Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
1. Introduction
Cet outil prend la for...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
2. Objectif, format et mode d'utilisat...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
8. Technique
Technique
Chacune de ces ...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
3. Questionnaire OSF
Cette section con...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
1...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
2...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
3...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
3...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
4...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
4...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
5...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
6...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
7...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
Catégorie/Question Faible Moyen Fort
8...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
4. Conclusion
Le développement itérati...
Questionnaire OSF
Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011
5. Annexe A – Exemple de résultats
Le ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

OSF Questionnaire Compatibilite Organisation

443 vues

Publié le

Traduction

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
443
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
32
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

OSF Questionnaire Compatibilite Organisation

  1. 1. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 1. Introduction Cet outil prend la forme d'un questionnaire dans lequel on vérifie l'applicabilité d'une approche itérative dans diverses catégories fonctionnelles d'une organisation. On l'appelle OSF 1 et il est similaire au PSF 2 . La principale différence c'est que le PSF traite de l'applicabilité de l'approche itérative pour un projet alors que l'OSF couvre toute l'organisation (ou une partie de l'organisation). L'OSF est conçu comme un “thermomètre” avec lequel on mesure la situation à un instant t d'une démarche itérative dans l'organisation. Il s'agit uniquement d'un instrument de diagnostic. Structure du document Le chapitre 2 décrit l'objectif, le format et le mode d'utilisation de l'OSF. Le chapitre 3 contient le questionnaire avec des explications détaillées. La conclusion se trouve au chapitre 4. L'Annexe A contient un exemple de résultats obtenus sous forme de radar en utilisant l'OSF. 1 Organization Suitability Filter (OSF) 2 Project Suitability Filter (PSF)
  2. 2. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 2. Objectif, format et mode d'utilisation de l'OSF Ce chapitre décrit l'objectif de l'OSF, la façon dont il est mis en place et dont on l'utilise concrètement. Objectif de l'OSF Le but de l'OSF est d'obtenir un aperçu de la situation dans laquelle une organisation se trouve, du point de vue de l'application d'une approche de développement itératif. On obtient alors une vision sur les risques inhérents à l'introduction d'une approche itérative. En opérant au plus tôt, les mesures nécessaires peuvent être prises avant et pendant la mise en œuvre de l’approche itérative. L'utilisation de l'OSF présente un certain nombre de dangers potentiels. Un premier danger est qu'il peut être mené par des gens qui ont une connaissance insuffisante de la situation. Le résultat final peut être que l’orientation choisie n'est pas la bonne. Un second danger est que les scores commencent à avoir une vie propre, et deviennent des sujets de discussion par eux- mêmes. Les explications liées aux scores sont au moins tout aussi importantes. Sur le même principe que le PSF, la qualité du débat généré par les questions est souvent plus importante que les réponses elles-mêmes. Il est donc très important d'utiliser les résultats avec précaution. L'OSF est seulement un instrument ayant vocation à être utilisé pour cartographier les risques inhérents à l'introduction d'une approche itérative dans une organisation. Ensuite, commence un processus important constitué de deux étapes globales. La première étape est l'interprétation des résultats, sous la direction d'experts. La seconde est la réalisation de plans concrets de déploiement de la démarche itérative. Cela se traduira par des changements pour une partie de l'organisation, peu importe lesquelles. Ce sont des processus qui nécessitent une attention particulière de la part des bonnes personnes. Format de l’OSF Périmètre L'OSF prend la forme d'un questionnaire, similaire au PSF pour le projet. L'OSF observe, dans son ensemble, l'organisation et/ou l'unité organisationnelle. Le PSF sert à cartographier les risques liés au projet, tandis que l'OSF est un instrument qui permet de cartographier la situation de l'organisation concernée. Catégories évaluées Le questionnaire est divisé en huit catégories soumises à l’évaluation : 1. Utilisateurs 2. Management des utilisateurs 3. Organisation 4. Culture 5. Équipe informatique 6. Management informatique 7. Management de l’organisation
  3. 3. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 8. Technique Technique Chacune de ces catégories est observée sous différents angles, et ce par rapport aux unités organisationnelles pour lesquelles sont prévues l'introduction d'une approche itérative. Utilisation de l’OSF Applicabilité L'OSF est un instrument avec lequel vous pouvez décider si une organisation est compatible avec l’approche itérative. Sur la base des résultats de l'OSF, une estimation des risques encourus peut être réalisée, ce qui permet de répondre de la manière la plus réaliste possible aux attentes suscitées par l'introduction et l'utilisation d'une approche itérative. Seuls les sujets qui peuvent constituer une menace spécifique à une approche itérative sont abordés dans le questionnaire. C’est donc un complément à d'autres questionnaires et à d’autres outils d'analyse de risque en usage dans l'organisation. L'OSF n'est pas destinée à traiter avec des personnes tenant des rôles spécifiques ; elle porte simplement un jugement sur chaque catégorie. Afin de parvenir à un jugement mûrement réfléchi, il est important de savoir qui décidera, ou qui jouera un rôle, dans l'introduction d'une approche itérative. Ces personnes doivent être activement impliquées lors de l'OSF. Que faire avec les résultats Les risques sont quantifiés pour chaque question en donnant des points : Faible = 0, Moyen = 5 et Fort = 10. En divisant le score total de chaque catégorie par le score total maximum possible pour cette catégorie, on calcule un risque relatif. Une image complète des risques encourus est représentée sous la forme d'une toile d'araignée (radar), avec un axe par catégorie. Les risques forment les sommets du radar. Plus le risque est petit, plus les valeurs sont proches de zéro sur l'axe concerné. Un exemple de radar obtenu est donné en Annexe A. Aucune définition de l'importance de chacune des zones n’est donnée ; c’est une appréciation laissée aux experts en processus et à l’équipe impliquée dans l'organisation. L'importance relative de chaque catégorie dépend de divers aspects tels que : la taille de l'organisation, le type d’organisation, son degré de maturité, etc. Sur la base de ce radar et du rapport qui en découlent, des mesures peuvent être proposées pour faire face aux risques perçus. De cette façon, les résultats de l'OSF initialisent le registre des risques du projet, qui sera un instrument de contrôle important lors de l'introduction d'une approche itérative. Lorsque les risques sont élevés, l'introduction d’une démarche itérative n'est pas nécessairement vouée à l'échec. Mais les attentes doivent être ajustées en conséquence. Le rythme de la mise en place peut également être modifié en fonction de l'organisation. Il est également utile d'envisager de trouver une autre partie de l'organisation qui obtienne un meilleur score pour y démarrer une approche itérative. L'OSF est simplement conçu comme un « thermomètre » qui permet de clarifier la situation à l’instant t. Les mesures qui devront être prises par la suite ne sont pas abordées dans ce document. Cela incombe à l'équipe chargée de la mise en place d'une démarche itérative dans l'organisation concernée.
  4. 4. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 3. Questionnaire OSF Cette section contient l'intégralité du questionnaire OSF, accompagnée d'une explication pour chaque question. Le questionnaire est divisé en huit catégories soumises à évaluation : • Utilisateurs • Management des utilisateurs • Organisation • Culture • Équipe informatique • Management informatique • Management de l’organisation • Technique. Il y a un certain nombre de questions par catégorie ; elles visent à fournir une image de la réceptivité de l'organisation à une approche itérative pour chaque catégorie. Bien que les catégories se succèdent dans le questionnaire, cette séquence n'a pas à être suivie. Toutefois, les questions dans une catégorie suivent un ordre voulu, du général au particulier. Pour chacune des questions, le niveau de risque peut être qualifié de la manière suivante : • Faible lorsqu’il n’y a pas ou peu de risque ; • Moyen lorsqu’il y a un risque moyen ou inconnu ; • Fort lorsque qu’il y a un risque fort.
  5. 5. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 1. Utilisateurs 1.1 Les utilisateurs ont-ils une connaissance suffisante de leur entreprise, de ses objectifs et de leurs propres tâches afin de savoir pourquoi les choses sont comme elles sont ? Explication : pour être en mesure de prendre des décisions fondées, il est important que les participants aux projets itératifs connaissent les objectifs de l'organisation et la façon dont ceux-ci déterminent leurs propres objectifs et tâches. Oui Non 1.2 Les utilisateurs sont-ils habitués à travailler d'une manière axée sur les résultats ou axées sur les tâches? Explication : le contrôle dans un projet itératif est basé sur les résultats (jalons), pas sur les activités. Le travail axé sur les résultats est donc plus approprié que le travail orienté sur les tâches. Résultat Tâche 1.3 Les utilisateurs à tous les niveaux de l'organisation sont-ils habitués à prendre des décisions ? Explication : la prise de décisions dans une équipe de projet itératif va se passer d’autant plus facilement que les personnes impliquées sont déjà habituées à prendre des décisions. La réticence à prendre des décisions et donc le réflexe de les transmettre à un niveau supérieur va retarder le projet. Oui Non 1.4 Quelle est l’attitude des utilisateurs vis-à-vis des technologies de l'information ? Explication : les utilisateurs qui ont une attitude négative vis-à- vis des technologies de l'information auront une attitude négative à chaque tentative de démarrage d'un projet informatique ou d’introduction d’une nouvelle méthode. Les expériences passées devront être prises en compte. Enthousiaste et confiant Méfiant 1.5 Y a-t-il des facteurs qui démotivent les utilisateurs travaillant sur un projet itératif ? Explication : un objectif intéressé qui entre en conflit avec les intérêts du projet peut être démotivant. Non Oui 1.6 Les utilisateurs sont-ils en mesure de se réunir facilement en même temps ? Explication : il est essentiel, pour obtenir la participation active des utilisateurs, que les utilisateurs les plus importants soient disponibles. Le travail posté, le travail à l’extérieur, le temps libre et même la nature du travail peuvent constitués des difficultés pratiques dans la façon d'appliquer un projet itératif. Oui Non
  6. 6. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 2. Management des utilisateurs 2.1 Le personnel est-il évalué en fonction des tâches ou des résultats ? Explication : le travail basé sur les résultats est adapté à un projet itératif, alors que le travail uniquement basé sur les tâches n’est pas du tout adapté. Résultat Tâche 2.2 Le style de leadership est-il basé sur la délégation ? Explication : un style de leadership basé sur le soutien et la délégation ("organisez-vous") a tendance à être moins axé sur les tâches et donc plus adapté à un projet itératif que les styles de leadership fortement axés sur les tâches que sont le directif et le persuasif ("faites ça !"). Oui Non 2.3 Les managers des utilisateurs sont-ils prêts à s'engager sur le fait que les utilisateurs seront disponibles pour participer activement aux projets ? Explication : l’engagement des managers est essentiel pour l'introduction d'une approche itérative. Si le management des utilisateurs n'est pas prêt à coopérer dans ce sens ou que la priorité donnée pour travailler sur les projets n'est pas assez grande, on doit sérieusement envisager de ne pas appliquer une approche itérative. Oui Non 2.4 Les raisons invoquées pour introduire une approche itérative sont-elles claires pour le management des utilisateurs ? Explication : l'introduction d'une approche itérative s’accompagne d’un changement culturel. C’est seulement rendu possible parce qu’il existe des raisons claires pour motiver cette démarche, elle est donc basée sur une vision claire. Oui Non 2.5 Le management est-il prêt à utiliser d'autres formes de contrat que ceux habituellement utilisés ? Explication : dans un projet itératif, on ne précise pas exactement les fonctionnalités qui seront livrées dans une timebox. La fonctionnalité à livrer, par conséquent, peut ne pas être définie contractuellement. Une forme appropriée de contrat doit être convenu avec le client, avec une structure budgétaire claire et des responsabilités claires. Quels types de contrat sont utilisés dans le service informatique ? Est-ce que la responsabilité budgétaire des projets informatiques incombe à l'organisation informatique ou aux utilisateurs ? Oui Non
  7. 7. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 3. Organisation 3.1 L'organisation a-t-elle une structure fonctionnelle ou une structure axée sur les processus ? Explication : la structure de l'organisation détermine combien de personnes seront impliquées dans les décisions prises sur une partie spécifique du système d'information. Une organisation fortement fonctionnelle tend à avoir un grand nombre de fonctions spécialisées. Cela entrave la prise de décisions rapides sur les problèmes et les questions portant sur ces domaines spécialisés, puisque cela implique de solliciter beaucoup de personnes. Une organisation orientée processus est principalement basée sur des points d’entrée uniques : des généralistes qui couvrent une grande partie du domaine concerné par le problème. Une approche itérative fonctionne mieux dans une organisation orientée processus plutôt que dans une organisation orientée fonctionnelle. Processus Fonctionnel 3.2 Quelle est la relation entre les utilisateurs et l'organisation informatique en ce qui concerne la prise de décisions ? Explication : dans les projets itératifs, ce sont les utilisateurs qui pilotent : ils décident de ce dont ils ont besoin. Les décisions sur des sujets informatiques sont prises avec les directeurs de l’entreprise, et pas le responsable informatique. La structure de l’organisation informatique devrait être déterminée en fonction des besoins des services utilisateurs. Cela s'applique au niveau des projets également : l'organisation informatique est-elle prête à partager la prise de décisions avec les utilisateurs ? Les utilisateurs ont tendance à prendre les décisions L'organisation informatique a tendance à prendre les décisions 3.3 Quelle est la relation entre les utilisateurs et l'organisation informatique et quel est l’historique ? Explication : pour que des équipes multidisciplinaires réussissent, il est important qu'il y ait suffisamment de confiance entre toutes les personnes et les groupes impliqués dans la conduite des projets informatiques. Les utilisateurs concernés font-ils confiance aux experts informatiques et vice versa ? Confiance Méfiance 3.4 Y a-t-il une orientation clairement dédiée client interne, de sorte que le client interne valorise le travail de l'organisation informatique sur les résultats ? Explication : une approche itérative exige une étroite collaboration entre les différentes disciplines et services. Les intérêts du client doivent toujours être considérés comme primordiaux. Une collaboration étroite sera d’autant plus facile si la culture de l'organisation est telle que tout le monde considère ceux avec qui ils travaillent comme des clients. Oui Non
  8. 8. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 3.5 Quelle étape d’informatisation a atteint l'organisation ? Explication : l’étape d’initiation se caractérise par une phase d’apprentissage ; l’étape de consolidation se caractérise par l'implication du management, la standardisation et une meilleure efficacité. La maturité informatique est atteinte dans la phase d'intégration. Consolidation / Intégration En cours Initiation 3.6 Comment le marché dans lequel opère l'organisation se caractérise-t-il ? Explication : un marché dynamique s’efforce d’avoir un délai de mise sur le marché (time-to market) le plus court possible. Cela rend plus aisée la mise en application de la technique du timeboxing et de l'acceptation d’une solution à 80%. Marché dynamique Marché stable
  9. 9. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 4. Culture 4.1 L'organisation a-t-elle une culture d'ouverture ? Explication : y a-t-il des tabous dans l'organisation ? y a-t-il des conflits d'intérêts ? parle-t-on de ces conflits ? y a-t-il des différences culturelles au sein de l'organisation ? Oui Non 4.2 Dans quelle mesure l'organisation est-elle enclin à changer et sur le point d’y réussir ? Explication : une approche itérative a de nombreux atouts, mais son introduction s'accompagne souvent d'un choc culturel douloureux. Les gens sont enclins à accepter des changements si eux-mêmes pensent qu’ils sont vraiment nécessaires. Dans quelle mesure l'organisation est-elle prête à subir ce choc ? En d'autres termes, y a-t-il (maintenant et/ou dans l'avenir) un soutien suffisant pour opérer ce changement ? Si l'organisation a récemment été impliquée dans des changements organisationnels majeurs, cela influencera la façon dont l'organisation est prête à changer, et aura un effet positif ou négatif, en fonction de leur dernière expérience. Fortement Non 4.3 Les personnes sont-elles prêtes à mettre leurs connaissances à la disposition des autres ? Explication : une approche itérative tente de diffuser la connaissance au sein de petites équipes multidisciplinaires, il est donc essentiel que les personnes des différentes disciplines soient prêtes à partager leurs connaissances avec les autres. Ceci s'applique particulièrement aux spécialistes dans une entreprise qui ne travaillent que ponctuellement sur des projets. Il est également important que les personnes avec peu d'influence soient en mesure de donner leur vision des choses. Oui Non 4.4 Les groupes ont-ils un pouvoir de décision ? Explication : le processus de prise de décision ne doit pas retarder les projets itératifs. Les gens prennent-ils des décisions indépendantes, le font-ils en groupe avec un pouvoir de décision clair, ou les décisions doivent-elles être obtenues via un lobbying politique interne ? Oui Non 4.5 Qui prend la décision finale sur la façon dont travaillent les gens? Explication : les personnes habituées à décider eux-mêmes comment organiser leur travail s'intégreront mieux dans la culture. Les équipes elles-mêmes Principaleme nt des discussions entre les managers des utilisateurs et l'équipe Toujours par les managers des utilisateurs 4.6 Qui a initié les projets informatiques passés et présents ? Explication : pour une approche itérative, s’assurer que le travail est « tiré » par la demande client est essentiel. Un environnement où la technologie est principalement « poussée » peut entrer en conflit avec les principes d’une approche itérative. Principale ment le haut managem ent Principale ment l'informati que
  10. 10. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 4.7 Les solutions livrées jusqu'à présent ont-elles répondues aux attentes des utilisateurs ? Explication : le prototypage et l’implication active des utilisateurs dans les ateliers signifient que vous pouvez vérifier très tôt dans le projet si le système répond aux attentes des utilisateurs. Si les solutions livrées jusqu’à ce jour ont répondu aux attentes des utilisateurs, il devient moins nécessaire de passer à une autre façon de travailler. Oui, toujours Non, jamais 4.8 Les utilisateurs peuvent-ils faire face avec 80% de la solution ? Explication : une approche itérative s'efforce de résoudre les problèmes qui sont générés par des objectifs métiers et qui doivent être résolus. En laissant de côté toutes les « zones de confort », la capacité à s'attaquer à d'autres problèmes réels et complexes se trouve augmentée. La question est de savoir si les utilisateurs sont suffisamment motivés pour tolérer 80% de la solution. Oui Non
  11. 11. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 5. Équipe informatique 5.1 Le personnel informatique possède-t-il les compétences appropriées ? Explication : une collaboration intensive avec les utilisateurs et la participation aux ateliers réclament de bonnes compétences en matière de communication. Les gens doivent aussi bien connaître les outils utilisés à cette occasion. Oui Non 5.2 L’équipe informatique est-elle assez expérimentée ? Explication : l'environnement dynamique du projet et l'indépendance demandée par les membres de l'équipe exigent que chaque équipe comporte au moins un membre expérimenté. En outre, il doit y avoir suffisamment de personnes ayant une bonne expérience informatique afin d'être en mesure de former des équipes avec une bonne combinaison de seniors et de développeurs « ordinaires ». Oui Non 5.3 L’équipe informatique a-t-elle une connaissance et une expérience suffisante de l’itératif et l’incrémental ? Explication : afin d’être en mesure de réaliser des projets avec une approche itérative, l’équipe informatique doit avoir une connaissance minimale de la méthode. L'expérience préalable d'un projet itératif est fortement souhaitable. Oui Non 5.4 Les rôles de concepteur et de développeur sont-ils habituellement strictement séparés ? Explication : dans les schémas traditionnels de développement, il ya souvent une séparation stricte entre les phases de conception et de construction, avec un passage de relai clair. En outre, les fonctions de concepteur et de développeur sont prises en charge par des personnes différentes. Dans les projets itératifs, les phases de conception et de construction sont emmêlées. Il est préférable que ces rôles soient remplis par la même personne lors de la conception et de la construction du prototype et lors de la validation avec l'utilisateur final. Non Oui 5.5 L’équipe informatique est-elle prête à adopter une nouvelle approche ? Explication : lorsque les gens sont habitués à une approche particulière (traditionnelle) en matière de développement, il y a souvent une résistance à l’adoption d’une nouvelle méthode. Des personnes ne voulant pas adopter de nouveaux outils, de nouveaux produits ou de nouvelles versions, peuvent constituer un signe de résistance. Oui (tous) Non 5.6 Quelles sont les expériences passées avec les utilisateurs ? Explication : la participation intensive des utilisateurs est essentielle dans une approche itérative. Si l’équipe informatique a eu par le passé des expériences négatives en travaillant de pair avec les utilisateurs, elle peut s'opposer à une méthode où il s'agit d'un principe de base. Bon Mauvais
  12. 12. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 6. Management informatique 6.1 Les gens ont-ils une expérience des projets ? Explication : dans les projets, un produit défini doit être livré dans un temps limité. Cela nécessite une façon différente de travailler pour mener les tâches concernées. L'expérience des projets est nécessaire pour travailler avec une approche itérative. Oui Non 6.2 Quelle méthode de développement est réellement utilisée à l'heure actuelle ? Explication : si des projets de type itératif/incrémental ont déjà été menés préalablement, alors la mise en place sera beaucoup plus simple que si l’on a uniquement une expérience du cycle en V. Itératif Cycle en V 6.3 Y a-t-il de quelconques motivations pour introduire une approche itérative ? Explication : une approche itérative offre certains avantages spécifiques, tels que mieux répondre aux besoins grâce à la participation intensive des utilisateurs, s’axer sur la valeur métier la plus importante tout en la livrant fréquemment. Quand un service informatique doit fournir ce genre de choses à un client, il sera volontairement beaucoup plus ouvert à une approche itérative. Oui Non 6.4 Est-ce que le management informatique défend l'application d'une approche itérative ? Explication : l’engagement du management est essentiel pour introduire une approche itérative. Le soutien du management est toujours nécessaire pour mettre en œuvre un changement spécifique. Oui Non 6.5 Le management informatique est-il prêt à adapter les standards, normes, procédures et à changer les normes, procédures et directives ? Explication : les normes actuelles de développement, de validation, etc. actuellement validées devront peut-être être modifiées ou même ne plus être appliquées si les projets sont exécutés selon une approche itérative. Oui Non 6.6 Le management informatique est-il prêt à accepter d'autres formes de contrat que ceux habituellement utilisés ? Explication : quels types de contrat sont acceptables pour le service informatique ? les budgets des projets informatiques sont-ils de la responsabilité de l'organisation informatique ou de l'organisation utilisateurs? Dans un projet itératif, il n'est pas indiqué précisément quelles fonctionnalités seront livrées dans une timebox donnée. La fonctionnalité à livrer, ne peut par conséquent pas être définie contractuellement. Un contrat approprié doit être convenu avec le client, avec une structure de budget clair et des responsabilités claires. Oui Non
  13. 13. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 7. Management de l'organisation 7.1 Les procédures d'acceptation prennent-elles relativement beaucoup de temps ? Explication : une approche itérative est axée sur la livraison régulière et incrémentale de fonctionnalités. Des procédures fastidieuses pour chaque partie d'un produit retardent l'avancement d'un projet. Non Oui 7.2 Les demandes de changement sont-elles recueillies puis traitées et livrées ensemble ou chaque demande est-elle traitée séparément ? Explication : le travail selon un mode incrémental sera plus facile si l'organisation est habituée à regrouper les demandes de changement ensemble. Ensemble Individuel 7.3 Les procédures d’installation et de contrôle doivent-elles être strictement respectées tout le temps ? Explication : s'il est impossible de faire des exceptions aux procédures d'installation et de contrôle existantes, cela pourrait compliquer l'avancement des projets itératifs. Dans certaines organisations, les procédures doivent être suivies, même si elles n'ont pas de valeur ajoutée pour le projet concerné. Donc, ce qu'on entend ici c’est de savoir dans quelle mesure on est prêt à examiner les priorités par l’application de MoSCoW. « Respect des procédures » vs « Relations de collaboration » ? Non Oui 7.4 Les managers sont-ils prêts/disponibles pour s'impliquer dans un projet dès le début ? Explication : dans le cadre du futur transfert de l’application développée à l'équipe de maintenance, il est intéressant d’impliquer les managers concernés dans des projets itératifs le plus tôt possible. Oui Non
  14. 14. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 Catégorie/Question Faible Moyen Fort 8. Technique 8.1 Les techniques actuelles de modélisation sont-elles compatibles avec un développement axé sur l'utilisateur ? Explication : l'introduction d'une approche itérative aura-t-elle des conséquences sur les techniques de modélisation utilisées actuellement ? En d'autres termes, sont-elles assez bonnes pour une communication interactive avec l'utilisateur ? Oui Non 8.2 Les techniques d’approche itérative sont-elles déjà utilisées ? Explication : là où des techniques telles que les ateliers et le prototypage sont déjà appliquées (éventuellement même dans le cadre de développement selon un cycle en V), l'introduction de techniques itératives est rendu beaucoup plus simple. Oui, presque tout le temps Non, aucune 8.3 Est-ce que l'environnement de développement est adapté à une approche itérative ? Explication : les outils de développement actuels sont-ils adaptés à un processus de développement itératif et incrémental? On entend par là les outils qui concernent le prototypage et la gestion de configuration. Oui Non 8.4 La gestion de configuration est-elle déjà appliquée ? Explication : une gestion de version bien structurée est nécessaire pour des méthodes de travail itératives. Il doit être possible de revenir à des versions antérieures à tout moment. Un bon outil est ici essentiel. Oui Non 8.5 Dans quelle mesure les principes de tests sont-ils déjà en cours d'utilisation? Explication : les projets itératifs font un usage important des tests. Si ces principes sont déjà appliqués, l'introduction de l'approche itérative sera beaucoup plus simple. Beaucoup Un peu
  15. 15. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 4. Conclusion Le développement itératif est une méthode qui offre de grands avantages, du moment que certaines conditions sont remplies. Pour appliquer avec succès le développement itératif dans une organisation, il est important de mieux comprendre le niveau de compatibilité de l'organisation par rapport à la méthode. Le questionnaire OSF est un instrument puissant pour cartographier la situation au sein d'une organisation et dans un temps relativement court. Partant de là, des objectifs peuvent être fixés à un niveau réaliste et des mesures concrètes prises pour faire face aux zones à risque identifiées.
  16. 16. Questionnaire OSF Consortium DSDM © 2007 Traduit par Fabrice Aimetti, le 07/01/2011 5. Annexe A – Exemple de résultats Le radar ci-dessous montre les scores obtenus pour une organisation fictive. Catégorie Score total Score max Risque relatif Utilisateurs 30 60 5.0 Management des utilisateurs 40 50 8.0 Organisation 40 60 6.7 Culture 40 80 5.0 Technique 15 50 3.0 Management de l'organisation 25 40 6.3 Management informatique 55 60 9.2 Équipe informatique 10 60 1.7 OSF Relative risk 0 2 4 6 8 10 Users User management Organization Culture Techniques Management organization IT Management IT Staff

×