Le St ree t-A r T Antoine Giordani – Florian Panabières
Le St ree t-A r T C it at io n
Pr és en t a ti on SEMIOLOGIE « la science qui étudie les procédés auxquels nous recourons en vue de communiquer nos états...
L es   O ri gi nes Un art éphémère qui a commencé dans les années 60  Philadelphie en Pensylvannie, en 1968,  premier : ” ...
En  F r an ce Apparition année 80 avec :  Graffeurs tels que Bando, Blitz, Lokiss, Scipion, Skki. Street artistes tels que...
E vo lu t i ons  de s  Tech niqu es Du simple graffiti, il est devenu grandiose par l’utilisation et la juxtaposition de d...
E vo lu t i ons  de s Me nt al it és Les citadins : « Un acte de pollution urbaine. » Les artistes : « Dénoncer un monde r...
E vo lu t i ons  de s Me nt al it és Le street art est considéré comme un art à part entière, et fait face à une forte dem...
L’e xp re ssion ur bai n e
Q ue lq ue s A rt is te s  Zevs  Shepard Fairey   Space Invader  Ron English   Alice Pasquini  Conor Harringto  SheOne   B...
B A N KS Y Troubadour des temps modernes… Incisif et décoiffant dans son art… Originaire de Bristol Philanthrope, anti-gue...
B A N KS Y INFLUENCES ET MOTIVATIONS - Blek Le Rat (Pochoiriste français). - Ernest Pignon-Ernest (Plasticiens français). ...
B A N KS Y PARICULARITES - Pochoirs - Transposition d’images - Peinture à la main - Peinture aérosol Son art mélange, d’ir...
Le s  œ uv re s - B an sk y -
Keep it spotless,  214x305cm,  Prix : 1 230 000€  (2008)
 
Notoriété Anonyme, révolutionnaire, polyvalent, Emotion Art comme moyen de communication Images chocs, slogans percutants ...
She pa rd  Fa ir e y Devenu l'un des artistes les plus connus des années 2000  né le 15 février 1970 à Charleston en Carol...
She pa rd  Fa ir e y <ul><li>INFLUENCES ET MOTIVATIONS </li></ul><ul><li>Marshall McLuhan, sociologue canadien, expert en ...
She pa rd  Fa ir e y PARICULARITES - l’affiche comme support privilégié  - multiplier ces affiches par millier  - placarde...
Le s  œ uv re s - Shepard  Fairey  -
 
 
Influence Propagande, Anti-guerre Politique (no war, no Bush) Image comme moyen de communication Répétition, noir, rouge, ...
J am es  C oc hr an <ul><li>Né le 4 juin 1973 à Adélaïde  </li></ul><ul><li>- Drip painting, </li></ul><ul><li>Peintures u...
<ul><li>INFLUENCES ET MOTIVATIONS </li></ul><ul><li>Jackson Pollock </li></ul><ul><li>-  Janet Sobel (1894–1968, peintre a...
PARICULARITES - Dripping - Pourring - Redonner le gout de la peinture et de l’art à la jeune génération. J am es  C oc hr an
Le s  œ uv re s - James Cochran -
 
 
Technicité Sublimer l’individu, L’homme contemporain, Peinture aérosol  Peinture comme moyen de communication Esthétique, ...
N ou vell e vi si o n d u  S tr ee t Art
GOOGLE STREET VIEW Répertorié et géolocalisé les plus beaux graffitis du monde sur une carte en ligne, qui peuvent être vi...
Bansky sur Google
Shepard Fairey sur Google
Les marques et le Street Art Phénomène intéressant puisqu’à la base le street art (notamment le graffiti) s’est développé ...
Dulux Valentine Agence Euro RSCG London,  Brésil, en France, au Royaume Uni et en Inde (2010)
KIA Agence Havas Media Londres,  (2011)
Le Street Marketing « Impact puissant sur les jeunes, nombreux outils du street art) sont désormais réutilisés à des fins ...
Panasonic Agence  Saatchi & Saatchi en Indonésie (2010)
Pedestrian Safety de Auckland Agence  Ogilvy en Nouvelle-Zélande (2010)
Les artistes de la rue perçoivent tout simplement : -L’environnement comme une toile. - Le goût du risque.  « Je ne peux m...
E n 20 1 1 Shangai Madrid Berlin Sao Paulo Los Angeles
C e s  3  d er nie rs m ois Bristol Aout. 2011 Artistes  : Inkie
C e s  3  d er nie rs m ois Bulgarie sept. 2011 Artistes  : ??????????
C e s  3  d er nie rs m ois Paris sept. 2011 Artistes  : Conor Harrington, SheOne, Saber, How & Nosm, C215, Alice Pasquini...
M er ci  - -j Antoine Giordani – Florian Panabières
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

STREET ART

1 323 vues

Publié le

ISCPA PARIS 2011

Brand Review Street Art

Antoine Giordani
Florian Panabières

Publié dans : Design
  • Soyez le premier à commenter

STREET ART

  1. 1. Le St ree t-A r T Antoine Giordani – Florian Panabières
  2. 2. Le St ree t-A r T C it at io n
  3. 3. Pr és en t a ti on SEMIOLOGIE « la science qui étudie les procédés auxquels nous recourons en vue de communiquer nos états de conscience et ceux par lesquels nous interprétons la communication qui nous est faite » (Buyssens) Deux écoles : - La sémiologie de la Communication - La sémiologie de la Signification
  4. 4. L es O ri gi nes Un art éphémère qui a commencé dans les années 60 Philadelphie en Pensylvannie, en 1968, premier : ” WRITERS ” . Cornbread et Cool Earl <ul><li>L'émergence du graffiti en Europe </li></ul><ul><li>Berlin </li></ul><ul><li>Hambourg </li></ul><ul><li>Londres (Bristol) </li></ul><ul><li>Paris </li></ul>
  5. 5. En F r an ce Apparition année 80 avec : Graffeurs tels que Bando, Blitz, Lokiss, Scipion, Skki. Street artistes tels que Jeff Aerosol, Blek Le Rat, Miss Tic Les quais de la Seine, les palissades du Louvre ou du Centre Georges Pompidou.
  6. 6. E vo lu t i ons de s Tech niqu es Du simple graffiti, il est devenu grandiose par l’utilisation et la juxtaposition de diverses techniques … matières insolites, l'affiche, le sticker, le pochoir, la peinture, la mosaïque, les installations, la projection vidéo … Relation directe des artistes, constituant un champ artistique d'interaction.
  7. 7. E vo lu t i ons de s Me nt al it és Les citadins : « Un acte de pollution urbaine. » Les artistes : « Dénoncer un monde rempli de mensonges Un moyen de communication…
  8. 8. E vo lu t i ons de s Me nt al it és Le street art est considéré comme un art à part entière, et fait face à une forte demande des marques et même des citadins. Cette subite notoriété est en large partie due à la visibilité et subversion d’artistes. Petite histoire… Bansky : «  street-artiste londonien est passé en peu de temps du grade de vandale recherché par les autorités pour ses pochoirs représentant, entre autres, deux policiers masculins qui s’enlacent et s’embrassent ; à celui de légende urbaine du fait du mystère qui entoure son identité ; pour finir exposé aux côtés de Damien Hirst et vendu à plusieurs centaines de milliers de livres sterling sur le marché de l’art. »
  9. 9. L’e xp re ssion ur bai n e
  10. 10. Q ue lq ue s A rt is te s Zevs Shepard Fairey Space Invader Ron English Alice Pasquini Conor Harringto SheOne Banksy Saber How & Nosm C215 Will Barras Futura Tristan Eaton ROA Blu Jonone James Cochran Influenza Akayism
  11. 11. B A N KS Y Troubadour des temps modernes… Incisif et décoiffant dans son art… Originaire de Bristol Philanthrope, anti-guerre et révolutionnaire POCHOIRE COMME MOYEN DE COMMUNICATION ART TERRORIST ANONYME
  12. 12. B A N KS Y INFLUENCES ET MOTIVATIONS - Blek Le Rat (Pochoiriste français). - Ernest Pignon-Ernest (Plasticiens français). Quelles sont ses motivations? Pour la liberté , contre la guerre , la famine , et tous les fléaux causés par l’homme. Anticapitaliste et pro- liberté S , slogans percutants .
  13. 13. B A N KS Y PARICULARITES - Pochoirs - Transposition d’images - Peinture à la main - Peinture aérosol Son art mélange, d’ironie, d’irrévérence, d’humour et de messages très clairs.
  14. 14. Le s œ uv re s - B an sk y -
  15. 15. Keep it spotless, 214x305cm, Prix : 1 230 000€ (2008)
  16. 17. Notoriété Anonyme, révolutionnaire, polyvalent, Emotion Art comme moyen de communication Images chocs, slogans percutants Evolutions des mentalités, notamment avec actions anti-guerre Humour, ironie, secret Style qui propre à l’artiste, anonyme, pochoir
  17. 18. She pa rd Fa ir e y Devenu l'un des artistes les plus connus des années 2000 né le 15 février 1970 à Charleston en Caroline du Sud. AFFICHE COMME MOYEN DE COMMUNICATION L’artiste le plus influent à l’heure actuelle.
  18. 19. She pa rd Fa ir e y <ul><li>INFLUENCES ET MOTIVATIONS </li></ul><ul><li>Marshall McLuhan, sociologue canadien, expert en communication des médias. </li></ul><ul><li>« They Live » de John Carpenter. </li></ul><ul><li>Quelles sont ses motivations? </li></ul><ul><li>Il travaille à détourner des œuvres, images de propagandes sans toucher aux idéologie s elles-mêmes, il travaille plus leur symbolique , et sur l’impact visuel que sur le message. </li></ul>
  19. 20. She pa rd Fa ir e y PARICULARITES - l’affiche comme support privilégié - multiplier ces affiches par millier - placarder à travers le monde - signature graphique - du noir, du blanc et du rouge « L'affiche n'a pas de sens en soi, mais elle existe uniquement pour pousser les gens à réagir, à la contempler et à lui chercher une signification»
  20. 21. Le s œ uv re s - Shepard Fairey -
  21. 24. Influence Propagande, Anti-guerre Politique (no war, no Bush) Image comme moyen de communication Répétition, noir, rouge, blanc Evolutions des mentalités, notamment avec campagne Obama Politique, communisme, Américain Affichage répétition, design propre à l’artiste, Une MARQUE « OBEY »
  22. 25. J am es C oc hr an <ul><li>Né le 4 juin 1973 à Adélaïde </li></ul><ul><li>- Drip painting, </li></ul><ul><li>Peintures urbaines narratives, </li></ul><ul><li>Peintes a l’huile, </li></ul><ul><li>Sujet humain marginalisé dans le contexte urbain </li></ul><ul><li>PEINTURE COMME MOYEN DE COMMUNICATION </li></ul><ul><li>Poétiques </li></ul><ul><li>et une foi solide dans l'impact social de l'image peinte. </li></ul>
  23. 26. <ul><li>INFLUENCES ET MOTIVATIONS </li></ul><ul><li>Jackson Pollock </li></ul><ul><li>- Janet Sobel (1894–1968, peintre américaine origine ukrainienne) </li></ul><ul><li>Quelles sont ses motivations? </li></ul><ul><li>Réflexions ironiques et sensibles sur la spiritualité , la marginalité , l'intoxication ou la névrose . </li></ul>J am es C oc hr an
  24. 27. PARICULARITES - Dripping - Pourring - Redonner le gout de la peinture et de l’art à la jeune génération. J am es C oc hr an
  25. 28. Le s œ uv re s - James Cochran -
  26. 31. Technicité Sublimer l’individu, L’homme contemporain, Peinture aérosol Peinture comme moyen de communication Esthétique, technique, Art visuel Evolutions des mentalités, avec acception du Street Art comme véritable ART L’humain, Le visuel Emotion Dripping, nouveaux moyens, transmission des techniques et savoir faire
  27. 32. N ou vell e vi si o n d u S tr ee t Art
  28. 33. GOOGLE STREET VIEW Répertorié et géolocalisé les plus beaux graffitis du monde sur une carte en ligne, qui peuvent être visualisés par l'intermédiaire de Street View . N ou vea ux m oy en s d e co mm un ic a t io n
  29. 34. Bansky sur Google
  30. 35. Shepard Fairey sur Google
  31. 36. Les marques et le Street Art Phénomène intéressant puisqu’à la base le street art (notamment le graffiti) s’est développé en réaction à la saturation publicitaire . N ou vea ux m oy en s d e co mm un ic a t io n
  32. 37. Dulux Valentine Agence Euro RSCG London, Brésil, en France, au Royaume Uni et en Inde (2010)
  33. 38. KIA Agence Havas Media Londres, (2011)
  34. 39. Le Street Marketing « Impact puissant sur les jeunes, nombreux outils du street art) sont désormais réutilisés à des fins promotionnelles dans des campagnes dites de «  street marketing » . N ou vea ux m oy en s d e co mm un ic a t io n
  35. 40. Panasonic Agence Saatchi & Saatchi en Indonésie (2010)
  36. 41. Pedestrian Safety de Auckland Agence Ogilvy en Nouvelle-Zélande (2010)
  37. 42. Les artistes de la rue perçoivent tout simplement : -L’environnement comme une toile. - Le goût du risque. « Je ne peux m’empêcher de penser que ces même personnes qui détestaient, maltraitaient et parlaient en mal de tout ce mouvement, sont les mêmes qui sourient et apprécient aujourd’hui! » MC 93 Le street art sa nouvelle place place dans le monde
  38. 43. E n 20 1 1 Shangai Madrid Berlin Sao Paulo Los Angeles
  39. 44. C e s 3 d er nie rs m ois Bristol Aout. 2011 Artistes : Inkie
  40. 45. C e s 3 d er nie rs m ois Bulgarie sept. 2011 Artistes : ??????????
  41. 46. C e s 3 d er nie rs m ois Paris sept. 2011 Artistes : Conor Harrington, SheOne, Saber, How & Nosm, C215, Alice Pasquini, Will Barras, Futura et Tristan Eaton
  42. 47. M er ci - -j Antoine Giordani – Florian Panabières

×