Bienvenue dans l’école romaine !

20 951 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
20 951
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
966
Actions
Partages
0
Téléchargements
45
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bienvenue dans l’école romaine !

  1. 1. Bienvenue à l’école romaine ! Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort) AVE, AVE, DISCIPULUS ! MAGISTER !
  2. 2. Sur le chemin de l’école…Dans les premiers temps de la République, le jeuneromain apprenait auprès de ses parents. Dabord auprèsde sa mère puis auprès de son père qui veillait à sondéveloppement physique et lui apprenait à respecter leslois.Vers la fin de la République et pendant tout lempire cescoutumes disparaissent. Les enfants furent confiés aupédagogue. Le pédagogue était souvent lesclave le plusinstruit que possédait la famille. Il était chargé desurveiller lenfant toute la journée. Il laccompagnait àlécole pendant les promenades etc... Plus quun maîtrele pédagogue était un accompagnateur. Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  3. 3. JE RETIENS !A partir de quand les enfants ne sont-ils plus éduquéspar leurs parents? => A partir de la fin de la République: ils sont alors confiés à un pédagogue (paedagogus)Quel est le rôle du pédagogue ? => Amène les enfants à l’école => Surveille l’enfant la journée => Instruit l’enfant (leçons et devoirs) Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  4. 4. Première étape: Chez le LUDI MAGISTER…Les Romains commençaient lécole vers lâge desept ans. Ceux qui navaient pas de précepteurparticulier commençaient leur scolarité chez lemagister ludi. Le magister ludi, esclave ouaffranchi, enseignait dans les arrière-boutiquesou même sous les portiques. La classe se tenaitgénéralement en plein air. Les élèvessasseyaient sur des tabourets et le magisterludi sur une chaire. Les élèves avaient six heuresde leçons par jour avec une courte pause à midi.Ils avaient le droit à un jour de congé tout lesneuf jours et pendant les fêtes. Il semble quil yait eu des vacances dété sétendant de finjuillet à la mi-octobre. Lannée scolaire débutaiten Mars après une fête en lhonneur de Minervedéesse de la science… Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  5. 5. Chez le magister ludi les enfants apprenaient seulement à lire, écrire et compter. Les méthodes denseignements étaient fortement contraignantes, par exemple les élèves répétaient pendant plusieurs heures lalphabet avant de savoir dessiner les lettres. Les élèves distraits ou faisant la moindre erreur étaient sévèrement punis. Lemploi du fouet était monnaie courante. Les enfants des familles les plus riches nallaient pas à lécole. Ils avaient des précepteurs privés. Ils sagissaient généralement de grecs très instruits.Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  6. 6. Bilan de la première étape de la scolarité … Le LUDI MAGISTER (« maître d’école »),CHEZ QUI ? un esclave ou un affranchi (ancien esclave)A QUEL AGE ? À partir de 7 ans ! En plein-air, ou derrière desOù ? boutiques.Pour apprendre Lire, écrire et compter.quoi ? Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  7. 7. Deuxième étape: Chez le GRAMMATICUS…De douze à dix-sept ans, les jeunes romains delaristocratie allaient à lécole du grammairien.Celui-ci était le plus souvent dorigine grec,asiatique ou égyptienne. Il connaissaitparfaitement et enseignait le grec. Il étaitimpensable pour un aristocrate romain de ne pasparler grec.Pendant les cinq années que duraitlenseignement, les poètes grecs (Homère) etlatins (Ennius et plus tard Virgile) étaient lesprincipaux sujets détudes. Le peu dhistoire et degéographie que lélève apprenait ne lui servaitquà mieux comprendre ces textes.L’élève apprenait à traduire des textes, à lesexpliquer des textes, et à les réciter par cœur. Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  8. 8. Bilan de la deuxième étape de la scolarité … Le GRAMMATICUS (grammairien)CHEZ QUI ? Souvent d’origine étrangère.A QUEL AGE ? De 12 à 17 ans Dans l’ école du grammairienOù ?Pour apprendre Apprendre le grec, traduire desquoi ? textes, les réciter par cœur. Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  9. 9. Troisième étape: Chez le RHETOR…Après lenseignement du grammairien, toutcitoyen romain désireux de se lancer dans lapolitique suivait lécole du rhéteur.Cet enseignement avait pour but dapprendre àbien parler, à sexprimer avec facilité dans desformes variées et à convaincre par ses idées soninterlocuteur. Cela était fort utile à un citoyenromain appelé à devenir membre dugouvernement.Les élèves des écoles de rhétorique sentraînaientà défendre des causes imaginaires et à mener undébat. Cela les préparaient aux futurs discoursprononcés devant le Sénat ou sur le Forum. Seulsles enfants des familles riches fréquentaient lesécoles de rhétorique. Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  10. 10. Par la suite si lélève souhaitait compléter ses études, il entreprenait des voyages àAlexandrie, Pergame, Rhodes ou Athènes où il pouvait trouver plus facilement quà Romedes maîtres en philosophie, géographie, astronomie ou physique. Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  11. 11. Bilan de la troisième étape de la scolarité … Le RHETORCHEZ QUI ?A QUEL AGE ? A partir de 17 ans À Athènes, Alexandrie, Pergame,Où ? Rhodes…Pour apprendre Apprendre à faire des discoursquoi ? (de la rhétorique) Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  12. 12. Et les jeunes filles dans tout ça ????? Léducation des jeunes filles avait lieu àla maison où elles apprenaient leur futur devoirde mère de famille. Dans la Rome archaïque,elles apprenaient à faire preuve de pudeur, à filerla laine et à obéir à leur mari. Trois qualités queles romains attendaient de leurs épouses. Par la suite, les filles se mirent ellesaussi à fréquenter lécole élémentaire où ellesapprenaient à lire, écrire, compter. Les jeunesfilles de conditions modestes revenaient ensuiteapprendre auprès de leurs mères les règles deléconomie domestique. Les jeunes filles deconditions aisées étaient confiées à unprécepteur ou à une école privé où ellesétudiaient les classiques latins et grecs. Ellesapprenaient aussi à chanter et à jouer duninstrument comme la cithare ou la lyre.Les femmes ne pouvaient pas exercer une activitéprofessionnelle ou commerciale. Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)
  13. 13. Bilan de l’éducation des jeunes filles: Chez la mère, et parfois à l’école.CHEZ QUI ? Filer la laineL’éducation Obéir au futur mariminimale: Savoir tenir la maisonEt pour les plus Etudier la littérature latine et grecqueriches: Apprendre la cithare……ou la lyre Diaporama réalisé par Fanny Couturier, Collège de Vinci (Belfort)

×