Le développement de l’Hôpital numérique
en France
Recueil des billets publiés sur le blog dédié à la e-santé « le monde de...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 2
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 3
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 4
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 5
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 6
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 7
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 8
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 9
http://lemondedelaesant...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 10
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 11
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 12
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 13
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 14
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 15
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 16
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 17
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 18
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 19
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 20
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 21
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 22
http://lemondedelaesan...
Le développement de l’Hôpital numérique en France
Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 23
http://lemondedelaesan...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le développement de l'Hôpital numérique en France

2 958 vues

Publié le

Recueil sur les transformations digitales des hôpitaux en France.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 958
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
61
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le développement de l'Hôpital numérique en France

  1. 1. Le développement de l’Hôpital numérique en France Recueil des billets publiés sur le blog dédié à la e-santé « le monde de la e-santé ». Rédaction : Fabrice Vezin Parution des contenus : mars 2014-juillet 2014 http://lemondedelaesante.wordpress.com/
  2. 2. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 2 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Contenu L’hôpital à l’assaut du numérique........................................................................................................... 3 La mutation numérique de l’hôpital programmée jusqu’en 2017.......................................................... 4 Les nouvelles technologies "humanisent" l’hôpital et simplifient les relations...................................... 7 Le SMS, outil indispensable dans l’évolution numérique des hôpitaux................................................ 11 Les réseaux sociaux et le monde hospitalier : un savant dosage à trouver.......................................... 14 Le numérique et la domotique façonnent la chambre d’hôpital de demain........................................ 17 La robotique au service du personnel médical ..................................................................................... 20
  3. 3. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 3 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ L’hôpital à l’assaut du numérique L’hôpital numérique fait partie des grands chantiers de l’Etat. On parle parfois même d’hôpital connecté. En effet ce qui caractérise en grande partie les innovations technologiques présentées ces derniers mois dans les établissements de santé, est cette part grandissante donnée à la connectivité des personnes et des objets présents au sein de ces hôpitaux appelés souvent « hôpitaux 2.0 ». Des innovations présentées comme moyens d’améliorer la qualité des soins tout en réduisant les coûts. Citons par exemple, des avancées dans le domaine du confort du patient et de ses proches avec des lits permettant aux patients d’être connectés avec l’équipe soignante de l’établissement, mais aussi avec la famille et les amis à l’extérieur. Ainsi que des équipements permettant aux patients d’accéder à des jeux et des distractions en ligne, le tout permis grâce à l’installation de wifi dans les chambres. Pour la santé des patients, on mise sur la numérisation des dossiers médicaux ou sur des chambres avec des équipements robotisés et modulables. Un soin particulier est donné à l’accueil, telle la solution de géolocalisation mise en place au sein de l’hôpital de Troyes, afin de faciliter l’orientation des visiteurs et permettre la localisation des patients ou des matériels sensibles. Dans le même esprit, citons la mise en place de bornes interactives facilitant l’orientation dans les couloirs de l’établissement de Metz-Thionville. Côté professionnels, on parle de solutions permettant un partage des données médicales entre les centres de santé, de l’utilisation des visioconférences entre les spécialistes de différentes institutions. De nouveaux outils permettant d’être informé des trajets des brancardiers et des ambulanciers. Des applications facilitant la traçabilité des médicaments ou l’aide à la prescription, l’accès rapide aux informations patients (radios, traitements, bilans sanguins,…) via l’essor indéniable des smartphones ou les tablettes numériques dans la pratique quotidienne. Un hôpital numérique qui souhaite même également sortir physiquement de ses murs, car des solutions proposent la diffusion d’informations concernant le traitement, ou l’envoi d’ordonnances numériques directement sur le téléviseur des familles des patients. Autre exemple, avec l’envoi de SMS aux patients pour leur rappeler leurs rendez-vous. Ou bien la généralisation de mise à disposition de bracelets connectés, pour suivre au plus près, les patients des services spécialisés dans la maladie d’Alzheimer. Bref, des réalisations ou des projets permettant la généralisation de la télémédecine dans les hôpitaux, somme toute. Car il semble bien que nos hôpitaux aient à rattraper un certain retard, par rapport à nos voisins européens, sur le sujet. Pour information, la France compte 32 CHRU pour une capacité totale de plus de 85 000 places. La e-transformation de nos hôpitaux n’en n’est donc qu’à ses débuts. Et vous ? Qu’en pensez-vous ?
  4. 4. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 4 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ La mutation numérique de l’hôpital programmée jusqu’en 2017 D’où vient cette mutation des hôpitaux vers le numérique ? C’est vrai qu’au regard des dernières innovations et lancements annoncés au niveau national, on devine ce que pourra, ou devrait-on dire, sera notre futur établissement hospitalier type. Et c’est un dessein qui remonte à près de 10 ans, semble-t-il. A en juger par un ancien rapport du Sénat, datant de 2005, qui jugeait la France est très en retard sur ses voisins, dans ce domaine. Un rapport et des plans qui se succèdent… Commençons avec la loi HPST (Hôpital, Patient, Santé, Territoire) de 2009 mettant en place au sein de l’hôpital, de nouvelles façons de fonctionner, de nouveaux objectifs financiers et structurels, permettant le développement de la médecine en réseau. Depuis, il semble que plusieurs plans se succèdent, citons le Plan hôpital 2012 et le plan hôpital numérique. Le premier avait pour ambition de favoriser la mutualisation et la coopération entre les établissements hospitaliers, avec en fer de lance, la mise en place et l’adoption par le plus grand nombre du Dossier Médical Personnel (DMP)…résultats : des retards de plusieurs mois sur de nombreux projets, et de nombreux abandons à déplorer. D’où la nécessité de passer à un autre plan, faisons un focus sur celui-ci. On peut comprendre aisément la finalité du programme Hôpital numérique 2012-2017 ; avoir des systèmes d’information capables de favoriser d’initier et de favoriser une évolution de l’organisation et des techniques médicales. C’est même écrit sur le site sante.gouv.fr, dans un chapitre de présentation du programme hôpital numérique : « La stratégie hôpital numérique définit un plan de développement et de modernisation des systèmes d’information hospitaliers (SIH) et a pour but de fixer des priorités et des objectifs à 6 ans, en mobilisant tous les acteurs concernés et en accompagnant les établissements de santé dans leur transformation par les technologies de l’information et de la communication. » De fait, de grandes directives émergent de ce plan. Citons par exemple : la coordination de l’ensemble des acteurs (établissements de soins, agences régionales de santé, administration centrale, industriels) autour d’un « tronc commun » concernant les systèmes d’information hospitaliers". Mais également, l’amélioration de la qualité et la sécurité des soins, la sécurisation des données. Sans oublier, un soutien important des projets innovants et notamment ceux ayant trait à la télésanté. De grands domaines fonctionnels ont été définis : résultats d’imagerie, de biologie et d’anatomopathologie, dossier patient communiquant, prescription électronique, programmation des ressources et pilotage médico-économique.
  5. 5. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 5 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Le plan hôpital numérique Le programme Hôpital numérique prévoit de mettre en œuvre une stratégie nationale, comportant 4 axes, et cela sur une période de cinq ans, de 2012 à 2017. 1-renforcer la gouvernance des systèmes d’information hospitaliers et impliquer les dirigeants des hôpitaux et les professionnels de santé dans la mise en œuvre de ces dispositifs. 2-renforcer toutes les compétences liées aux systèmes d’information hospitaliers, en définissant des socles de compétence et favoriser l’acquisition des savoir-faire clés. 3-stimuler et structurer l’offre de solutions, en améliorant la qualité de l’offre de systèmes d’information hospitaliers. 4-financer le socle de priorités ainsi défini, en développant notamment des "financements d’amorçage" (financements qui permettent le lancement d’un programme, en attendant le relais d’autres acteurs). Pour illustrer le dernier point cité, il est à noter qu’une enveloppe de 10 milliards d’euros a déjà été débloquée par l’Etat, dans le cadre du plan Hôpital 2012. Concernant ce dernier plan hôpital numérique, plus de 400 millions d’euros à distribuer sur cinq ans ont été débloqués en 2013. Un investissement qui pourrait s’avérer rentable, à la lecture d’une étude récente de la mission d’évaluation et de contrôle de la Sécurité sociale du Sénat (MECSS), qui indiquait que « Cette informatisation contribuerait à résorber les 28 % d’actes inutiles à l’hôpital qui pèsent tout de même 12 milliards d’euros au regard de la tarification à l’activité (T2A). D’ailleurs, des indicateurs Hôpital numérique (HN) figurent dans les contrats d’objectifs et de moyens (CPOM) conclus avec les établissements de santé, permettant aux services de l’état d’avoir un suivi précis des projets. Autre signe intéressant quant à l’importance donnée à ce plan, c’est qu’il fait partie d’un ensemble plus global. C’est un des piliers dans le secteur de la santé, du plan gouvernemental « nouvelle France industrielle », avec le « programme Territoire de Soins numérique ». Programmes intégrés à la stratégie nationale de santé, présentée en février 2013.
  6. 6. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 6 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Afin de vous permettre d’en savoir plus sur le plan Hôpital numérique et son état d’avancement, je vous invite à consulter le rapport d’activité 2013 – programme Hôpital numérique, publié en janvier 2014. http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_d_activite_-_Hopital_numerique_2013-3.pdf Pour en savoir plus : http://www.sante.gouv.fr/le-programme-hopital-numerique.html http://www.hopital.fr/Hopitaux/Actualites/Actualites-medicales/Le-plan-Hopital-numerique- esquisse-l-hopital-de-demain/
  7. 7. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 7 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Les nouvelles technologies "humanisent" l’hôpital et simplifient les relations Lorsque l’on évoque la notion de l’Hôpital numérique, la définition proposée Thierry Zylberberg, directeur d’Orange Santé, est bien utile. Il indique : « Il s’agit de l’ensemble des services technologiques qui permettent de faire circuler l’information à l’intérieur de l’hôpital ». A mon sens, on pourrait y ajouter les avantages de la personnalisation des relations avec les patients, la simplification de la gestion des soins et des formalités administratives pour l’ensemble des personnels soignants. Illustrations avec quelques exemples de l’apport des nouvelles technologies au sein de l’hôpital : Les établissements hospitaliers peuvent maintenant personnaliser les relations avec leurs patients… La technologie permet la mise en place et la généralisation d’une communication plus personnalisée, plus humanisée entre l’hôpital et les patients. L’exemple le plus généralisé et le plus simple est l’envoi de messages, texto et autres SMS du type : « Nous espérons que le retour de votre enfant s’est bien passé. L’équipe du Dr D… lui souhaite un bon rétablissement et reste à votre disposition… ». Certains établissements hospitaliers sont allés un peu plus loin dans cette voie… Une variante de la surveillance mère-enfant est proposée depuis au CHR Metz-Thionville, avec la mise à disposition de bracelets électroniques, posés à la naissance des bébés et permettant de connaître leur position. Le même établissement propose également des lits équipés d’un écran multimédia, permettant d’accéder à différents services de confort pour le patient (accès Internet et webcam pour joindre ses proches via Skype). Le personnel soignant peut quant à lui, accéder au dossier médical du patient. Un soin particulier est également apporté aux personnes arrivant pour la première fois dans l’établissement de Metz, via des bornes d’orientation leur permettant de visualiser leur parcours en 3D dans les couloirs de l’hôpital. Ce plan leur est même envoyé par SMS, si besoin. Rejoignant ainsi l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP), qui propose depuis 2012, au lancement de son programme "Proches de vous", plus de quarante bornes interactives installées sur les différents sites du CHU. Le CHU de Caen a mis en place un dispositif de suivi clinique à domicile des patients insuffisants cardiaques, limitant ainsi leurs risques de ré-hospitalisation.
  8. 8. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 8 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Le CHU de Grenoble propose son portail e-Patient regroupant de nombreux services en direction des patients. Les Hospices Civils de Lyon (HCL) ont également déployé depuis 2012, leur portail MyHCL afin de créer un lien avec le patient. Un portail comportant un espace en ligne du patient enregistré au sein d’un service de l’établissement, où sont disponibles le carnet de santé, l’agenda et la bibliothèque de documents liés à la pathologie du patient. Il permet également de payer en ligne et de rédiger son dossier administratif. Mise en place précédée par la généralisation au sein de l’établissement, d’un dossier médical commun dans plus de 95 % des unités de soins. De son côté, l’Hôpital Nord Ouest à Villefranche-sur-Saône a lancé sur son site web un guide virtuel baptisé « La Famille Ospi ». Un guide pour accompagner les patients lors de leurs visites et les aider à découvrir les différents services de l’hôpital. Il permet également, suivant ses symptômes d’être orienté vers le pôle médical adapté au sein de l’hôpital. Le Centre Hospitalier de Troyes souhaite améliorer la prise en charge des patients en misant sur leur géolocalisation et celle des matériels sensibles. (Voir la vidéo ) Les enfants bénéficient grandement de l’apport des nouvelles technologies pour les aider à rompre l’isolement ou pour diminuer la peur que peut engendrer certaines interventions. Citons par exemple, l’utilisation du jeu vidéo « Fenêtre sur chambre », développé par l’association « Art dans la Cité » et utilisé dans certains hôpitaux. Autre exemple et autre association, celle « des P’tits doudous » qui a imaginé un jeu sur tablette pour accompagner en douceur les enfants vers le bloc opératoire. Projet mis en place à l’hôpital Sud situé en Ille et Vilaine. D’autres expériences de ce type sont à citer par exemple, au sein du service d’anesthésie de l’Hôpital Femme Mère Enfant de Bron, ou bien à l’hôpital mère-enfant de Lyon où cette initiative s’accompagne de la volonté de diminuer les doses de médicaments sédatifs par le fait de distraire et détendre l’enfant grâce à l’utilisation de la tablette. (Voir ce reportage ) Pour avoir une vision plus complète sur l’utilisation des tablettes lors de gestes douloureux, je vous conseille la lecture de cette intéressante publication : Réalités Pédiatriques n°176
  9. 9. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 9 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ … et simplifier la gestion des soins ou faciliter les formalités administratives pour l’ensemble des professionnels des établissements de soins (secrétariats, médecins, soignants…). Dans le cas de la prise de rendez-vous, par exemple, (un prochain article y sera consacré) l’intégration au système d’information permet de réaliser d’importantes économies liées aux diverses annulations ou reports. Le même CH de Villefranche-sur-Saône, a mis en place en 2009, un système de vidéo surveillance en néonatologie, pour les nourrissons prématurés, en permettant à la maman de veiller sur son bébé grâce à une caméra placée au-dessus de la couveuse. Ce système permet naturellement et surtout au personnel soignant de veiller en continu sur les nourrissons. Dispositif similaire au centre hospitalier Alès-Cévennes (ChAC), avec le dispositif BéBéOnline conçu avec NaturalPad qui permet à la mère, de garder depuis son lit un œil sur la couveuse. Au CHR Metz-Thionville, les brancardiers et aides-soignants sont équipés d’un smartphone, leur permettant de suivre les demandes émanant des services, de connaître l’identité du patient qu’ils ont à prendre en charge, son numéro de chambre et son lieu de destination. A l’issue du transfert, le personnel hospitalier renvoie l’information via son smartphone. Des matériels, tels qu’un brancard ou un fauteuil roulant, équipés de la technologie RFID, permettent d’être localisés très rapidement, par le personnel soignant qui connaît également leur statut de disponibilité à l’aide d’un terminal DECT ou d’un smartphone. On le voit avec ces derniers exemples, les smartphones et les tablettes deviennent un outil précieux pour accompagner le praticien dans ses différentes tâches quotidiennes, telles que la prescription de médicaments, la dictée numérique ou la saisie dans le Dossier Patient. Autre évolution dans la pratique, l’arrivée des objets connectés type tensiomètre dans certains services hospitaliers, à l’image de l’unité d’hypertension artérielle de l’hôpital Georges Pompidou à Paris.
  10. 10. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 10 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Une étape supplémentaire est peut être franchie avec l’arrivée « d’auxiliaires » tels que le robot RP-Vita, capable de se déplacer de façon autonome avec son écran et sa caméra haute-définition. En plus de permettre des échanges via « visio-conférence », entre patients et médecins spécialistes, la machine est capable de se connecter à des appareils médicaux et de transmettre au médecin des données sur le patient, comme son rythme cardiaque. Un coût ou plutôt un investissement nécessaire pour ces innovations Ces quelques exemples, ont chacun un niveau de maturité et de généralisation très varié, mais ils peuvent donner une idée de ce que peut devenir le quotidien dans nos hôpitaux d’ici quelques années. Il est clair que cela nécessite et nécessitera des investissements, qui au regard des nombreuses économies réalisées par l’abandon d’actes devenus redondants ou inutiles, ne pèseront pas bien lourd en somme. A titre d’information, l’investissement du CHR de Metz-Thionville concernant ses innovations numériques, s’est élevé à 5,3 millions d’euros sur 3 ans. Le prochain hôpital en cours de construction à Orléans et prévu d’ici 2015, mise quant à lui, sur un budget évalué à environ 6 millions d’euros concernant l’ensemble des technologies digitales qui y seront proposées. Et vous ? Qu’en pensez-vous ?
  11. 11. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 11 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Le SMS, outil indispensable dans l’évolution numérique des hôpitaux Comme évoqué dans un précédent billet, l’apport des nouvelles technologies au sein de l’hôpital permet une nette amélioration dans la personnalisation de la relation avec le patient. Et parmi celles-ci, il en est un, qui a trouvé tout naturellement sa place. Tant son utilisation fait partie du quotidien des utilisateurs de mobiles, je veux parler bien sûr du SMS. Et il convient de constater que son usage dans un domaine de santé, permet des champs d’application très larges, allant de la planification de RDV, aux urgences, en passant par l’observance. Démonstration avec ces quelques exemples de mises en place au sein de nos hôpitaux. Le SMS pour optimiser l’organisation des RDV A l’image du Centre Hospitalier Universitaire de Clermont-Ferrand qui en 2012, a enregistré plus de 370 000 consultations et plus de 110 000 séjours, la gestion des plannings de consultations est un véritable casse-tête pour les services administratifs des hôpitaux français. Une gestion classique s’effectuant à base d’envoi de courriers et qui s’avère coûteuse, chronophage, et de moins en moins efficace. Sans parler du gouffre financier qu’engendrent les rendez-vous oubliés, les reports et autres annulations. Ce coût est estimé à environ 400 000 euros/an pour chaque grand établissement de soin français. Le centre hospitalier de Villefranche-sur-Saône, avait fait le calcul d’un manque à gagner d’un peu moins de 12 000 euros par mois lié à une cinquantaine de rendez-vous manqués concernant uniquement son plateau IRM, monopolisé inutilement à cause des problèmes de respect des RDV. Devant un tel gâchis, certains établissements ont pris les choses en mains, tel l’hôpital Necker-Enfants malades qui à mis en place un système de rappel depuis la mi-2011. Ces envois (12 000 SMS chaque mois) sont envoyés trois jours avant la date du rendez-vous. Il s’agit d’un message simple de type : « Le service xxxx vous attend le xx/xx/xxxx à xh pour une consultation. En cas d’empêchement, merci de prévenir l’hôpital Necker au 01 44 49 30 00 Un message de rappel 72 heures avant le RDV, tout comme l’hôpital Edouard Herriot de Lyon qui envoie 35 000 SMS tous les mois. L’hôpital de Chambéry a installé son système de rappels de RDV aux patients en octobre 2013 et envoie depuis, 4 000 SMS par mois.
  12. 12. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 12 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Le nouvel hôpital de Metz-Thionville, a mis en place le rappel de rendez-vous par SMS la veille d’une consultation. Tout comme le CH de Villefranche-sur-Saône qui envoie un premier texto aux patients accueillis en hôpital de jour, la veille de leur hospitalisation, puis un second dès leur retour à domicile. Le CHU de Clermont-Ferrand, cité plus haut, va développer en 2014, l’envoi de SMS long, post RDV, pour permettre de transmettre des informations plus précises selon le patient : suivi après opération, rappel des médicaments à prendre…  Comment ça marche ? Généralement, les patients ont juste à donner leur numéro de téléphone mobile au CHU lors de la première prise de rendez-vous et l’envoi se fait automatiquement à l’approche de l’échéance. Côté organisation du systèmes d’information de l’hôpital, cela peut se traduire par l’ajout d’ API à l’application de gestion de rendez-vous de l’établissement.  Est-ce efficace ? Au regard des exemples donnés, les résultats sont très positifs, jugez par vous-mêmes : Pour l’hôpital Necker, l’envoi de SMS a permis de récupérer jusqu’à 10% des consultations dans certains services. A l’hôpital de Chambéry, le taux moyen de rendez-vous non honorés a baissé de 3 % dès le premier trimestre de fonctionnement, soit près de 75 rendez-vous non honorés de moins par semaine. Au centre hospitalier de Villefranche-sur-Saône le nombre de rendez-vous non-honorés a chuté de 93% entraînant un gain de près de 11 000 euros. Le suivi et l’observance médicamenteuse ont trouvé également, avec le SMS, un outil efficace On le constate, le suivi médical prend vite le pas, sur la simple planification administrative. C’est le constat fait par une équipe médicale de Marseille qui a mis en place l’envoi de SMS à ses patients sortis de l’hôpital afin qu’ils pensent à prendre leurs médicaments. Ils ont pu mesurer que le taux de suivi du traitement augmentait de 40% chez les patients qui recevaient une relance par SMS. D’ailleurs, il convient de rappeler que l’utilisation des SMS fait partie du programme d’éducation thérapeutique mis en place dans le service de cardiologie de la Timone depuis plus de cinq ans.
  13. 13. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 13 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Initiative reconnue par une étude publiée en février 2013 par la revue « international journal of cardiology » mettant en lumière l’efficacité d’envoi SMS qui «vise à faire diminuer le nombre de patients qui arrêtent de prendre leur médicament». Déjà dans les années 2010, une étude menée au Kenya, avait démontrée que dans le VIH, les SMS peuvent aider les séropositifs à réduire leur charge virale. Cette étude a constaté que les SMS échangés entre les praticiens et les personnes vivant avec les VIH, ont contribué à l’amélioration de l’observance du traitement antirétroviral (ART) et à la suppression de la souche la plus courante du VIH. (Dans le cadre de WelTel Kenya1) La lecture d’un SMS peut permettre de déceler un AVC, et favoriser une prise en charge en urgence C’est ce que révèle une étude de cas publiée par l’hôpital Henry Ford de Detroit, dans le Michigan. Avec l’exemple d’un homme de 40 ans, qui montrait des signes de « dystextie », (l’incapacité à rédiger un message textuel cohérent) mais qui n’avait aucun problème à parler normalement. L’auteur de l’étude, le neurologue Omran Kaskar, indique « Les SMS sont une forme courante de communication, avec plus de 75 milliards de messages envoyés chaque mois. Outre les tests traditionnels que nous utilisons pour déterminer l’aphasie lors du diagnostic d’un AVC, la vérification de la dystextie pourrait bien devenir un outil vital pour ce diagnostic. ». (Pour en savoir plus ) Une publicité datant de quelques année déjà, déclarait « le bonheur, c’est simple comme un coup de fil ». Aujourd’hui, cela pourrait donner « Un SMS ? Cela peut simplement vous sauver la vie ! ». Et vous ? Qu’en pensez-vous ?
  14. 14. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 14 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Les réseaux sociaux et le monde hospitalier : un savant dosage à trouver. L’utilisation des réseaux sociaux par les établissements de santé et les professionnels de santé a fait l’objet de mises en garde et de rédaction de guides de bonnes pratiques sur le sujet. On peut citer par exemple, en décembre 2011, l’Ordre des Médecins publiait son livre blanc intitulé « Déontologie médicale sur le Web » où plusieurs règles de conduite prônaient un usage « responsable » des médias sociaux. En 2013, le CHU de Bordeaux et l’hôpital de Pontoise avec le soutien de la MACSF, ont édité un guide des « Bonnes pratiques des réseaux sociaux », un fascicule d’une douzaine de pages destiné aux nouveaux arrivants qu’ils soient professionnels de santé ou non (médecins, paramédicaux, étudiants, administratif). Plus généralement, citons également les travaux portant sur les contraintes juridiques et éthiques propres à la santé et au web, menés par la Commission communication de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU. Des documents où l’on peut lire des conseils de type : ne pas accepter de patients parmi ses contacts, ne pas dénigrer la profession, ne pas diffuser d’information prématurée sur un traitement ou une technique médicale, communiquer au Conseil ordinal le pseudonyme utilisé le cas échéant par le médecin, paramétrer et utiliser des critères de confidentialité. Alors on peut se demander si tout cela n’est pas un peu trop, et que les réseaux sociaux sont des espaces de liberté où chacun est libre de ses mouvements. Sauf que, les réseaux sociaux ont leur propre charte de déontologie et qu’un hôpital n’est pas vraiment un lieu comme un autre. Et que les personnes qui s’y trouvent, sont par définition « un peu » fragilisés. Sans compter, hélas, les dérapages et abus qui se sont déjà produits au sein de l’univers hospitalier. A l’image de photos de certains soignants en exercice sans qu’aucune autorisation ne soit demandée, des photos de patients pris à leur arrivée aux urgences, des photos de copie écran d’application médicale où l’on peut distinguer l’identité et les informations médicales d’une patiente lors de son passage aux urgences, des échanges « personnels » entre des internes au sujet de l’ambiance au sein d’un service ou de la qualité de chefs de service….et la liste d’exemples peut s’allonger encore et remplir tout un article. Des actes déjà nombreux et qui peuvent avoir un réel impact sur un établissement de santé. Outre-Atlantique, selon un sondage publié dans le Journal de l’Association médicale américaine en mars 2012, on dénombrait près de 30% des conseils d’administration hospitaliers aux Etats-Unis qui avaient rapporté des plaintes pour «violations du rapport de confidentialité sur Internet». Car la question est posée : Un médecin peut-il écrire n’importe quoi sur les réseaux sociaux ? Peut-il twitter des horreurs sur ses patients, des contre-vérités médicales, doit-il respecter un code d’éthique ? Quelles sont ses obligations déontologiques et légales sur la toile ?
  15. 15. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 15 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ On le voit l’émergence des réseaux sociaux au sein des hôpitaux peut provoquer un réel débat… Mais à contrario, ne pas utiliser les mêmes réseaux sociaux pour améliorer la relation médecin-patient, optimiser le suivi après une hospitalisation, répondre à des questions précises sur une thématique santé précise, ne serait pas contre-productif pour un hôpital de nos jours ? Et si la réputation d’un hôpital commençait sur les réseaux sociaux Pour ces établissements de santé, le choix de posséder un compte sur au moins un média social, est-il lié à la propension grandissante d’internautes donnant leur avis sur les médecins, souhaitant partager de l’information ou rechercher du soutien sur ces réseaux sociaux ? Est-ce une velléité de veille, de communication avec les patients, de se faire l’écho de campagnes d’information et de sensibilisation autour de thématiques santé, de promouvoir la notoriété de leur établissement… ? Sans doute, un peu de tout cela à la fois. Difficile de se faire une opinion tranchée sur le sujet, tant les diverses expériences menées jusque-là, sont le fait d’individualités souvent passionnées par leur fonction et qui tentent de démontrer au sein de leur établissement respectif, l’intérêt d’une présence pérenne et efficace sur les médias sociaux. Et si la relation médecins-patients était favorisée par les réseaux sociaux Citons quelques exemples réussis de l’usage des réseaux sociaux par un établissement de santé, tel l’hôpital Necker-Enfants malades (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) et sa page Facebook suivie par près de 3.500 personnes. Rappelons d’ailleurs, que l’hôpital a été récompensé en 2012 par la Fédération Hospitalière de France pour son utilisation des réseaux sociaux. La chaîne YouTube de l’AP-Hôpitaux de Marseille avec ses émissions C la santé, développées en coproduction avec La Chaîne Marseille et ses autres contenus vidéos réalisés par sa propre cellule web/multimédia du service communication. de l’AP-HM. La chaîne a déjà dépassé le million de vues à ce jour. La page Facebook du Centre Hospitalier Universitaire de Rouen permet un échange interatif avec les patients, via « Avis d’experts », un rendez-vous d’une heure entre les internautes et des professionnels du CHU sur un thème de santé publique (prise en charge des AVC, obésité, la chirurgie du pied…). Débuté en novembre 2013, cette rubrique de questions-réponses entre les internautes et les spécialistes permet à l’établissement de dialoguer directement avec le grand public autour de thèmes liés à la santé, il entre ainsi dans un mode de communication “conversationnel“ avec les patients », comme le souligne son directeur de la communication.
  16. 16. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 16 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Nos voisins belges imaginent même, le suivi patient via Twitter. Tel cet hôpital de Bruges, l’AZ Sint-Lucas, qui a mis en place un projet pilote pour ses ex-patients ayant subi une attaque d’apoplexie. Ceux-ci doivent faire contrôler régulièrement leur tension artérielle et leur taux de sucre, et pour éviter que des ne fassent une rechute, l’hôpital de Bruges va les inciter chaque semaine à mener une vie saine, à l’aide d’un message personnel sur Twitter pour leur rappeler chaque semaine de surveiller leur santé. Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Pour en savoir plus : http://www.chu- bordeaux.fr/chub/fileadmin/pdf/evenement/2014/mai/RHF553_BDreseauxsociaux.pdf http://droit-medical.com/wp-content/uploads/2012/05/livre-blanc-deontologie-web-2012.pdf http://www.youtube.com/user/APHMarseille#g/c/55758D3BE5375EBC https://www.facebook.com/hopitauxderouenchu http://talentpharmacie.fr/actualites/rouen-communique-en-mode-conversationnel-avec-avis- dexperts-sur-facebook Précédent article sur la Mayo Clinic : http://lemondedelaesante.wordpress.com/2013/01/21/divers-usages-des-reseaux-sociaux- par-les-medecins/
  17. 17. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 17 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Le numérique et la domotique façonnent la chambre d’hôpital de demain Parmi les axes d’améliorations visées par la transformation numérique des hôpitaux, on peut citer ceux qui constituent des enjeux importants pour l’hôpital de demain. Par exemple, de renforcer l’accueil et le suivi des patients dans leur parcours de soin. Ou bien, de permettre d’améliorer l’efficacité de ses équipes, qu’elles soient médicales ou administratives. Mais il ne faudrait pas occulter les nombreux bénéfices dont le patient pourrait profiter, en termes de « confort », que cela soit lié à l’équipement proposé ou qu’il contribue au fait que le patient puisse garder un contact quasi permanent avec ses proches. Le confort du patient boosté par le numérique et la domotique Concernant les patients, les nouvelles technologies permettent des avancées remarquables, notamment dans la transformation des chambres d’hôpitaux, avec l’intégration du numérique et de la domotique. L’équipement multimédia de la chambre d’hôpital est ainsi transformé, avec par exemple, un écran tactile multimédia avec webcam, installé à la tête du lit. De même, le mobilier n’est pas en reste avec des futurs aménagements tels que banquette transformable en couchette grâce à une simple pression du doigt sur une tablette tactile, des rideaux intelligents qui s’activent tout seuls,… On commence même à parler de chambre intelligente, proposant une palette de services au patient et permettant à l’équipe médicale de collecter de nombreuses informations sur le suivi et l’état de santé de celui-ci. Une proposition visuelle d’un prototype US « Patient Room 2020 » de ce que cela pourrait la chambre médicale de demain : http://online.wsj.com/news/interactive/PATIENTPRNTCHRT?ref=SB1000142405270230344 2004579119922380316310 Plus proche, la future chambre de l’hôpital de Lille : http://www.frenzcircle.com/video/play/xtzytx_sante-la-chambre-du-futur-exposee-a-lille_news
  18. 18. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 18 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Côté services patient, citons les offres permettant un accès à Internet, à un service de vidéo à la demande, un bouquet de chaînes de télévision, utilisation de la visioconférence avec sa famille grâce à Skype, téléchargement de livres audio pour les malvoyants, programmes pédagogiques pour gérer sa maladie, accès à ses clichés de radiologie depuis le Web… Dans le service de néonatologie de l’hôpital de Villefranche-sur-Saône, la maman peut surveiller son bébé via des écrans ainsi que la famille, qui peut se connecter pour voir le nouveau-né. Le point commun à ces nombreux services dédiés au patient est sans doute, de lutter contre l’isolement de celui-ci. De lui permettre de continuer d’échanger avec ses proches ou bien de pouvoir dialoguer avec d’autres patients. Et c’est en réponse à cette demande, que des offres comme celle de Myhospifriends, (anciennement Hopital Affinité), peuvent compléter la transformation digitale des hôpitaux. Conçue par Julien Artu, cet espace permet aux patients d’un même hôpital, d’échanger entre eux, de parler de passion commune, voire de se rencontrer au sein de l’établissement si leur état de santé le permet. Le service vient d’être expérimenté au CHU de Nice. Il faut (idéalement) juste que le wi-fi soit installé partout et que l’établissement soit référencé sur la plateforme sous réserve de l’acquittement d’une licence. Le patient se voit ensuite proposer ce service. En mars dernier, l’hôpital Foch de Suresnes a également proposé à ses patients de s’abonner à cette plateforme tout en s’équipant de près de 80 tablettes numériques. Une prestation destinée aux patients qui ont une durée d’hospitalisation un peu longue, ou qui viennent régulièrement, notamment pour les chimiothérapies, ou bien encore les jeunes mamans.
  19. 19. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 19 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ A bien y regarder, les nouvelles technologies visent à rendre plus humaines les chambres d’hôpital de demain. Et vous ? Qu’en pensez-vous ?
  20. 20. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 20 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ La robotique au service du personnel médical Les intérêts pour les professionnels de santé sont nombreux, l’apport des nouvelles technologies doit pouvoir faciliter voir transforme le quotidien. On imagine aisément les champs d’amélioration : Permettre une meilleure coordination entre médecins généralistes, spécialistes, infirmières. Booster la rapidité et l’efficacité des transmissions de données entre les membres de l’équipe soignante en particulier, et du corps médical en général. Traçabilité des médicaments à l’appel de médecins ou d’infirmières grâce à des tablettes tactiles. L’un des piliers de l’hôpital de demain est, certainement le déploiement du dossier médical électronique, qui dans une version idéale, devra s’alimenter automatiquement par les systèmes informatiques de l’hôpital : résultats des analyses, séquençage ADN, radios, médicaments prescrits et distribués, paramètres enregistrés au bloc opératoire et en réanimation, imageries médicales… Ainsi informés, les professionnels de santé disposeront d’un outil efficace permettant la diminution des examens redondants voir des erreurs médicales, comme les contre- indications ou la délivrance de mauvais médicaments. Dans l’attente de disposer d’un tel outil, le personnel soignant voit son quotidien évoluer au fil d’innovations et pratiques intéressantes telles que la présence de robots au sein des hôpitaux. On connait déjà les avantages de la chirurgie robotique qui fait des merveilles au sein des blocs opératoires, mais il se peut que l’on doive s’habituer à la présence de robots infirmiers déambulant dans les couloirs des établissements de santé ou s’affairant au chevet des patients. Le robot comme outil de téléprésence La Federal Drug Administration (FDA) n’a-t-elle pas autorisé, depuis 2013, la présence du robot RP-VITA en hôpital. RP-VITA (Remote Presence Virtual + Independent Telemedicine Assistant), est un robot d’une taille de 1m65 équipé d’un iPad. Pouvant être utilisé comme une plateforme mobile de visioconférence, avec un écran qui projette l’image du médecin, et des micros et haut-parleurs pour pouvoir interagir avec lui. Il est utilisé dans plus de vingt hôpitaux californiens. Son utilisation est très simple, aussi bien pour le patient que pour le docteur. Ce dernier se connecte depuis un ordinateur ou une tablette sur une plateforme web, peut prendre le contrôle d’un RP-VITA, le piloter jusqu’à la chambre d’un patient et commencer à interagir avec lui par la voix et la vue. RP-VITA est capable de naviguer dans l’hôpital de manière autonome également, grâce à la carte intégrée de l’hôpital. Il évite aussi les obstacles sur son chemin, les personnes comme les objets. Côté hôpital, lors d’une intervention auprès d’un patient, un infirmier accompagne toujours le RP-VITA.
  21. 21. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 21 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ https://www.youtube.com/watch?v=hoAPTpwkFtw&feature=player_embedded La téléprésence par les robots est en train de révolutionner les pratiques de la médecine, semble-t-il. Un robot pour le transport de médicaments Exemple au Japon, avec le robot HOSPI. Equipé d’un écran HD et se déplaçant grâce à ses roulettes. Plutôt dédié au transport de médicaments, il est autonome dans ses déplacements au sein de l’hôpital car possédant en mémoire le plan de l’établissement. https://www.youtube.com/watch?v=oAhnXJ2iPp4&feature=player_embedded En France, le CH de Beauvais puis le CHU de Nantes utilisent des robots pour le transport des produits de cancérologie (endoscopes stérilisés). Concernant l’établissement de Nantes, il s’agit de de 2 robots baptisés "Betty" et "Daisy" par le personnel soignant que l’hôpital a acquis en octobre 2013, programmés pour reconnaître le chemin entre le centre de traitement et le service de réanimation du CHU. D’ici la fin de l’année, ils seront reprogrammés pour pouvoir desservir plusieurs services sur un même trajet. Ces quelques exemples démontrent l’un des atouts des nouvelles technologies dans d’automatisation de certaines tâches au sein des hôpitaux. Autre champ d’application, de plus en plus d’hôpitaux se dotent aussi de robots pharmaciens qui préparent les médicaments devant être distribués aux malades, matin, midi ou soir. Parfois, tout de même, il peut arriver que la machine se grippe. A l’image de la mésaventure de l’hôpital de Rennes où des médicaments ont été détruits par erreur, suite à un dysfonctionnement récurrent du robot de rangement ou du système informatique dédié. Malgré ce type d’incidents, il semble bien que le train de l’innovation est lancé concernant l’essor des nouvelles technologies au sein des hôpitaux. Et cela partout en Europe, à l’image du Danemark qui a décidé d’investir 5,3 milliards d’euros dans la modernisation de ses hôpitaux d’ici à 2020. La part consacrée aux équipements, représente un cinquième de la somme totale.
  22. 22. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 22 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Le robot devient thérapeutique pour les malades d’Alzheimer Et il a la particularité de prendre une forme animale : celle d’un phoque. Telle la solution Paro, un robot sociopédagogique utilisé en atelier d’animation et en thérapie non médicamenteuse pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Développé dès 1993, le phoque PARO a été tout d’abord commercialisé au Japon en 2005, puis aux Etats-Unis en 2009 où il a obtenu la Certification FDA en tant que robot thérapeutique. Il s’agit de la 9ème génération de PARO, qui accompagne déjà les thérapies de patients japonais et danois depuis plusieurs années. En France, la solution peine à se généraliser, elle reste encore au stade de phases de tests au sein de divers établissements : L’hôpital des Charpennes près de Lyon, l’hôpital Broca à Paris, celui de Sully sur Loire ou bien l’hôpital Paul-Brousse ont mené des expérimentations plutôt positives avec ce robot. La distribution de celui-ci dans l’hexagone est confiée à la société Inno3Med. A ce jour, 3000 PARO dans 30 pays aident des malades Alzheimer dans des établissements de soins. Pour en savoir plus sur Paro : http://www.silvereco.fr/paro-le-robot-therapeutique-pour-malades-alzheimer/3113033 Et vous ? Qu’en pensez-vous ?
  23. 23. Le développement de l’Hôpital numérique en France Le monde de la e-santé (by Fabrice Vezin) Page 23 http://lemondedelaesante.wordpress.com/ Fin de ce recueil. J’espère que les articles proposés ici vous ont intéressés. Si tel est le cas, n’hésitez pas à me rejoindre pour d’autres billets consacrés à l’essor de la e- santé sur le blog « le monde de la e-santé ». Fabrice Vezin

×