Chroniques de Fouesnant - subqsk

1 358 vues

Publié le

Chroniques de Fouesnant -

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 358
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
37
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Chroniques de Fouesnant - subqsk

  1. 1. ROBERT CARIC, UN GRAND CHAMPION DE LUTTE BRETONNE René BLEUZEN Amélie, qui coule une vieillesse tranquille dans un joli petit hameau pleuvennois, a été toute surprise de trouver dans l'article consacré à la lutte bretonne du bulletin 21 de FOEN IZELLA, le nom d’Alexandre CADIOU accolé à la photo de son défunt mari, Robert CADIC, avec son écharpe de champion 1930 !!!!!! Pour l'information de nos lecteurs, elle nous dit très brièvement ce que fut la carrière de ce lutteur d'exception, qu'elle a épousé à Gourin le 24 avril 1935 et qui est décédé à l’âge de 67 ans, après une douloureuse maladie, dans la maison qu'ils avaient choisi de construire dans ce pays fouesnantais, qu'il aimait, et dont le nom résonnait à ses oreilles à travers ceux de tous les champions, qu'il y avait connus et fréquentés. Robert CADIC était né le 15 novembre 1912 dans la commune de Guiscriff (Morbihan) où ses parents, cultivateurs, tenaient la ferme Treuzéva. Dans la cour de son école il était déjà un costaud parmi les camarades du même âge. Très tôt il quittait l'école et restait à la maison pour participer aux travaux de la ferme. Il avait un tempérament de feu et, conscient de ses possibilités "physiques il se mettait à la lutte bretonne, la compétition qui se pratiquait alors durent toute la saison des fêtes et des pardons et qui éclipsait tous les autres sports. Dès son arrivée il a bousculé la hiérarchie des lourds, on ne parlait que de Robert CADIC, aucun adversaire ne lui résistait et son arrivée sur la sciure de la lice de combat, provoquait le silence, qui était comme l'annonce d'un privilège d'être présent pour le combat du plus grand. A 18 ans, en 1930, il avait l'écharpe de champion de Bretagne catégorie " lourds " et champion interceltique. Il conservait son titre de champion de Bretagne en 1931, 1932, 1933, 1934 et 1935. Cette année il convolait avec Amélie GUERGOAT, et ils quittaient la Bretagne pour s'installer à Paris. Robert se faisait policier et il y a fait carrière jusqu'au grade d'inspecteur principal. 1/7
  2. 2. Mais du même coup il disait adieu à la lutte bretonne qui ne se pratiquait que dans la province dont elle portait le nom. La carrière sportive de Robert CADIC ne s'arrêtait pas là. A peine arrivé à Paris, où sa réputation de champion hors pair l'avait précédé, il était sollicité par le comité de Paris-Rungis, qui organisait la finale de la lutte professionnelle internationale, pour une démonstration de lutte bretonne. Sa maîtrise du jeu fit sensation, les journalistes ont écrit qu'il avait été admiré pour la façon dont il dominait ses adversaires. Doté d'un tempérament de compétiteur, et la lutte lui manquant, il allait alors vers le judo qu'il a pratiqué plusieurs années au plus haut niveau. En 1950 il participait au championnat de France avec le club de l'école Polytechnique et seule une maladresse, le priva du titre. Mais Robert et Amélie, bretons pure souche, n'envisageaient pas de finir leurs jours loin de leur province. Au sortir de la vie active, après prospection, ils jetaient leur dévolu sur ce petit coin de campagne de l'allée Vibert, à deux pas du bourg de Pleuven, et ils y faisaient bâtir la maison de leur rêve. Robert y est décédé en 1980 et Amélie continue de cultiver la mémoire de son champion qui l'a quittée trop tôt, en feuilletant les écrits et les photos qui illustrent une carrière brève mais exceptionnelle. 2/7
  3. 3. 1927 : le dernier tournoi toutes catégories. Moyens : Jean MERRIEN de la Forêt-Fouesnant (29). Lourds : Robert CADIC de Guiscriff (56). En 1927 à Hennebont (56), comme il est de tradition, toutes les catégories sont confondues lors du tournoi de lutte Bretonne. Vincent BERROU de Bénodet, en sort vainqueur après avoir battu René SCORDIA de Langolen. Sur la troisième marche du podium, on trouve Jean MERRIEN de La Forêt Fouesnant; 4. Henri SCOUARNEC de PLOUAY (56); 5. Félix GUIRINEC de La Forêt Fouesnant; 6. Mathias BERROU de Bénodet; 7. Joseph JUBIN de Lochrist (56). 1933. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Jean TALLEC de Gourin (56). Légers : Julien CLOIREC de Lochrist (56). Moyens : Pierre SIMON du Faouët (22). Lourds : Robert CADIC de Guiscriff (56). 1934. Résultats du tournoi. 1928 : le premier tournoi par catégorie. la ceinture d'or revient à Michel PETILLON de la Forêt-Fouesnant. Moins 18 ans : Samuel RIVOAL de Guiscriff. Plume : Marcel LE GUILLOU de Scaër. (Cette catégorie est homologuée pour les tournois interceltiques, lorsqu'ils ont lieu en Angleterre). Légers : Jean TALLEC de Gourin (56). Moyens : Pierre SIMON du Faouët (56). Lourds : Robert CADIC de Guiscriff (56). 1928. Résultats du tournoi. 1935. Résultats du tournoi. Champion de Bretagne des moins 18 ans : BAUDIC de Lochrist (56). Champion de Bretagne de la catégorie des Légers : SCORDIA de Langolen (29). Champion de Bretagne de la catégorie des Moyens : CADIOU. Champion de Bretagne de la catégorie des Lourds : GOURLAY d'Arzano (29). 1929. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Maurice MINIOU de Guiscriff Plume : Jean BOURHIS de Scaër (29). Moyens : François CLEMENT de Clohars-Fouesnant (29). Lourds : Yves CLEMENT. Moins 18 ans : ROUILLE de Lanester (56). Légers : François CLEMENT de Clohars-Fouesnant (29). Moyens : Nicolas CLEMENT de Fouesnant (29). Lourds : Robert CADIC de Guiscriff (56). 1936. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Légers Louis SIMON du Faouët (56). Moyens : Nicolas CLEMENT de Fouesnant (29) Lourds : Jean-Louis JEGOUSSE de Lorient (56) 1937. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Robert CADIC de Guiscriff (56). Légers : Julien CLOIREC de Lochrist (56). Moyens : Jean MERRIEN. Lourds : René TYRANT de Beuzec-Conq (29). Moins 18 ans : Soïg LE MEUR de Scaër (29). Légers : Moyens : François CLEMENT de Clohars-Fouesnant (29). Lourds : Nicolas CLEMENT de Fouesnant (29). 1931. Résultats du tournoi. 1938. Résultats du tournoi. 1932. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Jean FLEOUTER de la Forêt-Fouesnant (29). Légers : Jean TALLEC de Gourin (56). Moyens : Jean MERRIEN de Guiscriff (56). Lourds : Nicolas CLEMENT de Fouesnant (29) 1930. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Jean TALLEC de Gourin (56). Légers : Julien CLOIREC de Lochrist (56). Moyens : René TYRANT de Beuzec-Conq (29). Lourds : Robert CADIC de Guiscriff (56). Moins 18 ans : Jean TALLEC de Gourin (56). Légers : Julien CLOIREC de Lochrist (56). 3/7
  4. 4. 1939. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Jean MIROL de Calan (56). Légers : Alain PETILLON. Moyens : Lourds : Yvon MORVAN de Bénodet (29) A partir de 1945, la renaissance du championnat de Bretagne de lutte. Dès la fin du conflit mondial, les tournois de luttes retrouvent le cours normal, comme tant d'autres activités sportives. En 1945, le premier championnat de Bretagne d'après-guerre est organisé à Fouesnant. Ce tournoi ne sera pas homologué par la fédération. 1945. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : LE MEUR de Guiscriff (56) Légers : Michel PETILLON de Fouesnant (29) Moyens : Emile LE FOLL de Scrignac (29) Lourds : Laurent CADIOU de Bénodet (29) 1946. Résultats du tournoi. Moyens : Emile LE FOLL de Scrignac (29). Lourds : Laurent CADIOU de Bénodet, conserve son titre à Lorient. 1947. Résultats du tournoi. Moins 18 ans:Jean GUILLEMOT de Cléguer (56). Légers : François SALAUN de Plonévez-duFaou (29). Moyens : Samuel RIVOAL de Plourivo (22). Lourds : François GUILLEMOT du Faouët (56). 1948. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Pierre FLEJEAU de Plouay (56). Légers : François SALAUN de Plonévez-duFaou (29) Moyens : Emile LE FOLL de Scrignac (29). Lourds : Jean HERVE de Bénodet (29). 1949. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Yves VAUCHER de Gourin (56). Légers : Georges BROD de Saint-Thurien (29). Moyens : Emile LE FOLL de Scrignac (29). Lourds : François GUILLEMOT du Faouët (56). 1950. Résultats du tournoi. Moins 18 ans: Raymond BERNARD de Gourin (56). Légers : Georges BROD de Saint-Thurien (29). Moyens : Jean GUILLERMIC de Ploemeur (56). Lourds : François GUILLEMOT du Faouët (56). Moins 18 ans : André LE FOLL de Scrignac (29) Légers : Pierre SIMON du Faouët (22). Alexandre CADIOU, Jean BOUSSARD et Laurent CADIOU (Champion chez les Lourds en 1946). 4/7
  5. 5. 1951. Résultats du tournoi. Moins 18 ans : Roger GUILLEMOT de Cleguer (56). Légers : Raymond LE BOZEC de Saint-Servais (22). Moyens Georges BROD de Saint-Thurien (29). Lourds : François GUILLEMOT du Faouët (56). 1952. Résultats du tournoi. Cadets : Auguste FOUTER de Scrignac (29). Juniors : Roger SALAUN de Plonevez-du-Faou Légers : Mathurin PERON de Bannalec (29). Moyens : Armand LE ROY de Plounerin (22). Lourds : Yves VAUCHER de Gourin (56). En 1952, le 10 août à Scrignac, Mathurin PERON, de Bannalec (puis résidant à Bénodet), devient champion de Bretagne. La même année, le 15 août, à Callac, il remporte le titre du tournoi inter celtique en battant l'anglais Thomas FORD, en deux manches de 8 minutes. Août 1928, le premier interceltique, à Quimperlé. tournoi C'est à Quimperlé, le dimanche 19 août 1928, au parc des sports de Kerisole que l'on retrouve nos champions locaux : Vincent BERROU, de Bénodet, titulaire de la ceinture d'or 1927 dédiée au meilleur lutteur, Jean MERRIEN de la Forêt Fouesnant, Félix GUIRINEC de la Forêt Fouesnant, qui revendique depuis 10 ans le titre de champion de Bretagne. A leurs côtés, l'équipe de Finistériens est complétée par René SCORDIA de Scaër, un lutteur réputé imbattable par un homme de son poids. Sur la lice, sont également représentés les meilleurs lutteurs des Côtes du Nord et du Morbihan, et bien entendu les champions de Cornwall Britannique. Le journal l'Echo de Bretagne, relate le tournoi inter celtique du 19 août 1928, à Quimperlé, suivi par des milliers de spectateurs. Une foule débordante d'enthousiasme, qui envahit un moment l'hémicycle. Lutte Bretonne et… Huitième de finale. (8e combat) : Vincent BERROU de Bénodet bat Jean LE MEN de Plougras, (10e combat) : Henri SCOUARNEC de Plouay bat Yves CLEMENT de Clohars Fouesnant. Quart de finale. (4e combat) : Vincent BERROU sort vainqueur de son combat contre EVANNO d'Hennebont. En demi-finale, nouvelle victoire de Vincent BERROU, qui est opposé à J. M. LE PAIH de Lochrist. En finale, lors du premier combat, Henri SCOUARNEC de Plouay sort vainqueur du combat qui l'oppose au bénodétois Vincent BERROU. Lors du deuxième combat, Henri SCOUARNEC et François GOURVELLEC de Bannalec, classés exæquo, se partagent le premier prix, et reçoivent chacun 300 F. Sur la troisième place du podium, Vincent BERROU reçoit 150 F. Tournoi de lutte opposant les Bretons et les Corniques. Quant au tournoi de lutte entre Bretons et Corniques, il a suscité un mouvement de curiosité. Curiosité que les combats ont transformé en admiration, relate l'extrait du journal. Le jeu des Anglais n'est guère différent du nôtre : les prises sont les mêmes, et le croc-en-jambe tient le rôle principal. La différence réside plutôt dans la chemise de nos amis d'Outre Manche. C'est une ample vareuse en toile indéchirable, ouverte par devant, et dont ils se servent avec adresse comme serre cou de l'adversaire qui en est revêtu. 5/7
  6. 6. 1er combat. BAUDIC a eu facilement raison de HOOPER, un étudiant de 18 ans. 2e combat. FISCH, 57 kg, cultivateur, n'a pas existé devant le meilleur poids léger de Bretagne, SCORDIA (62 kg). 3e combat. Vincent BERROU, 75,500 kg, de Bénodet, n'a pu mettre lamm le massif Ian GAY, un carrier taillé dans le granit, qui a été déclaré vainqueur aux points. 4e combat. Isidor LAVENIR, 76 kg, de Lannion, n'était pas de la classe de son adversaire GREGORY. Dans le championnat final, Julien CLOIREC de Lochrist, a secoué hardiment, mais en vain, la masse de GAY. Celui-ci doit sa victoire à l'avantage du poids (15 kg) sur son adversaire. Le combat SCORDIA-GREGORY, bien que mal équilibré par 16 kg au détriment de René SCORDIA, a été le plus beau, et le plus palpitant de tous. Les deux hommes ont été déclarés ex æquo. Septembre 1928, le sort tragique de René SCORDIA. Titulaire de deux ceintures de champion, le sort ménagea à René SCORDIA un sort tragique. Lors d'un combat au mois de septembre 1928, à Hennebont, BOURGLOAN, de Pont-Scorff (56), fit une ceinture à rebours (prise non prouvée) à SCORDIA. Ce dernier s'affaissa au sol, le corps brisé : il venait de se rompre la colonne vertébrale. Hospitalisé, il ne survivra pas. Aujourd'hui, René SCORDIA repose au cimetière de Langolen. Sur sa tombe, une stèle montre toute l'estime que lui portaient les habitants de Langolen, ainsi que l'ensemble des amis et lutteurs Bretons, qui s'étaient cotisés pour lui offrir cet ultime hommage. Le second tournoi interceltique, au cours duquel s'affrontèrent de nouveaux lutteurs Bretons et Corniques, eut lieu en 1929, à Camborn, en Cornouailles Anglaises… 1930, la naissance de la FALSAB. Sous l'impulsion d'un médecin natif de Saint-Thurien, Charles COTONNEC, naît en 1930 la Fédération des Amis des Luttes et Sports Athlétiques Bretons (FALSAB). Elle se donne pour objectif de rénover la lutte Bretonne. Tout d'abord, par la mise en place d'un règlement, la formule du serment, l'aménagement de la lice de combat recouverte de sciure, la tenue vestimentaire des lutteurs, les catégories de poids, l'interdiction de certaines prises jugées dangereuses, puis par l'organisation de tournois, associant entre autres l'interceltique. De l'autre côté de la Manche, Trégoning HOOPER, secrétaire de la Cornwall Country Wrestling Association (ass. de lutte du comté de Cornouailles) aspire à une renaissance des luttes, autant en Cornouailles Britannique qu'en Bretagne. Nourri d'un même désir, ces deux hommes vont se rencontrer en 1927, à Riec, avant l'organisation du premier tournoi interceltique. Entre temps s'est formé à Quimperlé, le 11 juin 1928, le comité des luttes. 6/7
  7. 7. Au premier rang : Julien CLOIREC, Pierre JUBIN, Jean MERRIEN dit poatr rouz, René SCORDIA, Henri SCOUARNEC, André CLOAREC, Vincent BERROU ET LE Docteur COTONNEC (avec un chapeau melon). Au second rang : Joseph BAUDIC, Jean JUBIN, IHUELLOU, CLOAREC, RANNOU, SALOMON, Mathias BERROU, SCORDIA. Au troisième rang : MOUELLO, MENAHES, EVANNO, LE PARC, Joseph JUBIN, GOURRIEREC, et LE STRAT. 7/7

×