SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  40
Télécharger pour lire hors ligne
ETUDE POUR LA DEFINITION D’UNE STRATEGIE OPERATIONNELLE
  « GENRE, JEUNES, MIGRANTS » DANS LE CADRE DE LA MISE EN
  ŒUVRE DU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL DURABLE



                                               Rapport Final




Idrissa Ouédraogo                                                Juillet 2008
Consultant en Recherche, Formation, Planification
Domaines : Développement, Santé Publique, Genre et Gouvernance
ideouedraogo@liptinfor.bf
1



                                           SOMMAIRE
                                                                                    PAGE
Liste des sigles et abréviations…………………………………………………………………………                        02
Remerciements……………………………………………………………………………………………. 03
INTRODUCTION…………………………………………………………………………………………… 04
1.1.  Contexte de l’étude……………………………………………………………………………… 04
1.2.  Objectifs de l’étude……………………………………………………………………………… 05
1.3.  Résultats Attendus……………………………………………………………………………….. 05
1.4.  Méthodologie……………………………………………………………………………………. 06


II.    PRESENTATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC…………………………………… 07


2.1.   Diagnostic de la situation sur la prise en compte de l’approche……………………………. 07
       2.1.1 Signification des concepts utilisés………………………………………………... 07
       2.1.2. De la prise en compte des questions de genre au niveau national………………..09
       2.1.2.1. La question de genre dans les stratégies nationales……………………………. 09
       2.1.2.2. Les questions de genre dans les stratégies du CSLP………………………………10
       2.1.3. Présentation des projets, programmes, ONG/Associations……………………… 11
       2.1.3.1. Les services techniques ………………………………………………………………. 11
       2.1.3.2. Les Projets, Programmes, Associations………………………………………….. 12
2.2.   Les forces et les faiblesses, l’impact sur le groupe cible……………………………………. 16
2.3.    Présentation du Programme de Développement Rural Durable (PDRD)……………… 18
       2.3.1. Profil général…………………………………………………………………………… 18
       2.3.2. Objectif du PDRD en matière de Genre………………………………………………… 19
       2.3.3. Commentaires sur la pertinence des actions identifiées …………………………. 19
2.4.   Propositions d’axes stratégiques et des approches……………………………………………24
2.5.   Indicateurs et outils de suivi- évaluation ……………………………………………………… 30
       2.5.1. Indicateurs proposés…………………………………………………………………… 30
       2.5.2. Mécanismes de suivi……………………………………………………………….                           33

III.   Recommandations……………………………………………………………………………. 35


Liste des documents consultés et bibliographie sommaire sur GED……………………………..        36
Liste des personnes rencontrées……………………………………………………………………….                         39
2

                LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS


AGR         :   Activités Génératrices de Revenus
A.I.        :   Alphabétisation Initiale
A.J.P.E.E   :   Association des Jeunes pour la Protection de l’Environnement et de l’Elevage
AZND        :   Association Zood Nooma
CSLP        :   Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté
CBDF        :   Coalition Burkinabé pour les Droits de la Femme
CES/AGF     :   Conservation des Eaux et Sols/ Agro Foresterie
CERS        :   Conservation des Eaux et Réhabilitation des Sols
CIB         :   Carte d’Identité Burkinabé
DPA         :   Direction Provinciale de l’Agriculture
DRA         :   Direction Régionale de l’Agriculture
DRPF        :   Direction Régionale de la Promotion de la Femme
FCB         :   Formation Complémentaire de Base
FTS         :   Formation Technique Spécialisée
FIDA        :   Fonds International de Développement Agricole
FIC         :   Fonds d’Investissement Communautaire
GED         :   Genre et Développement
IOV         :   Indicateurs Objectivement Vérifiables
IFD         :   Intégration de la Femme au Développement
JSAN        :   Jugement Supplétif d’Acte de Naissance
LIPDHD      :   Lettre d’Intention de Politique de Développement Humain Durable
MFR         :   Maisons Familiales Rurales
OEV         :   Orphelins et Enfants Vulnérables
ONG         :   Organisation Non Gouvernementale
OPA         :   Organisation Professionnelle Agricole
OPP         :   Organisation et Promotion Paysanne
PDRD        :   Programme de Développement Rural Durable.
PNP         :   Politique Nationale de Population
UNESCO      :   Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Sciences et la Culture
SDR         :   Stratégie de Développement Rural
SEMUS       :   Solidarité et Entraide Mutuelle au Sahel
TDR         :   Termes de Référence
UP          :   Unité de Production
3



                                        Remerciements


Le consultant a bénéficié de l’attention et du soutien des responsables du PDRD pour la

présente étude, pour les réunions préparatoires, la mise à disposition de certains documents, la

prise de rendez-vous.



De même, au niveau des Antennes Régionales, puis des Directions Régionales et Directions

Provinciales des secteurs ministériels, des responsables d’ONG et d’associations, il a bénéficié

de la précieuse collaboration des personnes rencontrées, pour les entretiens et la mise à

disposition de documents.



A chacune et chacun, le consultant dit merci pour leur contribution, pour l’occasion de partager

des préoccupations communes sur les questions de genre, jeunes, migrants et développement.
4


      I. INTRODUCTION∗


1.1. Contexte de l’étude

De multiples facteurs endogène et exogène (facteurs culturels, économiques, environnementaux,
politiques, démographiques, juridiques, techniques, religieux, etc.) ont contribué à la marginalisation des
femmes, des jeunes et des groupes vulnérables d’une manière générale dans le processus de
développement en Afrique. Du fait des traditions, les femmes et les jeunes ne bénéficient pas des
mêmes facilités d’accès aux ressources (terres, opportunité d’emplois, formations, système de crédits,
moyens de transport, etc.) que les hommes adultes, alors même que leur contribution au
développement socioéconomique est inestimable, surtout en milieu rural.

Au regard de l’importance numérique des femmes, de leur rôle inestimable dans la prise en charge de
la famille et dans les actions communautaires, la nécessité de leur implication au processus de
développement s’avère indispensable. Au Burkina Faso, les femmes représentent 52% de la population
selon le Rapport Mondial sur le Développement Humain (2002) et assurent plus de 60% de la
production agricole nationale selon les estimations du Ministère de l’Economie et des Finance (1998).

Le Programme de Développement Rural Durable (PDRD) dont l’objectif global est de réduire la
pauvreté dans les cinq (05) provinces couvertes (Bam, Lorum, Passoré, Yatenga, Zondoma), par
l’augmentation et la valorisation de la production agricole et le développement des activités génératrices
de revenus, fait suite à deux phases du Programme Spécial CES/AGF exécutées de 1988 à 2002 dans
les provinces du Bam, du Passoré, du Yatenga et du Sanmatenga (1ère phase), auxquelles il faut
ajouter celles du Boulkiemdé, du Sanguié, et du Namentenga (2ème phase). Le PS/CES-AGF a introduit
au cours de la phase II un volet « promotion des activités féminines » en vue d’alléger les tâches des
femmes, d’améliorer et de diversifier leurs sources de revenus.

Il convient de noter que dans le cadre de la résorption du chômage des jeunes dans la zone du
PS/CES-AGF, des activités avaient été initiées en leur faveur dans la composante « Crédit Rural ». En
termes de réalisations, plusieurs activités ont été menées au profit des femmes, notamment en matière
d’alphabétisation, de formations techniques, d’échanges d’expériences, d’équipement en charrettes et
pousse-pousse et d’aménagement de sites maraîchers.

Dans le contexte socio culturel des villages de la zone du PDRD, les femmes tiennent une place
importante dans les activités de production et de reproduction. Ce sont elles qui s’occupent de la vie
domestique, des soins et de l’éducation des enfants tout en participant aux activités économiques de la
famille. Cependant, bien qu’acteur social majeur à travers sa contribution au bien être de la
communauté, la femme est marginalisée.

On ne peut parler d’appropriation, de durabilité des actions de développement sans une participation
consciente de toutes les franges de la population (hommes, femmes, jeunes, migrants, personnes
âgées, etc.) dans leur diversité et leur hétérogénéité au processus de développement et sans une
répartition équitable des bénéfices des actions y afférentes. Cette participation des différentes
catégories sociales aux efforts de développement n’est pas abstraite, mais correspond à des objectifs
qu’il faut traduire en réalité.



∗
    Le contexte, les objectifs et les résultats attendus sont indiqués comme tels dans les TDR.
5

Dans le cadre de la mise en œuvre du PDRD, le gouvernement du Burkina Faso et le FIDA ont opté
comme préalable à toute stratégie de promotion féminine et de la jeunesse, la participation et la
responsabilisation des communautés de base en vue de permettre une appropriation réelle des actions.
Conformément aux principes directeurs et aux axes stratégiques du document « cadre stratégique de
lutte contre la pauvreté » (CSLP) et celui de « stratégie de développement rural » (SDR), le PDRD
accorde dans sa mise en œuvre une place de choix à l’approche genre. Aussi, les activités en matière
de genre au niveau du PDRD devraient-elles s’insérer dans le document d’orientations stratégiques en
matière de Genre élaboré par le Gouvernement.

En vue de faciliter le démarrage effectif des activités du volet Genre et Développement, le PDRD
sollicite les services d’un consultant chargé de proposer une stratégie opérationnelle d’intervention pour
les actions genre à entreprendre par le Programme.


       1.2.           Objectifs de l’étude

L’objectif général de l’étude est de définir une stratégie opérationnelle Genre et Développement dans
le cadre de la mise en œuvre du Programme de Développement Rural Durable.

De manière spécifique, cette étude devra permettre de :

       Faire un diagnostic de la situation concernant la prise en compte de l’approche GED ;
       Vérifier la pertinence des actions identifiées dans le cadre de la mise en œuvre du volet genre du
       PDRD ;
       Définir les axes stratégiques et identifier les actions ;
       Proposer des modalités de mise en œuvre de la stratégie opérationnelle ;
       Définir des indicateurs et des outils de suivi- évaluation et impacts des actions du Programme sur
       les femmes, les jeunes et autres groupes défavorisés ;
       Proposer un dispositif et des outils de suivi- évaluation participatif en matière de genre, à intégrer
       dans le système global de suivi- évaluation du PDRD.

1.3.          Résultats Attendus

Il est attendu du consultant les résultats suivants :

              Le diagnostic de la situation en matière de genre dans la zone du PDRD est réalisé ;
              L’impact des différentes actions sur les groupes défavorisés est établi ;
              Des axes stratégiques et des actions à entreprendre visant la prise en compte du genre dans
              les activités Programme sont identifiés ;
              Des modalités de mise en œuvre de la stratégie opérationnelle Genre et Développement et du
              cadre de réflexion sont proposées ;
              Des indicateurs de performances et d’impact, ainsi que des outils de suivi- évaluation
              différenciés selon le genre sont définis ;
              Un dispositif et des outils de suivi – évaluation participatif en matière de genre sont proposés.
6



    1.4. Méthodologie


Deux approches complémentaires ont été utilisées pour la collecte des données. Le travail a d’abord
consisté à faire une revue critique et analytique des documents pertinents du PDRD qui ont été
transmis au consultant (voir liste en annexe) en vue de fournir les éléments nécessaires à alimenter le
diagnostic de la situation, et servir de base à l’élaboration de la stratégie opérationnelle. Ensuite, des
entretiens ont été conduits avec les partenaires du PDRD à Yako, Ouahigouya, Kongoussi, Kaya (voir
liste en annexe).
Le travail a été réalisé par un consultant national, qui a travaillé en conformité avec les TDR qui lui ont
été remis. La chargée des questions de genre au sein du PDRD s’est occupée de piloter tout le
processus. Elle a accompagné le consultant sur le terrain et a organisé les rendez-vous avec les
différents partenaires rencontrés.
La revue documentaire a été faite en février, la collecte des données sur le terrain en mars 2008. La
première phase de l’étude a concerné la collecte de données sur le terrain puis l’élaboration d’un
rapport provisoire, sur la partie diagnostique et des propositions pour la stratégie, selon les
questionnements des TDR. Ce rapport a fait l’objet de deux restitutions, pendant lesquelles les
commentaires et observations des commanditaires de l’étude (PDRD), ainsi que les partenaires avec
lesquels le programme travaille, ont été collectés pour la finalisation du document.

Le présent rapport est la version finale du document, élaborée après avoir pris en compte les
commentaires oraux faits lors des deux restitutions, et des commentaires écrits reçus par le consultant
après l’envoi des versions provisoires du document.
7

II.      PRESENTATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC


2.1. Diagnostic de la situation sur la prise en compte de l’approche Genre, jeunes et migrants
     dans la Zone

      Note : la politique nationale genre est en cours d’élaboration, et il n’y a pas encore de référent
      officiel. Mais dans le présent document, le concept est utilisé selon les définitions ci-dessous.

      2.1.1      Signification des concepts utilisés

Le concept de genre renvoie aux rôles, responsabilités, privilèges et même aux aspirations
socialement et culturellement construits, pour les femmes, les hommes, les filles et les garçons. La
base de l’attribut est le fait d’être femme, ou homme, ou fille, ou garçon. Ces définitions varient en
fonction des sociétés et des cultures, elles sont changeantes en fonction du temps. Le mot genre
(gender en Anglais) a été introduit dans le vocabulaire du développement dès le début des années
1970. Il se réfère aux caractéristiques sociales des hommes et des femmes, qui ne sont pas fixes, mais
varient au cours du temps et selon les contextes spécifiques locaux et culturels. Il diffère du mot sexe
qui est référé au déterminisme biologique des hommes et des femmes: c'est un fait de nature, un
caractère inné qui n'est pas susceptible de changement. Le genre met l'accent sur le caractère social
des distinctions fondées sur le sexe : c'est un fait de culture, un caractère acquis qui est donc
susceptible de changement. Les différences de genre sont partout un trait significatif de la vie sociale,
économique et culturelle, tant dans le domaine public que dans le domaine privé.

Genre et Développement (GED) est une approche de développement qui reconnaît et analyse
comment les structures sociales peuvent jouer négativement sur la participation de la femme et de
l’homme, et comment les politiques de développement ont un impact négatif sur eux/elles. L’approche
vise à créer un développement durable avec les femmes et les hommes comme acteurs, ayant acquis
la capacité de créer une transformation sociale. Cela implique de prendre en compte de façon holistique
les questions de genre dans le processus de développement, c’est à dire de donner satisfaction aux
besoins pratiques et stratégiques des femmes et des hommes à chaque étape du processus.
Le concept Genre et Développement (GED) est aujourd’hui plus utilisé à la place (mais plus souvent à
la différence) du concept Intégration de la Femme au Développement (IFD).


Gender Mainstreaming: Prise en compte globale et holistique, et résolution des questions de genre
dans les politiques et programmes de développement, quels que soient les secteurs et domaines
considérés. Cette approche se différencie donc nettement des politiques et stratégies ciblant
spécifiquement et uniquement les femmes à travers des « projets femmes ». Gender mainstreaming
considère le développement visant les femmes comme tributaire de leur participation et empowerment
pour résoudre les questions d’inégalité/iniquité de genre. De ce point de vue, la prise en compte globale
et holistique des questions de genre implique la transformation du processus de développement.
L’analyse de genre est utilisée comme un outil pour les praticiens de développement, afin de les rendre
aptes à identifier les opportunités et les contraintes par rapport aux femmes et aux hommes, et voir si
la stratégie utilisée est adéquate ou non pour l’un et pour l’autre. Comme élément stratégique, Gender
mainstreaming cherche à impliquer les femmes dans les sphères de décision où elles sont relativement
plus absentes.
8

Analyse de Genre: Examen critique des questions touchant tant les femmes que les hommes dans un
contexte de politique donné. Les paramètres examinés concernent la division sexuelle du travail,
l’accès et le contrôle aux ressources et bénéfices pour les femmes et les hommes. L’analyse examine
aussi de manière systématique les différents besoins et intérêts pour les hommes et les femmes en
développement, et l’impact différencié sur eux. Si la catégorie Homme/Femme est cardinale comme
facteur d’analyse, des facteurs comme stratification sociale, âge, appartenance ethnique ou socio
ethnique, appartenance professionnelle, niveaux urbain/rural sont aussi examinés comme pouvant avoir
des inter relations avec les questions de genre pour déterminer les discriminations.


Programme ou projet « genre neutre ou genre aveugle : programme homogène pour les femmes,
les hommes, les garçons, les filles sans considération de leurs besoins spécifiques respectifs. Dans les
faits, cette absence de prise en compte de besoins spécifiques profite au groupe dominant, et dans
beaucoup de cas, ce sont les hommes.

Les jeunes sont définis par différenciation par rapport aux adultes, leur définition peut varier d’un
pays à un autre. En général, la référence est faite aux approches en santé (OMS), qui définissent
les jeunes comme la population de la tranche d’âge entre 12 et 24 ans. Cette définition est forcément
restrictive, car des 10-11 ans et des 25-26 ans peuvent avoir les caractéristiques et comportements
des 12-24 ans. Il est recommandé de prendre en compte l’acceptation que l’environnement culturel
donne au concept.

Le terme migrant peut-être compris comme toute personne qui vit de façon temporaire ou permanente
dans un pays, une région dans lesquels elle n’est pas née. Dans certaines situations, les enfants des
migrants peuvent être considérés comme des migrants, même s’ils sont nés dans le pays ou la région.

La Convention des Nations Unies sur les droits des travailleurs migrants et des membres de leurs
familles définit les travailleurs migrants comme «les personnes qui vont exercer, exercent ou ont exercé
une activité rémunérée dans un Etat dont elles ne sont pas ressortissantes ».

Dans son premier rapport (E/CN.4/2000/82), la Rapporteur spéciale a proposé d’inclure dans la
catégorie des migrants:
a) Les personnes qui se trouvent hors du territoire de l’État dont elles possèdent la nationalité ou la
citoyenneté, mais qui ne relèvent pas de la protection juridique de cet État, et qui se trouvent sur le
territoire d’un autre État;
b) Les personnes qui ne jouissent pas du régime juridique général inhérent au statut de réfugié, de
résident permanent, de naturalisé ou d’un autre statut octroyé par l’État d’accueil;
c) Les personnes qui ne jouissent pas non plus d’une protection juridique générale de leurs droits
fondamentaux en vertu d’accords diplomatiques, de visas ou d’autres accords.

Dans le cadre du PDRD, il s’agit surtout de personnes d’autres régions du Burkina Faso, ayant migré
dans la zone du programme, qui intervient dans des régions où ces personnes ne sont pas nées.
9


  2.1.2. De la prise en compte des questions de genre au niveau national


2.1.2.1. La question de genre dans les stratégies nationales

Les orientations stratégiques pour le développement socio économique du Burkina Faso sont
consignées dans 2 documents généraux nationaux, qui peuvent être considérés comme des
références clés en la matière: la Lettre d’Intention de Politique de Développement Humain Durable
(LIPDHD), le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP). A ces orientations stratégiques
globales, on peut ajouter une autre orientation générale thématique, la Politique Nationale de
Population (PNP), ainsi que des stratégies sectorielles.

En ce qui concerne le processus pour le document de référence, il a commencé en novembre 1999,
avec 4 niveaux de concertation : au sein de l'Administration, avec les Institutions représentatives des
populations, avec les partenaires au développement, avec la Société civile et les autres acteurs de
terrain. La révision du document de 2000 ayant donné la version actuelle a suivi le même processus
d’implication des différentes parties prenantes. Le document de CSLP est ainsi une synthèse de
l'ensemble des idées et avis recueillis sur tout le pays, à travers les ateliers et fora organisés sur divers
thèmes.

Concernant la prise en compte des questions de genre dans les processus de planification,
diagnostic, et contenu du CSLP, il y a un manque d’approfondissement de l’analyse dans le dit
document. Le contenu du document résulte du diagnostic de la situation (quels sont les faits, où sont les
différences, disparités, discriminations ? Lesquels sont liés aux rapports de genre ?) et de l’énoncé des
stratégies. Les deux moments, qui sont en principe séparés en planification, avec une partie analytique
entre les deux, se trouvent juxtaposés dans le CSLP, sans la partie analytique. Ou plus exactement, il y
a une indication globale de déterminants, mais sans une hiérarchisation de ceux-ci, mais surtout sans
approfondissement (par exemple, en quoi et comment la socialisation détermine t-elle ou influence t-elle
la production, et la reproduction des inégalités de genre ? En quoi et comment le fonctionnement des
institutions des niveaux macro, méso, micro de la société détermine t-il ou influence t-il la production et
la reproduction des inégalités de genre ?).

Tout d’abord, il faut noter que la question de genre est traitée dans quelques sections ou
chapitres, elle n’est pas appréhendée de façon transversale, en terme de comment ces questions
se posent dans chacun des secteurs et domaines. Ces sections et chapitres se présentent ainsi
qu’il suit :
• Les éléments de diagnostic sont surtout présentés dans 3 sections, la section 2.2.7 « analyse
     de la pauvreté selon le genre » (page 20) ;
•     La section 3.2.3.6 « Solidarité nationale et promotion de la femme » (Page 44) fait le point
     de ce qui est considéré comme des acquis, avant de noter que ces acquis ne sont pas
     suffisants ;
•     La section 4.2.5.6 « Promouvoir l’approche genre en vue d’améliorer la situation économique
     et le statut social des femmes et des jeunes en milieu rural » (Page 59), est explicitement
     une stratégie, qui n’est pas élaborée, sans doute en l’absence d’éléments analytiques
     approfondis de la situation.
10



2.1.2.2. Les questions de genre dans les stratégies du CSLP


Les stratégies sont par ailleurs énoncées dans les sections qui suivent : la section 5.1.5 « La
prise en compte de la dimension genre » (page 65) note le besoin d’une planification adéquate,
confirmant le fait que la présente stratégie est élaborée en l’absence d’un référentiel national
sur les questions de genre. La section 5.2.3.7 « Améliorer des conditions de vie et de travail des
femmes rurales » (page 98) vise l’amélioration de l’éducation mais surtout par l’alphabétisation et
la formation en vue de faciliter l’adoption des techniques agricoles modernes et créer/gérer des
micro entreprises. La section 7.5 « Risques dans le domaine du genre » (Page 116) évoque une
mauvaise compréhension et application du concept de genre, qui pourraient porter préjudice à la
lutte contre la pauvreté.

Dans l’ensemble, outre le manque d’analyse pour connaître de façon précise les déterminants de la
situation, le document de stratégie mentionne aussi le besoin de disposer d’un consensus national à la
fois sur le contenu du concept et sans doute son opérationnalisation. Les sections ont fait référence aux
questions de genre, traitées sous l’angle surtout de la femme, de ses besoins (sans toujours préciser
comment ceux-ci peuvent être satisfaits).


La question de genre au Burkina a évolué en suivant ce qui se dit et se fait au plan régional et
international, allant du concept égalité d’accès de la femme et de la jeune fille à l’école en 1967
(projet UNESCO/Haute Volta) en passant par l’intégration des femmes dans le développement
(1975), l’approche Femmes et Développement (années 1985) pour aboutir à l’approche genre et
développement (années 1990). Comme ailleurs, les approches se sont souvent développées dans le
pays de façon concomitante.
11


2.1.3. Présentation des projets, programmes, ONG/Associations

2.1.3.1. Les services techniques

Les services techniques rencontrés sont

        Les Directions Régionales de la Promotion de la Femme du Nord et du Centre Nord ;
        La Direction Provinciale de l’Environnement et du Cadre de Vie du Yatenga ;
        La Direction Provinciale de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques du
        Yatenga ;
        La Direction Provinciale de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques du
        Bam ;
        La Direction Provinciale des Ressources Animales du Bam ;
        La Direction Provinciale de l’Environnement et du Cadre de Vie du Bam.


A part les démembrements du Département de la Promotion de la femme qui mettent en œuvre la
politique nationalement définie de la Promotion de la Femme, les autres services exécutent des
activités classiques des départements, à savoir des formations et de l’accompagnement dans les
activités d’agriculture, d’élevage, l’organisation et l’exploitation des ressources forestières, fauniques, la
gestion des déchets, ainsi que d’autres questions connexes de l’Environnement.

Les échanges font ressortir que les questions de genre sont appréhendées uniquement là où les
responsables ont des compétences et connaissances sur la question. Il n’y a pas de prise en compte
systématique de la dimension genre, sans doute parce qu’il n’y a pas de référent national sur la
question.

Les Directions Régionales de la Promotion de la Femme tirent leurs programmes d’activités (annuel ou
triennal) des axes stratégiques de la Politique de la Promotion de la Femme. Ces axes sont :
         Amélioration du statut social et juridique de la Femme
         Promotion de l’accès des femmes aux sphères de décision
         Promotion de l’éducation et renforcement des capacités et de l’expertise féminine
         Promotion de la santé de la mère et de l’enfant
         Réduction de la pauvreté des femmes
         Renforcement du cadre et des mécanismes institutionnels de la Promotion de la Femme.

Ces axes stratégiques sont focalisés sur les besoins pratiques et stratégiques de la femme. Certains
d’entre eux prennent en compte les questions de genre, au sens où les problèmes évoqués résultent de
rapports inéquitables de genre. Mais il s’agit bien de la promotion de la femme, à distinguer de
l’approche genre dont le cadre conceptuel, et donc les articulations en matière de stratégies, dépassent
le niveau de promotion de la femme.
12

2.1.3.2. Les Projets, Programmes, Associations

SEMUS : Solidarité et Entraide Mutuelle au Sahel (Yako)

Domaines d’activités et actions sur le terrain

    Solidarité :
                             •   Dons de vivres et de médicaments aux couches sociales démunies ;
                             •   Actions de parrainage d’enfants ;
                             •   Soutien à la prise en charge des orphelins et autres enfants ;
                                 vulnérables (OEV).
    VIH/SIDA :
                             •   Actions de prévention et de sensibilisation ;
                             •   Dépistage volontaire et anonyme ;
                             •   Prise en charge médicale et psychosociale des personnes vivant avec
                                 le VIH.
    Sécurité Alimentaire :
                             •   Banque de céréales ;
                             •   Don de lait maternisé et éducation nutritionnelle.
    AGR :
                             •   Gestion d’un centre d’hébergement ;
                             •   Boutique bric-à-brac (vente de produits recyclés) ;
                             •   Laiterie ;
                             •   Miellerie ;
                             •   Meunerie électrique.

    Agriculture et Environnement :
                           • Ferme pilote ;
                           • Projets de restauration des sols et de lutte contre la déforestation et la
                             désertification ;
                           • Projets de production maraîchère.

Zone d’intervention :

SEMUS est à vocation nationale, mais en raison des limites des moyens techniques et financiers, les
actions sont concentrées dans les provinces du Yatenga, du Passoré du Lorum, du Zondoma (Région
du Nord) et du Kadiogo (Région du Centre).

Groupes cibles :

Les OEV, les personnes démunies, les personnes vivant avec le VIH/SIDA.
13



ASSOCIATION ZOOD NOOMA de KONGOUSSI


Domaines d’activités et actions sur le terrain :

        •   Agriculture ;
        •   Environnement ;
        •   Gestion des ressources naturelles ;
        •   Promotion des activités féminines et artisanales ;
        •   Santé, hygiène et assainissement ;
        •   Formation et éducation fonctionnelle.

Zones d’intervention

L’AZND se donne une envergure nationale depuis 2002, cependant, l’exécution géographique se fait de
façon prudente car ZOOD NOOMA voulant coller aux réalités, se veut réaliste et veut agir en fonction
de ses capacités organisationnelles, humaines, matérielles, et financières, c’est pourquoi jusque là,
ZOOD NOOMA a été très active dans soixante deux villages (62) des provinces du Centre Nord : BAM
et Sanmantenga. Son siège social est à Kongoussi, Province du BAM.

Groupes cibles

L’AZND apporte son appui à des personnes physiques (femmes, hommes, jeunes et vieux), à des
Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) ayant le caractère de groupement légalement reconnu
ou non. 4000 membres hommes et femmes actifs exécutent les projets de développement à travers les
OPA. L’AZND intervient pour les couches défavorisées en milieu rural et semi rural.
14



Maison Familiales Rurales du Burkina Faso

L’initiative est née dans un groupe de parents paysans du Sud Ouest de la France qui désiraient offrir à
leurs enfants une formation générale, sociale et professionnelle adaptée à leur condition de jeunes
ruraux. La formule des Maisons Familiales Rurales s’est alors rapidement répandue dans le monde.

Une MFR, c’est donc une association de parents, villageois qui s’engagent personnellement et
collectivement pour le développement des personnes et du milieu où elles vivent en étant auteurs de
leur propre développement en concevant et conduisant des actions au premier rang desquelles se
trouve la formation par alternance.

Localisation

Les Maisons Familiales Rurales existantes ont pour rayon d’action les départements de Yako (34
villages) et Séguénéga (44 villages).
De nombreuses demandes proviennent de tout le territoire Burkinabé.


Domaine d’intervention

Les Maisons Familiales Rurales interviennent principalement dans le domaine de la formation
professionnelle agricole et l’alphabétisation. Elles appréhendent les aspects économique et social et
prennent en compte l’interdépendance des divers secteurs de la vie rurale à savoir l’agriculture, la
santé, l’éducation, le crédit agricole, la commercialisation des produits, la gestion et l’environnement.
Elles ont aussi un rôle dans la promotion des personnes et dans le développement rural durable.

Les formations dispensées à la Maison Familiale Rurale, sont de trois types :

        La formation sur plusieurs mois de jeunes de 16 à 25 ans pour qu’ils puissent mener une
        activité professionnelle rentable par la suite,
        Le renforcement des capacités et des compétences des adultes qui mènent déjà une activité
        grâce à des formations thématiques de courte durée (de quelques jours à quelques semaines)
        L’alphabétisation de base, préalable nécessaire à toute formation et atout important pour
        devenir acteur de son territoire.

Les Maisons Familiales Rurales contribuent au développement durable car les populations sont
engagées dans la prise de conscience et la résolution des problèmes qui concernent leur milieu de vie
grâce à trois caractéristiques fondamentales des MFR :
        La gestion associative ; la Maison Familiale Rurale est un espace d’expression, de prise de
        décisions, d’animation du territoire ;
        La promotion des personnes, grâce à la participation effective de tout le milieu (parents,
        population, administrateurs de l’association) à un organisme de formation participant au
        développement durable ;
        La formation par alternance, découverte de nouvelles techniques pour augmenter production et
        revenus et questionnement permanent par les statuaires du mode dans lequel ils vivent.
15



Association des Jeunes pour la Protection de l’Environnement et de l’Elevage (A.J.P.E.E)
Siège Kongoussi Province du Bam. Burkina Faso . E-mail : ajpee@yahoo.fr

Domaines d’interventions

Environnement :
   • Production de plants ;
   • Protection des berges du Lac Bam ;
   • Equipement des producteurs en matériel de chantier (Charrettes, brouettes, pelles, pioches,
       ânes,…) ;
   • Reboisement Agro-foresterie Villageoise.

Conservation des eaux et Réhabilitation des Sols :
   • Construction physique d’ouvrages : cordons pierreux et autres sites anti-érosifs ;
   • Traitement des ravines par la pose de gabions ;
   • Fertilisation des champs de culture par la mise en place de fosses fumières ;
   • Application des techniques de Zai.

Education:
   • Ouverture de centre d’alphabétisation AI, FCB, FTS ;
   • Formations techniques et production de plants en pépinière ;
   • Formations Spécifiques.

Promotion des droits humains :
Ouverture de centres de formation technique spécifique sur le thème : Droits des femmes Burkinabé à
travers le code des personnes et de la famille en langue nationale (mooré).

Santé :
   • Hygiène et assainissement ;
   • Maladies diarrhéiques et Promotion de l’hygiène en milieu scolaire et non scolaire le VIH/SIDA,
        les IST le Nooma dans les villages ;
   • Soutien aux OEV.

Lutte contre la Pauvreté :

    •   Petites irrigations villageoises ;
    •   Soutien aux activités rémunératrices des femmes.

Zones d’interventions : Kongoussi, Tikaré, Nasséré, Rollo, Bourzanga, Rouko, Zimtanga, Sabcé et
Guibaré.
16



                          PROFIL GENRE DES PARTENAIRES DU PDRD

Les responsables des institutions publiques et privées rencontrés semblent n’avoir pas de
connaissances systématiques de la problématique genre. L’approche privilégiée est de « confier
aux femmes les activités qu’elles faisaient traditionnellement ».

Dans ce contexte, il n’y a pas d’examen critique de la division sociale du travail, pas d’analyse des
contenus des modules de formations, etc.

Quelques responsables ont bénéficié de formations en genre, et disent être sensibles aux
problèmes qui se posent. Ils font référence au fait que « les femmes ne sont pas prises en
considération, ce sont les hommes qui gèrent les crédits même si ce sont les femmes qui les
prennent, il y a des problèmes d’accès aux ressources foncières par les femmes ».

Les autres problèmes évoqués concernent les violences conjugales, le fait que les hommes ont
des partenaires sexuels multiples hors du foyer, ce qui fait que la femme doit s’occuper seule du
ménage, en plus des risques de maladies qu’elle encourt.

Dans l’ensemble, il n’y a pas de préoccupation spécifique par rapport à la question, ce qui se
traduit par une approche globale au niveau des stratégies.




 2.2. Les forces et les faiblesses, l’impact sur le groupe cible


Les appréciations seront faites globalement, faute de données pour le faire pour chaque groupe
concerné (il aurait fallu pour cela une évaluation).

Les Forces

Toutes les interventions s’inscrivent globalement dans le contexte de la lutte contre la pauvreté, chaque
intervenant faisant une emphase sur tel ou tel domaine, par rapport à son propre profil ou au profil des
cibles.

La grande force des programmes et projets mis en œuvre par les ONG est la préoccupation pour
l’alphabétisation : comme on l’aura constaté, tous les intervenants sont actifs sur la question, et même
en l’absence de données sur les résultats, un tel engagement va concourir à l’atteinte des objectifs
d’élévation du niveau d’alphabétisation. Certains des intervenants, comme le PDRD le fait, fixent un
quota de 60% pour s’assurer que les femmes participent.

Des problèmes cruciaux de développement sont pris en compte au niveau de la zone du Programme :
accès des migrants, des jeunes, des femmes aux ressources foncières, accès au crédit pour les
femmes.

Tous les groupes cibles ont accès aux ressources financières et techniques des intervenants. Les
thèmes techniques d’agriculture, d’élevage, d’environnement, les technologies qui vont avec, sont
17

rendus disponibles par les ONG et associations, mais plus largement par les services techniques, des
secteurs décentralisés. Il y a donc un environnement propice au développement socio-économique qui
est ainsi créé, contribuant à réduire la pauvreté et à créer des richesses.

Les interventions visent à introduire en milieu rural le concept de qualité de vie : les intervenants
incluent dans les thèmes les questions de santé, de bien être, d’hygiène, mais surtout les
questions de droits. Les programmes des directions de la Promotion de la Femme, des ONG
travaillant sur la santé (y inclus le VIH/SIDA), intègrent les éléments de droits de la personne
en général, de la femme le cas échéant, comme des axes majeurs d’intervention.

Faiblesse

Il s’agit davantage de mentionner qu’il n’y a pas de données par rapport aux faiblesses. Ces données
auraient par exemple permis d’avoir une évaluation de la situation actuelle, par rapport aux données de
départ, ou à la situation nationale.

Une faiblesse que l’on peut mentionner est la confusion faite sur le concept de genre. Dans les
programmes et projets, le concept de genre se confond soit avec femme, soit avec des catégories dites
défavorisées (jeunes, migrants). Cette faiblesse est globale à la zone d’intervention du PDRD, on y
reviendra donc plus loin.

Le commentaire sur l’impossibilité de faire l’appréciation porte aussi sur l’impact. Dans les faits, on peut
s’attendre à ce que la mise en œuvre des activités des différents programmes contribue à impulser un
développement plus grand dans la zone, mais cela ne peut s’établir que par une évaluation. Les
évaluations faites dans le cadre du PDRD fourniront quelques indications sans doute.

Cependant, comme mentionné plus haut, le manque ou l’insuffisance de connaissance des questions
de genre au niveau de certains responsables ne contribue pas à résoudre les problèmes. Par
exemple, quand l’un des responsables affirme amener les femmes à faire la corvée d’eau par ce
que c’est plus conforme à la pratique traditionnelle, on peut comprendre que les problèmes de
division sociale du travail demeurent. Dans le domaine de l’élevage par exemple, les mêmes
cloisonnements sexistes existent et rendent difficile le travail d’encadrement des services
techniques : les techniciens et techniciennes veulent bien impliquer les femmes autant que les
hommes, mais la division sociale des rôles et responsabilités dans le domaine rend difficile une
telle approche d’implication. Globalement, cette absence ou insuffisance de connaissance des
questions de genre a un impact potentiel négatif sur la résolution des problèmes de genre.
18



2.3.          Présentation du Programme de Développement Rural Durable (PDRD)

2.3.1. Profil général

Le Programme de Développement Rural Durable (PDRD) fait suite au deux phases du Programme
Spécial de Conservation des Eaux et des Sols et Agroforesterie de 1988 à 2002 dans le Plateau
Central. Une évaluation intermédiaire effectuée en 2003 a conclu à la nécessité de poursuivre des
actions de restauration et de protection de l’environnement à travers l’approche « bassin versant ». Il
s’inscrit dans la dynamique de la décentralisation au Burkina Faso.

Objectifs

L’objectif global du Programme est de contribuer à la réduction de la pauvreté dans la zone
d’intervention par l’augmentation et la valorisation de la production agricole et le développement des
activités génératrices de revenus.

Les trois objectifs spécifiques du Programme sont :

       i)        améliorer les revenus des populations rurales cibles

       ii)       développer et renforcer les capacités de gestion participative des communautés
                 villageoises et

       iii)      améliorer l’accès des populations cibles au capital économique et au capital social.

Public cible

Le groupe cible du Programme est constitué des populations les plus démunies des communautés
villageoises organisées, en particulier les agriculteurs vivriers, les ménages pauvres du secteur informel, les
exploitants non équipes, les migrants sans terre, les jeunes et les femmes.


Composantes du Programme

Le Programme est exécuté à travers quatre (4) grandes composantes qui sont :

                 -   Composante 1 : Structuration paysanne comprenant (1) la « sous -composante
                     développement des capacités de gestion et de coordination participative » et (2) la
                     sous – composante Fonds d’investissement communautaire (FIC).

                 -   Composante 2 Sécurisation foncière ;

                 -   Composante 3 Développement durable des capacités productrices comprenant (1) la
                     « sous –composante protection et aménagement des bassins versants », (2) la sous-
                     composante intensification et diversification de la production agricole » et (3) la « sous-
                     composante appui aux activités génératrices de revenus                   comme mesure
                     d’accompagnement.

                 -   Composante 4 Organisation et gestion du Programme comprenant (1) « coordination
                     et gestion du Programme » (2) et « suivi & évaluation ».
19



2.3.2. Objectif du PDRD en matière de Genre.

NB.    Comme mentionné pour les programmes, projets, ONG, Associations travaillant dans la
zone du programme, le PDRD inclut sous questions de genre les femmes, les jeunes, les migrants
sans terre, et d’autres groupes défavorisés.

Dans ce contexte, l’objectif du Programme est de répondre aux besoins de ces groupes, à travers les
stratégies et activités suivantes, ce qui correspond à ce que le PDRD a effectivement réalisé :

             l’appui aux activités génératrices de revenus pour la réduction de la pauvreté des
             catégories défavorisées en particulier les femmes, les jeunes et les ruraux ayant des
             difficultés d’accès à la terre en leur permettant d’accéder aux services financiers et non
             financiers telles que les formations ;
             le processus d’extension du réseau des caisses populaires ;
             la formation en genre des partenaires et du personnel du PDRD ;
             l’alphabétisation (quotas de 60% pour les femmes) ;
             les quotas pour l’accès des femmes aux terres aménagées ;
             la campagne d’information sensibilisation sur les questions foncières et de stratégie globale
             du PDRD ;
             les formations techniques (embouche, maraîchage, production de fumure organique,
             tissage, teinture, extraction de beurre de karité, élevage de lapins, fosses fumières,
             cordons pierreux etc.).
             L’allègement des tâches des femmes pour qu’elles puissent se consacrer aux sessions
             d’alphabétisation et aux activités économiques ;
             l’implication des femmes dans la construction des cordons pierreux ;
             Le renforcement des capacités individuelles et organisationnelles.


    2.3.3.       Commentaires sur la pertinence des actions identifiées


La pertinence d’un objectif ou d’une stratégie est appréciée à travers le fait que l’objectif ou la stratégie
identifiée soient à même de résoudre le problème : quand l’objectif est atteint, le problème devrait être
résolu. Cela signifie qu’il faut d’abord connaître les problèmes, avant d’apprécier la pertinence des
approches du PDRD.

L’encadré ci-dessous résume les problèmes rencontrés dans la zone du projet, ces problèmes ont été
identifiés à travers l’exploitation des documents, et les échanges avec les personnes rencontrées
pendant la présente étude.
20




                                          Problèmes rencontrés

   La femme a la plus grande charge de travail, elle est fortement impliquée dans les activités de
   production, elle a la quasi-totalité des charges de reproduction.

   Les hommes ne participent pas aux travaux domestiques.

   L’accès (difficile ou impossible) aux ressources foncières par les femmes.

   Les droits des femmes (héritage par exemple) ne sont pas respectés.

   Les hommes contrôlent les crédits donnés aux femmes.

   Le pouvoir de décision dans la famille appartient exclusivement à l’homme (Non considération des
   femmes dans la gestion des affaires, elle est reléguée au second plan).

   La femme n’a pas accès au grenier familial. Ne contrôle pas l’utilisation des produits du grenier
   familial.

   Les hommes n’admettent pas que les femmes aient les mêmes droits qu’eux.

   Des femmes sont encore victimes de violences physiques ou morales (bannissement, répudiation,
   polygamie, mariages ou remariages forcés).

   La communication est insuffisante entre les femmes et les hommes, notamment entre conjoints.



En plus de ces besoins identifiés sur le terrain, mentionnons la Résolution adoptée par l’Assemblée
générale des Nations Unies sur l’Amélioration de la condition de la femme en milieu rural en la
soixantième session du 7 février 2006, qui invite les États Membres, à

       Créer un environnement propice à l’amélioration de la situation des femmes rurales et veiller à
       ce que leurs besoins et leurs apports soient pris en considération,

       Oeuvrer en faveur de l’autonomisation politique et socioéconomique des femmes rurales et les
       aider à avoir pleinement part, sur un pied d’égalité, aux décisions à tous les niveaux,
       notamment en adoptant des mesures préférentielles, le cas échéant, et en soutenant les
       organisations féminines, les syndicats et autres associations et groupes de la société civile qui
       défendent les droits des femmes rurales ;

       Intégrer le principe de l’égalité des sexes dans la conception, la mise en oeuvre, le suivi et
       l’évaluation des politiques et programmes de développement, y compris les politiques
       budgétaires, en prêtant davantage attention aux besoins des femmes rurales, afin qu’elles tirent
       effectivement profit des politiques et programmes adoptés dans tous les domaines et que le
       nombre disproportionné de femmes rurales vivant dans la pauvreté diminue ;
21



Déployer des efforts et intensifier l’action menée pour répondre aux besoins essentiels des
femmes en milieu rural, en améliorant des infrastructures indispensables comme l’énergie et les
transports, leur accessibilité et leur utilisation, en prenant des mesures de renforcement des
capacités et de mise en valeur des ressources humaines et en assurant l’approvisionnement en
eau salubre et sûre et l’assainissement, des programmes nutritionnels, des programmes de
logements à un coût abordable, des programmes d’éducation et d’alphabétisation et des
services de santé et d’assistance sociale, notamment dans les domaines de l’hygiène sexuelle
et de la santé de la procréation, du traitement du VIH/sida et des soins et du soutien
correspondants ;

Concevoir et appliquer des politiques qui favorisent et protègent la jouissance par les femmes
et les filles rurales de tous les droits humains et de toutes les libertés fondamentales, et créer
un environnement qui ne tolère pas les violations de leurs droits, notamment les actes de
violence familiale, sexuelle ou sexiste ;

Lancer des programmes visant à permettre aux femmes et aux hommes vivant en milieu rural
de concilier leur travail et leurs responsabilités familiales et encourager les hommes à partager
à parts égales avec les femmes les tâches ménagères et l’éducation des enfants ;

Appuyer un système éducatif attentif aux différences entre les sexes, qui tienne compte des
besoins particuliers des femmes rurales en vue d’éliminer les stéréotypes sexistes et les
tendances discriminatoires dont elles souffrent.

L’une des remarques faites par un participant à la restitution était de savoir pourquoi se référer
à un texte des Nations Unies au lieu de s’en tenir aux stratégies sectorielles nationales. La
remarque est sans doute pertinente, mais on notera que les stratégies sectorielles découleront
de la politique nationale en cours, et que cette politique nationale prendra des éléments qui sont
ici présentés dans le cadre de la résolution onusienne. On peut du reste remarquer que malgré
« l’allure IFD » du texte, certains éléments de diagnostic se retrouvent dans le diagnostic fait au
niveau du PDRD.
22


En mettant en perspective les besoins identifiés, avec les stratégies planifiées ou mises en œuvre dans
le PDRD, on peut avoir une idée de la question de pertinence. Les deux colonnes présentent
globalement les problèmes et les besoins, sans établir de lien immédiat entre les contenus des deux
colonnes.

Problèmes et Besoins identifiés sur le terrain                                   Stratégies mises en œuvre par le PDRD
    La femme a la plus grande charge de travail, elle est fortement impliquée         Appui aux AGR pour la réduction de la
    dans les activités de production, elle a la quasi-totalité des charges de         pauvreté des catégories défavorisées
    reproduction.                                                                     en particulier les femmes, les jeunes et
    Les hommes ne participent pas aux travaux domestiques.                            les ruraux.
    L’accès (difficile ou impossible) aux ressources foncières par les femmes.        Extension du réseau des caisses
    Les droits des femmes (héritage par exemple) ne sont pas respectés.               populaires        (recrutement       des
    Les hommes contrôlent les crédits donnés aux femmes.                              animatrices).
    Le pouvoir de décision dans la famille appartient exclusivement à l’homme         Formation en genre des partenaires et
    (Non considération des femmes dans la gestion des affaires, elle est              du personnel du PDRD.
    reléguée au second plan).                                                         Alphabétisation (quotas de 60% pour
    La femme n’a pas accès au grenier familial. Ne contrôle pas l’utilisation         les femmes).
    des produits du grenier familial.                                                 Quotas pour l’accès des femmes aux
    Les hommes n’admettent pas que les femmes aient les mêmes droits                  terres aménagées.
    qu’eux.                                                                           Sensibilisation sur les questions
    Des femmes sont encore victimes de violences physiques ou morales                 foncières
    (bannissement, répudiation, polygamie, mariages ou remariages forcés).            Formations techniques (embouche,
    La communication est insuffisante entre les femmes et les hommes,                 maraîchage, production de fumure
    notamment entre conjoints.                                                        organique, tissage, teinture, extraction
                                                                                      de beurre de karité, élevage de lapin,
Besoins identifiés au niveau de la Résolution des Nations Unies                       fosses fumière, cordons pierreux).
         Autonomisation politique et socioéconomique des femmes rurales.              Allègement des tâches des femmes.
         Intégrer le principe de l’égalité des sexes dans la conception, la mise      Implication des femmes dans la
         en oeuvre, le suivi et l’évaluation des politiques et programmes de          construction des cordons pierreux.
         développement.                                                               Renforcement          des       capacités
         Améliorer les infrastructures indispensables comme l’énergie et les          individuelles et organisationnelles.
         transports, leur accessibilité et leur utilisation.
         Concevoir et appliquer des politiques qui favorisent et protègent la
         jouissance par les femmes et les filles rurales de tous les droits
         humains.
         Lancer des programmes visant à permettre aux femmes et aux
         hommes vivant en milieu rural de concilier leur travail et leurs
         responsabilités familiales et encourager les hommes à partager à
         parts égales avec les femmes les tâches ménagères et l’éducation
         des enfants.
23




L’examen des tableaux appelle deux principales observations de fond.

La première est déjà mentionnée et concerne le concept de genre. Le programme met femme, jeunes,
migrants, catégories défavorisées, sous le même concept. Il convient de relever qu’il ne s’agit pas ici de
nier la légitimité d’une approche par rapport à des problèmes identifiés pour les dites cibles, mais
d’attirer l’attention que ce qui touche les jeunes peut être une question de génération ou de
gérontocratie, ce qui touche les migrants une question socio ethnique ou simplement lignagère. Lorsque
les différences, disparités, discriminations sont expliquées par la réinterprétation idéologique basée sur
les différences biologiques, il s’agit alors de questions de genre. L’un des exemples est quand on pense
que par ce que seule la femme accouche (fait biologique immuable lié au sexe), elle devrait aussi
assurer seule la gestion du nourrisson puis du bébé et plus tard de l’enfant (comportement que
l’homme comme la femme peuvent avoir, lié à la socialisation).

Même si le PDRD veut appuyer tous les groupes considérés comme défavorisés ou vulnérables,
suggestion est faite de distinguer les problèmes de genre des autres problèmes.

Les questions de genre renvoient à une remise en cause d’inégalités sociales que beaucoup de
personnes considèrent comme naturelles, elles sont plus difficiles à changer. Dans le cas des jeunes ou
des migrants, on légitime moins les discriminations. En mettant dans le même sac les mêmes
problèmes, on en vient à banaliser les questions de genre, qui sont plus structurelles et demandent une
approche correspondant à ce positionnement.

Quand on examine les activités du PDRD, il est évident qu’elles contribuent à résoudre les problèmes
de pauvreté de façon globale. Si l’on se réfère aux problèmes et besoins identifiés par rapport aux
questions de genre, on ne peut plus faire une telle affirmation générale. De fait, les questions à se poser
pour voir si les questions de genre sont prises en compte sont :

        Que faut-il faire pour équilibrer la charge de travail des femmes, par rapport aux hommes ? Que
        fait le programme par rapport à cela ?

        Que faut-il faire pour que le contrôle des crédits revienne aux femmes, et que fait le PDRD
        dans ce sens (le programme parle d’allègement des tâches, mais on sait que la question ne
        doit pas être traitée uniquement au niveau de la femme, mais en rapport avec l’homme).

Les mêmes questions doivent être posées en ce qui concerne les violences physiques, morales, et ce
que le PDRD fait pour les résoudre.

Il est clair que certains des objectifs du PDRD permettent de répondre aux questions de genre tels
qu’identifiés, mais les stratégies demandent à être plus spécifiques pour être plus adéquates. En
particulier, il y a une insuffisance de l’implication des hommes (peu de stratégies sont orientées vers
eux), ce qui peut limiter l’impact de ces stratégies. Les hommes sont une partie du problème, il ne peut
pas avoir de solution sans leur implication.

La deuxième observation découle de ce qui précède : les stratégies ont été planifiées sans une
connaissance précise des problèmes de genre qui se posent, en particulier sans une connaissance de
leurs causes profondes. Mais une telle situation n’est pas propre au programme, elle se retrouve au
niveau national. La politique nationale en cours aura sans doute des éléments d’analyse qui pourront
plus tard être utilisés.
24

2.4.      Propositions d’axes stratégiques et des approches

Les axes stratégiques découlent des problèmes ; ils peuvent être identifiés au regard de ces problèmes
et besoins. Concernant les actions, ce sont celles que le PDRD mène déjà, auxquelles il faut inclure les
dimensions manquantes (notamment en matière de formation et d’éducation). En terme de planification,
on peut proposer les objectifs et résultats attendus suivants.

Objectif du volet : Assurer la prise en compte des besoins liés aux rapports de genre, des
jeunes, des migrants, dans le PDRD.

Objectifs spécifiques

OS1.      Promouvoir le partage équitable des rôles, responsabilités, tâches au niveau de la famille.

Résultats Attendus

Produits

          Les membres de l’Unité de Production familiale () prennent conscience du manque d’équité
          dans la répartition des rôles, responsabilités, tâches au niveau de la famille.

          Les membres de l’UP identifient ensemble des stratégies d’une répartition équitable

Effets

          La charge de travail des membres de l’UP est équitablement répartie entre la/les femmes, le
          mari, les garçons, les filles.

          Les femmes, les hommes, les garçons, les filles sont impliquées dans des rôles,
          responsabilités, tâches dans lesquels ils/elles n’étaient pas traditionnellement impliqués à
          cause des barrières de genre ou de génération.

       O.S.2. Assurer l’accès équitable et le contrôle de toutes les composantes de la communauté aux
       ressources et aux bénéfices liés ou non au Programme

       Résultats attendus

       Produits

              Les leaders fonciers, les détenteurs d’autorités sont informés des besoins des femmes,
              des jeunes, des migrants, en rapport avec les ressources foncières.

              Des négociations sont menées avec leaders fonciers et les détenteurs d’autorités pour
              que les femmes, les jeunes, les migrants accèdent aux ressources foncières.

              Des négociations sont menées avec les maris des femmes bénéficiaires des crédits pour
              les AGR, pour qu’elles aient le contrôle des crédits.

              Des négociations sont menées avec les chefs d’UP pour que les autres membres partagent
              avec le chef de l’UP la responsabilité d’une gestion rationnelle efficace des réserves de la
              production agricole ou pastorale.
25



    Effets

             Les femmes, les migrants, les jeunes accèdent aux ressources foncières, à côté des
             hommes qui avaient seuls l’accès et le contrôle traditionnellement.

             Les femmes ont le contrôle des crédits octroyés dans le cadre des AGR

             Les autres membres de l’unité de production partagent avec le chef de l’UP la
             responsabilité d’une gestion rationnelle efficace des réserves de la production agricole ou
             pastorale.

             Les femmes, les migrants, les jeunes bénéficient des formations techniques et du suivi
             assuré par les services techniques et/ou le PDRD dans les domaines de l’agriculture, de
             l’élevage, de l’environnement.

    O.S.3.       Promouvoir la connaissance et l’application de la gouvernance locale, des droits civils
        politiques, économiques, sociaux et culturels, de la personne et de la famille au niveau de la
        communauté.

    Résultats

    Produits

        Les membres de la communauté à travers toutes les composantes (femmes, hommes, jeunes,
        migrants) savent ce qu’est la gouvernance locale, connaissent les droits de la personne et de la
        famille.

        Les femmes, les jeunes, les migrants connaissent des droits de la personne et de la famille et
        les procédures et possibilités de les faire appliquer.

Effets
    Les droits de la personne et de la famille sont appliqués

             Elimination/ Diminution des mariages forcés
             Elimination/ Diminution de la pratique de l’excision
             Héritage de la veuve et de l’orphelin (moins spoliés)
             Actes d’état civils (JSAN ET CIB) entrent dans les habitudes quotidiennes
             Polygamie discutée avec la première épouse
             Plus grande participation des femmes à toutes les activités sociales, politiques, et aux
             réunions.
             Plus grande participation des femmes, des jeunes, des migrants à la vie politique
             Lévirat n’est plus obligatoire
             Moins/ Pas de répudiation
             Moins/ pas d’abandons des domiciles par les hommes
             Pour les dots, moins de problèmes
             Mariages civils devenus la règle
             Régularisation d’anciens couples (qui n’étaient pas légalement mariés)
             Elimination/diminution de violence physique sur les femmes
             Succession inclut les filles maintenant
             Education, Alphabétisation ne discriminent pas les filles, les femmes
26




En plus de ces axes stratégiques, on peut ajouter la grande question d’autonomisation politique et
socioéconomique des femmes rurales, ce qui correspond à la pratique des AGR, à quoi il faut adjoindre
la dimension d’autonomisation.

Dans l’ensemble, il faut également impliquer les femmes dans les activités jusque là considérées
comme masculines (comme dans l’élevage), et impliquer les hommes dans les activités considérées
comme féminines (liées à la reproduction, comme la collecte de l’eau, du bois, l’éducation des enfants).

L’approche préconisée comporte 2 mots clés : conscientisation (formation, éducation),
négociation. Beaucoup d’hommes ne savent pas que leurs femmes sont surchargées, l’approche
doit les amener à en prendre conscience, et à proposer eux-mêmes comment ils peuvent aider à
équilibrer les charges. Le préalable à tout ceci est la formation qui déconstruit les stéréotypes
sexistes. L’homme comme la femme sont des produits de socialisation, il faut utiliser ce
processus de socialisation pour faire comprendre pourquoi les uns et les autres se comportent
comme tels, et comment les uns et les autres peuvent changer pour le meilleur développement de
tous.

                                      Ce que veut dire négocier

L’être humain est mû par des intérêts qui lui sont propres, égoïstes ou non (prestige, pouvoirs,
argent, altruisme, survie, etc), en même temps qu’il est le produit de la socialisation
(connaissances, modèles, symboles, valeurs). Il ne change que dans le sens de l’un ou l’autre de
ses intérêts, surtout il ne renonce à tous ses intérêts que sous la contrainte. Dans ce contexte,
les ressources, les bénéfices, les intérêts comme le prestige, le pouvoir, sont déjà appropriés
par un groupe de personnes. L’objectif de la démarche étant d’amener ces personnes à partager,
il est important de leur faire comprendre qu’on reconnaît la « légalité sociologique » de leur
situation, que pour autant on négocie avec elles pour qu’elles aident au développement.

Il faut faire comprendre à ces personnes que sans elles, il n’y a pas de développement. Après
cela, demander leur adhésion, composer autant que possible avec elles. Dans les situations où
elles refusent de composer, il faut en tenir compte, ne pas s’opposer de front, chercher à
contourner, en s’assurant qu’il n’y a pas de conséquences préjudiciables aux objectifs de la
démarche. Ceci est particulièrement recommandé pour les personnes détenant une quelconque
autorité.

Il est également important d’éviter de choquer les personnes dans leur conviction.
27


L’éducation devrait viser à faire émerger et croître, chez les unes comme chez les autres, la dimension
qui manque dans leur développement, il s’agit du moment au cours duquel l’être humain entre dans une
forme active de résistance aux injustices, de recherche des voies et moyens de la justice, de poursuite
à tout prix de la réalisation de ces choix d’équité, y compris par leur propre transformation.

Du point de vue de l’éducation dont la scolarisation, cela suppose un certain nombre d’éléments.

        développement de l’empathie chez les garçons et les filles, chez les femmes et chez les
        hommes: ce volet de l’éducation ne concerne pas les aspects cognitifs directement
        psychologiques, mais s’adresse aux rapports sociaux, implique l’engagement dans la lutte pour
        transformer les rapports sociaux inégalitaires.
        Il inclut l’apprentissage par les individus et les groupes de la participation à la vie sociale, à son
        organisation, et à ses structures dans une perspective de déconstruction/reconstruction.
        développement de la capacité d’expression du refoulé. Le refoulé correspond aux aspirations
        que les pesanteurs culturelles conduisent à nier, taire, chez l’homme ou chez la femme. Il est
        courant d’entendre « pleurer comme une femme, être dur comme un homme, etc.
        Un jeune peut avoir une envie de participer aux travaux ménagers, cela lui sera refusé, comme
        on refusera que la fille accompagne son frère à la chasse. En dehors de certaines barrières
        socialement admises et éthiquement défendables (la pratique de l’inceste par exemple), la
        possibilité pour chaque être humain de poursuivre librement la réalisation de ses aspirations
        devra faire partie d’une éducation qui émancipe.

        engagement des enseignantes et enseignants dans les notions d’équité femmes/hommes. Les
        perspectives ici envisagées ont une double dimension, celle d’une démarche pédagogique et
        d’un choix éthique. L’engagement dans une éducation intégrale suppose l’adhésion à ces
        dimensions.

    Tout cela implique une autre forme d’organisation des programmes et de l’encadrement. A partir de
    l’adolescence, c’est à dire au moment où se développent de façon importante l’esprit critique et
    d’abstraction des individus, il y a lieu de mettre l’accent sur l’éducation civique politique.
28




                          Activités proposées et modalités associées

Les activités principales sont les sessions de formation, d’éducation, de négociations sur les
thématiques évoquées :

1. Formation des membres des UP sur les profils activités (production, reproduction,
   gestion sociale) et la socialisation, pour comprendre le processus d’acquisition des
   connaissances, des modèles, des symboles, des valeurs.
2. Négociations entre les parties prenantes (membres de la famille entre eux, membres des
   UP entre eux, maris/femmes, Leaders traditionnels, dépositaires d’autorités avec
   jeunes, migrants, femmes) sous la facilitation du PDRD et de ses partenaires de mise en
   œuvre.

De façon pratique, le PDRD

1. Identifie les ressources humaines pour les formations, l’éducation, l’information, ces
   formateurs et formatrices sur les thématiques évoquées (droits, genre, etc.) élaborent
   les modules sur les modèles déjà éprouvés par exemple par la CBDF et ses membres, par
   RECIF/ONG et ses membres
2. Assure la formation de ses partenaires de mise en œuvre, dans la perspective que ces
   partenaires répercutent les formations, l’éducation, l’information aux niveaux des
   communautés : il s’agit de formations en cascades, les derniers maillons étant les
   individus (femmes, hommes, jeunes, migrants).

3. Assure le suivi des activités selon le mécanisme de suivi propre au Programme, en
   s’assurant de collecter les indicateurs liés aux produits, aux effets, selon la périodicité
   du système de suivi. (voir chapitre suivant).

La négociation par rapport aux questions d’accès aux ressources foncières est pilotée par le
PDRD, qui le fait déjà. Les négociations concernant les autres aspects relèvent des
partenaires de mise en œuvre.

Les chefs d’antenne assurent le suivi global de toutes les activités de formation, d’éducation,
d’information (les activités sont-elles exécutés ? L’ont-elles été de façon efficace,
efficiente ?). Les responsables des questions de genre assurent le suivi technique de ces
activités, en veillant à ce que l’approche soit participative, qu’elle implique toutes les parties
prenantes. Elles assurent l’évaluation sur site de ces activités, pour faire remonter les
données au niveau de l’antenne, qui elle-même les fait remonter au niveau du siège du
Programme.
29



    Le Chronogramme suivant peut être proposé pour la mise en œuvre des activités :

                             ACTIONS                                                       PERIODE
                                                                  Mois 1- 6   Mois 7- 12    Mois 13- 18   Au-delà Mois19
   Identification de Ressources bureaux d’études pour les
01 formations, éducation, information
   Harmonisation de l’approche au niveau des différentes
02 composantes du programme
   Formations des partenaires techniques, des
03 ONG/Associations partenaires sur la prise en compte des
   questions de genre dans leurs interventions
04 Formations des OPP sur les thématiques identifiées (prise en
   compte des besoins liés aux questions de genre, aux besoins
   des jeunes, des migrants, sur la négociation)
05 Mise en œuvre sur le terrain des formations, de l’éducation,
   de l’information, au profit des différentes cibles
06 Collecte des indicateurs d’activités, de produits
07 Collecte des indicateurs d’effets


                                             Qui fait quoi ?

La planification du volet « genre, jeunes, migrants » (objectif de la composante, objectifs
spécifiques, résultats attendus (produits et effets), activités est du ressort du bureau genre,
qui verse les éléments du cadre logique au bureau Planification et Suivi Evaluation.

La responsable du bureau genre est la personne qui a les initiatives sur la mise en œuvre et le
suivi des activités planifiées, en conformité avec le fonctionnement du programme. Le dispositif
du Programme collecte les indicateurs, qu’elle analyse, pour assurer les ajustements éventuels.

Les bureaux d’études appuieront au début de la mise en œuvre de la stratégie, par rapport aux
formations, mais aussi par rapport aux études de base à réaliser pour connaître la situation de
référence des indicateurs.

Les partenaires techniques et les ONG partenaires auront des conventions de collaboration avec
le PDRD, et désigneront chacun un point focal sur la question « genre, jeune, migrant », qui
participera aux rencontres sur la question en cas de besoin, mais surtout qui transmettront les
indicateurs (activités, produits) selon la périodicité convenue. Les indicateurs concernent les
activités et produits qui ont des dimensions « genre, jeune, migrants ».

Les OPP et les animateurs sont chargés de conduire les activités de formations, d’informations,
d’éducation, de négociation sur le terrain.

Les responsables genre des antennes assurent le suivi des activités ci-dessus, en terme de leur
pertinence, efficacité, et en rendent compte au chef d’antenne.
30




2.5.     Indicateurs et outils de suivi- évaluation

         2.5.1. Indicateurs proposés

Les éléments suivants sont proposés pour identifier les indicateurs, ils découlent des objectifs
spécifiques et des résultats attendus. Il est recommandé d’identifier les indicateurs avec les différentes
parties prenantes. Il est utile de collecter des données de base pour avoir la situation de référence de
ces indicateurs.

                         Hiérarchie des objectifs                                         Eléments pour identifier les IOV

Objectif Spécifique 1 : Promouvoir le partage équitable des rôles,                   Temps de travail des femmes (a diminué)
responsabilités, tâches au niveau de la famille                                      Proportion d’Hommes, garçons impliqués dans
                                                                                     les activités de reproduction
                                                                                     Proportion de femmes participant aux activités
                                                                                     de         gestion      sociale    considérées
                                                                                     traditionnellement comme masculines.
Résultats attendus
Résultat attendu 1 : Les membres de l’Unité de Production familiale prennent              Nombre de personnes formées
conscience du manque d’équité dans la répartition des rôles, responsabilités,             Nombre de sessions de formations
tâches au niveau de la famille.
Résultat attendu 2 : Les membres de l’UP identifient ensemble des stratégies    Stratégies identifiées
d’une répartition équitable.
Résultat attendu 3 : La charge de travail des membres de l’UP est               Temps de travail des femmes, des hommes, des
équitablement répartie entre la/les femmes, le mari, les garçons, les filles.   filles, des garçons équitablement réparti.
Résultat attendu4 : Les femmes, les hommes, les garçons, les filles sont               Proportion d’Hommes, garçons impliqués dans
impliquées dans des rôles, responsabilités, tâches dans lesquels ils/elles             les activités de reproduction
n’étaient pas traditionnellement impliqués à cause des barrières de genre ou           Proportion de femmes participant aux activités
de génération                                                                          de         gestion      sociale      considérées
                                                                                       traditionnellement comme masculines
                                                                                       Proportion de garçons impliqués dans les tâches
                                                                                       ménagères ou des activités de reproduction
                                                                                       Proportion de filles impliquées dans des activités
                                                                                       ou taches considérées traditionnellement
                                                                                       comme masculines.
Activités
Activités du résultat 1
Session de formation, éducation, conscientisation                               Nombre de sessions
                                                                                Nombre de participants
Activité des résultats 2+3+4
Sessions (réunions) de négociation sur le partage équitable des rôles,          Nombre de réunions
responsabilités, tâches                                                         Nombre de participants
                                                                                Accords des parties prenantes sur le partage
                                                                                équitable
31


                          Hiérarchie des objectifs                                        Eléments pour identifier les IOV

Objectif Spécifique 2 : Assurer l’accès équitable et le contrôle de toutes       Proportion de femmes, de jeunes, de migrants ayant
les composantes de la communauté aux ressources et aux bénéfices                 accès et assurant le contrôle des ressources.
liés ou non aux programmes
Résultats attendus
Résultat attendu 1 : Les leaders fonciers, les détenteurs d’autorités sont                Nombre de leaders de détenteurs
informés des besoins des femmes, des jeunes, des migrants, en rapport                     d’autorités informés
avec les ressources foncières.                                                            Nombre d’accords obtenus ou promis
Résultat attendu 2 : Des négociations sont menées avec les maris des                      Nombre de couples impliqués dans les
femmes bénéficiaires des crédits pour les AGR, pour qu’elles aient le contrôle            négociations
des crédits.                                                                              Nombre d’accords obtenus
Résultat attendu 3 : Des négociations sont menées avec les chefs d’UP pour                Nombre d’UP impliqués dans les
que les autres membres partagent avec le chef de l’UP la responsabilité                   négociations
d’une gestion rationnelle efficace des réserves de la production agricole ou              Nombre d’accords obtenus
pastorale

Résultat attendu 4 : Les femmes, les migrants, les jeunes accèdent aux           Proportion de femmes, de migrants, de jeunes par
ressources foncières, à côté des hommes qui avaient seuls l’accès et le          rapport aux hommes
contrôle traditionnellement.
Résultat attendu 5 : Les femmes ont le contrôle des crédits octroyés dans le     Proportion ou nombre de femmes.
cadre des AGR
Résultat attendu 6 : Les autres membres de l’unité de production partagent       Proportion ou nombre d’UP
avec le chef de l’UP la responsabilité d’une gestion rationnelle efficace des
réserves de la production agricole ou pastorale.
Résultat attendu 7 : Les femmes, les migrants, les jeunes bénéficient des        Proportion ou nombre de femmes, de jeunes, de
formations techniques et du suivi assuré par les services techniques et/ou le    migrants
PDRD dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de l’environnement
Activités

Réunions, rencontres d’informations, de négociations                                      Nombre de réunions
                                                                                          Nombre et qualités       des   personnes
                                                                                          impliquées
                                                                                          Accords obtenus
32




                        Hiérarchie des objectifs                                          Eléments pour identifier les IOV

Objectif Spécifique 3 : Promouvoir la connaissance et l’application            Proportion de femmes, de jeunes, de migrants ayant
de la gouvernance locale, des droits civils politiques,                        accès et assurant le contrôle des ressources.
économiques, sociaux et culturels, de la personne et de la famille
au niveau de la communauté.

Résultats attendus
Résultat attendu 1 : Les membres de la communauté à travers toutes les                  Nombre de formations
composantes (femmes, hommes, jeunes, migrants) savent ce qu’est la                      Nombre de personnes formées
gouvernance locale, connaissent les droits de la personne et de la
famille.
Résultat attendu 2 Les femmes, les jeunes, les migrants connaissent                     Nombre de formations
des droits de la personne et de la famille et les procédures et possibilités            Nombre de personnes formées
de les faire appliquer
Résultat attendu 3 : Les droits de la personne et de la famille sont           Nombre de cas (voir ci-dessous)
appliqués

                                                                                        Elimination/ Diminution des mariages forcés
                                                                                        Elimination/ Diminution de la pratique de
                                                                                        l’excision
                                                                                        Héritage de la veuve et de l’orphelin (moins
                                                                                        spoliés)
                                                                                        Actes d’état civils (JSAN ET CIB) entrent dans
                                                                                        les habitudes quotidiennes
                                                                                        Polygamie discutée avec la première épouse
                                                                                        Plus grande participation des femmes à toutes
                                                                                        les activités sociales, politiques, et aux réunions.
                                                                                        Plus grande participation des femmes, des
                                                                                        jeunes, des migrants à la vie politique
                                                                                        Lévirat n’est plus obligatoire
                                                                                        Moins/ Pas de répudiation
                                                                                        Moins/ pas d’abandons des domiciles par les
                                                                                        hommes
                                                                                        Pour les dots, moins de problèmes
                                                                                        Mariages civils devenus la règle
                                                                                        Régularisation d’anciens couples (qui n’étaient
                                                                                        pas légalement mariés)
                                                                                        Elimination/diminution de violence physique sur
                                                                                        les femmes
                                                                                        Succession inclut les filles maintenant
                                                                                        Education, Alphabétisation ne discriminent pas
                                                                                        les filles, les femmes

Activités
Formations, informations                                                                Nombre de formations
                                                                                        Nombre et qualités des personnes impliquées
33

2.5.2. Mécanismes de suivi


Concernant le dispositif de suivi, il est le même que celui du Programme. Seules les
données complémentaires et la périodicité de la collecte de celles-ci, sont à y inclure.
Pour les activités et les résultats ajoutés, cela implique de collecter les indicateurs de
base (étude de base), et d’en suivre l’évolution.

Le suivi est systématique et vise à prendre des décisions d’une manière rapide et flexible, en ce
qui concerne les activités du Programme. Parfois le suivi donne lieu à un ajustement de la
formation des résultats intermédiaires. Une évaluation est une activité bien précise qui vise à
vérifier le succès d’un programme en utilisant des critères de pertinence, d’efficience,
d’efficacité et d’impact. Elle vise les résultats intermédiaires, l’objectif spécifique et les objectifs
globaux du programme.

Au niveau des activités

La collecte d’information au niveau des activités se fait régulièrement. Ceux qui sont
responsables de l’exécution des activités doivent informer leurs supérieurs sur l’avancement
des activités. Des problèmes éventuels doivent être rapportés aussi vite que possible en vue de
prendre des mesures. Un système de contrôle doit être élaboré pour garantir que l’information
donnée est correcte.

Le tableau suivant élaboré sur base d’un cadre logique peut guider le travail de suivi.

     Activités planifiées       Date prévue             Constats         explications     recommandations
     Act. 1.1
     Act.1.2
     Act.1.3

Pour ceux qui doivent exécuter les activités, ce tableau est comme un tableau de bord. Ils
l’utilisent quasi quotidiennement. Ils informent leurs supérieurs régulièrement par exemple une
fois par mois, sous forme de ce tableau ou de rapport de progrès basé sur ce tableau. Si
nécessaire ceux-ci prennent des mesures.

Il est important de se mettre d’accord à l’avance sur les responsabilités et la flexibilité de
changement accordé aux différents niveaux de prise de décisions. Ceci permettra aussi de
définir le type de rapport et la fréquence de rapports aux différents niveaux.

Ce tableau sert d’instrument de capitalisation des expériences. Si pour certains types d’activités
on constate souvent les mêmes problèmes on doit tenir compte de ce constat lors de nouvelles
planifications.
34



        Au niveau des résultats

        Une fois les activités en route, il est important d’évaluer de temps à autre les chances qu’on a
        de voir le résultat visé se réaliser : ceci se fait en mesurant ou en cherchant des informations
        sur les indicateurs au niveau des résultats. Ce travail peut se faire une fois, après un certain
        temps, et c’est le responsable qui coordonne la collecte d’information, interprète l’information et
        propose des corrections éventuelles.

        Le tableau suivant peut servir comme instrument de collecte d’information.

           résultat           indicateur             constat                  recommandation
       Résultat 1

       Résultat n


        Des changements au niveau des résultats ont des conséquences sur l’objectif du programme.
        Il faut être prudent avec les changements à ce niveau. Il conviendrait, surtout si les
        conséquences des changements sont importantes, de négocier avec les différents partenaires.


Le plan suivant peut être utilisé pour collecter les indicateurs

  Indicateurs           Quand                Où             Comment           Par Qui       Qui supervise
                                                             (outils)




En terme de mécanisme de synergie :

        Chaque composante du programme, chaque partenaire, les OPP, ont défini lors de la première
        activité de la composante comment ils peuvent prendre en compte les questions de genre. Il est
        important que chaque composante dispose d’une personne (point focal) qui réponde de la
        question, et qui fournisse les informations, selon la périodicité du suivi arrêtée ensemble.

        La responsable de la composante organisera pendant les 6 premiers mois de la mise en
        œuvre de la stratégie, une réunion mensuelle avec les représentants des partenaires ci-dessus,
        les points focaux au besoin, ainsi qu’avec les responsables des volets genre des antennes et
        les formateurs/formatrices identifiés. Après les 6 mois, la réunion peut devenir trimestrielle,
        même si les données de terrain continuent d’alimenter le suivi mensuellement.

Ces réunions serviront à faire le point de la mise en œuvre de la stratégie (quels sont les points forts à
capitaliser, quels sont les points faibles à changer, quelle est l’évolution des indicateurs, etc).
35

III.   Recommandations

Tenant compte des ressources humaines disponibles par rapport au volet genre, les principales
recommandations sont :

1. Harmoniser la compréhension des questions de genre, de la problématique « jeunes et
   migrants » au niveau des chefs d’antenne, des responsables des volets genre, des animatrices.

2. Renforcer les connaissances et les capacités des parties prenantes, sur la prise en compte des
   questions de genre, jeunes, et migrants, pour qu’à leur tour les parties prenantes intègrent ces
   éléments de connaissances et renforcement des capacités, au niveau de leurs cibles. Dans la
   mesure où la présente étude met l’accent sur la formation, le PDRD peut élaborer un programme
   de formations en cascade incluant les approches participatives (pour amener l’homme et la femme,
   le garçon et la fille, à prendre conscience, changer de comportements, et que cela soit documenté),
   en commençant par outiller ses partenaires dans ce sens.

3. Collecter les indicateurs de base par rapport aux objectifs, résultats et activités proposés. Le
   dispositif de suivi et d’évaluation inclura les indicateurs ci-dessus définis.
36

             Liste des documents consultés et Bibliographie sommaire sur GED


Documents consultés

Documents du PDRD

      Rapport de préevaluation (doc. de travail1)
      Protocole d’accord entre le PDRD et RCPB
      Rapport de l’étude de faisabilité en vue de l’implantation d’un point de service à Tikaré
      Aide mémoire « étude mise en œuvre Renforcement et extension du réseau des services
      financiers décentralisés du PDRD
      Rapport de synthèse de la collaboration URCP-CES-AGF
      Document de demande de proposition pour le recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD
      Offre technique pour recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD (lot 2)
      Offre technique pour recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD (lot 6)
      Rapport relatif à la mise en œuvre, volet renforcement extension du réseau des services
      financiers décentralisés
      Rapport FIDA évaluation intermédiaire du PS/CES/AGF (annexe 2)
      Proposition pour recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD (lot 1 et 2 et 3 et 4)
      Rapport FIDA d’évaluation intermédiaire PS/CES/AGF
      Rapport FIDA évaluation intermédiaire (phase 1 et 2) PS/CES/AGF
      Offre technique pour recrutement d’opérateurs privés (lots 1 et 5).

  Gouvernement du Burkina Faso

      Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) Juillet 2004
      Lettre d’Intention de Politique de Développement Humain Durable (LIPDHD)
      Plan d’Actions et Programme d’Investissement du Secteur de l’Elevage (PAPISE).
      Politique en matière d'approvisionnement en eau potable
      Politique Nationale de Population (PNP)
      Politique Nationale de Promotion de la femme (PNPF)
      Programme Décennal de Développement de l’Education de Base (PDDEB)
      Programme national de développement sanitaire (PND)
      Stratégie de croissance durable de l’agriculture


    Nations Unies

      Bilan Commun de Pays (ou Country Commons Assessment, CCA en anglais) octobre 2004
      Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (United Nations Development Aid
      Framework, UNDAF en anglais) UNDAF 2006-2010 ; Edition 04 Mars 2005
      Résolution 60/1 du 24 octobre 2005. Document final du Sommet mondial de 2005
      Amélioration de la condition de la femme en milieu rural. Résolution 60/138 du 07 février 2006
      Suite donnée à la quatrième Conférence mondiale sur les femmes et application intégrale de la
      Déclaration et du Programme d’action de Beijing et des textes issus de la vingt-troisième
      session extraordinaire de l’Assemblée générale. Résolution 60/140 du 07 février 2006
      Les petites filles - Résolution 60/141 du 11 janvier 2006.
      La 60ème session relative au suivi des résultats du sommet du Millenium tenue au siège des
      Nations Unies à New York. 14 au 16 Septembre 2005
Rapport final stratégie genre pdrd  20 jullet 2008
Rapport final stratégie genre pdrd  20 jullet 2008
Rapport final stratégie genre pdrd  20 jullet 2008

Contenu connexe

Tendances

Echos hcdh guinee no12 juin 2018
Echos hcdh guinee no12  juin 2018Echos hcdh guinee no12  juin 2018
Echos hcdh guinee no12 juin 2018Fatoumata Chérif
 
2007 Actes du-forum_psychosocial_Haiti
2007   Actes du-forum_psychosocial_Haiti2007   Actes du-forum_psychosocial_Haiti
2007 Actes du-forum_psychosocial_HaitiWizaLoutis
 
Breaking the barriers_to_youth_inclusion_fr
Breaking the barriers_to_youth_inclusion_frBreaking the barriers_to_youth_inclusion_fr
Breaking the barriers_to_youth_inclusion_frJamaity
 
Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020
Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020
Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020Benoît THIERRY
 
Le travail de jeunesse en Tunisie après la Révolution
Le travail de jeunesse en Tunisie après la RévolutionLe travail de jeunesse en Tunisie après la Révolution
Le travail de jeunesse en Tunisie après la RévolutionJamaity
 
Etude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie
Etude exploratoire sur la traite des personnes en TunisieEtude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie
Etude exploratoire sur la traite des personnes en TunisieJamaity
 
Aap sida web2014
Aap sida web2014Aap sida web2014
Aap sida web2014Jamaity
 
Le paysage médiatique guinéen mars 2015
Le paysage médiatique guinéen mars 2015Le paysage médiatique guinéen mars 2015
Le paysage médiatique guinéen mars 2015Fatoumata Chérif
 

Tendances (8)

Echos hcdh guinee no12 juin 2018
Echos hcdh guinee no12  juin 2018Echos hcdh guinee no12  juin 2018
Echos hcdh guinee no12 juin 2018
 
2007 Actes du-forum_psychosocial_Haiti
2007   Actes du-forum_psychosocial_Haiti2007   Actes du-forum_psychosocial_Haiti
2007 Actes du-forum_psychosocial_Haiti
 
Breaking the barriers_to_youth_inclusion_fr
Breaking the barriers_to_youth_inclusion_frBreaking the barriers_to_youth_inclusion_fr
Breaking the barriers_to_youth_inclusion_fr
 
Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020
Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020
Rapport Atelier HUB FIDA Afrique de l'Ouest - Novembre 2020
 
Le travail de jeunesse en Tunisie après la Révolution
Le travail de jeunesse en Tunisie après la RévolutionLe travail de jeunesse en Tunisie après la Révolution
Le travail de jeunesse en Tunisie après la Révolution
 
Etude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie
Etude exploratoire sur la traite des personnes en TunisieEtude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie
Etude exploratoire sur la traite des personnes en Tunisie
 
Aap sida web2014
Aap sida web2014Aap sida web2014
Aap sida web2014
 
Le paysage médiatique guinéen mars 2015
Le paysage médiatique guinéen mars 2015Le paysage médiatique guinéen mars 2015
Le paysage médiatique guinéen mars 2015
 

En vedette

Le FIDA en RDC - Echos dans la presse
Le FIDA en RDC - Echos dans la presseLe FIDA en RDC - Echos dans la presse
Le FIDA en RDC - Echos dans la presseFIDAfrique-IFADAfrica
 
Discours de Sara KOUAKOU, CPM Guinée
Discours de Sara KOUAKOU, CPM GuinéeDiscours de Sara KOUAKOU, CPM Guinée
Discours de Sara KOUAKOU, CPM GuinéeFIDAfrique-IFADAfrica
 
Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)
Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)
Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)FIDAfrique-IFADAfrica
 
Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)
Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)
Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)senblackgirl
 
Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)
Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)
Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)FIDAfrique-IFADAfrica
 
Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...
Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...
Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...FIDAfrique-IFADAfrica
 
Groupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifeda
Groupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifedaGroupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifeda
Groupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifedaGADR2014
 

En vedette (14)

Le FIDA en RDC - Echos dans la presse
Le FIDA en RDC - Echos dans la presseLe FIDA en RDC - Echos dans la presse
Le FIDA en RDC - Echos dans la presse
 
Nairobi DéMarche Cap2 New
Nairobi DéMarche Cap2 NewNairobi DéMarche Cap2 New
Nairobi DéMarche Cap2 New
 
Discours du Coordonnateur PNAAFA
Discours du Coordonnateur PNAAFADiscours du Coordonnateur PNAAFA
Discours du Coordonnateur PNAAFA
 
Discours de Sara KOUAKOU, CPM Guinée
Discours de Sara KOUAKOU, CPM GuinéeDiscours de Sara KOUAKOU, CPM Guinée
Discours de Sara KOUAKOU, CPM Guinée
 
Agenda
AgendaAgenda
Agenda
 
Accord de financement du prohypa
Accord de financement du prohypaAccord de financement du prohypa
Accord de financement du prohypa
 
Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)
Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)
Introduction à la mise en œuvre du Projet (PNAAFA)
 
Un joli message
Un joli messageUn joli message
Un joli message
 
Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)
Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)
Agriculture en milieu soninké: Témérunka (yaféra)
 
Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)
Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)
Bamako : Rencontre entre producteurs (Programme FAcilité Alimentaire)
 
Cadre stratégique du FIDA (PNAAFA)
Cadre stratégique du FIDA (PNAAFA)Cadre stratégique du FIDA (PNAAFA)
Cadre stratégique du FIDA (PNAAFA)
 
Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...
Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...
Capitalisation d’expériences et innovations institutionnelles en Afrique de l...
 
Groupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifeda
Groupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifedaGroupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifeda
Groupe genre agriculture et développement rural 3éme rencontre centre ifeda
 
LA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLE
LA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLELA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLE
LA DIMENSION GENRE DANS LA CHAINE DE VALEUR AGRICOLE
 

Similaire à Rapport final stratégie genre pdrd 20 jullet 2008

Profil genre tunisie_2014_français_longue_fr
Profil genre tunisie_2014_français_longue_frProfil genre tunisie_2014_français_longue_fr
Profil genre tunisie_2014_français_longue_frJamaity
 
Microsoft Word - Projet Rocare IFEF
Microsoft Word - Projet Rocare IFEFMicrosoft Word - Projet Rocare IFEF
Microsoft Word - Projet Rocare IFEFCoulibaly Shighata
 
Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...
Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...
Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...futureagricultures
 
Présntation Plan Strategique de l\'AADEC
Présntation Plan Strategique de l\'AADECPrésntation Plan Strategique de l\'AADEC
Présntation Plan Strategique de l\'AADECzohair maazi
 
Tome 1 plan jeunesse 2014
Tome 1   plan jeunesse 2014Tome 1   plan jeunesse 2014
Tome 1 plan jeunesse 2014Adrian Koss
 
UNESCO Politiques pour la créativité
UNESCO Politiques pour la créativitéUNESCO Politiques pour la créativité
UNESCO Politiques pour la créativitéDaniel Dufourt
 
03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima Maiga
03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima Maiga03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima Maiga
03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima MaigaAlec Pemberton
 
5341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 2
5341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 25341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 2
5341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 2Mamadou Barry
 
Innover par la mobilisation des acteurs
Innover par la mobilisation des acteurs Innover par la mobilisation des acteurs
Innover par la mobilisation des acteurs Fatimata Kone
 
Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...
Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...
Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...HFG Project
 
Guide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et Loire
Guide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et LoireGuide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et Loire
Guide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et LoireBenoit Besse
 
Emploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisie
Emploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisieEmploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisie
Emploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisieGADR2014
 
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...Fatoumata Chérif
 
Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI à l'occasion de la céléb...
Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI  à l'occasion de la céléb...Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI  à l'occasion de la céléb...
Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI à l'occasion de la céléb...Fatoumata Chérif
 
Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...
Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...
Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...HFG Project
 
Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...
Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...
Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...HFG Project
 
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...Fatoumata Chérif
 
Synthèse diagnostic SMD
Synthèse diagnostic SMDSynthèse diagnostic SMD
Synthèse diagnostic SMDsablebel
 

Similaire à Rapport final stratégie genre pdrd 20 jullet 2008 (20)

Profil genre tunisie_2014_français_longue_fr
Profil genre tunisie_2014_français_longue_frProfil genre tunisie_2014_français_longue_fr
Profil genre tunisie_2014_français_longue_fr
 
Microsoft Word - Projet Rocare IFEF
Microsoft Word - Projet Rocare IFEFMicrosoft Word - Projet Rocare IFEF
Microsoft Word - Projet Rocare IFEF
 
Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...
Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...
Yara: Participation Des Jeunes À L’élaboration De La Politique Foncière Au Sé...
 
Présntation Plan Strategique de l\'AADEC
Présntation Plan Strategique de l\'AADECPrésntation Plan Strategique de l\'AADEC
Présntation Plan Strategique de l\'AADEC
 
Tome 1 plan jeunesse 2014
Tome 1   plan jeunesse 2014Tome 1   plan jeunesse 2014
Tome 1 plan jeunesse 2014
 
UNESCO Politiques pour la créativité
UNESCO Politiques pour la créativitéUNESCO Politiques pour la créativité
UNESCO Politiques pour la créativité
 
03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima Maiga
03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima Maiga03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima Maiga
03 Analyse Jeunes Et Vih Dans Les Dsrp Fatima Maiga
 
5341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 2
5341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 25341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 2
5341 55014 manuel du budget participatif en afrique - volume 2
 
Innover par la mobilisation des acteurs
Innover par la mobilisation des acteurs Innover par la mobilisation des acteurs
Innover par la mobilisation des acteurs
 
Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...
Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...
Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planification ...
 
Rapport OMD 2013
Rapport OMD 2013Rapport OMD 2013
Rapport OMD 2013
 
Guide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et Loire
Guide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et LoireGuide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et Loire
Guide des politiques de jeunesse en milieu rural en Maine et Loire
 
CHAD UNDAF 2006 - 2010
CHAD UNDAF 2006 - 2010CHAD UNDAF 2006 - 2010
CHAD UNDAF 2006 - 2010
 
Emploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisie
Emploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisieEmploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisie
Emploi des jeunes dans l'agriculture FAO tunisie
 
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
 
Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI à l'occasion de la céléb...
Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI  à l'occasion de la céléb...Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI  à l'occasion de la céléb...
Discours de la Présidente-Fondatrice du REPROSE.GUI à l'occasion de la céléb...
 
Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...
Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...
Faso Le financement de la couverture sanitaire universelle et de la planifica...
 
Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...
Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...
Financing of Universal Health Coverage and Family Planning: A Multi-Regional ...
 
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
Discours pour la journee internationale des secretaires derniere version du 2...
 
Synthèse diagnostic SMD
Synthèse diagnostic SMDSynthèse diagnostic SMD
Synthèse diagnostic SMD
 

Plus de FIDAfrique-IFADAfrica

Introduction au Suivi-Evalutation Participatif
Introduction au Suivi-Evalutation ParticipatifIntroduction au Suivi-Evalutation Participatif
Introduction au Suivi-Evalutation ParticipatifFIDAfrique-IFADAfrica
 
Introduction to Participatory Monitoring-Evaluation
Introduction to Participatory Monitoring-EvaluationIntroduction to Participatory Monitoring-Evaluation
Introduction to Participatory Monitoring-EvaluationFIDAfrique-IFADAfrica
 
Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...
Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...
Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...FIDAfrique-IFADAfrica
 
Stratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptx
Stratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptxStratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptx
Stratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptxFIDAfrique-IFADAfrica
 
Impact des ta enjeux sur les céréales locales
Impact des ta enjeux sur les céréales localesImpact des ta enjeux sur les céréales locales
Impact des ta enjeux sur les céréales localesFIDAfrique-IFADAfrica
 
Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...
Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...
Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...FIDAfrique-IFADAfrica
 
ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...
ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...
ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...FIDAfrique-IFADAfrica
 
La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...
La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...
La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...FIDAfrique-IFADAfrica
 
Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDA
Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDAAtelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDA
Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDAFIDAfrique-IFADAfrica
 
Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...
Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...
Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...FIDAfrique-IFADAfrica
 
Forum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaire
Forum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaireForum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaire
Forum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaireFIDAfrique-IFADAfrica
 
Village PPAAO à la FIARA - Seances de demonstration
Village PPAAO à la FIARA - Seances de demonstrationVillage PPAAO à la FIARA - Seances de demonstration
Village PPAAO à la FIARA - Seances de demonstrationFIDAfrique-IFADAfrica
 
Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)
Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)
Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)FIDAfrique-IFADAfrica
 
Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...
Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...
Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...FIDAfrique-IFADAfrica
 
Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...
Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...
Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...FIDAfrique-IFADAfrica
 
An overview of the Ghana national M&E system
An overview of the Ghana national M&E systemAn overview of the Ghana national M&E system
An overview of the Ghana national M&E systemFIDAfrique-IFADAfrica
 
Dossier : Les coopératives de producteurs de semences d'arachides au Sénégal
Dossier : Les coopératives de  producteurs de semences d'arachides au SénégalDossier : Les coopératives de  producteurs de semences d'arachides au Sénégal
Dossier : Les coopératives de producteurs de semences d'arachides au SénégalFIDAfrique-IFADAfrica
 

Plus de FIDAfrique-IFADAfrica (20)

Introduction au Suivi-Evalutation Participatif
Introduction au Suivi-Evalutation ParticipatifIntroduction au Suivi-Evalutation Participatif
Introduction au Suivi-Evalutation Participatif
 
Introduction to Participatory Monitoring-Evaluation
Introduction to Participatory Monitoring-EvaluationIntroduction to Participatory Monitoring-Evaluation
Introduction to Participatory Monitoring-Evaluation
 
Agenda Atelier PROPACOM - RCI
Agenda Atelier PROPACOM - RCIAgenda Atelier PROPACOM - RCI
Agenda Atelier PROPACOM - RCI
 
Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...
Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...
Rapport de l'Atelier de Cloture - Programme Facilité Alimentaire (Abuja, Sept...
 
Stratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptx
Stratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptxStratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptx
Stratégie de communication de waapp sénégal fiara.01pptx
 
Impact des ta enjeux sur les céréales locales
Impact des ta enjeux sur les céréales localesImpact des ta enjeux sur les céréales locales
Impact des ta enjeux sur les céréales locales
 
Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...
Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...
Report on the Training of Monitoring and Evaluation staff of IFAD Projects in...
 
ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...
ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...
ASPRODEB-Senegal: The management of certified groundnut seeds production by c...
 
Ghana Country programme evaluation
Ghana Country programme evaluationGhana Country programme evaluation
Ghana Country programme evaluation
 
La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...
La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...
La promotion des micro et petites entreprises rurales : un moyen efficace pou...
 
Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDA
Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDAAtelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDA
Atelier de partage sur le pratique de suivi évaluation des projets FIDA
 
Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...
Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...
Une expérience rurale novatrice : la production de semences certifiées d’arac...
 
Forum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaire
Forum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaireForum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaire
Forum PPAAO sur les technologies améliorées et la sécurité alimentaire
 
Village PPAAO à la FIARA - Seances de demonstration
Village PPAAO à la FIARA - Seances de demonstrationVillage PPAAO à la FIARA - Seances de demonstration
Village PPAAO à la FIARA - Seances de demonstration
 
Allocution abidjan
Allocution abidjanAllocution abidjan
Allocution abidjan
 
Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)
Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)
Food Facility: Documenting and closing workshop 21-23 march 2012 (Abidjan)
 
Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...
Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...
Facilité Alimentaire : Atelier de capitalisation et de cloture 21-23 mars 201...
 
Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...
Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...
Mauritanie - Programme de Lutte contre la Pauvreté Rurale par l’Appui aux Fil...
 
An overview of the Ghana national M&E system
An overview of the Ghana national M&E systemAn overview of the Ghana national M&E system
An overview of the Ghana national M&E system
 
Dossier : Les coopératives de producteurs de semences d'arachides au Sénégal
Dossier : Les coopératives de  producteurs de semences d'arachides au SénégalDossier : Les coopératives de  producteurs de semences d'arachides au Sénégal
Dossier : Les coopératives de producteurs de semences d'arachides au Sénégal
 

Rapport final stratégie genre pdrd 20 jullet 2008

  • 1. ETUDE POUR LA DEFINITION D’UNE STRATEGIE OPERATIONNELLE « GENRE, JEUNES, MIGRANTS » DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL DURABLE Rapport Final Idrissa Ouédraogo Juillet 2008 Consultant en Recherche, Formation, Planification Domaines : Développement, Santé Publique, Genre et Gouvernance ideouedraogo@liptinfor.bf
  • 2. 1 SOMMAIRE PAGE Liste des sigles et abréviations………………………………………………………………………… 02 Remerciements……………………………………………………………………………………………. 03 INTRODUCTION…………………………………………………………………………………………… 04 1.1. Contexte de l’étude……………………………………………………………………………… 04 1.2. Objectifs de l’étude……………………………………………………………………………… 05 1.3. Résultats Attendus……………………………………………………………………………….. 05 1.4. Méthodologie……………………………………………………………………………………. 06 II. PRESENTATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC…………………………………… 07 2.1. Diagnostic de la situation sur la prise en compte de l’approche……………………………. 07 2.1.1 Signification des concepts utilisés………………………………………………... 07 2.1.2. De la prise en compte des questions de genre au niveau national………………..09 2.1.2.1. La question de genre dans les stratégies nationales……………………………. 09 2.1.2.2. Les questions de genre dans les stratégies du CSLP………………………………10 2.1.3. Présentation des projets, programmes, ONG/Associations……………………… 11 2.1.3.1. Les services techniques ………………………………………………………………. 11 2.1.3.2. Les Projets, Programmes, Associations………………………………………….. 12 2.2. Les forces et les faiblesses, l’impact sur le groupe cible……………………………………. 16 2.3. Présentation du Programme de Développement Rural Durable (PDRD)……………… 18 2.3.1. Profil général…………………………………………………………………………… 18 2.3.2. Objectif du PDRD en matière de Genre………………………………………………… 19 2.3.3. Commentaires sur la pertinence des actions identifiées …………………………. 19 2.4. Propositions d’axes stratégiques et des approches……………………………………………24 2.5. Indicateurs et outils de suivi- évaluation ……………………………………………………… 30 2.5.1. Indicateurs proposés…………………………………………………………………… 30 2.5.2. Mécanismes de suivi………………………………………………………………. 33 III. Recommandations……………………………………………………………………………. 35 Liste des documents consultés et bibliographie sommaire sur GED…………………………….. 36 Liste des personnes rencontrées………………………………………………………………………. 39
  • 3. 2 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS AGR : Activités Génératrices de Revenus A.I. : Alphabétisation Initiale A.J.P.E.E : Association des Jeunes pour la Protection de l’Environnement et de l’Elevage AZND : Association Zood Nooma CSLP : Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté CBDF : Coalition Burkinabé pour les Droits de la Femme CES/AGF : Conservation des Eaux et Sols/ Agro Foresterie CERS : Conservation des Eaux et Réhabilitation des Sols CIB : Carte d’Identité Burkinabé DPA : Direction Provinciale de l’Agriculture DRA : Direction Régionale de l’Agriculture DRPF : Direction Régionale de la Promotion de la Femme FCB : Formation Complémentaire de Base FTS : Formation Technique Spécialisée FIDA : Fonds International de Développement Agricole FIC : Fonds d’Investissement Communautaire GED : Genre et Développement IOV : Indicateurs Objectivement Vérifiables IFD : Intégration de la Femme au Développement JSAN : Jugement Supplétif d’Acte de Naissance LIPDHD : Lettre d’Intention de Politique de Développement Humain Durable MFR : Maisons Familiales Rurales OEV : Orphelins et Enfants Vulnérables ONG : Organisation Non Gouvernementale OPA : Organisation Professionnelle Agricole OPP : Organisation et Promotion Paysanne PDRD : Programme de Développement Rural Durable. PNP : Politique Nationale de Population UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Sciences et la Culture SDR : Stratégie de Développement Rural SEMUS : Solidarité et Entraide Mutuelle au Sahel TDR : Termes de Référence UP : Unité de Production
  • 4. 3 Remerciements Le consultant a bénéficié de l’attention et du soutien des responsables du PDRD pour la présente étude, pour les réunions préparatoires, la mise à disposition de certains documents, la prise de rendez-vous. De même, au niveau des Antennes Régionales, puis des Directions Régionales et Directions Provinciales des secteurs ministériels, des responsables d’ONG et d’associations, il a bénéficié de la précieuse collaboration des personnes rencontrées, pour les entretiens et la mise à disposition de documents. A chacune et chacun, le consultant dit merci pour leur contribution, pour l’occasion de partager des préoccupations communes sur les questions de genre, jeunes, migrants et développement.
  • 5. 4 I. INTRODUCTION∗ 1.1. Contexte de l’étude De multiples facteurs endogène et exogène (facteurs culturels, économiques, environnementaux, politiques, démographiques, juridiques, techniques, religieux, etc.) ont contribué à la marginalisation des femmes, des jeunes et des groupes vulnérables d’une manière générale dans le processus de développement en Afrique. Du fait des traditions, les femmes et les jeunes ne bénéficient pas des mêmes facilités d’accès aux ressources (terres, opportunité d’emplois, formations, système de crédits, moyens de transport, etc.) que les hommes adultes, alors même que leur contribution au développement socioéconomique est inestimable, surtout en milieu rural. Au regard de l’importance numérique des femmes, de leur rôle inestimable dans la prise en charge de la famille et dans les actions communautaires, la nécessité de leur implication au processus de développement s’avère indispensable. Au Burkina Faso, les femmes représentent 52% de la population selon le Rapport Mondial sur le Développement Humain (2002) et assurent plus de 60% de la production agricole nationale selon les estimations du Ministère de l’Economie et des Finance (1998). Le Programme de Développement Rural Durable (PDRD) dont l’objectif global est de réduire la pauvreté dans les cinq (05) provinces couvertes (Bam, Lorum, Passoré, Yatenga, Zondoma), par l’augmentation et la valorisation de la production agricole et le développement des activités génératrices de revenus, fait suite à deux phases du Programme Spécial CES/AGF exécutées de 1988 à 2002 dans les provinces du Bam, du Passoré, du Yatenga et du Sanmatenga (1ère phase), auxquelles il faut ajouter celles du Boulkiemdé, du Sanguié, et du Namentenga (2ème phase). Le PS/CES-AGF a introduit au cours de la phase II un volet « promotion des activités féminines » en vue d’alléger les tâches des femmes, d’améliorer et de diversifier leurs sources de revenus. Il convient de noter que dans le cadre de la résorption du chômage des jeunes dans la zone du PS/CES-AGF, des activités avaient été initiées en leur faveur dans la composante « Crédit Rural ». En termes de réalisations, plusieurs activités ont été menées au profit des femmes, notamment en matière d’alphabétisation, de formations techniques, d’échanges d’expériences, d’équipement en charrettes et pousse-pousse et d’aménagement de sites maraîchers. Dans le contexte socio culturel des villages de la zone du PDRD, les femmes tiennent une place importante dans les activités de production et de reproduction. Ce sont elles qui s’occupent de la vie domestique, des soins et de l’éducation des enfants tout en participant aux activités économiques de la famille. Cependant, bien qu’acteur social majeur à travers sa contribution au bien être de la communauté, la femme est marginalisée. On ne peut parler d’appropriation, de durabilité des actions de développement sans une participation consciente de toutes les franges de la population (hommes, femmes, jeunes, migrants, personnes âgées, etc.) dans leur diversité et leur hétérogénéité au processus de développement et sans une répartition équitable des bénéfices des actions y afférentes. Cette participation des différentes catégories sociales aux efforts de développement n’est pas abstraite, mais correspond à des objectifs qu’il faut traduire en réalité. ∗ Le contexte, les objectifs et les résultats attendus sont indiqués comme tels dans les TDR.
  • 6. 5 Dans le cadre de la mise en œuvre du PDRD, le gouvernement du Burkina Faso et le FIDA ont opté comme préalable à toute stratégie de promotion féminine et de la jeunesse, la participation et la responsabilisation des communautés de base en vue de permettre une appropriation réelle des actions. Conformément aux principes directeurs et aux axes stratégiques du document « cadre stratégique de lutte contre la pauvreté » (CSLP) et celui de « stratégie de développement rural » (SDR), le PDRD accorde dans sa mise en œuvre une place de choix à l’approche genre. Aussi, les activités en matière de genre au niveau du PDRD devraient-elles s’insérer dans le document d’orientations stratégiques en matière de Genre élaboré par le Gouvernement. En vue de faciliter le démarrage effectif des activités du volet Genre et Développement, le PDRD sollicite les services d’un consultant chargé de proposer une stratégie opérationnelle d’intervention pour les actions genre à entreprendre par le Programme. 1.2. Objectifs de l’étude L’objectif général de l’étude est de définir une stratégie opérationnelle Genre et Développement dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Développement Rural Durable. De manière spécifique, cette étude devra permettre de : Faire un diagnostic de la situation concernant la prise en compte de l’approche GED ; Vérifier la pertinence des actions identifiées dans le cadre de la mise en œuvre du volet genre du PDRD ; Définir les axes stratégiques et identifier les actions ; Proposer des modalités de mise en œuvre de la stratégie opérationnelle ; Définir des indicateurs et des outils de suivi- évaluation et impacts des actions du Programme sur les femmes, les jeunes et autres groupes défavorisés ; Proposer un dispositif et des outils de suivi- évaluation participatif en matière de genre, à intégrer dans le système global de suivi- évaluation du PDRD. 1.3. Résultats Attendus Il est attendu du consultant les résultats suivants : Le diagnostic de la situation en matière de genre dans la zone du PDRD est réalisé ; L’impact des différentes actions sur les groupes défavorisés est établi ; Des axes stratégiques et des actions à entreprendre visant la prise en compte du genre dans les activités Programme sont identifiés ; Des modalités de mise en œuvre de la stratégie opérationnelle Genre et Développement et du cadre de réflexion sont proposées ; Des indicateurs de performances et d’impact, ainsi que des outils de suivi- évaluation différenciés selon le genre sont définis ; Un dispositif et des outils de suivi – évaluation participatif en matière de genre sont proposés.
  • 7. 6 1.4. Méthodologie Deux approches complémentaires ont été utilisées pour la collecte des données. Le travail a d’abord consisté à faire une revue critique et analytique des documents pertinents du PDRD qui ont été transmis au consultant (voir liste en annexe) en vue de fournir les éléments nécessaires à alimenter le diagnostic de la situation, et servir de base à l’élaboration de la stratégie opérationnelle. Ensuite, des entretiens ont été conduits avec les partenaires du PDRD à Yako, Ouahigouya, Kongoussi, Kaya (voir liste en annexe). Le travail a été réalisé par un consultant national, qui a travaillé en conformité avec les TDR qui lui ont été remis. La chargée des questions de genre au sein du PDRD s’est occupée de piloter tout le processus. Elle a accompagné le consultant sur le terrain et a organisé les rendez-vous avec les différents partenaires rencontrés. La revue documentaire a été faite en février, la collecte des données sur le terrain en mars 2008. La première phase de l’étude a concerné la collecte de données sur le terrain puis l’élaboration d’un rapport provisoire, sur la partie diagnostique et des propositions pour la stratégie, selon les questionnements des TDR. Ce rapport a fait l’objet de deux restitutions, pendant lesquelles les commentaires et observations des commanditaires de l’étude (PDRD), ainsi que les partenaires avec lesquels le programme travaille, ont été collectés pour la finalisation du document. Le présent rapport est la version finale du document, élaborée après avoir pris en compte les commentaires oraux faits lors des deux restitutions, et des commentaires écrits reçus par le consultant après l’envoi des versions provisoires du document.
  • 8. 7 II. PRESENTATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC 2.1. Diagnostic de la situation sur la prise en compte de l’approche Genre, jeunes et migrants dans la Zone Note : la politique nationale genre est en cours d’élaboration, et il n’y a pas encore de référent officiel. Mais dans le présent document, le concept est utilisé selon les définitions ci-dessous. 2.1.1 Signification des concepts utilisés Le concept de genre renvoie aux rôles, responsabilités, privilèges et même aux aspirations socialement et culturellement construits, pour les femmes, les hommes, les filles et les garçons. La base de l’attribut est le fait d’être femme, ou homme, ou fille, ou garçon. Ces définitions varient en fonction des sociétés et des cultures, elles sont changeantes en fonction du temps. Le mot genre (gender en Anglais) a été introduit dans le vocabulaire du développement dès le début des années 1970. Il se réfère aux caractéristiques sociales des hommes et des femmes, qui ne sont pas fixes, mais varient au cours du temps et selon les contextes spécifiques locaux et culturels. Il diffère du mot sexe qui est référé au déterminisme biologique des hommes et des femmes: c'est un fait de nature, un caractère inné qui n'est pas susceptible de changement. Le genre met l'accent sur le caractère social des distinctions fondées sur le sexe : c'est un fait de culture, un caractère acquis qui est donc susceptible de changement. Les différences de genre sont partout un trait significatif de la vie sociale, économique et culturelle, tant dans le domaine public que dans le domaine privé. Genre et Développement (GED) est une approche de développement qui reconnaît et analyse comment les structures sociales peuvent jouer négativement sur la participation de la femme et de l’homme, et comment les politiques de développement ont un impact négatif sur eux/elles. L’approche vise à créer un développement durable avec les femmes et les hommes comme acteurs, ayant acquis la capacité de créer une transformation sociale. Cela implique de prendre en compte de façon holistique les questions de genre dans le processus de développement, c’est à dire de donner satisfaction aux besoins pratiques et stratégiques des femmes et des hommes à chaque étape du processus. Le concept Genre et Développement (GED) est aujourd’hui plus utilisé à la place (mais plus souvent à la différence) du concept Intégration de la Femme au Développement (IFD). Gender Mainstreaming: Prise en compte globale et holistique, et résolution des questions de genre dans les politiques et programmes de développement, quels que soient les secteurs et domaines considérés. Cette approche se différencie donc nettement des politiques et stratégies ciblant spécifiquement et uniquement les femmes à travers des « projets femmes ». Gender mainstreaming considère le développement visant les femmes comme tributaire de leur participation et empowerment pour résoudre les questions d’inégalité/iniquité de genre. De ce point de vue, la prise en compte globale et holistique des questions de genre implique la transformation du processus de développement. L’analyse de genre est utilisée comme un outil pour les praticiens de développement, afin de les rendre aptes à identifier les opportunités et les contraintes par rapport aux femmes et aux hommes, et voir si la stratégie utilisée est adéquate ou non pour l’un et pour l’autre. Comme élément stratégique, Gender mainstreaming cherche à impliquer les femmes dans les sphères de décision où elles sont relativement plus absentes.
  • 9. 8 Analyse de Genre: Examen critique des questions touchant tant les femmes que les hommes dans un contexte de politique donné. Les paramètres examinés concernent la division sexuelle du travail, l’accès et le contrôle aux ressources et bénéfices pour les femmes et les hommes. L’analyse examine aussi de manière systématique les différents besoins et intérêts pour les hommes et les femmes en développement, et l’impact différencié sur eux. Si la catégorie Homme/Femme est cardinale comme facteur d’analyse, des facteurs comme stratification sociale, âge, appartenance ethnique ou socio ethnique, appartenance professionnelle, niveaux urbain/rural sont aussi examinés comme pouvant avoir des inter relations avec les questions de genre pour déterminer les discriminations. Programme ou projet « genre neutre ou genre aveugle : programme homogène pour les femmes, les hommes, les garçons, les filles sans considération de leurs besoins spécifiques respectifs. Dans les faits, cette absence de prise en compte de besoins spécifiques profite au groupe dominant, et dans beaucoup de cas, ce sont les hommes. Les jeunes sont définis par différenciation par rapport aux adultes, leur définition peut varier d’un pays à un autre. En général, la référence est faite aux approches en santé (OMS), qui définissent les jeunes comme la population de la tranche d’âge entre 12 et 24 ans. Cette définition est forcément restrictive, car des 10-11 ans et des 25-26 ans peuvent avoir les caractéristiques et comportements des 12-24 ans. Il est recommandé de prendre en compte l’acceptation que l’environnement culturel donne au concept. Le terme migrant peut-être compris comme toute personne qui vit de façon temporaire ou permanente dans un pays, une région dans lesquels elle n’est pas née. Dans certaines situations, les enfants des migrants peuvent être considérés comme des migrants, même s’ils sont nés dans le pays ou la région. La Convention des Nations Unies sur les droits des travailleurs migrants et des membres de leurs familles définit les travailleurs migrants comme «les personnes qui vont exercer, exercent ou ont exercé une activité rémunérée dans un Etat dont elles ne sont pas ressortissantes ». Dans son premier rapport (E/CN.4/2000/82), la Rapporteur spéciale a proposé d’inclure dans la catégorie des migrants: a) Les personnes qui se trouvent hors du territoire de l’État dont elles possèdent la nationalité ou la citoyenneté, mais qui ne relèvent pas de la protection juridique de cet État, et qui se trouvent sur le territoire d’un autre État; b) Les personnes qui ne jouissent pas du régime juridique général inhérent au statut de réfugié, de résident permanent, de naturalisé ou d’un autre statut octroyé par l’État d’accueil; c) Les personnes qui ne jouissent pas non plus d’une protection juridique générale de leurs droits fondamentaux en vertu d’accords diplomatiques, de visas ou d’autres accords. Dans le cadre du PDRD, il s’agit surtout de personnes d’autres régions du Burkina Faso, ayant migré dans la zone du programme, qui intervient dans des régions où ces personnes ne sont pas nées.
  • 10. 9 2.1.2. De la prise en compte des questions de genre au niveau national 2.1.2.1. La question de genre dans les stratégies nationales Les orientations stratégiques pour le développement socio économique du Burkina Faso sont consignées dans 2 documents généraux nationaux, qui peuvent être considérés comme des références clés en la matière: la Lettre d’Intention de Politique de Développement Humain Durable (LIPDHD), le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP). A ces orientations stratégiques globales, on peut ajouter une autre orientation générale thématique, la Politique Nationale de Population (PNP), ainsi que des stratégies sectorielles. En ce qui concerne le processus pour le document de référence, il a commencé en novembre 1999, avec 4 niveaux de concertation : au sein de l'Administration, avec les Institutions représentatives des populations, avec les partenaires au développement, avec la Société civile et les autres acteurs de terrain. La révision du document de 2000 ayant donné la version actuelle a suivi le même processus d’implication des différentes parties prenantes. Le document de CSLP est ainsi une synthèse de l'ensemble des idées et avis recueillis sur tout le pays, à travers les ateliers et fora organisés sur divers thèmes. Concernant la prise en compte des questions de genre dans les processus de planification, diagnostic, et contenu du CSLP, il y a un manque d’approfondissement de l’analyse dans le dit document. Le contenu du document résulte du diagnostic de la situation (quels sont les faits, où sont les différences, disparités, discriminations ? Lesquels sont liés aux rapports de genre ?) et de l’énoncé des stratégies. Les deux moments, qui sont en principe séparés en planification, avec une partie analytique entre les deux, se trouvent juxtaposés dans le CSLP, sans la partie analytique. Ou plus exactement, il y a une indication globale de déterminants, mais sans une hiérarchisation de ceux-ci, mais surtout sans approfondissement (par exemple, en quoi et comment la socialisation détermine t-elle ou influence t-elle la production, et la reproduction des inégalités de genre ? En quoi et comment le fonctionnement des institutions des niveaux macro, méso, micro de la société détermine t-il ou influence t-il la production et la reproduction des inégalités de genre ?). Tout d’abord, il faut noter que la question de genre est traitée dans quelques sections ou chapitres, elle n’est pas appréhendée de façon transversale, en terme de comment ces questions se posent dans chacun des secteurs et domaines. Ces sections et chapitres se présentent ainsi qu’il suit : • Les éléments de diagnostic sont surtout présentés dans 3 sections, la section 2.2.7 « analyse de la pauvreté selon le genre » (page 20) ; • La section 3.2.3.6 « Solidarité nationale et promotion de la femme » (Page 44) fait le point de ce qui est considéré comme des acquis, avant de noter que ces acquis ne sont pas suffisants ; • La section 4.2.5.6 « Promouvoir l’approche genre en vue d’améliorer la situation économique et le statut social des femmes et des jeunes en milieu rural » (Page 59), est explicitement une stratégie, qui n’est pas élaborée, sans doute en l’absence d’éléments analytiques approfondis de la situation.
  • 11. 10 2.1.2.2. Les questions de genre dans les stratégies du CSLP Les stratégies sont par ailleurs énoncées dans les sections qui suivent : la section 5.1.5 « La prise en compte de la dimension genre » (page 65) note le besoin d’une planification adéquate, confirmant le fait que la présente stratégie est élaborée en l’absence d’un référentiel national sur les questions de genre. La section 5.2.3.7 « Améliorer des conditions de vie et de travail des femmes rurales » (page 98) vise l’amélioration de l’éducation mais surtout par l’alphabétisation et la formation en vue de faciliter l’adoption des techniques agricoles modernes et créer/gérer des micro entreprises. La section 7.5 « Risques dans le domaine du genre » (Page 116) évoque une mauvaise compréhension et application du concept de genre, qui pourraient porter préjudice à la lutte contre la pauvreté. Dans l’ensemble, outre le manque d’analyse pour connaître de façon précise les déterminants de la situation, le document de stratégie mentionne aussi le besoin de disposer d’un consensus national à la fois sur le contenu du concept et sans doute son opérationnalisation. Les sections ont fait référence aux questions de genre, traitées sous l’angle surtout de la femme, de ses besoins (sans toujours préciser comment ceux-ci peuvent être satisfaits). La question de genre au Burkina a évolué en suivant ce qui se dit et se fait au plan régional et international, allant du concept égalité d’accès de la femme et de la jeune fille à l’école en 1967 (projet UNESCO/Haute Volta) en passant par l’intégration des femmes dans le développement (1975), l’approche Femmes et Développement (années 1985) pour aboutir à l’approche genre et développement (années 1990). Comme ailleurs, les approches se sont souvent développées dans le pays de façon concomitante.
  • 12. 11 2.1.3. Présentation des projets, programmes, ONG/Associations 2.1.3.1. Les services techniques Les services techniques rencontrés sont Les Directions Régionales de la Promotion de la Femme du Nord et du Centre Nord ; La Direction Provinciale de l’Environnement et du Cadre de Vie du Yatenga ; La Direction Provinciale de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques du Yatenga ; La Direction Provinciale de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources Halieutiques du Bam ; La Direction Provinciale des Ressources Animales du Bam ; La Direction Provinciale de l’Environnement et du Cadre de Vie du Bam. A part les démembrements du Département de la Promotion de la femme qui mettent en œuvre la politique nationalement définie de la Promotion de la Femme, les autres services exécutent des activités classiques des départements, à savoir des formations et de l’accompagnement dans les activités d’agriculture, d’élevage, l’organisation et l’exploitation des ressources forestières, fauniques, la gestion des déchets, ainsi que d’autres questions connexes de l’Environnement. Les échanges font ressortir que les questions de genre sont appréhendées uniquement là où les responsables ont des compétences et connaissances sur la question. Il n’y a pas de prise en compte systématique de la dimension genre, sans doute parce qu’il n’y a pas de référent national sur la question. Les Directions Régionales de la Promotion de la Femme tirent leurs programmes d’activités (annuel ou triennal) des axes stratégiques de la Politique de la Promotion de la Femme. Ces axes sont : Amélioration du statut social et juridique de la Femme Promotion de l’accès des femmes aux sphères de décision Promotion de l’éducation et renforcement des capacités et de l’expertise féminine Promotion de la santé de la mère et de l’enfant Réduction de la pauvreté des femmes Renforcement du cadre et des mécanismes institutionnels de la Promotion de la Femme. Ces axes stratégiques sont focalisés sur les besoins pratiques et stratégiques de la femme. Certains d’entre eux prennent en compte les questions de genre, au sens où les problèmes évoqués résultent de rapports inéquitables de genre. Mais il s’agit bien de la promotion de la femme, à distinguer de l’approche genre dont le cadre conceptuel, et donc les articulations en matière de stratégies, dépassent le niveau de promotion de la femme.
  • 13. 12 2.1.3.2. Les Projets, Programmes, Associations SEMUS : Solidarité et Entraide Mutuelle au Sahel (Yako) Domaines d’activités et actions sur le terrain Solidarité : • Dons de vivres et de médicaments aux couches sociales démunies ; • Actions de parrainage d’enfants ; • Soutien à la prise en charge des orphelins et autres enfants ; vulnérables (OEV). VIH/SIDA : • Actions de prévention et de sensibilisation ; • Dépistage volontaire et anonyme ; • Prise en charge médicale et psychosociale des personnes vivant avec le VIH. Sécurité Alimentaire : • Banque de céréales ; • Don de lait maternisé et éducation nutritionnelle. AGR : • Gestion d’un centre d’hébergement ; • Boutique bric-à-brac (vente de produits recyclés) ; • Laiterie ; • Miellerie ; • Meunerie électrique. Agriculture et Environnement : • Ferme pilote ; • Projets de restauration des sols et de lutte contre la déforestation et la désertification ; • Projets de production maraîchère. Zone d’intervention : SEMUS est à vocation nationale, mais en raison des limites des moyens techniques et financiers, les actions sont concentrées dans les provinces du Yatenga, du Passoré du Lorum, du Zondoma (Région du Nord) et du Kadiogo (Région du Centre). Groupes cibles : Les OEV, les personnes démunies, les personnes vivant avec le VIH/SIDA.
  • 14. 13 ASSOCIATION ZOOD NOOMA de KONGOUSSI Domaines d’activités et actions sur le terrain : • Agriculture ; • Environnement ; • Gestion des ressources naturelles ; • Promotion des activités féminines et artisanales ; • Santé, hygiène et assainissement ; • Formation et éducation fonctionnelle. Zones d’intervention L’AZND se donne une envergure nationale depuis 2002, cependant, l’exécution géographique se fait de façon prudente car ZOOD NOOMA voulant coller aux réalités, se veut réaliste et veut agir en fonction de ses capacités organisationnelles, humaines, matérielles, et financières, c’est pourquoi jusque là, ZOOD NOOMA a été très active dans soixante deux villages (62) des provinces du Centre Nord : BAM et Sanmantenga. Son siège social est à Kongoussi, Province du BAM. Groupes cibles L’AZND apporte son appui à des personnes physiques (femmes, hommes, jeunes et vieux), à des Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) ayant le caractère de groupement légalement reconnu ou non. 4000 membres hommes et femmes actifs exécutent les projets de développement à travers les OPA. L’AZND intervient pour les couches défavorisées en milieu rural et semi rural.
  • 15. 14 Maison Familiales Rurales du Burkina Faso L’initiative est née dans un groupe de parents paysans du Sud Ouest de la France qui désiraient offrir à leurs enfants une formation générale, sociale et professionnelle adaptée à leur condition de jeunes ruraux. La formule des Maisons Familiales Rurales s’est alors rapidement répandue dans le monde. Une MFR, c’est donc une association de parents, villageois qui s’engagent personnellement et collectivement pour le développement des personnes et du milieu où elles vivent en étant auteurs de leur propre développement en concevant et conduisant des actions au premier rang desquelles se trouve la formation par alternance. Localisation Les Maisons Familiales Rurales existantes ont pour rayon d’action les départements de Yako (34 villages) et Séguénéga (44 villages). De nombreuses demandes proviennent de tout le territoire Burkinabé. Domaine d’intervention Les Maisons Familiales Rurales interviennent principalement dans le domaine de la formation professionnelle agricole et l’alphabétisation. Elles appréhendent les aspects économique et social et prennent en compte l’interdépendance des divers secteurs de la vie rurale à savoir l’agriculture, la santé, l’éducation, le crédit agricole, la commercialisation des produits, la gestion et l’environnement. Elles ont aussi un rôle dans la promotion des personnes et dans le développement rural durable. Les formations dispensées à la Maison Familiale Rurale, sont de trois types : La formation sur plusieurs mois de jeunes de 16 à 25 ans pour qu’ils puissent mener une activité professionnelle rentable par la suite, Le renforcement des capacités et des compétences des adultes qui mènent déjà une activité grâce à des formations thématiques de courte durée (de quelques jours à quelques semaines) L’alphabétisation de base, préalable nécessaire à toute formation et atout important pour devenir acteur de son territoire. Les Maisons Familiales Rurales contribuent au développement durable car les populations sont engagées dans la prise de conscience et la résolution des problèmes qui concernent leur milieu de vie grâce à trois caractéristiques fondamentales des MFR : La gestion associative ; la Maison Familiale Rurale est un espace d’expression, de prise de décisions, d’animation du territoire ; La promotion des personnes, grâce à la participation effective de tout le milieu (parents, population, administrateurs de l’association) à un organisme de formation participant au développement durable ; La formation par alternance, découverte de nouvelles techniques pour augmenter production et revenus et questionnement permanent par les statuaires du mode dans lequel ils vivent.
  • 16. 15 Association des Jeunes pour la Protection de l’Environnement et de l’Elevage (A.J.P.E.E) Siège Kongoussi Province du Bam. Burkina Faso . E-mail : ajpee@yahoo.fr Domaines d’interventions Environnement : • Production de plants ; • Protection des berges du Lac Bam ; • Equipement des producteurs en matériel de chantier (Charrettes, brouettes, pelles, pioches, ânes,…) ; • Reboisement Agro-foresterie Villageoise. Conservation des eaux et Réhabilitation des Sols : • Construction physique d’ouvrages : cordons pierreux et autres sites anti-érosifs ; • Traitement des ravines par la pose de gabions ; • Fertilisation des champs de culture par la mise en place de fosses fumières ; • Application des techniques de Zai. Education: • Ouverture de centre d’alphabétisation AI, FCB, FTS ; • Formations techniques et production de plants en pépinière ; • Formations Spécifiques. Promotion des droits humains : Ouverture de centres de formation technique spécifique sur le thème : Droits des femmes Burkinabé à travers le code des personnes et de la famille en langue nationale (mooré). Santé : • Hygiène et assainissement ; • Maladies diarrhéiques et Promotion de l’hygiène en milieu scolaire et non scolaire le VIH/SIDA, les IST le Nooma dans les villages ; • Soutien aux OEV. Lutte contre la Pauvreté : • Petites irrigations villageoises ; • Soutien aux activités rémunératrices des femmes. Zones d’interventions : Kongoussi, Tikaré, Nasséré, Rollo, Bourzanga, Rouko, Zimtanga, Sabcé et Guibaré.
  • 17. 16 PROFIL GENRE DES PARTENAIRES DU PDRD Les responsables des institutions publiques et privées rencontrés semblent n’avoir pas de connaissances systématiques de la problématique genre. L’approche privilégiée est de « confier aux femmes les activités qu’elles faisaient traditionnellement ». Dans ce contexte, il n’y a pas d’examen critique de la division sociale du travail, pas d’analyse des contenus des modules de formations, etc. Quelques responsables ont bénéficié de formations en genre, et disent être sensibles aux problèmes qui se posent. Ils font référence au fait que « les femmes ne sont pas prises en considération, ce sont les hommes qui gèrent les crédits même si ce sont les femmes qui les prennent, il y a des problèmes d’accès aux ressources foncières par les femmes ». Les autres problèmes évoqués concernent les violences conjugales, le fait que les hommes ont des partenaires sexuels multiples hors du foyer, ce qui fait que la femme doit s’occuper seule du ménage, en plus des risques de maladies qu’elle encourt. Dans l’ensemble, il n’y a pas de préoccupation spécifique par rapport à la question, ce qui se traduit par une approche globale au niveau des stratégies. 2.2. Les forces et les faiblesses, l’impact sur le groupe cible Les appréciations seront faites globalement, faute de données pour le faire pour chaque groupe concerné (il aurait fallu pour cela une évaluation). Les Forces Toutes les interventions s’inscrivent globalement dans le contexte de la lutte contre la pauvreté, chaque intervenant faisant une emphase sur tel ou tel domaine, par rapport à son propre profil ou au profil des cibles. La grande force des programmes et projets mis en œuvre par les ONG est la préoccupation pour l’alphabétisation : comme on l’aura constaté, tous les intervenants sont actifs sur la question, et même en l’absence de données sur les résultats, un tel engagement va concourir à l’atteinte des objectifs d’élévation du niveau d’alphabétisation. Certains des intervenants, comme le PDRD le fait, fixent un quota de 60% pour s’assurer que les femmes participent. Des problèmes cruciaux de développement sont pris en compte au niveau de la zone du Programme : accès des migrants, des jeunes, des femmes aux ressources foncières, accès au crédit pour les femmes. Tous les groupes cibles ont accès aux ressources financières et techniques des intervenants. Les thèmes techniques d’agriculture, d’élevage, d’environnement, les technologies qui vont avec, sont
  • 18. 17 rendus disponibles par les ONG et associations, mais plus largement par les services techniques, des secteurs décentralisés. Il y a donc un environnement propice au développement socio-économique qui est ainsi créé, contribuant à réduire la pauvreté et à créer des richesses. Les interventions visent à introduire en milieu rural le concept de qualité de vie : les intervenants incluent dans les thèmes les questions de santé, de bien être, d’hygiène, mais surtout les questions de droits. Les programmes des directions de la Promotion de la Femme, des ONG travaillant sur la santé (y inclus le VIH/SIDA), intègrent les éléments de droits de la personne en général, de la femme le cas échéant, comme des axes majeurs d’intervention. Faiblesse Il s’agit davantage de mentionner qu’il n’y a pas de données par rapport aux faiblesses. Ces données auraient par exemple permis d’avoir une évaluation de la situation actuelle, par rapport aux données de départ, ou à la situation nationale. Une faiblesse que l’on peut mentionner est la confusion faite sur le concept de genre. Dans les programmes et projets, le concept de genre se confond soit avec femme, soit avec des catégories dites défavorisées (jeunes, migrants). Cette faiblesse est globale à la zone d’intervention du PDRD, on y reviendra donc plus loin. Le commentaire sur l’impossibilité de faire l’appréciation porte aussi sur l’impact. Dans les faits, on peut s’attendre à ce que la mise en œuvre des activités des différents programmes contribue à impulser un développement plus grand dans la zone, mais cela ne peut s’établir que par une évaluation. Les évaluations faites dans le cadre du PDRD fourniront quelques indications sans doute. Cependant, comme mentionné plus haut, le manque ou l’insuffisance de connaissance des questions de genre au niveau de certains responsables ne contribue pas à résoudre les problèmes. Par exemple, quand l’un des responsables affirme amener les femmes à faire la corvée d’eau par ce que c’est plus conforme à la pratique traditionnelle, on peut comprendre que les problèmes de division sociale du travail demeurent. Dans le domaine de l’élevage par exemple, les mêmes cloisonnements sexistes existent et rendent difficile le travail d’encadrement des services techniques : les techniciens et techniciennes veulent bien impliquer les femmes autant que les hommes, mais la division sociale des rôles et responsabilités dans le domaine rend difficile une telle approche d’implication. Globalement, cette absence ou insuffisance de connaissance des questions de genre a un impact potentiel négatif sur la résolution des problèmes de genre.
  • 19. 18 2.3. Présentation du Programme de Développement Rural Durable (PDRD) 2.3.1. Profil général Le Programme de Développement Rural Durable (PDRD) fait suite au deux phases du Programme Spécial de Conservation des Eaux et des Sols et Agroforesterie de 1988 à 2002 dans le Plateau Central. Une évaluation intermédiaire effectuée en 2003 a conclu à la nécessité de poursuivre des actions de restauration et de protection de l’environnement à travers l’approche « bassin versant ». Il s’inscrit dans la dynamique de la décentralisation au Burkina Faso. Objectifs L’objectif global du Programme est de contribuer à la réduction de la pauvreté dans la zone d’intervention par l’augmentation et la valorisation de la production agricole et le développement des activités génératrices de revenus. Les trois objectifs spécifiques du Programme sont : i) améliorer les revenus des populations rurales cibles ii) développer et renforcer les capacités de gestion participative des communautés villageoises et iii) améliorer l’accès des populations cibles au capital économique et au capital social. Public cible Le groupe cible du Programme est constitué des populations les plus démunies des communautés villageoises organisées, en particulier les agriculteurs vivriers, les ménages pauvres du secteur informel, les exploitants non équipes, les migrants sans terre, les jeunes et les femmes. Composantes du Programme Le Programme est exécuté à travers quatre (4) grandes composantes qui sont : - Composante 1 : Structuration paysanne comprenant (1) la « sous -composante développement des capacités de gestion et de coordination participative » et (2) la sous – composante Fonds d’investissement communautaire (FIC). - Composante 2 Sécurisation foncière ; - Composante 3 Développement durable des capacités productrices comprenant (1) la « sous –composante protection et aménagement des bassins versants », (2) la sous- composante intensification et diversification de la production agricole » et (3) la « sous- composante appui aux activités génératrices de revenus comme mesure d’accompagnement. - Composante 4 Organisation et gestion du Programme comprenant (1) « coordination et gestion du Programme » (2) et « suivi & évaluation ».
  • 20. 19 2.3.2. Objectif du PDRD en matière de Genre. NB. Comme mentionné pour les programmes, projets, ONG, Associations travaillant dans la zone du programme, le PDRD inclut sous questions de genre les femmes, les jeunes, les migrants sans terre, et d’autres groupes défavorisés. Dans ce contexte, l’objectif du Programme est de répondre aux besoins de ces groupes, à travers les stratégies et activités suivantes, ce qui correspond à ce que le PDRD a effectivement réalisé : l’appui aux activités génératrices de revenus pour la réduction de la pauvreté des catégories défavorisées en particulier les femmes, les jeunes et les ruraux ayant des difficultés d’accès à la terre en leur permettant d’accéder aux services financiers et non financiers telles que les formations ; le processus d’extension du réseau des caisses populaires ; la formation en genre des partenaires et du personnel du PDRD ; l’alphabétisation (quotas de 60% pour les femmes) ; les quotas pour l’accès des femmes aux terres aménagées ; la campagne d’information sensibilisation sur les questions foncières et de stratégie globale du PDRD ; les formations techniques (embouche, maraîchage, production de fumure organique, tissage, teinture, extraction de beurre de karité, élevage de lapins, fosses fumières, cordons pierreux etc.). L’allègement des tâches des femmes pour qu’elles puissent se consacrer aux sessions d’alphabétisation et aux activités économiques ; l’implication des femmes dans la construction des cordons pierreux ; Le renforcement des capacités individuelles et organisationnelles. 2.3.3. Commentaires sur la pertinence des actions identifiées La pertinence d’un objectif ou d’une stratégie est appréciée à travers le fait que l’objectif ou la stratégie identifiée soient à même de résoudre le problème : quand l’objectif est atteint, le problème devrait être résolu. Cela signifie qu’il faut d’abord connaître les problèmes, avant d’apprécier la pertinence des approches du PDRD. L’encadré ci-dessous résume les problèmes rencontrés dans la zone du projet, ces problèmes ont été identifiés à travers l’exploitation des documents, et les échanges avec les personnes rencontrées pendant la présente étude.
  • 21. 20 Problèmes rencontrés La femme a la plus grande charge de travail, elle est fortement impliquée dans les activités de production, elle a la quasi-totalité des charges de reproduction. Les hommes ne participent pas aux travaux domestiques. L’accès (difficile ou impossible) aux ressources foncières par les femmes. Les droits des femmes (héritage par exemple) ne sont pas respectés. Les hommes contrôlent les crédits donnés aux femmes. Le pouvoir de décision dans la famille appartient exclusivement à l’homme (Non considération des femmes dans la gestion des affaires, elle est reléguée au second plan). La femme n’a pas accès au grenier familial. Ne contrôle pas l’utilisation des produits du grenier familial. Les hommes n’admettent pas que les femmes aient les mêmes droits qu’eux. Des femmes sont encore victimes de violences physiques ou morales (bannissement, répudiation, polygamie, mariages ou remariages forcés). La communication est insuffisante entre les femmes et les hommes, notamment entre conjoints. En plus de ces besoins identifiés sur le terrain, mentionnons la Résolution adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies sur l’Amélioration de la condition de la femme en milieu rural en la soixantième session du 7 février 2006, qui invite les États Membres, à Créer un environnement propice à l’amélioration de la situation des femmes rurales et veiller à ce que leurs besoins et leurs apports soient pris en considération, Oeuvrer en faveur de l’autonomisation politique et socioéconomique des femmes rurales et les aider à avoir pleinement part, sur un pied d’égalité, aux décisions à tous les niveaux, notamment en adoptant des mesures préférentielles, le cas échéant, et en soutenant les organisations féminines, les syndicats et autres associations et groupes de la société civile qui défendent les droits des femmes rurales ; Intégrer le principe de l’égalité des sexes dans la conception, la mise en oeuvre, le suivi et l’évaluation des politiques et programmes de développement, y compris les politiques budgétaires, en prêtant davantage attention aux besoins des femmes rurales, afin qu’elles tirent effectivement profit des politiques et programmes adoptés dans tous les domaines et que le nombre disproportionné de femmes rurales vivant dans la pauvreté diminue ;
  • 22. 21 Déployer des efforts et intensifier l’action menée pour répondre aux besoins essentiels des femmes en milieu rural, en améliorant des infrastructures indispensables comme l’énergie et les transports, leur accessibilité et leur utilisation, en prenant des mesures de renforcement des capacités et de mise en valeur des ressources humaines et en assurant l’approvisionnement en eau salubre et sûre et l’assainissement, des programmes nutritionnels, des programmes de logements à un coût abordable, des programmes d’éducation et d’alphabétisation et des services de santé et d’assistance sociale, notamment dans les domaines de l’hygiène sexuelle et de la santé de la procréation, du traitement du VIH/sida et des soins et du soutien correspondants ; Concevoir et appliquer des politiques qui favorisent et protègent la jouissance par les femmes et les filles rurales de tous les droits humains et de toutes les libertés fondamentales, et créer un environnement qui ne tolère pas les violations de leurs droits, notamment les actes de violence familiale, sexuelle ou sexiste ; Lancer des programmes visant à permettre aux femmes et aux hommes vivant en milieu rural de concilier leur travail et leurs responsabilités familiales et encourager les hommes à partager à parts égales avec les femmes les tâches ménagères et l’éducation des enfants ; Appuyer un système éducatif attentif aux différences entre les sexes, qui tienne compte des besoins particuliers des femmes rurales en vue d’éliminer les stéréotypes sexistes et les tendances discriminatoires dont elles souffrent. L’une des remarques faites par un participant à la restitution était de savoir pourquoi se référer à un texte des Nations Unies au lieu de s’en tenir aux stratégies sectorielles nationales. La remarque est sans doute pertinente, mais on notera que les stratégies sectorielles découleront de la politique nationale en cours, et que cette politique nationale prendra des éléments qui sont ici présentés dans le cadre de la résolution onusienne. On peut du reste remarquer que malgré « l’allure IFD » du texte, certains éléments de diagnostic se retrouvent dans le diagnostic fait au niveau du PDRD.
  • 23. 22 En mettant en perspective les besoins identifiés, avec les stratégies planifiées ou mises en œuvre dans le PDRD, on peut avoir une idée de la question de pertinence. Les deux colonnes présentent globalement les problèmes et les besoins, sans établir de lien immédiat entre les contenus des deux colonnes. Problèmes et Besoins identifiés sur le terrain Stratégies mises en œuvre par le PDRD La femme a la plus grande charge de travail, elle est fortement impliquée Appui aux AGR pour la réduction de la dans les activités de production, elle a la quasi-totalité des charges de pauvreté des catégories défavorisées reproduction. en particulier les femmes, les jeunes et Les hommes ne participent pas aux travaux domestiques. les ruraux. L’accès (difficile ou impossible) aux ressources foncières par les femmes. Extension du réseau des caisses Les droits des femmes (héritage par exemple) ne sont pas respectés. populaires (recrutement des Les hommes contrôlent les crédits donnés aux femmes. animatrices). Le pouvoir de décision dans la famille appartient exclusivement à l’homme Formation en genre des partenaires et (Non considération des femmes dans la gestion des affaires, elle est du personnel du PDRD. reléguée au second plan). Alphabétisation (quotas de 60% pour La femme n’a pas accès au grenier familial. Ne contrôle pas l’utilisation les femmes). des produits du grenier familial. Quotas pour l’accès des femmes aux Les hommes n’admettent pas que les femmes aient les mêmes droits terres aménagées. qu’eux. Sensibilisation sur les questions Des femmes sont encore victimes de violences physiques ou morales foncières (bannissement, répudiation, polygamie, mariages ou remariages forcés). Formations techniques (embouche, La communication est insuffisante entre les femmes et les hommes, maraîchage, production de fumure notamment entre conjoints. organique, tissage, teinture, extraction de beurre de karité, élevage de lapin, Besoins identifiés au niveau de la Résolution des Nations Unies fosses fumière, cordons pierreux). Autonomisation politique et socioéconomique des femmes rurales. Allègement des tâches des femmes. Intégrer le principe de l’égalité des sexes dans la conception, la mise Implication des femmes dans la en oeuvre, le suivi et l’évaluation des politiques et programmes de construction des cordons pierreux. développement. Renforcement des capacités Améliorer les infrastructures indispensables comme l’énergie et les individuelles et organisationnelles. transports, leur accessibilité et leur utilisation. Concevoir et appliquer des politiques qui favorisent et protègent la jouissance par les femmes et les filles rurales de tous les droits humains. Lancer des programmes visant à permettre aux femmes et aux hommes vivant en milieu rural de concilier leur travail et leurs responsabilités familiales et encourager les hommes à partager à parts égales avec les femmes les tâches ménagères et l’éducation des enfants.
  • 24. 23 L’examen des tableaux appelle deux principales observations de fond. La première est déjà mentionnée et concerne le concept de genre. Le programme met femme, jeunes, migrants, catégories défavorisées, sous le même concept. Il convient de relever qu’il ne s’agit pas ici de nier la légitimité d’une approche par rapport à des problèmes identifiés pour les dites cibles, mais d’attirer l’attention que ce qui touche les jeunes peut être une question de génération ou de gérontocratie, ce qui touche les migrants une question socio ethnique ou simplement lignagère. Lorsque les différences, disparités, discriminations sont expliquées par la réinterprétation idéologique basée sur les différences biologiques, il s’agit alors de questions de genre. L’un des exemples est quand on pense que par ce que seule la femme accouche (fait biologique immuable lié au sexe), elle devrait aussi assurer seule la gestion du nourrisson puis du bébé et plus tard de l’enfant (comportement que l’homme comme la femme peuvent avoir, lié à la socialisation). Même si le PDRD veut appuyer tous les groupes considérés comme défavorisés ou vulnérables, suggestion est faite de distinguer les problèmes de genre des autres problèmes. Les questions de genre renvoient à une remise en cause d’inégalités sociales que beaucoup de personnes considèrent comme naturelles, elles sont plus difficiles à changer. Dans le cas des jeunes ou des migrants, on légitime moins les discriminations. En mettant dans le même sac les mêmes problèmes, on en vient à banaliser les questions de genre, qui sont plus structurelles et demandent une approche correspondant à ce positionnement. Quand on examine les activités du PDRD, il est évident qu’elles contribuent à résoudre les problèmes de pauvreté de façon globale. Si l’on se réfère aux problèmes et besoins identifiés par rapport aux questions de genre, on ne peut plus faire une telle affirmation générale. De fait, les questions à se poser pour voir si les questions de genre sont prises en compte sont : Que faut-il faire pour équilibrer la charge de travail des femmes, par rapport aux hommes ? Que fait le programme par rapport à cela ? Que faut-il faire pour que le contrôle des crédits revienne aux femmes, et que fait le PDRD dans ce sens (le programme parle d’allègement des tâches, mais on sait que la question ne doit pas être traitée uniquement au niveau de la femme, mais en rapport avec l’homme). Les mêmes questions doivent être posées en ce qui concerne les violences physiques, morales, et ce que le PDRD fait pour les résoudre. Il est clair que certains des objectifs du PDRD permettent de répondre aux questions de genre tels qu’identifiés, mais les stratégies demandent à être plus spécifiques pour être plus adéquates. En particulier, il y a une insuffisance de l’implication des hommes (peu de stratégies sont orientées vers eux), ce qui peut limiter l’impact de ces stratégies. Les hommes sont une partie du problème, il ne peut pas avoir de solution sans leur implication. La deuxième observation découle de ce qui précède : les stratégies ont été planifiées sans une connaissance précise des problèmes de genre qui se posent, en particulier sans une connaissance de leurs causes profondes. Mais une telle situation n’est pas propre au programme, elle se retrouve au niveau national. La politique nationale en cours aura sans doute des éléments d’analyse qui pourront plus tard être utilisés.
  • 25. 24 2.4. Propositions d’axes stratégiques et des approches Les axes stratégiques découlent des problèmes ; ils peuvent être identifiés au regard de ces problèmes et besoins. Concernant les actions, ce sont celles que le PDRD mène déjà, auxquelles il faut inclure les dimensions manquantes (notamment en matière de formation et d’éducation). En terme de planification, on peut proposer les objectifs et résultats attendus suivants. Objectif du volet : Assurer la prise en compte des besoins liés aux rapports de genre, des jeunes, des migrants, dans le PDRD. Objectifs spécifiques OS1. Promouvoir le partage équitable des rôles, responsabilités, tâches au niveau de la famille. Résultats Attendus Produits Les membres de l’Unité de Production familiale () prennent conscience du manque d’équité dans la répartition des rôles, responsabilités, tâches au niveau de la famille. Les membres de l’UP identifient ensemble des stratégies d’une répartition équitable Effets La charge de travail des membres de l’UP est équitablement répartie entre la/les femmes, le mari, les garçons, les filles. Les femmes, les hommes, les garçons, les filles sont impliquées dans des rôles, responsabilités, tâches dans lesquels ils/elles n’étaient pas traditionnellement impliqués à cause des barrières de genre ou de génération. O.S.2. Assurer l’accès équitable et le contrôle de toutes les composantes de la communauté aux ressources et aux bénéfices liés ou non au Programme Résultats attendus Produits Les leaders fonciers, les détenteurs d’autorités sont informés des besoins des femmes, des jeunes, des migrants, en rapport avec les ressources foncières. Des négociations sont menées avec leaders fonciers et les détenteurs d’autorités pour que les femmes, les jeunes, les migrants accèdent aux ressources foncières. Des négociations sont menées avec les maris des femmes bénéficiaires des crédits pour les AGR, pour qu’elles aient le contrôle des crédits. Des négociations sont menées avec les chefs d’UP pour que les autres membres partagent avec le chef de l’UP la responsabilité d’une gestion rationnelle efficace des réserves de la production agricole ou pastorale.
  • 26. 25 Effets Les femmes, les migrants, les jeunes accèdent aux ressources foncières, à côté des hommes qui avaient seuls l’accès et le contrôle traditionnellement. Les femmes ont le contrôle des crédits octroyés dans le cadre des AGR Les autres membres de l’unité de production partagent avec le chef de l’UP la responsabilité d’une gestion rationnelle efficace des réserves de la production agricole ou pastorale. Les femmes, les migrants, les jeunes bénéficient des formations techniques et du suivi assuré par les services techniques et/ou le PDRD dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de l’environnement. O.S.3. Promouvoir la connaissance et l’application de la gouvernance locale, des droits civils politiques, économiques, sociaux et culturels, de la personne et de la famille au niveau de la communauté. Résultats Produits Les membres de la communauté à travers toutes les composantes (femmes, hommes, jeunes, migrants) savent ce qu’est la gouvernance locale, connaissent les droits de la personne et de la famille. Les femmes, les jeunes, les migrants connaissent des droits de la personne et de la famille et les procédures et possibilités de les faire appliquer. Effets Les droits de la personne et de la famille sont appliqués Elimination/ Diminution des mariages forcés Elimination/ Diminution de la pratique de l’excision Héritage de la veuve et de l’orphelin (moins spoliés) Actes d’état civils (JSAN ET CIB) entrent dans les habitudes quotidiennes Polygamie discutée avec la première épouse Plus grande participation des femmes à toutes les activités sociales, politiques, et aux réunions. Plus grande participation des femmes, des jeunes, des migrants à la vie politique Lévirat n’est plus obligatoire Moins/ Pas de répudiation Moins/ pas d’abandons des domiciles par les hommes Pour les dots, moins de problèmes Mariages civils devenus la règle Régularisation d’anciens couples (qui n’étaient pas légalement mariés) Elimination/diminution de violence physique sur les femmes Succession inclut les filles maintenant Education, Alphabétisation ne discriminent pas les filles, les femmes
  • 27. 26 En plus de ces axes stratégiques, on peut ajouter la grande question d’autonomisation politique et socioéconomique des femmes rurales, ce qui correspond à la pratique des AGR, à quoi il faut adjoindre la dimension d’autonomisation. Dans l’ensemble, il faut également impliquer les femmes dans les activités jusque là considérées comme masculines (comme dans l’élevage), et impliquer les hommes dans les activités considérées comme féminines (liées à la reproduction, comme la collecte de l’eau, du bois, l’éducation des enfants). L’approche préconisée comporte 2 mots clés : conscientisation (formation, éducation), négociation. Beaucoup d’hommes ne savent pas que leurs femmes sont surchargées, l’approche doit les amener à en prendre conscience, et à proposer eux-mêmes comment ils peuvent aider à équilibrer les charges. Le préalable à tout ceci est la formation qui déconstruit les stéréotypes sexistes. L’homme comme la femme sont des produits de socialisation, il faut utiliser ce processus de socialisation pour faire comprendre pourquoi les uns et les autres se comportent comme tels, et comment les uns et les autres peuvent changer pour le meilleur développement de tous. Ce que veut dire négocier L’être humain est mû par des intérêts qui lui sont propres, égoïstes ou non (prestige, pouvoirs, argent, altruisme, survie, etc), en même temps qu’il est le produit de la socialisation (connaissances, modèles, symboles, valeurs). Il ne change que dans le sens de l’un ou l’autre de ses intérêts, surtout il ne renonce à tous ses intérêts que sous la contrainte. Dans ce contexte, les ressources, les bénéfices, les intérêts comme le prestige, le pouvoir, sont déjà appropriés par un groupe de personnes. L’objectif de la démarche étant d’amener ces personnes à partager, il est important de leur faire comprendre qu’on reconnaît la « légalité sociologique » de leur situation, que pour autant on négocie avec elles pour qu’elles aident au développement. Il faut faire comprendre à ces personnes que sans elles, il n’y a pas de développement. Après cela, demander leur adhésion, composer autant que possible avec elles. Dans les situations où elles refusent de composer, il faut en tenir compte, ne pas s’opposer de front, chercher à contourner, en s’assurant qu’il n’y a pas de conséquences préjudiciables aux objectifs de la démarche. Ceci est particulièrement recommandé pour les personnes détenant une quelconque autorité. Il est également important d’éviter de choquer les personnes dans leur conviction.
  • 28. 27 L’éducation devrait viser à faire émerger et croître, chez les unes comme chez les autres, la dimension qui manque dans leur développement, il s’agit du moment au cours duquel l’être humain entre dans une forme active de résistance aux injustices, de recherche des voies et moyens de la justice, de poursuite à tout prix de la réalisation de ces choix d’équité, y compris par leur propre transformation. Du point de vue de l’éducation dont la scolarisation, cela suppose un certain nombre d’éléments. développement de l’empathie chez les garçons et les filles, chez les femmes et chez les hommes: ce volet de l’éducation ne concerne pas les aspects cognitifs directement psychologiques, mais s’adresse aux rapports sociaux, implique l’engagement dans la lutte pour transformer les rapports sociaux inégalitaires. Il inclut l’apprentissage par les individus et les groupes de la participation à la vie sociale, à son organisation, et à ses structures dans une perspective de déconstruction/reconstruction. développement de la capacité d’expression du refoulé. Le refoulé correspond aux aspirations que les pesanteurs culturelles conduisent à nier, taire, chez l’homme ou chez la femme. Il est courant d’entendre « pleurer comme une femme, être dur comme un homme, etc. Un jeune peut avoir une envie de participer aux travaux ménagers, cela lui sera refusé, comme on refusera que la fille accompagne son frère à la chasse. En dehors de certaines barrières socialement admises et éthiquement défendables (la pratique de l’inceste par exemple), la possibilité pour chaque être humain de poursuivre librement la réalisation de ses aspirations devra faire partie d’une éducation qui émancipe. engagement des enseignantes et enseignants dans les notions d’équité femmes/hommes. Les perspectives ici envisagées ont une double dimension, celle d’une démarche pédagogique et d’un choix éthique. L’engagement dans une éducation intégrale suppose l’adhésion à ces dimensions. Tout cela implique une autre forme d’organisation des programmes et de l’encadrement. A partir de l’adolescence, c’est à dire au moment où se développent de façon importante l’esprit critique et d’abstraction des individus, il y a lieu de mettre l’accent sur l’éducation civique politique.
  • 29. 28 Activités proposées et modalités associées Les activités principales sont les sessions de formation, d’éducation, de négociations sur les thématiques évoquées : 1. Formation des membres des UP sur les profils activités (production, reproduction, gestion sociale) et la socialisation, pour comprendre le processus d’acquisition des connaissances, des modèles, des symboles, des valeurs. 2. Négociations entre les parties prenantes (membres de la famille entre eux, membres des UP entre eux, maris/femmes, Leaders traditionnels, dépositaires d’autorités avec jeunes, migrants, femmes) sous la facilitation du PDRD et de ses partenaires de mise en œuvre. De façon pratique, le PDRD 1. Identifie les ressources humaines pour les formations, l’éducation, l’information, ces formateurs et formatrices sur les thématiques évoquées (droits, genre, etc.) élaborent les modules sur les modèles déjà éprouvés par exemple par la CBDF et ses membres, par RECIF/ONG et ses membres 2. Assure la formation de ses partenaires de mise en œuvre, dans la perspective que ces partenaires répercutent les formations, l’éducation, l’information aux niveaux des communautés : il s’agit de formations en cascades, les derniers maillons étant les individus (femmes, hommes, jeunes, migrants). 3. Assure le suivi des activités selon le mécanisme de suivi propre au Programme, en s’assurant de collecter les indicateurs liés aux produits, aux effets, selon la périodicité du système de suivi. (voir chapitre suivant). La négociation par rapport aux questions d’accès aux ressources foncières est pilotée par le PDRD, qui le fait déjà. Les négociations concernant les autres aspects relèvent des partenaires de mise en œuvre. Les chefs d’antenne assurent le suivi global de toutes les activités de formation, d’éducation, d’information (les activités sont-elles exécutés ? L’ont-elles été de façon efficace, efficiente ?). Les responsables des questions de genre assurent le suivi technique de ces activités, en veillant à ce que l’approche soit participative, qu’elle implique toutes les parties prenantes. Elles assurent l’évaluation sur site de ces activités, pour faire remonter les données au niveau de l’antenne, qui elle-même les fait remonter au niveau du siège du Programme.
  • 30. 29 Le Chronogramme suivant peut être proposé pour la mise en œuvre des activités : ACTIONS PERIODE Mois 1- 6 Mois 7- 12 Mois 13- 18 Au-delà Mois19 Identification de Ressources bureaux d’études pour les 01 formations, éducation, information Harmonisation de l’approche au niveau des différentes 02 composantes du programme Formations des partenaires techniques, des 03 ONG/Associations partenaires sur la prise en compte des questions de genre dans leurs interventions 04 Formations des OPP sur les thématiques identifiées (prise en compte des besoins liés aux questions de genre, aux besoins des jeunes, des migrants, sur la négociation) 05 Mise en œuvre sur le terrain des formations, de l’éducation, de l’information, au profit des différentes cibles 06 Collecte des indicateurs d’activités, de produits 07 Collecte des indicateurs d’effets Qui fait quoi ? La planification du volet « genre, jeunes, migrants » (objectif de la composante, objectifs spécifiques, résultats attendus (produits et effets), activités est du ressort du bureau genre, qui verse les éléments du cadre logique au bureau Planification et Suivi Evaluation. La responsable du bureau genre est la personne qui a les initiatives sur la mise en œuvre et le suivi des activités planifiées, en conformité avec le fonctionnement du programme. Le dispositif du Programme collecte les indicateurs, qu’elle analyse, pour assurer les ajustements éventuels. Les bureaux d’études appuieront au début de la mise en œuvre de la stratégie, par rapport aux formations, mais aussi par rapport aux études de base à réaliser pour connaître la situation de référence des indicateurs. Les partenaires techniques et les ONG partenaires auront des conventions de collaboration avec le PDRD, et désigneront chacun un point focal sur la question « genre, jeune, migrant », qui participera aux rencontres sur la question en cas de besoin, mais surtout qui transmettront les indicateurs (activités, produits) selon la périodicité convenue. Les indicateurs concernent les activités et produits qui ont des dimensions « genre, jeune, migrants ». Les OPP et les animateurs sont chargés de conduire les activités de formations, d’informations, d’éducation, de négociation sur le terrain. Les responsables genre des antennes assurent le suivi des activités ci-dessus, en terme de leur pertinence, efficacité, et en rendent compte au chef d’antenne.
  • 31. 30 2.5. Indicateurs et outils de suivi- évaluation 2.5.1. Indicateurs proposés Les éléments suivants sont proposés pour identifier les indicateurs, ils découlent des objectifs spécifiques et des résultats attendus. Il est recommandé d’identifier les indicateurs avec les différentes parties prenantes. Il est utile de collecter des données de base pour avoir la situation de référence de ces indicateurs. Hiérarchie des objectifs Eléments pour identifier les IOV Objectif Spécifique 1 : Promouvoir le partage équitable des rôles, Temps de travail des femmes (a diminué) responsabilités, tâches au niveau de la famille Proportion d’Hommes, garçons impliqués dans les activités de reproduction Proportion de femmes participant aux activités de gestion sociale considérées traditionnellement comme masculines. Résultats attendus Résultat attendu 1 : Les membres de l’Unité de Production familiale prennent Nombre de personnes formées conscience du manque d’équité dans la répartition des rôles, responsabilités, Nombre de sessions de formations tâches au niveau de la famille. Résultat attendu 2 : Les membres de l’UP identifient ensemble des stratégies Stratégies identifiées d’une répartition équitable. Résultat attendu 3 : La charge de travail des membres de l’UP est Temps de travail des femmes, des hommes, des équitablement répartie entre la/les femmes, le mari, les garçons, les filles. filles, des garçons équitablement réparti. Résultat attendu4 : Les femmes, les hommes, les garçons, les filles sont Proportion d’Hommes, garçons impliqués dans impliquées dans des rôles, responsabilités, tâches dans lesquels ils/elles les activités de reproduction n’étaient pas traditionnellement impliqués à cause des barrières de genre ou Proportion de femmes participant aux activités de génération de gestion sociale considérées traditionnellement comme masculines Proportion de garçons impliqués dans les tâches ménagères ou des activités de reproduction Proportion de filles impliquées dans des activités ou taches considérées traditionnellement comme masculines. Activités Activités du résultat 1 Session de formation, éducation, conscientisation Nombre de sessions Nombre de participants Activité des résultats 2+3+4 Sessions (réunions) de négociation sur le partage équitable des rôles, Nombre de réunions responsabilités, tâches Nombre de participants Accords des parties prenantes sur le partage équitable
  • 32. 31 Hiérarchie des objectifs Eléments pour identifier les IOV Objectif Spécifique 2 : Assurer l’accès équitable et le contrôle de toutes Proportion de femmes, de jeunes, de migrants ayant les composantes de la communauté aux ressources et aux bénéfices accès et assurant le contrôle des ressources. liés ou non aux programmes Résultats attendus Résultat attendu 1 : Les leaders fonciers, les détenteurs d’autorités sont Nombre de leaders de détenteurs informés des besoins des femmes, des jeunes, des migrants, en rapport d’autorités informés avec les ressources foncières. Nombre d’accords obtenus ou promis Résultat attendu 2 : Des négociations sont menées avec les maris des Nombre de couples impliqués dans les femmes bénéficiaires des crédits pour les AGR, pour qu’elles aient le contrôle négociations des crédits. Nombre d’accords obtenus Résultat attendu 3 : Des négociations sont menées avec les chefs d’UP pour Nombre d’UP impliqués dans les que les autres membres partagent avec le chef de l’UP la responsabilité négociations d’une gestion rationnelle efficace des réserves de la production agricole ou Nombre d’accords obtenus pastorale Résultat attendu 4 : Les femmes, les migrants, les jeunes accèdent aux Proportion de femmes, de migrants, de jeunes par ressources foncières, à côté des hommes qui avaient seuls l’accès et le rapport aux hommes contrôle traditionnellement. Résultat attendu 5 : Les femmes ont le contrôle des crédits octroyés dans le Proportion ou nombre de femmes. cadre des AGR Résultat attendu 6 : Les autres membres de l’unité de production partagent Proportion ou nombre d’UP avec le chef de l’UP la responsabilité d’une gestion rationnelle efficace des réserves de la production agricole ou pastorale. Résultat attendu 7 : Les femmes, les migrants, les jeunes bénéficient des Proportion ou nombre de femmes, de jeunes, de formations techniques et du suivi assuré par les services techniques et/ou le migrants PDRD dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de l’environnement Activités Réunions, rencontres d’informations, de négociations Nombre de réunions Nombre et qualités des personnes impliquées Accords obtenus
  • 33. 32 Hiérarchie des objectifs Eléments pour identifier les IOV Objectif Spécifique 3 : Promouvoir la connaissance et l’application Proportion de femmes, de jeunes, de migrants ayant de la gouvernance locale, des droits civils politiques, accès et assurant le contrôle des ressources. économiques, sociaux et culturels, de la personne et de la famille au niveau de la communauté. Résultats attendus Résultat attendu 1 : Les membres de la communauté à travers toutes les Nombre de formations composantes (femmes, hommes, jeunes, migrants) savent ce qu’est la Nombre de personnes formées gouvernance locale, connaissent les droits de la personne et de la famille. Résultat attendu 2 Les femmes, les jeunes, les migrants connaissent Nombre de formations des droits de la personne et de la famille et les procédures et possibilités Nombre de personnes formées de les faire appliquer Résultat attendu 3 : Les droits de la personne et de la famille sont Nombre de cas (voir ci-dessous) appliqués Elimination/ Diminution des mariages forcés Elimination/ Diminution de la pratique de l’excision Héritage de la veuve et de l’orphelin (moins spoliés) Actes d’état civils (JSAN ET CIB) entrent dans les habitudes quotidiennes Polygamie discutée avec la première épouse Plus grande participation des femmes à toutes les activités sociales, politiques, et aux réunions. Plus grande participation des femmes, des jeunes, des migrants à la vie politique Lévirat n’est plus obligatoire Moins/ Pas de répudiation Moins/ pas d’abandons des domiciles par les hommes Pour les dots, moins de problèmes Mariages civils devenus la règle Régularisation d’anciens couples (qui n’étaient pas légalement mariés) Elimination/diminution de violence physique sur les femmes Succession inclut les filles maintenant Education, Alphabétisation ne discriminent pas les filles, les femmes Activités Formations, informations Nombre de formations Nombre et qualités des personnes impliquées
  • 34. 33 2.5.2. Mécanismes de suivi Concernant le dispositif de suivi, il est le même que celui du Programme. Seules les données complémentaires et la périodicité de la collecte de celles-ci, sont à y inclure. Pour les activités et les résultats ajoutés, cela implique de collecter les indicateurs de base (étude de base), et d’en suivre l’évolution. Le suivi est systématique et vise à prendre des décisions d’une manière rapide et flexible, en ce qui concerne les activités du Programme. Parfois le suivi donne lieu à un ajustement de la formation des résultats intermédiaires. Une évaluation est une activité bien précise qui vise à vérifier le succès d’un programme en utilisant des critères de pertinence, d’efficience, d’efficacité et d’impact. Elle vise les résultats intermédiaires, l’objectif spécifique et les objectifs globaux du programme. Au niveau des activités La collecte d’information au niveau des activités se fait régulièrement. Ceux qui sont responsables de l’exécution des activités doivent informer leurs supérieurs sur l’avancement des activités. Des problèmes éventuels doivent être rapportés aussi vite que possible en vue de prendre des mesures. Un système de contrôle doit être élaboré pour garantir que l’information donnée est correcte. Le tableau suivant élaboré sur base d’un cadre logique peut guider le travail de suivi. Activités planifiées Date prévue Constats explications recommandations Act. 1.1 Act.1.2 Act.1.3 Pour ceux qui doivent exécuter les activités, ce tableau est comme un tableau de bord. Ils l’utilisent quasi quotidiennement. Ils informent leurs supérieurs régulièrement par exemple une fois par mois, sous forme de ce tableau ou de rapport de progrès basé sur ce tableau. Si nécessaire ceux-ci prennent des mesures. Il est important de se mettre d’accord à l’avance sur les responsabilités et la flexibilité de changement accordé aux différents niveaux de prise de décisions. Ceci permettra aussi de définir le type de rapport et la fréquence de rapports aux différents niveaux. Ce tableau sert d’instrument de capitalisation des expériences. Si pour certains types d’activités on constate souvent les mêmes problèmes on doit tenir compte de ce constat lors de nouvelles planifications.
  • 35. 34 Au niveau des résultats Une fois les activités en route, il est important d’évaluer de temps à autre les chances qu’on a de voir le résultat visé se réaliser : ceci se fait en mesurant ou en cherchant des informations sur les indicateurs au niveau des résultats. Ce travail peut se faire une fois, après un certain temps, et c’est le responsable qui coordonne la collecte d’information, interprète l’information et propose des corrections éventuelles. Le tableau suivant peut servir comme instrument de collecte d’information. résultat indicateur constat recommandation Résultat 1 Résultat n Des changements au niveau des résultats ont des conséquences sur l’objectif du programme. Il faut être prudent avec les changements à ce niveau. Il conviendrait, surtout si les conséquences des changements sont importantes, de négocier avec les différents partenaires. Le plan suivant peut être utilisé pour collecter les indicateurs Indicateurs Quand Où Comment Par Qui Qui supervise (outils) En terme de mécanisme de synergie : Chaque composante du programme, chaque partenaire, les OPP, ont défini lors de la première activité de la composante comment ils peuvent prendre en compte les questions de genre. Il est important que chaque composante dispose d’une personne (point focal) qui réponde de la question, et qui fournisse les informations, selon la périodicité du suivi arrêtée ensemble. La responsable de la composante organisera pendant les 6 premiers mois de la mise en œuvre de la stratégie, une réunion mensuelle avec les représentants des partenaires ci-dessus, les points focaux au besoin, ainsi qu’avec les responsables des volets genre des antennes et les formateurs/formatrices identifiés. Après les 6 mois, la réunion peut devenir trimestrielle, même si les données de terrain continuent d’alimenter le suivi mensuellement. Ces réunions serviront à faire le point de la mise en œuvre de la stratégie (quels sont les points forts à capitaliser, quels sont les points faibles à changer, quelle est l’évolution des indicateurs, etc).
  • 36. 35 III. Recommandations Tenant compte des ressources humaines disponibles par rapport au volet genre, les principales recommandations sont : 1. Harmoniser la compréhension des questions de genre, de la problématique « jeunes et migrants » au niveau des chefs d’antenne, des responsables des volets genre, des animatrices. 2. Renforcer les connaissances et les capacités des parties prenantes, sur la prise en compte des questions de genre, jeunes, et migrants, pour qu’à leur tour les parties prenantes intègrent ces éléments de connaissances et renforcement des capacités, au niveau de leurs cibles. Dans la mesure où la présente étude met l’accent sur la formation, le PDRD peut élaborer un programme de formations en cascade incluant les approches participatives (pour amener l’homme et la femme, le garçon et la fille, à prendre conscience, changer de comportements, et que cela soit documenté), en commençant par outiller ses partenaires dans ce sens. 3. Collecter les indicateurs de base par rapport aux objectifs, résultats et activités proposés. Le dispositif de suivi et d’évaluation inclura les indicateurs ci-dessus définis.
  • 37. 36 Liste des documents consultés et Bibliographie sommaire sur GED Documents consultés Documents du PDRD Rapport de préevaluation (doc. de travail1) Protocole d’accord entre le PDRD et RCPB Rapport de l’étude de faisabilité en vue de l’implantation d’un point de service à Tikaré Aide mémoire « étude mise en œuvre Renforcement et extension du réseau des services financiers décentralisés du PDRD Rapport de synthèse de la collaboration URCP-CES-AGF Document de demande de proposition pour le recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD Offre technique pour recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD (lot 2) Offre technique pour recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD (lot 6) Rapport relatif à la mise en œuvre, volet renforcement extension du réseau des services financiers décentralisés Rapport FIDA évaluation intermédiaire du PS/CES/AGF (annexe 2) Proposition pour recrutement d’opérateurs privés pour le PDRD (lot 1 et 2 et 3 et 4) Rapport FIDA d’évaluation intermédiaire PS/CES/AGF Rapport FIDA évaluation intermédiaire (phase 1 et 2) PS/CES/AGF Offre technique pour recrutement d’opérateurs privés (lots 1 et 5). Gouvernement du Burkina Faso Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) Juillet 2004 Lettre d’Intention de Politique de Développement Humain Durable (LIPDHD) Plan d’Actions et Programme d’Investissement du Secteur de l’Elevage (PAPISE). Politique en matière d'approvisionnement en eau potable Politique Nationale de Population (PNP) Politique Nationale de Promotion de la femme (PNPF) Programme Décennal de Développement de l’Education de Base (PDDEB) Programme national de développement sanitaire (PND) Stratégie de croissance durable de l’agriculture Nations Unies Bilan Commun de Pays (ou Country Commons Assessment, CCA en anglais) octobre 2004 Plan Cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (United Nations Development Aid Framework, UNDAF en anglais) UNDAF 2006-2010 ; Edition 04 Mars 2005 Résolution 60/1 du 24 octobre 2005. Document final du Sommet mondial de 2005 Amélioration de la condition de la femme en milieu rural. Résolution 60/138 du 07 février 2006 Suite donnée à la quatrième Conférence mondiale sur les femmes et application intégrale de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing et des textes issus de la vingt-troisième session extraordinaire de l’Assemblée générale. Résolution 60/140 du 07 février 2006 Les petites filles - Résolution 60/141 du 11 janvier 2006. La 60ème session relative au suivi des résultats du sommet du Millenium tenue au siège des Nations Unies à New York. 14 au 16 Septembre 2005