Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Cancer et Karaté

451 vues

Publié le

Les bénéfices à la pratique d'une activité physique en cancérologie sont nombreux ! J'ai abordé ce sujet, avec un zoom sur le Karaté, lors d'un cours à l'université de Grenoble dans le cadre du Diplôme d'Université "Les Thérapies Complémentaires : place en Cancérologie et face aux maladies chroniques".

Publié dans : Sports
  • Soyez le premier à commenter

Cancer et Karaté

  1. 1. Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 17 mai 2018 DU Thérapies complémentaires Cancer et Karaté
  2. 2. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 2 Le cancer : première cause de mortalité en France 1 200 000 Personnes touchées[1-p.8] 400 000 Nouveaux cas par an[1-p.4] 150 000 Décès par an[1-p.5] Une pathologie complexe Des chocs psychologiques importants Isolement, dépression, anxiété, etc. Des altérations physiques complexes Asthénie, sarcopénie, douleurs, stomie, etc. Des prises en charge différentes Hospitalisation, ambulatoire, etc. Des traitements différents Chirurgie, chimiothérapie, etc. Une pathologie multiple Type de cancer, localisation, stade, etc. Des retentissements majeurs Une montée de la précarité  Taux < seuil de pauvreté : 20,9%  25,1%[1-p.10]  Taux de chômage : 7%  11%[1-p.10]  Taux d’emploi : 82%  61,3%[1-p.10] Une perte d'autonomie à court et long termes Les patients ont besoin d’aide pour : - Faire le ménage : 56% des patients[7-p-3] - Préparer leurs repas : 35% des patients[7-p-3] - Conduire : 33% des patients[7-p-3] Une altération de la qualité vie Fatigue : 25-100% des patients dès la PEC[2-p.51] Douleur : 40-70% des patients[3-p.2]  Isolement : 26% des patients[7-p-3]
  3. 3. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 3 Les nombreux bénéfices de l’activité physique en cancérologie  Taux de survie RR décès K prostate : -35%[8] RR décès K côlon : -39%[9] RR décès K sein : -34%[10]  effets secondaires des traitements RR asthénie pendant traitement : -18%[15] RR complications post-opératoires[16] Réduction de la sarcopénie Réduction des adhérences cicatricielles Amélioration de la capacité respiratoire Réappropriation corporelle Correction posturale Développement de la mobilité articulaire Développement de la coordination Développement de la mémoire Réduction de la masse grasse Réduction de certaines pertes d’équilibre Amélioration de la maîtrise de ses sphincters Amélioration des sensations aux extrémités  isolement social Prévention des comorbidités Prévention du diabète et de l’obésité Prévention de la dépression Prévention des maladies neurodégénératives  risques psychologiques[17] Réduction des symptômes dépressifs Amélioration de l’image corporelle Diminution de la prise de psychotropes Amélioration de la qualité du sommeil  Taux de rechute RR récidive K prostate : -57%[11] RR récidive K côlon : -49%[12] RR récidive K sein : -43%[13]  Taux d’incidence RR incidence K colon H : -18%[14] RR incidence K colon F : -20%[14] RR incidence K sein : -21%[14]
  4. 4. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 4 Un accès mitigé à l’activité physique en cancérologie Bénéfices attendus / confirmés par les patients  Qualité de vie et bien-être : 99% / 85%[6]  Capacité cardio-respiratoire : 94% / 84%[6]  Fatigue / Douleurs : 93% / 80%[6]  Chance de guérir : 83%[6] / 83%  Meilleure tolérance aux traitements : 76%[6] / 76% Des patients convaincus des bénéfices de l’AP Bénéfices attendus par les soignants  Qualité de vie et bien-être  Capacité cardio-respiratoire  Fatigue / Douleurs  Risque de récidive / 2ème cancer 98% des soignants convaincus des bénéfices de l’AP[6] MAIS tous les patients ne font pas d’AP Freins à la pratique Idées reçues sur la fatigue : 51%[6] Manque de courage : 47%[6] Manque de goût pour le sport : 41%[6] Coût / éloignement : 28%[6] MAIS 49,7% seulement de soignants sont prescripteurs[6] Freins à la prescription Méconnaissance de l’offre Méconnaissance des (contre) indications Consultations trop chargées Priorité donnée aux traitements AP : Activité Physique
  5. 5. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 5 Une offre d’activité physique en cancérologie adaptée à chaque étape Peu importe la discipline sportive L’important est l’IDF’S La discipline sportive est une boîte à outil Le sport au service du corps Et non pas le corps au service du sport La spécificité de la méthode Médiété Le juste geste : « Pourquoi ? » Discipline sportive by Médiété Sécurité : balance bénéfices/risques Intervenant formé & 12 patients par séance max Fréquence : 3 séances minimum / semaine[4] Dont 2 séances encadrées à minima Durée : 50  120 minutes par séance[4] A minima 6 mois pour ancrer les changements Intensité : 6 -> 9 MET-h / semaine[4] Intensité permanente mais fractionnée Diagnostic Cancer/récidive Début/reprise des traitements Rémission Prévention primaire Professionnels du sport Réadaptation fonctionnelle Professionnels APA Thérapie sportive Praticiens en thérapie sportive Prévention tertiaire Professionnels du sport cancer Professionnels APA Praticiens en thérapie sportive
  6. 6. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 6 Une offre de Karaté en cancérologie adaptée à chaque étape Prévention primaire DIF CQP MAM BPJEPS Karaté DE(S)JEPS Karaté Réadaptation fonctionnelle > BPJEPS Karaté + APA Prévention tertiaire > BPJEPS Karaté + Karaté Cancer > BPJEPS Karaté + APA DE(S)JEPS Karaté + DU Sport et CancerThérapie sportive DE(S)JEPS Karaté + DU Sport et Cancer Les bénéfices de l’utilisation du Karaté en cancérologie Enseignants formés au Karaté Cancer 18 ans d’expérience en Karaté en cancérologie Combativité associée au Karaté Combattre la maladie sur les tatamis Approche Karaté by Médiété Le Karaté au service du corps et non le contraire  Taux de survie et  Taux de rechute  effets secondaires des traitements Réappropriation corporelle  isolement social Prévention des comorbidités  risques psychologiques Diagnostic Cancer/récidive Début/reprise des traitements Rémission
  7. 7. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 7 Les contre-indications à l’activité physique en cancérologie Il existe des contre-indications à l’activité physique MAIS elles peuvent être TEMPORAIRES Les situations suivantes nécessitent une attention particulière MAIS ne sont PAS des contre-indications à l’activité physique Port d’un PAC (chimiothérapie) Ablation ou tumorectomie : si cicatrisation Stomie (cancer du colon / vessie) Curage lymphatique ou lymphœdème (cancer du sein) Troubles de la proprioception (neuropathies périphériques, antécédent d’AVC) Etourdissements / troubles de l’équilibre (troubles neurologiques, syndrome mains-pieds, âge avancé) Incontinence (cancer de la prostate / vessie) Fistule entre trachée artère et œsophage (cancer du larynx) Fatigue extrême Anémie symptomatique Suites précoces de chirurgie Syndrome infectieux sévère en cours d’évolution Décompensation de pathologie cardiopulmonaire Lésions osseuses lytiques du rachis ou des os longs Dénutrition sévère
  8. 8. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 8 La démarche thérapeutico-sportive Pose du diagnostic Collecte de l’anamnèse « élargie » Préalable : certificat médical Choix de la stratégie thérapeutique Choix des objectifs médico-sportifs Evaluation et la réorientation Observation et la remédiation Administration du traitement Réalisation des exercices physiques  Echanges avec le patient : vie quotidienne, sport, pathologies  Observation du patient  Réalisation d’exercices test / d’un bilan fonctionnel  Application de l’IDF’S  Proposition d’alternatives en fonction des limitations  Demande de bienveillance des patients envers eux-mêmes  Incitation à une pratique régulière  Réalisation de touchers correctifs  Choix de consignes biomécaniques, fonctionnelles, sensitives  Prise en compte • des recommandations médicales • de la balance bénéfices-risques • du contexte environnemental • du corps dans sa globalité • du besoin de développer la proprioception  Choix d’objectifs  uniquement « corporels »  à court et long termes  Choix d’1 objectif min. pour chaque patient par séance
  9. 9. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 9 L’orientation de vos patients en cancérologie vers une thérapie sportive Evaluation de la pertinence d’intégrer une thérapie sportive à un parcours de soins En Réunion de Concertation Pluridisciplinaires ? CAMI Sport et Cancer En thérapie sportive - pôle Sport et Cancer du CHU Grenoble Alpes et ambulatoire - et en après cancer • 38 - Grenoble : P. Fiard- 07 69 03 34 34 - cami.38@sportetcancer.com - www.sportetcancer-isere.com • Pour des contacts ailleurs : info@sportetcancer.com Fédération Française de Karaté En prévention : via l’ensemble des associations de Karaté : www.ffkarate.fr/recherche-clubs/ En rémission : • 38 - Le pin : Franck Richetti au club du Lac : 06 84 21 53 66 - franck.richetti@gmail.com • 69 - Lyon : Emmeline Mottet au No Kachi Lyon : 06 76 99 88 04 - emmeline.mottet@nokachi-lyon.fr • Pour des contacts ailleurs : Franck Richetti - frichetti@ffkarate.fr Autres structures : APA, etc. Orientation du patient vers des professionnels compétents Prescription d’une ordonnance au patient pour la pratique d’une AP
  10. 10. Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 17 mai 2018 Merci pour votre attention Des questions ?
  11. 11. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 11 Annexe 1 : Abréviations Abréviation Terme AP Activité Physique BPJEPS Brevet Professionnel Jeunesse, Éducation Populaire et Sport CQP MAM Certificat de Qualification Professionnelle Moniteur d’Arts Martiaux DEJEPS Diplôme d’État Jeunesse, Éducation Populaire et Sport DESJEPS Diplôme d’État Supérieur Jeunesse, Éducation Populaire et Sport DIF Diplôme d’Instructeur Fédéral
  12. 12. DU Thérapies complémentaires : Karaté et Cancer 17 mai 2018 Emmeline Mottet - emmeline@mottet.org - 06 76 99 88 04 12 Annexe 2 : Sources 1. [INCA][2017] Les cancers en France en 2017 – L’essentiel des faits et chiffres 2. [INCA][2017] Bénéfices de l'activité physique pendant et après cancer - Des connaissances aux repères pratiques 3. [INCA][2011] La douleur en cancérologie 4. [Université Paris 13 - UFR SMBH][2017-2018] Cours du DU Sport et Cancer – Oncologue : Gaëtan Des Guetz, Kader Chouahnia et Laurent Zelek – Radiothérapeute et chimiothérapeute à Avicenne : Thierry Bouillet (également co-fondateur de la CAMI) – Praticiens en Thérapie Sportive à la CAMI Sport et Cancer : Barbara Vignaux, Cyril Dufaure, Nadir Allali et Thierry Mueller – Infirmière de Consultation d'annonce à Avicenne : Delphine Goulard Cauquis – Psychiatre, Responsable de l'unité Psy et de soins de support de Gustave Roussy : Sarah Dauchy – Psychologues à Gustave Roussy ou autre : Cécile Charles, Diane Boinon, Eric Ronsmans et Sophie Rivollet – Co-fondateur / Responsable adjoint de la CAMI Sport et Cancer : Jean-Marc Descotes / Florent Hyafil 5. [IREPS ARA][2016] Actes des rencontres Sport Santé Bien-Être Auvergne-Rhône-Alpes + Support de présentation du Dr Martine Duclos 6. [CAMI Sport et Cancer][2015] Résultat de l’enquête sur l'accès à l’activité physique et sportive en cancérologie 7. [Ligue contre le cancer][2016] Impact social du cancer 8. Kenfield et coll. 2011 (Cf. [4 - DU Sport et cancer : Pourquoi ? Pour qui ? Comment ? – p.12]) 9. Des Guetz et coll. 2013 (Cf. [4 - DU Sport et cancer : Pourquoi ? Pour qui ? Comment ? – p.12]) 10. Ibrahim et Al-Homaidh 2011 (Cf. [4 - DU Sport et cancer : Pourquoi ? Pour qui ? Comment ? – p.12]) 11. Richman et coll. 2011 (Cf. [4 - DU Sport et cancer : Pourquoi ? Pour qui ? Comment ? – p.12]) 12. Meyerhardt et coll. 2006 (Cf. [4 - DU Sport et cancer : Pourquoi ? Pour qui ? Comment ? – p.12]) 13. Holmes 2005 (Cf. [4 - DU Sport et cancer : Pourquoi ? Pour qui ? Comment ? – p.12]) 14. Friedenreich, Neilson, Lynch 2010 (Cf. [5 – support de présentation – p.56]) 15. Cochrane 2008 et 2012 (Cf. [4-Sport et Cancer – Les liaisons dangereuses – p.27]) 16. JR Lieffers et al Br J Cancer 2012 (Cf. [4-Sport et Cancer – Les liaisons dangereuses – p.10]) 17. Duijts et al 2011 (Cf. [4-Sport et Cancer – Les liaisons dangereuses – p.29]) 18. Friedenreich CM, Woolcod CG, McTierman A et al. J Clin Oncol 2010 28:1458‐1466 (Cf. [4-Sport et Cancer – Les liaisons dangereuses – p.24]) 19. ML Irwin, K Varma, M Alvarez Reeves et al. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2009;18:306‐313 (Cf. [4-Sport et Cancer – Les liaisons dangereuses – p.23]) 20. PJ Goodwin, M Ennis, K Pritchard et al. J Clin Oncol 2002;20:42-51 (Cf. [4-Sport et Cancer – Les liaisons dangereuses – p.20])

×