SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  11
Télécharger pour lire hors ligne
Baromètre du
capital risque
en France
#EYBaroCR
Bilan annuel 2015
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Franck Sebag
Associé EY en charge du secteur VC-IPO en France
Quelle année ! Avec près de 2 milliards d’euros de
fonds levés en France en 2015, les investissements
en faveur des start-ups françaises ont franchi un
nouveau cap et explosé les compteurs des
pronostics les plus optimistes, pour atteindre
1,809 Md€ en 484 opérations. Il faut dire que
l’année avait démarré sur des chapeaux de roue :
au premier semestre 2015 déjà, les fonds levés
(759 M€ en 244 opérations) atteignaient en effet
presque le niveau des montants levés sur
l’ensemble de l’année 2014 (897M€ en 372
opérations). La France conserve sa 3ème place sur
le podium des pays européens, derrière le
Royaume-Uni et l’Allemagne, en termes de
montants levés.
Dans le sillage de l’excellent cru 2014, un nouveau
cap a également été franchi cette année en termes
de volumes d’opérations, avec deux levées de plus
de 100M€. On observe une augmentation du ticket
moyen avec 3,7 M€, contre 3,1 M€ en 2014, et un
grand nombre d’opérations supérieures à 10M€.
Ces gros tickets ont été concentrés principalement
dans le secteur des Services Internet. Blablacar,
qui s’était déjà distinguée l’année dernière par une
levée de fonds record de 100 M$ (73M€), domine à
nouveau le palmarès en 2015 avec une levée
spectaculaire de 177M€, saluée dans un tweet du
Ministre de l’économie : « Bienvenue chez les (très)
grands. Et bravo ! ». Valorisée à 1,6 Md$, la start-
up a rejoint le club très prisé des 147 licornes au
monde. Saluons également la levée de fonds de
100 M€ réalisée par la start-up toulousaine Sigfox,
opérateur télécom spécialisé dans les objets
connectés, qui peut laisser présager une prochaine
entrée dans le club très fermé des licornes
françaises.
Les Cassandre verront dans ces chiffres
spectaculaires, jamais vus depuis les années
2000, le spectre de la bulle planer à nouveau sur
les valeurs Internet et technologiques. Cette
analyse, qui peut se comprendre lorsque l’on se
base sur la seule similitude des chiffres entre
2000 et 2015, doit cependant être nuancée à la
lumière de fondamentaux totalement différents.
Tout d’abord, la barrière à l’entrée que
représentait le coût de lancement s’est levée : là
où il fallait à l’entrepreneur un capital de départ
de 5M $ en 1995, aujourd’hui, les technologies
d’open source et la diminution des frais de
stockage ont fait considérablement baisser cette
somme (environ 5K $ en 2014). Ensuite, la
maturité digitale et technologique des
utilisateurs ouvre à ces start-up « born global »
un accès immédiat à ce marché mondial à taille
critique. Enfin, rappelons que les consommateurs
que nous sommes n’ont jamais été aussi avides
en matière d’utilisation de nouveaux services.
Des chiffres, certes record en 2015, mais qui
traduisent une transformation profonde à l’heure
où nous changeons de cycle et de modèles
économiques. L’écosystème du financement est
bien là, et a démontré son efficacité, pour preuve
le dynamisme sans précédent de
l’entrepreneuriat français, mais il est urgent de
passer à la vitesse supérieure. Car si
l’agglomération parisienne abrite 12 000 jeunes
pousses, dont 4 000 dans Paris intra-muros, soit
plus qu’à Londres ou Berlin, la France, avec 1
licorne arrive encore en 5ème position du
palmarès des 39 licornes de la zone EMEIA,
derrière le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne
et la Russie.
Au-delà de ce benchmark européen,
c’est en traversant l’Atlantique que
l’on peut saisir l’urgence de mobiliser
la force de frappe du financement
pour faire grandir des licornes
françaises : les champions agiles de
la nouvelle économie cotés au
Nasdaq affichent une jeunesse
insolente, à l’instar des GAFA âgés
en moyenne de moins de 30 ans, là
où notre CAC 40 pourrait faire figure
de panthéon du haut de ses 101
d’âge moyen. Gageons que le
dynamisme exponentiel et
ininterrompu depuis 3 ans du capital
risque en France saura relancer
notre ascenseur économique pour
propulser nos jeunes pousses dans
les pas de jeunes géants comme
Alphabet, devenue désormais la plus
grosse capitalisation boursière au
monde.
« La France, ce pays qui crée des start-
up à la chaîne ! », Capital, 09/06/2015
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
2013 2014 2015
Historique
1,809 Md€ levés en 484 opérations
avec un montant moyen de 3,7 M€.
#EYBaroCR
973 M€ pour
386 opérations 897 M€ pour
372 opérations
1,809 Md€ pour
484 opérations
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Investissements par secteur
Le secteur des
Services Internet
domine le palmarès
En 2015, les gros tickets ont été
concentrés principalement dans
le secteur des Services Internet,
qui retrouve sa première place,
cédée momentanément au
premier semestre au secteur
technologique, dans le Top 5
sectoriel en attirant un tiers des
investissements cette année soit
presque deux fois plus de
capitaux que l’année dernière
(609 M€ en 2015 contre 347 M€
en 2014).
Notons que la Fintech, qui avait
fait une entrée très remarquée au
premier semestre 2015 dans ce
Top 5, maintient sa 5ème place
avec 79 M€ levés en 16
opérations.
#EYBaroCR
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Investissements par stade de maturité
2015
Total des investissements Montant moyen investi
2014
Total des investissements Montant moyen investi
#EYBaroCR
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Top 5 des investissements
#EYBaroCR
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Interview
Sébastien Fabre
Président Directeur Général & fondateur de Vestiaire Collective
Créée en 2009, la plateforme communautaire d’achat- vente de vêtements et d’accessoires de mode d’occasion, luxe et haut de
gamme, a finalisé en septembre une levée de fonds de 33 millions d’euros. Retour sur l’une des 5 meilleures levées de l’année,
menée par Eurazeo Croissance, nouvel investisseur au capital, et accompagnée des investisseurs historiques Idinvest Partners,
Balderton Capital, Condé Nast et Ventech.
1) Votre levée de fonds de 33 millions d’euros fait partie du TOP
5 des levées 2015 en France, comment s’est-elle passée ?
Elle s’est très bien déroulée ! Nous sommes entrés dans une phase
d’hyper croissance, avec un business model établi et mature : dans
ces conditions, il est forcément plus facile de lever de l’argent. Pour
chaque tour, nous avons eu la chance de pouvoir choisir la
typologie des investisseurs que nous voulions faire rentrer à notre
board et apporter ainsi de la valeur ajoutée. Nous voulions à nos
côtés des investisseurs ayant une philosophie entrepreneuriale, qui,
au-delà d’être dans une simple logique de reporting, nous
accompagneraient dans chaque étape de notre développement.
2) Pourquoi avoir levé une telle somme ?
Les premières années de Vestiaire Collective ont été consacrées au
développement de l’outil afin de nous permette d’avoir un catalogue
d’articles divers, de qualité, et différenciants de nos concurrents. Nous
avons réussi, en quelques années, à créer en Europe une vraie place de
marché, constituée d’une vingtaine de pays qui alimentent notre
plateforme et génèrent des ventes dans une quarantaine de pays.
Si aujourd’hui, nous ne sommes pas encore
rentables, cette levée de fonds va nous permettre,
d’une part d’aller à la profitabilité totale du groupe,
mais aussi de poursuivre notre croissance sur le
territoire européen et enfin d’aborder
progressivement le marché Nord-Américain, qui est
aujourd’hui le plus grand marché e-commerce au
monde. Notre ambition est de devenir d’ici 3 ans le
leader mondial de la vente de produits de mode
d’occasion en ligne.
3) Les investissements en faveur de l’économie
collaborative se multiplient ces dernières années,
comment l’expliquez-vous ?
De manière générale, on sent une tendance de fond
et un éveil de la conscience collective en faveur de
cette sphère de l’économie collaborative et
circulaire.
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Interview
Sébastien Fabre
Président Directeur Général & fondateur de Vestiaire Collective
Suite question 3
Aujourd’hui, nous regardons tous l’économie avec un œil
différent et ce type de plateforme revêt une forte dimension
économique, sociale et environnementale, qui peut expliquer
l’engouement des investisseurs. Si nous prenons notre
exemple, il y avait un vrai intérêt à remettre sur le marché
des articles à forte valeur ajoutée qui dormaient dans les
placards de nos utilisatrices. D’une certaine manière, nous
avons démocratisé le luxe en permettant à population plus
jeune et moins aisée d’avoir accès à ces pièces haut de
gamme à prix réduits.
4) Comment vous démarquez-vous de vos concurrents
auprès des investisseurs ?
Les investisseurs ont apprécié notre approche respectant
les codes de l’industrie de la mode. En effet, en apportant
de la réassurance et de l’éthique au marché secondaire,
nous permettons aux articles peu portés des saisons
précédentes de trouver un nouveau souffle en conservant
une cote élevée. Notre modèle est unique et possède trois
piliers. En amont, notre équipe de stylistes sélectionne les
articles en fonction de critères de style et de saison. En
aval, chaque produit est soigneusement contrôlé et
authentifié par notre équipe d’experts,
avant d’être expédié à son acheteur final. Enfin, nous avons
intégré très rapidement une dimension communautaire qui
permet à nos 4 millions d’utilisateurs, passionnés de mode,
d’échanger sur la plateforme.
5) 2015 a été une année record en termes
d’investissement, notamment en France, comment voyez-
vous l’année 2016 ?
Je suis extrêmement confiant ! Nous avons créé Vestiaire
Collective il y a six ans, nous avons vu les choses évoluer en
France, et c’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons fait
notre dernier tour avec un fonds français. Je me souviens de
cette phrase qui disait « en France, nous n’avons pas de
pétrole mais nous avons des idées » : elle résume à mon sens
assez bien l’état d’esprit de la « French touch ». La France est
une vraie terre d’innovation, de créativité avec une forte
culture entrepreneuriale, désormais reconnue et louée de
toutes parts. Si bien qu’aujourd’hui, les investisseurs Français,
jadis focalisés sur l’amorçage, arrivent à financer aujourd’hui
du Late Stage Venture. Nous avons tout le potentiel pour nous
rapprocher de manière organique vers la deuxième place
européenne !
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Perspective européenne
Top 3 des investissements au sein de l’UE en 2015
Avec près de 2 milliards d’euros
levés, la France a bel et bien
confirmé son poids dans
l’écosystème européen du
capital risque en 2015 ! Elle
conserve d’ailleurs sa deuxième
place en Europe en nombre
d’opérations réalisées, derrière
le Royaume-Uni, mais devant
son rival l’Allemagne, avec qui
elle reste au coude-à-coude.
#EYBaroCR
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Méthodologie
Le Baromètre EY du capital risque en France recense les opérations de financement en fonds propres des
entreprises en phase de création ou durant les premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier
au 31 décembre 2015, publiées avant le 14 janvier 2016.
Les données françaises présentées dans ce baromètre sont basées sur les données Dow Jones VentureSource,
CFNEWS et Capital Finance. Les données européennes sont basées sur les données Dow Jones VentureSource et
CB Insights.
Le traitement de ces données et l’analyse sont issus de la méthodologie EY et réalisés par Ernst & Young et
Associés. Nous prenons en compte dans cette étude uniquement les opérations dont le montant est
communiqué publiquement.
Le secteur des services Internet regroupe des activités telles que l’e-commerce, le marketing à la performance
(lead, référencement), le géomarketing ou les applications mobiles.
Le secteur des Life Sciences regroupe les secteurs biotech et medtech.
#EYBaroCR
Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015
Contacts
Franck SEBAG
Associé EY en charge du secteur VC-IPO en France
@frsebag
Nadège Abdou-Brahim
Chef de projet Marketing - Start-up - VC
@nadege_AB
Bonnie Olivier
Relation médias
@BonnieOlivier
#EYBaroCR

Contenu connexe

Plus de EY

EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021
EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021
EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021
EY
 
EY Price Point: global oil and gas market outlook
EY Price Point: global oil and gas market outlookEY Price Point: global oil and gas market outlook
EY Price Point: global oil and gas market outlook
EY
 

Plus de EY (20)

EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021
EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021
EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2 April 2021
 
Tax Alerte - Principales dispositions loi de finances 2021
Tax Alerte - Principales dispositions loi de finances 2021Tax Alerte - Principales dispositions loi de finances 2021
Tax Alerte - Principales dispositions loi de finances 2021
 
EY Price Point: global oil and gas market outlook
EY Price Point: global oil and gas market outlookEY Price Point: global oil and gas market outlook
EY Price Point: global oil and gas market outlook
 
Tax Alerte - prix de transfert - PLF 2021
Tax Alerte - prix de transfert - PLF 2021Tax Alerte - prix de transfert - PLF 2021
Tax Alerte - prix de transfert - PLF 2021
 
EY Price Point: global oil and gas market outlook (Q4, October 2020)
EY Price Point: global oil and gas market outlook (Q4, October 2020)EY Price Point: global oil and gas market outlook (Q4, October 2020)
EY Price Point: global oil and gas market outlook (Q4, October 2020)
 
EY Price Point: global oil and gas market outlook
EY Price Point: global oil and gas market outlookEY Price Point: global oil and gas market outlook
EY Price Point: global oil and gas market outlook
 
Zahl der Gewinnwarnungen steigt auf Rekordniveau
Zahl der Gewinnwarnungen steigt auf RekordniveauZahl der Gewinnwarnungen steigt auf Rekordniveau
Zahl der Gewinnwarnungen steigt auf Rekordniveau
 
Versicherer rechnen mit weniger Neugeschäft
Versicherer rechnen mit weniger NeugeschäftVersicherer rechnen mit weniger Neugeschäft
Versicherer rechnen mit weniger Neugeschäft
 
Liquidity for advanced manufacturing and automotive sectors in the face of Co...
Liquidity for advanced manufacturing and automotive sectors in the face of Co...Liquidity for advanced manufacturing and automotive sectors in the face of Co...
Liquidity for advanced manufacturing and automotive sectors in the face of Co...
 
IBOR transition: Opportunities and challenges for the asset management industry
IBOR transition: Opportunities and challenges for the asset management industryIBOR transition: Opportunities and challenges for the asset management industry
IBOR transition: Opportunities and challenges for the asset management industry
 
Fusionen und Übernahmen dürften nach der Krise zunehmen
Fusionen und Übernahmen dürften nach der Krise zunehmenFusionen und Übernahmen dürften nach der Krise zunehmen
Fusionen und Übernahmen dürften nach der Krise zunehmen
 
Start-ups: Absturz nach dem Boom?
Start-ups: Absturz nach dem Boom?Start-ups: Absturz nach dem Boom?
Start-ups: Absturz nach dem Boom?
 
EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2, April 2020
EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2, April 2020EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2, April 2020
EY Price Point: global oil and gas market outlook, Q2, April 2020
 
Riding the crest of digital health in APAC
Riding the crest of digital health in APACRiding the crest of digital health in APAC
Riding the crest of digital health in APAC
 
EY Chemical Market Outlook - February 2020
EY Chemical Market Outlook - February 2020EY Chemical Market Outlook - February 2020
EY Chemical Market Outlook - February 2020
 
Jobmotor Mittelstand gerät ins Stocken
Jobmotor Mittelstand gerät ins Stocken Jobmotor Mittelstand gerät ins Stocken
Jobmotor Mittelstand gerät ins Stocken
 
Trotz Rekordumsätzen ist die Stimmung im Agribusiness durchwachsen
Trotz Rekordumsätzen ist die Stimmung im Agribusiness durchwachsenTrotz Rekordumsätzen ist die Stimmung im Agribusiness durchwachsen
Trotz Rekordumsätzen ist die Stimmung im Agribusiness durchwachsen
 
Rekordsummen für deutsche Start-ups
Rekordsummen für deutsche Start-upsRekordsummen für deutsche Start-ups
Rekordsummen für deutsche Start-ups
 
Deutschlands börsennotierte Unternehmen werden weiblicher
Deutschlands börsennotierte Unternehmen werden weiblicherDeutschlands börsennotierte Unternehmen werden weiblicher
Deutschlands börsennotierte Unternehmen werden weiblicher
 
EY Q1 2020 price point
EY Q1 2020 price pointEY Q1 2020 price point
EY Q1 2020 price point
 

Baromètre EY du capital risque en France - Bilan annuel 2015

  • 1. Baromètre du capital risque en France #EYBaroCR Bilan annuel 2015
  • 2. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Franck Sebag Associé EY en charge du secteur VC-IPO en France Quelle année ! Avec près de 2 milliards d’euros de fonds levés en France en 2015, les investissements en faveur des start-ups françaises ont franchi un nouveau cap et explosé les compteurs des pronostics les plus optimistes, pour atteindre 1,809 Md€ en 484 opérations. Il faut dire que l’année avait démarré sur des chapeaux de roue : au premier semestre 2015 déjà, les fonds levés (759 M€ en 244 opérations) atteignaient en effet presque le niveau des montants levés sur l’ensemble de l’année 2014 (897M€ en 372 opérations). La France conserve sa 3ème place sur le podium des pays européens, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne, en termes de montants levés. Dans le sillage de l’excellent cru 2014, un nouveau cap a également été franchi cette année en termes de volumes d’opérations, avec deux levées de plus de 100M€. On observe une augmentation du ticket moyen avec 3,7 M€, contre 3,1 M€ en 2014, et un grand nombre d’opérations supérieures à 10M€. Ces gros tickets ont été concentrés principalement dans le secteur des Services Internet. Blablacar, qui s’était déjà distinguée l’année dernière par une levée de fonds record de 100 M$ (73M€), domine à nouveau le palmarès en 2015 avec une levée spectaculaire de 177M€, saluée dans un tweet du Ministre de l’économie : « Bienvenue chez les (très) grands. Et bravo ! ». Valorisée à 1,6 Md$, la start- up a rejoint le club très prisé des 147 licornes au monde. Saluons également la levée de fonds de 100 M€ réalisée par la start-up toulousaine Sigfox, opérateur télécom spécialisé dans les objets connectés, qui peut laisser présager une prochaine entrée dans le club très fermé des licornes françaises. Les Cassandre verront dans ces chiffres spectaculaires, jamais vus depuis les années 2000, le spectre de la bulle planer à nouveau sur les valeurs Internet et technologiques. Cette analyse, qui peut se comprendre lorsque l’on se base sur la seule similitude des chiffres entre 2000 et 2015, doit cependant être nuancée à la lumière de fondamentaux totalement différents. Tout d’abord, la barrière à l’entrée que représentait le coût de lancement s’est levée : là où il fallait à l’entrepreneur un capital de départ de 5M $ en 1995, aujourd’hui, les technologies d’open source et la diminution des frais de stockage ont fait considérablement baisser cette somme (environ 5K $ en 2014). Ensuite, la maturité digitale et technologique des utilisateurs ouvre à ces start-up « born global » un accès immédiat à ce marché mondial à taille critique. Enfin, rappelons que les consommateurs que nous sommes n’ont jamais été aussi avides en matière d’utilisation de nouveaux services. Des chiffres, certes record en 2015, mais qui traduisent une transformation profonde à l’heure où nous changeons de cycle et de modèles économiques. L’écosystème du financement est bien là, et a démontré son efficacité, pour preuve le dynamisme sans précédent de l’entrepreneuriat français, mais il est urgent de passer à la vitesse supérieure. Car si l’agglomération parisienne abrite 12 000 jeunes pousses, dont 4 000 dans Paris intra-muros, soit plus qu’à Londres ou Berlin, la France, avec 1 licorne arrive encore en 5ème position du palmarès des 39 licornes de la zone EMEIA, derrière le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne et la Russie. Au-delà de ce benchmark européen, c’est en traversant l’Atlantique que l’on peut saisir l’urgence de mobiliser la force de frappe du financement pour faire grandir des licornes françaises : les champions agiles de la nouvelle économie cotés au Nasdaq affichent une jeunesse insolente, à l’instar des GAFA âgés en moyenne de moins de 30 ans, là où notre CAC 40 pourrait faire figure de panthéon du haut de ses 101 d’âge moyen. Gageons que le dynamisme exponentiel et ininterrompu depuis 3 ans du capital risque en France saura relancer notre ascenseur économique pour propulser nos jeunes pousses dans les pas de jeunes géants comme Alphabet, devenue désormais la plus grosse capitalisation boursière au monde. « La France, ce pays qui crée des start- up à la chaîne ! », Capital, 09/06/2015
  • 3. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 2013 2014 2015 Historique 1,809 Md€ levés en 484 opérations avec un montant moyen de 3,7 M€. #EYBaroCR 973 M€ pour 386 opérations 897 M€ pour 372 opérations 1,809 Md€ pour 484 opérations
  • 4. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Investissements par secteur Le secteur des Services Internet domine le palmarès En 2015, les gros tickets ont été concentrés principalement dans le secteur des Services Internet, qui retrouve sa première place, cédée momentanément au premier semestre au secteur technologique, dans le Top 5 sectoriel en attirant un tiers des investissements cette année soit presque deux fois plus de capitaux que l’année dernière (609 M€ en 2015 contre 347 M€ en 2014). Notons que la Fintech, qui avait fait une entrée très remarquée au premier semestre 2015 dans ce Top 5, maintient sa 5ème place avec 79 M€ levés en 16 opérations. #EYBaroCR
  • 5. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Investissements par stade de maturité 2015 Total des investissements Montant moyen investi 2014 Total des investissements Montant moyen investi #EYBaroCR
  • 6. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Top 5 des investissements #EYBaroCR
  • 7. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Interview Sébastien Fabre Président Directeur Général & fondateur de Vestiaire Collective Créée en 2009, la plateforme communautaire d’achat- vente de vêtements et d’accessoires de mode d’occasion, luxe et haut de gamme, a finalisé en septembre une levée de fonds de 33 millions d’euros. Retour sur l’une des 5 meilleures levées de l’année, menée par Eurazeo Croissance, nouvel investisseur au capital, et accompagnée des investisseurs historiques Idinvest Partners, Balderton Capital, Condé Nast et Ventech. 1) Votre levée de fonds de 33 millions d’euros fait partie du TOP 5 des levées 2015 en France, comment s’est-elle passée ? Elle s’est très bien déroulée ! Nous sommes entrés dans une phase d’hyper croissance, avec un business model établi et mature : dans ces conditions, il est forcément plus facile de lever de l’argent. Pour chaque tour, nous avons eu la chance de pouvoir choisir la typologie des investisseurs que nous voulions faire rentrer à notre board et apporter ainsi de la valeur ajoutée. Nous voulions à nos côtés des investisseurs ayant une philosophie entrepreneuriale, qui, au-delà d’être dans une simple logique de reporting, nous accompagneraient dans chaque étape de notre développement. 2) Pourquoi avoir levé une telle somme ? Les premières années de Vestiaire Collective ont été consacrées au développement de l’outil afin de nous permette d’avoir un catalogue d’articles divers, de qualité, et différenciants de nos concurrents. Nous avons réussi, en quelques années, à créer en Europe une vraie place de marché, constituée d’une vingtaine de pays qui alimentent notre plateforme et génèrent des ventes dans une quarantaine de pays. Si aujourd’hui, nous ne sommes pas encore rentables, cette levée de fonds va nous permettre, d’une part d’aller à la profitabilité totale du groupe, mais aussi de poursuivre notre croissance sur le territoire européen et enfin d’aborder progressivement le marché Nord-Américain, qui est aujourd’hui le plus grand marché e-commerce au monde. Notre ambition est de devenir d’ici 3 ans le leader mondial de la vente de produits de mode d’occasion en ligne. 3) Les investissements en faveur de l’économie collaborative se multiplient ces dernières années, comment l’expliquez-vous ? De manière générale, on sent une tendance de fond et un éveil de la conscience collective en faveur de cette sphère de l’économie collaborative et circulaire.
  • 8. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Interview Sébastien Fabre Président Directeur Général & fondateur de Vestiaire Collective Suite question 3 Aujourd’hui, nous regardons tous l’économie avec un œil différent et ce type de plateforme revêt une forte dimension économique, sociale et environnementale, qui peut expliquer l’engouement des investisseurs. Si nous prenons notre exemple, il y avait un vrai intérêt à remettre sur le marché des articles à forte valeur ajoutée qui dormaient dans les placards de nos utilisatrices. D’une certaine manière, nous avons démocratisé le luxe en permettant à population plus jeune et moins aisée d’avoir accès à ces pièces haut de gamme à prix réduits. 4) Comment vous démarquez-vous de vos concurrents auprès des investisseurs ? Les investisseurs ont apprécié notre approche respectant les codes de l’industrie de la mode. En effet, en apportant de la réassurance et de l’éthique au marché secondaire, nous permettons aux articles peu portés des saisons précédentes de trouver un nouveau souffle en conservant une cote élevée. Notre modèle est unique et possède trois piliers. En amont, notre équipe de stylistes sélectionne les articles en fonction de critères de style et de saison. En aval, chaque produit est soigneusement contrôlé et authentifié par notre équipe d’experts, avant d’être expédié à son acheteur final. Enfin, nous avons intégré très rapidement une dimension communautaire qui permet à nos 4 millions d’utilisateurs, passionnés de mode, d’échanger sur la plateforme. 5) 2015 a été une année record en termes d’investissement, notamment en France, comment voyez- vous l’année 2016 ? Je suis extrêmement confiant ! Nous avons créé Vestiaire Collective il y a six ans, nous avons vu les choses évoluer en France, et c’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons fait notre dernier tour avec un fonds français. Je me souviens de cette phrase qui disait « en France, nous n’avons pas de pétrole mais nous avons des idées » : elle résume à mon sens assez bien l’état d’esprit de la « French touch ». La France est une vraie terre d’innovation, de créativité avec une forte culture entrepreneuriale, désormais reconnue et louée de toutes parts. Si bien qu’aujourd’hui, les investisseurs Français, jadis focalisés sur l’amorçage, arrivent à financer aujourd’hui du Late Stage Venture. Nous avons tout le potentiel pour nous rapprocher de manière organique vers la deuxième place européenne !
  • 9. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Perspective européenne Top 3 des investissements au sein de l’UE en 2015 Avec près de 2 milliards d’euros levés, la France a bel et bien confirmé son poids dans l’écosystème européen du capital risque en 2015 ! Elle conserve d’ailleurs sa deuxième place en Europe en nombre d’opérations réalisées, derrière le Royaume-Uni, mais devant son rival l’Allemagne, avec qui elle reste au coude-à-coude. #EYBaroCR
  • 10. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Méthodologie Le Baromètre EY du capital risque en France recense les opérations de financement en fonds propres des entreprises en phase de création ou durant les premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier au 31 décembre 2015, publiées avant le 14 janvier 2016. Les données françaises présentées dans ce baromètre sont basées sur les données Dow Jones VentureSource, CFNEWS et Capital Finance. Les données européennes sont basées sur les données Dow Jones VentureSource et CB Insights. Le traitement de ces données et l’analyse sont issus de la méthodologie EY et réalisés par Ernst & Young et Associés. Nous prenons en compte dans cette étude uniquement les opérations dont le montant est communiqué publiquement. Le secteur des services Internet regroupe des activités telles que l’e-commerce, le marketing à la performance (lead, référencement), le géomarketing ou les applications mobiles. Le secteur des Life Sciences regroupe les secteurs biotech et medtech. #EYBaroCR
  • 11. Baromètre EY du capital risque en France ………………………………………………………………………………….. Bilan annuel 2015 Contacts Franck SEBAG Associé EY en charge du secteur VC-IPO en France @frsebag Nadège Abdou-Brahim Chef de projet Marketing - Start-up - VC @nadege_AB Bonnie Olivier Relation médias @BonnieOlivier #EYBaroCR