SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  36
Télécharger pour lire hors ligne
Rapport d'activité 2006
Des entreprises qui s'engagent avec FACE
pour défendre des valeurs de solidarité
Fondation FACEFondation FACE
Plan d'action FACE pour l'égalité de traitementSport et EmploiInterfaceJob AcademyInsertion
des personnes sous main de justiceFormation des tuteurs à l'intégration des personnes en difficulté
Découverte de l'entreprise" Les graines d'entreprises"ParrainageFormation à la compréhension des
discriminationsContrat Insertion RMAFormation préparation à l'insertionPlate-forme inter-entreprises de
qualification et d'insertionPasserelles entre l’Ecole et l’EntrepriseSoutien au développement des associations
2 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Charte des dirigeants d'entreprises membres de FACE
L e s P r é s i d e n t s
d e s
c l u b s l o c a u x
Antoine Guichard
Président de FACE
o n t e n g a g é , p a r
l e u r s i g n a t u r e
d e c e t t e c h a r t e ,
l ' e n s e m b l e
d e l e u r c l u b .
Clubs et réseaux
Nos actions seront portées par nos clubs d’entreprises et relayées par les réseaux FACE : directeurs
de club, présidents de clubs, élus.
Populations et territoires
Nous agirons prioritairement pour des populations et sur des territoires caractérisés par :
- une forte densité d’exclusion,
- l’existence d’une volonté politique locale de combattre cette exclusion,
- la présence d’entreprises et d’associations prêtes à l’action.
Communication
Nous ferons connaître nos actions en interne de
l’entreprise et à l’externe, avec le souci de valoriser les
territoires en difficulté, leurs habitants et les acteurs
associatifs locaux avec lesquels nous agissons.
Formation
Nous développons l’axe formation à destination des
acteurs afin d’optimiser l’ensemble de nos actions.
Agir avec et aux côtés de tous ceux qui
agissent contre les exclusions
- en facilitant leurs actions par l’apport de
nos compétences et de nos moyens ;
- en concevant et en impulsant des projets
fédérateurs sur lesquels ils pourront se
mobiliser;
- en favorisant les échanges et les synergies
entre acteurs, dans un souci d’intérêt partagé.
Agir sur toutes les causes des exclusions
Au sein de nos entreprises et dans leur
environnement, dans le respectde l’identité
des personnes et avec le souci de développer
leurs capacités d’autonomie et d’intégration.
Agir pour innover et expérimenter
Des méthodes et des outils de lutte contre les
exclusions dans la perspectivede les diffuser
et de contribuer de la sorte à une transforma-
tion des modes d’actions sociaux.
Nous respectons les principes
d’actions suivants :
Expérimentation
Nous aurons le souci permanent d’innover,
d’expérimenter, d’évaluer et de capitaliser nos
actions en vue de les diffuser largement.
Pérennisation
Nous rechercherons les meilleurs moyens pour
gérer, développer et pérenniser les actions
durables contribuant ainsi à la consolidation des
emplois créés.
Depuis 1993, FACE, créée avec des entreprises, combat cette
exclusion, sous toutes ses formes en agissant concrètement pour rétablir dans
leurs droits fondamentaux ceux qui en sont privés.
FACE défend les valeurs de solidarité, de cohésion sociale,
d’égalité des chances et d’égalité de traitement. Elle contribue à l’évolution
positive des relations des entreprises avec leur environnement.
Dans cette perspective, conscients des intérêts à long terme de
nos entreprises et du rôle déterminant que nous avons dans la société pour la
prévention et la lutte contre l’exclusion, nous nous engageons à entreprendre
avec FACE, dans le cadre de nos clubs locaux d’entreprises, des actions durables.
“L’exclusion permanente d’une partie de
nos concitoyens est inacceptable.”
Stratégie
Principes d’action
Philosophie
Charte des dirigeants
d’entreprises membres de FACE
Atlantique Nantes
Grand Amiens
Beauvais
Cotentin
Chambéry
Grenoble
Hérault
Montpellier
Le Mans
Lille Métropole
Grand Lyon
Sud Provence Marseille
Martinique
Paris
Pyrénées Atlantiques
Pau
Bayonne
Rennes
St Etienne - Loire
St-Quentin-en-Yvelines
Seine Saint-Denis
Grande Synthe
Thiérache
Grand Toulon
Grand Toulouse
3Fondation Agir Contre l'Exclusion
Édito : Le mot du Président
" Une farouche volonté d'agir "
Antoine Guichard, Président de la Fondation Agir
Contre l'Exclusion
10 Ans de présidence
Il y a déjà dix ans, la Présidente de la Fondation,
Martine AUBRY, me demandait de lui succéder à la
présidence de la Fondation FACE, dont le groupe
Casino était parmi les treize grandes entreprises
nationales fondatrices.
Elle ne m’a pas laissé la possibilité d’hésiter, et ainsi,
en 1997, je suis devenu le Président de FACE. J’ai
alors découvert, d’abord avec curiosité et ensuite
avec passion, un ensemble complexe mais vivant
d’entrepreneurs et de collaborateurs d’entreprises
très engagés dans l’action contre les exclusions sur
leur territoire.
J’ai essayé d’apporter toute mon énergie en soutien
à notre Délégué Général, Patrick NEDELEC, pour
consolider et développer ce réseau. J’ai souhaité
aussi faire participer, de manière plus active,
l’ensemble des clubs par leurs Présidents à la vie du
réseau afin qu’ils définissent, avec le bureau, les
grands choix stratégiques et techniques. Leur
énergie et leur enthousiasme m’ont toujours porté. Je
les en remercie chaleureusement.
Pendant ces dix années, nous avons pu créer plus
de 20 nouveaux clubs, mobiliser 1000 entreprises
supplémentaires, accompagner vers l’emploi ou la
formation plus de 20 000 personnes, soutenir plus de
25 000 enfants des écoles en ZEP pour les aider
dans leur choix d’avenir, et tant d’autres bons
chiffres. Ces résultats me rendent aujourd’hui très
fier du chemin parcouru, même si j’ai conscience
qu’ils sont peu au regard de l’immensité du défi de la
lutte contre les exclusions. Mais à FACE, nous
montrons par une farouche volonté d’agir qu’il n’y a
pas de fatalité. Nous souhaitons montrer le chemin et
inviter d’autres entreprises à nous rejoindre pour
amplifier notre efficacité.
Aujourd’hui, à l’occasion de mon 80ème anniver-
saire, j’ai choisi de laisser la place à un nouveau
Président, en la personne de Gérard MESTRALLET,
dont le groupe qu’il dirige (Suez) fait partie des
grandes entreprises fondatrices, pour poursuivre le
développement et mieux faire connaître FACE par
une communication plus forte. Oui aujourd’hui nous
pouvons communiquer car avant nous avons agi et
obtenu des résultats signifiants. Nous pouvons main-
tenant faire connaître nos méthodes et nos résultats.
Je sais que Gérard MESTRALLET saura apporter un
autre souffle à FACE pour l’avenir. Je continuerai à
l’appuyer et à soutenir FACE puisque qu’il a décidé
de me faire l’honneur de me nommer Président
d’honneur de FACE.
C’est avec émotion que j’ai accepté cette tâche. Une
émotion comparable à celle que j’ai toujours ressen-
tie quand j’ai rendu visite aux clubs locaux. Ils m’ont
toujours montré des actions et des résultats convain-
cants. Je les remercie, ici, de la qualité de leur
accueil mais surtout de la qualité de leur travail.
Je garde de ces dix ans des images fortes comme
celle de ce jeune élève de troisième de la Paillade à
Montpellier, Directeur d’une de nos graines
d’entreprises, expliquant avec conviction et profes-
sionnalisme au Préfet du département ce qu’était
une entreprise, ou encore plus récemment dans ma
ville de Saint Etienne, cette femme de 51 ans nous
remerciant car avec Job Académy , elle avait pu,
après 2 ans de chômage, retrouver énergie et
confiance en obtenant rapidement un CDI.
Ce sont ces réussites qui doivent nous donner
confiance et nous permettre de nous tourner résolu-
ment vers l’avenir pour continuer à agir avec sérieux,
professionnalisme et conviction.
Ensemble…
Antoine Guichard
4 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Sommaire
Edito : Le mot du Président
Le mot du Délégué Général
L'essentiel de l'année
Les chiffres de l'année
Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation
Plate-forme inter-entreprise de qualification et d'insertion (PIQI)
Découverte de l'entreprise
Le parrainage
Interface
Contrat Insertion RMA
Job Academy
Axe 2 : Le développement économique
Accompagnement des créateurs d'entreprise
Soutien aux structures d'insertion par l'activité économique
Aide au développement des zones franches urbaines
Axe 3 : La prévention de l'exclusion
Agir contre l'exclusion numérique (Soutien au développement
des associations)
Passerelles entre l'école et l'entreprise
" les graines d'entreprises "
Insertion des personnes sous main de justice
Sport et emploi
Plan d'action FACE pour l'égalité de traitement
Axe 4 : La formation des acteurs
Formation à la compréhension des discriminations dans l'emploi
Formation tuteurs à l'intégration des personnes en difficulté
Formation préparation à l'insertion professionnelle
Autres
Les clauses sociales
Structures de médiation sociale de FACE : les PSP
La prévention sécurité à domicile
3
5
6
8
10
11
12
14
15
16
18
19
19
20
21
22
23
24
26
28
29
30
32
33
34
5Fondation Agir Contre l'Exclusion
Le mot du délégué Général
" L'accès à l'emploi reste notre
coeur de métier "
Patrick Nédélec, Délégué Général de la Fondation
Agir Contre l'Exclusion
Privilégier le " faire " au " Dire "
FACE est aujourd’hui devenue un réseau de plus de 1 700
entreprises structurées en 25 clubs locaux, soucieuses
d’apporter leurs compétences et leur appui aux partenai-
res institutionnels et associatifs locaux, dans le cadre
d’actions claires et pragmatiques de lutte ou de préven-
tion contre les exclusions. Ce réseau continue
d’expérimenter au quotidien afin de développer des
solutions d’insertion pour les personnes en difficulté,
notamment celles issues des quartiers dit « sensibles ».
FACE est réellement un réseau d’acteurs capables
d’adapter ses propositions aux évolutions des besoins de
ce public afin, à terme, de lui permettre de retrouver, le
chemin de l’emploi durable.
En 2006, ainsi, nous avons soutenu près de 3 400 person-
nes qui ont pu ainsi avoir un contrat de travail et dont plus
de 1 600 un emploi durable de plus de 6 mois de contrat
en 2006.
L’accès à l’emploi reste notre cœur de métier et notre
préoccupation constante. Nombreuses sont les person-
nes quelque soit leur âge, leur sexe, leur origine et leur
qualification qui ont encore besoin de notre soutien.
Nous devons chaque jour mobiliser de nouveaux parte-
naires, développer de nouveaux dispositifs afin d’amplifier
notre action.
Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises nous sollicitent,
conscientes qu’il est de leur devoir et de leur intérêt de
soutenir nos actions. Le vivier de leurs futurs collabora-
teurs, motivés et dynamiques, se trouve dans ces territoi-
res. A nous, d’aider ces personnes, notamment par la
formation, à remobiliser toute leur énergie pour
s’impliquer durablement dans l’entreprise en y apportant
toute leur compétence.
C’est dans ce rapport gagnant-gagnant que se trouve une
des voies pour combattre l’exclusion. L’ensemble des
membres de FACE, tant au niveau local que national, s’y
consacre avec enthousiasme, fier d’AGIR concrètement
chaque jour et soucieux de capitaliser, d’essaimer et de
consolider ses actions locales.
Ce rapport d’activité montre la qualité et la variété des
solutions développées localement, la progression forte
de ses résultats quantitatifs. Les entreprises sont porteu-
ses d’efficacité et elles savent s’adapter, dans un climat
de confiance, pour être ouvertes à leur environnement
social.
Que leurs collaborateurs locaux, impliqués dans les
actions des clubs FACE, en soient, ici, sincèrement et
chaleureusement remerciés.
Dans les actions de cette année, je voudrais mettre
un accent particulier sur l’opération Job Academy, dont
vous trouverez le descriptif dans ce rapport. Cette action,
entièrement financée par nos partenaires privés, aura
permis en 2006 de sortir d’une exclusion injustifiée près
de 350 personnes qualifiées, issues des Zones Urbaines
Sensibles, (ZUS), de 7 territoires de clubs FACE. Le seul
obstacle à leur insertion était leur adresse, ou leur origine.
Cette situation est indigne. FACE poursuivra sans relâche
son engagement pour rétablir dans leurs droits toutes ces
personnes laissées sur le bord du chemin. Notre respon-
sabilité collective est engagée.
C’est pourquoi, nous avons intensifié en 2006 nos actions
en vue de rétablir l’égalité de traitement dans l’entreprise.
En effet, par un plan cohérent, et outillé professionnelle-
ment, nous accompagnons les entreprises qui le souhai-
tent pour s’engager pour l’égalité de traitement. En 2006,
sur 5 clubs, 217 entreprises se sont engagées et nous
avons formé plus de 5 000 collaborateurs à ces outils.
C’est un premier résultat, mais pour 2007, nous engage-
rons tous les clubs FACE et toutes leurs entreprises. Un
objectif ambitieux de 1 500 entreprises signataires de ce
plan est visé. Nous ne devons pas décevoir.
Mais nous sommes résolument optimistes. En 2006, les
entreprises locales ont répondu très fortement à notre
demande, démontrant qu’elles s’étaient appropriées
fortement le concept FACE. Aujourd’hui, chaque club
local a développé un sentiment d’appartenance à un
réseau sûr de ses valeurs et conscient de ses savoirs
faire.
2006 a aussi et surtout montrée un renforcement de la
professionnalisation des équipes locales, notamment
caractérisée par une meilleure adaptation de nos moyens
d’interventions aux besoins des entreprises des clubs.
FACE est ainsi devenue au fil de son évolution un vérita-
ble outil des entreprises.
Toutes ces entreprises, mobilisées localement dans nos
clubs, ont permis à notre réseau, avec le soutien de leurs
collaborateurs, d’atteindre une dimension nouvelle qui
nous permet d’être confiant dans notre capacité à obtenir
des résultats signifiants dans les prochaines années.
Nous montrerons ainsi que des entreprises sont capables
d’apporter des réponses efficaces aux problèmes de
l’exclusion, si on leur en donne les moyens.
De nouveaux projets, de dimension nationale, sont en
cours d’élaboration. Ils nous rendent optimistes sur les
actions à venir et sur le développement de notre réseau et
de ses résultats tant quantitatifs que qualitatifs.
Le Délégué Général,
Patrick Nédélec
6 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
L'essentiel de l'année 2006L'essentiel de l'année 2006
En 2006 la Fondation FACE a mis en
œuvre plusieurs moyens pour favoriser le
développement de son réseau.
En avril le recrutement d’une nouvelle
collaboratrice en charge de la direction des
opérations confirme cette volonté.
Plusieurs temps collectifs de travail ont
donné lieu à de nouvelles actions et ont
permis de définir les besoins en lien avec
les objectifs liés aux " Orientations FACE
2006 – 2010 ". Ces orientations compor-
tent huit grands chantiers :
- Job Academy
- InterFACE
- Les clauses sociales
- Le parrainage
- La formation des acteurs
- FACE à l'école
- L'égalité de traitement
- La médiation sociale PSP
Les journées techniques
(2 fois 2 jours) dont les thèmes étaient :
L’égalité de traitement, rédaction
du plan d’action FACE et élaboration des
étapes et outils. Cette action est née d’une
demande expresse de plusieurs entrepri-
ses souhaitant être aidées concrètement
dans la mise en œuvre.
« Objectif stage » action intégrée
dans la mission de FACE à l’école. Rédac-
tion du processus permettant aux étudiants
n’ayant pas de « réseau » de trouver une
entreprise afin d’effectuer leur stage. Cette
demande était appuyée par le ministère de
l’ " égalité des chances ".
Les façades
(2 fois 2 jours)
L’organisation des façades (réunions régio-
-nales) s’est modifiée afin de répondre à de
nouvelles demandes des clubs, et c’est
maintenant une coordination par la Fonda-
tion qui est en place.
Les séminaires
Direction de clubs (3 jours)
Les thèmes travaillés étaient :
Les clauses sociales dans les marchés
publiques et privés
La nouvelle responsabilité sociale des
entreprises
L’égalité de traitement
Des président(e)s de clubs
(1 jour)
Le bilan de l’année 2005
Les perspectives 2006
Direction de clubs restreint
(2 jours)
Travail sur les besoins et attentes des
clubs.
Ont été identifié les besoins suivants :
◦ La nécessité d’une interactivité renfor-
cée entre le réseau et la Fondation
◦ L’amélioration de l’outil e-f@ce
◦ La mise en place d’une gestion docu-
mentaire à jour et disponible à chaque
instant
◦ Le suivi en temps réel de l’actualité des
clubs et de la Fondation
◦ La refonte des supports de communica-
tion des actions FACE
La professionnalisation
des équipes :
Développement des sessions de formation
de formateurs au module " comprendre
Corentin Rémond directeur de
FACE Grand Lyon
Florence Heulin directrice de
FACE Grand Toulouse
Directrice Dorothée Chéret.
FACE Paris nouveau
club
N o u v e l l e s
d i r e c t i o n s d e
c l u b s F A C E e n
2 0 0 6
Nous remercions nos parte-
naires et les entreprises
pour leurs soutiens, conseils
et implications, tout au long
de l'année 2006
7Fondation Agir Contre l'Exclusion
L'essentiel de l'année 2006
l’entreprise pour mieux s’y impliquer ".
L’objectif est de démultiplier cette forma-
tion à destination des publics en difficulté
et ainsi augmenter le nombre d’insertions
professionnelles réussies.
Maintien des sessions pour les nouveaux
collaborateurs (2 fois 2 jours)
La prise en compte des structures de
médiation sociale de FACE – PSP (Points
Service aux Particuliers) avec une étude
lancée en 2006 pour définir ses forces et
ses voies de progrès.
Les perspectives essen-
tielles de 2007
La volonté d’affirmer le développement et
les moyens de communication, la Fonda-
tion décide pour 2007 :
- de mettre en place un intranet, système
d’information en interaction entre les clubs
et la fondation
- d’intégrer e-f@ce dans les menus de
l’intranet pour constituer un seul outil
- de « packager » les actions sous un
format comprenant une plaquette (4
pages) de communication, d’un visuel et
d’une « mallette » d’outils nécessaires à
l’animation locale
- de constituer un comité technique
rassemblant 5 à 6 collaborateurs du
réseau pour toutes actions à modéliser
- de refondre le site Internet grand
publique et de l’animer au rythme trimes-
triel
- de créer un poste en charge de la
communication
- de renforcer le rôle RH (ressource
humaine) de la Fondation en participant à
la présélection et à la sélection des
nouveaux collaborateurs du réseau et de
développer l’axe professionnalisation. 21
jours de formation sont programmés en
2007.
- de réorganiser d’une part l’axe préven-
tion de l’exclusion et d’autre part le pilotage
des structures de médiation sociale : PSP
(Points Service aux Particuliers) en revisi-
tant le concept dont le projet porte le nom
de FACEcité.
Nos partenaires :
Les clubs FACE 10 ans en
2006
FACE Lille Métropole
FACE grand Amiens
Les clubs FACE plus de 10
ans en 2006
FACE Sud Provence –
Marseille
FACE Chambéry
FACE grand Lyon
L e s a n n i v e r s a i r e s
1 0 a n s e t p l u s
FACE Seine et Marne
FACE Atlantique – Nantes
L e s n o u v e a u x
c l u b s e n 2 0 0 7
COMMISSION EUROPÉENNE
Fonds social européen
DIRECTION
DE LA POPULATION
ET DES MIGRATIONS
Les entreprises :
8 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Les chiffres de l'année 2006Les chiffres de l'année 2006
1706 entreprises
41 partenaires nationaux
Nombre
de
bénéficiairess
Nombre
de missions
intérims
Nombre de
reprise
formation
Nombre de
sorties
positives
343 292 17 128
Job Academy :
Résultats pour les villes 2006
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre de
personnes
concernées
227 953
Actions Découverte de l'entreprise :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre de
personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
95 183 98
Actions PIQI :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre
de parrainss
Nombre de
personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
586 671 1011 527
Actions Parrainages :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'agences
impliquéess
Nombre de
personnes
concernées
Nombre
d'heures de
missions
Nombre de
sorties
positives
41 795 99865 123
Actions Interface :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
impliquées
Nombre
de personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
29 72 53
Actions CI-RMA :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
partenaires
Nombre de
personnes
concernées
43 731
Actions Accompagnement des
créateurs d'entreprise :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
impliquéess
Nombre de
bénéficiaires
48 57
Actions Soutien aux structures :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
impliquéess
Nombre de
bénéficiaires
216 80
Actions Aide au développement
des ZFU :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
partenaires
Nombre de
structures
24 113
Agir contre l'exclusion numérique :
Chiffres des clubs FACE
9Fondation Agir Contre l'Exclusion
Les chiffres de l'année 2006
2147 entreprises impliquées
3382personnesaccompagnées
1623 emplois durables
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre
d'établissements
scolaires
Nombre de
bénéficiaires
224 75 2884
ActionsPasserellesécoleentreprise:
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
mobiliséess
Nombre de
d'entreprises
signataires
Nombre de
personnes
formées
592 217 7305
Plan d'action FACE pour l'égalité
de traitement :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre de
personnes
concernées
25 137
Actions insertion des personnes sous
main de justice :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre
d'établissements
scolaires
Nombre de
bénéficiaires
71 16 377
Actions "Les graines d'entreprises" :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
partenaires
Nombre de
personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
50 116 116
Actions Sport et Emploi :
Chiffres des clubs FACE
Effectif
salariés
Nombre de
personnes
accueillies
Nombre de
dossiers
traités
71 80640 100708
Structures associées :
Chiffres des PSP
Nombre
d'entreprises
concernées
Nombre de
personnes
formées
100 316
Formations préparationàl'insertion:
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
concernées
Nombre de
personnes
formées
289 8175
Formations compréhension des
discriminations :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
concernées
Nombre de
personnes
formées
22 99
Formations tuteurs :
Chiffres des clubs FACE
10 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Plate-forme inter-entreprises de qualification et d'insertion (PIQI)Plate-forme inter-entreprises de qualification et d'insertion (PIQI)
" Cette formation a été une
expérience très positive, tant
du point de vue professionnel
qu'humain "
Monsieur Mike D., en CDI.
Les PIQI, actions de formation qualifiantes,
efficaces dans le domaine de l’intégration
de publics en difficulté d’emploi, est une
démarche inter-entreprises qui consiste à
mutualiser les capacités de formation en
alternance sur la base d’un tronc commun
de besoins de compétences identifiées.
Cette action transversale permet aux
entreprises de recruter des personnes en
insertion et qui n’auraient pas été sélec-
tionnées dans une démarche classique de
recrutement.
FACE se charge de l’interface avec les
centres de formation et les structures
d’accueil du public cible, forme et accom-
pagne les tuteurs de l’entreprise dans leur
fonction, et assure un rôle de tutorat social.
Une pierre à l'édifice …
Le club FACE Cotentin a mis en place
une action PIQI spécialisation bâtiment au
cours de laquelle il s’agissait de réaliser
deux abris douaniers et un mur de clôture
en pierres maçonnées de 102 mètres
linéaires (aménagement du littoral).
Dix neuf entreprises étaient parties
prenantes de cette action. L’objectif était
de permettre l’acquisition des compéten-
ces adaptées aux besoins des entreprises
locales, dans le domaine du bâtiment.
L’ensemble de l’action a représenté 2569
heures de stage sur une durée de six mois.
Au total, à la fin de ce parcours qualifiant,
douze bénéficiaires ont signé un contrat de
travail. C'est aussi un moyen pour les
entreprises de répondre aux clauses socia-
les d'insertion.
Objectif emploi durable
dans la grande distribu-
tion
Monsieur Mike D., CDI grande
distribution
" Après une succession de missions d'inté-
rim en tant que manoeuvre, j'ai voulu
m'orienter vers la grande distribution, pour
les possibilités d'embauche qu'offre ce
secteur. Rencontré par FACE Hérault en
février 2006 pour les recrutements de la
PIQI Employé Libre Service, j'ai voulu
montrer ma volonté d'intégrer une forma-
tion qualifiante dans ce secteur, malgré le
fait que je ne sais ni lire ni écrire. Ma candi-
dature a été proposée au Directeur de
Géant près d'Arènes, qui suite à un second
entretien m'a donné ma chance. En
septembre, j'ai validé mon Brevet Profes-
sionnel. J'ai souhaité témoigner car cette
formation a été une expérience très
positive, tant du point de vue professionnel
qu'humain. J'ai particulièrement apprécié
les rencontres mensuelles avec les
chargés de mission de FACE en charge de
cette action ".
" La démarche de FACE
concernant l’action PIQI m’a
intéressée et correspondait
aussi avec une réalité
économique puisque nous
avions des besoins en termes
de recrutement. La rencontre
avec le bénéficiaire, qui est
actuellement en CDI, n’aurait
pu se faire sans l’intermédiaire
de FACE. Cette première
opération concluante avec le
club est très satisfaisante et
nous sommes prêts à
retravailler dans ce sens ".
" La formation m’a apporté une
confiance à développer mes
capacités dans le bâtiment,
domaine que je ne connais-
sais pas avant de faire l’action
PIQI et à travailler en équipe.
Elle m’a également permis de
remettre à niveau mes
connaissances générales en
français et mathématique. Le
travail bien exécuté au sein du
chantier m’a permis d’être
repéré par mon tuteur et d’être
recruté en CDI à l’issu de la
formation ".
Monsieur Quentin V.,
bénéficiaire de l'action
PIQI bâtiment de FACE
Cotentin
M o n s i e u r F r a n -
ç o i s M . , T u t e u r d e
M o n s i e u r Q u e n t i n V .
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre de
personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
95 183 98
Actions PIQI :
Chiffres des clubs FACE
11Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation
Découverte de l'entrepriseDécouverte de l'entreprise
" L'entreprise a un rôle social "
Monsieur Boyer, Crédit Coopératif.
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre de
personnes
concernées
227 953
Actions Découverte de l'entreprise :
Chiffres des clubs FACE
L’action découverte de l’entreprise est une
démarche qui vise à mettre en relation des
demandeurs d’emploi et des chefs
d’entreprises en vue de susciter un
échange et de développer des initiatives
communes. Ces actions permettent aux
participants de découvrir l’univers du
monde du travail et des métiers tout en
témoignant de leur réalité et apporter aux
chefs d’entreprises une vision élargie des
problématiques d’accès à l’emploi.
Ces échanges apportent aux demandeurs
d’emploi des idées d’orientation profes-
sionnelle et un contact direct avec des
employeurs potentiels. De leur côté, les
chefs d’entreprises peuvent se trouver face
à des candidats aux compétences qui
répondent à leurs besoins.
Autour d'un petit-
déjeuner
A Grenoble, l’action découverte de
l’entreprise est animée sous la forme de
« petits-déjeuners » au cours desquels les
entreprises du club FACE Grenoble font
découvrir leurs activités et leurs métiers à
des personnes en difficulté profession-
nelle.
Citons parmi les entreprises : le Crédit
Coopératif (Métiers de la banque), Campe-
non-Bernard (Bâtiment), avec Dom Plus
(Plate-forme téléphonique).
Cette action transversale concerne tous les
publics suivis par le club (RMIstes, PLIE,
demandeurs d'emplois inscrits à l'ANPE,
bénéficiaires de nos actions de parrainage,
personnes suivies par des SIAE).
Les structures avec lesquelles le club
FACE agit ont été parties prenantes à
chaque fois, permettant d’inviter des béné-
ficiaires et de relayer l’information.
Monsieur Boyer, Crédit Coopératif
" Avant d’adhérer à FACE Grenoble ,
l’entreprise était déjà très engagée sur le
terrain de la lutte contre l’exclusion.
L’adhésion au club FACE permet d’intégrer
un réseau réunissant des entreprises
diverses, d’enrichir la connaissance du
monde économique local et d’échanger
entre entreprises ayant le même objectif :
agir contre l’exclusion. Cela permet égale-
ment, d'aider des personnes en difficulté
professionnelle.
L’entreprise a un rôle social. Elle est avant
tout un groupement d’hommes et de
femmes, d’êtres humains travaillant
ensemble, dans une même direction.
Aujourd’hui, le travail est essentiel pour
l’intégration sociale. L'action petit-déjeuner
permet de toucher un public multiple et de
présenter des entreprises et des métiers
peu connus. Elle permet de renouveler la
vision d'un secteur d'activités et de
communiquer directement sur les emplois
à pourvoir.
Ce contact personnel est un plus indéniable ".
" Nous souhaitons aller à la
rencontre des jeunes des
quartiers pour leur expliquer
nos métiers, nos contraintes
de recrutement et tenter de
répondre à leur sentiment de
discrimination.
Pour autant, notre vocation
n’est pas de faire du social,
mais de concilier lutte contre
l’exclusion et réponse à nos
besoins d’embauche ".
Interview de Madame
Lahorgue, Présidente du club
FACE Pyrénées Atlantiques -
Le magazine du Conseil
Général des Pyrénées
Atlantiques n° 29 - 26 juillet
2006
D e s c h e f s
d ’ e n t r e p r i s e s
f o n t F A C E c o n t r e
l ’ e x c l u s i o n
" Pendant les trois années
d’expatriation passées à
Moscou pour Auchan, la
richesse managériale la plus
précieuse s’est avérée
l’ouverture aux autres. Pour
des raisons de fort développe-
ment économique, j’ai été
amené à donner leur chance à
des hommes et des femmes
d’origine et de culture différen-
tes dans un contexte lourd d’à
priori. Le résultat fut payant et
créateur de valeur ajoutée.
Aussi de retour à Pau, j’ai été
très sensible à la présentation
du club FACE et de ses
actions.
Au-delà de l’engagement, il
m’apparaît également
important de sensibiliser les
collaborateurs d’Auchan aux
luttes contre l’exclusion.
Comme au rugby, la victoire
viendra du collectif ".
Monsieur Stéphane
Hutinet,
Chef de secteur Caisse chez
Auchan Pau
12 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Le ParrainageLe Parrainage
" L’animateur dans l’action par-
rainage est le fil conducteur de
la réussite "
Elise Vermeulen, animatrice réseau parrainage.
L’action Parrainage, orchestrée par les
clubs FACE, s’organise autour d’un
parrain, membre encore en activité d’une
entreprise du réseau FACE, et d’un filleul,
demandeur d’emploi rencontrant des
difficultés particulières d’accès à l’emploi.
Le premier, en s’appuyant sur son expé-
rience, aide le second à découvrir le
monde de l’entreprise, le conseille et
l’accompagne dans sa recherche d’emploi
et/ou dans la définition de son projet
professionnel.
FACE, le parrain et le filleul réfléchissent
aux conditions de réussite d’un parcours
professionnel. Ils élaborent et suivent les
étapes nécessaires pour accéder à
l’emploi durable.
On est plus fort accom-
pagné …
Au sein du club FACE Grand Amiens , le
parrainage est une action qui a sa place
dans l’ensemble des outils de lutte contre
l’exclusion depuis de nombreuses années.
Son taux élevé de réussite (59%) est une
des raisons de sa pérennité dans le temps.
Elise Vermeulen,
animatrice réseau de parrainage.
" Animer un réseau local dans le cadre de
la mise en place de l’action Parrainage,
c’est tout d’abord être le porte-parole du
dispositif aussi bien au niveau des
demandeurs d’emploi que des parrains et
marraines.
Le rôle de l’animateur est un rôle central
car de lui dépend la réussite de l’action.
En effet, notre rôle est celui du médiateur
entre deux mondes, deux compétences et
des démarches qui tendent vers un même
et seul objectif : celui de l’emploi. La pièce
maîtresse de cette relation tripartite est
celle de l’animateur car de lui dépend le
bon déroulement de cette relation privilé-
giée, parrain - filleul.
Aussi, non seulement nous sommes dans
une relation privilégiée avec les filleuls,
mais également avec les parrains et
marraines ainsi qu’avec les partenaires de
cette action.
En un seul mot, l’animateur dans l’action
parrainage est le fil conducteur de la
réussite de toutes les personnes
impliquées ".
Madame Ouahiba B., filleule.
" Contrairement au début de l’opération où
je le rencontrais régulièrement, désormais
je le contacte par téléphone seulement,
pour le tenir informé des événements. En
effet, j’ai trouvé un poste au sein de
l’association des diabétiques de l’Hérault ".
" L'un connaît le monde du
travail par coeur. L'autre pas.
Le système de parrainage,
porté notamment par la FACE,
un club d'entreprise, se veut
comme un pied à l'étrier, mais
sans illusions béates ".
Gaël Rivallain
" Donner à ces jeunes la
chance de rencontrer
quelqu'un. Apporter la
connaissance et l'expérience
du professionnel, à l'élabora-
tion et à la réussite d'un projet,
ou l'assouvissement d'une
passion.
Présentées jeudi dans les
locaux de l'UPV, les grandes
lignes de l'opération ont déjà
cheminé dans bon nombre de
jeunes cerveaux, puisque 55
binômes, sur 100 prévus, sont
déjà constitués ".
M.SK.
" V a r m a t i n "
l u n d i 2 7 n o v e m b r e
2 0 0 6
" Le courrier Picard "
Vendredi 11 février 2005
" Le parrain, ce " pro "
qui fait du bien "
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre
de parrainss
Nombre de
personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
586 671 1011 527
Actions Parrainages :
Chiffres des clubs FACE
13Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation
" Le parrainage est une action
pertinente qui connaît un vif
succès "
Monsieur Petitberghien, responsable du site NMC
France de Fourmies, Directeur logistique.
Un contexte local par-
ticulier et atypique
FACE Thiérache, premier club
d’entreprises rural de la Région (12
communes et 31 entreprises de plus de 20
salariés), est implanté sur un territoire dont
le taux de chômage est élevé. Il est
composé d’une majorité de PME (petites et
moyennes entreprises) et TPE (très petites
entreprises), dont beaucoup sont orientées
vers une activité de services à la personne
et de commerce.
Le Parrainage contribue à la redynamisa-
tion des territoires en permettant
l’ouverture des entreprises locales à leur
environnement, à des jeunes en recherche
d’emploi peu ou pas diplômés et souvent
pas mobiles. Les filleuls découvrent le
monde de l’entreprise et du travail par
l’intermédiaire du club FACE et d’un
parrain. Ensemble, ils tentent de compren-
dre les freins d’accès à l’emploi afin de
mettre en œuvre un projet professionnel
gagnant.
Monsieur Petitberghien, Respon-
sable du site NMC France de Fourmies,
Directeur logistique
" La Thiérache et particulièrement le Sud
Avesnois, est une région qui a été écono-
miquement très touchée au moment de la
crise du textile, elle est également éloignée
des nouveaux centres industriels et les
moyens de communication ne sont pas
adaptés pour permettre une mobilité
suffisante des personnes. Nous avons
néanmoins encore des atouts, à nous de
les mettre en valeur afin d’éviter de laisser
trop de personnes sur le bord de la route ".
Au travers de ses différentes actions, Face
Thièrache permet aux acteurs économi-
ques d’œuvrer dans ce sens. Parmi toutes
les actions menées par Face Thiérache, le
parrainage reste l’une des plus pertinentes
qui connaît toujours un vif succès tant chez
les " parrains " que chez les " filleuls ".
Recrutement et prise
de parole
Dans le cadre du parrainage, le club FACE
St Quentin en Yvelines a organisé une
formation intitulée " Le recrutement et la
prise de parole ".
L'objectif était d’aider les filleuls dans leur
recherche d’emploi afin de gagner en
aisance dans l’entretien de recrutement.
En effet lors d’une commission, les
parrains et marraines ont fait ressortir le
fait que les filleul(e)s avaient des difficultés
à s’exprimer devant un employeur, ce qui
freinait considérablement l’accès ou le
retour à l’emploi.
La journée de formation a été animée par
un chef d’entreprise spécialisé dans les
ressources humaines. La formation a eu
lieu dans une entreprise membre du club.
12 filleuls ont participé activement à cette
journée. A l’issue de cette journée, des
rencontres entre parrains et filleul(e)s ont
été fixées afin de poursuivre la dynamique
engagée. Le bilan a été très positif puisque
les filleul(e)s ont montré un certain enthou-
siasme d’autant plus qu’ils ont rencontré un
véritable professionnel du recrutement, il y
a eu beaucoup d’échanges, de réflexion, de
conseils ce qui rendait cette journée convi-
viale et vivante.
" Jean-Claude Lepont, directeur
financier et des ressources
humaines de Macocco,
Président du club FACE Seine
Saint-Denis (...) a embauché
deux jeunes, Joffrey et
Mohamed.
" Je leur demande entre autres
de se montrer motivés ",
explique Jean-Claude Lepont.
" C'est rassurant de se sentir
épaulé, après avoir pris des
rebuffades ", souligne Joffrey,
qui a arrêté l'école en 3e.
" Quand tu ne travailles pas, tu
te laisses aller. Tu te lèves tard
et vis forcément décalé ", insiste
pour sa part Mohamed ".
" L e P a r i s i e n "
M a r d i 1 4 n o v e m b r e
2 0 0 6
" Trouvant l’action originale et
très intéressante, j’ai accepté
d’être parrainée. J'ai attendu
quelques jours et j'ai eu mon
premier rendez-vous avec
mon parrain.
J'ai ensuite eu des rendez-
vous réguliers avec lui. Il m'a
appris à avoir confiance en
moi et m'a conseillé sur
l'amélioration de mon
curriculum vitae et surtout sur
mon attitude et mes réponses
lors de mes entretiens
d'embauche.
Nous avons ensemble simulé
plusieurs entretiens pour
apprendre à gérer mon stress
et corriger mes réponses.
J'ai constaté un réel change-
ment dans ma recherche
d'emploi. Mes entretiens se
déroulaient mieux.
Je retrouve confiance en moi
et suis épanouie ".
Madame Céline M.
F i l l e u l e d u c l u b
F A C E T h i é r a c h e
14 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
I n t e r F A C EI n t e r F A C E
" Tout s’est bien passé et
aujourd’hui je suis fier de mon
parcours "
Monsieur Johnny D. , bénéficiaire de l'action Inter FACE.
L’action interface vise à faciliter une mise à
l’emploi progressive et durable des publics
prioritaires en alternant des périodes de
travail et des périodes de formation
qualifiante.
Cette action est réalisée en collaboration
avec MANPOWER, membre associé de
FACE, engagé avec tous les clubs locaux.
De l'intérim au CDI ...
FACE Grand Toulouse a sollicité le Plan
Local pour l’Insertion et l’Emploi de
l’agglomération toulousaine (PLIE) pour
permettre aux bénéficiaires de ce dispositif
d’intégrer l’action InterFACE afin de
faciliter l’accès à des missions d’intérim à
des demandeurs d’emploi de longue
durée.
Pour l’année 2006 les objectifs fixés
concernaient 70 personnes pour une durée
globale de 10 500 heures de travail.
Des missions ont été proposées par
Manpower à plus de 61 % des personnes
reçues et suivies (134 sur 218 personnes
suivies).
88 personnes ont effectué 767 missions
pour plus de 36000 heures cumulées, soit
une moyenne par personne de 411 heures.
Ces sorties positives du dispositif concer-
nent donc en tout 51 personnes.
6 personnes ont été bénéficiaires de
modules de formation financés par
Manpower.
Témoignage de Monsieur
Johnny D., bénéficiaire de
l'action InterFACE
" J’ai 35 ans et j’ai été mis en relation avec
le club FACE Toulouse InterFACE après 7
ans d’inactivité. À l’époque, je n’avais pas
du tout confiance en moi et j'avais un
comportement plutôt agressif.
Le club FACE Grand Toulouse m’a reçu à
plusieurs reprises pour que Manpower me
propose des missions ponctuelles au
départ.
Cela a eu le mérite de me remettre en
confiance et, progressivement, d'honorer
des missions de plus en plus longues et de
plus en plus intéressantes.
Enfin, Manpower m’a confié une mission
dans une entreprise qui installe des
bureaux, mission qui s’est renouvelée
pendant une période de 6 mois.
Les relations avec l’entreprise étant excel-
lentes, celle-ci m’a directement proposé un
CDI comme monteur livreur avec comme
perspective de devenir chef d’équipe.
Le hasard a fait que mon premier client
après la signature de mon contrat était la
même agence Manpower qui m’avait fait
travailler et qui avait déménagé.
Tout s’est bien passé et aujourd’hui je suis
fier de mon parcours.
Au début, je ne croyais pas qu’il était possi-
ble de revenir dans une activité salariée
après avoir passé autant de temps sans
travailler. Je n’aurais jamais pu imaginer
que ça soit aussi facile finalement ".
" Au début, j’avais de
l’appréhension vis à vis des
“candidats FACE”. Au fur et à
mesure des placements
réussis en mission, je ne me
rendais plus compte de la
différence avec les collabora-
teurs intérimaires qui
travaillent pour l'agence.
Aujourd’hui, je peux dire
qu’InterFACE pour moi, c’est
une source de recrutement,
de nouvelles compétences
qui conviennent bien à nos
clients ".
" J’ai une certaine habitude de
l’accompagnement des
personnes en difficulté, mais
ce qui me surprend le plus
dans leur cas, c’est le manque
de confiance en eux. Cela se
traduit par de grandes
difficultés à obtenir ce qu’ils
souhaitent, à s’afficher comme
des demandeurs d’emploi
motivés... en plus des freins
classiques, ils doivent parfois
faire face à d’autres obstacles
qui tiennent à la consonance
de leurs noms, à leurs
adresses ".
Philippe
Duclercq,
Chargé de mission
FACE Grand Toulouse
M a d a m e V i r g i -
n i e A . , a s s i s t a n t e
d e l ’ a g e n c e
T o u l o u s e S u d
M a n p o w e r
Nombre
d'agences
impliquéess
Nombre de
personnes
concernées
Nombre
d'heures de
missions
Nombre de
sorties
positives
41 795 99865 123
Actions InterFACE :
Chiffres des clubs FACE
15Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation
Contrat Insertion RMAContrat Insertion RMA
"LeCI-RMAc’estl’intégration
par et pour l’entreprise, au
bénéfice de tous "
Jean François BOUFFAUT, Président de FACE Grand
Amiens.
Nombre
d'entreprises
impliquées
Nombre
de personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
29 72 53
Actions CI-RMA :
Chiffres des clubs FACE
Le Contrat Insertion – Revenu Minimum
d’Activité (CI-RMA) est destiné à faciliter
l’insertion sociale et professionnelle des
bénéficiaires de l’allocation de Revenu
Minimum d’Insertion. Ce contrat s’inscrit
dans le cadre d’un parcours d’insertion
caractérisé par des actions d’orientation
professionnelle, de tutorat, de suivi individua-
lisé et d’accompagnement dans l’emploi. Ce
dispositif est mis en place sur la décision des
Conseils Généraux qui décident de leurs
objectifs.
Une relation de con-
fiance avec le Conseil
Général de la Somme
Dans le cadre de la mise en place des
CI-RMA en entreprise, le Conseil Général a
confié à FACE Grand Amiens le rôle
d’opérateur pour l’ensemble des entreprises
adhérentes au club FACE.
Cette opération a pour effet de permettre aux
bénéficiaires du RMI de se projeter dans un
parcours professionnel dynamique en lien
très étroit avec les entreprises locales
actives dans le club FACE.
Elle apporte également aux entreprises une
meilleure connaissance des publics concer-
nés sur leurs compétences et leurs capacités
à travailler dans une relation de confiance
réciproque.
Jean François BOUFFAUT,
Président de FACE Grand Amiens.
" Je crois et défends l’entreprise citoyenne.
Dans le contexte actuel de compétitivité et
de concurrence, les CI-RMA, nous permet-
tent de garantir cet engagement. Le CI-RMA
s’exprime par l’encouragement et la possibi-
lité de donner la chance aux personnes que
l’on écarte souvent (volontairement ou non,
consciemment ou non) dans l’urgence et la
réactivité quotidienne des recrutements et
des exigences économiques.
Donc, c’est une opportunité où chacun sort
gagnant, l’entreprise et le salarié.
C’est un projet d’entreprise, c’est aussi un
projet professionnel.
Pour l’entreprise, c’est l’opportunité d’avoir
des compétences et une implication
salariale ; pour le salarié c’est un emploi
retrouvé, une dignité et souvent une
nouvelle vie, sociale et professionnelle.
Les CI-RMA permettent de mobiliser les
entreprises autour des problématiques de
l’emploi et de l’insertion, et de leur donner la
possibilité et les moyens d’agir à leur
niveau.
Le CI-RMA est un outil d’insertion sociale et
professionnelle à destination des principaux
acteurs de l’emploi que sont les entreprises.
Accessible à toutes, elles permettent une
réelle intégration des publics bénéficiaires
des minima sociaux au sein des entreprises,
et non de " structures passerelles " (même
si elles sont parfois nécessaires) ".
" L’expérience du club local
dans le cadre de l’action
CIRMA est partie d’un triple
constat : d’une part des
difficultés à satisfaire les
exigences et demandes des
entreprises, d’autre part des
difficultés à recruter et
fidéliser, et enfin, une réelle
volonté aussi bien nationale
que locale, et des moyens
pour agir concrètement en
faveur de l’emploi.
L’objectif de ce dispositif est
de permettre le retour à
l’emploi et une réinsertion
durable pour les personnes
rencontrant des difficultés
particulières d’accès à
l’emploi. Le club FACE Grand
Amiens, contribue à la gestion
administrative, à la recherche
des offres auprès des entrepri-
ses, et plus particulièrement
auprès des Entreprises de
Travail Temporaire, à la
sélection des candidats et à
l’accompagnement des
employeurs et des bénéficiai-
res du R.M.I.
Grâce à un suivi personnalisé,
les allocataires ont l’occasion
de voir plus clair dans leur
projet professionnel. Ils
bénéficient du soutien d’une
personne compétente qui
prend en compte les difficultés
qu’ils rencontrent dans leur
recherche d’emploi ".
F l o r e n c e W i j s -
b r o e k
D i r e c t r i c e d u c l u b
F A C E A m i e n s
" Je suis ravi d’avoir connu
FACE Grand Amiens.
Je suis une personne qui
n’avait jamais travaillé et qui ne
connaissait pas le monde du
travail. Par le biais d’un réseau,
j’ai connu cette association qui
m’a ouvert ses portes et aussi
une écoute, qui a fait en sorte
que je trouve le courage de me
lever le matin, que je reprenne
une certaine confiance en moi
et d’avoir le sentiment d’être
utile après m’être senti trop
longtemps exclu.
Cela fait 6 mois que j’ai repris
une activité salariée, que je
gagne ma vie. Cela m'a
restructuré ma vie : je me lève,
je travaille et j’ai aussi des
projets !
J’espère ne pas être le seul et
que beaucoup de jeunes
comprendront que le travail est
essentiel et que, nous aussi, on
peut donner un petit plus à
l’entreprise qui nous emploie.
Merci de m’avoir fait
confiance ".
M o n s i e u r
P a t r i c k B .
B é n é f i c i a i r e d e
l ' a c t i o n C I - R M A
A m i e n s
16 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
J o b A c a d e m yJ o b A c a d e m y
" Les deux mots princi-
paux sont : convivialité
et solidarité "
Naïma Soufi, responsable de la Job Academy de Lyon.
Restaurer l'égalité à
l'emploi
En France, aujourd’hui, beaucoup de nos
concitoyens sont victimes de discrimina-
tions lorsqu’ils cherchent un emploi. Pour
des raisons notamment liées à leur origine
ethnique, leur nom ou leur adresse, ils sont
directement exclus du monde du travail.
Particulièrement fréquente dans les Zones
Urbaines Sensibles, cette situation est
d’autant plus inacceptable que la grande
majorité des habitants de ces zones est
professionnellement qualifiée et dans le
même temps, les entreprises locales
peinent à trouver des compétences.
Ces lieux d’habitation doivent désormais
être perçus comme de véritables viviers de
talents et de compétences, dont il faut
aussi revaloriser l’image.
De ce constat est né un partenariat entre
l’Etat, FACE et Manpower qui sur la base
d’une convention, ont souhaité réfléchir
ensemble à un concept innovant, porteur
et professionnel en direction de ces zones
et de ces publics. Plusieurs entreprises
sont venues renforcer cette action afin de
contribuer localement aux résultats des
mises à l'emploi : Suez, Casino, Cetelem.
La méthode Job Aca-
demy
Créer tous les deux mois une promo-
tion composée de 15 à 20 personnes,
cohérente et dynamique et en faire un
groupe de solidarité. L’animation de ces
promotions se déroule sur des temps forts
collectifs en présence d’entreprises mem-
bres du club et un accompagnement indivi-
dualisé est proposé à chaque « jobber ».
Détecter et valoriser toutes leurs compé-
tences et les présenter aux entreprises.
Viser avec eux et pour eux l’emploi
durable.
Casser l’isolement du demandeur d’emploi
par la mise en place d’un groupe qui va
vivre une expérience commune durant
deux mois.
Les amener à travailler ensemble au
travers d’un calendrier précis.
A chaque promotion une entreprise
marraine s’engage à leurs côtés, durant
toute la période des deux mois collectifs.
Un nom est choisi pour chacune des
promotions, voici quelques exemples :
Les valeurs sûres
La cité des merveilles
JoB trotteurs
Génération tandem emploi
Réussir la différence
Multicolore mais tous égaux
La passerelle
Les challengers
Arc en ciel.
" Job Academy, c'est un
accompagnement vers
l'emploi durable, individuel et
collectif. On travaille en
groupe, on suit ces personnes
de manière individuelle et on
met à disposition tous les
outils que l'on peut connaître à
la fois chez FACE et à la fois
chez Manpower. Donc c'est un
couple, si vous voulez, les
deux mots principaux sont
convivialité et solidarité. "
" Job Academy est une action
menée en partenariat par la
Fondation Agir Contre
l’Exclusion (FACE), reconnue
d’utilité publique, et la société
Manpower, précise Patrick
Nédélec, délégué général de
FACE. Au total, il existe 7 Job
Academy, bientôt 11, réparties
sur toute la France ". Celle de
Nantes a déjà lancé deux
promotions de vingt candidats,
en juin et en octobre,
parrainées respectivement par
Manpower et Audencia. " Sur
ces 40 « jobbers », 36 ont déjà
obtenu un contrat de travail ! "
" O u e s t F r a n c e "
Mardi 26 décembre 2006
N a ï m a S o u f i ,
R e s p o n s a b l e d e l a
J o b A c a d e m y , c l u b
F A C E G r a n d L y o n
17Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation
"Uneapprocheprofessionnelle,
innovante et valorisante de la
recherche d'emploi pour les
candidats motivés et qualifiés
deZUS"
Hanifa Taguelmint, responsable du projet " Job
Academy ".
Nombre
de
bénéficiairess
Nombre
de missions
intérims
Nombre de
reprise
formation
Nombre de
sorties
positives
343 292 17 128
Job Academy :
Résultats pour les villes 2006
Les villes participantes à la Job Academy
pour l'année 2006 étaient : Amiens, Greno-
ble, Lille, Lyon, Nantes, Saint Etienne et
Toulouse.
A partir de l'année 2007, trois villes s'ajou-
tent à la liste ci-dessus, à savoir :
Grande Synthe, Marseille et Paris.
La Tribune 7 juillet 2006
" Cohésion sociale
Catherine Vautrin lance la " Job Academy "
à Saint-Etienne.
La ministre déléguée à la Cohésion sociale
et à la Parité a lancé hier à Saint-Etienne
l'opération " Job Academy " en direction
des jeunes talentueux des quatiers défavo-
risés à la recherche d'emploi. Confiée à
des partenaires privés, à la Fondation Agir
contre l'Exclusion (FACE) et )à Manpower ".
Madame Mireille J.
bénéficiaire de l'action Job Academy
" Licenciée après trente ans passés dans
une même entreprise, j'étais désepérée,
car être au chômage à 51 ans, c'est
très difficile. L'âge représente un gros
handicap. Job Academy nous permet de
partager nos déceptions, nos craintes, nos
angoisses mais aussi nos espoirs. Grâce à
cela, j'ai trouvé un emploi en CDI en tant
que secrétaire commerciale dans une
société informatique ".
Monsieur Stéphane N.
bénéficiaire de l'action Job Academy.
" Après l’obtention de mon BTS de
Conception de Produits Industriels, j’ai
cherché un poste de dessinateur industriel
mais cela a été un échec. J’ai donc été au
chômage plus de 4 mois.
Durant cette période de chomâge, j’ai
envoyé de nombreuses candidatures à
divers employeurs mais toutes, étant
rejetées, j’ai été découragé. La mission
locale, ayant remarqué mes difficultés, m’a
alors dirigé vers la Job Academy où j’ai pu
rencontrer Madame REBAI. C’est ainsi que
j’ai intégré la promotion n°4, parrainée par
Monsieur GARAND Alexis, chef de centre
de l’entreprise SITA Mos.
Grâce à la Job Academy, j’ai obtenu un
contrat AFPE dans l’entreprise BE42
Concept Industriel. Ce contrat consiste à
suivre une formation d’une durée de 3
mois. J’espère par la suite obtenir un
contrat à durée indéterminée et ainsi éviter
une situation précaire.
La Job Academy n’a pas seulement été
compétente pour me trouver un travail
mais elle a aussi été pour moi un soutien
moral car la situation des chômeurs n’est
pas facile et il me semble important de se
sentir aidé dans notre démarche ".
" Notre vocation n'est pas de
changer le monde mais d'être
efficaces. Nous avons des
besoins et savoir qu'il y a des
compétences non reconnues
dans les quartiers, du simple
fait d'une adresse, c'est
du gâchis " Directeur de
Manpower pour le centre et
l'ouest, Frank Lavogez ".
" O u e s t F r a n c e "
vendredi 27 octobre 2006
" Saint-Etienne, 6 juillet 2006
(AFP) - Catherine Vautrin,
ministre déléguée à la
Cohésion sociale et à la parité,
a lancé jeudi à Saint Etienne
l'opération " Job Academy " en
direction des jeunes
talentueux des quartiers
défavorisés à la recherche
d'un emploi ".
A F P
J e u d i 6 j u i l l e t
2 0 0 6
18 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Accompagnement des créateurs d'entrepriseAccompagnement des créateurs d'entreprise
" Je sais maintenant qu’il y a
quelqu’unpourmeconseilleret
m’aider sans me juger "
Madame Virginie S., bénéficiaire de l'accompagnement
à la création d'entreprise.
Pour soutenir la création d’activité, FACE
accompagne des porteurs de projets qui,
en créant leur entreprise, créent leur
propre emploi. L'expérience de chefs
d'entreprises confirmés, adhérents aux
clubs, apporte aux porteurs de projets une
proximité d'approche et des conseils
pratiques sur la gestion d'une entreprise au
quotidien.
Isabelle Lestanguet – FACE
Grand Toulouse - Chargée de mission
" Le taux de chômage dans les Zones
Urbaines Sensibles est deux fois plus
important que dans le reste de la France,
et ce sont les femmes qui en pâtissent le
plus (27,5% contre 15% pour l’ensemble
des femmes). C’est pour cette raison que
l’action Chrysalide a été lancée par Nicole
Ameline en 2004 alors Ministre de la parité
et à l’Egalité professionnelle. FACE Grand
Toulouse a été choisi par la Mairie de
Toulouse pour relever ce défi d’aider et
d’accompagner de manière individualisée
des « porteuses de projets » résidant dans
des ZUS.
En 2006, FACE Grand Toulouse et 6
entreprises du club ont accompagné 10
créations d’activité ".
Du côté de Beauvais
En 2005 et 2006 FACE Beauvais et 11
entreprises du club, ont aidé et accompa-
gné 14 porteurs de projets, contribuant
ainsi au développement et au dynamisme
économique du territoire.
Cette action est animée par des rencontres
régulières où chacun vient faire le point de
l’avancée de son projet et échanger sur
des difficultés éventuelles ou faire partager
des bonnes pratiques et des renseigne-
ments utiles.
Céline Moncomble
Directrice du club FACE Beauvais
" Directrice du club FACE Beauvais,
j’apporte une attention toute particulière au
développement économique et au soutien
des porteurs de projets, créant ainsi leur
emploi. Il n’est pas facile d’être seul
lorsque l’on a un projet. Tout devient plus
facile si quelqu’un est là pour vous
conseiller et vous aider notamment dans
les démarches administrative et dans la
transmission de compétences et connais-
sances. Je pense à l’aide par exemple sur
la gestion, comment faire un budget prévi-
sionnel et le suivre. Et puis les porteurs de
projets que nous accompagnons
aujourd’hui, deviendront je l’espère de
futurs parrains et à leur tour apporteront
leur soutien à ceux qui en ont besoin ".
" Avant de connaître FACE
Grand Toulouse, j’étais seule à
soutenir mon projet
d’entreprise. Je me sentais
accablée par les questions
administratives et de gestion.
A présent je suis rassurée car
nous avons avancé ensemble
sur ces questions.
Je sais maintenant qu’il y a
quelqu’un pour me conseiller
et m’aider sans me juger ".
" Grâce à l’action de FACE
Toulouse j’ai pu m’en sortir. On
m’a aidée sur beaucoup de
choses telle que la gestion, la
comptabilité, le métier de chef
d’entreprise, et aussi sur les
aspects pratiques auxquels on
ne pense pas. Les conseils
que l’on m’a donnés m’ont
permis de mieux comprendre
et de mieux gérer ".
MadameMamassésséK.,
B é n é f i c i a i r e d e
l ' a c c o m p a g n e m e n t
à l a c r é a t i o n
d ' e n t r e p r i s e
M a d a m e V i r g i -
n i e S . ,
B é n é f i c i a i r e d e
l ' a c c o m p a g n e m e n t
à l a c r é a t i o n
d ' e n t r e p r i s e
Nombre
d'entreprises
partenaires
Nombre de
personnes
concernées
43 731
Actions Accompagnement des
créateurs d'entreprise :
Chiffres des clubs FACE
19Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 2 : Le développement économique
Soutien aux structures d’insertion par l’activité l’économiqueSoutien aux structures d’insertion par l’activité l’économique
" La société d’aujourd’hui a
vraiment besoin que l’on
reconstitue le tissu social et
professionnel qui la compose "
Monsieur Bernard Russier, expert comptable installé
en ZFU.
Nombre
d'entreprises
impliquéess
Nombre de
bénéficiaires
48 57
Actions Soutien aux structures :
Chiffres des clubs FACE
Nombre
d'entreprises
impliquéess
Nombre de
bénéficiaires
216 80
Actions Aide au développement
des ZFU :
Chiffres des clubs FACE
.
L’appui de FACE au développement
économique se traduit également par le
soutien aux Structures d’Insertion par
l’Activité Economique qui permet de tisser
des liens entre 2 secteurs différents : le
secteur économique classique et le
secteur de l’insertion.
Celui-ci peut prendre la forme de transfert
d’outils de gestion, de compétences mais
aussi d’actions de formation des profes-
sionnels de l’insertion dispensées par les
entreprises ou encore par l’appui ou le
conseil destinés à favoriser le développe-
ment économique et à pérenniser l’activité
marchande de ces structures.
Par ailleurs, de plus en plus les Clubs
FACE locaux aident ces structures dans la
préparation à la sortie du dispositif
d’insertion de leurs salariés à l’issue de
leur contrat d’insertion.
C’est le cas du club d’entreprises FACE
Saint Etienne qui a su formaliser plusieurs
partenariats en direction des structures
d’insertion par l’activité économique en les
accompagnant dans leurs projets de
création ou de développement. FACE
Saint Etienne oriente et recommande
également des candidats en grande
difficulté vers ces structures, afin favoriser
à terme un emploi vers les entreprises dites
" classiques ". Ces partenariats vont plus
loin, en préparant les fins de parcours des
salariés en contrat d’insertion vers l’emploi
en milieu ordinaire de travail en mobilisant
et en impliquant les entreprises du club.
En 2006, 15 entreprises du club FACE ont
agi pour l’emploi des personnes en inser-
tion professionnelle. Ces actions ont béné-
ficié à 22 personnes.
Aide au développement
des Zones Franches
Urbaines
Les actions menées sur les ZFU ont toutes
pour objectif de développer et de dynami-
ser ces territoires aussi bien pour les entre-
prises que pour les habitants. Des idées
originales ont vu le jour en 2006, telles que
la mutualisation de services entre entrepri-
ses de la ZFU, des journées portes ouvertes
aux habitants ou l'aide aux recrutements.
Comment dynamiser le tissu social et
professionnel des ZFU ?
Le club FACE Saint Etienne a organisé
en décembre 2006 la remise des trophées
récompensant ainsi les initiatives rappro-
chant les entreprises, les associations
locales et les habitants. L’objectif de cette
action est d’apporter sa contribution aux
habitants des quartiers.
" Je venais d’arriver en France
lorsque j’ai rencontré Mme
Cortes directrice du club FACE
à Saint Etienne. Elle a su
comprendre mes difficultés et
trouver des solutions. Je ne
pouvais être embauchée dans
une entreprise classique. Alors
Mme Cortes m’a accompa-
gnée à un rendez vous à « La
boutique du linge » qu’elle
connaît bien puisque elle les
aide aussi. La boutique du
linge m’a fait faire un essai
professionnel que j’ai réussi,
et j’ai été embauchée. J’ai pu
prendre des responsabilités.
J’ai appris à mieux parler le
français grâce à ce travail.
FACE m’a déjà proposé des
solutions de travail puisque
mon contrat de travail va
prendre fin bientôt ".
M a d a m e
C h a n t y T .
B é n é f i c i a i r e d e
l ' a c t i o n s o u t i e n
a u x s t r u c t u r e s
d ' i n s e r t i o n
" A travers ces trophées, les
entreprises participantes
souhaitent véritablement créer
du lien entre les habitants du
quartier et les entreprises. Car
la société d’aujourd’hui a
vraiment besoin que l’on
reconstitue le tissu social et
professionnel qui la compose ".
M o n s i e u r
B e r n a r d R u s s i e r
expert comptable installé
en ZFU
" Ce premier partenariat vient
en aide aux associations qui
ont des besoins importants
pour leurs projets respectifs ".
M o n s i e u r G i l l e s
A r t i g u e s
adjoint en charge du
quartier pour la ville
stéphanoise
20 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Agir contre l'exclusion numériqueAgir contre l'exclusion numérique
" Cette action va permettre aux
bénéficiaires de notre associa-
tion d'utiliser et de se familiari-
ser avec l'outil informatique et
plus précisément Internet "
Madame Damiani, "Carrefour des solidarités".
Cette action vise à aider des associations
de lutte contre l’exclusion et de médiation
par la mise à disposition de compétences
spécifiques, d’expertise, d’aide matérielle
ou de mise en relation avec le réseau des
entreprises de FACE.
F@cetic : un projet
innovant pour lutter
contre l’exclusion numé-
rique
L’exclusion numérique existe bel et bien.
Elle touche différentes catégories de
personnes à savoir :
Les personnes rétives à l’utilisation de
l’outil informatique car n’ayant pas été
formées et habituées très tôt dès l’école
ou à domicile ;
Les personnes n’y accédant pas pour des
raisons financières ;
Les personnes en reconversion habituées
à d’autres types d’outils pour travailler.
L’exclusion numérique se concentre dans
les territoires en difficulté et seulement
50% des français possèdent à ce jour un
ordinateur chez eux.
Deux volontés convergentes pour la même
cause : innover contre la fracture numéri-
que
Face à ce constat, et pour y apporter des
réponses concrètes, FACE Lille Métro-
pole et la Caisse d’Epargne ont uni leurs
efforts pour imaginer un projet dont les
objectifs sont les suivants :
- donner la possibilité au plus grand
nombre de personnes d’accéder aux
technologies de l’information et de la
communication qui demeurent des leviers
indispensables tant pour différentes activi-
tés quotidiennes personnelles que profes-
sionnelles,
- améliorer le niveau d'utilisation des
technologies et les services rendus par les
associations,
- créer et renforcer la culture informatique.
500 unités centrales ont été mis à disposi-
tion de Face Lille qui a conçu, réalisé
l’ingénierie et mis en œuvre ce projet
depuis l’analyse des besoins jusque
l’installation des ordinateurs auprès des
associations relais et bénéficiaires
(169000 benéficiaires).
Des associations bénéfi-
ciaires ciblées au niveau
régional
Pour y parvenir, différents intermédiaires
associatifs ont été ciblés et dotés
d’équipements informatiques. On retiendra
les associations suivantes qui :
- œuvrent dans les domaines de la lutte
contre l’exclusion ;
- appuient les diverses actions de sensibili-
sation à l’informatique ;
- favorisent l’insertion professionnelle ;
- développent le soutien scolaire et l’accès
à différents services publics.
" Cette action est innovante
d'une part car elle recycle du
matériel et participe ainsi à
une démarche écologique.
D'autre part, elle permet
l'accès aux nouvelles
technologies d'information et
de communication à des
personnes n'ayant pas ces
outils à leur disposition ".
" C’est bien pour aider les
petites associations, ça
permet d’avoir un ordinateur
pour chaque secteur ainsi que
pour les animateurs. Plus
simple en question
d’organisation. Avant on
attendait notre tour pour traiter
nos dossiers ".
Madame Gloria,
présidente de l'association
" Atouts Sens "
" On se rend compte combien
ces petites associations de
proximité engagées dans les
quartiers au coeur du combat
contre les exclusions
manquent de tout, de moyen,
de matériel informatique qui
sont des outils indispensables,
conclu Ayité Creppy. Une
manière aussi de prolonger la
vie d'un matériel informatique,
sans doute rapidement
obsolète pour les grandes
entreprises, mais toujours
susceptible de rendre de
grands services ".
" La Voix du Nord "
septembre 2005
J.-M.D.
Madame Damiani,
"Carrefour des solidarités"
Nombre
d'entreprises
partenaires
Nombre de
structures
24 113
Soutien au développement des
associations :
Chiffres des clubs FACE
21Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 3 : La prévention de l'exclusion
Passerelles entre l’Ecole et l’EntreprisePasserelles entre l’Ecole et l’Entreprise
" Les élèves ont apprécié la
proximité des intervenants qui
ne se sont pas positionnés en
donneurs de leçon "
Madame Nathalie Gabu, éducatrice spécialisée du
collège Cassien Sainte Claire.
Nombre
d'entreprises
partenaires
Nombre
d'établissements
scolaires
Nombre de
bénéficiaires
224 75 2884
ActionsPasserellesécoleentreprise:
Chiffres des clubs FACE
Les Clubs FACE en 2006 ont multiplié
(+11%) les conditions d’interaction avec
l’entreprise : Visites pédagogiques
d’entreprises, Forums Métiers, Aide à la
recherche et la préparation des stages,
Graines d’entreprises … autant de mises
en relation concrètes entre des responsa-
bles et collaborateurs d’entreprises et des
élèves rencontrant des difficultés d’accès à
l’entreprise.
Cesinterventionsciblentdesd’établissements
en Zone d’Education Prioritaire dans une
perspective d’égalité des chances.
Valorisation des
stages à la Martinique
Le club FACE Martinique a mis en place
pour trois classes de troisième, avec
le collége Cassien Sainte Claire l'action
" Valorisons les stages " dont l'objectif était
double :
- Apporter le regard de l’entreprise sur la
valorisation du stage, en amont et en aval,
- Préparer l’élève au fonctionnement de
l’entreprise dans la perspective de ses
stages futurs ou contrat d’alternance.
" Comment mettre à profit cette expé-
rience, quels moyens pour valoriser cette
période ? ".
Monsieur Jean François Meyer,
Directeur d’une société d’étude
" Pour le directeur d’IpsosAntilles, que j’étais,
l’action est particulièrement intéressante
parce qu’elle nous permet de mettre au
service d’un établissement scolaire, de ses
élèves et aussi des entreprises deux outils
directement issus de notre expérience profes-
sionnelle :
Une approche typologique de l’entreprise
présentée aux élèves et une méthodologie
d’enquêtes de satisfaction utilisée pour
évaluer la pertinence du stage.
Présenter aux jeunes les différents types
d’entreprises auxquelles ils peuvent être
confrontés lors de leur stage, leur permet
d’aborder positivement cette expérience.
L’enquête, bien exploitée peut permettre au
collège d’approfondir ses partenariats avec
les entreprises accueillantes en communi-
quant des tendances . C’est un outil destiné à
faciliter l’accès aux stages en utilisant des
outils d’entreprises pour communiquer avec
les entreprises ".
Madame Nathalie Gabu, Educatrice
Spécialisée du collège Cassien Sainte Claire
" Les élèves ont témoigné d’un réel intérêt
pour les interventions (participation active,
comportement respectueux). Ils ont eu le
sentiment d’être pris en compte, qu’on ne
se moquait pas d’eux, d’être considéré.
Les interventions de chefs d’entreprises
ont été utiles. Les élèves ont apprécié la
proximité des intervenants qui ne se sont
pas positionnés en donneurs de leçon.
Des propositions spontanées de stages,
de contrats d’apprentissage ont émergé,
ce qui a permis d’ouvrir des pistes
d’orientation nouvelles ".
Accueillis par le Directeur du
magasin, Jean-pierre
Monteilh, ils ont pu découvrir
tous les métiers de la Grande
distribution : Employé Libre
Service, Chef de rayon,
Hôte(sse) de caisse,
boulanger, pâtissier,
responsable de la logistique,
comptable... et ont trouvé des
réponses à toutes leurs
interrogations. Cette visite qui
s'inscrit dans le cadre des
actions "passerelles Ecoles
Entreprises " de FACE Hérault
leur a permis de rendre un peu
plus concret le monde
professionnel.
Des élèves d'une
classe de 3ème des
Escholiers de la
mosson ont visité, le
magasin Géant
Casino près d'Arènes. " Dans les actions de
prévention de l'exclusion, les
actions écoles sont très
importantes. Les premiers
contacts des élèves avec
l'entreprise se font au moment
des stages. Pour les élèves
qui ne bénéficient pas de
"réseau" l'obtention d'un stage
est très difficile et trop souvent
se transforme en échec. Nos
actions ciblent les scolaires qui
ne sont pas dans une dynami-
que de réussite à l'école et il
est nécessaire que la
rencontre avec l'entreprise soit
positive. Le club et ses
adhérents jouent un rôle clef
dans la préparation de cette
rencontre. Nos actions vont
même jusqu'à trouver des
entreprises pour les élèves
(filière professionnelle) de
Guyane française souhaitant
venir en métropole ".
Odile Veneau,
Directrice du club FACE
Le Mans
22 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
" Les graines d'entreprises "" Les graines d'entreprises "
" Faire prendre conscience aux
élèvesdelacomplexitédefaire
vivre une entreprise "
Elise Vermeulen, chargée de mission FACE Grand
Amiens
Les actions graines d’entreprises adultes
ou scolaires consistent à créer avec un
groupe, une entreprise virtuelle produisant
des biens ou services réels. De la création
en passant par la production jusqu’à la
commercialisation, les participants sont
amenés à travailler en équipe, s’interroger
sur la gestion d’une entreprise, son organi-
sation, son fonctionnement, les rôles de
chacun et l’interaction du travail des uns
avec le travail des autres.
La finalité de l’action réside dans la respon-
sabilisation vis-à-vis d’un objectif commun,
produire et vendre sa production, afin de
mieux comprendre les enjeux d’une entre-
prise pour mieux s’y intégrer.
Créer une entreprise
Depuis 2001, le club FACE de Lille
Métropole met en place l'action "Graines
d'entreprises" dans différents établisse-
ments de Lille et ses environs. Cette action
consiste en l'animation dans un établisse-
ment scolaire de 18 séances qui ont pour
objectifs d'amener les élèves d'une classe
à créer leur entreprise en miniature. Toutes
ces séances sont animées par un collabo-
rateur d'entreprise professionnel du thème
abordé.
Durant une année scolaire, les " graines
d'entrepreneurs " vont :
lancer leur entreprise ;
produire un objet ;
gérer leur entreprise ;
commercialiser les produits fabriqués ;
participer à un congrès lors duquel ils rencon-
treront d'autres " graines d'entrepreneurs " ;
clôturer leurs activités en tenant leur
assemblée générale.
" Kifsac " à Amiens
Tout au long de l’année scolaire 2005 -
2006, la graine d’entreprise amiénoise a
vécu, au sein du Collège Etouvie avec des
élèves de 3e inscrits en option découverte
professionnelle et a reçu les conseils des
entreprises : Chrétien, Crit Intérim BTP,
Géant, GPA Générali, Manpower et ONET.
Ce projet visait à créer, au sein de ce
groupe d’élèves, une véritable entreprise
mais à taille réduite en suivant toutes les
étapes d’une entreprise « normale »,
depuis la recherche du produit à créer et
fabriquer, jusqu’au bilan comptable.
L’entreprise KifSac a donc transformé et
vendu des Sacoches destinées à tout
public, passant par les élèves et profes-
seurs du collège jusqu’aux chefs
d’entreprise.
Les élèves de la classe de
3ème du collège Les
Escholiers ont décidé cette
année de créer une graine
d’entreprise, E.D.P. (Escholiers
Découverte des Parfums), où
ils vont fabriquer des cartes
désodorisantes pour voiture,
FRESH CARD. Les cartes
parfumées ont vocation à être
commercialisées à des
professionnels qui les offriront
ensuite à leurs clients. Ces
désodorisants seront
personnalisés avec les logos
des entreprises qui les
acquièreront.
Les élèves sont conseillés par
des chefs d'entreprises qui
interviennent sur les aspects
techniques à chaque étape de
leur projet.
" Créer cette graine d’entreprise
a fait prendre conscience aux
élèves de la complexité de
faire vivre une entreprise. Les
échanges avec les
intervenants extérieurs ont été
très enrichissants et ont
permis aux jeunes de
s’exprimer et de s’ouvrir ou en
tout cas d’avoir un autre
regard sur un monde qui leur
était jusque là " presque "
inconnu ".
E l i s e V e r m e u l e n ,
c h a r g é e d e m i s s i o n
F A C E G r a n d
A m i e n s
G r a i n e
d ’ e n t r e p r i s e
c o l l è g e E s c h o -
l i e r s d e l a
M o s s o n ( 3 4 )
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre
d'établissements
scolaires
Nombre de
bénéficiaires
71 16 377
Actions "Les graines d'entreprises" :
Chiffres des clubs FACE
23Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 3 : La prévention de l'exclusion
Insertion des personnes sous main de justiceInsertion des personnes sous main de justice
" La relation de confiance est
essentielle pour réussir "
Manuel Garcia , vice président FACE Chambéry -
Directeur de Alpes Savoie nettoyage .
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre de
personnes
concernées
25 137
Actions insertion des personnes sous
main de justice :
Chiffres des clubs FACE
FACE mobilise et engage concrètement
des entreprises locales pour favoriser
l’accès à l’emploi de personnes en
difficulté d’insertion, et particulièrement à
l’insertion des personnes sous main de
justice.
Un certain nombre de personnes ne peut
bénéficier de solutions de sortie anticipée
ou de mesure alternative à l’incarcération,
faute de place en Entreprises d'Insertion
ou parce que ces jeunes ne relèvent pas
(ou plus) de ces mesures ou dispositifs.
FACE, avec l’aide des acteurs institution-
nels, mobilise des employeurs potentiels
sensibilisés à la problématique de
l’insertion ou réinsertion des détenus.
Action R.E.L.A.I de
Chambéry
Le club FACE Chambéry, le Service
Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de
la Savoie (SPIP) et la Mission Locale du
Bassin Chambérien ont mis en place
l’action RELAI (Réseau d’Entreprises
Locales pour une l’Alternative à
l’Incarcération de personnes sous main de
justice), dont l’objectif était de faciliter
l’accès à l’entreprise pour des personnes
détenues en vue d’un accès à l’emploi
durable.
Les salariés des entreprises, clé de voûte
de l’ensemble du système, qui accueillent
les candidats ont été choisis en fonction de
leur capacité d’encadrement, d’écoute et
d’ouverture.
Interlocuteurs privilégiés des référents
institutionnels, ils ont bénéficié d’une
formation FACE spécifique pour l’accueil
de ce public (tuteur) afin de réussir
l’intégration dans l’entreprise.
A ce jour, tous les recrutements effectués
se sont bien déroulés dans leur intégration,
grâce à un suivi des personnes sur leur lieu
de travail.
Manuel Garcia , vice président
FACE Chambéry - Directeur de Alpes
Savoie nettoyage.
" Mes attentes par rapport à cette aventure
qui est un défi et une expérience étaient ce
qui est advenu : Une insertion profession-
nelle et sociale réussie. J'ai recruté une
personne bénéficiaire de l'action menée
par FACE Chambéry, c'est un très bon
élément, totalement autonome. Il maîtrise
parfaitement les techniques et est amené à
évoluer sur un poste à responsabilité, alors
qu’il n’avait aucune connaissance de la
profession. C’est par ses qualités et sa
volonté qu’il en est arrivé là où il est.
Nous avons eu plusieurs entretiens et j'ai
été convaincu par ses motivations. J'ai
décidé d’entamer une procédure de recru-
tement avec l’aide de FACE, du SPIP et du
psychologue qui le suivait.
Au démarrage, le personnel n’avait pas
connaissance de la particularité de la
situation, car je craignais que les collabora-
teurs aient des attitudes particulières vis-
à-vis de lui. Alors qu’il était déjà intégré et
apprécié, les choses ont fini par se savoir.
J’ai organisé une réunion avec l’ensemble
des collaborateurs en toute transparence.
La relation de confiance est essentielle
pour réussir ".
" Lorsque FACE Chambéry
nous a présenté leur projet
d’accompagnement et de
préparation à la sortie de
personnes détenues, nous
avons tout de suite adhéré
puisque cela correspond à 1
des missions du SPIP. Cette
action se déroule en plusieurs
temps, organisation de
rencontres avec FACE et des
personnes qui sont proche de
la sortie, ou des personnes qui
peuvent, sous condition d’un
accès à un emploi, bénéficier
d’un aménagement de peine.
FACE joue un rôle important
dans les possibilités des
projets professionnels et dans
la mobilisation des entrepri-
ses. Ce qui nous intéresse
aussi beaucoup c’est le suivi
et le tutorat qui s’effectue
lorsque la mise à l’emploi est
effective, ce suivi permet de
s’assurer que tout ce passe
bien et que l’emploi est
pérenne. J’ai un exemple
marquant d’une personne
incarcérée qui à l’époque était
mineure, et grâce à notre
partenariat avec FACE, a pu
bénéficier d’une libération
conditionnelle, a atteint ses 18
ans et un emploi stable. C’est
une belle réussite de prépara-
tion et d’insertion ".
Monsieur Jean-
Daniel Sibert,
Directeur SPIPS
(Service Pénitentiaire
d’Insertion et de
Probation) de la Savoie
" Je remercie l’ensemble des
partenaires impliqués dans
cette action : l’équipe du SPIP,
la mission locale et bien sûr les
entreprises, qui nous ont fait
confiance lorsque nous leur
avons présenté le projet à
destination des personnes
détenues. Notre collaboration
est efficace et permet de
préparer des personnes
détenues à la sortie et dans
certains cas de faire en sorte
que des aménagements de
peine soient possible. C’est
une action qui demande un
engagement très important de
tous, mais elle prouve qu’il est
possible de rebondir. Les
entreprises sont conscientes
de leur utilité dans l’intégration
professionnelle des personnes
qui en ont besoin et savent
très bien assumer leurs
responsabilités ".
J e a n - C l a u d e
l ’ H é n a f f
d i r e c t e u r d u c l u b
F A C E C h a m b é r y
24 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Sport et EmploiSport et Emploi
" La vraie réussite de cette
opération, c’est la capacité à se
prendre en charge "
Alain Le Maistre, Président du club FACE Saint
Quentin en Yvelines,
Directeur EDF- Gaz de France distribution Versailles.
Le sport est un remarquable vecteur
d’apprentissage pour des publics en
difficulté. Il permet de se confronter à soi-
même, favorise la rencontre avec autrui,
appelle au respect des règles, cultive le
dépassement de soi et développe l’esprit
d’équipe. Il contribue ainsi à acquérir ou à
retrouver une confiance intime nécessaire
à l’élaboration et la réalisation d’un projet
professionnel.
Outre les effets de sensibilisation et
d’adaptation des bénéficiaires au monde
du travail, ces actions favorisent égale-
ment une évolution des représentations
des salariés, de ces publics en difficulté et
particulièrement des jeunes des quartiers
défavorisés.
42,195 kms d’effort…
Le club FACE de Saint Quentin en Yveli-
nes a mis en place, à l’initiative de
Monsieur Dominique Thomas, Directeur de
Décathlon, pour la période 2005/2006, une
opération intitulée « Marathon New York,
Agir pour mon emploi ».
Il s’agissait de permettre à des jeunes de
faible niveau de qualification et en difficulté
d’insertion professionnelle, d’apprendre un
métier et d’intégrer une entreprise tout en
menant un défi sportif de grande envergure
en s’entrainant pendant 7 mois pour
participer au marathon de New York.
L’objectif était d’utiliser le marathon comme
un outil pédagogique, faisant le pari que les
compétences mobilisées pouvaient être
aisément transférables dans le domaine du
travail. Chaque jeune était accompagné par
un tuteur, salarié d’une entreprise membre.
... Un emploi à la clef
Le pari a été gagnant, puisque les quatre
jeunes bénéficiaires ont fait la course du
marathon jusqu’au bout et que trois d’entre
eux sont actuellement en poste en contrat
à durée indéterminée.
Patrick Sabatier, Vice président
club FACE SQY RRH Décathlon Ile de
France - Ouest.
" Le projet du marathon c’était, à travers
l’exemple du sport qui est une école de vie,
de faire en sorte que le jeune comprenne
que la vie en entreprise c’est un peu
comme préparer un marathon : il faut
arriver à l’heure, il faut être sérieux avec
les entrainements, savoir quand on peut
lever le pied, quand il faut au contraire
sprinter, savoir par moment se tenir les
coudes ; c’était faire le parallèle entre les
deux.
Pour ce qui me concerne, il s’agissait plus
d’une expérience humaine qu’une action «
sociale », parce qu’on ne peut pas
aujourd’hui oublier que dans nos valeurs il
y a « fraternel », moi j’ai envie de jouer la
fraternité et d’aider les personnes qu’on
peut aider. Certes, il faut que ces person-
nes parviennent à faire un pas vers
l’entreprise, mais l’entreprise doit aussi
faire un pas vers eux. Il n’y a pas de raison
que ça ne marche pas. Les patrons doivent
comprendre qu’il est indispensable de
s’inscrire dans cette logique ".
" Un coureur c’est un combat-
tant.
Pour moi la victoire c’était, si je
finissais le marathon de NY,
comme si je pouvais trouver
un travail ".
" J’ai été, dans l’entrainement,
aussi exigeant avec Hélio que
j’aurais pu l’être avec mon fils.
Moi-même je suis issu des
quartiers un peu difficiles et je
sais qu’à l’époque si l’on
m’avait proposé un projet
comme celui-là, cela m’aurait
beaucoup plu. J’ai réussi dans
la fonction publique à passer
des concours et à progresser
et je me suis toujours dit qu’un
jour j’aimerais bien renvoyer la
balle à un jeune en difficulté.
C’était un souhait très fort de
pouvoir m’engager pour
accompagner un jeune ".
Monsieur Romuald
G. (Coach de Monsieur
Hélio P.B.), Communauté
d’agglomération SQY
chargé d’études et travaux
neufs
M o n s i e u r
A b d e s s a m a d D . ,
actuellement en CDI
dans la société Protim
25Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 3 : La prévention de l'exclusion
" Cette action prouve que l’on
peut faire quelque chose tous
ensemble "
Monsieur Jean-Noel Brunet, machiniste à la RATP au
centre bus des Lilas.
Nombre
d'entreprises
partenairess
Nombre de
personnes
concernées
Nombre de
sorties
positives
50 116 116
Actions Sport et Emploi :
Chiffres des clubs FACE
La balle au rebond
Le club FACE de Seine Saint Denis, en
partenariat avec l’association Jeunesse de
la Noue, a organisé un stage de football en
direction de dix neuf jeunes de Bagnolet en
rupture avec le monde du travail.
Le stage avait lieu à Yzeure dans l’Allier et
était encadré par un professionnel diplômé
du Brevet d’Etat d’Educateur Sportif
mention Football, accompagné de trois
animateurs bénévoles de l’association.
La semaine s’est achevée par un tournoi
durant lequel l’équipe de jeunes rencon-
trera les équipes des Entreprise partenai-
res.
Les entreprises ont parrainé les jeunes
mobilisés. Treize jeunes ont trouvé un
emploi durable, un a créé sa propre entre-
prise.
Monsieur Mohamed Hakem,
Président de l’association Jeunesse la
Noue
" Les entreprises partenaires ont répondu
présentes à l'appel des jeunes partici-
pants, et ceux-ci recouvrent une légitime
confiance en eux qu'ils n'auraient jamais
dû perdre. L'implication d'hommes et de
femmes dans ce projet commun a permis à
chacun de se rencontrer et de voir que
l'autre, celui que l'on ne connaît pas, est
peut être extraordinaire. Car, le plus
important dans cette histoire, c'est la
confiance ".
Monsieur Alain Decoudun,
Monoprix Montreuil, Directeur
" L’entreprise ne peut faire abstraction de
son environnement. Ici, l’idée du sponso-
ring a tout de suite été remplacée par un
challenge qui m’a plu : Nous sommes, les
jeunes et les entreprises participantes,
tous solidaires des uns des autres : Inves-
tissez vous et nous nous investissons :
c’est un rapport gagnant / gagnant.
L’entreprise entre-ouvre une porte, mais le
véritable levier, c’est eux ".
Madame Marie-F Bazilique,
SNCF Direction Paris-est, Mission
solidarité gestion sociale de l'emploi
" Le décalage est important entre la repré-
sentation qu’en ont les jeunes, et la réalité
du poste : ses exigences, ses contraintes.
Ce n’est pas propre aux participants de la
visite, les jeunes nouvellement embauchés
dans l’entreprise se positionnent très
rapidement sur des métiers valorisants. La
visite, au delà de la découverte de
l’entreprise et des métiers exercés, permet
aussi de convaincre les candidats pour
qu’ils se positionnent sur des postes en
recrutement puis, selon les possibilités, de
progresser en interne vers le métier
initialement souhaité ".
" Le stage de foot nous a
redonné confiance, et à notre
retour nous avons décidé de
nous lancer dans un projet que
nous avions déjà évoqué sans
forcément l'avoir approfondi ".
M e s s i e u r s
K a s s i m T . e t
T a r e k K . , stagiaires
" La semaine à Yzeure nous a
permis de nous remettre dans
un rythme dynamique pour
entrer dans la vie en société.
On nous a fait confiance en
nous donnant la responsabilité
d'un château. Il fallait gérer le
fonctionnement, la propreté
des lieux, la sécurité et
l'hygiène de la cuisine, le tout
sans nuire aux uns et aux
autres.
Avoir des responsabilités, cela
a redonné confiance à
l'équipe.
J'ambitionne de postuler à la
SNCF. Je vais préparer les
tests pour y entrer en tant que
contrôleur ou au moins dans la
maintenance avant d'évoluer ".
M o n s i e u r F r é -
d é r i c R . , stagiaire
26 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6
Plan d'action FACE pour l'égalité de traitementPlan d'action FACE pour l'égalité de traitement
" Il est capital aujourd'hui que
l'égalité soit au centre "
Patrick Nédélec, Délégué Général FACE.
Qu’est ce que la discrimination ?
Connaissons-nous la loi du 16 novembre
2001 ?
Quels risques juridiques pour l’entreprise ?
Dans nos choix quotidiens, discrimine t-on
sans le savoir ?
Quels sont les intérêts de l’égalité de traite-
ment ?
Pour trouver les réponses à ces questions
FACE a élaboré avec et pour des entrepri-
ses un véritable mode d’emploi précis et
concret afin d’assurer un accompagne-
ment dans une démarche d’égalité réelle.
Un plan d’action qui
s’appuie sur trois prin-
cipes …
- L’égalité au centre
Il est capital aujourd’hui que l’égalité soit
au centre. Il s’agit d’abord de mettre en
œuvre le droit de chacun au regard de la
loi. Il ne s’agit pas d’afficher un privilège
pour certains publics, mais bien, parce
qu’ils sont compétents, que ces publics
soient recrutés ou promus. Notre choix est
donc de construire l’égalité réelle, puis
ensuite de veiller à ce que cette égalité
contribue à la diversité, grâce à une -
politique active et volontaire.
Un plan d’action et des engagements
Ce plan d’action est un engagement où 7
objectifs sont déclinés. Des outils pragma-
tiques permettent une mise en œuvre
simple et efficace. L’accompagnement est
assuré par le club FACE.
…et 7 actions
- Une contractualisation entre FACE et les
entreprises
1 – Nommer un(e) responsable chargé(e)
de manager ce plan
2 – Sensibiliser et former ad minima
l’ensemble de la ligne managériale aux
enjeux de l’égalité de traitement dans le
recrutement, la formation et la gestion des
carrières
3 – Communiquer auprès de l’ensemble
des collaborateurs et des partenaires
sociaux, sur notre engagement en faveur
de la non discrimination et de l’égalité de
traitement
4 – Réaliser un diagnostic interne afin de
repérer les éventuelles pratiques discrimi-
natoires, pour en mesurer les enjeux et
pour dégager des priorités d’actions
5 – Définir en conséquences des engage-
ments spécifiques propres à notre entre-
prise et mettre en place concrètement des
outils et procédures garantissant l’égalité
de traitement sous toutes ses formes et
dans toutes les étapes de gestion des
ressources humaines, que sont notam-
ment l’embauche, la formation,
l’avancement ou la promotion profession-
nelle des collaborateurs.
6 – Evaluer régulièrement les résultats
pratiques de cet engagement, grâce à des
diagnostics intermédiaires. Participer aux
groupes de suivi FACE afin de permettre
un transfert des méthodes et des outils mis
en œuvre
7 – Le club FACE pourra accompagner
notre entreprise, si nous le souhaitons,
vers un label « égalité professionnelle ».
25% des actifs non ressortis-
sants de l’union européenne
sont au chômage (dont 36,6%
pour les 15-24 ans) contre 9%
de l’ensemble de la population
active et 8,3% des français.
(Source : Avril 2006 Observatoire
des discriminations)
La différence de rémunération
entre les hommes et les
femmes est de 19% en
moyenne, 23% pour les
cadres. (Source : 2004 INSEE)
" Les 5 bonnes raisons pour une
entreprise de s’engager pour
l'égalité de traitement relèvent
d'une logique de prévention du
risque et une logique
de profit.
La 1ère tient au fait que
discriminer pour des motifs
prohibés est un délit. La mise ne
œuvre de l’égalité réelle est
donc une politique de
prévention des risques.
La 2nde est que la diversité,
résultant de la mise en œuvre
de l'égalité de traitement,
stimule l'innovation et renforce
la motivation des collaborateurs.
La 3ème est qu’elle améliore
l’intégration de l’entreprise dans
son environnement local et
renforce son identité.
La 4ème offre des possibilités
de recrutement plus élargies et
permet l'intégration de
nouveaux talents.
Enfin, la dernière est qu’une
politique visant l’égalité permet
toujours la professionnalisation
des pratiques RH et est ainsi un
levier pour l’amélioration des
processus de management.
Ces affirmations sont le fruit
d'une enquête européenne sur
250 entreprises ayant conduit
une politique d'égalité, et de
l'expérience menée depuis deux
ans avec 65 entreprises de
l'Hérault ".
Florence Clargé
Directrice du club FACE
Hérault
L a d i s c r i m i n a -
t i o n e x i s t e
2 0 0 7 l ' a n n é e e u r o p é e n n e d e l ' é g a l i t é d e s c h a n c e s p o u r t o u s
Avec le soutien de :
Entreprises sans discrimination
Tous gagnants
Entreprises sans discrimination
Tous gagnants
1
2
3
4
5
6
7
Le Plan d’action FACE
pour l’égalité de traitement
Le Plan d’action FACE
pour l’égalité de traitement
,,
,,
pour
l'égalité de traitement
du plan d'action FACE
Entreprise signataire
Nommer un(e) responsable chargé(e) de manager ce plan
Sensibiliser et former l’ensemble de la ligne managériale aux enjeux de l’égalité de traitement
dans le recrutement, la formation, et la gestion des carrières
Communiquer auprès de l’ensemble des collaborateurs et des partenaires sociaux, sur notre
engagement en faveur de la non discrimination et de l’égalité de traitement
Réaliser un diagnostic interne afin de repérer les éventuelles pratiques discriminatoires, pour
en mesurer les enjeux et pour dégager des priorités d’action
Définir en conséquence des engagements spécifiques propres à notre entreprise et mettre
en place concrètement des outils et procédures garantissant l’égalité de traitement sous toutes
ses formes et dans toutes les étapes de gestion des ressources humaines, que sont notamment
l’embauche, la formation, l’avancement, ou la promotion professionnelle des collaborateurs
Evaluer régulièrement les résultats pratiques de cet engagement, grâce à des diagnostics
intermédiaires. Participer aux groupes de suivi FACE afin de permettre un transfert des
méthodes et outils mis en œuvre.
Le club FACE pourra accompagner notre entreprise, si nous le souhaitons, vers le label
« égalité professionnelle»
Nom de l'entreprise signataire :
Notre entreprise s'engage à :
2007
Fait à , le
L'entreprise signataire Le club FACE
Nom et fonction des signataires :
27Fondation Agir Contre l'Exclusion
Axe 3 : La prévention de l'exclusion
"FACEsaitapporteràcevaste
chantier qu'est la lutte contre
toutes les formes d'exclusions,
les bases essentielles d'une
société plus juste "
Khaled Zourray, Président de FACE Hérault.
Nombre
d'entreprises
mobiliséess
Nombre de
d'entreprises
signataires
Nombre de
personnes
formées
358 217 5299
Plan d'action FACE pour l'égalité de
traitement :
Chiffres des clubs FACE
Madame Clare Hart,
Société International Language Organisa-
tion (ILO).
" Je dirige une petite entreprise dans le
domaine des services. Le but de notre
démarche était de sensibiliser l’ensemble
de notre équipe car ils sont tous en contact
avec l’extérieur. 75% de notre effectif a été
formé à la non discrimination. Concrète-
ment, grâce à ces formations, nous avons
pu constituer des groupes de réflexion sur
la question de l’égalité de traitement et de
la non discrimination. Ces groupes de
réflexion ont abouti à la construction d’un
plan d’action interne et à la responsabilité
de l’ensemble du personnel, celui-ci étant
impliqué dans sa construction. Nous avons
recruté des personnes issues de
l’immigration et suite à une préconisation
de FACE Hérault, nous avons intégré en
stage une personne non voyante. Les
résultats ont été très positifs et cela a
constitué une source de fierté pour toute
l’équipe. L’ensemble de ces actions a pu
être conduit grâce à la qualité des forma-
tions de sensibilisation " entreprises sans
discrimination : tous gagnants " conduites
par FACE. Notre projet actuel est d’obtenir
le label égalité professionnelle avec l’aide
de FACE Hérault ".
Madame Gaëlle Poirier-
Rigaud
Responsable RH – groupe ESARC-
CEFIRE.
" La signature du plan d’action FACE pour
l’égalité de traitement en 2004 nous a
permis de sensibiliser le personnel aux
questions de lutte contre les discrimina-
tions au travail, même si aucun problème
particulier ne s’était posé. Cet engagement
nous a surtout amené, à travers le diagnos-
tic réalisé par FACE, puis la participation
aux groupes de travail qui permettent des
échanges enrichissants avec d’autres
entreprises, d’optimiser nos outils R.H. Le
plan d’action FACE est une occasion pour
l’entreprise de réfléchir et d’agir, en
collaboration avec des partenaires variés,
mais surtout en fonction de ses propres
objectifs, donc de manière pertinente ".
Monsieur Pierre Faucheux
Responsable Emploi/formation de la TAM.
" L’entreprise a beaucoup communiqué en
interne sur l’engagement dans le plan
d’action FACE et plus généralement dans
la lutte contre les discriminations. 100
personnes de la TAM (transport agglomé-
ration de Montpellier) ont suivi une forma-
tion à l’égalité de traitement. Il y a plusieurs
évolutions de pratiques : sur les dossiers
de candidatures, l’intégration de
travailleurs handicapés, la parité dans les
transports (aujourd’hui, plus de 10% de
l’effectif affecté à la conduite est constitué
de femmes). Le plan a conduit le siège de
TRANSDEV à signer un engagement au
niveau national sur le modèle de celui
réalisé par FACE Hérault à Montpellier au
niveau de la TAM ".
Définition : La discimination
est, à situation comparable, un
traitement défavorable.
Directe, elle a pour objet de
discriminer : à situation
comparable, un traitement
défavorable, pour un motif
illégitime.
Indirecte, elle a pour effet de
discriminer : à critère, caracté-
ristique ou pratique apparem-
ment neutre elle écarte une
catégorie de personnes de
l’accès à un bien, une
prestation, une promotion ou
un emploi. C'est l'effet qui est
mesuré.
L a L o i d u 1 6
n o v e m b r e 2 0 0 1
La HALDE est une autorité
administrative indépendante
créée par la loi du 30
décembre 2004. Elle a pour
mission générale de lutter
contre les discriminations
prohibées par la loi, de fournir
toute l’information nécessaire,
d’accompagner les victimes,
d’identifier et de promouvoir
les bonnes pratiques pour faire
entrer dans les faits le principe
d’égalité. Elle dispose de
pouvoirs d’investigation pour
instruire les dossiers. Présidé
par M. Louis Schweitzer, le
Collège de la Haute Autorité
de Lutte contre les Discrimina-
tions et pour l’Egalité (HALDE)
décide de l’orientation à
donner aux réclamations qui
lui sont adressées. Le Collège
adopte des avis et recomman-
dations pour promouvoir
l’égalité, il peut prendre l’avis
du Comité consultatif. Les
services sont placés sous la
responsabilité du Président.
L a H a u t e A u t o -
r i t é d e L u t t e
c o n t r e l e s
D i s c r i m i n a t i o n s
e t p o u r l ’ E g a l i t é
( H A L D E )
RA FACE 2006
RA FACE 2006
RA FACE 2006
RA FACE 2006
RA FACE 2006
RA FACE 2006
RA FACE 2006
RA FACE 2006
RA FACE 2006

Contenu connexe

Tendances

Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017
Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017 Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017
Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017 Vendredi
 
Ra 2015 du Club d'entreprises FACE YVELINES
Ra 2015  du Club d'entreprises FACE YVELINESRa 2015  du Club d'entreprises FACE YVELINES
Ra 2015 du Club d'entreprises FACE YVELINESClarisse GORCE
 
Presentation1
Presentation1Presentation1
Presentation1tamriv
 
Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille
Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille
Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille Le Mouvement Associatif Occitanie
 
Planète 6 PSA Citroën
Planète 6 PSA CitroënPlanète 6 PSA Citroën
Planète 6 PSA CitroënCarole Galland
 
IMS-Entreprendre pour la Cité
IMS-Entreprendre pour la CitéIMS-Entreprendre pour la Cité
IMS-Entreprendre pour la CitéSice Tech
 
Proxité présentation 2016
Proxité présentation 2016Proxité présentation 2016
Proxité présentation 2016Equipe Proxité
 
Dossier de candidature pour Ticket for Change
Dossier de candidature pour Ticket for ChangeDossier de candidature pour Ticket for Change
Dossier de candidature pour Ticket for ChangeChris Delepierre
 
Webinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressed
Webinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressedWebinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressed
Webinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressedDigitaly_FR
 
Opportunité et défi de l‘IT pour un développement durable
Opportunité et défi de l‘IT pour un développement durableOpportunité et défi de l‘IT pour un développement durable
Opportunité et défi de l‘IT pour un développement durableTayssirLimem
 
Entrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialEntrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialTayssirLimem
 
Entrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialEntrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialTayssirLimem
 
Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15
Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15
Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15Le Mouvement Associatif Occitanie
 
Projet echange et solidarité haiti
Projet echange et solidarité haitiProjet echange et solidarité haiti
Projet echange et solidarité haitischwindenhammer
 

Tendances (19)

Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017
Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017 Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017
Rapport d'Activité de Vendredi | 2016 - 2017
 
Ra 2015 du Club d'entreprises FACE YVELINES
Ra 2015  du Club d'entreprises FACE YVELINESRa 2015  du Club d'entreprises FACE YVELINES
Ra 2015 du Club d'entreprises FACE YVELINES
 
Presentation1
Presentation1Presentation1
Presentation1
 
Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille
Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille
Les entreprises s'engagent pour l'emploi - Maison de l'Emploi de Marseille
 
Planète 6 PSA Citroën
Planète 6 PSA CitroënPlanète 6 PSA Citroën
Planète 6 PSA Citroën
 
IMS-Entreprendre pour la Cité
IMS-Entreprendre pour la CitéIMS-Entreprendre pour la Cité
IMS-Entreprendre pour la Cité
 
Plaquette-CJS-web
Plaquette-CJS-webPlaquette-CJS-web
Plaquette-CJS-web
 
26 face.infos 26_mars2014
26 face.infos 26_mars201426 face.infos 26_mars2014
26 face.infos 26_mars2014
 
Proxité présentation 2016
Proxité présentation 2016Proxité présentation 2016
Proxité présentation 2016
 
Dossier de candidature pour Ticket for Change
Dossier de candidature pour Ticket for ChangeDossier de candidature pour Ticket for Change
Dossier de candidature pour Ticket for Change
 
Carenews Journal n°10
Carenews Journal n°10Carenews Journal n°10
Carenews Journal n°10
 
Webinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressed
Webinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressedWebinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressed
Webinar digitaly juillet2019 lentreprise a mission comment sy prendre_compressed
 
Opportunité et défi de l‘IT pour un développement durable
Opportunité et défi de l‘IT pour un développement durableOpportunité et défi de l‘IT pour un développement durable
Opportunité et défi de l‘IT pour un développement durable
 
Entrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialEntrepreneuriat social
Entrepreneuriat social
 
Entrepreneuriat social
Entrepreneuriat socialEntrepreneuriat social
Entrepreneuriat social
 
Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15
Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15
Des entreprises accros au parrainage - Liaisons sociales magazine dec 15
 
Projet echange et solidarité haiti
Projet echange et solidarité haitiProjet echange et solidarité haiti
Projet echange et solidarité haiti
 
Mesures gt 1 assises entrepreneuriat
Mesures gt 1 assises entrepreneuriatMesures gt 1 assises entrepreneuriat
Mesures gt 1 assises entrepreneuriat
 
Bilan duoday 2019-min
Bilan duoday 2019-minBilan duoday 2019-min
Bilan duoday 2019-min
 

Similaire à RA FACE 2006

Rapport sur la responsablité social de l'entreprise
Rapport sur la responsablité social de l'entrepriseRapport sur la responsablité social de l'entreprise
Rapport sur la responsablité social de l'entrepriseMehdia Belkaid
 
#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud Delcasse
#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud Delcasse#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud Delcasse
#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud DelcasseSébastien Bourguignon
 
#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory Malbert
#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory Malbert#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory Malbert
#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory MalbertSébastien Bourguignon
 
#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia Audibert
#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia Audibert#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia Audibert
#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia AudibertSébastien Bourguignon
 
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPIENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPILe Mouvement Associatif Occitanie
 
Communication sur le progrès (COP) 2015 ASI
Communication sur le progrès (COP) 2015 ASICommunication sur le progrès (COP) 2015 ASI
Communication sur le progrès (COP) 2015 ASIASI
 
guide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PME
guide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PMEguide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PME
guide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PMEGaudefroy Ariane
 
Guide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminations
Guide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminationsGuide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminations
Guide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminationsCamille Dupuy
 
#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas Hached
#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas Hached#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas Hached
#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas HachedSébastien Bourguignon
 
Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018
Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018
Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018Zied HAFSI
 
Portrait de startuper #79 - Quanteam - Julien Bensoussan
Portrait de startuper #79 - Quanteam - Julien BensoussanPortrait de startuper #79 - Quanteam - Julien Bensoussan
Portrait de startuper #79 - Quanteam - Julien BensoussanSébastien Bourguignon
 
Livret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborativeLivret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborativeChaireMIS
 
Le parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateurs
Le parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateursLe parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateurs
Le parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateursLe Mouvement Associatif Occitanie
 
Generation Newsletter
Generation NewsletterGeneration Newsletter
Generation NewsletterMagali Auger
 
Baromètre des enjeux rse 2017 l'innovation sociale
Baromètre des enjeux rse 2017  l'innovation socialeBaromètre des enjeux rse 2017  l'innovation sociale
Baromètre des enjeux rse 2017 l'innovation socialeHAATCH
 
#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe Chéron
#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe Chéron#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe Chéron
#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe ChéronSébastien Bourguignon
 
#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène Mouterde
#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène Mouterde#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène Mouterde
#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène MouterdeSébastien Bourguignon
 
#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban Garrouste
#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban Garrouste#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban Garrouste
#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban GarrousteSébastien Bourguignon
 

Similaire à RA FACE 2006 (20)

Ra 2015 bd
Ra 2015  bdRa 2015  bd
Ra 2015 bd
 
Rapport sur la responsablité social de l'entreprise
Rapport sur la responsablité social de l'entrepriseRapport sur la responsablité social de l'entreprise
Rapport sur la responsablité social de l'entreprise
 
#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud Delcasse
#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud Delcasse#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud Delcasse
#PortraitDeStartuper #28 - RIDYGO - Arnaud Delcasse
 
#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory Malbert
#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory Malbert#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory Malbert
#PortraitDeStartuper #72 - We Sport You - Marjory Malbert
 
#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia Audibert
#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia Audibert#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia Audibert
#PortraitDeStartuper #29 - Gandee - Layticia Audibert
 
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPIENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ?  - GUIDE DU CREPI
ENTREPRENEUR RESPONSABLE, POURQUOI PAS MOI ? - GUIDE DU CREPI
 
Communication sur le progrès (COP) 2015 ASI
Communication sur le progrès (COP) 2015 ASICommunication sur le progrès (COP) 2015 ASI
Communication sur le progrès (COP) 2015 ASI
 
guide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PME
guide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PMEguide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PME
guide de l'égalité hommes-femmes au travail pour TPE et PME
 
Guide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminations
Guide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminationsGuide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminations
Guide pour accompagner les entreprises dans la lutte contre les discriminations
 
Guide égalité hommes-femmes
Guide égalité hommes-femmesGuide égalité hommes-femmes
Guide égalité hommes-femmes
 
#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas Hached
#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas Hached#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas Hached
#PortraitDeStartuper #6 - Groupe Réussite - Aghilas Hached
 
Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018
Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018
Dossier de sponsoring CJD Tunisie 2018
 
Portrait de startuper #79 - Quanteam - Julien Bensoussan
Portrait de startuper #79 - Quanteam - Julien BensoussanPortrait de startuper #79 - Quanteam - Julien Bensoussan
Portrait de startuper #79 - Quanteam - Julien Bensoussan
 
Livret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborativeLivret - Une aventure collaborative
Livret - Une aventure collaborative
 
Le parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateurs
Le parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateursLe parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateurs
Le parrainage : intérêts à agir pour les entreprises et leurs collaborateurs
 
Generation Newsletter
Generation NewsletterGeneration Newsletter
Generation Newsletter
 
Baromètre des enjeux rse 2017 l'innovation sociale
Baromètre des enjeux rse 2017  l'innovation socialeBaromètre des enjeux rse 2017  l'innovation sociale
Baromètre des enjeux rse 2017 l'innovation sociale
 
#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe Chéron
#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe Chéron#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe Chéron
#PortraitDeStartuper #1 - Céquoia - Christophe Chéron
 
#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène Mouterde
#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène Mouterde#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène Mouterde
#PortraitDeStartuper #16 - Teamstarter - Ségolène Mouterde
 
#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban Garrouste
#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban Garrouste#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban Garrouste
#PortraitDeStartuper #54 - Scylla - Alban Garrouste
 

Plus de Fondation Agir Contre l'Exclusion (11)

Annexe 2 modèle formulaire attribution_ta_2015
Annexe 2 modèle formulaire attribution_ta_2015Annexe 2 modèle formulaire attribution_ta_2015
Annexe 2 modèle formulaire attribution_ta_2015
 
Annexe 1 taxe apprentissage 2015 4 pages
Annexe 1 taxe apprentissage 2015 4 pagesAnnexe 1 taxe apprentissage 2015 4 pages
Annexe 1 taxe apprentissage 2015 4 pages
 
Soutenez La Fondation FACE
Soutenez La Fondation FACE Soutenez La Fondation FACE
Soutenez La Fondation FACE
 
Flash face.infos 16dec14
Flash face.infos 16dec14Flash face.infos 16dec14
Flash face.infos 16dec14
 
Offre de stage projet facealemploi tv digital_vfd
Offre de stage projet facealemploi tv digital_vfdOffre de stage projet facealemploi tv digital_vfd
Offre de stage projet facealemploi tv digital_vfd
 
Lettre d'informations FACE n°28
Lettre d'informations FACE n°28Lettre d'informations FACE n°28
Lettre d'informations FACE n°28
 
Programme clôture 14 11-2014 docx
Programme clôture   14 11-2014 docxProgramme clôture   14 11-2014 docx
Programme clôture 14 11-2014 docx
 
Plan acces t1
Plan acces t1Plan acces t1
Plan acces t1
 
Programme 10e rencontres de la Diversité
Programme 10e rencontres de la Diversité  Programme 10e rencontres de la Diversité
Programme 10e rencontres de la Diversité
 
Rapport Mestrallet : 5 priorités 150 propositions avril 2014
Rapport Mestrallet : 5 priorités 150 propositions avril 2014Rapport Mestrallet : 5 priorités 150 propositions avril 2014
Rapport Mestrallet : 5 priorités 150 propositions avril 2014
 
#25 - février 2014
#25 - février 2014#25 - février 2014
#25 - février 2014
 

RA FACE 2006

  • 1. Rapport d'activité 2006 Des entreprises qui s'engagent avec FACE pour défendre des valeurs de solidarité Fondation FACEFondation FACE Plan d'action FACE pour l'égalité de traitementSport et EmploiInterfaceJob AcademyInsertion des personnes sous main de justiceFormation des tuteurs à l'intégration des personnes en difficulté Découverte de l'entreprise" Les graines d'entreprises"ParrainageFormation à la compréhension des discriminationsContrat Insertion RMAFormation préparation à l'insertionPlate-forme inter-entreprises de qualification et d'insertionPasserelles entre l’Ecole et l’EntrepriseSoutien au développement des associations
  • 2. 2 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Charte des dirigeants d'entreprises membres de FACE L e s P r é s i d e n t s d e s c l u b s l o c a u x Antoine Guichard Président de FACE o n t e n g a g é , p a r l e u r s i g n a t u r e d e c e t t e c h a r t e , l ' e n s e m b l e d e l e u r c l u b . Clubs et réseaux Nos actions seront portées par nos clubs d’entreprises et relayées par les réseaux FACE : directeurs de club, présidents de clubs, élus. Populations et territoires Nous agirons prioritairement pour des populations et sur des territoires caractérisés par : - une forte densité d’exclusion, - l’existence d’une volonté politique locale de combattre cette exclusion, - la présence d’entreprises et d’associations prêtes à l’action. Communication Nous ferons connaître nos actions en interne de l’entreprise et à l’externe, avec le souci de valoriser les territoires en difficulté, leurs habitants et les acteurs associatifs locaux avec lesquels nous agissons. Formation Nous développons l’axe formation à destination des acteurs afin d’optimiser l’ensemble de nos actions. Agir avec et aux côtés de tous ceux qui agissent contre les exclusions - en facilitant leurs actions par l’apport de nos compétences et de nos moyens ; - en concevant et en impulsant des projets fédérateurs sur lesquels ils pourront se mobiliser; - en favorisant les échanges et les synergies entre acteurs, dans un souci d’intérêt partagé. Agir sur toutes les causes des exclusions Au sein de nos entreprises et dans leur environnement, dans le respectde l’identité des personnes et avec le souci de développer leurs capacités d’autonomie et d’intégration. Agir pour innover et expérimenter Des méthodes et des outils de lutte contre les exclusions dans la perspectivede les diffuser et de contribuer de la sorte à une transforma- tion des modes d’actions sociaux. Nous respectons les principes d’actions suivants : Expérimentation Nous aurons le souci permanent d’innover, d’expérimenter, d’évaluer et de capitaliser nos actions en vue de les diffuser largement. Pérennisation Nous rechercherons les meilleurs moyens pour gérer, développer et pérenniser les actions durables contribuant ainsi à la consolidation des emplois créés. Depuis 1993, FACE, créée avec des entreprises, combat cette exclusion, sous toutes ses formes en agissant concrètement pour rétablir dans leurs droits fondamentaux ceux qui en sont privés. FACE défend les valeurs de solidarité, de cohésion sociale, d’égalité des chances et d’égalité de traitement. Elle contribue à l’évolution positive des relations des entreprises avec leur environnement. Dans cette perspective, conscients des intérêts à long terme de nos entreprises et du rôle déterminant que nous avons dans la société pour la prévention et la lutte contre l’exclusion, nous nous engageons à entreprendre avec FACE, dans le cadre de nos clubs locaux d’entreprises, des actions durables. “L’exclusion permanente d’une partie de nos concitoyens est inacceptable.” Stratégie Principes d’action Philosophie Charte des dirigeants d’entreprises membres de FACE Atlantique Nantes Grand Amiens Beauvais Cotentin Chambéry Grenoble Hérault Montpellier Le Mans Lille Métropole Grand Lyon Sud Provence Marseille Martinique Paris Pyrénées Atlantiques Pau Bayonne Rennes St Etienne - Loire St-Quentin-en-Yvelines Seine Saint-Denis Grande Synthe Thiérache Grand Toulon Grand Toulouse
  • 3. 3Fondation Agir Contre l'Exclusion Édito : Le mot du Président " Une farouche volonté d'agir " Antoine Guichard, Président de la Fondation Agir Contre l'Exclusion 10 Ans de présidence Il y a déjà dix ans, la Présidente de la Fondation, Martine AUBRY, me demandait de lui succéder à la présidence de la Fondation FACE, dont le groupe Casino était parmi les treize grandes entreprises nationales fondatrices. Elle ne m’a pas laissé la possibilité d’hésiter, et ainsi, en 1997, je suis devenu le Président de FACE. J’ai alors découvert, d’abord avec curiosité et ensuite avec passion, un ensemble complexe mais vivant d’entrepreneurs et de collaborateurs d’entreprises très engagés dans l’action contre les exclusions sur leur territoire. J’ai essayé d’apporter toute mon énergie en soutien à notre Délégué Général, Patrick NEDELEC, pour consolider et développer ce réseau. J’ai souhaité aussi faire participer, de manière plus active, l’ensemble des clubs par leurs Présidents à la vie du réseau afin qu’ils définissent, avec le bureau, les grands choix stratégiques et techniques. Leur énergie et leur enthousiasme m’ont toujours porté. Je les en remercie chaleureusement. Pendant ces dix années, nous avons pu créer plus de 20 nouveaux clubs, mobiliser 1000 entreprises supplémentaires, accompagner vers l’emploi ou la formation plus de 20 000 personnes, soutenir plus de 25 000 enfants des écoles en ZEP pour les aider dans leur choix d’avenir, et tant d’autres bons chiffres. Ces résultats me rendent aujourd’hui très fier du chemin parcouru, même si j’ai conscience qu’ils sont peu au regard de l’immensité du défi de la lutte contre les exclusions. Mais à FACE, nous montrons par une farouche volonté d’agir qu’il n’y a pas de fatalité. Nous souhaitons montrer le chemin et inviter d’autres entreprises à nous rejoindre pour amplifier notre efficacité. Aujourd’hui, à l’occasion de mon 80ème anniver- saire, j’ai choisi de laisser la place à un nouveau Président, en la personne de Gérard MESTRALLET, dont le groupe qu’il dirige (Suez) fait partie des grandes entreprises fondatrices, pour poursuivre le développement et mieux faire connaître FACE par une communication plus forte. Oui aujourd’hui nous pouvons communiquer car avant nous avons agi et obtenu des résultats signifiants. Nous pouvons main- tenant faire connaître nos méthodes et nos résultats. Je sais que Gérard MESTRALLET saura apporter un autre souffle à FACE pour l’avenir. Je continuerai à l’appuyer et à soutenir FACE puisque qu’il a décidé de me faire l’honneur de me nommer Président d’honneur de FACE. C’est avec émotion que j’ai accepté cette tâche. Une émotion comparable à celle que j’ai toujours ressen- tie quand j’ai rendu visite aux clubs locaux. Ils m’ont toujours montré des actions et des résultats convain- cants. Je les remercie, ici, de la qualité de leur accueil mais surtout de la qualité de leur travail. Je garde de ces dix ans des images fortes comme celle de ce jeune élève de troisième de la Paillade à Montpellier, Directeur d’une de nos graines d’entreprises, expliquant avec conviction et profes- sionnalisme au Préfet du département ce qu’était une entreprise, ou encore plus récemment dans ma ville de Saint Etienne, cette femme de 51 ans nous remerciant car avec Job Académy , elle avait pu, après 2 ans de chômage, retrouver énergie et confiance en obtenant rapidement un CDI. Ce sont ces réussites qui doivent nous donner confiance et nous permettre de nous tourner résolu- ment vers l’avenir pour continuer à agir avec sérieux, professionnalisme et conviction. Ensemble… Antoine Guichard
  • 4. 4 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Sommaire Edito : Le mot du Président Le mot du Délégué Général L'essentiel de l'année Les chiffres de l'année Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation Plate-forme inter-entreprise de qualification et d'insertion (PIQI) Découverte de l'entreprise Le parrainage Interface Contrat Insertion RMA Job Academy Axe 2 : Le développement économique Accompagnement des créateurs d'entreprise Soutien aux structures d'insertion par l'activité économique Aide au développement des zones franches urbaines Axe 3 : La prévention de l'exclusion Agir contre l'exclusion numérique (Soutien au développement des associations) Passerelles entre l'école et l'entreprise " les graines d'entreprises " Insertion des personnes sous main de justice Sport et emploi Plan d'action FACE pour l'égalité de traitement Axe 4 : La formation des acteurs Formation à la compréhension des discriminations dans l'emploi Formation tuteurs à l'intégration des personnes en difficulté Formation préparation à l'insertion professionnelle Autres Les clauses sociales Structures de médiation sociale de FACE : les PSP La prévention sécurité à domicile 3 5 6 8 10 11 12 14 15 16 18 19 19 20 21 22 23 24 26 28 29 30 32 33 34
  • 5. 5Fondation Agir Contre l'Exclusion Le mot du délégué Général " L'accès à l'emploi reste notre coeur de métier " Patrick Nédélec, Délégué Général de la Fondation Agir Contre l'Exclusion Privilégier le " faire " au " Dire " FACE est aujourd’hui devenue un réseau de plus de 1 700 entreprises structurées en 25 clubs locaux, soucieuses d’apporter leurs compétences et leur appui aux partenai- res institutionnels et associatifs locaux, dans le cadre d’actions claires et pragmatiques de lutte ou de préven- tion contre les exclusions. Ce réseau continue d’expérimenter au quotidien afin de développer des solutions d’insertion pour les personnes en difficulté, notamment celles issues des quartiers dit « sensibles ». FACE est réellement un réseau d’acteurs capables d’adapter ses propositions aux évolutions des besoins de ce public afin, à terme, de lui permettre de retrouver, le chemin de l’emploi durable. En 2006, ainsi, nous avons soutenu près de 3 400 person- nes qui ont pu ainsi avoir un contrat de travail et dont plus de 1 600 un emploi durable de plus de 6 mois de contrat en 2006. L’accès à l’emploi reste notre cœur de métier et notre préoccupation constante. Nombreuses sont les person- nes quelque soit leur âge, leur sexe, leur origine et leur qualification qui ont encore besoin de notre soutien. Nous devons chaque jour mobiliser de nouveaux parte- naires, développer de nouveaux dispositifs afin d’amplifier notre action. Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises nous sollicitent, conscientes qu’il est de leur devoir et de leur intérêt de soutenir nos actions. Le vivier de leurs futurs collabora- teurs, motivés et dynamiques, se trouve dans ces territoi- res. A nous, d’aider ces personnes, notamment par la formation, à remobiliser toute leur énergie pour s’impliquer durablement dans l’entreprise en y apportant toute leur compétence. C’est dans ce rapport gagnant-gagnant que se trouve une des voies pour combattre l’exclusion. L’ensemble des membres de FACE, tant au niveau local que national, s’y consacre avec enthousiasme, fier d’AGIR concrètement chaque jour et soucieux de capitaliser, d’essaimer et de consolider ses actions locales. Ce rapport d’activité montre la qualité et la variété des solutions développées localement, la progression forte de ses résultats quantitatifs. Les entreprises sont porteu- ses d’efficacité et elles savent s’adapter, dans un climat de confiance, pour être ouvertes à leur environnement social. Que leurs collaborateurs locaux, impliqués dans les actions des clubs FACE, en soient, ici, sincèrement et chaleureusement remerciés. Dans les actions de cette année, je voudrais mettre un accent particulier sur l’opération Job Academy, dont vous trouverez le descriptif dans ce rapport. Cette action, entièrement financée par nos partenaires privés, aura permis en 2006 de sortir d’une exclusion injustifiée près de 350 personnes qualifiées, issues des Zones Urbaines Sensibles, (ZUS), de 7 territoires de clubs FACE. Le seul obstacle à leur insertion était leur adresse, ou leur origine. Cette situation est indigne. FACE poursuivra sans relâche son engagement pour rétablir dans leurs droits toutes ces personnes laissées sur le bord du chemin. Notre respon- sabilité collective est engagée. C’est pourquoi, nous avons intensifié en 2006 nos actions en vue de rétablir l’égalité de traitement dans l’entreprise. En effet, par un plan cohérent, et outillé professionnelle- ment, nous accompagnons les entreprises qui le souhai- tent pour s’engager pour l’égalité de traitement. En 2006, sur 5 clubs, 217 entreprises se sont engagées et nous avons formé plus de 5 000 collaborateurs à ces outils. C’est un premier résultat, mais pour 2007, nous engage- rons tous les clubs FACE et toutes leurs entreprises. Un objectif ambitieux de 1 500 entreprises signataires de ce plan est visé. Nous ne devons pas décevoir. Mais nous sommes résolument optimistes. En 2006, les entreprises locales ont répondu très fortement à notre demande, démontrant qu’elles s’étaient appropriées fortement le concept FACE. Aujourd’hui, chaque club local a développé un sentiment d’appartenance à un réseau sûr de ses valeurs et conscient de ses savoirs faire. 2006 a aussi et surtout montrée un renforcement de la professionnalisation des équipes locales, notamment caractérisée par une meilleure adaptation de nos moyens d’interventions aux besoins des entreprises des clubs. FACE est ainsi devenue au fil de son évolution un vérita- ble outil des entreprises. Toutes ces entreprises, mobilisées localement dans nos clubs, ont permis à notre réseau, avec le soutien de leurs collaborateurs, d’atteindre une dimension nouvelle qui nous permet d’être confiant dans notre capacité à obtenir des résultats signifiants dans les prochaines années. Nous montrerons ainsi que des entreprises sont capables d’apporter des réponses efficaces aux problèmes de l’exclusion, si on leur en donne les moyens. De nouveaux projets, de dimension nationale, sont en cours d’élaboration. Ils nous rendent optimistes sur les actions à venir et sur le développement de notre réseau et de ses résultats tant quantitatifs que qualitatifs. Le Délégué Général, Patrick Nédélec
  • 6. 6 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 L'essentiel de l'année 2006L'essentiel de l'année 2006 En 2006 la Fondation FACE a mis en œuvre plusieurs moyens pour favoriser le développement de son réseau. En avril le recrutement d’une nouvelle collaboratrice en charge de la direction des opérations confirme cette volonté. Plusieurs temps collectifs de travail ont donné lieu à de nouvelles actions et ont permis de définir les besoins en lien avec les objectifs liés aux " Orientations FACE 2006 – 2010 ". Ces orientations compor- tent huit grands chantiers : - Job Academy - InterFACE - Les clauses sociales - Le parrainage - La formation des acteurs - FACE à l'école - L'égalité de traitement - La médiation sociale PSP Les journées techniques (2 fois 2 jours) dont les thèmes étaient : L’égalité de traitement, rédaction du plan d’action FACE et élaboration des étapes et outils. Cette action est née d’une demande expresse de plusieurs entrepri- ses souhaitant être aidées concrètement dans la mise en œuvre. « Objectif stage » action intégrée dans la mission de FACE à l’école. Rédac- tion du processus permettant aux étudiants n’ayant pas de « réseau » de trouver une entreprise afin d’effectuer leur stage. Cette demande était appuyée par le ministère de l’ " égalité des chances ". Les façades (2 fois 2 jours) L’organisation des façades (réunions régio- -nales) s’est modifiée afin de répondre à de nouvelles demandes des clubs, et c’est maintenant une coordination par la Fonda- tion qui est en place. Les séminaires Direction de clubs (3 jours) Les thèmes travaillés étaient : Les clauses sociales dans les marchés publiques et privés La nouvelle responsabilité sociale des entreprises L’égalité de traitement Des président(e)s de clubs (1 jour) Le bilan de l’année 2005 Les perspectives 2006 Direction de clubs restreint (2 jours) Travail sur les besoins et attentes des clubs. Ont été identifié les besoins suivants : ◦ La nécessité d’une interactivité renfor- cée entre le réseau et la Fondation ◦ L’amélioration de l’outil e-f@ce ◦ La mise en place d’une gestion docu- mentaire à jour et disponible à chaque instant ◦ Le suivi en temps réel de l’actualité des clubs et de la Fondation ◦ La refonte des supports de communica- tion des actions FACE La professionnalisation des équipes : Développement des sessions de formation de formateurs au module " comprendre Corentin Rémond directeur de FACE Grand Lyon Florence Heulin directrice de FACE Grand Toulouse Directrice Dorothée Chéret. FACE Paris nouveau club N o u v e l l e s d i r e c t i o n s d e c l u b s F A C E e n 2 0 0 6 Nous remercions nos parte- naires et les entreprises pour leurs soutiens, conseils et implications, tout au long de l'année 2006
  • 7. 7Fondation Agir Contre l'Exclusion L'essentiel de l'année 2006 l’entreprise pour mieux s’y impliquer ". L’objectif est de démultiplier cette forma- tion à destination des publics en difficulté et ainsi augmenter le nombre d’insertions professionnelles réussies. Maintien des sessions pour les nouveaux collaborateurs (2 fois 2 jours) La prise en compte des structures de médiation sociale de FACE – PSP (Points Service aux Particuliers) avec une étude lancée en 2006 pour définir ses forces et ses voies de progrès. Les perspectives essen- tielles de 2007 La volonté d’affirmer le développement et les moyens de communication, la Fonda- tion décide pour 2007 : - de mettre en place un intranet, système d’information en interaction entre les clubs et la fondation - d’intégrer e-f@ce dans les menus de l’intranet pour constituer un seul outil - de « packager » les actions sous un format comprenant une plaquette (4 pages) de communication, d’un visuel et d’une « mallette » d’outils nécessaires à l’animation locale - de constituer un comité technique rassemblant 5 à 6 collaborateurs du réseau pour toutes actions à modéliser - de refondre le site Internet grand publique et de l’animer au rythme trimes- triel - de créer un poste en charge de la communication - de renforcer le rôle RH (ressource humaine) de la Fondation en participant à la présélection et à la sélection des nouveaux collaborateurs du réseau et de développer l’axe professionnalisation. 21 jours de formation sont programmés en 2007. - de réorganiser d’une part l’axe préven- tion de l’exclusion et d’autre part le pilotage des structures de médiation sociale : PSP (Points Service aux Particuliers) en revisi- tant le concept dont le projet porte le nom de FACEcité. Nos partenaires : Les clubs FACE 10 ans en 2006 FACE Lille Métropole FACE grand Amiens Les clubs FACE plus de 10 ans en 2006 FACE Sud Provence – Marseille FACE Chambéry FACE grand Lyon L e s a n n i v e r s a i r e s 1 0 a n s e t p l u s FACE Seine et Marne FACE Atlantique – Nantes L e s n o u v e a u x c l u b s e n 2 0 0 7 COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen DIRECTION DE LA POPULATION ET DES MIGRATIONS Les entreprises :
  • 8. 8 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Les chiffres de l'année 2006Les chiffres de l'année 2006 1706 entreprises 41 partenaires nationaux Nombre de bénéficiairess Nombre de missions intérims Nombre de reprise formation Nombre de sorties positives 343 292 17 128 Job Academy : Résultats pour les villes 2006 Nombre d'entreprises partenairess Nombre de personnes concernées 227 953 Actions Découverte de l'entreprise : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises partenairess Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 95 183 98 Actions PIQI : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises partenairess Nombre de parrainss Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 586 671 1011 527 Actions Parrainages : Chiffres des clubs FACE Nombre d'agences impliquéess Nombre de personnes concernées Nombre d'heures de missions Nombre de sorties positives 41 795 99865 123 Actions Interface : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises impliquées Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 29 72 53 Actions CI-RMA : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises partenaires Nombre de personnes concernées 43 731 Actions Accompagnement des créateurs d'entreprise : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises impliquéess Nombre de bénéficiaires 48 57 Actions Soutien aux structures : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises impliquéess Nombre de bénéficiaires 216 80 Actions Aide au développement des ZFU : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises partenaires Nombre de structures 24 113 Agir contre l'exclusion numérique : Chiffres des clubs FACE
  • 9. 9Fondation Agir Contre l'Exclusion Les chiffres de l'année 2006 2147 entreprises impliquées 3382personnesaccompagnées 1623 emplois durables Nombre d'entreprises partenairess Nombre d'établissements scolaires Nombre de bénéficiaires 224 75 2884 ActionsPasserellesécoleentreprise: Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises mobiliséess Nombre de d'entreprises signataires Nombre de personnes formées 592 217 7305 Plan d'action FACE pour l'égalité de traitement : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises partenairess Nombre de personnes concernées 25 137 Actions insertion des personnes sous main de justice : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises partenairess Nombre d'établissements scolaires Nombre de bénéficiaires 71 16 377 Actions "Les graines d'entreprises" : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises partenaires Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 50 116 116 Actions Sport et Emploi : Chiffres des clubs FACE Effectif salariés Nombre de personnes accueillies Nombre de dossiers traités 71 80640 100708 Structures associées : Chiffres des PSP Nombre d'entreprises concernées Nombre de personnes formées 100 316 Formations préparationàl'insertion: Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises concernées Nombre de personnes formées 289 8175 Formations compréhension des discriminations : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises concernées Nombre de personnes formées 22 99 Formations tuteurs : Chiffres des clubs FACE
  • 10. 10 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Plate-forme inter-entreprises de qualification et d'insertion (PIQI)Plate-forme inter-entreprises de qualification et d'insertion (PIQI) " Cette formation a été une expérience très positive, tant du point de vue professionnel qu'humain " Monsieur Mike D., en CDI. Les PIQI, actions de formation qualifiantes, efficaces dans le domaine de l’intégration de publics en difficulté d’emploi, est une démarche inter-entreprises qui consiste à mutualiser les capacités de formation en alternance sur la base d’un tronc commun de besoins de compétences identifiées. Cette action transversale permet aux entreprises de recruter des personnes en insertion et qui n’auraient pas été sélec- tionnées dans une démarche classique de recrutement. FACE se charge de l’interface avec les centres de formation et les structures d’accueil du public cible, forme et accom- pagne les tuteurs de l’entreprise dans leur fonction, et assure un rôle de tutorat social. Une pierre à l'édifice … Le club FACE Cotentin a mis en place une action PIQI spécialisation bâtiment au cours de laquelle il s’agissait de réaliser deux abris douaniers et un mur de clôture en pierres maçonnées de 102 mètres linéaires (aménagement du littoral). Dix neuf entreprises étaient parties prenantes de cette action. L’objectif était de permettre l’acquisition des compéten- ces adaptées aux besoins des entreprises locales, dans le domaine du bâtiment. L’ensemble de l’action a représenté 2569 heures de stage sur une durée de six mois. Au total, à la fin de ce parcours qualifiant, douze bénéficiaires ont signé un contrat de travail. C'est aussi un moyen pour les entreprises de répondre aux clauses socia- les d'insertion. Objectif emploi durable dans la grande distribu- tion Monsieur Mike D., CDI grande distribution " Après une succession de missions d'inté- rim en tant que manoeuvre, j'ai voulu m'orienter vers la grande distribution, pour les possibilités d'embauche qu'offre ce secteur. Rencontré par FACE Hérault en février 2006 pour les recrutements de la PIQI Employé Libre Service, j'ai voulu montrer ma volonté d'intégrer une forma- tion qualifiante dans ce secteur, malgré le fait que je ne sais ni lire ni écrire. Ma candi- dature a été proposée au Directeur de Géant près d'Arènes, qui suite à un second entretien m'a donné ma chance. En septembre, j'ai validé mon Brevet Profes- sionnel. J'ai souhaité témoigner car cette formation a été une expérience très positive, tant du point de vue professionnel qu'humain. J'ai particulièrement apprécié les rencontres mensuelles avec les chargés de mission de FACE en charge de cette action ". " La démarche de FACE concernant l’action PIQI m’a intéressée et correspondait aussi avec une réalité économique puisque nous avions des besoins en termes de recrutement. La rencontre avec le bénéficiaire, qui est actuellement en CDI, n’aurait pu se faire sans l’intermédiaire de FACE. Cette première opération concluante avec le club est très satisfaisante et nous sommes prêts à retravailler dans ce sens ". " La formation m’a apporté une confiance à développer mes capacités dans le bâtiment, domaine que je ne connais- sais pas avant de faire l’action PIQI et à travailler en équipe. Elle m’a également permis de remettre à niveau mes connaissances générales en français et mathématique. Le travail bien exécuté au sein du chantier m’a permis d’être repéré par mon tuteur et d’être recruté en CDI à l’issu de la formation ". Monsieur Quentin V., bénéficiaire de l'action PIQI bâtiment de FACE Cotentin M o n s i e u r F r a n - ç o i s M . , T u t e u r d e M o n s i e u r Q u e n t i n V . Nombre d'entreprises partenairess Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 95 183 98 Actions PIQI : Chiffres des clubs FACE
  • 11. 11Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation Découverte de l'entrepriseDécouverte de l'entreprise " L'entreprise a un rôle social " Monsieur Boyer, Crédit Coopératif. Nombre d'entreprises partenairess Nombre de personnes concernées 227 953 Actions Découverte de l'entreprise : Chiffres des clubs FACE L’action découverte de l’entreprise est une démarche qui vise à mettre en relation des demandeurs d’emploi et des chefs d’entreprises en vue de susciter un échange et de développer des initiatives communes. Ces actions permettent aux participants de découvrir l’univers du monde du travail et des métiers tout en témoignant de leur réalité et apporter aux chefs d’entreprises une vision élargie des problématiques d’accès à l’emploi. Ces échanges apportent aux demandeurs d’emploi des idées d’orientation profes- sionnelle et un contact direct avec des employeurs potentiels. De leur côté, les chefs d’entreprises peuvent se trouver face à des candidats aux compétences qui répondent à leurs besoins. Autour d'un petit- déjeuner A Grenoble, l’action découverte de l’entreprise est animée sous la forme de « petits-déjeuners » au cours desquels les entreprises du club FACE Grenoble font découvrir leurs activités et leurs métiers à des personnes en difficulté profession- nelle. Citons parmi les entreprises : le Crédit Coopératif (Métiers de la banque), Campe- non-Bernard (Bâtiment), avec Dom Plus (Plate-forme téléphonique). Cette action transversale concerne tous les publics suivis par le club (RMIstes, PLIE, demandeurs d'emplois inscrits à l'ANPE, bénéficiaires de nos actions de parrainage, personnes suivies par des SIAE). Les structures avec lesquelles le club FACE agit ont été parties prenantes à chaque fois, permettant d’inviter des béné- ficiaires et de relayer l’information. Monsieur Boyer, Crédit Coopératif " Avant d’adhérer à FACE Grenoble , l’entreprise était déjà très engagée sur le terrain de la lutte contre l’exclusion. L’adhésion au club FACE permet d’intégrer un réseau réunissant des entreprises diverses, d’enrichir la connaissance du monde économique local et d’échanger entre entreprises ayant le même objectif : agir contre l’exclusion. Cela permet égale- ment, d'aider des personnes en difficulté professionnelle. L’entreprise a un rôle social. Elle est avant tout un groupement d’hommes et de femmes, d’êtres humains travaillant ensemble, dans une même direction. Aujourd’hui, le travail est essentiel pour l’intégration sociale. L'action petit-déjeuner permet de toucher un public multiple et de présenter des entreprises et des métiers peu connus. Elle permet de renouveler la vision d'un secteur d'activités et de communiquer directement sur les emplois à pourvoir. Ce contact personnel est un plus indéniable ". " Nous souhaitons aller à la rencontre des jeunes des quartiers pour leur expliquer nos métiers, nos contraintes de recrutement et tenter de répondre à leur sentiment de discrimination. Pour autant, notre vocation n’est pas de faire du social, mais de concilier lutte contre l’exclusion et réponse à nos besoins d’embauche ". Interview de Madame Lahorgue, Présidente du club FACE Pyrénées Atlantiques - Le magazine du Conseil Général des Pyrénées Atlantiques n° 29 - 26 juillet 2006 D e s c h e f s d ’ e n t r e p r i s e s f o n t F A C E c o n t r e l ’ e x c l u s i o n " Pendant les trois années d’expatriation passées à Moscou pour Auchan, la richesse managériale la plus précieuse s’est avérée l’ouverture aux autres. Pour des raisons de fort développe- ment économique, j’ai été amené à donner leur chance à des hommes et des femmes d’origine et de culture différen- tes dans un contexte lourd d’à priori. Le résultat fut payant et créateur de valeur ajoutée. Aussi de retour à Pau, j’ai été très sensible à la présentation du club FACE et de ses actions. Au-delà de l’engagement, il m’apparaît également important de sensibiliser les collaborateurs d’Auchan aux luttes contre l’exclusion. Comme au rugby, la victoire viendra du collectif ". Monsieur Stéphane Hutinet, Chef de secteur Caisse chez Auchan Pau
  • 12. 12 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Le ParrainageLe Parrainage " L’animateur dans l’action par- rainage est le fil conducteur de la réussite " Elise Vermeulen, animatrice réseau parrainage. L’action Parrainage, orchestrée par les clubs FACE, s’organise autour d’un parrain, membre encore en activité d’une entreprise du réseau FACE, et d’un filleul, demandeur d’emploi rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi. Le premier, en s’appuyant sur son expé- rience, aide le second à découvrir le monde de l’entreprise, le conseille et l’accompagne dans sa recherche d’emploi et/ou dans la définition de son projet professionnel. FACE, le parrain et le filleul réfléchissent aux conditions de réussite d’un parcours professionnel. Ils élaborent et suivent les étapes nécessaires pour accéder à l’emploi durable. On est plus fort accom- pagné … Au sein du club FACE Grand Amiens , le parrainage est une action qui a sa place dans l’ensemble des outils de lutte contre l’exclusion depuis de nombreuses années. Son taux élevé de réussite (59%) est une des raisons de sa pérennité dans le temps. Elise Vermeulen, animatrice réseau de parrainage. " Animer un réseau local dans le cadre de la mise en place de l’action Parrainage, c’est tout d’abord être le porte-parole du dispositif aussi bien au niveau des demandeurs d’emploi que des parrains et marraines. Le rôle de l’animateur est un rôle central car de lui dépend la réussite de l’action. En effet, notre rôle est celui du médiateur entre deux mondes, deux compétences et des démarches qui tendent vers un même et seul objectif : celui de l’emploi. La pièce maîtresse de cette relation tripartite est celle de l’animateur car de lui dépend le bon déroulement de cette relation privilé- giée, parrain - filleul. Aussi, non seulement nous sommes dans une relation privilégiée avec les filleuls, mais également avec les parrains et marraines ainsi qu’avec les partenaires de cette action. En un seul mot, l’animateur dans l’action parrainage est le fil conducteur de la réussite de toutes les personnes impliquées ". Madame Ouahiba B., filleule. " Contrairement au début de l’opération où je le rencontrais régulièrement, désormais je le contacte par téléphone seulement, pour le tenir informé des événements. En effet, j’ai trouvé un poste au sein de l’association des diabétiques de l’Hérault ". " L'un connaît le monde du travail par coeur. L'autre pas. Le système de parrainage, porté notamment par la FACE, un club d'entreprise, se veut comme un pied à l'étrier, mais sans illusions béates ". Gaël Rivallain " Donner à ces jeunes la chance de rencontrer quelqu'un. Apporter la connaissance et l'expérience du professionnel, à l'élabora- tion et à la réussite d'un projet, ou l'assouvissement d'une passion. Présentées jeudi dans les locaux de l'UPV, les grandes lignes de l'opération ont déjà cheminé dans bon nombre de jeunes cerveaux, puisque 55 binômes, sur 100 prévus, sont déjà constitués ". M.SK. " V a r m a t i n " l u n d i 2 7 n o v e m b r e 2 0 0 6 " Le courrier Picard " Vendredi 11 février 2005 " Le parrain, ce " pro " qui fait du bien " Nombre d'entreprises partenairess Nombre de parrainss Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 586 671 1011 527 Actions Parrainages : Chiffres des clubs FACE
  • 13. 13Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation " Le parrainage est une action pertinente qui connaît un vif succès " Monsieur Petitberghien, responsable du site NMC France de Fourmies, Directeur logistique. Un contexte local par- ticulier et atypique FACE Thiérache, premier club d’entreprises rural de la Région (12 communes et 31 entreprises de plus de 20 salariés), est implanté sur un territoire dont le taux de chômage est élevé. Il est composé d’une majorité de PME (petites et moyennes entreprises) et TPE (très petites entreprises), dont beaucoup sont orientées vers une activité de services à la personne et de commerce. Le Parrainage contribue à la redynamisa- tion des territoires en permettant l’ouverture des entreprises locales à leur environnement, à des jeunes en recherche d’emploi peu ou pas diplômés et souvent pas mobiles. Les filleuls découvrent le monde de l’entreprise et du travail par l’intermédiaire du club FACE et d’un parrain. Ensemble, ils tentent de compren- dre les freins d’accès à l’emploi afin de mettre en œuvre un projet professionnel gagnant. Monsieur Petitberghien, Respon- sable du site NMC France de Fourmies, Directeur logistique " La Thiérache et particulièrement le Sud Avesnois, est une région qui a été écono- miquement très touchée au moment de la crise du textile, elle est également éloignée des nouveaux centres industriels et les moyens de communication ne sont pas adaptés pour permettre une mobilité suffisante des personnes. Nous avons néanmoins encore des atouts, à nous de les mettre en valeur afin d’éviter de laisser trop de personnes sur le bord de la route ". Au travers de ses différentes actions, Face Thièrache permet aux acteurs économi- ques d’œuvrer dans ce sens. Parmi toutes les actions menées par Face Thiérache, le parrainage reste l’une des plus pertinentes qui connaît toujours un vif succès tant chez les " parrains " que chez les " filleuls ". Recrutement et prise de parole Dans le cadre du parrainage, le club FACE St Quentin en Yvelines a organisé une formation intitulée " Le recrutement et la prise de parole ". L'objectif était d’aider les filleuls dans leur recherche d’emploi afin de gagner en aisance dans l’entretien de recrutement. En effet lors d’une commission, les parrains et marraines ont fait ressortir le fait que les filleul(e)s avaient des difficultés à s’exprimer devant un employeur, ce qui freinait considérablement l’accès ou le retour à l’emploi. La journée de formation a été animée par un chef d’entreprise spécialisé dans les ressources humaines. La formation a eu lieu dans une entreprise membre du club. 12 filleuls ont participé activement à cette journée. A l’issue de cette journée, des rencontres entre parrains et filleul(e)s ont été fixées afin de poursuivre la dynamique engagée. Le bilan a été très positif puisque les filleul(e)s ont montré un certain enthou- siasme d’autant plus qu’ils ont rencontré un véritable professionnel du recrutement, il y a eu beaucoup d’échanges, de réflexion, de conseils ce qui rendait cette journée convi- viale et vivante. " Jean-Claude Lepont, directeur financier et des ressources humaines de Macocco, Président du club FACE Seine Saint-Denis (...) a embauché deux jeunes, Joffrey et Mohamed. " Je leur demande entre autres de se montrer motivés ", explique Jean-Claude Lepont. " C'est rassurant de se sentir épaulé, après avoir pris des rebuffades ", souligne Joffrey, qui a arrêté l'école en 3e. " Quand tu ne travailles pas, tu te laisses aller. Tu te lèves tard et vis forcément décalé ", insiste pour sa part Mohamed ". " L e P a r i s i e n " M a r d i 1 4 n o v e m b r e 2 0 0 6 " Trouvant l’action originale et très intéressante, j’ai accepté d’être parrainée. J'ai attendu quelques jours et j'ai eu mon premier rendez-vous avec mon parrain. J'ai ensuite eu des rendez- vous réguliers avec lui. Il m'a appris à avoir confiance en moi et m'a conseillé sur l'amélioration de mon curriculum vitae et surtout sur mon attitude et mes réponses lors de mes entretiens d'embauche. Nous avons ensemble simulé plusieurs entretiens pour apprendre à gérer mon stress et corriger mes réponses. J'ai constaté un réel change- ment dans ma recherche d'emploi. Mes entretiens se déroulaient mieux. Je retrouve confiance en moi et suis épanouie ". Madame Céline M. F i l l e u l e d u c l u b F A C E T h i é r a c h e
  • 14. 14 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 I n t e r F A C EI n t e r F A C E " Tout s’est bien passé et aujourd’hui je suis fier de mon parcours " Monsieur Johnny D. , bénéficiaire de l'action Inter FACE. L’action interface vise à faciliter une mise à l’emploi progressive et durable des publics prioritaires en alternant des périodes de travail et des périodes de formation qualifiante. Cette action est réalisée en collaboration avec MANPOWER, membre associé de FACE, engagé avec tous les clubs locaux. De l'intérim au CDI ... FACE Grand Toulouse a sollicité le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi de l’agglomération toulousaine (PLIE) pour permettre aux bénéficiaires de ce dispositif d’intégrer l’action InterFACE afin de faciliter l’accès à des missions d’intérim à des demandeurs d’emploi de longue durée. Pour l’année 2006 les objectifs fixés concernaient 70 personnes pour une durée globale de 10 500 heures de travail. Des missions ont été proposées par Manpower à plus de 61 % des personnes reçues et suivies (134 sur 218 personnes suivies). 88 personnes ont effectué 767 missions pour plus de 36000 heures cumulées, soit une moyenne par personne de 411 heures. Ces sorties positives du dispositif concer- nent donc en tout 51 personnes. 6 personnes ont été bénéficiaires de modules de formation financés par Manpower. Témoignage de Monsieur Johnny D., bénéficiaire de l'action InterFACE " J’ai 35 ans et j’ai été mis en relation avec le club FACE Toulouse InterFACE après 7 ans d’inactivité. À l’époque, je n’avais pas du tout confiance en moi et j'avais un comportement plutôt agressif. Le club FACE Grand Toulouse m’a reçu à plusieurs reprises pour que Manpower me propose des missions ponctuelles au départ. Cela a eu le mérite de me remettre en confiance et, progressivement, d'honorer des missions de plus en plus longues et de plus en plus intéressantes. Enfin, Manpower m’a confié une mission dans une entreprise qui installe des bureaux, mission qui s’est renouvelée pendant une période de 6 mois. Les relations avec l’entreprise étant excel- lentes, celle-ci m’a directement proposé un CDI comme monteur livreur avec comme perspective de devenir chef d’équipe. Le hasard a fait que mon premier client après la signature de mon contrat était la même agence Manpower qui m’avait fait travailler et qui avait déménagé. Tout s’est bien passé et aujourd’hui je suis fier de mon parcours. Au début, je ne croyais pas qu’il était possi- ble de revenir dans une activité salariée après avoir passé autant de temps sans travailler. Je n’aurais jamais pu imaginer que ça soit aussi facile finalement ". " Au début, j’avais de l’appréhension vis à vis des “candidats FACE”. Au fur et à mesure des placements réussis en mission, je ne me rendais plus compte de la différence avec les collabora- teurs intérimaires qui travaillent pour l'agence. Aujourd’hui, je peux dire qu’InterFACE pour moi, c’est une source de recrutement, de nouvelles compétences qui conviennent bien à nos clients ". " J’ai une certaine habitude de l’accompagnement des personnes en difficulté, mais ce qui me surprend le plus dans leur cas, c’est le manque de confiance en eux. Cela se traduit par de grandes difficultés à obtenir ce qu’ils souhaitent, à s’afficher comme des demandeurs d’emploi motivés... en plus des freins classiques, ils doivent parfois faire face à d’autres obstacles qui tiennent à la consonance de leurs noms, à leurs adresses ". Philippe Duclercq, Chargé de mission FACE Grand Toulouse M a d a m e V i r g i - n i e A . , a s s i s t a n t e d e l ’ a g e n c e T o u l o u s e S u d M a n p o w e r Nombre d'agences impliquéess Nombre de personnes concernées Nombre d'heures de missions Nombre de sorties positives 41 795 99865 123 Actions InterFACE : Chiffres des clubs FACE
  • 15. 15Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation Contrat Insertion RMAContrat Insertion RMA "LeCI-RMAc’estl’intégration par et pour l’entreprise, au bénéfice de tous " Jean François BOUFFAUT, Président de FACE Grand Amiens. Nombre d'entreprises impliquées Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 29 72 53 Actions CI-RMA : Chiffres des clubs FACE Le Contrat Insertion – Revenu Minimum d’Activité (CI-RMA) est destiné à faciliter l’insertion sociale et professionnelle des bénéficiaires de l’allocation de Revenu Minimum d’Insertion. Ce contrat s’inscrit dans le cadre d’un parcours d’insertion caractérisé par des actions d’orientation professionnelle, de tutorat, de suivi individua- lisé et d’accompagnement dans l’emploi. Ce dispositif est mis en place sur la décision des Conseils Généraux qui décident de leurs objectifs. Une relation de con- fiance avec le Conseil Général de la Somme Dans le cadre de la mise en place des CI-RMA en entreprise, le Conseil Général a confié à FACE Grand Amiens le rôle d’opérateur pour l’ensemble des entreprises adhérentes au club FACE. Cette opération a pour effet de permettre aux bénéficiaires du RMI de se projeter dans un parcours professionnel dynamique en lien très étroit avec les entreprises locales actives dans le club FACE. Elle apporte également aux entreprises une meilleure connaissance des publics concer- nés sur leurs compétences et leurs capacités à travailler dans une relation de confiance réciproque. Jean François BOUFFAUT, Président de FACE Grand Amiens. " Je crois et défends l’entreprise citoyenne. Dans le contexte actuel de compétitivité et de concurrence, les CI-RMA, nous permet- tent de garantir cet engagement. Le CI-RMA s’exprime par l’encouragement et la possibi- lité de donner la chance aux personnes que l’on écarte souvent (volontairement ou non, consciemment ou non) dans l’urgence et la réactivité quotidienne des recrutements et des exigences économiques. Donc, c’est une opportunité où chacun sort gagnant, l’entreprise et le salarié. C’est un projet d’entreprise, c’est aussi un projet professionnel. Pour l’entreprise, c’est l’opportunité d’avoir des compétences et une implication salariale ; pour le salarié c’est un emploi retrouvé, une dignité et souvent une nouvelle vie, sociale et professionnelle. Les CI-RMA permettent de mobiliser les entreprises autour des problématiques de l’emploi et de l’insertion, et de leur donner la possibilité et les moyens d’agir à leur niveau. Le CI-RMA est un outil d’insertion sociale et professionnelle à destination des principaux acteurs de l’emploi que sont les entreprises. Accessible à toutes, elles permettent une réelle intégration des publics bénéficiaires des minima sociaux au sein des entreprises, et non de " structures passerelles " (même si elles sont parfois nécessaires) ". " L’expérience du club local dans le cadre de l’action CIRMA est partie d’un triple constat : d’une part des difficultés à satisfaire les exigences et demandes des entreprises, d’autre part des difficultés à recruter et fidéliser, et enfin, une réelle volonté aussi bien nationale que locale, et des moyens pour agir concrètement en faveur de l’emploi. L’objectif de ce dispositif est de permettre le retour à l’emploi et une réinsertion durable pour les personnes rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi. Le club FACE Grand Amiens, contribue à la gestion administrative, à la recherche des offres auprès des entrepri- ses, et plus particulièrement auprès des Entreprises de Travail Temporaire, à la sélection des candidats et à l’accompagnement des employeurs et des bénéficiai- res du R.M.I. Grâce à un suivi personnalisé, les allocataires ont l’occasion de voir plus clair dans leur projet professionnel. Ils bénéficient du soutien d’une personne compétente qui prend en compte les difficultés qu’ils rencontrent dans leur recherche d’emploi ". F l o r e n c e W i j s - b r o e k D i r e c t r i c e d u c l u b F A C E A m i e n s " Je suis ravi d’avoir connu FACE Grand Amiens. Je suis une personne qui n’avait jamais travaillé et qui ne connaissait pas le monde du travail. Par le biais d’un réseau, j’ai connu cette association qui m’a ouvert ses portes et aussi une écoute, qui a fait en sorte que je trouve le courage de me lever le matin, que je reprenne une certaine confiance en moi et d’avoir le sentiment d’être utile après m’être senti trop longtemps exclu. Cela fait 6 mois que j’ai repris une activité salariée, que je gagne ma vie. Cela m'a restructuré ma vie : je me lève, je travaille et j’ai aussi des projets ! J’espère ne pas être le seul et que beaucoup de jeunes comprendront que le travail est essentiel et que, nous aussi, on peut donner un petit plus à l’entreprise qui nous emploie. Merci de m’avoir fait confiance ". M o n s i e u r P a t r i c k B . B é n é f i c i a i r e d e l ' a c t i o n C I - R M A A m i e n s
  • 16. 16 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 J o b A c a d e m yJ o b A c a d e m y " Les deux mots princi- paux sont : convivialité et solidarité " Naïma Soufi, responsable de la Job Academy de Lyon. Restaurer l'égalité à l'emploi En France, aujourd’hui, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de discrimina- tions lorsqu’ils cherchent un emploi. Pour des raisons notamment liées à leur origine ethnique, leur nom ou leur adresse, ils sont directement exclus du monde du travail. Particulièrement fréquente dans les Zones Urbaines Sensibles, cette situation est d’autant plus inacceptable que la grande majorité des habitants de ces zones est professionnellement qualifiée et dans le même temps, les entreprises locales peinent à trouver des compétences. Ces lieux d’habitation doivent désormais être perçus comme de véritables viviers de talents et de compétences, dont il faut aussi revaloriser l’image. De ce constat est né un partenariat entre l’Etat, FACE et Manpower qui sur la base d’une convention, ont souhaité réfléchir ensemble à un concept innovant, porteur et professionnel en direction de ces zones et de ces publics. Plusieurs entreprises sont venues renforcer cette action afin de contribuer localement aux résultats des mises à l'emploi : Suez, Casino, Cetelem. La méthode Job Aca- demy Créer tous les deux mois une promo- tion composée de 15 à 20 personnes, cohérente et dynamique et en faire un groupe de solidarité. L’animation de ces promotions se déroule sur des temps forts collectifs en présence d’entreprises mem- bres du club et un accompagnement indivi- dualisé est proposé à chaque « jobber ». Détecter et valoriser toutes leurs compé- tences et les présenter aux entreprises. Viser avec eux et pour eux l’emploi durable. Casser l’isolement du demandeur d’emploi par la mise en place d’un groupe qui va vivre une expérience commune durant deux mois. Les amener à travailler ensemble au travers d’un calendrier précis. A chaque promotion une entreprise marraine s’engage à leurs côtés, durant toute la période des deux mois collectifs. Un nom est choisi pour chacune des promotions, voici quelques exemples : Les valeurs sûres La cité des merveilles JoB trotteurs Génération tandem emploi Réussir la différence Multicolore mais tous égaux La passerelle Les challengers Arc en ciel. " Job Academy, c'est un accompagnement vers l'emploi durable, individuel et collectif. On travaille en groupe, on suit ces personnes de manière individuelle et on met à disposition tous les outils que l'on peut connaître à la fois chez FACE et à la fois chez Manpower. Donc c'est un couple, si vous voulez, les deux mots principaux sont convivialité et solidarité. " " Job Academy est une action menée en partenariat par la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE), reconnue d’utilité publique, et la société Manpower, précise Patrick Nédélec, délégué général de FACE. Au total, il existe 7 Job Academy, bientôt 11, réparties sur toute la France ". Celle de Nantes a déjà lancé deux promotions de vingt candidats, en juin et en octobre, parrainées respectivement par Manpower et Audencia. " Sur ces 40 « jobbers », 36 ont déjà obtenu un contrat de travail ! " " O u e s t F r a n c e " Mardi 26 décembre 2006 N a ï m a S o u f i , R e s p o n s a b l e d e l a J o b A c a d e m y , c l u b F A C E G r a n d L y o n
  • 17. 17Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 1 : Accès à l'emploi et à la formation "Uneapprocheprofessionnelle, innovante et valorisante de la recherche d'emploi pour les candidats motivés et qualifiés deZUS" Hanifa Taguelmint, responsable du projet " Job Academy ". Nombre de bénéficiairess Nombre de missions intérims Nombre de reprise formation Nombre de sorties positives 343 292 17 128 Job Academy : Résultats pour les villes 2006 Les villes participantes à la Job Academy pour l'année 2006 étaient : Amiens, Greno- ble, Lille, Lyon, Nantes, Saint Etienne et Toulouse. A partir de l'année 2007, trois villes s'ajou- tent à la liste ci-dessus, à savoir : Grande Synthe, Marseille et Paris. La Tribune 7 juillet 2006 " Cohésion sociale Catherine Vautrin lance la " Job Academy " à Saint-Etienne. La ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité a lancé hier à Saint-Etienne l'opération " Job Academy " en direction des jeunes talentueux des quatiers défavo- risés à la recherche d'emploi. Confiée à des partenaires privés, à la Fondation Agir contre l'Exclusion (FACE) et )à Manpower ". Madame Mireille J. bénéficiaire de l'action Job Academy " Licenciée après trente ans passés dans une même entreprise, j'étais désepérée, car être au chômage à 51 ans, c'est très difficile. L'âge représente un gros handicap. Job Academy nous permet de partager nos déceptions, nos craintes, nos angoisses mais aussi nos espoirs. Grâce à cela, j'ai trouvé un emploi en CDI en tant que secrétaire commerciale dans une société informatique ". Monsieur Stéphane N. bénéficiaire de l'action Job Academy. " Après l’obtention de mon BTS de Conception de Produits Industriels, j’ai cherché un poste de dessinateur industriel mais cela a été un échec. J’ai donc été au chômage plus de 4 mois. Durant cette période de chomâge, j’ai envoyé de nombreuses candidatures à divers employeurs mais toutes, étant rejetées, j’ai été découragé. La mission locale, ayant remarqué mes difficultés, m’a alors dirigé vers la Job Academy où j’ai pu rencontrer Madame REBAI. C’est ainsi que j’ai intégré la promotion n°4, parrainée par Monsieur GARAND Alexis, chef de centre de l’entreprise SITA Mos. Grâce à la Job Academy, j’ai obtenu un contrat AFPE dans l’entreprise BE42 Concept Industriel. Ce contrat consiste à suivre une formation d’une durée de 3 mois. J’espère par la suite obtenir un contrat à durée indéterminée et ainsi éviter une situation précaire. La Job Academy n’a pas seulement été compétente pour me trouver un travail mais elle a aussi été pour moi un soutien moral car la situation des chômeurs n’est pas facile et il me semble important de se sentir aidé dans notre démarche ". " Notre vocation n'est pas de changer le monde mais d'être efficaces. Nous avons des besoins et savoir qu'il y a des compétences non reconnues dans les quartiers, du simple fait d'une adresse, c'est du gâchis " Directeur de Manpower pour le centre et l'ouest, Frank Lavogez ". " O u e s t F r a n c e " vendredi 27 octobre 2006 " Saint-Etienne, 6 juillet 2006 (AFP) - Catherine Vautrin, ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la parité, a lancé jeudi à Saint Etienne l'opération " Job Academy " en direction des jeunes talentueux des quartiers défavorisés à la recherche d'un emploi ". A F P J e u d i 6 j u i l l e t 2 0 0 6
  • 18. 18 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Accompagnement des créateurs d'entrepriseAccompagnement des créateurs d'entreprise " Je sais maintenant qu’il y a quelqu’unpourmeconseilleret m’aider sans me juger " Madame Virginie S., bénéficiaire de l'accompagnement à la création d'entreprise. Pour soutenir la création d’activité, FACE accompagne des porteurs de projets qui, en créant leur entreprise, créent leur propre emploi. L'expérience de chefs d'entreprises confirmés, adhérents aux clubs, apporte aux porteurs de projets une proximité d'approche et des conseils pratiques sur la gestion d'une entreprise au quotidien. Isabelle Lestanguet – FACE Grand Toulouse - Chargée de mission " Le taux de chômage dans les Zones Urbaines Sensibles est deux fois plus important que dans le reste de la France, et ce sont les femmes qui en pâtissent le plus (27,5% contre 15% pour l’ensemble des femmes). C’est pour cette raison que l’action Chrysalide a été lancée par Nicole Ameline en 2004 alors Ministre de la parité et à l’Egalité professionnelle. FACE Grand Toulouse a été choisi par la Mairie de Toulouse pour relever ce défi d’aider et d’accompagner de manière individualisée des « porteuses de projets » résidant dans des ZUS. En 2006, FACE Grand Toulouse et 6 entreprises du club ont accompagné 10 créations d’activité ". Du côté de Beauvais En 2005 et 2006 FACE Beauvais et 11 entreprises du club, ont aidé et accompa- gné 14 porteurs de projets, contribuant ainsi au développement et au dynamisme économique du territoire. Cette action est animée par des rencontres régulières où chacun vient faire le point de l’avancée de son projet et échanger sur des difficultés éventuelles ou faire partager des bonnes pratiques et des renseigne- ments utiles. Céline Moncomble Directrice du club FACE Beauvais " Directrice du club FACE Beauvais, j’apporte une attention toute particulière au développement économique et au soutien des porteurs de projets, créant ainsi leur emploi. Il n’est pas facile d’être seul lorsque l’on a un projet. Tout devient plus facile si quelqu’un est là pour vous conseiller et vous aider notamment dans les démarches administrative et dans la transmission de compétences et connais- sances. Je pense à l’aide par exemple sur la gestion, comment faire un budget prévi- sionnel et le suivre. Et puis les porteurs de projets que nous accompagnons aujourd’hui, deviendront je l’espère de futurs parrains et à leur tour apporteront leur soutien à ceux qui en ont besoin ". " Avant de connaître FACE Grand Toulouse, j’étais seule à soutenir mon projet d’entreprise. Je me sentais accablée par les questions administratives et de gestion. A présent je suis rassurée car nous avons avancé ensemble sur ces questions. Je sais maintenant qu’il y a quelqu’un pour me conseiller et m’aider sans me juger ". " Grâce à l’action de FACE Toulouse j’ai pu m’en sortir. On m’a aidée sur beaucoup de choses telle que la gestion, la comptabilité, le métier de chef d’entreprise, et aussi sur les aspects pratiques auxquels on ne pense pas. Les conseils que l’on m’a donnés m’ont permis de mieux comprendre et de mieux gérer ". MadameMamassésséK., B é n é f i c i a i r e d e l ' a c c o m p a g n e m e n t à l a c r é a t i o n d ' e n t r e p r i s e M a d a m e V i r g i - n i e S . , B é n é f i c i a i r e d e l ' a c c o m p a g n e m e n t à l a c r é a t i o n d ' e n t r e p r i s e Nombre d'entreprises partenaires Nombre de personnes concernées 43 731 Actions Accompagnement des créateurs d'entreprise : Chiffres des clubs FACE
  • 19. 19Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 2 : Le développement économique Soutien aux structures d’insertion par l’activité l’économiqueSoutien aux structures d’insertion par l’activité l’économique " La société d’aujourd’hui a vraiment besoin que l’on reconstitue le tissu social et professionnel qui la compose " Monsieur Bernard Russier, expert comptable installé en ZFU. Nombre d'entreprises impliquéess Nombre de bénéficiaires 48 57 Actions Soutien aux structures : Chiffres des clubs FACE Nombre d'entreprises impliquéess Nombre de bénéficiaires 216 80 Actions Aide au développement des ZFU : Chiffres des clubs FACE . L’appui de FACE au développement économique se traduit également par le soutien aux Structures d’Insertion par l’Activité Economique qui permet de tisser des liens entre 2 secteurs différents : le secteur économique classique et le secteur de l’insertion. Celui-ci peut prendre la forme de transfert d’outils de gestion, de compétences mais aussi d’actions de formation des profes- sionnels de l’insertion dispensées par les entreprises ou encore par l’appui ou le conseil destinés à favoriser le développe- ment économique et à pérenniser l’activité marchande de ces structures. Par ailleurs, de plus en plus les Clubs FACE locaux aident ces structures dans la préparation à la sortie du dispositif d’insertion de leurs salariés à l’issue de leur contrat d’insertion. C’est le cas du club d’entreprises FACE Saint Etienne qui a su formaliser plusieurs partenariats en direction des structures d’insertion par l’activité économique en les accompagnant dans leurs projets de création ou de développement. FACE Saint Etienne oriente et recommande également des candidats en grande difficulté vers ces structures, afin favoriser à terme un emploi vers les entreprises dites " classiques ". Ces partenariats vont plus loin, en préparant les fins de parcours des salariés en contrat d’insertion vers l’emploi en milieu ordinaire de travail en mobilisant et en impliquant les entreprises du club. En 2006, 15 entreprises du club FACE ont agi pour l’emploi des personnes en inser- tion professionnelle. Ces actions ont béné- ficié à 22 personnes. Aide au développement des Zones Franches Urbaines Les actions menées sur les ZFU ont toutes pour objectif de développer et de dynami- ser ces territoires aussi bien pour les entre- prises que pour les habitants. Des idées originales ont vu le jour en 2006, telles que la mutualisation de services entre entrepri- ses de la ZFU, des journées portes ouvertes aux habitants ou l'aide aux recrutements. Comment dynamiser le tissu social et professionnel des ZFU ? Le club FACE Saint Etienne a organisé en décembre 2006 la remise des trophées récompensant ainsi les initiatives rappro- chant les entreprises, les associations locales et les habitants. L’objectif de cette action est d’apporter sa contribution aux habitants des quartiers. " Je venais d’arriver en France lorsque j’ai rencontré Mme Cortes directrice du club FACE à Saint Etienne. Elle a su comprendre mes difficultés et trouver des solutions. Je ne pouvais être embauchée dans une entreprise classique. Alors Mme Cortes m’a accompa- gnée à un rendez vous à « La boutique du linge » qu’elle connaît bien puisque elle les aide aussi. La boutique du linge m’a fait faire un essai professionnel que j’ai réussi, et j’ai été embauchée. J’ai pu prendre des responsabilités. J’ai appris à mieux parler le français grâce à ce travail. FACE m’a déjà proposé des solutions de travail puisque mon contrat de travail va prendre fin bientôt ". M a d a m e C h a n t y T . B é n é f i c i a i r e d e l ' a c t i o n s o u t i e n a u x s t r u c t u r e s d ' i n s e r t i o n " A travers ces trophées, les entreprises participantes souhaitent véritablement créer du lien entre les habitants du quartier et les entreprises. Car la société d’aujourd’hui a vraiment besoin que l’on reconstitue le tissu social et professionnel qui la compose ". M o n s i e u r B e r n a r d R u s s i e r expert comptable installé en ZFU " Ce premier partenariat vient en aide aux associations qui ont des besoins importants pour leurs projets respectifs ". M o n s i e u r G i l l e s A r t i g u e s adjoint en charge du quartier pour la ville stéphanoise
  • 20. 20 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Agir contre l'exclusion numériqueAgir contre l'exclusion numérique " Cette action va permettre aux bénéficiaires de notre associa- tion d'utiliser et de se familiari- ser avec l'outil informatique et plus précisément Internet " Madame Damiani, "Carrefour des solidarités". Cette action vise à aider des associations de lutte contre l’exclusion et de médiation par la mise à disposition de compétences spécifiques, d’expertise, d’aide matérielle ou de mise en relation avec le réseau des entreprises de FACE. F@cetic : un projet innovant pour lutter contre l’exclusion numé- rique L’exclusion numérique existe bel et bien. Elle touche différentes catégories de personnes à savoir : Les personnes rétives à l’utilisation de l’outil informatique car n’ayant pas été formées et habituées très tôt dès l’école ou à domicile ; Les personnes n’y accédant pas pour des raisons financières ; Les personnes en reconversion habituées à d’autres types d’outils pour travailler. L’exclusion numérique se concentre dans les territoires en difficulté et seulement 50% des français possèdent à ce jour un ordinateur chez eux. Deux volontés convergentes pour la même cause : innover contre la fracture numéri- que Face à ce constat, et pour y apporter des réponses concrètes, FACE Lille Métro- pole et la Caisse d’Epargne ont uni leurs efforts pour imaginer un projet dont les objectifs sont les suivants : - donner la possibilité au plus grand nombre de personnes d’accéder aux technologies de l’information et de la communication qui demeurent des leviers indispensables tant pour différentes activi- tés quotidiennes personnelles que profes- sionnelles, - améliorer le niveau d'utilisation des technologies et les services rendus par les associations, - créer et renforcer la culture informatique. 500 unités centrales ont été mis à disposi- tion de Face Lille qui a conçu, réalisé l’ingénierie et mis en œuvre ce projet depuis l’analyse des besoins jusque l’installation des ordinateurs auprès des associations relais et bénéficiaires (169000 benéficiaires). Des associations bénéfi- ciaires ciblées au niveau régional Pour y parvenir, différents intermédiaires associatifs ont été ciblés et dotés d’équipements informatiques. On retiendra les associations suivantes qui : - œuvrent dans les domaines de la lutte contre l’exclusion ; - appuient les diverses actions de sensibili- sation à l’informatique ; - favorisent l’insertion professionnelle ; - développent le soutien scolaire et l’accès à différents services publics. " Cette action est innovante d'une part car elle recycle du matériel et participe ainsi à une démarche écologique. D'autre part, elle permet l'accès aux nouvelles technologies d'information et de communication à des personnes n'ayant pas ces outils à leur disposition ". " C’est bien pour aider les petites associations, ça permet d’avoir un ordinateur pour chaque secteur ainsi que pour les animateurs. Plus simple en question d’organisation. Avant on attendait notre tour pour traiter nos dossiers ". Madame Gloria, présidente de l'association " Atouts Sens " " On se rend compte combien ces petites associations de proximité engagées dans les quartiers au coeur du combat contre les exclusions manquent de tout, de moyen, de matériel informatique qui sont des outils indispensables, conclu Ayité Creppy. Une manière aussi de prolonger la vie d'un matériel informatique, sans doute rapidement obsolète pour les grandes entreprises, mais toujours susceptible de rendre de grands services ". " La Voix du Nord " septembre 2005 J.-M.D. Madame Damiani, "Carrefour des solidarités" Nombre d'entreprises partenaires Nombre de structures 24 113 Soutien au développement des associations : Chiffres des clubs FACE
  • 21. 21Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 3 : La prévention de l'exclusion Passerelles entre l’Ecole et l’EntreprisePasserelles entre l’Ecole et l’Entreprise " Les élèves ont apprécié la proximité des intervenants qui ne se sont pas positionnés en donneurs de leçon " Madame Nathalie Gabu, éducatrice spécialisée du collège Cassien Sainte Claire. Nombre d'entreprises partenaires Nombre d'établissements scolaires Nombre de bénéficiaires 224 75 2884 ActionsPasserellesécoleentreprise: Chiffres des clubs FACE Les Clubs FACE en 2006 ont multiplié (+11%) les conditions d’interaction avec l’entreprise : Visites pédagogiques d’entreprises, Forums Métiers, Aide à la recherche et la préparation des stages, Graines d’entreprises … autant de mises en relation concrètes entre des responsa- bles et collaborateurs d’entreprises et des élèves rencontrant des difficultés d’accès à l’entreprise. Cesinterventionsciblentdesd’établissements en Zone d’Education Prioritaire dans une perspective d’égalité des chances. Valorisation des stages à la Martinique Le club FACE Martinique a mis en place pour trois classes de troisième, avec le collége Cassien Sainte Claire l'action " Valorisons les stages " dont l'objectif était double : - Apporter le regard de l’entreprise sur la valorisation du stage, en amont et en aval, - Préparer l’élève au fonctionnement de l’entreprise dans la perspective de ses stages futurs ou contrat d’alternance. " Comment mettre à profit cette expé- rience, quels moyens pour valoriser cette période ? ". Monsieur Jean François Meyer, Directeur d’une société d’étude " Pour le directeur d’IpsosAntilles, que j’étais, l’action est particulièrement intéressante parce qu’elle nous permet de mettre au service d’un établissement scolaire, de ses élèves et aussi des entreprises deux outils directement issus de notre expérience profes- sionnelle : Une approche typologique de l’entreprise présentée aux élèves et une méthodologie d’enquêtes de satisfaction utilisée pour évaluer la pertinence du stage. Présenter aux jeunes les différents types d’entreprises auxquelles ils peuvent être confrontés lors de leur stage, leur permet d’aborder positivement cette expérience. L’enquête, bien exploitée peut permettre au collège d’approfondir ses partenariats avec les entreprises accueillantes en communi- quant des tendances . C’est un outil destiné à faciliter l’accès aux stages en utilisant des outils d’entreprises pour communiquer avec les entreprises ". Madame Nathalie Gabu, Educatrice Spécialisée du collège Cassien Sainte Claire " Les élèves ont témoigné d’un réel intérêt pour les interventions (participation active, comportement respectueux). Ils ont eu le sentiment d’être pris en compte, qu’on ne se moquait pas d’eux, d’être considéré. Les interventions de chefs d’entreprises ont été utiles. Les élèves ont apprécié la proximité des intervenants qui ne se sont pas positionnés en donneurs de leçon. Des propositions spontanées de stages, de contrats d’apprentissage ont émergé, ce qui a permis d’ouvrir des pistes d’orientation nouvelles ". Accueillis par le Directeur du magasin, Jean-pierre Monteilh, ils ont pu découvrir tous les métiers de la Grande distribution : Employé Libre Service, Chef de rayon, Hôte(sse) de caisse, boulanger, pâtissier, responsable de la logistique, comptable... et ont trouvé des réponses à toutes leurs interrogations. Cette visite qui s'inscrit dans le cadre des actions "passerelles Ecoles Entreprises " de FACE Hérault leur a permis de rendre un peu plus concret le monde professionnel. Des élèves d'une classe de 3ème des Escholiers de la mosson ont visité, le magasin Géant Casino près d'Arènes. " Dans les actions de prévention de l'exclusion, les actions écoles sont très importantes. Les premiers contacts des élèves avec l'entreprise se font au moment des stages. Pour les élèves qui ne bénéficient pas de "réseau" l'obtention d'un stage est très difficile et trop souvent se transforme en échec. Nos actions ciblent les scolaires qui ne sont pas dans une dynami- que de réussite à l'école et il est nécessaire que la rencontre avec l'entreprise soit positive. Le club et ses adhérents jouent un rôle clef dans la préparation de cette rencontre. Nos actions vont même jusqu'à trouver des entreprises pour les élèves (filière professionnelle) de Guyane française souhaitant venir en métropole ". Odile Veneau, Directrice du club FACE Le Mans
  • 22. 22 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 " Les graines d'entreprises "" Les graines d'entreprises " " Faire prendre conscience aux élèvesdelacomplexitédefaire vivre une entreprise " Elise Vermeulen, chargée de mission FACE Grand Amiens Les actions graines d’entreprises adultes ou scolaires consistent à créer avec un groupe, une entreprise virtuelle produisant des biens ou services réels. De la création en passant par la production jusqu’à la commercialisation, les participants sont amenés à travailler en équipe, s’interroger sur la gestion d’une entreprise, son organi- sation, son fonctionnement, les rôles de chacun et l’interaction du travail des uns avec le travail des autres. La finalité de l’action réside dans la respon- sabilisation vis-à-vis d’un objectif commun, produire et vendre sa production, afin de mieux comprendre les enjeux d’une entre- prise pour mieux s’y intégrer. Créer une entreprise Depuis 2001, le club FACE de Lille Métropole met en place l'action "Graines d'entreprises" dans différents établisse- ments de Lille et ses environs. Cette action consiste en l'animation dans un établisse- ment scolaire de 18 séances qui ont pour objectifs d'amener les élèves d'une classe à créer leur entreprise en miniature. Toutes ces séances sont animées par un collabo- rateur d'entreprise professionnel du thème abordé. Durant une année scolaire, les " graines d'entrepreneurs " vont : lancer leur entreprise ; produire un objet ; gérer leur entreprise ; commercialiser les produits fabriqués ; participer à un congrès lors duquel ils rencon- treront d'autres " graines d'entrepreneurs " ; clôturer leurs activités en tenant leur assemblée générale. " Kifsac " à Amiens Tout au long de l’année scolaire 2005 - 2006, la graine d’entreprise amiénoise a vécu, au sein du Collège Etouvie avec des élèves de 3e inscrits en option découverte professionnelle et a reçu les conseils des entreprises : Chrétien, Crit Intérim BTP, Géant, GPA Générali, Manpower et ONET. Ce projet visait à créer, au sein de ce groupe d’élèves, une véritable entreprise mais à taille réduite en suivant toutes les étapes d’une entreprise « normale », depuis la recherche du produit à créer et fabriquer, jusqu’au bilan comptable. L’entreprise KifSac a donc transformé et vendu des Sacoches destinées à tout public, passant par les élèves et profes- seurs du collège jusqu’aux chefs d’entreprise. Les élèves de la classe de 3ème du collège Les Escholiers ont décidé cette année de créer une graine d’entreprise, E.D.P. (Escholiers Découverte des Parfums), où ils vont fabriquer des cartes désodorisantes pour voiture, FRESH CARD. Les cartes parfumées ont vocation à être commercialisées à des professionnels qui les offriront ensuite à leurs clients. Ces désodorisants seront personnalisés avec les logos des entreprises qui les acquièreront. Les élèves sont conseillés par des chefs d'entreprises qui interviennent sur les aspects techniques à chaque étape de leur projet. " Créer cette graine d’entreprise a fait prendre conscience aux élèves de la complexité de faire vivre une entreprise. Les échanges avec les intervenants extérieurs ont été très enrichissants et ont permis aux jeunes de s’exprimer et de s’ouvrir ou en tout cas d’avoir un autre regard sur un monde qui leur était jusque là " presque " inconnu ". E l i s e V e r m e u l e n , c h a r g é e d e m i s s i o n F A C E G r a n d A m i e n s G r a i n e d ’ e n t r e p r i s e c o l l è g e E s c h o - l i e r s d e l a M o s s o n ( 3 4 ) Nombre d'entreprises partenairess Nombre d'établissements scolaires Nombre de bénéficiaires 71 16 377 Actions "Les graines d'entreprises" : Chiffres des clubs FACE
  • 23. 23Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 3 : La prévention de l'exclusion Insertion des personnes sous main de justiceInsertion des personnes sous main de justice " La relation de confiance est essentielle pour réussir " Manuel Garcia , vice président FACE Chambéry - Directeur de Alpes Savoie nettoyage . Nombre d'entreprises partenairess Nombre de personnes concernées 25 137 Actions insertion des personnes sous main de justice : Chiffres des clubs FACE FACE mobilise et engage concrètement des entreprises locales pour favoriser l’accès à l’emploi de personnes en difficulté d’insertion, et particulièrement à l’insertion des personnes sous main de justice. Un certain nombre de personnes ne peut bénéficier de solutions de sortie anticipée ou de mesure alternative à l’incarcération, faute de place en Entreprises d'Insertion ou parce que ces jeunes ne relèvent pas (ou plus) de ces mesures ou dispositifs. FACE, avec l’aide des acteurs institution- nels, mobilise des employeurs potentiels sensibilisés à la problématique de l’insertion ou réinsertion des détenus. Action R.E.L.A.I de Chambéry Le club FACE Chambéry, le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de la Savoie (SPIP) et la Mission Locale du Bassin Chambérien ont mis en place l’action RELAI (Réseau d’Entreprises Locales pour une l’Alternative à l’Incarcération de personnes sous main de justice), dont l’objectif était de faciliter l’accès à l’entreprise pour des personnes détenues en vue d’un accès à l’emploi durable. Les salariés des entreprises, clé de voûte de l’ensemble du système, qui accueillent les candidats ont été choisis en fonction de leur capacité d’encadrement, d’écoute et d’ouverture. Interlocuteurs privilégiés des référents institutionnels, ils ont bénéficié d’une formation FACE spécifique pour l’accueil de ce public (tuteur) afin de réussir l’intégration dans l’entreprise. A ce jour, tous les recrutements effectués se sont bien déroulés dans leur intégration, grâce à un suivi des personnes sur leur lieu de travail. Manuel Garcia , vice président FACE Chambéry - Directeur de Alpes Savoie nettoyage. " Mes attentes par rapport à cette aventure qui est un défi et une expérience étaient ce qui est advenu : Une insertion profession- nelle et sociale réussie. J'ai recruté une personne bénéficiaire de l'action menée par FACE Chambéry, c'est un très bon élément, totalement autonome. Il maîtrise parfaitement les techniques et est amené à évoluer sur un poste à responsabilité, alors qu’il n’avait aucune connaissance de la profession. C’est par ses qualités et sa volonté qu’il en est arrivé là où il est. Nous avons eu plusieurs entretiens et j'ai été convaincu par ses motivations. J'ai décidé d’entamer une procédure de recru- tement avec l’aide de FACE, du SPIP et du psychologue qui le suivait. Au démarrage, le personnel n’avait pas connaissance de la particularité de la situation, car je craignais que les collabora- teurs aient des attitudes particulières vis- à-vis de lui. Alors qu’il était déjà intégré et apprécié, les choses ont fini par se savoir. J’ai organisé une réunion avec l’ensemble des collaborateurs en toute transparence. La relation de confiance est essentielle pour réussir ". " Lorsque FACE Chambéry nous a présenté leur projet d’accompagnement et de préparation à la sortie de personnes détenues, nous avons tout de suite adhéré puisque cela correspond à 1 des missions du SPIP. Cette action se déroule en plusieurs temps, organisation de rencontres avec FACE et des personnes qui sont proche de la sortie, ou des personnes qui peuvent, sous condition d’un accès à un emploi, bénéficier d’un aménagement de peine. FACE joue un rôle important dans les possibilités des projets professionnels et dans la mobilisation des entrepri- ses. Ce qui nous intéresse aussi beaucoup c’est le suivi et le tutorat qui s’effectue lorsque la mise à l’emploi est effective, ce suivi permet de s’assurer que tout ce passe bien et que l’emploi est pérenne. J’ai un exemple marquant d’une personne incarcérée qui à l’époque était mineure, et grâce à notre partenariat avec FACE, a pu bénéficier d’une libération conditionnelle, a atteint ses 18 ans et un emploi stable. C’est une belle réussite de prépara- tion et d’insertion ". Monsieur Jean- Daniel Sibert, Directeur SPIPS (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation) de la Savoie " Je remercie l’ensemble des partenaires impliqués dans cette action : l’équipe du SPIP, la mission locale et bien sûr les entreprises, qui nous ont fait confiance lorsque nous leur avons présenté le projet à destination des personnes détenues. Notre collaboration est efficace et permet de préparer des personnes détenues à la sortie et dans certains cas de faire en sorte que des aménagements de peine soient possible. C’est une action qui demande un engagement très important de tous, mais elle prouve qu’il est possible de rebondir. Les entreprises sont conscientes de leur utilité dans l’intégration professionnelle des personnes qui en ont besoin et savent très bien assumer leurs responsabilités ". J e a n - C l a u d e l ’ H é n a f f d i r e c t e u r d u c l u b F A C E C h a m b é r y
  • 24. 24 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Sport et EmploiSport et Emploi " La vraie réussite de cette opération, c’est la capacité à se prendre en charge " Alain Le Maistre, Président du club FACE Saint Quentin en Yvelines, Directeur EDF- Gaz de France distribution Versailles. Le sport est un remarquable vecteur d’apprentissage pour des publics en difficulté. Il permet de se confronter à soi- même, favorise la rencontre avec autrui, appelle au respect des règles, cultive le dépassement de soi et développe l’esprit d’équipe. Il contribue ainsi à acquérir ou à retrouver une confiance intime nécessaire à l’élaboration et la réalisation d’un projet professionnel. Outre les effets de sensibilisation et d’adaptation des bénéficiaires au monde du travail, ces actions favorisent égale- ment une évolution des représentations des salariés, de ces publics en difficulté et particulièrement des jeunes des quartiers défavorisés. 42,195 kms d’effort… Le club FACE de Saint Quentin en Yveli- nes a mis en place, à l’initiative de Monsieur Dominique Thomas, Directeur de Décathlon, pour la période 2005/2006, une opération intitulée « Marathon New York, Agir pour mon emploi ». Il s’agissait de permettre à des jeunes de faible niveau de qualification et en difficulté d’insertion professionnelle, d’apprendre un métier et d’intégrer une entreprise tout en menant un défi sportif de grande envergure en s’entrainant pendant 7 mois pour participer au marathon de New York. L’objectif était d’utiliser le marathon comme un outil pédagogique, faisant le pari que les compétences mobilisées pouvaient être aisément transférables dans le domaine du travail. Chaque jeune était accompagné par un tuteur, salarié d’une entreprise membre. ... Un emploi à la clef Le pari a été gagnant, puisque les quatre jeunes bénéficiaires ont fait la course du marathon jusqu’au bout et que trois d’entre eux sont actuellement en poste en contrat à durée indéterminée. Patrick Sabatier, Vice président club FACE SQY RRH Décathlon Ile de France - Ouest. " Le projet du marathon c’était, à travers l’exemple du sport qui est une école de vie, de faire en sorte que le jeune comprenne que la vie en entreprise c’est un peu comme préparer un marathon : il faut arriver à l’heure, il faut être sérieux avec les entrainements, savoir quand on peut lever le pied, quand il faut au contraire sprinter, savoir par moment se tenir les coudes ; c’était faire le parallèle entre les deux. Pour ce qui me concerne, il s’agissait plus d’une expérience humaine qu’une action « sociale », parce qu’on ne peut pas aujourd’hui oublier que dans nos valeurs il y a « fraternel », moi j’ai envie de jouer la fraternité et d’aider les personnes qu’on peut aider. Certes, il faut que ces person- nes parviennent à faire un pas vers l’entreprise, mais l’entreprise doit aussi faire un pas vers eux. Il n’y a pas de raison que ça ne marche pas. Les patrons doivent comprendre qu’il est indispensable de s’inscrire dans cette logique ". " Un coureur c’est un combat- tant. Pour moi la victoire c’était, si je finissais le marathon de NY, comme si je pouvais trouver un travail ". " J’ai été, dans l’entrainement, aussi exigeant avec Hélio que j’aurais pu l’être avec mon fils. Moi-même je suis issu des quartiers un peu difficiles et je sais qu’à l’époque si l’on m’avait proposé un projet comme celui-là, cela m’aurait beaucoup plu. J’ai réussi dans la fonction publique à passer des concours et à progresser et je me suis toujours dit qu’un jour j’aimerais bien renvoyer la balle à un jeune en difficulté. C’était un souhait très fort de pouvoir m’engager pour accompagner un jeune ". Monsieur Romuald G. (Coach de Monsieur Hélio P.B.), Communauté d’agglomération SQY chargé d’études et travaux neufs M o n s i e u r A b d e s s a m a d D . , actuellement en CDI dans la société Protim
  • 25. 25Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 3 : La prévention de l'exclusion " Cette action prouve que l’on peut faire quelque chose tous ensemble " Monsieur Jean-Noel Brunet, machiniste à la RATP au centre bus des Lilas. Nombre d'entreprises partenairess Nombre de personnes concernées Nombre de sorties positives 50 116 116 Actions Sport et Emploi : Chiffres des clubs FACE La balle au rebond Le club FACE de Seine Saint Denis, en partenariat avec l’association Jeunesse de la Noue, a organisé un stage de football en direction de dix neuf jeunes de Bagnolet en rupture avec le monde du travail. Le stage avait lieu à Yzeure dans l’Allier et était encadré par un professionnel diplômé du Brevet d’Etat d’Educateur Sportif mention Football, accompagné de trois animateurs bénévoles de l’association. La semaine s’est achevée par un tournoi durant lequel l’équipe de jeunes rencon- trera les équipes des Entreprise partenai- res. Les entreprises ont parrainé les jeunes mobilisés. Treize jeunes ont trouvé un emploi durable, un a créé sa propre entre- prise. Monsieur Mohamed Hakem, Président de l’association Jeunesse la Noue " Les entreprises partenaires ont répondu présentes à l'appel des jeunes partici- pants, et ceux-ci recouvrent une légitime confiance en eux qu'ils n'auraient jamais dû perdre. L'implication d'hommes et de femmes dans ce projet commun a permis à chacun de se rencontrer et de voir que l'autre, celui que l'on ne connaît pas, est peut être extraordinaire. Car, le plus important dans cette histoire, c'est la confiance ". Monsieur Alain Decoudun, Monoprix Montreuil, Directeur " L’entreprise ne peut faire abstraction de son environnement. Ici, l’idée du sponso- ring a tout de suite été remplacée par un challenge qui m’a plu : Nous sommes, les jeunes et les entreprises participantes, tous solidaires des uns des autres : Inves- tissez vous et nous nous investissons : c’est un rapport gagnant / gagnant. L’entreprise entre-ouvre une porte, mais le véritable levier, c’est eux ". Madame Marie-F Bazilique, SNCF Direction Paris-est, Mission solidarité gestion sociale de l'emploi " Le décalage est important entre la repré- sentation qu’en ont les jeunes, et la réalité du poste : ses exigences, ses contraintes. Ce n’est pas propre aux participants de la visite, les jeunes nouvellement embauchés dans l’entreprise se positionnent très rapidement sur des métiers valorisants. La visite, au delà de la découverte de l’entreprise et des métiers exercés, permet aussi de convaincre les candidats pour qu’ils se positionnent sur des postes en recrutement puis, selon les possibilités, de progresser en interne vers le métier initialement souhaité ". " Le stage de foot nous a redonné confiance, et à notre retour nous avons décidé de nous lancer dans un projet que nous avions déjà évoqué sans forcément l'avoir approfondi ". M e s s i e u r s K a s s i m T . e t T a r e k K . , stagiaires " La semaine à Yzeure nous a permis de nous remettre dans un rythme dynamique pour entrer dans la vie en société. On nous a fait confiance en nous donnant la responsabilité d'un château. Il fallait gérer le fonctionnement, la propreté des lieux, la sécurité et l'hygiène de la cuisine, le tout sans nuire aux uns et aux autres. Avoir des responsabilités, cela a redonné confiance à l'équipe. J'ambitionne de postuler à la SNCF. Je vais préparer les tests pour y entrer en tant que contrôleur ou au moins dans la maintenance avant d'évoluer ". M o n s i e u r F r é - d é r i c R . , stagiaire
  • 26. 26 R a p p o r t d ' a c t i v i t é 2 0 0 6 Plan d'action FACE pour l'égalité de traitementPlan d'action FACE pour l'égalité de traitement " Il est capital aujourd'hui que l'égalité soit au centre " Patrick Nédélec, Délégué Général FACE. Qu’est ce que la discrimination ? Connaissons-nous la loi du 16 novembre 2001 ? Quels risques juridiques pour l’entreprise ? Dans nos choix quotidiens, discrimine t-on sans le savoir ? Quels sont les intérêts de l’égalité de traite- ment ? Pour trouver les réponses à ces questions FACE a élaboré avec et pour des entrepri- ses un véritable mode d’emploi précis et concret afin d’assurer un accompagne- ment dans une démarche d’égalité réelle. Un plan d’action qui s’appuie sur trois prin- cipes … - L’égalité au centre Il est capital aujourd’hui que l’égalité soit au centre. Il s’agit d’abord de mettre en œuvre le droit de chacun au regard de la loi. Il ne s’agit pas d’afficher un privilège pour certains publics, mais bien, parce qu’ils sont compétents, que ces publics soient recrutés ou promus. Notre choix est donc de construire l’égalité réelle, puis ensuite de veiller à ce que cette égalité contribue à la diversité, grâce à une - politique active et volontaire. Un plan d’action et des engagements Ce plan d’action est un engagement où 7 objectifs sont déclinés. Des outils pragma- tiques permettent une mise en œuvre simple et efficace. L’accompagnement est assuré par le club FACE. …et 7 actions - Une contractualisation entre FACE et les entreprises 1 – Nommer un(e) responsable chargé(e) de manager ce plan 2 – Sensibiliser et former ad minima l’ensemble de la ligne managériale aux enjeux de l’égalité de traitement dans le recrutement, la formation et la gestion des carrières 3 – Communiquer auprès de l’ensemble des collaborateurs et des partenaires sociaux, sur notre engagement en faveur de la non discrimination et de l’égalité de traitement 4 – Réaliser un diagnostic interne afin de repérer les éventuelles pratiques discrimi- natoires, pour en mesurer les enjeux et pour dégager des priorités d’actions 5 – Définir en conséquences des engage- ments spécifiques propres à notre entre- prise et mettre en place concrètement des outils et procédures garantissant l’égalité de traitement sous toutes ses formes et dans toutes les étapes de gestion des ressources humaines, que sont notam- ment l’embauche, la formation, l’avancement ou la promotion profession- nelle des collaborateurs. 6 – Evaluer régulièrement les résultats pratiques de cet engagement, grâce à des diagnostics intermédiaires. Participer aux groupes de suivi FACE afin de permettre un transfert des méthodes et des outils mis en œuvre 7 – Le club FACE pourra accompagner notre entreprise, si nous le souhaitons, vers un label « égalité professionnelle ». 25% des actifs non ressortis- sants de l’union européenne sont au chômage (dont 36,6% pour les 15-24 ans) contre 9% de l’ensemble de la population active et 8,3% des français. (Source : Avril 2006 Observatoire des discriminations) La différence de rémunération entre les hommes et les femmes est de 19% en moyenne, 23% pour les cadres. (Source : 2004 INSEE) " Les 5 bonnes raisons pour une entreprise de s’engager pour l'égalité de traitement relèvent d'une logique de prévention du risque et une logique de profit. La 1ère tient au fait que discriminer pour des motifs prohibés est un délit. La mise ne œuvre de l’égalité réelle est donc une politique de prévention des risques. La 2nde est que la diversité, résultant de la mise en œuvre de l'égalité de traitement, stimule l'innovation et renforce la motivation des collaborateurs. La 3ème est qu’elle améliore l’intégration de l’entreprise dans son environnement local et renforce son identité. La 4ème offre des possibilités de recrutement plus élargies et permet l'intégration de nouveaux talents. Enfin, la dernière est qu’une politique visant l’égalité permet toujours la professionnalisation des pratiques RH et est ainsi un levier pour l’amélioration des processus de management. Ces affirmations sont le fruit d'une enquête européenne sur 250 entreprises ayant conduit une politique d'égalité, et de l'expérience menée depuis deux ans avec 65 entreprises de l'Hérault ". Florence Clargé Directrice du club FACE Hérault L a d i s c r i m i n a - t i o n e x i s t e 2 0 0 7 l ' a n n é e e u r o p é e n n e d e l ' é g a l i t é d e s c h a n c e s p o u r t o u s Avec le soutien de : Entreprises sans discrimination Tous gagnants Entreprises sans discrimination Tous gagnants 1 2 3 4 5 6 7 Le Plan d’action FACE pour l’égalité de traitement Le Plan d’action FACE pour l’égalité de traitement ,, ,, pour l'égalité de traitement du plan d'action FACE Entreprise signataire Nommer un(e) responsable chargé(e) de manager ce plan Sensibiliser et former l’ensemble de la ligne managériale aux enjeux de l’égalité de traitement dans le recrutement, la formation, et la gestion des carrières Communiquer auprès de l’ensemble des collaborateurs et des partenaires sociaux, sur notre engagement en faveur de la non discrimination et de l’égalité de traitement Réaliser un diagnostic interne afin de repérer les éventuelles pratiques discriminatoires, pour en mesurer les enjeux et pour dégager des priorités d’action Définir en conséquence des engagements spécifiques propres à notre entreprise et mettre en place concrètement des outils et procédures garantissant l’égalité de traitement sous toutes ses formes et dans toutes les étapes de gestion des ressources humaines, que sont notamment l’embauche, la formation, l’avancement, ou la promotion professionnelle des collaborateurs Evaluer régulièrement les résultats pratiques de cet engagement, grâce à des diagnostics intermédiaires. Participer aux groupes de suivi FACE afin de permettre un transfert des méthodes et outils mis en œuvre. Le club FACE pourra accompagner notre entreprise, si nous le souhaitons, vers le label « égalité professionnelle» Nom de l'entreprise signataire : Notre entreprise s'engage à : 2007 Fait à , le L'entreprise signataire Le club FACE Nom et fonction des signataires :
  • 27. 27Fondation Agir Contre l'Exclusion Axe 3 : La prévention de l'exclusion "FACEsaitapporteràcevaste chantier qu'est la lutte contre toutes les formes d'exclusions, les bases essentielles d'une société plus juste " Khaled Zourray, Président de FACE Hérault. Nombre d'entreprises mobiliséess Nombre de d'entreprises signataires Nombre de personnes formées 358 217 5299 Plan d'action FACE pour l'égalité de traitement : Chiffres des clubs FACE Madame Clare Hart, Société International Language Organisa- tion (ILO). " Je dirige une petite entreprise dans le domaine des services. Le but de notre démarche était de sensibiliser l’ensemble de notre équipe car ils sont tous en contact avec l’extérieur. 75% de notre effectif a été formé à la non discrimination. Concrète- ment, grâce à ces formations, nous avons pu constituer des groupes de réflexion sur la question de l’égalité de traitement et de la non discrimination. Ces groupes de réflexion ont abouti à la construction d’un plan d’action interne et à la responsabilité de l’ensemble du personnel, celui-ci étant impliqué dans sa construction. Nous avons recruté des personnes issues de l’immigration et suite à une préconisation de FACE Hérault, nous avons intégré en stage une personne non voyante. Les résultats ont été très positifs et cela a constitué une source de fierté pour toute l’équipe. L’ensemble de ces actions a pu être conduit grâce à la qualité des forma- tions de sensibilisation " entreprises sans discrimination : tous gagnants " conduites par FACE. Notre projet actuel est d’obtenir le label égalité professionnelle avec l’aide de FACE Hérault ". Madame Gaëlle Poirier- Rigaud Responsable RH – groupe ESARC- CEFIRE. " La signature du plan d’action FACE pour l’égalité de traitement en 2004 nous a permis de sensibiliser le personnel aux questions de lutte contre les discrimina- tions au travail, même si aucun problème particulier ne s’était posé. Cet engagement nous a surtout amené, à travers le diagnos- tic réalisé par FACE, puis la participation aux groupes de travail qui permettent des échanges enrichissants avec d’autres entreprises, d’optimiser nos outils R.H. Le plan d’action FACE est une occasion pour l’entreprise de réfléchir et d’agir, en collaboration avec des partenaires variés, mais surtout en fonction de ses propres objectifs, donc de manière pertinente ". Monsieur Pierre Faucheux Responsable Emploi/formation de la TAM. " L’entreprise a beaucoup communiqué en interne sur l’engagement dans le plan d’action FACE et plus généralement dans la lutte contre les discriminations. 100 personnes de la TAM (transport agglomé- ration de Montpellier) ont suivi une forma- tion à l’égalité de traitement. Il y a plusieurs évolutions de pratiques : sur les dossiers de candidatures, l’intégration de travailleurs handicapés, la parité dans les transports (aujourd’hui, plus de 10% de l’effectif affecté à la conduite est constitué de femmes). Le plan a conduit le siège de TRANSDEV à signer un engagement au niveau national sur le modèle de celui réalisé par FACE Hérault à Montpellier au niveau de la TAM ". Définition : La discimination est, à situation comparable, un traitement défavorable. Directe, elle a pour objet de discriminer : à situation comparable, un traitement défavorable, pour un motif illégitime. Indirecte, elle a pour effet de discriminer : à critère, caracté- ristique ou pratique apparem- ment neutre elle écarte une catégorie de personnes de l’accès à un bien, une prestation, une promotion ou un emploi. C'est l'effet qui est mesuré. L a L o i d u 1 6 n o v e m b r e 2 0 0 1 La HALDE est une autorité administrative indépendante créée par la loi du 30 décembre 2004. Elle a pour mission générale de lutter contre les discriminations prohibées par la loi, de fournir toute l’information nécessaire, d’accompagner les victimes, d’identifier et de promouvoir les bonnes pratiques pour faire entrer dans les faits le principe d’égalité. Elle dispose de pouvoirs d’investigation pour instruire les dossiers. Présidé par M. Louis Schweitzer, le Collège de la Haute Autorité de Lutte contre les Discrimina- tions et pour l’Egalité (HALDE) décide de l’orientation à donner aux réclamations qui lui sont adressées. Le Collège adopte des avis et recomman- dations pour promouvoir l’égalité, il peut prendre l’avis du Comité consultatif. Les services sont placés sous la responsabilité du Président. L a H a u t e A u t o - r i t é d e L u t t e c o n t r e l e s D i s c r i m i n a t i o n s e t p o u r l ’ E g a l i t é ( H A L D E )