SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  16
Télécharger pour lire hors ligne
France
Ukraine
Cameroun
Roumanie
RDC
Décembre 2016
94 « Un geste chrétien dans un monde qui souffre »
DirecteurdepublicationJean-MarcSEMOULIN
Editeur
MiseenpageJacques-OlivierNICOLAS
Impression2GImpression13ruedesFontenelles78920Ecquevilly
SiègesocialEspaceHumanitaireet Citoyenneté-ZACdupetitParc13 ruedesFontenelles78920ECQUEVILLY-
Tél 01 34755615-Fax013475 93 79-esperance@lagerbe.org
Gîted’accueild’urgenceFermeClaris-30350 LEZAN-Tél/Fax04 66 92 01 08-claris@lagerbe.org
Décembre 2016
94
Association Chrétienne de Solidarité Internationale
Association loi 1901 créée en 1988
déclarée en Sous-Préfecture de Mantes la Jolie sous le n° 0781007848
n° Siret 419 824 669 000 40 APE : 9499Z -
Habilitée à délivrer des reçus fiscaux et à percevoir des dons ISF.
France : CCP : 46 261 09 V - LA SOURCE
Suisse : en passant par la Fondation Mon Rocher
Abonnementannuel :10 €/4 numéros
N° ISSN : 1259-3621 - Commission Paritaire : 1008 G 78454 -
Dépôt légal : à parution
Journal d’information - Tirage : 3 500 exemplaires
Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit
d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers
EDITO
En RDC, le docteur Tony parcourt des centaines de kilomètres à moto pour aller
soigner les plus isolés de tous, tout en étant en contact avec les autorités du pays. En
Ukraine, notre partenaire Vadim vient d’être reçu au Parlement pour exposer les besoins
des orphelins et encourager à des actions en leur faveur. En Roumanie, Mihai et Rodica,
eux-mêmes touchés par le handicap, se font la voix de tous ceux qui luttent au quotidien
avec une mobilité réduite, auprès des autorités d’Arad et des environs. Au Cameroun,
l’association Fareso monte une action qui sera validée avec l’implication des pouvoirs publics.
A Lézan, les Etoiles demandent un contact encore plus soutenu avec les collectivités locales et
les autorités. A l’occasion des 10 ans du chantier d’insertion d’Ecquevilly, les anciens salariés qui
ont pris la parole ont été salués par des représentants des mairies, du Département et de l’Etat...
Oui, nous sommes dans un monde où la parole de l’évangile constitue une interpellation
adressée à tous, et pas seulement à « ceux qui croient ». La lumière de la vie n’est pas faite pour
être mise sous un couvercle, disait Jésus, mais sur le pied de lampe.
Dire ce que nous faisons, présenter nos projets en toute clarté et transparence est une de nos
exigences à La Gerbe. Chacun est ensuite appelé à prendre ses responsabilités, les décideurs
politiques, l’association de solidarité que nous représentons, les citoyens que nous sommes
tous, chaque famille et finalement chaque personne.
Les conséquences sont parfois imprévisibles, contrariantes ou au contraire positives, mais le
bonheur ne réside pas dans notre succès. Jésus nous a appris par sa venue que le bonheur c’est
de se mettre en route dans un esprit « de pauvre » et que la force du chemin et du combat, c’est
de se savoir aimé. Cette paix se situe au-delà de l’aridité du temps, mais elle nous permet d’y
vivre totalement présents. Nous la souhaitons à tous en ce temps de Noël.
L’équipe de rédaction
France - Ferme Claris ......................................................................... p 3-7
Cameroun - Fareso............................................................................... p 7
RDC - Sur les routes.................................................................................. p 8
Ukraine - Au parlement........................................................................... p 9
Roumanie - Retour de mission ......................................................... p 10-13
France - Chantier insertion ............................................................... p 14-16
France - BD Max ................................................................................. p 16
S o m m a i r e
La Gerbe est membre de :
Nos partenaires :
www.lagerbe.org	 www.facebook.com/esperance.lagerbe	 twitter.com/lagerbe
22
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence & pension de famille
En plus de la
ferme Claris,
gîte d’accueil
d’urgence,
l’association
La Gerbe gère
à Lézan depuis
2013 une pension de
famille de dimension
modeste (7 appartements),
accueillant des personnes
seules et une ou deux familles
monoparentales. La situation en milieu
rural, où l’association a tissé des liens avec de
nombreux acteurs (école, municipalité, associations),
et l’implication d’habitants du village, favorisent le lien
social.Le lieu offre la dynamique simultanée d’un
« vivre ensemble » et d’une ouverture vers l’autonomie.
Il a créé 1,2 emplois et son fonctionnement implique
salariés et bénévoles. Il bénéficie de l’expérience du gîte
d’accueil d’urgence voisin.
différents. Donc n’hésitez pas à vous
manifester dans cette dynamique !
Sara S.
L’ambiance actuelle est résumée par
une pensionnaire lors d’un conseil de
maison du lundi matin : « finalement
chacun peut donner de soi pour aider
les autres ». Il est vrai que depuis
septembre une dynamique collective
s’est instaurée : récolte et confiture
de figues, puis confection du sirop
de menthe et de mélisse cultivées au
jardin par Anouck,
s a n s o u b l i e r l a
journée de ramassage
des châtaignes chez
Camille Fages, avec
une bonne soupe en
pleine nature, et les confitures qui
s’ensuivent quelques jours après. Le
ramassage des olives chez Jean-Luc
Bernard motive même les plus
nonchalants, chacun s’affaire à son
arbre ; la pluie seule nous arrêtera. Du
côté du futur terrain potager (merci
M. Lauron), ce sont les nombreux
efforts de pompage jour après jour
pour déboucher le forage, avec l’aide
de Maxence et de Marc et puis l’eau
finit par jaillir sans discontinuer,
la réserve se remplit et c’est la fête
avec pique-nique champêtre. Bientôt
voici l’arrachage des affreux rhizomes
d’armoise, cette plante envahissante,
avant l’arrivée d’une tonne de fumier.
Le camion s’enlise mais heureusement
le voisin nous secourra avec son
tracteur.
Dynamique participative
Espace de Vie Sociale  : première
réunion du comité d’adhérents le 14
novembre, le soir où la lune était si
proche de la terre, phénomène assez
rare et sublime (environ tous les
70 ans), digne d’être mentionné. Bien
différemment de nos réunions, qui
devraient être trimestrielles.
Etaient présents Marie (présidente de
session et instigatrice de la réunion),
Martine et Philippe; Khadi, Denis,
Marc et Senia de la Maison d’à Côté;
Martine du village, et moi-même de
la Ferme Claris. Cette réunion était
ouverte à tous ceux qui sont impliqués
de près ou de loin, équipe encadrante
et bénéficiaires de l’Espace de Vie
Sociale.
La réunion très bien orchestrée par
Marie avait pour but d’échanger
autour de tout ce qui se passe au sein
de cet Espace. Outre le programme
bien rempli que j’évoquerai plus
bas, Philippe en a profité pour nous
rappeler les bases de l’association La
Gerbe : association de solidarité et
d’espérance qui nous engage ensemble
pour un projet de vie meilleure.
Pour y parvenir,
l’Espace de Vie
Sociale propose des
rencontres autour
d’activités variées avec
des personnes d’horizons différents.
Outre les ateliers hebdomadaires,
n’oublions pas les événements
ponctuels organisés tout au long
de l’année. A noter : la brocante
solidaire de Noël (le 10 décembre), la
participationaumarchédeprintemps,
la kermesse, l’exposition de l’atelier
artistique “Copains des Arts” à la
Ferme Claris et à la Bibliothèque
municipale, les contes et les spectacles
de la Ronde des Etoiles, et également
les repas festifs pour célébrer le “vivre
ensemble”, dans la tolérance avec nos
différences.
Cette première réunion a également
servi à lancer des idées pour la
pérennisation et l’enrichissement
de l’Espace de Vie Sociale que
nous partageons tous à des degrés
«Finalement chacun
peut donner de soi
pour aider les autres»
3
Décembre 2016
94
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence & pension de famille
Sylvie vient
v o l o n t i e r s
le jeudi au
«  repas des
voisins  » avec
son compagnon
P h i l i p p e , u n
ancien locataire de
la pension. Le même
jour se tient la brocante,
toujours bien présentée
par Kadi. Sylvie achète une
belle veste, et va l’offrir à Denise,
qui est toute émue. Et Philippe de
commenter : « c’est ça le bonheur ».
Du côté du travail en réseau,
l’association Reseda a commandité
une évaluation du travail accompli
sur le territoire d’Alès depuis 3 ans
en faveur des femmes victimes de
violence et de leurs enfants. Plusieurs
membres de l’équipe y participent,
ainsi que d’anciennes résidentes de
la Ferme Claris, occasion pour elles
de constater que leur parole est prise
en considération. Autre immersion :
une nouvelle visite au Mas de Carles,
ce lieu ouvert aux blessés de la vie, où
nous échangeons entre responsables
et résidents avec les représentants
de l’Etat sur la demande de
reconnaissance des Lieux à Vivre avec
leurs 4 caractéristiques (hébergement
durable, activité solidaire, vie en
commun, citoyenneté) soutenues
par une sorte de «  contrat de
compagnonnage ».
Et puis grand voyage collectif à Pujaut
pour le mariage des jeunes, Romane
et Renoir, expérience d’une ambiance
chrétienne fraternelle, avec ses chants
(« Tiens, celui-là on le connaît, on le
chante à la Ferme Claris le mercredi »)
et ses amitiés fidèles.
Du côté des Mille Couleurs, l’atelier
s’ouvre aux animateurs extérieurs,
avec Boris qui vient initier les enfants à
la reconnaissance des arbres. D’abord
en salle, et quelques semaines après,
dans les bois aux environs du village
de Lézan. Auparavant les jeunes
participants auront pris soin d’en faire
une visite découverte, à la recherche
des traces de l’époque médiévale.
Philippe Fournier
Lez’olives
Quand le soleil tiédit, que les feuilles
frissonnent et que l’automne habille
de couleurs de feu la campagne,
l’olivier demeure seul verdoyant,
chargé de son précieux fruit. Les
olives violettes, noires ou vertes se
cachent dans le feuillage qui frémit au
moindre souffle de vent.
Nous voilà équipés de nos échelles
et paniers, pleins d’espoir pour une
récolte prometteuse… enfin on
l’espère.
Nos mains glissent sur les branches
fines et flexibles pour recueillir les
fruits en remplissant nos sacs que
nous vidons dans des caisses. Les
enfants jouent sous les arbres, courent
dans l’herbe fraîche et s’arrêtent pour
découvrir une fleur, une petite bête.
On chante, on parle d’un arbre à
l’autre.
Il est temps de ramener notre récolte
à l’huilerie « Paradis » (c’est son nom)
qui donnera quelques litres d’huile.
On est si heureux d’avoir été dans
la chaîne de transformation des
zi-tounes, les olives …
Priscille Quintin
Collecte Nationale Banque
Alimentaire 2016
« Non merci, j’ai déjà donné ! »
Parfois pressés, gênés, souvent
bienveillants, généreux, les clients
du Lidl de St Christol sont accueillis
par le joyeux Bonjour de ceux qui
s’alternent pour animer le stand de
La Gerbe : membres de l’équipe,
stagiaires, résidents, bénévoles.
Pour la Ferme Claris, cette
collecte organisée par les Banques
Alimentaires permet de refaire les
stocks (aliments et produits
France
Lezan
4
Décembre 2016
94
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence & pension de famille
Vous avez dit service ?
Besoin d’un coup de main pour
déplacer un tas de fumier, déraciner
l’armoise qui envahit le terrain, ou
monter des meubles Ikea ? Maxence,
à votre service!
Un mot qui prend tout son sens
lorsqu’on travaille à la Ferme Claris.
Venir y travailler est un réel plaisir
car aucun jour ne se ressemble
et chaque tâche est intéressante et
bénéfique. C’est ce même mot qui
revient lorsque je présente mon
statut : Service Civique. Il s’agit d’un
volontariat effectué lors d’une année
que l’on met à part.
En bref, travailler à la Ferme Claris
c’est vraiment cool !
Maxence Huckel
Les Etoiles
Le chantier de La Passerelle a bien
progressé, c’est maintenant le temps
du ravalement de la façade et des
peintures.
Pour le Café de Lézan, les réunions
se suivent et les dossiers s’accumulent
pour réussir à glaner les fonds et
subventions diverses. La singularité
de ce projet multifonctionnel et
multipartenarial séduit beaucoup
(logement séniors, café associatif avec
ses activités et sa brocante, dortoir
pour randonneurs dans le grenier),
mais le rend plus complexe à monter.
LestablesrondesaniméesparCaroline
le jour du forum des associations ont
d’hygiène).
O c c a s i o n
d’aller à la
r e n c o n t r e
des personnes,
d e «   f a i r e
ensemble  » et
pour les bénévoles,
d’apprendre à mieux
connaître celui ou celle
que l’on ne fait que croiser
à la Ferme Claris ou la Pension.
Occasion de sourire parfois, avec
cette dame qui refuse le sac, revient
sur ses pas, le prend ; entre dans le
magasin, en ressort, le sac vide, -car
elle a oublié- ; entre à nouveau acheter
quelque chose pour nous le remettre.
Occasion de s’étonner avec cet
homme qui, laissant toute sa famille
dans la voiture, retourne acheter
quelque chose dans le magasin…
pour nous  ! Ou d’admirer cette
personne handicapée, qui a du mal à
extraire de son sac les provisions, mais
persévère pour accomplir son geste.
Occasion de rire même, lorsqu’une
autre dame sort plusieurs produits
d’un sac « Banques Alimentaires »
pour nous les donner, puis repart avec
ce sac sur la tête parce qu’il s’est mis à
tomber quelques gouttes.
Occasion de nous laisser surprendre
par cet homme qui nous tend son
propre sac de courses bien rempli,
sans rien dire ; puis voyant qu’on
n’ose pas, nous invite ainsi : « Allez-y,
prenez… je voudrais quand même
juste récupérer mon sac, s’il vous
plaît ! »
Occasiondegardersoncalme(n’est-ce
pas Stéphanie !) quand quelqu’un
passe de façon hautaine sans un mot.
Venue tenir le stand, Anna s’étonne
de la générosité des donateurs :
« Dans mon pays, ce n’est pas comme
ça, il n’y a pas cette solidarité entre les
riches et les pauvres. ». Et le soir, elle
nous confie la crainte qu’elle avait du
regard des autres : « J’avais peur que
les gens disent : - C’est quoi, ces gens
qui font la manche ? » et elle éclate
de rire, heureuse d’avoir participé, de
« l’avoir fait ! »
Quand vient l’heure des comptes, ce
sont 830 kg de produits qui ont été
récoltés. « Un peu moins que l’an
passé, constate Priscille ; mais cette
année, la récolte est de meilleure
qualité : un peu moins de pâtes, et
une bonne réserve de café, huile,
biscuits… »
C’est encore une bonne dose de
générosité, cette année. Un grand
merci à tous les donateurs.
Guylaine Brunel
5
Décembre 2016
94
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence & pension de famille
Courrier des lecteurs
Pour elles
Je suis malade,
Je suis blessée,
Alors je blesse
Puis je m’arrête.
Non, je veux plus serrer les
poings
En remuant ce couteau
Dans cette plaie qui s’ouvre.
Non, je me bats plus
avec cette justice
qui est pas juste
avec tous les autres.
Cette justice-là
elle me détruit,
elle me gagne,
elle serre mon ventre,
elle me fait mal,
elle est pas juste.
Oui, je me souviens de
mon enfant
qui dort.
Oui, il serre les poings
en fermant les yeux.
C’est pas un caprice.
C’est pas la colère.
C’est l’abandon
dans le sommeil,
la paix.
Je l’aime.
Il dort,
en paix
je dors,
apaisée
j’aime.
Thierry.
Un proverbe populaire dit:
“Dans la nuit noire, sur une
pierre noire, une fourmi noire,
Dieu la voit”. Décharge-toi sur
le Seigneur Jésus de tous tes
soucis car lui même prend soin
de toi (La Bible, 1 Pierre 5 v. 7)
L’ensemble de ces réalisations
représente un investissement
très important
pour l’association.
Pour suivre l’actualité n’hésitez
pas à vous connecter à la page
http://www.lagerbe-lezan.org/
projet-logement-solidaire
remporté un
vif succès.
Enfin, du côté
de Molières-
C a v a i l l a c
nous attendons
des nouvelles
des collectivités
locales.
Et pour finir, des
encouragements au
courrier :
Les “ouvriers du samedi” - Opération peinture et montage cuisine au studio de La Passerelle :
une étoile prête à s’allumer… et déjà des yeux qui brillent !
6
Décembre 2016
94
Courrier des lecteurs (suite)
« Je suis toujours émerveillée par ce que produit votre approche tellement respectueuse,
humble et aimante : une lueur d’espérance renaît dans les vies abîmées, le village se sent
concerné et une dynamique de mouvement, de développement, de vie, ne cesse de faire
grandir votre activité et votre renommée dans les alentours. N. »
« Quelle grâce qu’en équipe, vous acceptiez ces défis que l’Esprit vous suggère. Nous vous
aimons et aimons ce que vous faites. Paix et joie dans vos cœurs. M. »
« Avec le délitement du lien social et les difficultés qu’ont les pouvoirs publics à le susciter, ce n’est
pas le moment de déserter, et c’est à nous la société civile de nous manifester pour contribuer au travail
de fond que vous portez pour nos concitoyens les plus démunis, les plus en danger. Amicalement. P. »
Solidarité Internationale
Ce projet vise à créer des
activités génératrices de revenus
par une installation de déshydratation
de fruits et légumes alimentée par énergie
solaire.
Ferme Claris et Maison d’à Côté
Gite d’accueil d’urgence & pension de famille
Association FARESO
déshydratation solaire de fruits et légumes
France
Lezan
Cameroun
N’Tolo
Il s’agit de concevoir et de construire
un module de production d’électricité
par panneaux photovoltaïques en
vue d’alimenter un déshydrateur
destiné à la conservation des légumes
diminuer la consommation électrique
des déshydrateurs.
Jean-Marc Fages va se rendre au
Cameroun du 7 au 21 décembre afin
de régler différents points :
• les formalités administratives pour
le dépôt du permis de construire
(préparé par le cabinet d’architectes
Blanco de Bruxelles) ;
• les interventions concrètes du
Rotary Club de Douala (pour le
forage) ;
• l’information sur le projet à
l’ambassade de France à Yaoundé ;
• la finalisation de partenariats avec
les lycées ;
• la planification des travaux qui
seront faits par FARESO d’ici
mars 2017 (débroussaillage du
terrain, implantation du bâtiment,
creusement des trous pour les plots
de fondation).
Nous travaillons toujours à la
recherche de sources de financement
(mécénat, fondations…) et un
site internet dédié au projet sera
certainement disponible avant la fin
2016.
Jean-Luc Portalès
et fruits produits dans le foyer pour
enfants. Après le voyage d’études
agronomiques d’Océane Gimenez
cet été, voici maintenant le temps des
préparatifs pour la construction.
Sur le plan technique nous avons
passé un partenariat avec l’Ecole des
Mines d’Alès pour dimensionner des
échangeurs de chaleur à partir de
plusieurs sources d’énergie afin de
7
Décembre 2016
94
Au service de la population
Malgré les risques
L’association
Coeur de
Compassion
aide les femmes
victimes de
violences sexuelles
à retrouver santé et
situation sociale par
une aide médicale et
des activités génératrices
de revenu. Elle est basée à
Tshudi Loto, dans le Kasaï
Oriental.
RDC
Tshudi
Wanted
Nous continuons à soutenir le jeune
médecin, entre autre par un envoi de
matériel médical par container prévu
pour 2017.
Pour ce container, nous recherchons :
• tensiomètres stéthoscopes
• fils de suture
• bistouris électriques
• 1 microscope
• 2 centrifugeuses
• 2 lampes scialytique
• 2 tables d’accouchement
• 2 tables d’opération
• kits césarienne et hystérectomie
• 3 brancards roulants
Tony est à nouveau sur les
routes (dangereuses) de la
République Démocratique
du Congo pour servir la
population de ce pays. Depuis
1 mois et demi, il alterne les
missions médicales à Tshudi et
dans la province de Lomami.
Pour rallier cette province depuis
Tshudi, Tony parcourt, avec son
équipe, 200 km à moto, sur des
routes parfois impraticables, au point
qu’ils doivent faire certaines parties
du voyage à pied. Des routes où ils
risquent de croiser des soldats ou
des représentants de l’autorité qui
malheureusement abusent parfois de
leur pouvoir : dernièrement, Tony
s’est fait violemment frapper par l’un
d’eux. A cela s’ajoutent les possibles
pannes et accidents de moto.
Une fois arrivés, pas le temps de
se reposer. La province n’a pas vu
de médecin depuis 5 ans, aussi de
nombreuses personnes viennent voir
Tony, parfois pour des cas graves
ou urgents. Il effectue jusqu’à 60
consultations par jour et, avec son
équipe, a opéré une vingtaine de
patients en deux semaines. Ils ne se
sont arrêtés que lorsque le matériel
est venu à manquer.
Tony et son équipe ont aussi dû
palier à l’insuffisance de l’équipement
médical sur place, fabriquant
eux-même la table d’opération.
Ce passage dans la province de
Lomami leur a permis, entre autres,
de tester un projet de laboratoire
médical mobile. Ils ont pu réaliser des
analyses médicales de base, aidant à
établir certains diagnostics. Grâce à ce
projet,Tony et son équipe ont détecté
trois cas de lèpre dans la province et
ont pu les traiter rapidement.
Tony sillonne deux fois par mois les
routes du Sankuru et des provinces
alentour.
Voilà plus d’un mois qu’il n’a
pratiquement pas vu sa famille. Sa
dernière visite chez lui, à Lodja, a été
écourtée par une urgence médicale :
une femme âgée, isolée et vivant dans
un dénuement extrême, a été opérée
d’une tumeur maligne à Tshudi,
retardant son départ.
Tel est l’appel de Tony : soulager
la souffrance des personnes ou
populations oubliées de la RDC.
Un appel qui surpasse la fatigue, les
risques et l’éloignement de sa famille.
8
Décembre 2016
94
NOM : Prénom :
✄
Service Abonnement - esperance@lagerbe.org
LA GERBE ZAC du Petit Parc - 15 rue des Fontenelles - 78920 Ecquevilly
Adresse :
EmailVILLE :Code Postal : 
Depuis 2009 nous travaillons avec l’Ukraine pour répondre à des besoins d’équipements divers identifiés par nos correspondants. Hôpitaux,
centres de réhabilitation, orphelinats et homes d’enfants : les bénéficiaires se comptent en milliers de personnes. Ce travail efficace et constant,
notamment auprès des orphelins, a permis que se construisent des liens de confiance avec les autorités ukrainiennes au plus haut niveau de l’Etat.
L’association CHARITÉ
Reçue au parlement ukrainien
Recevoir Espérance en version papier
pour 2017 : ci-joint 10 €.
SOUTENIR la publication Espérance et les
abonnements gratuits : ci-joint 20 €.
Recevoir Espérance en version
électronique (remplir la case email)
NE PLUS recevoir Espérance.
SOUTENIR l’association : ci-joint un
chèque à l’ordre de la Gerbe de : _______ €
Pour les projets à ecquevilly et
international
pour les projets à Lézan
Abonnement
2017
10 €
Je désire :
Votre abonnement est à jour jusqu’à la date indiquée au dessus de votre adresse sur l’enveloppe.
Ukraine
Parlement
Le 2 novembre,
l o r s d e l a
s e s s i o n d e l a
Rada (parlement
ukrainien), Vadim
Dahnenko, le président de
“Charité” a pu ainsi partager sa
vision pour les orphelins et les enfants
d’Ukraine.
« Je suis très honoré d’être ici, sur
cette tribune qui a vu défiler tous les
présidents d’Ukraine. […]Aujourd’hui,
je veux vous parler de valeurs, de
valeurs pour les enfants. Je suis marié,
j’ai quatre enfants, et mon but est
que mes enfants vivent dans un bon
pays et deviennent de bons citoyens.
Je me souviens qu’un ministre a dit
un jour : «Il est impossible d’élever
correctement un enfant sans famille».
La première chose à transmettre à la
nouvelle génération, ce sont des valeurs
chrétiennes. Avec ces valeurs, nous
pouvons construire des familles solides,
qui construiront un pays fort.
Voici ma question pour vous
aujourd’hui : voulez-vous vivre dans
un bon pays ? Si oui, commençons
par construire des familles solides. Si
nous construisons des familles solides,
notre pays deviendra fort. C’est vrai,
aujourd’hui nous sommes confrontés à
de nombreux problèmes. Les divorces
et abandons d’enfants se multiplient.
Aujourd’hui, en Ukraine, il y a 700
orphelinats. Les enfants qui y sont
placés ne savent pas ce que veut dire
le mot «famille», c’est pour cela qu’en
grandissant, ils tombent dans la
délinquance. Quelqu’un m’a dit un
jour: « il faut visiter ces jeunes en prison
pour les aider à se réinsérer». Mais ce
qu’il faut avant cela, c’est aller dans
les orphelinats, et commencer le travail
avec ces enfants pour leur éviter la
prison plus tard.
Voici ma proposition : nous voulons
tous rejoindre l’Europe. Je suis d’accord
mais faisons en sorte que l’Ukraine
devienne un exemple pour l’Europe
et non l’inverse ! Que l’Europe
prenne exemple sur l’Ukraine pour
construire des familles solides. Je vous
propose de travailler à construire des
familles solides. »
Le ministre de la jeunesse a
répondu à ce discours :
« Beaucoup de choses intéressantes ont
été dites. Nous allons travailler avec
le parlement. Je suis d’accord avec
vous sur le fait que, dans la religion,
il y a des valeurs pour la famille.
C’est vrai qu’un enfant ne reste pas
longtemps petit. Il va grandir et c’est
lui qui construira notre pays. J’espère
que nous travaillerons ensemble. »
9
Décembre 2016
94
Mission RoumanieSuivi et rencontre des partenaires
Roumanie
Circuit
A l l e r
l à o ù
personne
ne va
Il y a des lieux
où l’on n’a
pas envie de se
rendre. Des maisons
décrépies, des routes
sinueuses, des villages
mal entretenus. Mais sait-on
vraiment ce qu’on y trouvera  ?
Une impression d’abandon, de la
saleté, une sensation de solitude, de
la méfiance ? Ces lieux nous rendent
plein d’appréhension. Parce qu’au
premier abord, ils semblent peu
accueillants, voire inquiétants. S’y
aventurer demande une bonne dose
de courage. Et pourtant... La maison
décrépie peut cacher un intérieur
chaleureux, la route sinueuse peut
mener vers de magnifiques paysages,
et le village peut être rempli d’enfants
souriants.
Trouver la richesse là où l’on
ne l’attend pas, c’est le pari que
font nos partenaires roumains.
Alors ils se tournent vers ceux qu’on
ne voit pas. Vers les personnes
handicapées qui ne sortent pas de
chez elles, vers les orphelins auxquels
on ne prête pas d’avenir, vers les
Roms que l’on met à l’écart, vers
les jeunes qui ne peuvent pas faire
d’études faute de revenus. Cela
demande du courage, du travail et
surtout de la ténacité. Mais en allant
là où personne ne va, il ne font pas
qu’apporter un soutien matériel, ils
changent aussi les regards. Un peu.
En se rendant sur place, on découvre
l’ampleur de projets dont on ne peut
avoir qu’un aperçu, vu de France.
Nous commençons notre visite par
l’ADMR à Arad. Rodi et Mihai
ont fondé cette association pour
soutenir les personnes souffrant d’un
handicap moteur qui restent seules
chez elles. Le manque d’équipement
et Cristian Mateescu veulent, c’est
permettre à ceux qui ont l’envie et
le courage de s’en sortir, d’aller de
l’avant. Cela peut passer par une aide
pour améliorer les conditions de vie
dans une maison (construction de
sanitaires ou accès à l’eau) ou encore
par un parrainage d’étudiants, dans
leur chemin vers un diplôme qui leur
ouvrira un meilleur avenir.
Voir tous ces projets, c’est se rendre
compte qu’à La Gerbe, lorsque nous
envoyons des meubles, des vêtements
ou des équipements médicaux,
nous ne faisons pas seulement un
don de matériel mais nous offrons
aussi la possibilité à ces associations
de développer leurs projets et de
transformer des vies.
Mélanie Huckel
Michaël Païta
et d’accessibilité mais aussi certaines
idées préconçues sont à l’origine de
cette situation, que l’ADMR veut
faire évoluer. Ainsi, ce qu’offrent Rodi
et Mihai aux personnes handicapées,
ce n’est pas simplement une paire
de béquilles ou une chaise roulante
qui leur permettront de sortir de
chez elles, mais aussi un espace de
rencontre qui les motiveront à sortir
et à ne plus rester seules.
Nous rencontrons ensuite Madalina
et Andrea, de l’ADDIP. Si ces jeunes
femmes parcourent des kilomètres
pourallerd’orphelinatsenorphelinats,
ce n’est pas seulement pour faire des
activités avec les adolescents mais
pour leur faire prendre conscience
de leurs capacités afin qu’ils prennent
leur vie en main. Grâce à leur travail,
alors que de nombreux orphelins de
Roumanie sombrent dans la drogue
ou la prostitution, se retrouvent en
prison ou dans la rue, les adolescents
qu’elles suivent rêvent d’un avenir
meilleur, à l’image des « anciens » de
l’ADDIP qui ont fait des études, ont
un métier et une vie indépendante.
C’est au tour de la MEV de nous
présenter son travail. Si le personnel
de l’association distribue des
vêtements ou autres à des familles
isolées, c’est pour les voir avancer par
les projets dans lesquels l’association
les accompagne. A l’image de la
famille Marti, avec laquelle nous
avons partagé un repas.
Pour finir, Bethel nous présente ses
projets : avant tout, ce que Maria
10
Décembre 2016
94
est une association caritative roumaine, fondée par Cristian et Maria Mateescu, qui intervient localement en appui aux personnes en situation de
précarité (soutien financier, médical, matériel, repas hebdomadaires, grâce aux bénéfices de 2 boutiques de vente de matériel d’occasion).
Bethel
Magasin de meubles
Chers amis lecteurs,
Nous avons reçu la visite de Daniela Tontsch,
présidente du Conseil National pour Disables-
Roumanie, au cours de laquelle a été signé avec
le président du Conseil Départemental d’Arad un
protocole de collaboration pour l’accessibilité des
personnes handicapées dans notre ville.
Comme chaque année, nous avons participé à la foire
annuelle des ONG d’Arad devant la Mairie avec un
stand de présentation.
A une autre occasion, j’ai pris part à
l’achèvement de la stratégie de santé locale proposée
par le maire d’Arad pour la période 2017-2020. Le 21
novembre 2016, nous attendons avec beaucoup de joie
la visite de Michael Paita de l’association La Gerbe avec
laquelle nous avons un partenariat depuis 2003 pour la
distribution gratuite de matériel médical.
Pour le 3 décembre, la “Journée Internationale des
personnes handicapées”, nous allons organiser une
manifestation dans la rue devant les autorités d’Arad
pour leur demander de respecter les droits approuvés
par la Commission Européenne en faveur des personnes
ayant une déficience. Nous allons protester également
contre la fermeture du seul centre de Roumanie pour le
soin des personnes touchées par la myopathie.
Nous vous souhaitons JOYEUX NOEL ET BONNE
ANNEE 2017 dans la paix et la joie du Christ.
Bien amicalement,
Mihai et Rodi FIGHIR,
L’ADMR permet à chacun de voir son quotidien facilité et pour certains, d’avoir une vie transformée au travers de don de matériel médical
(fauteuils roulants, béquilles…). Mihai et Rodica Fighir, les dirigeants de l’association, eux mêmes touchés par le handicap,
s’efforcent de créer des opportunités pour offrir à leurs membres une vie un peu plus colorée.
ADMR
Porte parole devant les autorités
Roumanie
Ploiesti
Roumanie
Arad
Depuis
p l u s i e u r s
années Bethel
aménage et
améliore son
lieu de stockage
afin d’en faire
un nouveau lieu
de vente pour les
meubles de grande taille.
Désormais leur entrepôt
est aussi un showroom agréable
pour les buffets et autres canapés.
Afin d’optimiser leurs ventes Maria et
Cristian n’ont pas hésité à investir
dans un nouvel espace où un ébéniste
restaureetréparelespiècesdemobilier
trop défraîchies ou endommagées
pendant le transport. Bethel valorise
ainsi plus encore le matériel envoyé
par La Gerbe, et à Ploiesti se répand
petit à petit la nouvelle que du
mobilier de qualité est à vendre à bon
prix chez Bethel. Nous avons une
fois de plus constaté le souci constant
de Cristian et Maria pour le bon
fonctionnement des magasins, mais
aussi et surtout pour les familles que
Bethel aide grâce aux bénéfices des
ventes qui sont entièrement utilisés
pour les parrainages étudiants ou
l’amélioration des conditions de
vie de familles démunies. Maria et
Cristian vous transmettent leurs
salutations : «Nous voulons remercier
notre partenaire La Gerbe et tous
ceux qui ont aidés sur place pour
leurs efforts.»
Michaël Païta
11
Décembre 2016
94
Misiunea
Est Vest
Marta Oprita
dirige l’association
Missiunea Est
Vest, qui intervient
principalement
par des parrainages
d’enfants de familles
nombreuses, de l’aide
sociale auprès de familles
très démunies, et par de
la distribution de matériel
humanitaire. La MEV finance une
partie de ses projets par les bénéfices des
ventes d’un magasin de matériel d’occasion.
MEV
Soutien aux familles
Roumanie
Brasov
La famille des moutons
La fondation MEV porte au cœur
de sa vision de venir en aide
aux enfants pour leur permettre
d’envisager un futur porteur
d’espérance. Cela amène Marta et
toute son équipe à se tourner vers
les familles dans le besoin, pour
non seulement leur apporter une
aide matérielle mais aussi pour aider
parents comme enfants à s’emparer
d’une nouvelle vision pour leur
vie et leurs relations. C’est par
nature un travail de persévérance
et de dépassement de soi. S’investir
pleinement c’est s’ouvrir au risque
de connaître la frustration. Mais c’est
aussi se donner la chance de réussir.
Et parfois les belles histoires sont au
rendez-vous ! La famille Marti en
est un exemple. Marta a commencé
un travail avec eux il y a plusieurs
années. A l’époque ils possédaient
5 moutons. MEV en ajoute 1, 2, 3,
et jusqu’à 10. Laine, lait, fromage,
parfois de la viande : les moutons
se sont multipliés et ont apporté à
la famille un moyen de subsistance.
De leur côté, les équipes de MEV
ont mobilisé leur réseau pour amener
des acheteurs. Aujourd’hui les Marti
possèdent environ 200 moutons. Ils
n’en sont pas riches pour autant, mais
ils se suffisent à eux-même grâce à
leur travail permanent. Finalement,
grâce aux revenus du magasin, MEV
a pu ajouter un dernier cadeau pour
cette famille : l’installation de l’eau
courante sur leur propriété. Ainsi il
n’est plus nécessaire d’aller chercher
de l’eau chez le voisin pour abreuver
les bêtes. Une vision juste, de la sagesse
et de la solidarité, voilà peut-être les
ingrédients d’une belle histoire.
Lorsque la vie est chaque jour
un combat
Au d e l à d e s r e n c o n t r e s
extraordinaires que nous
réserve notre travail à la Gerbe,
certaines histoires nous laissent
dans l’incompréhension et la
douleur,comme celle de Bianca, 28
ans. Cette jeune femme au passé
traumatisé est aujourd’hui maman
de cinq enfants et plusieurs «pères»,
rarement bienveillants, se sont
succédés autour de ses enfants.
L’ actuel demeure présent lorsqu’il
en a le goût, c’est à dire rarement.
L’aînée des enfants a 11 ans. Elle aussi
se prénomme Bianca. En l’absence
d’un père digne de ce nom, elle a
pris la décision de se battre pour les
siens. C’est ce qui l’a amenée l’an
passé à frapper aux portes, dont celle
de Marta (présidente de la MEV),
pour récolter des pelures de pommes
de terre afin d’en nourrir ses frères
et sœurs. Mais son courage va plus
loin ; trop loin malheureusement...
C’est ainsi que la fillette a trouvé
le moyen d’aller couper du
bois pour en retirer un peu
d’argent. Cette initiative
louable lui a coûté trois
doigts. On aura sans
doute beaucoup de
mal à comprendre
comment une enfant
se retrouve à faire du
bûcheronnage... Mais c’est ainsi
que cette famille déjà vulnérable se
retrouve à devoir soigner une petite
infirme. La Fondation MEV les
soutient depuis plusieurs années déjà.
Et cette fois-ci encore, Marta et son
équipe répondent présentes. Bianca
a besoin de 8 opérations pour réparer
sa main. Le problème cependant,
c’est que Bianca est Rom et n’a aucun
état civil. Pour ainsi dire, d’un point
de vue administratif, elle n’existe
pas. Elle n’a donc droit à rien. C’est
donc MEV qui a payé tous les frais
médicaux jusqu’à maintenant. Pour
l’instant 3 opérations ont été menées
en plus des consultations préalables.
Il en reste 5 pour que Bianca retrouve
quelque peu l’usage de ses doigts... Le
drame qui se joue dans les village de
Roumanie, Marta vous le dira, c’est
que l’enfance n’a pas la part belle.
L’adolescence vous propulse malgré
vous dans le monde des adultes.
Travailler,fairedesenfants:à13ansou
moins, fini l’innocence. S’ensuivent
les violences qu’on connaît... Et celles
que nous ignorons. C’est à cela que
travaille la Fondation MEV. Ne pas
baisser les bras et travailler à changer
les mentalités, à proposer un autre
chemin. Un chemin
de vie cette fois-ci.
Michaël Païta
12
Décembre 2016
94
Lettre de nouvelles d’
Auprès des grands orphelins
La Gerbe et
la Fondation
«   Mission
Est-Ouest   »
sont à l’origine
de la création de
l’ADDIP en 2006,
afin de proposer aux
jeunes issus d’orphelinats
une formation et une
réintégration progressive.
Le Réfugié,
mon prochain
Comment aider les réfugiés en France ?
Cette aventure nous a menés à rencontrer de nouveaux besoins, de nouveaux défis,
de nouveaux amis, et même de nouveaux héros.
Ce travail a démarré en janvier 2016 par des voyages vers les camps de réfugiés du
nord. Depuis, notre aide s’est dirigée sur Paris où plusieurs centaines de réfugiés,
surtout d’Afghanistan et d’Afrique, ont fait des camps près des métros La Chapelle,
Eole, Stalingrad et Jaurès.
Depuis août 2016, les jeudis, nous avons préparé avec des bénévoles une
centaine de sandwichs à distribuer aux réfugiés. On remplissait
des coffres de voitures avec des vêtements, chaussures,
sac-à-dos, tentes, couvertures, produits d’hygiène,
etc., pour les donner dans la foulée. Depuis
novembre, la situation a changé. Les camps
de Paris ont été évacués et les réfugiés,
dispersés. Plusieurs ont été logés dans
des hôtels sociaux, des foyers et
des gymnases. Malheureusement,
la crise persiste, et les hommes,
femmes et enfants vivent souvent
dans de mauvaises conditions dans
ces lieux, et il reste toujours des personnes qui dorment dehors. Depuis la dernière
évacuation, au lieu d’aller vers les réfugiés dans la rue, nous les invitons à venir à
un endroit où nous donnons des sandwichs, des fruits, du thé et où ils peuvent
prendre des vêtements, chaussures et produits d’hygiène.
Nous avons fait la connaissance de nombreux amis parmi les migrants et plusieurs
d’entre eux participent en nous aidant à traduire, à distribuer, en offrant leurs
services comme la coiffure et l’animation à la Casbah. Nous donnons les sac-à-dos
avec des trousses de toilettes mais au delà, nous prenons le temps pour écouter
leurs histoires et leurs espoirs, et partager leurs besoins. Ce sont très souvent des
personnes qui ont tout perdu, fui une guerre, une crise humanitaire., perdu des
membres de leur famille. Bien entendu, ils nous racontent leur histoire seulement
quand ils sont en capacité de le faire, c’est souvent difficile.
Nous avons vu la transformation des camps, et aussi des
cœurs.
Merci à la Gerbe qui à plusieurs reprises a donné
des couvertures, des tentes, des vêtements,
notamment avant l’évacuation, pour des
personnes qui a cette époque dormaient
encore à l’extérieur.
Fatima
Association Eclat de soi
Un succès:
Aisa est une adolescente
d e R u p e a q u e n o u s
accompagnonsdepuismaintenant
3 ans, et nous voyons le résultat de cet
accompagnement aujourd’hui. Cet
automne, elle a déménagé à Brasov
parce qu’après avoir candidaté à
l’université, elle a été acceptée. Nous
l’avons aidée pour les papiers et
l’inscription, et nous la voyons une fois
par semaine pour l’accompagner afin
qu’elle s’acclimate aux changements
de ville, d’habitudes et de style d’en-
seignement. C’est pour nous très
important de voir que les adolescents
venus des orphelinats apprennent à
prendre confiance en les capacités que
Dieu leur a données et commencent à
avoir de grands rêves pour leur avenir.
Quand nous avons rencontré Aisa,
aller à l’université ne faisait pas partie
de ses plans d’avenir. Mais pendant
le temps que nous avons passé avec
Roumanie
Brasov
elle, elle s’est rendue compte de
l’importance des études.
Ceux d’hier pour ceux
d’aujourd’hui
L’idée centrale de ce projet est que ceux
qui ont quitté les orphelinats et qui
ont réussi leur vie aident ceux qui sont
aujourd’hui dans la même situation
qu’eux autrefois. Ainsi Maria, Cipri
et Alexandra ont pris un rôle de coach
auprès des enfants et adolescents des
orphelinats, et ils font toutes sortes
d’activités avec eux. Nous sommes très
heureux de la relation qui se développe
entre les adolescents et le groupe de
mentors.
Départ d’une collègue
Andreea faisait partie de notre équipe,
mais, vivant à 30 km de Brasov, elle a
décidé de chercher un autre travail.
Elle prenait le bus pour venir mais
aussi pour visiter les orphelinats
avec nous quatre jours
par semaine. C’est compliqué d’être
toujours dépendant du bus, car il est
souvent en retard et nous l’attendons
même l’hiver, quand il pleut ou qu’il
fait très froid. Pour elle, la difficulté
était double. Elle rentrait souvent
très tard chez elle, et ne pouvait plus
continuer ainsi. C’est avec tristesse que
nous avons accepté sa décision.
Un Noël spécial
Cet hiver, nous prévoyons de faire
un camp d’hiver pour 25 enfants et
adolescents des orphelinats. Nous
sommes très enthousiastes à l’idée
d’emmener ces enfants dans un camp,
leur parler du sens de Noël, fabriquer
des décorations, faire à manger,
jouer... Nous serons accompagnés
de trois bénévoles et deux membres
de l’ADDIP. Le camp se déroulera
entre le 16 et le 19 décembre près
de Brasov dans un endroit dédié à ce
genre d’événements. Le plus important
pour nous est de donner du temps et
des moments de qualité. Un cadeau
de Noël peut amener de la joie, mais
la joie due à un cadeau n’apporte ni
éducation ni souvenirs. Nous voulons
donner à ces enfants un cadeau spécial
qui les amènera à se rendre compte
qu’ils peuvent être plus que ce qu’ils
sont aujourd’hui.
Madalina
FRANCE
13
Décembre 2016
94
Chantier insertion
10 ans que fonctionne ce dispositif!
Depuis 2006, l’association La Gerbe porte un chantier d’insertion permanent. Le travail
réalisé par celui-ci vient soutenir les projets d’aide humanitaire, cœur historique de
l’association. Le dispositif Chantier d’Insertion vise à permettre à une personne sans emploi
de renouer avec le monde du travail. Un accompagnement individualisé social et professionnel
est associé à la reprise d’activité.
France
Ecquevilly
En 10 ans, 267 personnes loin de l’emploi
ont bénéficié d’un poste de 6 mois, dans le
but de se relancer vers un travail à plus long
terme ou une formation. Tous n’ont pas abouti,
mais pour beaucoup, ce contrat a constitué
une nouvelle chance. Ce 25 novembre, il fallait
prendre le temps d’une fête de reconnaissance.
En bref ? C’était le festival des
mercis !
• merci à ceux qui nous ont
honorés et réjouis par leur
présence,
• merci à nos anciens, si
nombreux à prendre le micro,
• merci pour les anciens qui, ne
pouvant pas venir, ont appelé
pour donner de leurs nouvelles,
• merci pour la participation des
partenaires et membres du comité
de pilotage
• merci pour tous les
encouragements reçus lors de cette
soirée,
• merci pour tout ce qu’on a appris
encore cette année,
• merci pour le challenge intérieur
permanent, individuel et en
équipe, que représente la vie du
chantier insertion...
• ... entre beaucoup d’autres mercis qu’on
rassemble comme une gerbe à élever vers le ciel !
Quelques extraits :
Mon contrat à La Gerbe, c’est une partie de ma vie,
ça m’a aidé à tracer mon chemin.
Saliha
Que Dieu vous bénisse tous. Je viens d’Erithrée.
J’avais beaucoup de problèmes de santé. (...) Quand
j’ai trouvé du travail, beaucoup de choses ont changé
dans ma vie. Vive la France !
Rahel
Travailler ici m’a permis de résoudre pas mal de
problèmes et de m’en sortir. On a appris pas mal de
choses.
Nadia
Je viens d’Afghanistan, en arrivant ici je me suis
trouvé dehors. Je dormais dans le bus de nuit, le
chauffeur me reconnaissait le matin. Vous, vous me
donnez quel âge? En fait, moi-même je ne sais pas
mon âge. Comme je ne savais pas si j’avais plus de
26 ans, je ne pouvais pas avoir le rsa donc il a fallu
plein de rendez-vous avec Mme Cuendet pour régler
plein de choses, et je suis revenu, et encore revenu,
et j’ai attendu, et au 4° rendez-vous heureusement,
elle a pu m’ embaucher. J’ai travaillé un an et demi
ici, ça m’a aidé beaucoup. Pendant mon contrat
ici, j’ai trouvé un petit logement hlm. Puis j’ai eu
mon permis, et le permis caces, et je suis maintenant
manutentionnaire, je travaille dans le bâtiment
à Levallois depuis que j’ai fini à La Gerbe. Je suis
devenu normal.
Gul
Je suis contente que la Gerbe tienne encore debout,
elle a changé ma vie. J’ai commencé le travail ici
en 2009. C’était chaud pour moi avant jusqu’à ce
que je travaille à La Gerbe et maintenant ma vie
est mieux.
Gladys
Je suis arrivé ici après l’Italie. J’ai une reconnaissance
travailleur handicapé et je trouve qu’ici l’équipe est
très accueillante. Il me reste 2 mois de contrat et je
suis vraiment content de travailler là.
Mouhamadou
Je remercie la France d’accueillir les réfugiés, merci
de m’avoir accueilli même si les débuts ont été
difficiles. J’ai été hébergé un moment au Bateau
14
Décembre 2016
94
Chantier insertion
10 ans : la parole aux anciens.
Je Sers de
Conflans et
puis ensuite
j’ai atterri
à Versailles
o ù ç a a
été difficile
jusqu’à ce que
je trouve un
hébergement en
foyer aux Mureaux.
A La Gerbe, je trouve
du travail et du français.
Phurbu
Je suis réfugié politique sahraoui,
je vis en France depuis 2011 mais
jusqu’à fin 2014 j’ai pas pu régler mes
problèmes. J’ai pas trouvé de travail
parce que je ne parlais pas français,
mais j’ai trouvé La Gerbe en décembre
2015. Merci la Gerbe! La première fois
que j’étais en France, j’ai pas trouvé
quelqu’un pour m’aider à lire le français
mais depuis un an, je lis le français,
12h par mois avec la professeur Anne,
c’est bien pour moi parce qu’enfin je
comprends le français. Je ne parle pas
bien encore. Mais je comprends mieux.
Aujourd’hui, merci, 2 camions par
mois à beaucoup de pays, c’est bien.
Lagdaf
Je suis algérien. J’ai jamais été à l’école,
en fait. Mais l’association m’a permis,
j’vais pas dire de lire couramment, mais
au moins d’apprendre à lire et à écrire.
Je remercie Sylvie et Jérôme et toute
l’équipe. J’sais pas quoi dire parce que
si j’commence à parler, je vais pleurer.
J’me souviens, un jour j’étais vraiment
en galère, y’a Jérôme il vient me voir
“t’inquiète pas, si ça va pas, on va faire
ça ou ça”. Des fois, je suis pas bien, et
Sylvie, j’sais pas comment elle fait, elle
reconnaît directement la personne qui
est pas bien et elle nous ramène dans
son bureau pendant 5-10 minutes, et
là, je ressors du bureau je suis vide,
incroyable. Comme si y’a un ange, en
fait. Et merci à Naima, c’est grâce à
Naima que je suis là.
Hammdane
Pendant mon travail à La Gerbe, j’ai
pu faire des démarches pour avoir
un logement, pour pouvoir un jour
récupérer mes filles. Maintenant j’ai
retrouvé certains droits de garde que
je n’avais plus, je suis très heureuse
de pouvoir voir mes filles bien plus
souvent. J’ai fait une formation agent
de restauration et maintenant je suis
en stage.
Sophie
Merci à tous pour la joie que j’ai eu
de vous envoyer les invitations une par
une : ça m’a fait penser à votre visage,
aux moments passés ensemble, les
moments faciles comme les plus difficiles,
j’étais déjà très émue en préparant tous
les courriers, je suis heureuse de vous
voir là.
Si le chantier existe, c’est parce qu’il y a
eu une décision de l’Etat. Cette décision
de l’Etat, c’est une très belle «boîte».
Mais ceux qui animent cette boîte, c’est
vous. Nous, on est juste la main pour
vous aider à grandir, à avancer dans vos
projets mais c’est vous qui faites vivre
tout cela.
J’aimerais aussi que vous vous disiez
que c’est pas un “seau d’eau” que vous
avez reçu, un seau qu’on devrait se
partager. C’est bien mieux: c’est une
rivière, et comme la rivière qui coule,
vous allez pouvoir rendre, transmettre
plus loin. J’ai beaucoup reçu dans ce
travail, aujourd’hui je rends ; vous avez
reçu, et à votre tour, vous avez chacun
une vocation, un projet à mener.
Parfois on est fatigué, on croit qu’on
n’a plus d’énergie, mais en fait, on est
rempli par l’amour qu’on reçoit quand
on donne. Ca aussi, c’est un très beau
projet. Je sais que tous les bénévoles
peuvent ressentir ça. Quand on donne,
on reçoit au
centuple et on
peut re-donner
encore à d’autres.
L’amour, ça n’a
pas de fin, c’est
une rivière, c’est
pas un seau
qu’on arrêterait de
distribuer un jour, ou qu’on devrait
garder pour soi dans la peur qu’un jour,
il n’y ait plus d’eau. Ce n’est pas parce
qu’on trouve un emploi que ça signifie
qu’on a retiré l’emploi à quelqu’un
d’autre. Au contraire! C’est quelque
chose qu’on va pouvoir faire fructifier.
Comme une graine qu’on plante et qui
porte elle-même de nouveau des graines,
encore plus qu’avant. Nous sommes tous
comme des plantes et nous sommes faits
pour semer, transmettre autant que
nous avons reçu.
Donc vous nous dites merci, mais moi
aussi je vous dis merci, parce que, ce que
vous avez reçu, moi aussi je l’ai reçu,
merci pour toutes ces belles personnes
que vous êtes et que j’ai rencontrées.
Sylvie
Grâce à vous, les salariés du chantier,
nous sommes très nombreux aujourd’hui
et sans vous, nous ne nous serions
jamais rencontrés. Grâce au courage de
ces personnes qui décident d’entrer dans
ce dispositif, tout à coup beaucoup de
personnes sont amenées à se rencontrer
et à travailler ensemble, et qui ne
l’auraient pas fait sinon. Donc quand
on parle d’insertion, on ne parle pas
seulement de vous qui êtes entrés dans
le chantier, mais de nous tous ensemble!
Donc comme je suis président de La
Gerbe, je rappelle juste ce qu’est une
gerbe.Dans la nature, ces tiges qui
portent des grains de blé sont chacune
différente, pas la même taille, pas le
même nombre de grains... Nous y
voyons un symbole : chaque personne est
unique et produit des choses différentes.
Mais l’important, c’est surtout que ces
tiges soient rassemblées pour constituer
une gerbe. Et nous? Ce qui nous
rassemble, ça peut être l’association, le
travail ; ça peut être l’amour comme
a dit Sylvie, tout à l’heure. Rahel a dit
merci à Dieu et ça peut aussi être ce lien
invisible qui nous tient tous ensemble.
15
Décembre 2016
94
Chantier insertion
10 ans : micro ouvert / extraits
N o u s
entendons
parler ici
f r a n ç a i s ,
arabe,anglais,
t i g r i n y a ,
t i b é t a i n ,
berbère, roumain,
kosovar et j’en
passe… Dans notre
langue, (je vous parle
d’une vieille langue qu’on
parlait ici il y a longtemps, le
latin), le mot “serere” voulait dire
“mettre en ligne”, ou“bien accroché”,
ça a donné le mot “serti”. Et on dit de
quelque chose qui est bien à l’intérieur  :
qu’il est “inséré”: “insertion” vient de là;
et à l’inverse, quand ça se défait, on
dit “de-sere”, c’est de là que vient le
mot désert; le désert, vous le connaissez,
(et peut-être même physiquement
pour certains d’entre vous, vous l’avez
traversé). Mais on peut
connaître aussi le désert
moral, familial ou affectif.
Ce qui nous est offert à
tous aujourd’hui, c’est
le contraire: c’est d’être
ensemble à l’intérieur de
cette immense «série» des
êtres humains. Quelqu’un
disait tout à l’heure qu’il était enfin
devenu “normal”. Sois-en sûr : tu étais
déjà quelqu’un de normal avant.
Et parce que chaque être humain a cette
dignité qu’on ne peut pas lui retirer, il
a sa place ici!
Philippe Fournier
[...]La misère est partout, il est facile
de la constater, mais beaucoup moins
de la corriger. Heureusement qu’il y
a quand-même des initiatives comme
celle-ci. Malgré l’aide de l’Etat et
des collectivités, monter un projet
d’insertion n’est pas chose facile et il
faut vraiment un gros travail de
tous les jours. Je salue le travail de la
gouvernance de l’association et de ses
employés. D’autre part, rendre pérenne
ce genre de structures n’est pas facile.
A La Gerbe vous avez passé le cap des
10 ans, vous allez maintenant pouvoir
aller au-delà de cette réussite.
Bernard Durupt,
1er adjoint de la ville des Mureaux
[...]Au nom des travailleurs sociaux,
je remercie en particulier Sylvie pour
la bientraitance et la bienveillance
dont elle fait preuve tous les jours. J’ai
vraiment confiance en l’avenir des
projets de La Gerbe parce qu’ils sont
portés par cette bienveillance. Donc
merci à tous et surtout à vous, les
anciens, pour vos beaux témoignages
qui renforcent encore notre idée sur le
projet.
Agnès Etendart
Conseil Général des Yvelines
[...]Tous ces témoignages de vos salariés
présents ou passés témoignent d’une
espérance. Cette espérance, c’est vous, les
salariés du chantier, qui la nourrissez,
c’est La Gerbe qui vous accompagne
grâce aux bénévoles et à l’équipe
d’encadrement et ce sont des parcours
de vie magnifiques. Un proverbe dit
que “tout seul on va plus vite, mais
ensemble on va plus loin”.
Bravo à tous.
Michel Garcia,
délégué du Préfet
Max et le pays en chantier
JeromeCuendet Décembre 2016
94

Contenu connexe

Tendances (20)

Rêve-Elle-Action de l'été 2018
Rêve-Elle-Action de l'été 2018Rêve-Elle-Action de l'été 2018
Rêve-Elle-Action de l'été 2018
 
Mars 2016
Mars 2016Mars 2016
Mars 2016
 
Espérance n° 86 - Décembre 2014
Espérance n° 86 - Décembre 2014Espérance n° 86 - Décembre 2014
Espérance n° 86 - Décembre 2014
 
Rêve-Elle-Action de l'été 2020
Rêve-Elle-Action de l'été 2020Rêve-Elle-Action de l'été 2020
Rêve-Elle-Action de l'été 2020
 
Etincelles d’Amour (Province de Sainte-Louise de Marillac - Asie)
Etincelles d’Amour  (Province de Sainte-Louise de Marillac - Asie)Etincelles d’Amour  (Province de Sainte-Louise de Marillac - Asie)
Etincelles d’Amour (Province de Sainte-Louise de Marillac - Asie)
 
Rêve-Elle-Action de l'été 2019
Rêve-Elle-Action de l'été 2019Rêve-Elle-Action de l'été 2019
Rêve-Elle-Action de l'été 2019
 
Avril 2016
Avril 2016Avril 2016
Avril 2016
 
Programmation de l'automne 2021
Programmation de l'automne 2021Programmation de l'automne 2021
Programmation de l'automne 2021
 
Programmation hiver-printemps 2022
Programmation hiver-printemps 2022Programmation hiver-printemps 2022
Programmation hiver-printemps 2022
 
Communiqu'ailes 2016
Communiqu'ailes 2016Communiqu'ailes 2016
Communiqu'ailes 2016
 
Juin 2016
Juin 2016Juin 2016
Juin 2016
 
Mai 2016
Mai 2016Mai 2016
Mai 2016
 
Esperance n°84
Esperance n°84 Esperance n°84
Esperance n°84
 
Communiquailes Octobre 2015
Communiquailes Octobre 2015Communiquailes Octobre 2015
Communiquailes Octobre 2015
 
La gerbe –lézan rapport activité 2015
La gerbe –lézan rapport activité 2015La gerbe –lézan rapport activité 2015
La gerbe –lézan rapport activité 2015
 
Animation et capsules historiques
Animation et capsules historiquesAnimation et capsules historiques
Animation et capsules historiques
 
Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020Sel infos Août 2020
Sel infos Août 2020
 
Esperance 87
Esperance 87 Esperance 87
Esperance 87
 
Communiqu'ailes
Communiqu'ailesCommuniqu'ailes
Communiqu'ailes
 
Livret de témoignages fiers du-service-public
Livret de témoignages fiers du-service-publicLivret de témoignages fiers du-service-public
Livret de témoignages fiers du-service-public
 

Similaire à Espérance 94

Quatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidaires
Quatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidairesQuatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidaires
Quatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidairesCommunicationADSD
 
Espérance n°85 - Septembre 2014
Espérance n°85 - Septembre 2014Espérance n°85 - Septembre 2014
Espérance n°85 - Septembre 2014Esperance La Gerbe
 
Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016
Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016
Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016DIOCESE SAINT-ÉTIENNE
 
Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018
Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018
Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018Senioriales
 
Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019SEL
 
La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016
La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016
La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016Esperance La Gerbe
 
Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016SEL
 
L'Essentiel d'Habitat et Humanisme
L'Essentiel d'Habitat et Humanisme L'Essentiel d'Habitat et Humanisme
L'Essentiel d'Habitat et Humanisme MarieSavereux
 
La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017
La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017
La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017DIOCESE SAINT-ÉTIENNE
 
Lettre du diocèse de Saint-Etienne N°38 mai 2016
Lettre du diocèse de Saint-Etienne  N°38 mai 2016 Lettre du diocèse de Saint-Etienne  N°38 mai 2016
Lettre du diocèse de Saint-Etienne N°38 mai 2016 DIOCESE SAINT-ÉTIENNE
 
Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...
Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...
Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...Maike Loes
 

Similaire à Espérance 94 (20)

Esperance 93
Esperance 93Esperance 93
Esperance 93
 
Quatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidaires
Quatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidairesQuatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidaires
Quatre Pages n°47 - Tous appelés à être solidaires
 
Espérance n°85 - Septembre 2014
Espérance n°85 - Septembre 2014Espérance n°85 - Septembre 2014
Espérance n°85 - Septembre 2014
 
Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016
Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016
Lettre du diocèse de Saint-Étienne n°37 avril 2016
 
Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018
Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018
Pipelette n°4 - Newsletter Senioriales du printemps 2018
 
Bulletin112 brioude
Bulletin112 brioudeBulletin112 brioude
Bulletin112 brioude
 
Esperance 88
Esperance 88 Esperance 88
Esperance 88
 
Bulletin Printemps 2010-FR
Bulletin Printemps 2010-FRBulletin Printemps 2010-FR
Bulletin Printemps 2010-FR
 
Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019Sel infos 142 Septembre 2019
Sel infos 142 Septembre 2019
 
Esperance 92
Esperance 92Esperance 92
Esperance 92
 
La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016
La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016
La Gerbe Rapport d'activité Lézan 2016
 
Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016Sel informations - JUIN 2016
Sel informations - JUIN 2016
 
L'Essentiel d'Habitat et Humanisme
L'Essentiel d'Habitat et Humanisme L'Essentiel d'Habitat et Humanisme
L'Essentiel d'Habitat et Humanisme
 
Malakocktail 79
Malakocktail 79 Malakocktail 79
Malakocktail 79
 
La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017
La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017
La lettre de l’Église de Saint-Étienne mars 2017
 
Lettre du diocèse de Saint-Etienne N°38 mai 2016
Lettre du diocèse de Saint-Etienne  N°38 mai 2016 Lettre du diocèse de Saint-Etienne  N°38 mai 2016
Lettre du diocèse de Saint-Etienne N°38 mai 2016
 
Argentré Infos Septembre/octobre 2017
Argentré Infos Septembre/octobre 2017Argentré Infos Septembre/octobre 2017
Argentré Infos Septembre/octobre 2017
 
Malakocktail 79
Malakocktail 79Malakocktail 79
Malakocktail 79
 
Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...
Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...
Messaggio della Consigliera per le Missioni - Sr. Alaide Deretti - 14 gennaio...
 
mereville echos #167.pdf
mereville echos #167.pdfmereville echos #167.pdf
mereville echos #167.pdf
 

Plus de Esperance La Gerbe

Rapport d'activité 2015 La Gerbe Ecquevilly
Rapport d'activité 2015 La Gerbe EcquevillyRapport d'activité 2015 La Gerbe Ecquevilly
Rapport d'activité 2015 La Gerbe EcquevillyEsperance La Gerbe
 
rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan
rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan
rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan Esperance La Gerbe
 
La Gerbe Ecquevilly Rapport d'activité 2014
La Gerbe Ecquevilly   Rapport d'activité 2014La Gerbe Ecquevilly   Rapport d'activité 2014
La Gerbe Ecquevilly Rapport d'activité 2014Esperance La Gerbe
 
Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)
Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)
Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)Esperance La Gerbe
 
Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...
Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...
Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...Esperance La Gerbe
 

Plus de Esperance La Gerbe (9)

Rapport d'activité 2015 La Gerbe Ecquevilly
Rapport d'activité 2015 La Gerbe EcquevillyRapport d'activité 2015 La Gerbe Ecquevilly
Rapport d'activité 2015 La Gerbe Ecquevilly
 
Esperance 89
Esperance 89 Esperance 89
Esperance 89
 
A5 verso
A5 versoA5 verso
A5 verso
 
CycloTour78
CycloTour78CycloTour78
CycloTour78
 
rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan
rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan
rapport d'activité 2014 La Gerbe Lézan
 
La Gerbe Ecquevilly Rapport d'activité 2014
La Gerbe Ecquevilly   Rapport d'activité 2014La Gerbe Ecquevilly   Rapport d'activité 2014
La Gerbe Ecquevilly Rapport d'activité 2014
 
Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)
Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)
Projet CAMEROUN - Module Autonome de Production (MAP)
 
Fête du racivs 04 10-14
Fête du racivs 04 10-14Fête du racivs 04 10-14
Fête du racivs 04 10-14
 
Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...
Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...
Réduction ISF : Quand l'Impôt de solidarité sur la fortune devient investisse...
 

Espérance 94

  • 1. France Ukraine Cameroun Roumanie RDC Décembre 2016 94 « Un geste chrétien dans un monde qui souffre »
  • 2. DirecteurdepublicationJean-MarcSEMOULIN Editeur MiseenpageJacques-OlivierNICOLAS Impression2GImpression13ruedesFontenelles78920Ecquevilly SiègesocialEspaceHumanitaireet Citoyenneté-ZACdupetitParc13 ruedesFontenelles78920ECQUEVILLY- Tél 01 34755615-Fax013475 93 79-esperance@lagerbe.org Gîted’accueild’urgenceFermeClaris-30350 LEZAN-Tél/Fax04 66 92 01 08-claris@lagerbe.org Décembre 2016 94 Association Chrétienne de Solidarité Internationale Association loi 1901 créée en 1988 déclarée en Sous-Préfecture de Mantes la Jolie sous le n° 0781007848 n° Siret 419 824 669 000 40 APE : 9499Z - Habilitée à délivrer des reçus fiscaux et à percevoir des dons ISF. France : CCP : 46 261 09 V - LA SOURCE Suisse : en passant par la Fondation Mon Rocher Abonnementannuel :10 €/4 numéros N° ISSN : 1259-3621 - Commission Paritaire : 1008 G 78454 - Dépôt légal : à parution Journal d’information - Tirage : 3 500 exemplaires Conformément à l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant dans nos fichiers EDITO En RDC, le docteur Tony parcourt des centaines de kilomètres à moto pour aller soigner les plus isolés de tous, tout en étant en contact avec les autorités du pays. En Ukraine, notre partenaire Vadim vient d’être reçu au Parlement pour exposer les besoins des orphelins et encourager à des actions en leur faveur. En Roumanie, Mihai et Rodica, eux-mêmes touchés par le handicap, se font la voix de tous ceux qui luttent au quotidien avec une mobilité réduite, auprès des autorités d’Arad et des environs. Au Cameroun, l’association Fareso monte une action qui sera validée avec l’implication des pouvoirs publics. A Lézan, les Etoiles demandent un contact encore plus soutenu avec les collectivités locales et les autorités. A l’occasion des 10 ans du chantier d’insertion d’Ecquevilly, les anciens salariés qui ont pris la parole ont été salués par des représentants des mairies, du Département et de l’Etat... Oui, nous sommes dans un monde où la parole de l’évangile constitue une interpellation adressée à tous, et pas seulement à « ceux qui croient ». La lumière de la vie n’est pas faite pour être mise sous un couvercle, disait Jésus, mais sur le pied de lampe. Dire ce que nous faisons, présenter nos projets en toute clarté et transparence est une de nos exigences à La Gerbe. Chacun est ensuite appelé à prendre ses responsabilités, les décideurs politiques, l’association de solidarité que nous représentons, les citoyens que nous sommes tous, chaque famille et finalement chaque personne. Les conséquences sont parfois imprévisibles, contrariantes ou au contraire positives, mais le bonheur ne réside pas dans notre succès. Jésus nous a appris par sa venue que le bonheur c’est de se mettre en route dans un esprit « de pauvre » et que la force du chemin et du combat, c’est de se savoir aimé. Cette paix se situe au-delà de l’aridité du temps, mais elle nous permet d’y vivre totalement présents. Nous la souhaitons à tous en ce temps de Noël. L’équipe de rédaction France - Ferme Claris ......................................................................... p 3-7 Cameroun - Fareso............................................................................... p 7 RDC - Sur les routes.................................................................................. p 8 Ukraine - Au parlement........................................................................... p 9 Roumanie - Retour de mission ......................................................... p 10-13 France - Chantier insertion ............................................................... p 14-16 France - BD Max ................................................................................. p 16 S o m m a i r e La Gerbe est membre de : Nos partenaires : www.lagerbe.org www.facebook.com/esperance.lagerbe twitter.com/lagerbe 22
  • 3. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille En plus de la ferme Claris, gîte d’accueil d’urgence, l’association La Gerbe gère à Lézan depuis 2013 une pension de famille de dimension modeste (7 appartements), accueillant des personnes seules et une ou deux familles monoparentales. La situation en milieu rural, où l’association a tissé des liens avec de nombreux acteurs (école, municipalité, associations), et l’implication d’habitants du village, favorisent le lien social.Le lieu offre la dynamique simultanée d’un « vivre ensemble » et d’une ouverture vers l’autonomie. Il a créé 1,2 emplois et son fonctionnement implique salariés et bénévoles. Il bénéficie de l’expérience du gîte d’accueil d’urgence voisin. différents. Donc n’hésitez pas à vous manifester dans cette dynamique ! Sara S. L’ambiance actuelle est résumée par une pensionnaire lors d’un conseil de maison du lundi matin : « finalement chacun peut donner de soi pour aider les autres ». Il est vrai que depuis septembre une dynamique collective s’est instaurée : récolte et confiture de figues, puis confection du sirop de menthe et de mélisse cultivées au jardin par Anouck, s a n s o u b l i e r l a journée de ramassage des châtaignes chez Camille Fages, avec une bonne soupe en pleine nature, et les confitures qui s’ensuivent quelques jours après. Le ramassage des olives chez Jean-Luc Bernard motive même les plus nonchalants, chacun s’affaire à son arbre ; la pluie seule nous arrêtera. Du côté du futur terrain potager (merci M. Lauron), ce sont les nombreux efforts de pompage jour après jour pour déboucher le forage, avec l’aide de Maxence et de Marc et puis l’eau finit par jaillir sans discontinuer, la réserve se remplit et c’est la fête avec pique-nique champêtre. Bientôt voici l’arrachage des affreux rhizomes d’armoise, cette plante envahissante, avant l’arrivée d’une tonne de fumier. Le camion s’enlise mais heureusement le voisin nous secourra avec son tracteur. Dynamique participative Espace de Vie Sociale  : première réunion du comité d’adhérents le 14 novembre, le soir où la lune était si proche de la terre, phénomène assez rare et sublime (environ tous les 70 ans), digne d’être mentionné. Bien différemment de nos réunions, qui devraient être trimestrielles. Etaient présents Marie (présidente de session et instigatrice de la réunion), Martine et Philippe; Khadi, Denis, Marc et Senia de la Maison d’à Côté; Martine du village, et moi-même de la Ferme Claris. Cette réunion était ouverte à tous ceux qui sont impliqués de près ou de loin, équipe encadrante et bénéficiaires de l’Espace de Vie Sociale. La réunion très bien orchestrée par Marie avait pour but d’échanger autour de tout ce qui se passe au sein de cet Espace. Outre le programme bien rempli que j’évoquerai plus bas, Philippe en a profité pour nous rappeler les bases de l’association La Gerbe : association de solidarité et d’espérance qui nous engage ensemble pour un projet de vie meilleure. Pour y parvenir, l’Espace de Vie Sociale propose des rencontres autour d’activités variées avec des personnes d’horizons différents. Outre les ateliers hebdomadaires, n’oublions pas les événements ponctuels organisés tout au long de l’année. A noter : la brocante solidaire de Noël (le 10 décembre), la participationaumarchédeprintemps, la kermesse, l’exposition de l’atelier artistique “Copains des Arts” à la Ferme Claris et à la Bibliothèque municipale, les contes et les spectacles de la Ronde des Etoiles, et également les repas festifs pour célébrer le “vivre ensemble”, dans la tolérance avec nos différences. Cette première réunion a également servi à lancer des idées pour la pérennisation et l’enrichissement de l’Espace de Vie Sociale que nous partageons tous à des degrés «Finalement chacun peut donner de soi pour aider les autres» 3 Décembre 2016 94
  • 4. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille Sylvie vient v o l o n t i e r s le jeudi au «  repas des voisins  » avec son compagnon P h i l i p p e , u n ancien locataire de la pension. Le même jour se tient la brocante, toujours bien présentée par Kadi. Sylvie achète une belle veste, et va l’offrir à Denise, qui est toute émue. Et Philippe de commenter : « c’est ça le bonheur ». Du côté du travail en réseau, l’association Reseda a commandité une évaluation du travail accompli sur le territoire d’Alès depuis 3 ans en faveur des femmes victimes de violence et de leurs enfants. Plusieurs membres de l’équipe y participent, ainsi que d’anciennes résidentes de la Ferme Claris, occasion pour elles de constater que leur parole est prise en considération. Autre immersion : une nouvelle visite au Mas de Carles, ce lieu ouvert aux blessés de la vie, où nous échangeons entre responsables et résidents avec les représentants de l’Etat sur la demande de reconnaissance des Lieux à Vivre avec leurs 4 caractéristiques (hébergement durable, activité solidaire, vie en commun, citoyenneté) soutenues par une sorte de «  contrat de compagnonnage ». Et puis grand voyage collectif à Pujaut pour le mariage des jeunes, Romane et Renoir, expérience d’une ambiance chrétienne fraternelle, avec ses chants (« Tiens, celui-là on le connaît, on le chante à la Ferme Claris le mercredi ») et ses amitiés fidèles. Du côté des Mille Couleurs, l’atelier s’ouvre aux animateurs extérieurs, avec Boris qui vient initier les enfants à la reconnaissance des arbres. D’abord en salle, et quelques semaines après, dans les bois aux environs du village de Lézan. Auparavant les jeunes participants auront pris soin d’en faire une visite découverte, à la recherche des traces de l’époque médiévale. Philippe Fournier Lez’olives Quand le soleil tiédit, que les feuilles frissonnent et que l’automne habille de couleurs de feu la campagne, l’olivier demeure seul verdoyant, chargé de son précieux fruit. Les olives violettes, noires ou vertes se cachent dans le feuillage qui frémit au moindre souffle de vent. Nous voilà équipés de nos échelles et paniers, pleins d’espoir pour une récolte prometteuse… enfin on l’espère. Nos mains glissent sur les branches fines et flexibles pour recueillir les fruits en remplissant nos sacs que nous vidons dans des caisses. Les enfants jouent sous les arbres, courent dans l’herbe fraîche et s’arrêtent pour découvrir une fleur, une petite bête. On chante, on parle d’un arbre à l’autre. Il est temps de ramener notre récolte à l’huilerie « Paradis » (c’est son nom) qui donnera quelques litres d’huile. On est si heureux d’avoir été dans la chaîne de transformation des zi-tounes, les olives … Priscille Quintin Collecte Nationale Banque Alimentaire 2016 « Non merci, j’ai déjà donné ! » Parfois pressés, gênés, souvent bienveillants, généreux, les clients du Lidl de St Christol sont accueillis par le joyeux Bonjour de ceux qui s’alternent pour animer le stand de La Gerbe : membres de l’équipe, stagiaires, résidents, bénévoles. Pour la Ferme Claris, cette collecte organisée par les Banques Alimentaires permet de refaire les stocks (aliments et produits France Lezan 4 Décembre 2016 94
  • 5. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille Vous avez dit service ? Besoin d’un coup de main pour déplacer un tas de fumier, déraciner l’armoise qui envahit le terrain, ou monter des meubles Ikea ? Maxence, à votre service! Un mot qui prend tout son sens lorsqu’on travaille à la Ferme Claris. Venir y travailler est un réel plaisir car aucun jour ne se ressemble et chaque tâche est intéressante et bénéfique. C’est ce même mot qui revient lorsque je présente mon statut : Service Civique. Il s’agit d’un volontariat effectué lors d’une année que l’on met à part. En bref, travailler à la Ferme Claris c’est vraiment cool ! Maxence Huckel Les Etoiles Le chantier de La Passerelle a bien progressé, c’est maintenant le temps du ravalement de la façade et des peintures. Pour le Café de Lézan, les réunions se suivent et les dossiers s’accumulent pour réussir à glaner les fonds et subventions diverses. La singularité de ce projet multifonctionnel et multipartenarial séduit beaucoup (logement séniors, café associatif avec ses activités et sa brocante, dortoir pour randonneurs dans le grenier), mais le rend plus complexe à monter. LestablesrondesaniméesparCaroline le jour du forum des associations ont d’hygiène). O c c a s i o n d’aller à la r e n c o n t r e des personnes, d e «   f a i r e ensemble  » et pour les bénévoles, d’apprendre à mieux connaître celui ou celle que l’on ne fait que croiser à la Ferme Claris ou la Pension. Occasion de sourire parfois, avec cette dame qui refuse le sac, revient sur ses pas, le prend ; entre dans le magasin, en ressort, le sac vide, -car elle a oublié- ; entre à nouveau acheter quelque chose pour nous le remettre. Occasion de s’étonner avec cet homme qui, laissant toute sa famille dans la voiture, retourne acheter quelque chose dans le magasin… pour nous  ! Ou d’admirer cette personne handicapée, qui a du mal à extraire de son sac les provisions, mais persévère pour accomplir son geste. Occasion de rire même, lorsqu’une autre dame sort plusieurs produits d’un sac « Banques Alimentaires » pour nous les donner, puis repart avec ce sac sur la tête parce qu’il s’est mis à tomber quelques gouttes. Occasion de nous laisser surprendre par cet homme qui nous tend son propre sac de courses bien rempli, sans rien dire ; puis voyant qu’on n’ose pas, nous invite ainsi : « Allez-y, prenez… je voudrais quand même juste récupérer mon sac, s’il vous plaît ! » Occasiondegardersoncalme(n’est-ce pas Stéphanie !) quand quelqu’un passe de façon hautaine sans un mot. Venue tenir le stand, Anna s’étonne de la générosité des donateurs : « Dans mon pays, ce n’est pas comme ça, il n’y a pas cette solidarité entre les riches et les pauvres. ». Et le soir, elle nous confie la crainte qu’elle avait du regard des autres : « J’avais peur que les gens disent : - C’est quoi, ces gens qui font la manche ? » et elle éclate de rire, heureuse d’avoir participé, de « l’avoir fait ! » Quand vient l’heure des comptes, ce sont 830 kg de produits qui ont été récoltés. « Un peu moins que l’an passé, constate Priscille ; mais cette année, la récolte est de meilleure qualité : un peu moins de pâtes, et une bonne réserve de café, huile, biscuits… » C’est encore une bonne dose de générosité, cette année. Un grand merci à tous les donateurs. Guylaine Brunel 5 Décembre 2016 94
  • 6. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille Courrier des lecteurs Pour elles Je suis malade, Je suis blessée, Alors je blesse Puis je m’arrête. Non, je veux plus serrer les poings En remuant ce couteau Dans cette plaie qui s’ouvre. Non, je me bats plus avec cette justice qui est pas juste avec tous les autres. Cette justice-là elle me détruit, elle me gagne, elle serre mon ventre, elle me fait mal, elle est pas juste. Oui, je me souviens de mon enfant qui dort. Oui, il serre les poings en fermant les yeux. C’est pas un caprice. C’est pas la colère. C’est l’abandon dans le sommeil, la paix. Je l’aime. Il dort, en paix je dors, apaisée j’aime. Thierry. Un proverbe populaire dit: “Dans la nuit noire, sur une pierre noire, une fourmi noire, Dieu la voit”. Décharge-toi sur le Seigneur Jésus de tous tes soucis car lui même prend soin de toi (La Bible, 1 Pierre 5 v. 7) L’ensemble de ces réalisations représente un investissement très important pour l’association. Pour suivre l’actualité n’hésitez pas à vous connecter à la page http://www.lagerbe-lezan.org/ projet-logement-solidaire remporté un vif succès. Enfin, du côté de Molières- C a v a i l l a c nous attendons des nouvelles des collectivités locales. Et pour finir, des encouragements au courrier : Les “ouvriers du samedi” - Opération peinture et montage cuisine au studio de La Passerelle : une étoile prête à s’allumer… et déjà des yeux qui brillent ! 6 Décembre 2016 94
  • 7. Courrier des lecteurs (suite) « Je suis toujours émerveillée par ce que produit votre approche tellement respectueuse, humble et aimante : une lueur d’espérance renaît dans les vies abîmées, le village se sent concerné et une dynamique de mouvement, de développement, de vie, ne cesse de faire grandir votre activité et votre renommée dans les alentours. N. » « Quelle grâce qu’en équipe, vous acceptiez ces défis que l’Esprit vous suggère. Nous vous aimons et aimons ce que vous faites. Paix et joie dans vos cœurs. M. » « Avec le délitement du lien social et les difficultés qu’ont les pouvoirs publics à le susciter, ce n’est pas le moment de déserter, et c’est à nous la société civile de nous manifester pour contribuer au travail de fond que vous portez pour nos concitoyens les plus démunis, les plus en danger. Amicalement. P. » Solidarité Internationale Ce projet vise à créer des activités génératrices de revenus par une installation de déshydratation de fruits et légumes alimentée par énergie solaire. Ferme Claris et Maison d’à Côté Gite d’accueil d’urgence & pension de famille Association FARESO déshydratation solaire de fruits et légumes France Lezan Cameroun N’Tolo Il s’agit de concevoir et de construire un module de production d’électricité par panneaux photovoltaïques en vue d’alimenter un déshydrateur destiné à la conservation des légumes diminuer la consommation électrique des déshydrateurs. Jean-Marc Fages va se rendre au Cameroun du 7 au 21 décembre afin de régler différents points : • les formalités administratives pour le dépôt du permis de construire (préparé par le cabinet d’architectes Blanco de Bruxelles) ; • les interventions concrètes du Rotary Club de Douala (pour le forage) ; • l’information sur le projet à l’ambassade de France à Yaoundé ; • la finalisation de partenariats avec les lycées ; • la planification des travaux qui seront faits par FARESO d’ici mars 2017 (débroussaillage du terrain, implantation du bâtiment, creusement des trous pour les plots de fondation). Nous travaillons toujours à la recherche de sources de financement (mécénat, fondations…) et un site internet dédié au projet sera certainement disponible avant la fin 2016. Jean-Luc Portalès et fruits produits dans le foyer pour enfants. Après le voyage d’études agronomiques d’Océane Gimenez cet été, voici maintenant le temps des préparatifs pour la construction. Sur le plan technique nous avons passé un partenariat avec l’Ecole des Mines d’Alès pour dimensionner des échangeurs de chaleur à partir de plusieurs sources d’énergie afin de 7 Décembre 2016 94
  • 8. Au service de la population Malgré les risques L’association Coeur de Compassion aide les femmes victimes de violences sexuelles à retrouver santé et situation sociale par une aide médicale et des activités génératrices de revenu. Elle est basée à Tshudi Loto, dans le Kasaï Oriental. RDC Tshudi Wanted Nous continuons à soutenir le jeune médecin, entre autre par un envoi de matériel médical par container prévu pour 2017. Pour ce container, nous recherchons : • tensiomètres stéthoscopes • fils de suture • bistouris électriques • 1 microscope • 2 centrifugeuses • 2 lampes scialytique • 2 tables d’accouchement • 2 tables d’opération • kits césarienne et hystérectomie • 3 brancards roulants Tony est à nouveau sur les routes (dangereuses) de la République Démocratique du Congo pour servir la population de ce pays. Depuis 1 mois et demi, il alterne les missions médicales à Tshudi et dans la province de Lomami. Pour rallier cette province depuis Tshudi, Tony parcourt, avec son équipe, 200 km à moto, sur des routes parfois impraticables, au point qu’ils doivent faire certaines parties du voyage à pied. Des routes où ils risquent de croiser des soldats ou des représentants de l’autorité qui malheureusement abusent parfois de leur pouvoir : dernièrement, Tony s’est fait violemment frapper par l’un d’eux. A cela s’ajoutent les possibles pannes et accidents de moto. Une fois arrivés, pas le temps de se reposer. La province n’a pas vu de médecin depuis 5 ans, aussi de nombreuses personnes viennent voir Tony, parfois pour des cas graves ou urgents. Il effectue jusqu’à 60 consultations par jour et, avec son équipe, a opéré une vingtaine de patients en deux semaines. Ils ne se sont arrêtés que lorsque le matériel est venu à manquer. Tony et son équipe ont aussi dû palier à l’insuffisance de l’équipement médical sur place, fabriquant eux-même la table d’opération. Ce passage dans la province de Lomami leur a permis, entre autres, de tester un projet de laboratoire médical mobile. Ils ont pu réaliser des analyses médicales de base, aidant à établir certains diagnostics. Grâce à ce projet,Tony et son équipe ont détecté trois cas de lèpre dans la province et ont pu les traiter rapidement. Tony sillonne deux fois par mois les routes du Sankuru et des provinces alentour. Voilà plus d’un mois qu’il n’a pratiquement pas vu sa famille. Sa dernière visite chez lui, à Lodja, a été écourtée par une urgence médicale : une femme âgée, isolée et vivant dans un dénuement extrême, a été opérée d’une tumeur maligne à Tshudi, retardant son départ. Tel est l’appel de Tony : soulager la souffrance des personnes ou populations oubliées de la RDC. Un appel qui surpasse la fatigue, les risques et l’éloignement de sa famille. 8 Décembre 2016 94
  • 9. NOM : Prénom : ✄ Service Abonnement - esperance@lagerbe.org LA GERBE ZAC du Petit Parc - 15 rue des Fontenelles - 78920 Ecquevilly Adresse : EmailVILLE :Code Postal :  Depuis 2009 nous travaillons avec l’Ukraine pour répondre à des besoins d’équipements divers identifiés par nos correspondants. Hôpitaux, centres de réhabilitation, orphelinats et homes d’enfants : les bénéficiaires se comptent en milliers de personnes. Ce travail efficace et constant, notamment auprès des orphelins, a permis que se construisent des liens de confiance avec les autorités ukrainiennes au plus haut niveau de l’Etat. L’association CHARITÉ Reçue au parlement ukrainien Recevoir Espérance en version papier pour 2017 : ci-joint 10 €. SOUTENIR la publication Espérance et les abonnements gratuits : ci-joint 20 €. Recevoir Espérance en version électronique (remplir la case email) NE PLUS recevoir Espérance. SOUTENIR l’association : ci-joint un chèque à l’ordre de la Gerbe de : _______ € Pour les projets à ecquevilly et international pour les projets à Lézan Abonnement 2017 10 € Je désire : Votre abonnement est à jour jusqu’à la date indiquée au dessus de votre adresse sur l’enveloppe. Ukraine Parlement Le 2 novembre, l o r s d e l a s e s s i o n d e l a Rada (parlement ukrainien), Vadim Dahnenko, le président de “Charité” a pu ainsi partager sa vision pour les orphelins et les enfants d’Ukraine. « Je suis très honoré d’être ici, sur cette tribune qui a vu défiler tous les présidents d’Ukraine. […]Aujourd’hui, je veux vous parler de valeurs, de valeurs pour les enfants. Je suis marié, j’ai quatre enfants, et mon but est que mes enfants vivent dans un bon pays et deviennent de bons citoyens. Je me souviens qu’un ministre a dit un jour : «Il est impossible d’élever correctement un enfant sans famille». La première chose à transmettre à la nouvelle génération, ce sont des valeurs chrétiennes. Avec ces valeurs, nous pouvons construire des familles solides, qui construiront un pays fort. Voici ma question pour vous aujourd’hui : voulez-vous vivre dans un bon pays ? Si oui, commençons par construire des familles solides. Si nous construisons des familles solides, notre pays deviendra fort. C’est vrai, aujourd’hui nous sommes confrontés à de nombreux problèmes. Les divorces et abandons d’enfants se multiplient. Aujourd’hui, en Ukraine, il y a 700 orphelinats. Les enfants qui y sont placés ne savent pas ce que veut dire le mot «famille», c’est pour cela qu’en grandissant, ils tombent dans la délinquance. Quelqu’un m’a dit un jour: « il faut visiter ces jeunes en prison pour les aider à se réinsérer». Mais ce qu’il faut avant cela, c’est aller dans les orphelinats, et commencer le travail avec ces enfants pour leur éviter la prison plus tard. Voici ma proposition : nous voulons tous rejoindre l’Europe. Je suis d’accord mais faisons en sorte que l’Ukraine devienne un exemple pour l’Europe et non l’inverse ! Que l’Europe prenne exemple sur l’Ukraine pour construire des familles solides. Je vous propose de travailler à construire des familles solides. » Le ministre de la jeunesse a répondu à ce discours : « Beaucoup de choses intéressantes ont été dites. Nous allons travailler avec le parlement. Je suis d’accord avec vous sur le fait que, dans la religion, il y a des valeurs pour la famille. C’est vrai qu’un enfant ne reste pas longtemps petit. Il va grandir et c’est lui qui construira notre pays. J’espère que nous travaillerons ensemble. » 9 Décembre 2016 94
  • 10. Mission RoumanieSuivi et rencontre des partenaires Roumanie Circuit A l l e r l à o ù personne ne va Il y a des lieux où l’on n’a pas envie de se rendre. Des maisons décrépies, des routes sinueuses, des villages mal entretenus. Mais sait-on vraiment ce qu’on y trouvera  ? Une impression d’abandon, de la saleté, une sensation de solitude, de la méfiance ? Ces lieux nous rendent plein d’appréhension. Parce qu’au premier abord, ils semblent peu accueillants, voire inquiétants. S’y aventurer demande une bonne dose de courage. Et pourtant... La maison décrépie peut cacher un intérieur chaleureux, la route sinueuse peut mener vers de magnifiques paysages, et le village peut être rempli d’enfants souriants. Trouver la richesse là où l’on ne l’attend pas, c’est le pari que font nos partenaires roumains. Alors ils se tournent vers ceux qu’on ne voit pas. Vers les personnes handicapées qui ne sortent pas de chez elles, vers les orphelins auxquels on ne prête pas d’avenir, vers les Roms que l’on met à l’écart, vers les jeunes qui ne peuvent pas faire d’études faute de revenus. Cela demande du courage, du travail et surtout de la ténacité. Mais en allant là où personne ne va, il ne font pas qu’apporter un soutien matériel, ils changent aussi les regards. Un peu. En se rendant sur place, on découvre l’ampleur de projets dont on ne peut avoir qu’un aperçu, vu de France. Nous commençons notre visite par l’ADMR à Arad. Rodi et Mihai ont fondé cette association pour soutenir les personnes souffrant d’un handicap moteur qui restent seules chez elles. Le manque d’équipement et Cristian Mateescu veulent, c’est permettre à ceux qui ont l’envie et le courage de s’en sortir, d’aller de l’avant. Cela peut passer par une aide pour améliorer les conditions de vie dans une maison (construction de sanitaires ou accès à l’eau) ou encore par un parrainage d’étudiants, dans leur chemin vers un diplôme qui leur ouvrira un meilleur avenir. Voir tous ces projets, c’est se rendre compte qu’à La Gerbe, lorsque nous envoyons des meubles, des vêtements ou des équipements médicaux, nous ne faisons pas seulement un don de matériel mais nous offrons aussi la possibilité à ces associations de développer leurs projets et de transformer des vies. Mélanie Huckel Michaël Païta et d’accessibilité mais aussi certaines idées préconçues sont à l’origine de cette situation, que l’ADMR veut faire évoluer. Ainsi, ce qu’offrent Rodi et Mihai aux personnes handicapées, ce n’est pas simplement une paire de béquilles ou une chaise roulante qui leur permettront de sortir de chez elles, mais aussi un espace de rencontre qui les motiveront à sortir et à ne plus rester seules. Nous rencontrons ensuite Madalina et Andrea, de l’ADDIP. Si ces jeunes femmes parcourent des kilomètres pourallerd’orphelinatsenorphelinats, ce n’est pas seulement pour faire des activités avec les adolescents mais pour leur faire prendre conscience de leurs capacités afin qu’ils prennent leur vie en main. Grâce à leur travail, alors que de nombreux orphelins de Roumanie sombrent dans la drogue ou la prostitution, se retrouvent en prison ou dans la rue, les adolescents qu’elles suivent rêvent d’un avenir meilleur, à l’image des « anciens » de l’ADDIP qui ont fait des études, ont un métier et une vie indépendante. C’est au tour de la MEV de nous présenter son travail. Si le personnel de l’association distribue des vêtements ou autres à des familles isolées, c’est pour les voir avancer par les projets dans lesquels l’association les accompagne. A l’image de la famille Marti, avec laquelle nous avons partagé un repas. Pour finir, Bethel nous présente ses projets : avant tout, ce que Maria 10 Décembre 2016 94
  • 11. est une association caritative roumaine, fondée par Cristian et Maria Mateescu, qui intervient localement en appui aux personnes en situation de précarité (soutien financier, médical, matériel, repas hebdomadaires, grâce aux bénéfices de 2 boutiques de vente de matériel d’occasion). Bethel Magasin de meubles Chers amis lecteurs, Nous avons reçu la visite de Daniela Tontsch, présidente du Conseil National pour Disables- Roumanie, au cours de laquelle a été signé avec le président du Conseil Départemental d’Arad un protocole de collaboration pour l’accessibilité des personnes handicapées dans notre ville. Comme chaque année, nous avons participé à la foire annuelle des ONG d’Arad devant la Mairie avec un stand de présentation. A une autre occasion, j’ai pris part à l’achèvement de la stratégie de santé locale proposée par le maire d’Arad pour la période 2017-2020. Le 21 novembre 2016, nous attendons avec beaucoup de joie la visite de Michael Paita de l’association La Gerbe avec laquelle nous avons un partenariat depuis 2003 pour la distribution gratuite de matériel médical. Pour le 3 décembre, la “Journée Internationale des personnes handicapées”, nous allons organiser une manifestation dans la rue devant les autorités d’Arad pour leur demander de respecter les droits approuvés par la Commission Européenne en faveur des personnes ayant une déficience. Nous allons protester également contre la fermeture du seul centre de Roumanie pour le soin des personnes touchées par la myopathie. Nous vous souhaitons JOYEUX NOEL ET BONNE ANNEE 2017 dans la paix et la joie du Christ. Bien amicalement, Mihai et Rodi FIGHIR, L’ADMR permet à chacun de voir son quotidien facilité et pour certains, d’avoir une vie transformée au travers de don de matériel médical (fauteuils roulants, béquilles…). Mihai et Rodica Fighir, les dirigeants de l’association, eux mêmes touchés par le handicap, s’efforcent de créer des opportunités pour offrir à leurs membres une vie un peu plus colorée. ADMR Porte parole devant les autorités Roumanie Ploiesti Roumanie Arad Depuis p l u s i e u r s années Bethel aménage et améliore son lieu de stockage afin d’en faire un nouveau lieu de vente pour les meubles de grande taille. Désormais leur entrepôt est aussi un showroom agréable pour les buffets et autres canapés. Afin d’optimiser leurs ventes Maria et Cristian n’ont pas hésité à investir dans un nouvel espace où un ébéniste restaureetréparelespiècesdemobilier trop défraîchies ou endommagées pendant le transport. Bethel valorise ainsi plus encore le matériel envoyé par La Gerbe, et à Ploiesti se répand petit à petit la nouvelle que du mobilier de qualité est à vendre à bon prix chez Bethel. Nous avons une fois de plus constaté le souci constant de Cristian et Maria pour le bon fonctionnement des magasins, mais aussi et surtout pour les familles que Bethel aide grâce aux bénéfices des ventes qui sont entièrement utilisés pour les parrainages étudiants ou l’amélioration des conditions de vie de familles démunies. Maria et Cristian vous transmettent leurs salutations : «Nous voulons remercier notre partenaire La Gerbe et tous ceux qui ont aidés sur place pour leurs efforts.» Michaël Païta 11 Décembre 2016 94
  • 12. Misiunea Est Vest Marta Oprita dirige l’association Missiunea Est Vest, qui intervient principalement par des parrainages d’enfants de familles nombreuses, de l’aide sociale auprès de familles très démunies, et par de la distribution de matériel humanitaire. La MEV finance une partie de ses projets par les bénéfices des ventes d’un magasin de matériel d’occasion. MEV Soutien aux familles Roumanie Brasov La famille des moutons La fondation MEV porte au cœur de sa vision de venir en aide aux enfants pour leur permettre d’envisager un futur porteur d’espérance. Cela amène Marta et toute son équipe à se tourner vers les familles dans le besoin, pour non seulement leur apporter une aide matérielle mais aussi pour aider parents comme enfants à s’emparer d’une nouvelle vision pour leur vie et leurs relations. C’est par nature un travail de persévérance et de dépassement de soi. S’investir pleinement c’est s’ouvrir au risque de connaître la frustration. Mais c’est aussi se donner la chance de réussir. Et parfois les belles histoires sont au rendez-vous ! La famille Marti en est un exemple. Marta a commencé un travail avec eux il y a plusieurs années. A l’époque ils possédaient 5 moutons. MEV en ajoute 1, 2, 3, et jusqu’à 10. Laine, lait, fromage, parfois de la viande : les moutons se sont multipliés et ont apporté à la famille un moyen de subsistance. De leur côté, les équipes de MEV ont mobilisé leur réseau pour amener des acheteurs. Aujourd’hui les Marti possèdent environ 200 moutons. Ils n’en sont pas riches pour autant, mais ils se suffisent à eux-même grâce à leur travail permanent. Finalement, grâce aux revenus du magasin, MEV a pu ajouter un dernier cadeau pour cette famille : l’installation de l’eau courante sur leur propriété. Ainsi il n’est plus nécessaire d’aller chercher de l’eau chez le voisin pour abreuver les bêtes. Une vision juste, de la sagesse et de la solidarité, voilà peut-être les ingrédients d’une belle histoire. Lorsque la vie est chaque jour un combat Au d e l à d e s r e n c o n t r e s extraordinaires que nous réserve notre travail à la Gerbe, certaines histoires nous laissent dans l’incompréhension et la douleur,comme celle de Bianca, 28 ans. Cette jeune femme au passé traumatisé est aujourd’hui maman de cinq enfants et plusieurs «pères», rarement bienveillants, se sont succédés autour de ses enfants. L’ actuel demeure présent lorsqu’il en a le goût, c’est à dire rarement. L’aînée des enfants a 11 ans. Elle aussi se prénomme Bianca. En l’absence d’un père digne de ce nom, elle a pris la décision de se battre pour les siens. C’est ce qui l’a amenée l’an passé à frapper aux portes, dont celle de Marta (présidente de la MEV), pour récolter des pelures de pommes de terre afin d’en nourrir ses frères et sœurs. Mais son courage va plus loin ; trop loin malheureusement... C’est ainsi que la fillette a trouvé le moyen d’aller couper du bois pour en retirer un peu d’argent. Cette initiative louable lui a coûté trois doigts. On aura sans doute beaucoup de mal à comprendre comment une enfant se retrouve à faire du bûcheronnage... Mais c’est ainsi que cette famille déjà vulnérable se retrouve à devoir soigner une petite infirme. La Fondation MEV les soutient depuis plusieurs années déjà. Et cette fois-ci encore, Marta et son équipe répondent présentes. Bianca a besoin de 8 opérations pour réparer sa main. Le problème cependant, c’est que Bianca est Rom et n’a aucun état civil. Pour ainsi dire, d’un point de vue administratif, elle n’existe pas. Elle n’a donc droit à rien. C’est donc MEV qui a payé tous les frais médicaux jusqu’à maintenant. Pour l’instant 3 opérations ont été menées en plus des consultations préalables. Il en reste 5 pour que Bianca retrouve quelque peu l’usage de ses doigts... Le drame qui se joue dans les village de Roumanie, Marta vous le dira, c’est que l’enfance n’a pas la part belle. L’adolescence vous propulse malgré vous dans le monde des adultes. Travailler,fairedesenfants:à13ansou moins, fini l’innocence. S’ensuivent les violences qu’on connaît... Et celles que nous ignorons. C’est à cela que travaille la Fondation MEV. Ne pas baisser les bras et travailler à changer les mentalités, à proposer un autre chemin. Un chemin de vie cette fois-ci. Michaël Païta 12 Décembre 2016 94
  • 13. Lettre de nouvelles d’ Auprès des grands orphelins La Gerbe et la Fondation «   Mission Est-Ouest   » sont à l’origine de la création de l’ADDIP en 2006, afin de proposer aux jeunes issus d’orphelinats une formation et une réintégration progressive. Le Réfugié, mon prochain Comment aider les réfugiés en France ? Cette aventure nous a menés à rencontrer de nouveaux besoins, de nouveaux défis, de nouveaux amis, et même de nouveaux héros. Ce travail a démarré en janvier 2016 par des voyages vers les camps de réfugiés du nord. Depuis, notre aide s’est dirigée sur Paris où plusieurs centaines de réfugiés, surtout d’Afghanistan et d’Afrique, ont fait des camps près des métros La Chapelle, Eole, Stalingrad et Jaurès. Depuis août 2016, les jeudis, nous avons préparé avec des bénévoles une centaine de sandwichs à distribuer aux réfugiés. On remplissait des coffres de voitures avec des vêtements, chaussures, sac-à-dos, tentes, couvertures, produits d’hygiène, etc., pour les donner dans la foulée. Depuis novembre, la situation a changé. Les camps de Paris ont été évacués et les réfugiés, dispersés. Plusieurs ont été logés dans des hôtels sociaux, des foyers et des gymnases. Malheureusement, la crise persiste, et les hommes, femmes et enfants vivent souvent dans de mauvaises conditions dans ces lieux, et il reste toujours des personnes qui dorment dehors. Depuis la dernière évacuation, au lieu d’aller vers les réfugiés dans la rue, nous les invitons à venir à un endroit où nous donnons des sandwichs, des fruits, du thé et où ils peuvent prendre des vêtements, chaussures et produits d’hygiène. Nous avons fait la connaissance de nombreux amis parmi les migrants et plusieurs d’entre eux participent en nous aidant à traduire, à distribuer, en offrant leurs services comme la coiffure et l’animation à la Casbah. Nous donnons les sac-à-dos avec des trousses de toilettes mais au delà, nous prenons le temps pour écouter leurs histoires et leurs espoirs, et partager leurs besoins. Ce sont très souvent des personnes qui ont tout perdu, fui une guerre, une crise humanitaire., perdu des membres de leur famille. Bien entendu, ils nous racontent leur histoire seulement quand ils sont en capacité de le faire, c’est souvent difficile. Nous avons vu la transformation des camps, et aussi des cœurs. Merci à la Gerbe qui à plusieurs reprises a donné des couvertures, des tentes, des vêtements, notamment avant l’évacuation, pour des personnes qui a cette époque dormaient encore à l’extérieur. Fatima Association Eclat de soi Un succès: Aisa est une adolescente d e R u p e a q u e n o u s accompagnonsdepuismaintenant 3 ans, et nous voyons le résultat de cet accompagnement aujourd’hui. Cet automne, elle a déménagé à Brasov parce qu’après avoir candidaté à l’université, elle a été acceptée. Nous l’avons aidée pour les papiers et l’inscription, et nous la voyons une fois par semaine pour l’accompagner afin qu’elle s’acclimate aux changements de ville, d’habitudes et de style d’en- seignement. C’est pour nous très important de voir que les adolescents venus des orphelinats apprennent à prendre confiance en les capacités que Dieu leur a données et commencent à avoir de grands rêves pour leur avenir. Quand nous avons rencontré Aisa, aller à l’université ne faisait pas partie de ses plans d’avenir. Mais pendant le temps que nous avons passé avec Roumanie Brasov elle, elle s’est rendue compte de l’importance des études. Ceux d’hier pour ceux d’aujourd’hui L’idée centrale de ce projet est que ceux qui ont quitté les orphelinats et qui ont réussi leur vie aident ceux qui sont aujourd’hui dans la même situation qu’eux autrefois. Ainsi Maria, Cipri et Alexandra ont pris un rôle de coach auprès des enfants et adolescents des orphelinats, et ils font toutes sortes d’activités avec eux. Nous sommes très heureux de la relation qui se développe entre les adolescents et le groupe de mentors. Départ d’une collègue Andreea faisait partie de notre équipe, mais, vivant à 30 km de Brasov, elle a décidé de chercher un autre travail. Elle prenait le bus pour venir mais aussi pour visiter les orphelinats avec nous quatre jours par semaine. C’est compliqué d’être toujours dépendant du bus, car il est souvent en retard et nous l’attendons même l’hiver, quand il pleut ou qu’il fait très froid. Pour elle, la difficulté était double. Elle rentrait souvent très tard chez elle, et ne pouvait plus continuer ainsi. C’est avec tristesse que nous avons accepté sa décision. Un Noël spécial Cet hiver, nous prévoyons de faire un camp d’hiver pour 25 enfants et adolescents des orphelinats. Nous sommes très enthousiastes à l’idée d’emmener ces enfants dans un camp, leur parler du sens de Noël, fabriquer des décorations, faire à manger, jouer... Nous serons accompagnés de trois bénévoles et deux membres de l’ADDIP. Le camp se déroulera entre le 16 et le 19 décembre près de Brasov dans un endroit dédié à ce genre d’événements. Le plus important pour nous est de donner du temps et des moments de qualité. Un cadeau de Noël peut amener de la joie, mais la joie due à un cadeau n’apporte ni éducation ni souvenirs. Nous voulons donner à ces enfants un cadeau spécial qui les amènera à se rendre compte qu’ils peuvent être plus que ce qu’ils sont aujourd’hui. Madalina FRANCE 13 Décembre 2016 94
  • 14. Chantier insertion 10 ans que fonctionne ce dispositif! Depuis 2006, l’association La Gerbe porte un chantier d’insertion permanent. Le travail réalisé par celui-ci vient soutenir les projets d’aide humanitaire, cœur historique de l’association. Le dispositif Chantier d’Insertion vise à permettre à une personne sans emploi de renouer avec le monde du travail. Un accompagnement individualisé social et professionnel est associé à la reprise d’activité. France Ecquevilly En 10 ans, 267 personnes loin de l’emploi ont bénéficié d’un poste de 6 mois, dans le but de se relancer vers un travail à plus long terme ou une formation. Tous n’ont pas abouti, mais pour beaucoup, ce contrat a constitué une nouvelle chance. Ce 25 novembre, il fallait prendre le temps d’une fête de reconnaissance. En bref ? C’était le festival des mercis ! • merci à ceux qui nous ont honorés et réjouis par leur présence, • merci à nos anciens, si nombreux à prendre le micro, • merci pour les anciens qui, ne pouvant pas venir, ont appelé pour donner de leurs nouvelles, • merci pour la participation des partenaires et membres du comité de pilotage • merci pour tous les encouragements reçus lors de cette soirée, • merci pour tout ce qu’on a appris encore cette année, • merci pour le challenge intérieur permanent, individuel et en équipe, que représente la vie du chantier insertion... • ... entre beaucoup d’autres mercis qu’on rassemble comme une gerbe à élever vers le ciel ! Quelques extraits : Mon contrat à La Gerbe, c’est une partie de ma vie, ça m’a aidé à tracer mon chemin. Saliha Que Dieu vous bénisse tous. Je viens d’Erithrée. J’avais beaucoup de problèmes de santé. (...) Quand j’ai trouvé du travail, beaucoup de choses ont changé dans ma vie. Vive la France ! Rahel Travailler ici m’a permis de résoudre pas mal de problèmes et de m’en sortir. On a appris pas mal de choses. Nadia Je viens d’Afghanistan, en arrivant ici je me suis trouvé dehors. Je dormais dans le bus de nuit, le chauffeur me reconnaissait le matin. Vous, vous me donnez quel âge? En fait, moi-même je ne sais pas mon âge. Comme je ne savais pas si j’avais plus de 26 ans, je ne pouvais pas avoir le rsa donc il a fallu plein de rendez-vous avec Mme Cuendet pour régler plein de choses, et je suis revenu, et encore revenu, et j’ai attendu, et au 4° rendez-vous heureusement, elle a pu m’ embaucher. J’ai travaillé un an et demi ici, ça m’a aidé beaucoup. Pendant mon contrat ici, j’ai trouvé un petit logement hlm. Puis j’ai eu mon permis, et le permis caces, et je suis maintenant manutentionnaire, je travaille dans le bâtiment à Levallois depuis que j’ai fini à La Gerbe. Je suis devenu normal. Gul Je suis contente que la Gerbe tienne encore debout, elle a changé ma vie. J’ai commencé le travail ici en 2009. C’était chaud pour moi avant jusqu’à ce que je travaille à La Gerbe et maintenant ma vie est mieux. Gladys Je suis arrivé ici après l’Italie. J’ai une reconnaissance travailleur handicapé et je trouve qu’ici l’équipe est très accueillante. Il me reste 2 mois de contrat et je suis vraiment content de travailler là. Mouhamadou Je remercie la France d’accueillir les réfugiés, merci de m’avoir accueilli même si les débuts ont été difficiles. J’ai été hébergé un moment au Bateau 14 Décembre 2016 94
  • 15. Chantier insertion 10 ans : la parole aux anciens. Je Sers de Conflans et puis ensuite j’ai atterri à Versailles o ù ç a a été difficile jusqu’à ce que je trouve un hébergement en foyer aux Mureaux. A La Gerbe, je trouve du travail et du français. Phurbu Je suis réfugié politique sahraoui, je vis en France depuis 2011 mais jusqu’à fin 2014 j’ai pas pu régler mes problèmes. J’ai pas trouvé de travail parce que je ne parlais pas français, mais j’ai trouvé La Gerbe en décembre 2015. Merci la Gerbe! La première fois que j’étais en France, j’ai pas trouvé quelqu’un pour m’aider à lire le français mais depuis un an, je lis le français, 12h par mois avec la professeur Anne, c’est bien pour moi parce qu’enfin je comprends le français. Je ne parle pas bien encore. Mais je comprends mieux. Aujourd’hui, merci, 2 camions par mois à beaucoup de pays, c’est bien. Lagdaf Je suis algérien. J’ai jamais été à l’école, en fait. Mais l’association m’a permis, j’vais pas dire de lire couramment, mais au moins d’apprendre à lire et à écrire. Je remercie Sylvie et Jérôme et toute l’équipe. J’sais pas quoi dire parce que si j’commence à parler, je vais pleurer. J’me souviens, un jour j’étais vraiment en galère, y’a Jérôme il vient me voir “t’inquiète pas, si ça va pas, on va faire ça ou ça”. Des fois, je suis pas bien, et Sylvie, j’sais pas comment elle fait, elle reconnaît directement la personne qui est pas bien et elle nous ramène dans son bureau pendant 5-10 minutes, et là, je ressors du bureau je suis vide, incroyable. Comme si y’a un ange, en fait. Et merci à Naima, c’est grâce à Naima que je suis là. Hammdane Pendant mon travail à La Gerbe, j’ai pu faire des démarches pour avoir un logement, pour pouvoir un jour récupérer mes filles. Maintenant j’ai retrouvé certains droits de garde que je n’avais plus, je suis très heureuse de pouvoir voir mes filles bien plus souvent. J’ai fait une formation agent de restauration et maintenant je suis en stage. Sophie Merci à tous pour la joie que j’ai eu de vous envoyer les invitations une par une : ça m’a fait penser à votre visage, aux moments passés ensemble, les moments faciles comme les plus difficiles, j’étais déjà très émue en préparant tous les courriers, je suis heureuse de vous voir là. Si le chantier existe, c’est parce qu’il y a eu une décision de l’Etat. Cette décision de l’Etat, c’est une très belle «boîte». Mais ceux qui animent cette boîte, c’est vous. Nous, on est juste la main pour vous aider à grandir, à avancer dans vos projets mais c’est vous qui faites vivre tout cela. J’aimerais aussi que vous vous disiez que c’est pas un “seau d’eau” que vous avez reçu, un seau qu’on devrait se partager. C’est bien mieux: c’est une rivière, et comme la rivière qui coule, vous allez pouvoir rendre, transmettre plus loin. J’ai beaucoup reçu dans ce travail, aujourd’hui je rends ; vous avez reçu, et à votre tour, vous avez chacun une vocation, un projet à mener. Parfois on est fatigué, on croit qu’on n’a plus d’énergie, mais en fait, on est rempli par l’amour qu’on reçoit quand on donne. Ca aussi, c’est un très beau projet. Je sais que tous les bénévoles peuvent ressentir ça. Quand on donne, on reçoit au centuple et on peut re-donner encore à d’autres. L’amour, ça n’a pas de fin, c’est une rivière, c’est pas un seau qu’on arrêterait de distribuer un jour, ou qu’on devrait garder pour soi dans la peur qu’un jour, il n’y ait plus d’eau. Ce n’est pas parce qu’on trouve un emploi que ça signifie qu’on a retiré l’emploi à quelqu’un d’autre. Au contraire! C’est quelque chose qu’on va pouvoir faire fructifier. Comme une graine qu’on plante et qui porte elle-même de nouveau des graines, encore plus qu’avant. Nous sommes tous comme des plantes et nous sommes faits pour semer, transmettre autant que nous avons reçu. Donc vous nous dites merci, mais moi aussi je vous dis merci, parce que, ce que vous avez reçu, moi aussi je l’ai reçu, merci pour toutes ces belles personnes que vous êtes et que j’ai rencontrées. Sylvie Grâce à vous, les salariés du chantier, nous sommes très nombreux aujourd’hui et sans vous, nous ne nous serions jamais rencontrés. Grâce au courage de ces personnes qui décident d’entrer dans ce dispositif, tout à coup beaucoup de personnes sont amenées à se rencontrer et à travailler ensemble, et qui ne l’auraient pas fait sinon. Donc quand on parle d’insertion, on ne parle pas seulement de vous qui êtes entrés dans le chantier, mais de nous tous ensemble! Donc comme je suis président de La Gerbe, je rappelle juste ce qu’est une gerbe.Dans la nature, ces tiges qui portent des grains de blé sont chacune différente, pas la même taille, pas le même nombre de grains... Nous y voyons un symbole : chaque personne est unique et produit des choses différentes. Mais l’important, c’est surtout que ces tiges soient rassemblées pour constituer une gerbe. Et nous? Ce qui nous rassemble, ça peut être l’association, le travail ; ça peut être l’amour comme a dit Sylvie, tout à l’heure. Rahel a dit merci à Dieu et ça peut aussi être ce lien invisible qui nous tient tous ensemble. 15 Décembre 2016 94
  • 16. Chantier insertion 10 ans : micro ouvert / extraits N o u s entendons parler ici f r a n ç a i s , arabe,anglais, t i g r i n y a , t i b é t a i n , berbère, roumain, kosovar et j’en passe… Dans notre langue, (je vous parle d’une vieille langue qu’on parlait ici il y a longtemps, le latin), le mot “serere” voulait dire “mettre en ligne”, ou“bien accroché”, ça a donné le mot “serti”. Et on dit de quelque chose qui est bien à l’intérieur  : qu’il est “inséré”: “insertion” vient de là; et à l’inverse, quand ça se défait, on dit “de-sere”, c’est de là que vient le mot désert; le désert, vous le connaissez, (et peut-être même physiquement pour certains d’entre vous, vous l’avez traversé). Mais on peut connaître aussi le désert moral, familial ou affectif. Ce qui nous est offert à tous aujourd’hui, c’est le contraire: c’est d’être ensemble à l’intérieur de cette immense «série» des êtres humains. Quelqu’un disait tout à l’heure qu’il était enfin devenu “normal”. Sois-en sûr : tu étais déjà quelqu’un de normal avant. Et parce que chaque être humain a cette dignité qu’on ne peut pas lui retirer, il a sa place ici! Philippe Fournier [...]La misère est partout, il est facile de la constater, mais beaucoup moins de la corriger. Heureusement qu’il y a quand-même des initiatives comme celle-ci. Malgré l’aide de l’Etat et des collectivités, monter un projet d’insertion n’est pas chose facile et il faut vraiment un gros travail de tous les jours. Je salue le travail de la gouvernance de l’association et de ses employés. D’autre part, rendre pérenne ce genre de structures n’est pas facile. A La Gerbe vous avez passé le cap des 10 ans, vous allez maintenant pouvoir aller au-delà de cette réussite. Bernard Durupt, 1er adjoint de la ville des Mureaux [...]Au nom des travailleurs sociaux, je remercie en particulier Sylvie pour la bientraitance et la bienveillance dont elle fait preuve tous les jours. J’ai vraiment confiance en l’avenir des projets de La Gerbe parce qu’ils sont portés par cette bienveillance. Donc merci à tous et surtout à vous, les anciens, pour vos beaux témoignages qui renforcent encore notre idée sur le projet. Agnès Etendart Conseil Général des Yvelines [...]Tous ces témoignages de vos salariés présents ou passés témoignent d’une espérance. Cette espérance, c’est vous, les salariés du chantier, qui la nourrissez, c’est La Gerbe qui vous accompagne grâce aux bénévoles et à l’équipe d’encadrement et ce sont des parcours de vie magnifiques. Un proverbe dit que “tout seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin”. Bravo à tous. Michel Garcia, délégué du Préfet Max et le pays en chantier JeromeCuendet Décembre 2016 94