SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  43
Les blondes sont-ellesLes blondes sont-elles
plus susceptibles?plus susceptibles?
NONNON
Hélène Dubrulle
Marie Gauton
SommaireSommaire
 I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
 II. De l’irritabilité à la colère, l’agressivitéII. De l’irritabilité à la colère, l’agressivité
 III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 IV. Les différences intra-individuellesIV. Les différences intra-individuelles
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
Pour Leyens,Pour Leyens,
« les stéréotypes sont des croyances« les stéréotypes sont des croyances
partagées concernant les caractéristiquespartagées concernant les caractéristiques
personnelles d’un groupe de personnes »personnelles d’un groupe de personnes »
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
 Processus de catégorisation:Processus de catégorisation:
On catégorise les gens et les objets quiOn catégorise les gens et les objets qui
nous entourent en fonction de l’idée selonnous entourent en fonction de l’idée selon
laquelle ils possèderaient la même nature.laquelle ils possèderaient la même nature.
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
 Score de stéréotypieScore de stéréotypie
 Activation quasi-automatiqueActivation quasi-automatique
 Stéréotype ≠ PréjugéStéréotype ≠ Préjugé
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
Les préjugés sont des attitudesLes préjugés sont des attitudes
défavorables envers une ou plusieursdéfavorables envers une ou plusieurs
personnes en raison de leur appartenancepersonnes en raison de leur appartenance
à un groupe particulier.à un groupe particulier.
 Forte hostilité et charge affectiveForte hostilité et charge affective
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
Les stéréotypes apparaissent comme:Les stéréotypes apparaissent comme:
 Une définition du groupeUne définition du groupe
 Une réalitéUne réalité
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
Selon Leyens,Selon Leyens,
« le stéréotype, la réputation dont les groupes« le stéréotype, la réputation dont les groupes
font l'objet, aurait un effet direct sur lesfont l'objet, aurait un effet direct sur les
performances du groupe et notammentperformances du groupe et notamment
quand il est rendu saillant, activé ».quand il est rendu saillant, activé ».
On parle alors de « la menace du stéréotype ».On parle alors de « la menace du stéréotype ».
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
Les stéréotypes pourraient donc entrainer:Les stéréotypes pourraient donc entrainer:
 Des pensées interférentesDes pensées interférentes
 Une sur-prudenceUne sur-prudence
I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
 D’après le dictionnaire le petit Larousse enD’après le dictionnaire le petit Larousse en
couleur (1991), la susceptibilité est lacouleur (1991), la susceptibilité est la
« disposition à se vexer », et le trait de« disposition à se vexer », et le trait de
« caractère de celui qui s'offense facilement ».« caractère de celui qui s'offense facilement ».
 Synonymes: Sensibilité, Amour-propre, IrritabilitéSynonymes: Sensibilité, Amour-propre, Irritabilité
et Excitabilité.et Excitabilité.
II. De l’irritabilité vers laII. De l’irritabilité vers la
colère, l’agressivitécolère, l’agressivité
II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère,
l’agressivitél’agressivité
II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère,
l’agressivitél’agressivité
Moqueries,Moqueries,
blaguesblagues
VexationVexation
Irritabilité
II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère,
l’agressivitél’agressivité
 La colère est appropriée quand:La colère est appropriée quand:
 Les situations où des buts personnels ou les droitsLes situations où des buts personnels ou les droits
de la personne sont menacés.de la personne sont menacés.
 L'expression de colère permet de rétablir sonL'expression de colère permet de rétablir son
honneur.honneur.
II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère,
l’agressivitél’agressivité
Indignation légitimeIndignation légitime Réaction d'orgueilRéaction d'orgueil
AgressivitéAgressivité
Lors de blessures narcissiques «qui sont fréquemment
rencontrées dès lors que l'on pense être digne et méritant»
(Morf & Rhodewalt, 2001).
III. Les différences deIII. Les différences de
genregenre
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Une des conclusions les plus constantesUne des conclusions les plus constantes
sur les différences entre les hommes etsur les différences entre les hommes et
les femmes concerneles femmes concerne l'expressivitél'expressivité
émotionnelleémotionnelle..
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Ursula Hess et al., Emotional expressivity inUrsula Hess et al., Emotional expressivity in
men and women: Stereotypes and self-men and women: Stereotypes and self-
perceptions,perceptions, Cognition and EmotionCognition and Emotion, 2000., 2000.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Les croyances stéréotypées concernantLes croyances stéréotypées concernant
les émotions sont:les émotions sont:
• spécifiques à la culturespécifiques à la culture
• un reflet des notions communes relatives à laun reflet des notions communes relatives à la
prévalence de certains sentiments etprévalence de certains sentiments et
comportementscomportements
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Dans les cultures occidentales:Dans les cultures occidentales:
 Les femmes sont supposées êtreLes femmes sont supposées être
émotionnellement plus expressives que lesémotionnellement plus expressives que les
hommes.hommes.
 Les hommes sont censés manifester plusLes hommes sont censés manifester plus
d’expression émotionnelle seulement en termesd’expression émotionnelle seulement en termes
de colère et d’agressivité physique.de colère et d’agressivité physique.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Dans l’étude d’Ursula Hess et al., trois expériences ontDans l’étude d’Ursula Hess et al., trois expériences ont
été menées.été menées.
 Hypothèses:Hypothèses:
• Les femmes sont plus susceptibles de réagir avecLes femmes sont plus susceptibles de réagir avec
beaucoup de tristesse à des événements négatifs.beaucoup de tristesse à des événements négatifs.
• Elles seraientElles seraient plus susceptibles de réagir avec beaucoupplus susceptibles de réagir avec beaucoup
de tristesse, de pleurer et se retireraient plus face àde tristesse, de pleurer et se retireraient plus face à
l'expérience d’événements émotionnels négatifs.l'expérience d’événements émotionnels négatifs.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
Hypothèses (suite):Hypothèses (suite):
• Les hommes réagiraient avec plus deLes hommes réagiraient avec plus de
« bonheur » et de sérénité face à une situation« bonheur » et de sérénité face à une situation
émotionnelle négative. Il seraient donc plusémotionnelle négative. Il seraient donc plus
détendus, et présenteraient beaucoup plus dedétendus, et présenteraient beaucoup plus de
rire et de sourire face à la situation négative.rire et de sourire face à la situation négative.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Résultats:Résultats:
• Les jugements des participants pour chaque sexeLes jugements des participants pour chaque sexe
sont de niveaux comparables pour chacune dessont de niveaux comparables pour chacune des
émotions.émotions.
• Pour la tristesse, la peur, la honte et la culpabilité,Pour la tristesse, la peur, la honte et la culpabilité,
- soit pas de différences importantes entre les- soit pas de différences importantes entre les
sexessexes
- soit les femmes ont déclaré ressentir ces- soit les femmes ont déclaré ressentir ces
émotionsémotions avec une probabilité plus élevée que lesavec une probabilité plus élevée que les
hommes.hommes.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
Résultats (suite):Résultats (suite):
• Les hommes sont plus susceptibles d’avoir duLes hommes sont plus susceptibles d’avoir du
mépris que les femmes, et de présenter unmépris que les femmes, et de présenter un
comportement qui pourrait être interprété commecomportement qui pourrait être interprété comme
agressif en réponse à une insulte.agressif en réponse à une insulte.
• Les hommes reportent des événements présentantLes hommes reportent des événements présentant
plus de colère alors que les femmes déclarer desplus de colère alors que les femmes déclarer des
événements présentant plus tristesse.événements présentant plus tristesse.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Les hommes sont plus susceptiblesLes hommes sont plus susceptibles
d’être irrités face à une situationd’être irrités face à une situation
négative.négative.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Selon Timmers et al. (2003):Selon Timmers et al. (2003):
 Les différences émotionnelles de genre sontLes différences émotionnelles de genre sont
dues à des normes spécifiques de genre.dues à des normes spécifiques de genre.
Mais aucune étude n’a pu le prouver.Mais aucune étude n’a pu le prouver.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
Femmes:Femmes:
• Pas juste plus émotivesPas juste plus émotives
• Plus susceptibles d’exprimer leurs émotionsPlus susceptibles d’exprimer leurs émotions
positivespositives
• Exprimeront leurs émotions négatives seulement siExprimeront leurs émotions négatives seulement si
cela ne blesse personne.cela ne blesse personne.
Buck & al., 1974 et Kring & Gordon, 1998.Buck & al., 1974 et Kring & Gordon, 1998.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
Hommes:Hommes:
• Moins émotifsMoins émotifs
• Moins l’autorisation d’exprimer des émotionsMoins l’autorisation d’exprimer des émotions
négativesnégatives
• Plus d’émotions de puissance.Plus d’émotions de puissance.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
Buts:Buts:
• Identifier le type de croyances (subtiles ou flagrant).Identifier le type de croyances (subtiles ou flagrant).
• Etudier le contenu de ces croyances.Etudier le contenu de ces croyances.
Nouvelle norme émotionnelle dans la cultureNouvelle norme émotionnelle dans la culture
occidentale:occidentale:
 Il est important d’exprimer ses sentiments véritablesIl est important d’exprimer ses sentiments véritables
dans les interactions sociales.dans les interactions sociales.
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
 Croyances descriptives:Croyances descriptives: le stéréotypele stéréotype
des femmes « émotionnelles » et desdes femmes « émotionnelles » et des
hommes « raisonnables » existe toujours.hommes « raisonnables » existe toujours.
 Croyances prescriptives:Croyances prescriptives: « les« les
normes émotionnelles concernant lenormes émotionnelles concernant le
caractère approprié de l’expression descaractère approprié de l’expression des
émotions sont plus détachées du genre. »émotions sont plus détachées du genre. »
III. Les différences de genreIII. Les différences de genre
0
0,5
1
1,5
2
2,5
3
3,5
4
4,5
5
émotions de
puissance
émotions
d'impuissance
émotions de
puissance
émotions
d'impuissance
croyances prescriptives croyances descriptives
hommes
femmes
D’après Timmers et al., 2003. Ability versus vulnerability: Beliefs about men’s and women’s emotional behavior. Cognition and
Emotion, 17, 41-63.
IV. D’autres différencesIV. D’autres différences
liées à l’expression de laliées à l’expression de la
colèrecolère
IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à
l’expression de la colèrel’expression de la colère
 La gestion des émotions:La gestion des émotions:
 pouvoir percevoir, discriminer et nommer lespouvoir percevoir, discriminer et nommer les
sentiments.sentiments.
 être capable de gérer les émotions en accordêtre capable de gérer les émotions en accord
avec les règles sociales, selon les émotionsavec les règles sociales, selon les émotions
et situations.et situations.
IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à
l’expression de la colèrel’expression de la colère
 Cette capacité dépend de la personnalitéCette capacité dépend de la personnalité
de chacun car elle se base sur:de chacun car elle se base sur:
 Nos butsNos buts
 Sur la connaissance de soiSur la connaissance de soi
 Son environnement socialSon environnement social
IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à
l’expression de la colèrel’expression de la colère
 Les stéréotypes de genre peuvent êtreLes stéréotypes de genre peuvent être
expliqués par les normes socialesexpliqués par les normes sociales
qu’imposent la société aux individus.qu’imposent la société aux individus.
Emotion incompatible à ces normesEmotion incompatible à ces normes
SanctionSanction
IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à
l’expression de la colèrel’expression de la colère
 « Ces conséquences négatives incitent les« Ces conséquences négatives incitent les
individus à se comporter de manièreindividus à se comporter de manière
cohérente avec le stéréotype de genre »cohérente avec le stéréotype de genre »
d’après Lafrance et Hecht, 2000.d’après Lafrance et Hecht, 2000.
IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à
l’expression de la colèrel’expression de la colère
 Transmission par les parents et l’école entreTransmission par les parents et l’école entre
autres.autres.
 Birnbaum et Croll, en 1984: Les parentsBirnbaum et Croll, en 1984: Les parents
encouragent :encouragent :
 Garçons à exprimer des émotions telle que la colèreGarçons à exprimer des émotions telle que la colère
et à contenir l’expression de leurs sentiments.et à contenir l’expression de leurs sentiments.
 Les filles lors d’émotions féminine tel que la tristesseLes filles lors d’émotions féminine tel que la tristesse
mais les découragent à montrer de la colère ou demais les découragent à montrer de la colère ou de
l’agressivité.l’agressivité.
IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à
l’expression de la colèrel’expression de la colère
 Selon notre culture, les émotions ont desSelon notre culture, les émotions ont des
degrés différents.degrés différents.
 Japonais vs. Américains et Européens.Japonais vs. Américains et Européens.
 L’injustice chez les américains et lesL’injustice chez les américains et les
européens renvoie plus à la colère que chezeuropéens renvoie plus à la colère que chez
les japonais (Kitayama et al., 2005).les japonais (Kitayama et al., 2005).
ConclusionConclusion
ConclusionConclusion
 Les blondes ne sont donc pas plusLes blondes ne sont donc pas plus
susceptible que les autres car lessusceptible que les autres car les
différences se trouvent au niveau:différences se trouvent au niveau:
 CulturelCulturel
 Du genreDu genre
 Des normes socialesDes normes sociales
 De la capacité à gérer ses émotionsDe la capacité à gérer ses émotions
 BiologiqueBiologique
OuvertureOuverture
 « Blond like me »: Les hommes ont des« Blond like me »: Les hommes ont des
capacités intellectuelles plus faibles face à unecapacités intellectuelles plus faibles face à une
blonde.blonde.
 DémentieDémentie
d’Aaron & Selld’Aaron & Sell
BibliographieBibliographie
 Shaver, P., Schwartz, J., Kirson, D., & O’Connor, C. (1987). Emotion
knowledge : Further exploration of a prototype approach. Journal of Personality
& Social Psychology, 52, 1061.
 Bry, C. , Follenfant, A., Meyer, T. (2008). Blonde like me: When self-construals
moderate stereotype priming effects on intellectual performance. Journal of
Experimental Social Psychology, 44, 751-757.
 Brebner, J.L., Martin, D. & Macrae, C.N. (2009). Dude looks like a lady:
Exploring the malleability of person categorization. European Journal of Social
Psychology, 39, 1109-1119.
 Hess & al. (2000). Emotional expressivity in men and women: Stereotypes and
self-perceptions. Cognition and emotion, 14, 609-642.
 Brody, L. (1997). Gender and Emotion: Beyond Stereotypes. Journal of Social
Issues, 53, 369-394.
 Timmers, M., Fischer, A.H. & Manstead, S.R. (2003). Ability versus Vulnerability:
Beliefs about men’s and women’s emotional behaviour. Cognition and emotion,
17, 41-63.
 http://www.psychologie-sociale.com/
 Niedenthal, P.M., Krauth-Gruber, S. & Ric, F. (2008). Comprendre les émotions,
Perspectives cognitives et psycho-sociales. Wavre: Mardaga.
 Sander, D. & Scherer, K.R. (2009) Traité de psychologie des émotions. Dunod, p
376-377.

Contenu connexe

En vedette

Villagede100personnes
Villagede100personnesVillagede100personnes
Villagede100personnesguestb00ba9
 
Christine’s introduction
Christine’s introductionChristine’s introduction
Christine’s introductionccalagna
 
Les Blondes 2
Les Blondes 2Les Blondes 2
Les Blondes 2Imhotep
 
Datang & saksikan nonton bareng final indonesia super
Datang & saksikan nonton bareng final indonesia superDatang & saksikan nonton bareng final indonesia super
Datang & saksikan nonton bareng final indonesia superadityaakung
 
Los 10 Mas Ricos De EspañA
Los 10 Mas Ricos De EspañALos 10 Mas Ricos De EspañA
Los 10 Mas Ricos De EspañAmnb3
 
One chapter, one child presentation
One chapter, one child presentationOne chapter, one child presentation
One chapter, one child presentationHagar International
 
Gostar de mulher - Manuel Carlos
Gostar de mulher - Manuel CarlosGostar de mulher - Manuel Carlos
Gostar de mulher - Manuel CarlosCeyça Lima
 
De trés trés belles photos d ' animaux !!
De trés trés belles photos d ' animaux !! De trés trés belles photos d ' animaux !!
De trés trés belles photos d ' animaux !! VANESSA DESILES
 
Internet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביט
Internet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביטInternet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביט
Internet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביטeshnav
 
Il fallait attraper l'instant magique
Il fallait attraper l'instant magiqueIl fallait attraper l'instant magique
Il fallait attraper l'instant magiqueVANESSA DESILES
 

En vedette (20)

Villagede100personnes
Villagede100personnesVillagede100personnes
Villagede100personnes
 
Christine’s introduction
Christine’s introductionChristine’s introduction
Christine’s introduction
 
Encaje y seda sophie west
Encaje y seda   sophie westEncaje y seda   sophie west
Encaje y seda sophie west
 
Photos incroyables 3
Photos incroyables 3Photos incroyables 3
Photos incroyables 3
 
Les Blondes 2
Les Blondes 2Les Blondes 2
Les Blondes 2
 
Datang & saksikan nonton bareng final indonesia super
Datang & saksikan nonton bareng final indonesia superDatang & saksikan nonton bareng final indonesia super
Datang & saksikan nonton bareng final indonesia super
 
Trous etranges
Trous etrangesTrous etranges
Trous etranges
 
A Nudez
A NudezA Nudez
A Nudez
 
Los 10 Mas Ricos De EspañA
Los 10 Mas Ricos De EspañALos 10 Mas Ricos De EspañA
Los 10 Mas Ricos De EspañA
 
Betisier de la presse
Betisier de la presseBetisier de la presse
Betisier de la presse
 
Fotos familia
Fotos familiaFotos familia
Fotos familia
 
One chapter, one child presentation
One chapter, one child presentationOne chapter, one child presentation
One chapter, one child presentation
 
Gostar de mulher - Manuel Carlos
Gostar de mulher - Manuel CarlosGostar de mulher - Manuel Carlos
Gostar de mulher - Manuel Carlos
 
IDJ-3
IDJ-3IDJ-3
IDJ-3
 
De trés trés belles photos d ' animaux !!
De trés trés belles photos d ' animaux !! De trés trés belles photos d ' animaux !!
De trés trés belles photos d ' animaux !!
 
MAGIQUES PHOTOS
MAGIQUES PHOTOSMAGIQUES PHOTOS
MAGIQUES PHOTOS
 
Internet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביט
Internet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביטInternet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביט
Internet sex-מצגת של זיו קיטארו לכנס השנתי 2010: ריבוי אורגזמות, ביט אחרי ביט
 
Sacha guitry
Sacha guitrySacha guitry
Sacha guitry
 
Lo más rico
Lo más ricoLo más rico
Lo más rico
 
Il fallait attraper l'instant magique
Il fallait attraper l'instant magiqueIl fallait attraper l'instant magique
Il fallait attraper l'instant magique
 

Similaire à Les blondes sont elles plus susceptibles? recherche

L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.
L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.
L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.Sarah Thielens
 
L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain
L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain
L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain Christophe LECOCQ
 
Placedela palabre 20_2014_1_émotions
Placedela palabre 20_2014_1_émotionsPlacedela palabre 20_2014_1_émotions
Placedela palabre 20_2014_1_émotionsboprat
 
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...Laboratoire Epsylon
 
Palabre 32 engagement
Palabre 32 engagementPalabre 32 engagement
Palabre 32 engagementboprat
 
Palabre 33 individu
Palabre 33 individuPalabre 33 individu
Palabre 33 individuboprat
 
Enfance et sexualité masculine.
Enfance et sexualité masculine.Enfance et sexualité masculine.
Enfance et sexualité masculine.AmineBenjelloun
 
Palabre 30 éducation
Palabre 30 éducationPalabre 30 éducation
Palabre 30 éducationboprat
 
Desequilibre psychique.ppt
Desequilibre psychique.pptDesequilibre psychique.ppt
Desequilibre psychique.pptKhaoula509835
 
L essentiel en psychiatrie
L essentiel en psychiatrieL essentiel en psychiatrie
L essentiel en psychiatrieRose De Sable
 
SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...
SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...
SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...mariemZineddine
 
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...Audrey Jacob
 

Similaire à Les blondes sont elles plus susceptibles? recherche (20)

La violence conjugale
La violence conjugaleLa violence conjugale
La violence conjugale
 
L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.
L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.
L’intelligence émotionnelle au service de la communication. Par Jean-Yves Girin.
 
L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain
L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain
L'esprit en désordre: les tendances de la fausse motivation de l'être humain
 
Support Assertivité
Support AssertivitéSupport Assertivité
Support Assertivité
 
Clindoeil_ATCC
Clindoeil_ATCCClindoeil_ATCC
Clindoeil_ATCC
 
Placedela palabre 20_2014_1_émotions
Placedela palabre 20_2014_1_émotionsPlacedela palabre 20_2014_1_émotions
Placedela palabre 20_2014_1_émotions
 
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
Conf epsylon Pascal Nouvel Les grandes questions éthiques posées par la préve...
 
Palabre 32 engagement
Palabre 32 engagementPalabre 32 engagement
Palabre 32 engagement
 
Palabre 33 individu
Palabre 33 individuPalabre 33 individu
Palabre 33 individu
 
Enfance et sexualité masculine.
Enfance et sexualité masculine.Enfance et sexualité masculine.
Enfance et sexualité masculine.
 
Psy4090 H2013 partie 1
Psy4090 H2013 partie 1Psy4090 H2013 partie 1
Psy4090 H2013 partie 1
 
Palabre 30 éducation
Palabre 30 éducationPalabre 30 éducation
Palabre 30 éducation
 
Medias et stereotypes
Medias et stereotypesMedias et stereotypes
Medias et stereotypes
 
Mediation
MediationMediation
Mediation
 
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
Chercheurs de sens. — 01. Introduction aux diaporamas <em>Chercheurs de sens<...
 
Desequilibre psychique.ppt
Desequilibre psychique.pptDesequilibre psychique.ppt
Desequilibre psychique.ppt
 
L essentiel en psychiatrie
L essentiel en psychiatrieL essentiel en psychiatrie
L essentiel en psychiatrie
 
SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...
SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...
SD.pdfddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd...
 
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINELA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
 
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...L’HOMME PSYCHOPATHIQUE :  ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
L’HOMME PSYCHOPATHIQUE : ENJEU DE L’ EQUILIBRE PSYCHO-ACTIF PAR LA FEMME CAT...
 

Plus de elanoita

comorbidités et autisme
comorbidités et autisme comorbidités et autisme
comorbidités et autisme elanoita
 
Le soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfant
Le soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfantLe soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfant
Le soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfantelanoita
 
handicap et maltraitance
handicap et maltraitancehandicap et maltraitance
handicap et maltraitanceelanoita
 
Supports visuels pour aider l'enfant autiste à domicile
Supports visuels pour aider l'enfant autiste à domicileSupports visuels pour aider l'enfant autiste à domicile
Supports visuels pour aider l'enfant autiste à domicileelanoita
 
TCC enfants et ado
TCC enfants et adoTCC enfants et ado
TCC enfants et adoelanoita
 
observation bb_watillon_mai2010
observation bb_watillon_mai2010 observation bb_watillon_mai2010
observation bb_watillon_mai2010 elanoita
 
petit livre sur le deni grossesse
petit livre sur le deni grossessepetit livre sur le deni grossesse
petit livre sur le deni grossesseelanoita
 
les médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnelles médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnelelanoita
 
Guide floortime
Guide floortimeGuide floortime
Guide floortimeelanoita
 
Document rehabilitation a_letroublebipolaire
Document rehabilitation a_letroublebipolaireDocument rehabilitation a_letroublebipolaire
Document rehabilitation a_letroublebipolaireelanoita
 
TEACCH adulte autiste
TEACCH adulte autisteTEACCH adulte autiste
TEACCH adulte autisteelanoita
 
Deficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitive
Deficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitiveDeficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitive
Deficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitiveelanoita
 
parentalite
parentaliteparentalite
parentaliteelanoita
 
la paternité et ses troubles
la paternité et ses troublesla paternité et ses troubles
la paternité et ses troubleselanoita
 
Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)
Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)
Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)elanoita
 
Ta lattachement un_lien_vital_web
Ta lattachement un_lien_vital_webTa lattachement un_lien_vital_web
Ta lattachement un_lien_vital_webelanoita
 
Plan autisme2013
Plan autisme2013Plan autisme2013
Plan autisme2013elanoita
 
Placement de l'enfant maltraité
Placement de l'enfant maltraitéPlacement de l'enfant maltraité
Placement de l'enfant maltraitéelanoita
 
Resilience et-handicap-chez-l-enfant
Resilience et-handicap-chez-l-enfantResilience et-handicap-chez-l-enfant
Resilience et-handicap-chez-l-enfantelanoita
 
habiletés sociales chez l'enfant autiste
habiletés sociales chez l'enfant autistehabiletés sociales chez l'enfant autiste
habiletés sociales chez l'enfant autisteelanoita
 

Plus de elanoita (20)

comorbidités et autisme
comorbidités et autisme comorbidités et autisme
comorbidités et autisme
 
Le soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfant
Le soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfantLe soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfant
Le soin à l'hopital : informer par le jeu pour l'enfant
 
handicap et maltraitance
handicap et maltraitancehandicap et maltraitance
handicap et maltraitance
 
Supports visuels pour aider l'enfant autiste à domicile
Supports visuels pour aider l'enfant autiste à domicileSupports visuels pour aider l'enfant autiste à domicile
Supports visuels pour aider l'enfant autiste à domicile
 
TCC enfants et ado
TCC enfants et adoTCC enfants et ado
TCC enfants et ado
 
observation bb_watillon_mai2010
observation bb_watillon_mai2010 observation bb_watillon_mai2010
observation bb_watillon_mai2010
 
petit livre sur le deni grossesse
petit livre sur le deni grossessepetit livre sur le deni grossesse
petit livre sur le deni grossesse
 
les médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnelles médico-sociaux face au secret professionnel
les médico-sociaux face au secret professionnel
 
Guide floortime
Guide floortimeGuide floortime
Guide floortime
 
Document rehabilitation a_letroublebipolaire
Document rehabilitation a_letroublebipolaireDocument rehabilitation a_letroublebipolaire
Document rehabilitation a_letroublebipolaire
 
TEACCH adulte autiste
TEACCH adulte autisteTEACCH adulte autiste
TEACCH adulte autiste
 
Deficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitive
Deficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitiveDeficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitive
Deficience intellectuelle-deficits-et-remediation-cognitive
 
parentalite
parentaliteparentalite
parentalite
 
la paternité et ses troubles
la paternité et ses troublesla paternité et ses troubles
la paternité et ses troubles
 
Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)
Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)
Code de déontologie des psychologues de mars 1996, actualisé en février 2012 (1)
 
Ta lattachement un_lien_vital_web
Ta lattachement un_lien_vital_webTa lattachement un_lien_vital_web
Ta lattachement un_lien_vital_web
 
Plan autisme2013
Plan autisme2013Plan autisme2013
Plan autisme2013
 
Placement de l'enfant maltraité
Placement de l'enfant maltraitéPlacement de l'enfant maltraité
Placement de l'enfant maltraité
 
Resilience et-handicap-chez-l-enfant
Resilience et-handicap-chez-l-enfantResilience et-handicap-chez-l-enfant
Resilience et-handicap-chez-l-enfant
 
habiletés sociales chez l'enfant autiste
habiletés sociales chez l'enfant autistehabiletés sociales chez l'enfant autiste
habiletés sociales chez l'enfant autiste
 

Les blondes sont elles plus susceptibles? recherche

  • 1. Les blondes sont-ellesLes blondes sont-elles plus susceptibles?plus susceptibles? NONNON Hélène Dubrulle Marie Gauton
  • 2. SommaireSommaire  I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes  II. De l’irritabilité à la colère, l’agressivitéII. De l’irritabilité à la colère, l’agressivité  III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  IV. Les différences intra-individuellesIV. Les différences intra-individuelles
  • 3. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes
  • 4. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes Pour Leyens,Pour Leyens, « les stéréotypes sont des croyances« les stéréotypes sont des croyances partagées concernant les caractéristiquespartagées concernant les caractéristiques personnelles d’un groupe de personnes »personnelles d’un groupe de personnes »
  • 5. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes  Processus de catégorisation:Processus de catégorisation: On catégorise les gens et les objets quiOn catégorise les gens et les objets qui nous entourent en fonction de l’idée selonnous entourent en fonction de l’idée selon laquelle ils possèderaient la même nature.laquelle ils possèderaient la même nature.
  • 6. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes  Score de stéréotypieScore de stéréotypie  Activation quasi-automatiqueActivation quasi-automatique  Stéréotype ≠ PréjugéStéréotype ≠ Préjugé
  • 7. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes Les préjugés sont des attitudesLes préjugés sont des attitudes défavorables envers une ou plusieursdéfavorables envers une ou plusieurs personnes en raison de leur appartenancepersonnes en raison de leur appartenance à un groupe particulier.à un groupe particulier.  Forte hostilité et charge affectiveForte hostilité et charge affective
  • 8. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes Les stéréotypes apparaissent comme:Les stéréotypes apparaissent comme:  Une définition du groupeUne définition du groupe  Une réalitéUne réalité
  • 9. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes Selon Leyens,Selon Leyens, « le stéréotype, la réputation dont les groupes« le stéréotype, la réputation dont les groupes font l'objet, aurait un effet direct sur lesfont l'objet, aurait un effet direct sur les performances du groupe et notammentperformances du groupe et notamment quand il est rendu saillant, activé ».quand il est rendu saillant, activé ». On parle alors de « la menace du stéréotype ».On parle alors de « la menace du stéréotype ».
  • 10. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes Les stéréotypes pourraient donc entrainer:Les stéréotypes pourraient donc entrainer:  Des pensées interférentesDes pensées interférentes  Une sur-prudenceUne sur-prudence
  • 11. I. Les stéréotypesI. Les stéréotypes  D’après le dictionnaire le petit Larousse enD’après le dictionnaire le petit Larousse en couleur (1991), la susceptibilité est lacouleur (1991), la susceptibilité est la « disposition à se vexer », et le trait de« disposition à se vexer », et le trait de « caractère de celui qui s'offense facilement ».« caractère de celui qui s'offense facilement ».  Synonymes: Sensibilité, Amour-propre, IrritabilitéSynonymes: Sensibilité, Amour-propre, Irritabilité et Excitabilité.et Excitabilité.
  • 12. II. De l’irritabilité vers laII. De l’irritabilité vers la colère, l’agressivitécolère, l’agressivité
  • 13. II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère, l’agressivitél’agressivité
  • 14. II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère, l’agressivitél’agressivité Moqueries,Moqueries, blaguesblagues VexationVexation Irritabilité
  • 15. II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère, l’agressivitél’agressivité  La colère est appropriée quand:La colère est appropriée quand:  Les situations où des buts personnels ou les droitsLes situations où des buts personnels ou les droits de la personne sont menacés.de la personne sont menacés.  L'expression de colère permet de rétablir sonL'expression de colère permet de rétablir son honneur.honneur.
  • 16. II. De l’irritabilité vers la colère,II. De l’irritabilité vers la colère, l’agressivitél’agressivité Indignation légitimeIndignation légitime Réaction d'orgueilRéaction d'orgueil AgressivitéAgressivité Lors de blessures narcissiques «qui sont fréquemment rencontrées dès lors que l'on pense être digne et méritant» (Morf & Rhodewalt, 2001).
  • 17. III. Les différences deIII. Les différences de genregenre
  • 18. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Une des conclusions les plus constantesUne des conclusions les plus constantes sur les différences entre les hommes etsur les différences entre les hommes et les femmes concerneles femmes concerne l'expressivitél'expressivité émotionnelleémotionnelle..
  • 19. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Ursula Hess et al., Emotional expressivity inUrsula Hess et al., Emotional expressivity in men and women: Stereotypes and self-men and women: Stereotypes and self- perceptions,perceptions, Cognition and EmotionCognition and Emotion, 2000., 2000.
  • 20. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Les croyances stéréotypées concernantLes croyances stéréotypées concernant les émotions sont:les émotions sont: • spécifiques à la culturespécifiques à la culture • un reflet des notions communes relatives à laun reflet des notions communes relatives à la prévalence de certains sentiments etprévalence de certains sentiments et comportementscomportements
  • 21. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Dans les cultures occidentales:Dans les cultures occidentales:  Les femmes sont supposées êtreLes femmes sont supposées être émotionnellement plus expressives que lesémotionnellement plus expressives que les hommes.hommes.  Les hommes sont censés manifester plusLes hommes sont censés manifester plus d’expression émotionnelle seulement en termesd’expression émotionnelle seulement en termes de colère et d’agressivité physique.de colère et d’agressivité physique.
  • 22. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Dans l’étude d’Ursula Hess et al., trois expériences ontDans l’étude d’Ursula Hess et al., trois expériences ont été menées.été menées.  Hypothèses:Hypothèses: • Les femmes sont plus susceptibles de réagir avecLes femmes sont plus susceptibles de réagir avec beaucoup de tristesse à des événements négatifs.beaucoup de tristesse à des événements négatifs. • Elles seraientElles seraient plus susceptibles de réagir avec beaucoupplus susceptibles de réagir avec beaucoup de tristesse, de pleurer et se retireraient plus face àde tristesse, de pleurer et se retireraient plus face à l'expérience d’événements émotionnels négatifs.l'expérience d’événements émotionnels négatifs.
  • 23. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre Hypothèses (suite):Hypothèses (suite): • Les hommes réagiraient avec plus deLes hommes réagiraient avec plus de « bonheur » et de sérénité face à une situation« bonheur » et de sérénité face à une situation émotionnelle négative. Il seraient donc plusémotionnelle négative. Il seraient donc plus détendus, et présenteraient beaucoup plus dedétendus, et présenteraient beaucoup plus de rire et de sourire face à la situation négative.rire et de sourire face à la situation négative.
  • 24. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Résultats:Résultats: • Les jugements des participants pour chaque sexeLes jugements des participants pour chaque sexe sont de niveaux comparables pour chacune dessont de niveaux comparables pour chacune des émotions.émotions. • Pour la tristesse, la peur, la honte et la culpabilité,Pour la tristesse, la peur, la honte et la culpabilité, - soit pas de différences importantes entre les- soit pas de différences importantes entre les sexessexes - soit les femmes ont déclaré ressentir ces- soit les femmes ont déclaré ressentir ces émotionsémotions avec une probabilité plus élevée que lesavec une probabilité plus élevée que les hommes.hommes.
  • 25. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre Résultats (suite):Résultats (suite): • Les hommes sont plus susceptibles d’avoir duLes hommes sont plus susceptibles d’avoir du mépris que les femmes, et de présenter unmépris que les femmes, et de présenter un comportement qui pourrait être interprété commecomportement qui pourrait être interprété comme agressif en réponse à une insulte.agressif en réponse à une insulte. • Les hommes reportent des événements présentantLes hommes reportent des événements présentant plus de colère alors que les femmes déclarer desplus de colère alors que les femmes déclarer des événements présentant plus tristesse.événements présentant plus tristesse.
  • 26. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Les hommes sont plus susceptiblesLes hommes sont plus susceptibles d’être irrités face à une situationd’être irrités face à une situation négative.négative.
  • 27. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Selon Timmers et al. (2003):Selon Timmers et al. (2003):  Les différences émotionnelles de genre sontLes différences émotionnelles de genre sont dues à des normes spécifiques de genre.dues à des normes spécifiques de genre. Mais aucune étude n’a pu le prouver.Mais aucune étude n’a pu le prouver.
  • 28. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre Femmes:Femmes: • Pas juste plus émotivesPas juste plus émotives • Plus susceptibles d’exprimer leurs émotionsPlus susceptibles d’exprimer leurs émotions positivespositives • Exprimeront leurs émotions négatives seulement siExprimeront leurs émotions négatives seulement si cela ne blesse personne.cela ne blesse personne. Buck & al., 1974 et Kring & Gordon, 1998.Buck & al., 1974 et Kring & Gordon, 1998.
  • 29. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre Hommes:Hommes: • Moins émotifsMoins émotifs • Moins l’autorisation d’exprimer des émotionsMoins l’autorisation d’exprimer des émotions négativesnégatives • Plus d’émotions de puissance.Plus d’émotions de puissance.
  • 30. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre Buts:Buts: • Identifier le type de croyances (subtiles ou flagrant).Identifier le type de croyances (subtiles ou flagrant). • Etudier le contenu de ces croyances.Etudier le contenu de ces croyances. Nouvelle norme émotionnelle dans la cultureNouvelle norme émotionnelle dans la culture occidentale:occidentale:  Il est important d’exprimer ses sentiments véritablesIl est important d’exprimer ses sentiments véritables dans les interactions sociales.dans les interactions sociales.
  • 31. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre  Croyances descriptives:Croyances descriptives: le stéréotypele stéréotype des femmes « émotionnelles » et desdes femmes « émotionnelles » et des hommes « raisonnables » existe toujours.hommes « raisonnables » existe toujours.  Croyances prescriptives:Croyances prescriptives: « les« les normes émotionnelles concernant lenormes émotionnelles concernant le caractère approprié de l’expression descaractère approprié de l’expression des émotions sont plus détachées du genre. »émotions sont plus détachées du genre. »
  • 32. III. Les différences de genreIII. Les différences de genre 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 émotions de puissance émotions d'impuissance émotions de puissance émotions d'impuissance croyances prescriptives croyances descriptives hommes femmes D’après Timmers et al., 2003. Ability versus vulnerability: Beliefs about men’s and women’s emotional behavior. Cognition and Emotion, 17, 41-63.
  • 33. IV. D’autres différencesIV. D’autres différences liées à l’expression de laliées à l’expression de la colèrecolère
  • 34. IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à l’expression de la colèrel’expression de la colère  La gestion des émotions:La gestion des émotions:  pouvoir percevoir, discriminer et nommer lespouvoir percevoir, discriminer et nommer les sentiments.sentiments.  être capable de gérer les émotions en accordêtre capable de gérer les émotions en accord avec les règles sociales, selon les émotionsavec les règles sociales, selon les émotions et situations.et situations.
  • 35. IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à l’expression de la colèrel’expression de la colère  Cette capacité dépend de la personnalitéCette capacité dépend de la personnalité de chacun car elle se base sur:de chacun car elle se base sur:  Nos butsNos buts  Sur la connaissance de soiSur la connaissance de soi  Son environnement socialSon environnement social
  • 36. IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à l’expression de la colèrel’expression de la colère  Les stéréotypes de genre peuvent êtreLes stéréotypes de genre peuvent être expliqués par les normes socialesexpliqués par les normes sociales qu’imposent la société aux individus.qu’imposent la société aux individus. Emotion incompatible à ces normesEmotion incompatible à ces normes SanctionSanction
  • 37. IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à l’expression de la colèrel’expression de la colère  « Ces conséquences négatives incitent les« Ces conséquences négatives incitent les individus à se comporter de manièreindividus à se comporter de manière cohérente avec le stéréotype de genre »cohérente avec le stéréotype de genre » d’après Lafrance et Hecht, 2000.d’après Lafrance et Hecht, 2000.
  • 38. IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à l’expression de la colèrel’expression de la colère  Transmission par les parents et l’école entreTransmission par les parents et l’école entre autres.autres.  Birnbaum et Croll, en 1984: Les parentsBirnbaum et Croll, en 1984: Les parents encouragent :encouragent :  Garçons à exprimer des émotions telle que la colèreGarçons à exprimer des émotions telle que la colère et à contenir l’expression de leurs sentiments.et à contenir l’expression de leurs sentiments.  Les filles lors d’émotions féminine tel que la tristesseLes filles lors d’émotions féminine tel que la tristesse mais les découragent à montrer de la colère ou demais les découragent à montrer de la colère ou de l’agressivité.l’agressivité.
  • 39. IV. D’autres différences liées àIV. D’autres différences liées à l’expression de la colèrel’expression de la colère  Selon notre culture, les émotions ont desSelon notre culture, les émotions ont des degrés différents.degrés différents.  Japonais vs. Américains et Européens.Japonais vs. Américains et Européens.  L’injustice chez les américains et lesL’injustice chez les américains et les européens renvoie plus à la colère que chezeuropéens renvoie plus à la colère que chez les japonais (Kitayama et al., 2005).les japonais (Kitayama et al., 2005).
  • 41. ConclusionConclusion  Les blondes ne sont donc pas plusLes blondes ne sont donc pas plus susceptible que les autres car lessusceptible que les autres car les différences se trouvent au niveau:différences se trouvent au niveau:  CulturelCulturel  Du genreDu genre  Des normes socialesDes normes sociales  De la capacité à gérer ses émotionsDe la capacité à gérer ses émotions  BiologiqueBiologique
  • 42. OuvertureOuverture  « Blond like me »: Les hommes ont des« Blond like me »: Les hommes ont des capacités intellectuelles plus faibles face à unecapacités intellectuelles plus faibles face à une blonde.blonde.  DémentieDémentie d’Aaron & Selld’Aaron & Sell
  • 43. BibliographieBibliographie  Shaver, P., Schwartz, J., Kirson, D., & O’Connor, C. (1987). Emotion knowledge : Further exploration of a prototype approach. Journal of Personality & Social Psychology, 52, 1061.  Bry, C. , Follenfant, A., Meyer, T. (2008). Blonde like me: When self-construals moderate stereotype priming effects on intellectual performance. Journal of Experimental Social Psychology, 44, 751-757.  Brebner, J.L., Martin, D. & Macrae, C.N. (2009). Dude looks like a lady: Exploring the malleability of person categorization. European Journal of Social Psychology, 39, 1109-1119.  Hess & al. (2000). Emotional expressivity in men and women: Stereotypes and self-perceptions. Cognition and emotion, 14, 609-642.  Brody, L. (1997). Gender and Emotion: Beyond Stereotypes. Journal of Social Issues, 53, 369-394.  Timmers, M., Fischer, A.H. & Manstead, S.R. (2003). Ability versus Vulnerability: Beliefs about men’s and women’s emotional behaviour. Cognition and emotion, 17, 41-63.  http://www.psychologie-sociale.com/  Niedenthal, P.M., Krauth-Gruber, S. & Ric, F. (2008). Comprendre les émotions, Perspectives cognitives et psycho-sociales. Wavre: Mardaga.  Sander, D. & Scherer, K.R. (2009) Traité de psychologie des émotions. Dunod, p 376-377.