Numéro : 02 / Nov-Jan 2014

DU CADRE DE CONCERTATION

A la Une…
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.

Forum des Affaires
Atelier sur la ré...
DU CADRE DE CONCERTATION
A l’issue des débats, la première édition du
Forum des Affaires a fait les recommandations
suivan...
DU CADRE DE CONCERTATION
Centre, dans la perspective bien évidemment
du développement durable.

connaissances. Ainsi, les ...
DU CADRE DE CONCERTATION
Changements climatiques : une alliance multi-acteurs en gestation en Afrique de l’Ouest
Le Forum ...
DU CADRE DE CONCERTATION



outils, initiatives et offres de services à
l’attention des pays notamment, et de renforcer
l...
DU CADRE DE CONCERTATION
 L’accroissement de la résilience des
exploitations familiales ;
 Le développement des partenar...
DU CADRE DE CONCERTATION

Agenda
 Réunion du Comité de pilotage du programme ECOWAP / DDC avec le ROPPA,
l’APESS et RBM, ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Echos du cadre de concertation roppa_apess_rbm

525 vues

Publié le

Échos du cadre de concertation ROPPA_APESS_RBM

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
525
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Echos du cadre de concertation roppa_apess_rbm

  1. 1. Numéro : 02 / Nov-Jan 2014 DU CADRE DE CONCERTATION A la Une… 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Forum des Affaires Atelier sur la réévaluation des terres de pâturage Atelier régional sur les Changements Climatiques Atelier sur les Statistiques sur l’élevage Positions des OP Agenda A lire Secréterait technique assuré par le Hub Rural www.hubrural.org Forum des affaires des OP organisé par le ROPPA, 29 au 31 octobre 2013 à Abidjan, en Côte d'Ivoire Pour un meilleur marketing des questions agricoles en Afrique de l’Ouest Les Organisations Paysannes et le secteur privé tiennent leur Forum des Affaires Favoriser une concertation et la définition d’actions communes entre les OP et le secteur privé sur des questions concernant le commerce régional des produits agricoles et agroalimentaires à travers l’organisation des panels de réflexions thématiques multi acteurs. Tel était l’objectif principal de la toute première édition du Forum des Affaires tenu du 29 au 31 octobre 2013 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Initiative du Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) de concert avec d’autres institutions à l’instar du réseau des chambres de commerce, de l’industrie et du commerce, AAFEX, il était également question de promouvoir le développement de relations de partenariats entre les organisations paysannes et les acteurs du secteur privé pour la mise en marché des produits agroalimentaires issus des exploitations familiales par le biais d’un espace professionnel «B 2 B» Les participants ont au cours de cette manifestation échangé sur la production et la diffusion de semences certifiées ; la contractualisation entre les Op et les acteurs du secteur privé pour la commercialisation des produits agricoles et agroalimentaires. Ils ont aussi mené des réflexions sur la concertation entre les OP et les autres acteurs pour la promotion des chaînes de valeur.
  2. 2. DU CADRE DE CONCERTATION A l’issue des débats, la première édition du Forum des Affaires a fait les recommandations suivantes:  Renforcer la concertation des acteurs privés (OP, secteur privé) et les Etats et institutions d’intégration régionale pour mettre en place des systèmes efficaces et durables de production et de diffusion de semences certifiées en vue d’intensifier et moderniser les exploitations familiales ;  assurer la mobilisation et la participation des Etats et des Institutions régionales d’intégration au comité de pilotage du forum. Renforcer le partenariat entre le ROPPA et les réseaux des organisations des acteurs du secteur privé pour l’organisation et la gestion du forum des affaires. Les participants demandent au ROPPA et à ses partenaires de tout faire pour Par ailleurs, les participants exhortent le ROPPA à mettre en place une stratégie pour assurer la durabilité financière et la longévité du forum des affaires ; à élargir le processus de préparation et de renforcement des capacités des organisations paysannes pour prendre part aux prochaines éditions du forum des affaires et notamment les rendezvous professionnels. Ils souhaitent également que la plate forme régionale des OP mette en place un mécanisme de suivi évaluation et un appui post forum aux acteurs pour favoriser la concrétisation des contacts pris lors des rendez-vous « B2B ». Par Gilles Podjoley (ROPPA) Atelier sur la réévaluation des terres de pâturage organisé par APESS/CORAF, du 18-24 novembre à Garoua, au Cameroun Construire une vision commune sur la valeur des terres de pâturages règlements des communautés économiques régionales qui prennent en compte ces valeurs des terres de pâturage ? Voilà tant de questions qui ont nécessité une rencontre entre les différents acteurs de l’élevage de l’Afrique occidentale et centrale, du 18 au 21 novembre 2013 à Garoua au Cameroun ; rencontre qui tombe à point quand on sait que l’un des problèmes récurrents communs aux différents pays du continent demeure celui du foncier, synonyme de précarité de l’accès des terres de pâturage en milieu rural: véritable casse-tête pour les éleveurs. Garoua explore les pistes… Comment évaluer les valeurs des terres de pâturage : méthodes et indicateurs ? Quels besoins de formation aux éleveurs pour l’évaluation et la mise en valeur des terres de pâturage ? Comment partager ces valeurs entre éleveurs professionnels, autres utilisateurs des terres, agents techniques et décideurs politiques ? comment faciliter la mise en œuvre des codes pastoraux des pays et des Dans l’optique de trouver des solutions durables à ces inquiétudes, les assises de Garoua avaient pour objectif de créer un cadre de partage et d’échange d’expériences sur l’évaluation de la valeur des terres de pâturages en vue d’améliorer l’accès des éleveurs au foncier en Afrique de l’Ouest et du 2
  3. 3. DU CADRE DE CONCERTATION Centre, dans la perspective bien évidemment du développement durable. connaissances. Ainsi, les CER devraient se concerter pour appuyer les institutions de recherche. Placé sous le thème «Réévaluer la valeur des terres de pâturages : une vision partagée entre les acteurs de l’élevage en Afrique de l’Ouest et du Centre», cet atelier était une initiative conjointe du CORAF et l’APESS, en collaboration avec LiFLoD (Elevage et Développement Local) et la FAO/GAA (Agenda global pour une action en faveur d’un développement durable du secteur de l’élevage). Ces partenaires ont voulu à travers cette synergie construire une vision commune sur ladite thématique. Ceci explique d’ailleurs les recommandations retenues au sortir de leur conclave. On note entre autres recommandations : Considérant que les solutions aux défis du pastoralisme doivent s’inscrire dans les logiques multi acteur à tous les niveaux (local, national, sous régional), les participants à l’atelier de Garoua ont souhaité qu’un plaidoyer soit fait sur la base des valeurs avérées des terres de pâturages pour améliorer les politiques et les programmes. Ils ont aussi émis le vœu pour une capitalisation des résultats de la recherche ainsi que les expériences et les bonnes pratiques. L’autre point important selon eux, est le développement des outils adaptés pour mieux caractériser les valeurs économiques, sociales et environnementales de l’élevage et ses contraintes pour leur prise en compte dans la programmation des politiques, des programmes et des projets. Ils n’ont pas occulté le volet renforcement des capacités des vulgarisateurs et le maillage de l’encadrement.  Développer des relations de concertations entre CEDEAO & CEEAC/CEMAC dans le domaine des politiques d’élevage y compris la gestion des Ressources Génétiques Animales (RGAn) locales ;  La CEDEAO & la CEEAC/CEMAC doivent conjuguer leurs efforts pour appuyer les pays à développer des concertations bilatérales sur les échanges commerciaux et mouvements transfrontaliers des transhumants ;  Les institutions d’intégration régionale (la CEDEAO et la CEEAC/CEMAC) doivent accompagner les Organisations Professionnelles à base régionale des éleveurs et des agriculteurs à mieux se concerter pour la bonne réussite des politiques publiques de développement Agricole régional (production végétale, pastorale, animale et halieutique) ;  L’accès au progrès technologique est conditionné par la génération des Une feuille de route (plan d’action) a été d’ailleurs élaborée au sortir de cet important atelier afin d’explorer davantage les différentes pistes retenues et de maintenir le cap :celui du rayonnement des terres de pâturage. Satisfecit ! C’est l’impression affichée par les différents partenaires (CEDEAO, RMB, APESS, CIRDES, CORAF…) quant à la tenue de cette réunion. Pour ces derniers, une synergie entre les acteurs du développement à la base et les décideurs est indispensable pour qu’ensemble le monde rural en général et les éleveurs en particulier puissent relever les grands défis pour un véritable développement. Source : Le Hub Rural en collaboration avec Gilles Podjoley 3
  4. 4. DU CADRE DE CONCERTATION Changements climatiques : une alliance multi-acteurs en gestation en Afrique de l’Ouest Le Forum des acteurs nationaux et régionaux de l’AIC en Afrique de l’Ouest, retenu pour fin mai 2014 à Bamako, constituera la troisième rencontre de ce processus. Il réunira l’ensemble des acteurs nationaux et régionaux concernés (points focaux des politiques nationales sur l’agriculture, le changement climatique et la gestion de l’eau ; institutions régionales et internationales ; organisations de producteurs et d’éleveurs ; PTF ; etc.). Son objectif sera d’animer une réflexion collective sur les opportunités, les problématiques, les défis et les choix stratégiques liés au développement d’une agriculture intelligente face au climat (AIC) en Afrique de l’Ouest, en vue de définir le cadre d’intervention, de financement et de suivi-évaluation de la CEDEAO sur l’AIC, et d’opérationnaliser sa mise en œuvre par la constitution d’une Alliance pour la coordination et la convergence des initiatives sur l’AIC dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA (PRIA et PNIA). Du 21 au 23 novembre 2013 , une concertation entre plusieurs acteurs s’est tenue à Abidjan en Côte d’Ivoire dans le but d’organiser un forum pour la mise en place d’une alliance sur les changements climatiques en Afrique de l’Ouest. Ce processus qui est une initiative de la CEDEAO dans le cadre de l’accélération de la mise en œuvre de son ECOWAP/PDDAA bénéficie de l’accompagnement du Hub Rural et de la participation des membres du cadre de concertation (APESS,RBM , ROPPA). Une première réunion restreinte d’appui à l’initiative s’était tenue le 1er novembre 2013 à Dakar au Sénégal ; elle avait regroupé la CEDEAO, l’UEMOA, le CILSS, le Hub Rural, le CORAF, l’USAID, la GIZ et l’IFPRI, et visait à amener les partenaires à poser les bases d’un processus de mise en place de l’alliance. De façon spécifique, il s’agira de :  La concertation régionale qui a eu lieu à Abidjan du 21 au 13 novembre 2013 a regroupé une palette plus large d’acteurs : institutions scientifiques régionales et internationales, réseaux des producteurs (dont l’APESS), partenaires techniques et financiers, etc. Après avoir examiné les résultats de l’étude d’état des lieux / diagnostic pour une Agriculture Intelligente face au Climat (AIC) en Afrique de l’Ouest, étude conduite par Africa Lead et le CILSS/INSAH pour le compte de la CEDEAO et avec l’appui du Hub Rural , la rencontre a donné corps à l’alliance et au cadre d’intervention de la CEDEAO tout en affinant l’approche d’intervention à retenir dans le cadre de la mise en œuvre de l’ECOWAP/PDDAA (PRIA et PNIA) .     4 De mieux appréhender collectivement le paysage scientifique, politique et financier de l’AIC en Afrique de l’Ouest, dans les soussecteurs de la production végétale, de l’élevage et du pastoralisme, de la pêche, de la foresterie et de la gestion des ressources en eau ; D’analyser les tenants et les aboutissants de l’AIC dans le contexte ouest-africain, et de mener une réflexion collective sur les opportunités, les problématiques, les défis et les choix stratégiques qui lui sont associés dans les différents sous-secteurs ; De présenter les politiques et programmes nationaux et régionaux relatifs à l’AIC dans ces sous-secteurs ; de discuter de leurs avancées et difficultés ; de débattre de leur degré de cohérence et de coordination intersectorielles ; De permettre aux pays d’identifier et d’exposer leurs besoins et demandes d’appui en direction des institutions régionales et internationales, pour mieux intégrer l’AIC dans leur PNIA tout en renforçant la cohérence / coordination intersectorielles avec les PANA/PNA et les PAGIRE au niveau national, et l’articulation avec le PRIA au niveau régional ; De permettre aux institutions régionales et internationales d’exposer leurs démarches,
  5. 5. DU CADRE DE CONCERTATION  outils, initiatives et offres de services à l’attention des pays notamment, et de renforcer la convergence et la coordination de leurs initiatives autour des besoins exprimés par les pays pour une plus grande efficience de leurs interventions ; De contribuer, sur une base participative et inclusive, à la définition prochaine du cadre d’intervention, de financement et de  Pour terminer, soulignons que les travaux de la concertation d’Abidjan ont été conduits avec brio, de bout-en-bout, par un duo composé de monsieur Alain Sy TRAORE, Directeur p. i. de l’Agriculture et du Développement rural de la CEDEAO, et du Dr suivi-évaluation de la CEDEAO sur l’AIC, dans le cadre du dispositif de mise en œuvre, de financement et de suivi-évaluation de l’ECOWAP/PDDAA dans son ensemble ; D’accompagner l’opérationnalisation de ce cadre d’intervention par la constitution d’une Alliance pour la convergence et la coordination des initiatives sur l’AIC en Afrique de l’Ouest. Yamar MBODJ, Directeur Exécutif du Hub Rural. Par HAMIDOU TIEMOGO(APESS) Atelier sur "Les Statistiques de l’Elevage au Niger : Situation et perspectives pour améliorer les statistiques de l’élevage et proposer un plan d’action pour la sous-région. Du 28 au 30 octobre 2013 s’est tenu à Niamey au Niger un atelier sur "Les Statistiques de l’Elevage au Niger : Situation et perspectives’’. L’atelier avait pour objectif de discuter des défis liés à l’amélioration des statistiques de l’élevage en Afrique de l’Ouest en vue d’améliorer les politiques de l’élevage et de favoriser l’investissement dans ce secteur. Environs 60 participants venant de plus de 6 pays se sont regroupés pour discuter des défis liés à l’amélioration des statistiques de l’élevage dans la région. Aux représentants du Niger, de la Mauritanie, du Burkina Faso et du Mali se sont joints des experts de la Banque Africaine de Développement (BAD), de l’UEMOA, d’AFRISTAT, la FAO et la Banque Mondiale pour identifier les défis majeurs En savoir plus : http://www.recaniger.org/spip.php?article683 Appel du ROPPA aux chefs d'Etat participant au sommet France-Afrique de Paris forme majeure de production agricole et un atout de première importance pour le développement de l’Afrique. Il montre que, malgré son importance et son potentiel, l’agriculture familiale n’a pas bénéficié d’une allocation suffisante de ressources financières. En conséquence, le ROPPA appelle les Chefs d’Etat et de Gouvernement à prendre cette année un engagement ambitieux et transparent en direction de l’agriculture familiale africaine, en se focalisant sur 4 axes : Le ROPPA a lancé un appel aux chefs d’Etat participant au sommet France-Afrique de Paris, les 6 et 7 décembre 2013. Ce document rappelle que l’agriculture familiale est la  La garantie producteurs 5 d’accès des petits au foncier, aux
  6. 6. DU CADRE DE CONCERTATION  L’accroissement de la résilience des exploitations familiales ;  Le développement des partenariats entre les services publics, les exploitants familiaux et les autres acteurs privés pour, ensemble, permettre aux produits de l’agriculture africaine de nourrir les villes d’Afrique. financements, aux marchés et aux technologies ;  L’appui aux organisations paysannes pour leur permettre une plus grande implication dans la définition, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques et programmes concernant les exploitations familiales ; En savoir plus http://www.pfpniger.org/IMG/pdf_Declaration-Final-Agriculture_familiale_sommet_AfriqueFrance_OK_1_.pdf Position du ROPPA sur le TEC et les APE finalisation du tarif extérieur commun (TEC), le prélèvement communautaire d’intégration (PCI) et les accords de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne, Mamadou Cissokho Président d’Honneur du ROPPA et du CNCR a exprimé la position des organisations paysannes de l’Afrique de l’Ouest sur ces sujets. Ecouter la déclaration : www.hubrural.org/Position-du-ROPPA-surle-TEC-et.htm A l’occasion du sommet extraordinaire de la CEDEAO tenu le vendredi 25 octobre 2013 à Dakar, qui traitait essentiellement des questions économiques telles que la Forum sur le pastoralisme : note de position des Réseaux Régionaux d’Eleveurs d’Afrique de l’Ouest (APESS et RBM) Dans le cadre du forum sur le pastoralisme organisé par la Banque Mondiale les 29 et 31 octobre 2013, les réseaux régionaux d’éleveurs(RBM, APESS) ont élaboré et diffusé une note de positions sur les problématiques liées au pastoralisme avec un focus sur les enjeux émergents( sécurité et paix) et le cadre institutionnel sous régional dans lequel doivent s’inscrivent toutes les initiatives. Lire la note : http://www.hubrural.org/IMG/pdf/note_de _position_version_du_27-10-13.pdf 6
  7. 7. DU CADRE DE CONCERTATION Agenda  Réunion du Comité de pilotage du programme ECOWAP / DDC avec le ROPPA, l’APESS et RBM, le 30 janvier à Niamey, Niger.  Table ronde des partenaires de l’APESS, le 31 janvier à Niamey, Niger.  Réunions du Comité de pilotage du projet de renforcement des capacités des producteurs (piloté par le Hub Rural) ; 21-22 février 2013 A lire  Afrique : Le continent est-il prête pour les OGM ? http://www.hubrural.org/ecrire/?exec=articles&id_article=10816  Défendre et promouvoir l’agriculture familiale http://www.cfsi.asso.fr/sites/www.cfsi.asso.fr/files/amb3_isabelle_duquesne_2.pdf Pour vos contributions Contact : echosducadre@hubrural.org 7

×