PROLOGUEAuphélie est une jeune fille différente des autres gamines de son âge.Cétait quelquun qui réfléchissait beaucoup. ...
caressait son visage et ses longs cheveux couleur débènesdansaient. Elle écoutait le doux hululement de la chouette.Ses ye...
comprendre tous les secrets de lunivers en tendant bien loreille. Depuis, jene fais pas seulement entendre, jécoute. Jécou...
Elle ne prit pas le temps de faire son lit, de toute manière Auphélie nele faisait jamais, puisque elle le défaisait ensui...
très peur. Je ne pouvais absolument plus avancer, quelque chose me bloquait.Une lumière terriblement forte me jaillit au v...
Dans la vie, chaque être vivant est nés pour un destin différent, mais ceux-ciles mènent tous à la même fin. Dans la vie, ...
Féline texte 1
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Féline texte 1

297 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
297
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Féline texte 1

  1. 1. PROLOGUEAuphélie est une jeune fille différente des autres gamines de son âge.Cétait quelquun qui réfléchissait beaucoup. Elle avait une penséedifférente des autres enfants. Son esprit était très imaginatif etcréatif. Auphélie a une philosophie des choses un peu distincte desautres ados. Cest à la fois une être calme, sage et renfermée en elle-même. Depuis quelque temps, ses larmes ne coulèrent plus, ellesouriait moins et sisolait.Souvent, on aurait dit que son regard se perdait au loin. Cétaitcomme si elle cherchait quelque chose parmi les étoiles, mais nevoyait rien. Aussi, on aurait dit quelle communiquait avec des êtresde nulle part.Elle cachait un secret en elle. Même si elle aurait voulut en parler, elleignorait les mots pour le révéler. En fait, chaque fois quelle voulaitdire quelque chose, elle ne savait comment. Les mots navait pas desens pour ce quelle voulait exprimer.Auphélie est une jeune fille qui a eu à surmonter plusieurs épreuves.Cest quelquun dont lâme est forte. Elle a parcouru des cheminsparfois difficiles , mais les a tous surmonté.Voyagez à travers les pensées d Auphélie et découvrez un autreunivers philosophique bien différent de ce que vous pouvez imaginer.Découvrez ce quil ce passe dans lâme dune jeune fille de treize ans,vous serez bien étonné.Elle était vêtu dune robe blanche qui illuminait dans la nuit. Le vent
  2. 2. caressait son visage et ses longs cheveux couleur débènesdansaient. Elle écoutait le doux hululement de la chouette.Ses yeux noirs perdu dans ce ciel étoilé, elle restait immobile. À quoipensait-elle?Souvent, elle paraissait troublée et elle passait la majorité de sontemps seul.Normalement à son âge, elle devait plutôt penser à profiter de la vieet samuser avec des ami (es). Pourquoi semblait-elle si singulièreaux autre enfants?Pourquoi cette air calme et sérieux? Dans ses yeux, on pouvait lireune envie de solitude et de liberté.Dehors, seul dans le noir, assit sur un rocher recouvert de mousse,elle rêvait. Comme rêvait une enfant qui avait perdu espoir.1Je me suis arrêtée proche du ruisseau et je massis sur mon rocher.Jadorais la nature, je pouvais passer des heures seul dans le bois.Jécoutais la vie me parler, jécoutais se quelle menseignait. Je la trouvaissage, dame nature, elle savait tant de choses. Tant de secrets que j’asseyaisde comprendre. Je me rappelle quand Dame Nature ma dit que je pouvais
  3. 3. comprendre tous les secrets de lunivers en tendant bien loreille. Depuis, jene fais pas seulement entendre, jécoute. Jécoute ce que la vie me dit.Depuis, je trouve le monde bien petit. Cest pour cela que je fixe le ciel sanscesse, je me demande que peut il y avoir au delà de cette large toile bleu.Somme nous prisonnier? Si oui, pourquoi le sommes nous? Si non, pourquoinous ignorons ce quil y a au delà? Il devait sûrement y avoir un moyen de lesavoir. Javais beau écouté lunivers, mais on aurait dit que la réponse restaitintrouvable.Toi la chouette, le sais tu? Sais tu ce quil y a au delà?Comment briser se misérable mystère?Elle vint se poser sur elle, la fixant de ses grands yeux verts fluo. Onaurait dit quelle lavait comprit! Elle avait un beau plumage brun doré.Auphélie adorait écouter son doux hululement se perdre dans lesprofondeurs de la nuit.À vrai dire, elle était plus proche des animaux et de la nature que deshumains.Jarrivais à comprendre la nature et les animaux et ils arrivaient à mecomprendre.Je me suis toujours senti différente des autres, mais sans savoir pourquoi.Ce que jaimais le plus avant tout, cétait la solitude. Jétais loin dêtrequelquun de timide. Seulement, on aurait dit quune sorte de mur se dressaitentre moi et les autres et trop apeurée par ce que je pourrais trouver lautrecôté, je nessayais même pas de le dépassé.Je voyais la nuit se changer en jour, il fallait que je rentre.Jai jetée un dernier regard au magnifique levé de soleil et je me levis.Elle se remit en pyjama, Auphélie était très fatiguer, heureusementsétait samedi. Lorsquelle se réveilla, il était midi, mais elle navait pasfaim.
  4. 4. Elle ne prit pas le temps de faire son lit, de toute manière Auphélie nele faisait jamais, puisque elle le défaisait ensuite. Auphélie prit sadouche et se dépêcha à sortir, mais avent quelle est eu le temps demettre un pied dehors sa mère lui dit « Auphélie, quest ce que cestcette histoire de te sauver sans venir me voir?» « Eu..» était-elle aucourant que jétais sortis cette nuit? « Tu nest même pas venu me direbonjour!» Elle lui répondis «Bonjour» Ouf, elle ne savait rien.«Viens voir maman ma chéri» Elle émit un grognement et répondit«Je ne peux pas je sors» « Allons, tu na même pas manger» « Jaipas faim, je sors, je reviens vers 2h»Avant quelle najoute autre chose, elle se dépêcha à ouvrir la porte.Cette après midi, javais grand besoin de solitude. Depuis le rêve que javaisfais, je sentais une drôle de présence et seul dame nature saurait ce que celaveut dire.Je marrêtais de marcher un instant et je me mis à écouter la nature.La nature était la plus belle mélodie.Jécoutais le vent souffler dans les feuilles colorées des arbres. Les pas dunécureuil qui crispaient sur le sol.Le vole des hirondelles qui partaient loin dans le sud. Le bec dun pic-boissur un tronc darbre faisant résonner la forêt.. Cétait une véritable symphonie.«Dame nature?» appelais-je. «Jai quelque chose à vous raconter»Rien...Soudain un grand coup de vent fit trembler tous les arbres de la forêt.Je répondis,« Cest vous dame nature? Jai rêvé à quelque chose détrange»Dun coup, tout se tut. Alors je massis contre une souche darbre et je memit à raconter mon récit.( Jétais au milieu de nul part et je marchais dans le vide. Il faisait noir et jene voyais rien. Puis, sans savoir pourquoi, je me mis à avoir tout dun coup
  5. 5. très peur. Je ne pouvais absolument plus avancer, quelque chose me bloquait.Une lumière terriblement forte me jaillit au visage et me fit mal au yeux. Jetombais dans un grand tunnel noir sans fin. Puis je mouvris les yeux et à cemoment je me suis réveillée. )Dame nature me caressait de son doux vent léger. Je levis les yeux vers leciel, et je vit une flèche qui se dessinait dans les nuages.Quest ce quelle pouvait bien dire.Je lobservais attentivement et me rendue compte que celle-ci pointait versmoi.À linstant même, la flèche disparue et le ciel fût déserté de sesnuages.Je restais tout de même quelque moments perplexe. Ce rêve cétait commeune énigme? Quest ce que cela pouvait bien dire? Puis, cette énigme, doùvenait elle?Elle avait une foule de questions qui lui venait à la tête.Dame nature, je ne saisie pas ton message.Elle était loin de se douter de ce qui lattendait. Derrière cette énigmese cachait la plus grande des aventures.2Auphélie était dans sa chambre.Appuyée sur le rebord de sa fenêtre, ses yeux fixaient le vide.Sa main gauche placée sou son menton comme si elle voulaitréfléchir. Pourtant, dans son regard lucide, il y avait lincertitude.
  6. 6. Dans la vie, chaque être vivant est nés pour un destin différent, mais ceux-ciles mènent tous à la même fin. Dans la vie, chaque être vivant vivent dans lebut de vieillir et de mourir. Lorsque lon naît, cest pour mourir. Pourquoi?Que lon soit un roi, premier ministre, fonctionnaire ou marchand, la mortvient nous chercher.Je représenterais la vie comme une immense forêt dans la quelle noustraçons notre chemin et que nous finissons par tomber sans jamais pouvoiratteindre la sorti.Seulement, je me demande sil existe des personnes qui auraient réussi àfranchir cette immense forêt. Si oui je me demande que sont elle devenu?Qui a t-il lautre côté? Comment pouvons nous le savoir?Elle ferma ses yeux comme si elle aurait voulu se perdre encore plusloin dans son imaginaire. Devant elle, une hirondelle aux ailes bleusargentées sétait posée. Alors qu Auphélie ouvrait les yeux, celle cisenvola comme un coup de vent. Dans un long soupir, elle saffalasur son lit. Les yeux à demi fermées, elle s’endormit.Un long chemin sur lequel je marchais sétendait vers lhorizon. Autour demoi, un brume épaisse dansait. Des notes légères flottais au dessus de matête et mes pieds entraînéssur des pas de danse. Menée par la musique jallais je ne sais où, à demisomnambule, mais consciente.Elle était déjà bien loin dans ses songes lorsque sa mère vint laréveiller. Bousculée à nouveau par un rêve étrange, elle descendue àla salle à manger.Machinalement, jai emprunté les escalier pour me rendre où était dressée latable.

×