier du Sujet A. Lieu: Dans la structure, dans les différentes équipes. Durée: Selon le contrat et le professionnalisme du Sujet B. Résultat: Peut donner satisfaction. Elle est interprétée comme une volonté d’intégrer l’équipe et de devenir un membre à part entière du corps. Elle flatte l’égo des deux sujets. Néanmoins elle reste une étape obligatoire dans le processus d’intégration. 2 Méthode John McTiernan
  13. 13. 3 Méthode Profil Hybride
  14. 14. Lieu: Dans la structure, dans les bureaux avec les différentes équipes et DSI, DAC, DIRCOM. Durée: Selon le contrat et le professionnalisme du sujet B. Volonté de faire comprendre son métier et la possibilité pour la structure de mettre en avant les compétences en interne. Méthode: Associer les équipes aux différents projets via des groupes de travail (web et communica- tion). En interne: atelier initiation et formation aux nouveaux outils du web. Résultat: Excellent.
  15. 15. Conclusion: Même si l’angle médical peut préter à sourire, le fait est qu’aujourd'hui, les médiathèques se dirigent de plus en plus, lors de leurs recrutements, vers des pro- fils venant de carrières différentes. Ce qui traduit peut-être un souci dans la formation du métier? Je considère que: - Le terme “hybride” n’a pas lieu d’être. Car les médiathèques sont déjà des étab- lissements hybrides par leur politique documentaire. Que la structure elle-même est hybride par la présence de postes numériques en accès libre, l’opportunité de trouver des jeux vidéo, des Librairy box, des Fablab. - Les équipes des différents secteurs sont déjà des éléments « hybrides » par leurs missions, leurs spécificités liées à leurs métiers. - Les usagers des médiathèques sont « hybrides ». Cette prise de conscience peut être facilitée par l’embauche d’une autre compé- tence. Recruter des profils différents est la meilleure des réponses face aux enjeux de l’évolution du métier de bibliothécaire. Donnons-nous les moyens d’être le reflet de notre société.
  16. 16. Merci: Aux ami(e)s des médiathèques qui m’ont fait aussi découvrir le métier. Les potes de Persépolis: Sébastien Choupas, Lucille, ISM, Patricia, Lucie, Xavier, Sandra, Elsa, Mathieu, Aurélien, Emilie, les équipes adulte et jeunesse. l’ AB93, les DSI (Rachid Kidaï et Armand Delcros). Cyril Cornet (DRAC), Cyrille Jaouan et Thomas Fourmeux (Aulnay sous bois), Claude Longelin (Bagneux), Cyril Pirali et Stéphane (Noisy le Sec). L’équipe de direction de Châtillon : Alexandre Moreigne, Françoise Rode-Coupeau, Marie-Pierre Rassat, et Carole Ernoux et les équipes de Châtillon. Les potes bib sur Facebook, Twitter et les différents réseaux. Caroline Dauger (médiathèque Lucie Aubrac St-Ouen) pour ses conseils et son aide. Chantal Eyrault et Bernard Démay pour la reconnaissance de mon travail et leur confiance. Et enfin un grand merci à Raphaële Gilbert (Médiathèque Choisy-le-Roi) pour avoir confié le poste de responsable des services numériques à un profil “hybride”.

×