LASAGE·SS                 ANGE QUE                     StR LE           DIVIN AMOUR                   BT   sua   U       D...
~    ~    ..    0    ~    ~~•    ~            ~    7:           ::>                 0    <    ~           -           <D  ...
•
LASAGESSE ANGÉLIQUE                      SUR LE            DIVIN AfllDUR                   ET   sun   LA.       HIVINE    ...
LA SAGESSE ANGELIQUE                               SUR LE                     DIVIN AMOUR                  PREMIÈRE PARTIE...
6                 LA SAGESSE ANGf!:LIQUE naissance que lamour esLla vie de lhomme, mais daprès lexpérience que, cela arriv...
SUR ~ DIVIN AMOUR                          7ble, mais il faut que chacun le soit de choses créées etfinies, tellement form...
8                , tA SAGESSE   ANGfLIQUEpeut pal la chaleur eLla lumière ploduire immédiatementdes ger,minations dans la ...
SUR LE DIVIN AMOUR                         9  de la sagesse, des affections, rlesjoies qui en proviennent,  en général du ...
10                 LA SAGESSE ANG~LIQUEsance, llnfinité et lEternité, dont il sera traité en série.   10, Il a été dH que ...
sUR. LÉ DIVIN AMOUR                        11me par Abraham et par dautres. LE.S Anciens, depuis lessages jusquaux simples...
12                LA SAGESSE ANGnIQUE  sieurs autres choses qui ne peuvent pas ~omber dans len ­  tendement, tant quon ign...
SUR LE DIVIN AM.(!)UR                   13 ,est en tendue par le Divin E.tr~, et cest son Dilin Corps quiest entendu par l...
14                LA SAGESSE AJIIGÉLIQUEHomme: Puisque Dieu est Homme, il a un corps, et tout cequi appartient au corps; a...
~UR   LE DTVlN AMOUR                   15 9, 10, on peut en quelque sorte voir et saisir comment Dieu peut être Tout-Prése...
16                  LA SKGESSE ANGÉLI~UE  seul Dieu: quil en soit ainsi. il y a pour cela deux causes;  la P,ennère, cest ...
SUR LE DIVIN AMOUR                     17le corps est mis en action daprès lentendement et lavolon~é, a,u p04.nt que .la,,...
~18                LA SAGESSE ANGÉLIQUEsoi est Dieu de Qui procèdent toutes choses, vo1r ci-des­sus N° 16.     La Divine E...
SUR LB DIVIN AMOUR                         19fermées, lentendement, il est vrai, est appelé entendement,et la volonté est ...
00                LA•• S,~~E~,ANGE~Q.UEc*"e:,~?:eeti~I!-. il s:e?suil. que la Di1ne Essence, qui estGreatnce, est le Dlvm ...
SUR liE >DIViN AMOTIR                     ~1nérer el. sauver les hommes participe également du Div.inAmour el. de la Divin...
22                LA SAGESSE ANGÉLIQUEne lest point; et lamour qui ne fait point un avec sa sa­gesse, apparaît comme sil é...
SUR LE DIVIN AMOUR                         23 long-temps lentendement dans la lumièrespiriluelle, dans laquelle il ne peut...
24                 LA SAGESSE ANGÉLIQUEson entre dans loreille, et il laffecte. Daprès ces explica­ tions, çm peut voir qu...
SUR LE DIVIN AMOUR                       25Substance et une. Forme, cest ce qui vient dêtre confirmé;et que le Divin Etre ...
26                LA SAGESSE ANGÉLIQUEet leur série et leur ordre ne proviennent que de la sagesseel de lamour. mais les f...
SUR LE DIVIN AMOUR                          27   49, Quant à ce qui concerne Dieu, aimer et être récipro­quement aimé ne p...
28                 LA SAGÉSSE A~GÉLIQUErespondance de toutes les choses de lUnivers avec toûtescelles de lHomme: Toutes et...
!:?J1~, ~~ DJV~   (MOUR                 ~   54, Le Divin nest pas clans un sujet autrement. que dansun autre, mais un suje...
30               LA SAGESSE ANGm..IQUE       tinuité mais pal ,contigUïté ; cest pal le contigu et non       pal le contin...
SUR LE DIVIN AMOUR                             31 contenants. Quant : la conjonc Lion avec les usages qui ne sont pas bons...
32              LA SAGESSE ANGWQUE       viennent les végétaux, et dans leur ordre les hommes; cest       pourquoi il est ...
SUR LE DIVIN AMOUR                        33 du Règne végétal, et par com;équent à remplir des usa~es ; en etie l, dès que...
34                 LA SAGESSE ANGÉLIQUEmatières de divers genre, provenant de substan~e pier-reuse, saline, huileuse, miné...
SUR LE DlVIN AMOUR                       35 voil Dieu, Mais il SCla, dans un article spécial, traité des six Degrés, pal l...
36                LA SAGESSE ANGÉLIQUEcependant lhorrime est seulerr;ent un récipient de la vie.De cette cause il résulle ...
"                              SUR LE DIVIN AMOUR                       ;31             70, Tous ceux qui meurent et devie...
38                  LA SAGESSE ANGELIQUE  v~ar, mais néànmoins elles y sont comme continuités dl:s  objets visibles, Il en...
SUR LE DIVIN AMOUR                        39giens, que Dieu est Tout-Présent, et quil entend et saittout. Voir sur ce suje...
40               LA   SAGESSE ANGl1:LIQUEles quatre saisons de lannée, qui sont ]e printemps, lété, lautomne et lhiver.   ...
SUR LE DIVIN AMOUR                       41gesse du Divin Amour. CesL là pour les Anges lÉternité,ainsi elle est abstlaite...
42              LA SAGESSE ANGÉLIQUE   est de même de lÉglise et dun homme de lÉglise: le   très-grand dans lequel est le ...
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892

2 065 vues

Publié le

Emanuel Swedenborg, La Sagesse Angélique sur le Divin Amour et sur la Divine Sagesse, 1763, traduction : J.F.E. Le Boys Des Guays et Charles Humann. 1892... / Voici un livre qui mérite d'être qualifié du beau nom de "Philosophie"... un livre pour Vrais Philosophes... un livre qui est à placer à l'origine de leurs formulations, intuitions, inspirations...

Publié dans : Spirituel, Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 065
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
27
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Em Swedenborg La Sagesse Angelique Sur Le Divin Amour Et Sur La Divine Sagesse Le Boys Des Guays 1892

  1. 1. LASAGE·SS ANGE QUE StR LE DIVIN AMOUR BT sua U DI VI NE SAGESS AH EMMANUEL SW1:0ENBOR"",. 1ltADUIr DU LATIN PAR. J.-F.-E. LE BOYS DES GUAYS SllÏlEditionprinœps (Amsterdam,1763). EUl:IÈME tiDrr.ON Revue par C. H. ~ . PARIS, I.IBRAIRIE DE LA N()UVELl~i. J8BfJ8A. • •• 12, RUE THOOIN. ÎS92
  2. 2. ~ ~ .. 0 ~ ~~• ~ ~ 7: ::> 0 < ~ - <D ~ ;:l en :;?j < 00 Z ...... ;FJ ;> ~ ...... Cl ~ -< Xl ~ ~
  3. 3.
  4. 4. LASAGESSE ANGÉLIQUE SUR LE DIVIN AfllDUR ET sun LA. HIVINE SAGESSE PAR E).IMA 1:UF.:L S"VÉDENDOHG. TRA.DGIT DU LATIN PAR J.-F.-E. LE BOYS DES GUAYS, gur EMonprînetps(À msllrdam, 1763;. DlmXIÈ)!E ÈDITIO~ Revue par C. H. • --~~~_. PA.RIO, LIBI1AJRIE DE LA NOUVELLE JÉRUSA r.E.ll 12, RUE THOUIN. 1890.
  5. 5. LA SAGESSE ANGELIQUE SUR LE DIVIN AMOUR PREMIÈRE PARTIE. LAnwu? est la Vie de lhomme. 1, Lhomme sai t que lamour existe, mllis il ignore ce que cest que lamour; que lamour existe, il le sait daprès le langage commun. par exemple, en ce quon dit: Un tel. maime; le Roi aime ses sujets; et les sujets aimen t leur Roi, le mllri aime son épouse, et la mère ses enfants, ~t récwro­ quement; et aussi: Tel ou tel aime la patrie,lesconcit9yèns, le prochain; de même pour les choses, abstraction faite de la personne, par exemple: Il aime telle ou telle chose. Mais, quoique dans le langage il soit si universelle~nent question de lamour, toujourlii est-il quil est à peine quelquun qui sache ce que cest que lamour; quand lhomme médite sur lamour, comme il ne peut alors sen fOlmer aucune idée de la pensée, il dit ou que ~e nest rien, ou que cest !Jaule­ ment quelque chose qui influe de la vue, de louïe, 9.u tou­ cher et de la fréquentation, et ain,si émeut; illgrlQ~~ lument que cest ~a vie même, non-seulement la VIe com­ mune de tout son corps, et la vie co~mune de toutes ses pensées, mais même la vie de tous les singuliers du c.qrps et des pensées: cest ce que peut percevoir le sage. quand on dit: Si tu éloignes laffection qui appartient a lamour, peux· tu penser quelque chose, et peux-tu faire que1qlIe chose? la pensée, la parole et laction ne se refroidissent­ elles pas selon que se refroigjt r?-frey.llCllI qui a,pp.artient à lamour, et ne séchauffent·elles pas selon qp.e cette affec­ tion séchauffe? mais le sage le perçoit, noti aaprès,la con­
  6. 6. 6 LA SAGESSE ANGf!:LIQUE naissance que lamour esLla vie de lhomme, mais daprès lexpérience que, cela arrive ainsi. 2, Personne ne sail ce que cest que la vie ùe lhomme, à moins quon ne sache que cest lamour ; si on ne sait pas cela, lun peut croile que la vie de lhomme, cest seule­ men t sentir et agÏ1; lautle, que cest pensel; quand cepell­ Jantla pensée est le premier effet de1a vie, et la sensation et lac~ion le second effet de la vie. Il est dit que la pensée est le premier effet de la vie, mais il y a une pensée inté­ rieure et une plus intérieure, et aussi ulle pensée exté­rieure et une plus extérieure; la pensée intime, qui est laperception des fins, est en actualité lepremier effet de lavie: mai,s il en sera parlé ci-dessous, quand il sagira desdeOrés de la vie, ~. Par la chaleur du soleil dans le monde, on peut avoirquelque idée que lamour est la vie de lhomme; que cellechaleur soil conime la vie commune de toules les végéta­ tions de la terre, cela esL connu; car par elle, lorsquellecommence à se faire sentir, ce qui aIrive dans la saison duprintemps, les végétaux de tout genre sortent de LerIe,sornen t de feuilles, puis de fleurs, eL enfin de fruiLs, etainsi sont comme vivants; mais quand la chaleur se retire,ce qui arrive dans les saisons de lau Lomne et. de lhiver,ils se dépouillent. de ces signes de leur vie, et se flétrissent.Il en est de même ,de lamour chez lhomme, cal lamoureL la chaleur se correspondent mutuellement; cest pour­quoi aussi lamour est chaud. Dieu seul, ainsi le Seigneu1" est lAmour même, parce quil est la Vie même; et les Anges et les hommes sont les 1écipients de ,la vie. 4. Ce sujet sl~ra illustré pal un grand nombre dexplica­tions dans les lIaités sur LA DIVINE PROVlDENCE et sur LAVIE; ici il sera seulement dil que le Seigneur, qui est leDieu de lUnivers, est Incréé et Infini, mais que lhommeet lange sont créés et,finis; et c.)mme le Sei~neur estIncréé et Infini, il estlEtle même, qui est appele Jéhovah,et il est la Vie même ou la- Vie en soi: nul n,e peut êtrecréé immédiatement de lIncréé,delInfini, de lEtre même,ni de la Vie même, parce que le Divin est un et non divisi­
  7. 7. SUR ~ DIVIN AMOUR 7ble, mais il faut que chacun le soit de choses créées etfinies, tellement formées que le Divin Fuisse être en elles:comme tels sont les hommes et les an~es, ils sont des ré­cipients de la vie: cest pourquoi SI un homme par lapensép. se laisse entlainer au point de croire quil nestpas un récipient.de la vie, mais quil est la vie, il ne peutétre détourné de la pensée quil est Dieu: si lhomme sentcomme sil était la vic, et si par suite il croit quil est lavie, cest daplès une iilusion; car dans la cause instru­mentale la cause principale nest perçue que comme étantune avec elle. Que le Seigneur soit la Vie en soi. illensei­gne I.ui-mème dans Jean: Comme le pJre a la Vie en Lui­.![éme, ainsi il a aussi donné au Fils davoir la Vie en Lui­Même. - V. 20; - il enseigne aussi quil p.stla Vie méme,- Jean, XI. ~:>. XIV. 6. - Mainlenant, puisque la ~ie etLamo~r sont un, comme il est évident daprès ce qui vientdêt! e dit, Nol 1. ~, il sensuit que le SeigneUl, parce quileslla Vie même, est lAmour même. 5. Mais pour que cela tombe dans lentendement, il faut"absolument quon sache que le Seigneur, parce quil estlAmour dans son essence mê::.e, cest-:-dire. le DivinAmour, apparai. devant les Anges dans le Ciel commeSoiAil, et que de ce Soleil procèdent une Chaleur et uneLumière; que la Chaleur qui en procède est dans son es··s~nce lamour; que la Lumière qui en procède est dlOSson essence la sagesse; et que, autant les anges sont deslécipients de celle chaleur spirituelle et de celle lumièrespiriluelLe, autant ils sont des amours et des sagesses,non des amour3 et des sagesses daprès eux-mêmes, maisdapr;s le Seigneur. Celle chalEur spirituelle et celle lu­mière spiriluelle non-seulement influent chez les anges etles affeclent, mais aussi intluent chez les hommes et lesaffectenl., absolum~nt selon quils deviennent des réci­ pients j el ils deviennent des récipients selon leur amourenvers le Seigneur et leul amour à légard du prochain.Ce Soleil lui-même, ou le Divin Amour, ne peut par sa chaleur et sa lumièle créer quelquun immédiatement daprès soi. car ainsi il serait l Amour dans son essence, qui est le Seigneur Lui-Mème; mais il peutie créer da­ près des substances et c1es matières tellement formées, quelles puissent recevoil la chaleur même et la lumière méllle, pal compalaisoa comme le Soleil du monde ne
  8. 8. 8 , tA SAGESSE ANGfLIQUEpeut pal la chaleur eLla lumière ploduire immédiatementdes ger,minations dans la terle, mais les produit daprèsdes matières de qmmus dans lesquelles 11 peut être palla chaleur et la lUlllière, et donner la végétation. Que leDivin Amour du Seigneur apparaisse comme Soleil dansle Monde spirituel, et que de ce Soleil procèdent unechaleur spirituelle et une lumière spilituelle, da:près les­quelles les .nges out lamOlli et la sagesse, on le voitdans le Traité ou CŒL ET OE LE:iFEII, N°s HU à 140, 6, Puis donc que lhomme nest pas la vie, mais est unrécipient de la vie, il sensuitque la concêption de lhommepar le père nest pas la conception de la vie, mais est seu­lementla conception de la premièle et de la plus pureforme qui peut recevoir la vie, forme .i laquelle, comme àun t3névas ou à un commencement, se joignent su<cessi­vement dans lutélUS les substances et les matières adap­tées dans des for,nes pOUl la léception de la vie dans leurordre et dans leur deglé. Le Divin nest point dans lespace, 7. Que le Divin ne soit point ùans lespace, quoiquil soitToul-Présent. et chez chaque homme dllns le monde, etchez chaque Ange dans le Ciel. et chez chaque esprit sousle l~iel, ~ela ne peut pas être saisi par lidée purement na­tUIelle, mais peut lêtre par lidée spiri tuelle : si cela nepeut pas être saisi pal lIdée naturelle, cest parco quenelle il y a lespace; cal elle a été formée daprès des ~hosesqui sont dans le mon je. et lespace est dans toules et danschacune des choses qui son t vues des yeux; 1l, tout ce quiest grand et tout ce qui est petit appartient il lespace;tout ce qui est long, large et haut appartient à lespace;en un mot, toute mesure, figule et fOlme appaltient a les­pace; cest pour cela quil a été dit que pnr lidée pure­ment naturelle on ne peut pas saisil que le Divin ne soitpoint dans lespace, quand on dit quil est patIout Néan­moins lhomme peut le saisir pal la pensée naturelle,pourvu quen elle il admette quelque chose de la lumièrespiriluelle ; cest pourquoi, il sera dabord dit quelquechose sur lidée spirituelle, et ensuite sur la pensée spiritueUe : Lïdée spilÎtuelle ne tire rien de lespace, mais ~lletire son tout de létat; létat se dit de lamour, de la vie,
  9. 9. SUR LE DIVIN AMOUR 9 de la sagesse, des affections, rlesjoies qui en proviennent, en général du bien et du vrai; lidee vélitablement spiri- tuelle SUl eos choses )Ùl JiBn de commun avec lespace, elle est sup~)1ieule, et elle regarde les idées despace sous elle comme le eiel regarde la terre, Mais conllue les anges et les esplils voient par les yeux de même que les hommes dans le monde, et comme les objets ne peuvont être vus que dans lespace, ces~ pour cela que dans le Monde spi- rituel, où sont les esplj Ls et les anges, il appalait des es- paces semblables aux espaces sur terre, mais néanmoins ce ne sont pas des espaces, ce sont des appUlences, car ils ne sont ni fixes ni déterminés comme sUlterre ; en eflelils peuvent êtl e allongés et )étlécis, ils peuvent être changtls et vari8s; et comme ainsi ils ne pement êtlüdétellnillés par la meSUle, ils ne peuvent être saisis là pal aucune idée naturelle, ils le sont seulement paIlidée spilituelle, qui sur les distunces de lespace nest point autlo que comme elle est sm les distances du bien ou SUI les distances du vrai, qui son t des affini tés et des ressemblances selon ~eurs Mats, 8, Daprès cela on peut voir que lhomme, par une idée purement natUlelle, ne peut pas saisir que le Divin soit PaJtout et cependant ne soit pas dans 1espace; et que les anges et les esplits le saisissent clair ~llIent; que paJ con- séquent lhomme aussi peut le saisir, pourvu que dans sa ppnsée il admette quelque chose de la lumièle spirituelle; si lhomme peut le saisil, cest parce que cest non pas son corps qui pense, mais son espli 1., ainsi non pas son natu- lel. mais son spirituel. 9, Si plusieuls ne le saisisdent point, cüst palce quils aimelil. le natUlel. etque par eula même ils ne veulent pas élever dans la lumitre spilituelle;Hl-llessus du natulelles pensées d(~ LeU! entendoment eL (PUX qui ne le veulent pas ne peuvent pensel que daprès le;pace, mêrne il Dieu; et penser à Dieu daprès lespace, eesl. y penser d,après létendue de la nèltu rc. Ci:d est donné eomme pléliminaÏlc, paIce que sans la science et SilllS quelqle PGreeption que le Divin nes,t pas d?ns ~spa(i~, on ne peut ~ien complen-1 dre SUI la DlvlIle Vie, qUI est 1Amolli el la ~agesse. dont il sagit ici; et que pal suite on eomprendlait peu, si tou- tefois lon comprenai., quelque chose, sur la Divine-PIovi- dence, la Toute-PIésence, la Toute-Science, la Toute-Puis-
  10. 10. 10 LA SAGESSE ANG~LIQUEsance, llnfinité et lEternité, dont il sera traité en série. 10, Il a été dH que dans le Monde spiriLuel il apparaîtdes espaces comme dans le Monde naturel, pal conséquentaussi des distances, mais que ce sont des apparences selonJes aliinités SpilHuelles qui apparLiennentalamour età lasagesse, ou au bien et aIL vrai: delà vient que le Seigneur,quoiquil Sùit dans les cieux chez les anges parlout, appa­rail néanmoins en haut au-dessus Jeux comme Soleil: etcomme la réception de lamour et de la sagesse fait laffi­nité avec Lui, cest pour cela que les Cieux, où les angessont daprès la réce~Lion dans une afdllité plus procHe,apparaissent plus pres de Lui que ceux ou le~ anges sont~~ns une. affinité ?lus éI9i~n~e ,: de ~à vient aussi que. lesCleux.-qUl sont troIs, qnL ete dlstmgues entre eux, pareille­ment les Sociétés de chaque Ciel; et que les Enfers sousles CitlUX sont éloi~nés selon le rejet de lamour et de lasagesse. Il en est de même des lIo:nmes. en qui et chezqui le Seigneur est présent sur toutP. la Lelre, et eela parlunique laison que le Seigneur nest point dans lespace. Dieu est lHomme JJféme, 11. Dans tous les Cieux il ny a dautre idée de Dieu q.!.elidée dun Homme ;,cela vient de ce que le Çiel dans letout et dans l,a partie est dans la forme comme un Homme.eL de ce que le Divin, qui est chez le~ anges, fait le Ciel; orla pensée sétend selon la forme du Ciel; cest pourquoipenser auLrement de Dieu est impossible aux anges: cestde là que dans le monde tous ceux qui ont été conjointsau Ciel pensent paleillement de Dieu, qnand ils pensentmLérieUlement en eux OJ dans leul esprit. De ce qu-n Dieuest Homme, Lous les anges et tous les esp1ÏLs sont hommesdans une forme parfaite; ce qui fait cela, cest la formedu Ciel, laquelle dans les très-grands eL dans les LIüs-petitsesL semblable a elle-même : que le Ciel dans 10 lout et dansla partie soit dans la forme comme un Homme, on le voitdans le Tlaité nu ClEL ET DE LENFER, N° 5J à Iii; et que lespensées sétendent selon la fOlme du ciel, on le voit, N°203. J04. Que-les hommes aient été créPs à limage et il lalessemblance de Dip.u, cela esL noLoire daprès la ,Genèse,- I. J6, 27; - on sait aussi que Dieu a été vu comme Hom,
  11. 11. sUR. LÉ DIVIN AMOUR 11me par Abraham et par dautres. LE.S Anciens, depuis lessages jusquaux simples, nont pas pensé de Dieu autre-mentque comme dun Homme, et enfin quand ils ont com-mencé à adorer plusieuIs dieux, comme à Athènes et àRome, ils les ont Lous aùo~és comme hommes. Ceci peutêtre illustré pal ce passage extrait dun Opuscule publiédernièrement (1) : « Les nations, surtout les Africains, quif reconnaissent et adorent un seul Dieu Cré:l.teul de lu-c nivers, ont de Dieu lidée dun Homme; ils disent quee personne ne peut avoiI de Dieu une autre idée: quandc ils entendent dire que plusieurs se forment de Dieu unee idée comme dune petite Nuée dans un milieu, ils deman- rient où sont ceux-là; et quand on leur dil quils sonle pmmi les Chrétiens, ilsnienl que cela soit possible; maisf on leur répond quune lelle idée leur vient de ce que• Dieu dans la Palole esl appelé ESPlil, el q:uils ne pen-e sent dun espril que comme dune parlicule de nuée. ne f sachanl pas que lout espril elloul ange esl homme: ce-e pendanl il a elé examiné si leur idée spirituelle esl sem- 1 blable à leur idée nalurelle. et il a élé découvell quellec nesl pas semblable chez ceux qui reconnaissenl inté- rieUlement le Seigneur pour Dieu du deI el de la terre. r Jai enlendu un Prêlre denLre les Chrétiens, qui disail, « que personne ne peut· avoir une idée du Divin Humain; elje lai vu lransporlé vels différenles Nalions, succes- c sivemenl de plus en plus inlérieures, et aussi vers leurs Cieux, et enfin vers le Ciel Chrétien. et partout il lui fut donné communicalion de leur perceplion inlérieure sur " Dieu, el il remarqua quen eux il ny avail dautre idée « de Dieu que lidée dun Homme, qui esl la même que « lidée du Divin Humain, ) 12, Dans le Ctuislianisme Jidée populairlJ de Dieu eslcomme dun Homme, parce que Dièu esl nommé PERSONNEdans la Doclrine de la Trinilé Alhanasienne : cependanlceux qui se croienl plus sages que le peuple déclarentDreu invisible; et cela, parce quils ne peuvent ni saisircommenl Dieu, conme 1I0mme, aUlait pu créer le Ciel etla Terle, el lemplir lunivers de sa présence, ni saisir plu- (1) La CONTINUATION SUR LE JUGEMIJ;T DERNŒR, No 74; publiée lamême année. 1763, li Amsterdam. (Note du Traducteur.)
  12. 12. 12 LA SAGESSE ANGnIQUE sieurs autres choses qui ne peuvent pas ~omber dans len ­ tendement, tant quon ignore que le Diin nest point dans lespace. Mais ceux qui sadressent au Seigneur seul c.on­ <oivent le Divin Humain, ainsi Dieu comme Homme . • 13. Combien il est impoltant davoir une juste idée de Dieu, on peut le voil eil ce que ridée de Dieu fait lintime de la pensée chez tous ceux qui ont (le la religion, cal tou­ tes les choses de la religion et toutes celles du culte le­ gardent Dieu: et comme Dieu est ~niverseHementet sin­ gulièrement dans toutes les choses de la religion et du culte, il en résulte que sil ny a pas une juste idéo ùe Die~, il ne peut pas y avoiI cotnmunication avec les Cieux: ces t de là que chaque Nation ùans le Monde spirituel obtient une place selon lidée de Dieu comme Homme. car d~n:: cette idée, et non dans une autre, il y a liMe du Seigneur. Que létat de la vie de lhomme apres la mOlt soit selon lidée de Dieu affilmée chez lui, on le voit clairement pal son opposé, en ce que la négation de Dieu. et dans le Christianisme la négation de la Divinité du Seigneur, fait lenfer. LÊtre et lExister dans Dieu-Homme sont disUnctement lm. 11. OÜ est l:Être, là est lExistel; lun nest pas sans lautre; car lEtre Est par lExistel, et non sans lui. Le Ha ­ ~iolJnel saisit cela, quand il pense sil peut y noil quelque ELre qui nExisLe pas, eL sil peut y aVJir un Existel sinon daprès lj<,tre; et puisque lun est donné avec lautre eL non sans laulle, il sen suit quils sont. un, mais disLinc­ tement un. Hs sonL distinctement un comme lAmour et la Sagesse; lAmour aussi est lÊtre, et la Sage,;se est lExistel, cal il ny a pointùAmoul sillon dans la Sagesse, et il ny a point de Sagesse sinon daprès L.IlIOUI·, cesL pourquoi quand lAmour est dans la Sagesse, alOI;, il Existe: ces deux sont tellement un, quils peuvenL, il est lai, être disLing1l8s par la pensée, mais non en fail; eL tamUIe ils pemen Lêtre disLingués par la pensee ,eL non ell faiL, oilà pouquoi il estdit : Distinctement un. LElre et lExi.~Ler dans Dieu-Homme son l distinctement un aussi eOll1me lArrieet le COlpS ; il ny a poinl dAme sans SOli cOlps,lli clecOIPS) llaus son Amg : cest la Divine Allie de Dieu· Homme qui.
  13. 13. SUR LE DIVIN AM.(!)UR 13 ,est en tendue par le Divin E.tr~, et cest son Dilin Corps quiest entendu par le Divin Exister. Que lâme sans le corpslpuisse exister, et quelle puisse penser et être sage, cest­là une erreur qui provient dillusions; c!ll_lQlJte _!!!1.edhomme est dans un corps spirHuel, après quelle a r:.e­jelé les dépçmilles matérielles quelle portail aulour afelledans le monde. ­ 15. Que lÈ.re ne sail pain tlÊtre à moins quil nExiste,cest rarce quaupalavant il nest pas dans une forme; etsil n est pas dans une forme, il na pas de qualité; et cequi na pa~ de qualité nest pa~ quelque chose. Ce qui Existedaprès lEtre fail un avec lEtre par cela quil vient del~are, cest de là quil y a union en un, et c~st de li"l quelun appar·tient à lautre mutuellement et vice ve1sfî, et quelun est tou. dans toutes les choses de lautre comme en soi. 16, Daprès ces explications, on peut voir que Dieu est Homme et que par là il est Dieu Existant, Existunl non pas daprès Soi, mais en Soi: Celui qui existe en Soi est Dieu. de Qui procèdent toutes choses. Dans Dieu-Homme les Infinis sont d2:stinctement un. 17, On sail que Dieu est Infini; en effet, il est appelé In­ fini; mais il est appelé Infini. parce quil est Jnfim : il est Infini, non pas pal cela seulement quil estlEtlo même et lExister même en soi, mais parce que les Infinis sont en Lui; lInfini sans les Infinis en Lui nest Infini que quant au nom seul. Les Infinis en Lui ne peuvent être dits ni in­ finiment nombreux, ni infiniment tous, à cause de lidée natUlelle attachée aux expressions nomûreu,x etlolls, cal lidée naturelle dinfiniment nombreux est limitée, et celle dinfiniment tous est, il est nai, illimitée, mais elle tient aux choses limitées dans lunivers: cest pourquoi lhomme, parce quil est dans lidée naturelle, ne peut pas pal ~ubli­ mation ni par approximation venir dans la perception des Infinis en Dieu; mais lAnge, paree quil est dans lidée spirituelle, peut par sublimation et par approximation ve· nir au-dessus du degré de lhomme, non cependant jus­ quà cette perception. 18. Que les Infinis soient dans Dieu, cest ce dont peut trouver la preuve chez soi quiconque cr<>it que Dieu est
  14. 14. 14 LA SAGESSE AJIIGÉLIQUEHomme: Puisque Dieu est Homme, il a un corps, et tout cequi appartient au corps; ainsi, il a une Face, une Poitrine,un Ventre, des Lombes, des Pieds, car sans ces parties ilne serait point Homme; et puisquil a ces parties, il a aussides Yeux, des Oreilles, des NaJines, une Bouche, une Lan­gue; puis aussi les parties qui sont intérieuremenl danslHomme, comme le cœur et le Poumon, et celles qui endépendent, qui toutes prises ensemble font que lhommeest homme: dans lhomme créé ces parties sont en grandnombre, et considérées dans leurs contextures elles sontinnombrables; mais dans Dieu-Homme elles sont infinies,rien ny manque, de là chez Lui linfinie perfection. Sil estfai tune com9,araison de lHomme Incréé, qui est Dieu, aveclhomme creé, cest paree que Dieu est Homme, et parcequil est dit par Lui, que lhomme du monde a été créé àson image ~t selon sa ressemblance, - Gen. I. 2fJ, 27, 19. Que les infinis soient dans Dieu, cestce qui est bienplus évident pour les Anges daprès les Cieux dans lesquelsils sont: Le Ciel entier, qui consiste en des myriades demyriades dAnges, est dans sa forme universelle commeun Homme; chaque société du Ciel, tant grande que petite,pareillement; de là aussi lAnge est homme, car lAnge estle Ciel dans la forme la plus petite; quil en soit ainsi, onle voit dans le Traité DU CIEL ET DE r:EliFER, N°S 51 à 87, LeCiel dans le tout, dans la pallie et dans lindividu. est dansune telle forme daprès lé Divin que les Anges reçoivent,car autant lAnge reçoit du Divin, autant il est homme dansune forme parfaite: cest (le là quil est dit que les Angessont dans Dieu, et que Dieu est dans eux, et aussi que Dieuest leur tout. Il est impossible de décrire quelle multitudede choses il y a dans le Ciel; et comme le Di vin fait le Cielet que par conséquent cette multitude inexprimable dechoses procède du Divin, il devient bien évident que lesInfinis sont dans lHomme Même, qui est Dieu. 20. On peut daplès lUnivers créé tirer une semblableinduction, quand on le considère par les usages et parleurs correspondances: mais avant que cela puisse êtrecompris, il faut que des préliminaires lillustrent. 21. Puisque dans Dieu-Homme, il y a les Infinis, qui,dans le Ciel, dans lAnge et dans lHomme, apparaissen tcomme dans ur. miroir, et puisque Dieu-Homme nest pointdans lespace, ainsi quil a été montré ci-dessus, N°S 7., 8,
  15. 15. ~UR LE DTVlN AMOUR 15 9, 10, on peut en quelque sorte voir et saisir comment Dieu peut être Tout-PrésenL, Tout-Sachant et fout-Prévo­ yant, et comment il a pu comme Homme créer toutes cho­ ses, et peut comme Homme tenir éternellement dans leur ordre taules les choses créées par Lui. 22. Que les Infinis soienL distinctement un dans Dieu­ Homme, on peut encore le voir comme dans un miroir daprès lhomme: Dans Lhomme il y a des parties en gran­ de quantité et innombrables, comme ila déjàétédit,mais néanmoins lhomme les sent comme un; paI le sens il ne sait lien de ses Cerveaux, de son Cœur, de son Poumon, de son Foie, de sa Hate, de son Pancréas; ni rien des par­ ties innomJJIables qui sont dans les Yeux, dans les Oreil­ les, dan, la Langue, dans lEstomac, dans les Membres de la génération, el dans toutes les autres choses qui le cons­ liluent; et parce que par le sens il nen sait lien, il est pour lui-même comme un. La cause de cela, cest que tau· tes ces choses sonL dans unt. telle fOlmB, quïl ne peut pas en manquer une seule; car il est une forme récipiente de la vie qui procède de Dieu-Homme, comme il a été démon­ tré ci-dessus. N°s 4. 5.6; daprès lordre etla connexion de toutes ces choses dans une telle forme se présen te le sens et par suite lidée, comme si elles étaient non pas en gran­ de quantité et innombrables, mais un. De là on peut con­ clure que ces partie.s en grande quantité et innombrables qui font comme un dans lhomme, sont distinctement et même tlès-distinetement un dans lHomme Même qui est.Dieu.Il Y a un seul Dieu-Homme de Qm: p1ocèdent tOlltes choses. 23. Tout ce qui appartient à la Raison humaine se léunitet pour ainsi dillJ se c.oncentle en ceci, quil y a un seulDieu Créateur de lunivers; cest pourquoi lhomme qui ade la raison ne pense et ne peut penser autrement daprèsle commun de son &ntendemenL: Dis à quelquun. quijouit.dune lahan saine, quil JT a deux Créateurs de lunivers, ettu découvliras de sa part une répugnance contre toi. et.peut-être daprès le son seul du langage dans loreille: ilest donc évîdent que tout ce qui appartient à la Raisonhumaine se réunit et se concentre en .::eci, quil y a un
  16. 16. 16 LA SKGESSE ANGÉLI~UE seul Dieu: quil en soit ainsi. il y a pour cela deux causes; la P,ennère, cest que la faculté.même de penser rationnel ­ lement, considérée en elle-même, appartient non pas à , lhomme, mais à Dieu chez lhomme; de cette faculte dé ­ pend la Raison humaine dans le commun, et le commun fait que lhomme voit cela comme par lui-même. La Se­. conde, cest que lhomme, par celle faculté, ou est dans la lumière du ciel, ou en Lire le commun de sa pensée; et luniversel de la lumière du Ciel est quil ya un seul Dieu. n en est autrement si lhomme, daprès cette faculté, a pererti les inférieurs de len Lendement, celui-Ill, il est vrai. jouit de cette faculté, mais par la torsion des inférieurs il la tournée dans un autre sens, de là sa Baison cesse dêtre saine. 2!~. Tout homme, sans quil le sache, pense dune Assem­ blée dhommes comme dun seul homme, cest. même pom cela quil perçoit aussitôt, quand on dit quun Hoi est la Tête. eL les sujets le Corps, et aussi quand on dit que t.el ou LeI esL dans le Corps commun, cest-à-dire, dans le Ro­ yaume. n en est du Corps Spiri tuel comme du Corps Civil; le Corps spirituel est lEglise, sa Tète est Dieu-Homme; de li, on voit c1airemel1t comment dans cette perception lE­ glise apparaîtraiL comme Homme. si lon ne pensait pas à un seul Dieu Créateur et COllservateur, mais quau lieu de ponser il un Seul on pensùtù Plusieurs; dans cette percep­ tion elle apparaîtrait comme un seul Corps sur lequel il y aurait plusieurs Têtes, ainsi non comme un Homme mais comme un Monstre. Si lon disait que ces Têtes ont une seule Essence, et que pal là elles fon t ensemble une seule Tête, il nen pourrait résulter dautre idée, sinon quune Tête a plusiems fal,es. ou que plusieurs Têtes ont une seule face. ainsi lÉglise dans cette perception se prés~n­ terait difforme: et cependanL un. seul Dieu est la Tête, et lEglise est le Corps, qui agit au gré-de la Tête, et non par soi, comme il arrive aussi dans lhomme. De là vient aussi que dans un .Hoyaume il ny a quun seul Roi; car plusieurs déchireraient, mais un se1.1 peut maintenir. 25. n en serait de même dans lEglise répandue sur tout le globe, laquelle est nommée Communion, parce quelle est comme un seul Corps sous une seule Tête: on sail que la Tète dirige à son gré le Corps qui est sous elle, car dan~ la Tête résident lentendement et la volonté, et
  17. 17. SUR LE DIVIN AMOUR 17le corps est mis en action daprès lentendement et lavolon~é, a,u p04.nt que .la,,~orps es.t seulement une obéis­sance: le corps ne peut rien faire que daprès lentende­ment et la vqlonté, qui sont dans la Tête; de mêmelhomme de lEglise ne peut rien faire que daprès Dieu;il semble que le corps agisse de lui-même, par exemple,que les mains et les pieds en agissant se meuvent deux­mêmes, et que la bouche et la langue en parlant seremuent delles-ffièmes, lorsque cependant ils ne font riendeux mêmes, mais agissent daprès laffection de la vo­lonté et par suiLe daprès la pensée de lentendement, quisont dans la fête. Pense maintenant: Si sur un seul corpsil y avait plusieurs têtes, et que chaque tête fîtt indépen­dante quant â. son entendement et à sa volonté, est-ce quele corps pOUlraiL subsister? entre elles il ny aurait paslunanime tel quil appartient à une seule tète. De mêmequil en est daus lEglise, de même il en est dans le Ciel,qui se compose de myriades de myriades dAnges; si touset chacun ne portaienl pas leurs regards vers un seul Dieu,ils tomberaient lun par laulre, et le Ciel serail dissipé:cest pourquoi dès qu:un ange du ciel pense seulement àplusieurs dieux, il est aussitOt séparé, car il est jelé dansles derniers confins des cieux, et il tombe. 26. Comme tout le Ciel et toules les choses du Ciel seréfèrent à un seul Dieu, cest pOUl cela que le langageangélique est tel, que par un celLain àccord découlant delaccord du Ciel il se termine en un; indice quil est impos­sible aux anges de penser autrement quà un seul Dieu, carle langage procède de la pensée. 27. Quel homme, dont la raison est saine, ne doit paspercevoir que le Divin esL indidsible, et quil ny a ni plu­sieurs lnfiuis, ni plusieurs Incréés, ni plusieurs Tout-Puis­sants, ni plusiems Dieux! si quelquautre, privé de la rai­son, disait que plusieurs Infinis, plusieurs Incréés, plu­sieurs Tout-Puissanls, et plusicUls Dieux sont possibles,pourvu quils aient une mème essence, ct quainsi cest unseul Infini, un seul Incréé, un seul TouL-Puissant et un seulDieu; est-cc qUUD(~ même essence nest pas une mêmechose! et une méu[() chose petit-elle être chez plusieurs? silon disait que lun procède de lautre, alors celui qui pro­cède dun autre nest pas Dieu en soi, et cependant Dieu en 2
  18. 18. ~18 LA SAGESSE ANGÉLIQUEsoi est Dieu de Qui procèdent toutes choses, vo1r ci-des­sus N° 16. La Divine Essence même est lAmour et la Sagesse. 28. Si tu rassembles toutes les choses que tu connais, etque tu les places sous lintuition de ton men lai, et quedans une certaine élévation de lesprit tu recherches ce quecest que luniversel ,de toutes, choses, tu ne pounas faireautrement que de conclUle que cest lAmour el la Sagesse;car ce sont là les deux essentiels de toutes les choses de lavie de lhomme; tout son Civil, tout son Moral el tout sonSpirituel dépendent de ces deux, et sans ces deux ils nesont rien: de même toutes les choses de la vie de lHommecomposé, qui est, comme il a déjà été dit, une Société soitgrande soit peliLe, un Royaume et un Empire, lEglise, etaussi le Ciel Angélique. Otes-en lamour et la sagesse, etpense alors sils sont quelque chose, et tu découvriras quesans lamour et la sagesse, comme (principes) dont ils pro­cèdent, ils ne sont rien. 29. Que dans Dieu il y ait lAmoUl et en même. temps laSagesse dans leur essence même, personne ne peut le nier,car daprès lAmour en Soi Dieu aime lous les hommes, etdaprès la Sagesse en Soi il les conduit lous. LUniversCréé, considéré daprès lOrdre, est même tellement pleinde la Sagesse procédant de lAmour, quon dirait que tou­tes choses dans le complexe sonl la sagesse même; carelles y sont indéfiniés dans un tel ordre, successivement etsimultanément, que prises ensemble elles font un; cest delà., et non dautre parl, quelles peuvent êlre conlenues etêtre perpétuellement conservées. SO. De ce que la Divine Essence même èst lAmour et laSagesse, il résulte que chez lhomme il y a deux Facultésde la vie, daprès lune desquelles il a lEntendement, etdaprès lautre la Volonté; la faculté, daplès laquelle il alEntendement, Lire tout ce qui lui appartient de linflux dela Sagesse procédant de Dieu, et la faculté, daprès laquelleil a la Volonté, Lire tout ce qui lui apparlient de linflux delAmour procédant de Dieu: de ce que lhomme nest passage et naime pas, comme il le devrait, cela nOte pas lesfacultés, mais seulement cela les ferme, et tant quelles sont
  19. 19. SUR LB DIVIN AMOUR 19fermées, lentendement, il est vrai, est appelé entendement,et la volonté est appelée volonté, mais toujours est-ilquessentiellement ce nest ni lentendement ni la volonté;cest pourquoi, si ces facultés étaient ùtées, alors périraittout humain, qui consiste à penser et dal)lès le penser àparler, el aussi à vouloir et daprès le vouloir à agir. Delà il est évident que le Divin chez lhomme réside dans cesdeux facultés, qui sont la faculté dêtre sage et la facultédaimer, cest-à-dire que lhomme pout. Que pouvoir êtresage ct pouvoir aimer soit dans lhomme, quoiquil nesoil pas sage et quil naime pas ainsi quil peut, cest ce quiest vellU à ma connaissance daprès de nombreuses expé­riences. que lon Yona ailleurs en abondance. 31. De Cl-! que la Divine Essence même es,llAmour et laSagesse, il résulte que toutes choses dans lUnivers selefè­lent au Bi()J1 d au Vrai; car tout ce qui procède de lAmouresL appelé bien, et toul ce qui IHocède de la Sagesse estappelô lai; mais il sela clonné Œi-dessous de plus grandsdétails sur ce sujet. 32. ne ce que lu ])Ïinc Essence même est lAmour et laSagesse, ilrésulle que lUnivers et toutes les choses quilrenferme, tant vivantes que non vivantes, subsistent da­près la Chal<-JUl et la Lumière; cal la Chaleur corlespond àlamour, el la Lumière cOllespond à la sagesse; cest mêmepour cela que la Chalour spirituelle est lAmour, et que laLumière spirituelle est la Sagesse: mais SUI ce sujet ilsera aussi donné ci-dessous de plus grands détails. 33. Du Divin Amour ot de la Diine Sagesse, lesquelsfont l:EssoIlce même qui est Dieu, Urent leur origine toutesles afleelions el toutes les pensées cuez lhomme, du DivinArnoul les a:tïeeLions, el. de la Di.ine Sagesse les pensées;et toutes et chacuml cles choses de lhomme ne sont quaf­fection el pellsée, ces doux sont comme les sources de tf)u­tes les choses de sa vie; de laffection ct de la pensée pro­viennent Lons les plaisirs el lous les charmes de sa vie, delafleclion de son amonr les plaisirs, et de la pensée de ceUeatrection les charmes. Maintenant, comme lhomme a étécréé pOUl être récipient, et quil est récipient en t.ant quilaime Dicu, el que dnpr(>s lamolli envers Dieu il a de lasagesse, cesl-à-cli!"), en lant quil a de laffection poU! leschoses -qui procèdent de Dieu, et en tant quil pense daprès
  20. 20. 00 LA•• S,~~E~,ANGE~Q.UEc*"e:,~?:eeti~I!-. il s:e?suil. que la Di1ne Essence, qui estGreatnce, est le Dlvm Amour et la DivIne Sagesse. le Divin Amour appartient à la Divine Sagesse, et la DiIJine Sagesse appartient au Divin AmoU?. 34. Que le Divin Être eUe Divin Exister dans Dieu- Hommesoient distinctement un, on le voit ci-dessus, N°s H à 16 ;et comme le Divin Être est le Divin Amour, et que le DivinExister est la Divine Sagesse, cest pour cela que le DivinAmoul etla Divine Sagesse sont de même distinctement un.Ils sont dits distinctement un, parce que lAmour et. laSagess-e sont deux choses distinctes, mais tellemerll unies,que lAmour appartient à la Sagesse, et la Sagesse à lA­rnOUl; car lAmour Est dans la Sagesse,et la Sagesse Existedans lAmour: et Comme la Sagesse tire son Existel delArnoul, ainsi quil a été dit ci-d~ssus, N° 15, il en résulteque la Divine Sagesse est aussi lEtle ; il suit de)à que lA­mour et la Sagesse pris ensemble sontle Divin Etre ; maisque, pris distinctement, lAmour est appelé Divin Etre, et laSagesse Divin Exister. Telle est lidée Angélique sur leDivin Amour et sur la Divine Sagesse. 35. Puique telle est lUnion de lAmour avec la Sagesse,et de la Sagesse avec lAmour dans Dieu-Homme, la DivineEssence ost une; cal la Divine Essence est le Divin Amourparce que cet Amour appartient à la Divine Sagesse, et elleest la Divine Sagesse parce que cetle Sagesse appartient auDivin Amour: et puisque telle est leur union, cest aussipour cela que la Divine Vie est une: la Vie est. la DivineEssence. Si le Divin ArnoUl et la Divine Sagesse sont un,cest parce que lUnion est réciproque, et que lunion réci­proque fait lunité. Mais il en sera dit davantage ailleurssu,~ lunion réciproque. :36. Vunion de lAmour et de la Sagesse est aussi danstoute Œuvre Divine; de cette union vient la pürpétuité etmême léternité de lœuvre. Sil y avait plus de Divin Amourque de Divine Sagesse, ou plus de Divine Sagesse, que deDivin Amour dans quelque œuvre créée, elle ne subsiste­rait quen tant quil y aurait autant de lun que de lautre;ce quil y a de surplus passe. 37. La Divine Providence dans laction de réformer, régé­
  21. 21. SUR liE >DIViN AMOTIR ~1nérer el. sauver les hommes participe également du Div.inAmour el. de la Divine Sagesse; avec plus de Divin. Amourque de Dh-irw Sagesse, ou plus de Diine Sagesse que deDivin Amour, lhomme ne peut être ni réformé, ni régé­néré, ni sauvé: le Diin AUlOur veut sauver tausles hom­mes, mais il ne peuL sauver que palla Divine Sag.eslio et àla Divin~Sagesse-appalLieJlmen toutes les lois·par lesquel­ .les se tail la salvution, el lArnoul ne peut transgresserCeS lois, puisque le Divin Amour ct la Divine Sagesse &..onlun, et agissent. en union. 38. Le Divin Amour el.1a Divine Sagesse dans la Parolesont entendus par la Justice el le Jugement, le Divin Amourpar la Justice, et la Divine Sagesse par le Jugement; cestpourquoi dans la parole il est dil ,Justice et Jugement enparlant de Dieu; par exemple, dans Dnvid: c La Justiceet le Jugement (sonl) le soutien de ton Tr6ne•• - Ps.LXXXIX. 15. - Dans le Même : c Jéhovah {em .$or.tircomme la lumière ta Justice et ton Jugement comme lemidi. » - Ps, XXXVIl, 6. - Duns lIoschée: c Je me {lance­rai èt t01: pOUl léte1nité en Ju·stice et .Jugement. » - Il. 19.- Dans Jérémie: c .Ie suscite1ai à David un ge1-me lustr:,qui règnem. Roi: et il.fera .Jugement et Justice en la te1"1·e. »- XXIlI. 5. - Dans Esaïe: c Il sem assis Stt1 le tr6ne deDavid et sur son 1oyaume pour laffermi1 en Jugement eten J1tstice, » -IX. 6. - Dans le même: c Exalté sera Jé­hovah pa1ce quil a ;,.empli Sion de Jugement et de Justice.» - XXXIII. 5. - Dans David: c Qttanll jaJtrai appris lesJugements de ta Justice: sept fois dans lelou1je telo.uestl1·le.~ Jugements de la .Justice. » - Ps. CXJX. 7, 16.i. - Lamême chose est entendue par la Vie el par la Lumière dansJean: c En EUe la Vie était, et la Vie était la Lttmià,e deshommes. ) - 1. 4·; - là, par la Vie est entendu le DivinAmour du Seignem, et pal la Lumière sa Divine Sagesse.La même choseesL encore entendue pal la Vie et par l:Es·plit dans Jean: c Jésus dit: Les paroles que Moi je ·vous .p1ononce sont Esprit et sont lie, » - VI. 6:t 39. Dans lhomme, lamour et la sagesse apparaissentcomme deux choses sépalées, mais néanmoins en elles­mêmes elles sont distinctement. un. palce que chez lhommela sagesse est telle quest lamoul, el lamour tel quest lasagesse; la sagesse qui ne fait point un avec son.amoul, apparaiL comme si olle étailla sagesse, et cependant elle
  22. 22. 22 LA SAGESSE ANGÉLIQUEne lest point; et lamour qui ne fait point un avec sa sa­gesse, apparaît comme sil élaillamour de la sagesse, quoi­quil ne le soit poinl, caI lun doiL tirer de lautre son es­sence et sa vie, réciproquement. Si la sagesse et lamourchez lhomme apparaissent comme ùeux choses séparées,cest parce que la faculLé de comprendre chez lui esl sus­ceptible dêlre élevée dans la lumière du ciel, mais non lafacullé daimer, si ce nesl quen tant que lhomme faiL demême quil comprend; cesl pourquoi la chose de la sa­gesse apparente, qui ne fail poinl un avec lamour de lasagesse, relombe dans lamour qui faiL un, lequel peut êtrelamour de la non-sagesse, et même lamour de la folie;car lhomme peut daprès la sagesse savoir quil lui faulfaire telle ou telle chose, et néanmoins il ne la fait poinl,parce quil ne laime point; mais autant daprès lamour ilfail ce qui appartient à la sagesse, autant il est limage deDieu. Le Divin Amour et la Divine Sagesse sont une Substance et une F01nw. 40. Lidée que les hommes vulgaires ont de lAmour etde la Sagesse, est comme de quelque chose de volatil el defluant dans lair subtil ou éther, ou comme dune exhalai­son de quelque chose de semblable; et à peine est-il quel­quun qui pense que cet Amour et cette Sagesse sont enréalité et en actualité une Substance el une Forme. Ceuxqui voient que cest une substance et une forme, perçoivent néanmoins lamour el la sagesse hors dun sujetcomme profluant de lui, el ce quils perçoivent hors dunsujet comme profluanl. de lui, quoique connue volatil etfluant, ils le nomment aussi substance et fornw, ne sachantpas que lamour el. la sagesse sont le sujet lui-même, etque ~e qui est perçu hors de ce sujet connue vol:lLil etfluant, est seulement Japparence de létat du·sujet en lui­même. Si cela na point été vu jusquà présenl, il y en aplusieurs raisons; entre autres, cest quI les apparencessonlles premières cl10ses dont le Menlal humain formeson entendement, et quil ne peut les dissiper que par larecherche de la cause; el si la cause est profondémentcachée, il ne peut la rechercher, à moins quil ne lienne
  23. 23. SUR LE DIVIN AMOUR 23 long-temps lentendement dans la lumièrespiriluelle, dans laquelle il ne peut pas le tenir longtemps à cause de la lumière naturelle qui continuellement le relire. Néanmoins, la vérité est, que lamour et la sagesse sont une subslance et une torme réelles et actuelles, qui cons-.tiluentle sujet lui-même. 41. Mais comme celle vérité est contre lapparence, elle peut être considérée comme ne méri tan t pas la confiance, à moins quelle ne soitdémonlrée, etellene peut être démon- lrée que par des cboses que lhomme peut percevoir da- près le sens de son corps; elle va donc être démontrée par ces choses. Il y a chez lbomme cinq sens externes, qui sont nommés Je louchel, le goût, lodorat, louïe et la vue. Le sujet du Toucher r.st la Peau, dont lhomme est enve- loppé ; la substance même Ht la forme même de la peau font quil sent Jes choses qui jr sont appliquées; le sens du toucher nest point dans les choses qui sont appliqnées, mais il est dans la substance et dans la forme de la p~au, lesqur.lles sont le sujet; ce sens est seulement lafTeclion du sujet produite par les ehoses qui on t été appliquées. Il en est de même du Goût; ce sens est seulement laffection de. la substance ct de la fOlme qui appartiennent li. la lan- gue, la langue est le sujet. Il en est de même de lOdorat; on sail que lodeur affecte les narines, quelle est dans les nalines, et quelle est lallection des narines daprès les chuses odoliférantes qui les touchent. Il en est de même de lOuïe; il semble que louïe soil dans le lieu où le son coml11~mce, mais rouie est dans loreille, et elle est laffec- tion de la substance et de la forme de loreille; que louïe soit à distance de loreille, cest là une apparence. Il en est de même de la vue; lorsque lhomme voil des objets à une disL:lnce, il semble que la vue soillà, mais néanmoins elle est dans lœil qui est le sujet, et pareillement elle est laf. fection du sujet: le distant vient seulement du jugement qui conclut SUI Jespace daprès les intelmédiaires, ou da- près la diminution ~t par suite daprüs lobscurcissement de lobjeL, dont jimage se présente intérieurement dans lœil selon langle dincidence: de là il est évident que la vuo ne sort point de lœil crs lobjet, mais que limage de lobjet entre dans lœil, et en affecte la substance et la forme: en otTot, il en est de la vue comme de louïe; louïe ne sorL pas non plus de loreille pour saisir le son, mais le
  24. 24. 24 LA SAGESSE ANGÉLIQUEson entre dans loreille, et il laffecte. Daprès ces explica­ tions, çm peut voir que laffection de la substance et de laforme, qui fait l~ sens, nest point quelque chose de sé­ paré du sujet, mais quelle fait seulement en lui un chan­gement, le sujet restant sujet alors comme auparavantet après; il SUit de là que la vue, louïe, lodorat, le goût etle toucher, ne sont point quelque chose de volatil effluantde leurs organes, mais quils sont les organes considérésdans leur substance et dans leur forme; quand la sub­st.ance et la forme son t affectées, le sens se fait. 42. Il en est de même de lAmour flt de la Sagesse, avecla seule différence que les substances et les formes, quisont lamour et la sagesse, ne paraissent pas devant lesyeux, comme les organes des sens externes; mais néan­moins personne ne peut nier que les choses de lamour etde la sagesse, qui sont nOl1lmées pensées, perceptions etaffections, soient des substances etdes formes, et non desêtres (entia) volatils et qui tluent du néant, ou des abs­tractions sans substance ni forme réelles el actuelles, subs­tance et forme qui sont les sujets: en effet, il y a dans lecerveau dinnombrables substances et jinnombrables for­mes, dans lesquelles réside tout sens intérieur qui se ré­fère à lentendement et à la volonté. Qlie toutes les affec­tions, les perceptions et les pensées ny soient point dessouffles exhalés de ces substances et de ces formes, maisquelles soient en actualité et en réalité des sujets qui né­mettent rien deux-mêmes, mais qui seulement subissentdes changements selon les affluants qui affectent, cest cequon peut voir daprès ce qui vient dêtre dit des sensextelnes. Il en sera dit davantage ci-dessous sur lesaftluants qui atfectent. 43. Daprès ces explications, on peut dabord voir que leDivin Amour en soi et la Divine Sagesse en soi sont uneSubstance et une Forme, car ils sont lÈtre même et lE­xister même; et si un tel Être et un tel Exister nétaientpas, comme ils le sont, une substance et une fvrme, ils neseraient quun être de raison, qui en soi nest rien.Le Dwin Amour et la Divine Sagesse sont la Substance en soi et la Forme en soi, ainsi le Soi-ll!éme et lUnique. 44. Que le Divin Amour et la Divine Sagesse soient une
  25. 25. SUR LE DIVIN AMOUR 25Substance et une. Forme, cest ce qui vient dêtre confirmé;et que le Divin Etre el le Divin Exister soient lr...tre etlExister en soi, cest aussi c~ qui a été dIt ci-dessus. Il nepeut pas être dit que cest lEIre et lExister daprès soi,parce que cela enveloppe un commencement, et mêmedaplès, quelquun en lui qui est l~tre et lexiste) en soi;mais lEtre même et lExister même en soi est de touteéternité (ab œte1no); lÈtre même et lExislermême en soiest aussi incréé. et tout créé ne peut être que daprès lIn­cléé, et ce qui a éLé créé, est fini aussi, et le fini ne peutnon plus exister que daprès lrnfini. 4·:>" Celui qui, par quelque pensée, peut concevoir eL sai­sir lEtre eL lExister en soi, concevra etsaisira pleinementque cest le Soi-Même et lUnique; est appelé le Soi-Mêmece qui seul EsL, et lUnique cc dont plocède tout autre.Maintenant, comm~ le Soi-Mème et lUniquE esl, une Subs­tance et une Forme, il sen suit que cest la Substance même et unique et la FOIme même et unique; et commeceLte SubsLanee même et cette Forme même est le Divin ÂmoUl et la Divine Sagesse, il sen suit que cest l Amourméme et unique e.lla ~agesse même et unique, que parconséquent cest lEssence même et unique, et aussi la Viemême et unique, car lAmour et la Sagesse, cest la Vie. i6. Daprès cela, on peut voir combien pensent sensuel­lement. cest-à-dire, daprès les sens du corps, et dapr~~sles ténèbres de ces sens dans les choses spirituelles, ceux qui disent que la Nature est daprès elle-même; ils pen­ sent daprès lœil, et ne peuvent penser daprès len Lendp-­ ment; la pensée daprès lœil ferme lentendement, mais la pensée daprès lentendement ouvre, lœil : ceux-là Jl(~ peuvenL pas penser quelque chose sur lEtre eLlExisteren soi. ni penser que cest lÉternel, lIncréé et lInfini; ils ne peuvent pas non plus penselquelque chose SUl la Vie, sinon comme SUI une chose volatile qui tombe dans le néant, ni autrement SUI lAmouI et la Sagesse; ils ne pensent nul­ lement que cest de lun etde lautre que procèdent toules les choses do la nature. Que toutes les choses de la nature procèdent de lamour et de la sagesse, on ne peut pas non plus le voÎl, à moins que la natUle ne soit considérée da­ près les Usages dans leur série et dans leur ordre, et non aaprès quelques-unes de ses formes, qui sont les objets de lœil seul; car les usages ne proviennent que de la vie,
  26. 26. 26 LA SAGESSE ANGÉLIQUEet leur série et leur ordre ne proviennent que de la sagesseel de lamour. mais les formes sont les contenants des usa­ges ; si donc on ne considère que les formes, on ne peutpas dans la nature voir quelque dlOse de la vie, ni à plusforle raison quelque chose de lamour et de la sagesse, nipm conséquent quelque chose de Dieu. Le Divin Amour et la Divine Sagesse ne peuvent quêtre et exister dans dauttes, àéés pm eux. 47. Le soi-mAme de lamour nest pas de saimer, maiscest Jaimer les autres etdêtre conjoint à eux pal amour;le soi-même de lamour est aussi dêtle aimé des autles.car ainsi il est conjoint; lessence de lout amom consistedans la conjonction; de plus, dans la conjonction consistesa vie quon appelle plaisir" charme, délice, douceul, béa­titude, bonheur et félicité, Lamoul consisle en cela, quele sien soit à un autre, et quil sente le plaisil de lautrecomme un plaisir en soi, cest là aimer; mais senlir sonplaisil dans un autre, et non le plaisÎl de lautle en soi, cenest point aimer; car ceci est saimel soi-mème, mais celaest aimer le prochain: ces deux genres damoul sont dia­métralemenl opposé::; : lln etlautle genres conjoignent, ilest vlHi, et il ne semble pas quaimer le sien, cest-à-dire,soi-mème dans un autre, disjoigne, lorsque cependant celadisjoint au point, quautant quelquun a ainsi aimé unautre, aul.ant ensuite illaen haine; Cal cette conjonctionest dissoute par soi successivement, et alols lalllour de­vienl haille dans l~ même degré. 48, Comment celui qui peut considéler lessence de la­mour, peul-il ne pas voir cela ~ quest-ce, en elIel, quai­mer soi seul, et non hor::; de soi quelquun de qui on soit aimé en letam ? nest-ce pas plut6t une dissolution quune conjonction? la conjonction. de lamour existe par le réci-. proque, et il ny a point de réciproque dans soi seul; silon cloi t que cela a lieu, cest pal un réciproque imagi­ natif dans les autres, Daprès ces explications; il est évi·­ denl que le Divin Amour ne peut quêlro el exister dansdaulles, quil aime el dont il soit aimé; cal puisque cela est dans t.out amour, cela doit être plillcipalement, cest­ à-dire, infiniment, dans lAmour Mème.
  27. 27. SUR LE DIVIN AMOUR 27 49, Quant à ce qui concerne Dieu, aimer et être récipro­quement aimé ne peut pas avoillien dans dautres, dansleS41018 il y aUlait (IUelque cho~e tlo lin/illi, ou quelquechose ùe lessülJ(e el Je lu vie de ltnuoul en soi, ou quel­que chose du DiYin ; cal si quelquo lhuse de l;infini, oude lessence eL de la vie de l,UlOUI elt soi, cest-i1-diJe,quelque chose du Divin, él.ail OH PLIX, alors il ne serait pasaimé pal dau Lees, mais il SaiLllelail lui-même; cal lin­fini ou le Divin est unique; si ("t"lait claus dautres, ceserait le ::;oi-iJéme, et ce serait la 111 our méme de soi, dontil ne peut y :woir la moindre (hase (lans Dieu j car cestabsolumonl. lopposé de lEssol1l( 1>ivin(~; eesl pourquoicela doit avoir lieu (lans dautres dalls 1t~4.uels il ny aitrien du Didn en soi: que cela ail lieu dans des êlres cltééspal le Divin, on le verra plu:" l1H8. ~Iilis poli! que cela aillieu, il faul quil y ail. la Sêlgcs~e Infinie qui fasse un aveclAmoU! Infini, cesL-u·dile quil fllut quU y ait le DivinArnoUl de la Divine Sagesse pt la lJii/lll Sagesse du DivinAmour, dont il a élé tlaiLé ci-dtssus, Nos 3!~ à a9, 50, De la perception el de la cOllTwü,sance de cet Alcane dépendent la peeceplion ,eL la (OIIWIÎsSélUCl de toules l(~schoses de lExisLence ou de la Création, puis de toutescelles de la Sltbsisl.ance ou de la t:ollselaliun par Dieu,cest-à-diJe, de loutes les œuvres de Vieu d:ms lUniverscréé, desquelles il sera Ilail.é dam; (e qui suit, 51. Mais, je leu plie, ne mèle I.os idees ni avoc le TempSni avec lEspace; en effet, auLanl il ) a dulemps lL de les­pace dans les iMes quand Lu lis cc qui ~uit., auLant tu nele comprends pas, Cal]o Divin nlsi lJi dans lé temps nidans lespace; OllIe vena clairement dans la c.onLinualionde cet Ouvrage, spé~ialln1()nL au ~t1Jc~ llè lmelnilé. ùelInfinité el. cie la loule-Présence, Touteschose,~ dans lU?âve-rs ont été I"{,:ée:s J1Il le Divin Amou? et pal la Divine Sagessf dl- Dieu-Homme. 52, LUnÏers dans les llès-glallds tl dans les Lrès-petits,dans les premiers eL dans les derniPls, est tellement pleindu Divin Alli our et de la Divino Sagesse, quon peut direquil est le Divin Amour lLIa Divino Sagesse en image:quil en soit ainsi, on ll~ voit manifestement daprès la cor­
  28. 28. 28 LA SAGÉSSE A~GÉLIQUErespondance de toutes les choses de lUnivers avec toûtescelles de lHomme: Toutes et chacune des choses quiexistent. dans lUnivers créé ont une telle corlespondancea,ec toutes et chacune des choses de lhomme, quon peutdire que lhomme aussi est un univers; il Y a correspon-dance de ses affeclions et de ses pensées avec toutes leschoses du Hègne animal, de sa volonté et de son entende-ment avec toutes celles du Règne végétal, et de sa vieDernière avec toutes celles du Règne minéral. Quil y aitune telle correspondance, personne ne le voit dans leMonde natJ.rel, mais cela est visible dans le Monde spiri-tuel pour quiconque y fait attention; dans ce Monde il yatoutes les choses qui existent dans les trois Hègnes duMonde naturel, et elles sont les correspondances ùes affec-tions et des pensées. def; affections daprès la volonté etdes pensées daprès lentendement, et aussi des dernièreschoses de l~ vie de ceux qui y sont; et les unes et les au-tres apparaIssent eutoul deux dans un aspect tel questcelui de lUnivers créé, avec cette différence que cest dansune plus petite effigie. Par là il est bien évident pour les an-~es que lUnivers créé est lImage représentative de Dieu-Homme, et que cest son Amour et sa Sagesse qui se pré-sentent en image dans lUnivels, non pas que lUniverscleé soit Dieu-Homme, mais parce quil vient de Lui; carrien dans lUnivers créé nest substance et forme en soi,ni vie en soi, ni amour et sagesse en soi; et même lhommenon plus nest pas homme en soi; mais tout vient de Dieu,qui est lHomme, la Sagesse et lAmour. la Forme et laSubstance en soi; ce qui est en soi, est Incléé et Infini:mais ce qui vient de Dieu, cela, ne tenant chez soi rienqui soit en soi, a été créé et fini, et ceta représente limagede Celui Même par Qui cela est. et existe: 53, Lêtre et lexister, puis la substance et la forme,comme aussi la vie, et même lamour et la sagesse, pl:U-vent se dirQ des objets créés et finis, mais toutes ces cho-ses sont créées et finies; si elles peuvent se dire de cesobjets, ce nest pas que quelque DIvin soit à elles, maiscest quelles sont dans le Divin et gue le Divin est ùanselles: en effet, tout ce gui à été crée est en soi inanimé etmOIt, mais il est anime et vivifié paree que le Divin estdans les choses créées et finies, et qURlles sont dans leDivin.
  29. 29. !:?J1~, ~~ DJV~ (MOUR ~ 54, Le Divin nest pas clans un sujet autrement. que dansun autre, mais un sujet créé est différent dun autle, calil nyen a pas deux qui soient le même, et par suite cha­que contenant diffère dun autre; de là résulte que le Di­vin dans son image se présente varié, Dans la suite, ilsera pallé de la présence du Divin dans les opposés.Toutes choses dans lUnivers c1éésontdes récipients du Divin Amour et de la Divine Sagesse de Dieu-llormne. 55. Il est connu que toutes et chacune des choses delUnivers ont été créées par Dieu; lUnivfrs, par consé­quent, avec toutes et chacune des choses quil conlient estappelé, dans la Parole, lŒuvre des mains deJéhovah. Ondit que le Monde dans son complexe a été créé du néalll.,et lon conselve du néant lidée dun néant absolu, lorsquecependaI:lt dun néant absolu rien nest fait, ni aU,cunechose ne peut ëtle faite; cela est une véri té constan te ;cest poUJquoi lUnivers, qui est limage de Dieu, et parsuite plein de Dieu, l}a pu être créé qU!3 dan,; Dieu palDieu; car Dieu est lEtro même, et de lEtle doit venil cequi est; du néant qui nest point, créer ce qui est. cela estabsolument contradictoire. Mais néanmoins co qui a étécréé duns Dieu par Dieu nesl poinl une continui té de Dieu,car Dieu est lÊtre en soi, et dans les objets créés il ny apas quelque chose de lêtre el). soi; si dans les objels créésIl y avait quelque chose de lEtre en soi, ce serait une con­tinuité de Dieu, et une continuité de Dieu est Dieu. Lidéeangélique SUI ce sujet est, que ce q:li a été créé dans Dieupar Dieu, est. comme la chose créé dans lhomme, quelhomme a tiJôe de sa vie, ruais de laquelle la vie a été ex­tlai te, chose qui csl telle, quelle est convenable à la vie delhomme, mais néanmoins nest point sa vie: les Angesconfirment cela dapIès plusieurs choses qui existent dansleur Ciel, où ils disent quils sont dans Dieu et que Dieuest dans eux, el que cependant ils nont dans leur êtrerien de Dieu qui soi t Dieu: dans la suite, il sera lapportéplusieurs autres raisons, daprès lesquelles ils confirmentcela; que ce qui est ditici soit seulement pour la science. 56, Tout ce qui a été créé daprès celte origine est teldans sa nature, quil est un récipient de Dieu, non pal COll­
  30. 30. 30 LA SAGESSE ANGm..IQUE tinuité mais pal ,contigUïté ; cest pal le contigu et non pal le continu quil est su:>cep lible dêtre conj oin t, car il est convenable parce quil a été crélj dans Dieu par Dieu; et parce quil a été lréé ainsi, il est un analogue, et par cette conjonction il est comme limage de Dieu clans un miroir. 57, De là vient que les Anges ne sont point Anges par eux· mêmes, mais quils sont Anges pal celle conjonction avec Dieu-Homme, et celte conjonction est selon la l{~cep­ tion du Divin Bien,et du Divin Vrai, qui sont Dieu, et ap­ paraissent procéder de Dieu, quoiquils soient dans Dieu; et la réception est selon quils appliquent les lois de lOldre, qui sont les Didnes Vélilés, à eux-mêmes, daprès la liberté de penser el cie vouloir selon la raison, facultés quils tiennent du Selgneul comme si elles lour apparte­ naient; pal là il ya pOUl eux réception clu Divin Bien et du Divin Vrai eomme pal eux-mêmes, el, pal là il Y fi le ré·· ciproque de lamour; cal, ainsi quil a déjù été dit, lamour nexiste pas sil nest pas réciproque, Hen est cie même cles hommes SUl telre. DapIès ce qui vient cIêtre rlit, on peut daborrl voir que toutes les choses de lOnivers Créé sont des récipients du Divin AmoU! et de la Divine Sagesse de Dieu-Homme. . il8. Que touLes les choses de lUnivers, qui ne sont ni comme les anges, ni comme 10s hommes, soient aussi des récipient.s du Divin AmoU! et de la Divine Sagesse do Dieu-Homme, ainsi celles qui sont nu·dessous cles hommes dans le Bègne ani~al, celles qui sont au-dessous des ani­ maux dans le Ilègne végMal, eI;, colles ,qui sont au-dessous des végétaux dans le Il(~gne, nll~léral, cesl ce qui ne peut pas encore êtle exposé dovantlentenclomenl, cal il y a... aupalavant.plusieurs explications à donner slllIos degrés do la vie, et SUI les dHgIés des récipients do la vie. La con­ jonction avec ces choses est selon leurs usages; cal lous les usages bons ne lirent leur origine que dune conjonc­ lion semblable avec Dieu, mais dissemblable selon les de­ grés, conjonction qui successÏ"emenl. dans la descente de­ vient telle, quil ny a en ces choses lien de la liberté, parce quil ny a rien de la raison, el. par suite rien de lap­ palene.e oe la vie, mais lIéanm ,)ins elles sont des récipients: comme elles sont des récipienls, elles sont aussi réagissan­ tes, car pal ~ela quelles sont léagissantes, elles sont des
  31. 31. SUR LE DIVIN AMOUR 31 contenants. Quant : la conjonc Lion avec les usages qui ne sont pas bons, il el1 sera parlé aprl~s que lorigine du mal aura été montrée. 59. Daplès (.es explicaLions on peut voir que le Divin est dans Loutes eL dans chacune des choses de lUnivers créé, eL que pal conséquent lCnivels crééest lŒuvre des mains de Jéhovah, comme il est dit jans la Parole, cesL­ il-dire, lŒ:uvre du Divin Amour el de la Divine Sagesse, cal cet Arnoul eL cette Sag.lsse sont entendus pal les mains de Jéhovah: eL quoique le Divin sail dans taules eL dans chacune des choses do lUni nl" CIN, lopendanL il ny a ri~)1l du Divin en soi dans lem êlre, car lUnivers créé nesL pain l, Dieu, mais il es: pal Dieu; lt palce quil esL paI Dieu, il y a en lui limage de Dieu, connue il y a li­mage de l11Olll1Il8 dans un miloir, cla.n:; IClC]llI3l lhommeapplllaît, il csL vrai, l1wis néanmoins dans celte image ilny a rien de lhomme. 60. .lai enlondu dans le Monde spilitU/!l plusiellls es­prit.s qui pmlaieuL <1IlLolll <le moi, (lisant, il lst vrai, quilsvoulaient roconnaille que dans Loules cL dans chacune deschoses de lUnivers il yale Divin, J~ar(e quils voyaient.en eUes des choses lllervoillellSeg do Dic~u, cl dautanL plusmerveilleuses quelles sont ues plus iu!.llieurement; maisnéanmoins quand ils eUlonL ;l ppl"is que dam; Ioules el danschacune des ehoses !le ru ni H.lI·S cleé il y a e1l ael.uali Lé leDivin, ils furent indignés, indice quils disaient cela, ilest vrai, mais quils ne le croyaienL pas, ttst poUlquoi il]eUl fuL demandé sils ne pouvaient pas le voiJ sllllementdaprès ladmirable far,nllp qllil y a chms toute scm,nce deproduire son "ùgtllal rl ans uu ordrü adlllila hIe j lIsquà denouvelles semences; ci. en ce l"flle dans I1ne semence quel­conque il y il lidée de linfini eL de lélelnel. lai daus lessemences il y a une Leildance il se mullipiiplCL àfruclifierà linfini eL <JLemellelllenL; puis. duplis rhaque animal,même Je plus petil, en ce quil y u eu eux des olganes dessens, des celveaUX, des cœUlS, des poumons, elles autresiscilles, avec des arLères, des veines, dos fibres, des m us­clos, eL les acles qui on résulLenl.,.oulle les choses mel­veilleuses que plèsenLe leul eaructmo su: lequel des Li­vres entiers ont été écriLs. Toutes ces melveilles viünnenlde pieu, mais les formes dont elles ont été revêlues pro­viennenL des matières de la lerve; de ces malières pro
  32. 32. 32 LA SAGESSE ANGWQUE viennent les végétaux, et dans leur ordre les hommes; cest pourquoi il est dit de lhomme, quil a été créé cie lhumus, et quil est poussière de la terre, et quune âme de vies a été soufflée dans ses narines, - Gen. II. 7 ; - doù il est évident que le Divin nest pas à lhomme, mais quil lui a été adjoint. Toutes lçs choses qui ont été créées rep?ésentent l homme dans une smte dimage. 61. On peut le voir daprès toutes et chacune des choses du Règne animal, et daprès toutes et chacune des choses du Hègne vùgétal, et daprès toutes et chacune des choses du Hègne minéral. Le rappmt avec lhomme dans toutes et dans chacune des choses du Règne animal se manifeste en ceci: Les Animaux de toutgeme ont des membres par les­ quels ils se meuvent, des organes par lesquels ils sentent, et des viscères par lesquels ils fonlles operations qui leur sont communes avec lhomme; ils ont aussi de~ appétits et des affections semblables aux appétits et aux affections naturels chez lhomme; et ils ont des sciences innées (con­ natœ), correspondantes à leurs affections; dans quelques­ unes de ces sciences on voit comme un spirituel, qui se montre plus ou moins devant les yeux chez les bêtes de la terre, chez les oiseaux du ciel, chez lès abeilles, les vers à soie, les fourmis etc: cest de là que les hommes purement naturels font les êtres animés de ce Hègne sem­ blables il. eux, au langage près. Le mppo?[ avec lhomme par toutes et par chacune (les choses du Règne végétal se manifeste en ceci: Les végétaux lirent leur existence dune.... semence, et daprès elle ils progressent successivement dans leurs âges; il Y a chez eUX quelque chose qui res­ semble au mariage, et après cela prolification ; leur âme végétative est lusage, dont ils sont les formes; sans par­ ler de plusieurs autres choses, qui sont des rapports avec lhomme, rapports qui olltmême été décrits par plusieurs auteurs, Le rapport avec lhomme pa? toutes et pa? chacune des choses dt Règne minéral se montre seulement dans la tendance à produire des formes qui rep.ésentent, lesquel­ les sont, comme il a été dit, toutes et chacune des choses
  33. 33. SUR LE DIVIN AMOUR 33 du Règne végétal, et par com;équent à remplir des usa~es ; en etie l, dès que la semence tombe dans le sein de la terre, la terre léchauffe, et lui donne delle-même de toute part des moyens pour quelle germe, et quelle se montre dans une forme représentative de lhomme; quil y ait aussi une semblable tendance dans les objets secs de ce règne, on le voi t clairemen t par les coraux dans le fond des mers, et par les efflorescences dans les mines, là par les miné­ raux, et aussi pal les métaux. Leffort pour se végéter, et ainsi pour remplir des usages, est le dernier qui procède du Divin dans les choses créées. 62. Comme il y a dans les minéraux de la terre un effort pour se végéter, de même il y a dans les végétaux un effort pour se vivifier; de là les insectes de divers genres qui cor­ respondent aux exhalaisons odoriférantes des végétaux: que cela provienne non pas cIe la chaleur du soleil dumonde, mais de la vie par cette chaleur solon les récipients,on le verra dans la suite. 63. Quil y ait un rapport ri.o toutes les choses :le lUni­vers créé avec lhomme, on peut le savoir, il est Tai, da­près ce qui vient dêtre exposé, mais on ne peut le voirquobscurément, tandis que dans le Monde spirituel on levoit clairement; là sont aussi toutes les choses des troisRègnes, au milieu desquelles est lAnge; il les voit autourde lui, et il sait aussi quelles sont ses représentations;bien plus, quand lintime de son entendement est ouvert,il se cannait, et voit son image en elles, à peu près commedans un miroit, 64. Par ces rapports et par plusieurs autres concordan­ces, que je nai pas le loisir dexposer ici, on peut savoiravec certitude que Dieu est Homme, et que lUnivers crééest limage de Dieu; car il y a un rapport commun detoutes choses avec Lui, de même quil y a un rapport par­ticulier avec lhomme.Les Usages de toutes les choses qui ont été c1éées montent pm degrés depuis les de1niersjtlsquà lhomme, et pallhomme y"usquàDieu Cléatw1, A QUO (de qui tout proc~de). 65. Les DERNIERS sont, comme il a déjà été dit, toutes etchacune des choses du Règne minéral; ces choses sont les 3
  34. 34. 34 LA SAGESSE ANGÉLIQUEmatières de divers genre, provenant de substan~e pier-reuse, saline, huileuse, minérale, métallique, enveloppéedun humu~ consistanten débris de végétauxet danimauxréduits en poussière très-menue; dans ces matii~res estcachée la fin et aussi le principe de tùus les usages quiprocèdent de la vie; la fin de tous les usages est leffortpour les produire, et le principe est la force qui agit da·près cet effort; ceci est pùur le Règne minéral. Les MOYENSsont toutes et chacune d~s choses du Hègne végétal; ceschoses sont les gramens et les herbes de tout geme, lesplantes et les arbrisseaux de tout genre, et les albras detout genre; leurs usagf1s sont pour tOU!l et pour chacundes êtres du Règne animal, tant imparfaits que parfaits;ils les nourrissent, les délectent et les vivifient; ils nour-·rissent leurs corps par les matières. ils délecten tlems senspar la saveur, lodeur. la beauté, et ils vivifient leurs affec-tians: leffort pour cela est aussi en eux par la vie, LesPREMIERS sont toutes et chacune des choses du Bègne ani-mal; les infimes dans ce Règne sont nommées vers etinsectes; les moyens, oiseaux et bêtes; et les suprêmes,hommes; car ùans tout Règne il y a les infimes, les moyenset les suprêmes; les infimes pour lusage des moyens, etles moyens pour lusage des suprêmes: les usages de tou-tes les choses qui ont eté créées montent ainsi en ordredepuis les derniers jusquà lhomme, qui est le premierdans lordre, 66. Il ya trois de8rés dascension dans le Monde naturel,et il y a tl:.ois Q~gles <t!lS~Il_~on dans le Monde spirituel:tous les animaux sont des lécipients de la vic; les animauxplus parfaits sont des récipients de la vie des tlois degrésdu Monde naturtl, ceux qui sont moins parfaits sont desrécipients de la vie de deux degrés de ce Monde, et lesimparfaits sont des récipients de la vie dun seul degré:mais lhomme seul est un récipient de la vie des troisdegrés, non seulement ùu :10nde naturel, mais aussi destrois degrés du Monde spirituel: de là vient. que lhommepeut être élevé au-dessus de la nature, ditlélant en celade tout animal; il peut penser analytiquement et ration-nellement sur les choses civiles et morales qui sont audedans de la nature, et il le peut aussi sur les choses spi-rituelles et célestes qui sont au-dessus de la nature; ilpeut même être élevé dans la sagesse jusquau point de
  35. 35. SUR LE DlVIN AMOUR 35 voil Dieu, Mais il SCla, dans un article spécial, traité des six Degrés, pal lesquels les usages de toutes les choses qui ont été créées monLént, dans leur ordre, jusquà Dieu CIéateur. Daprès cet exposé sommaire, on peut voir que, de toutes les choses qui ont été créées, il y a ascension vers le Premier, qui seul est la Vie, et que les usages de toutes les choses sont les récipients mêmes de la vie, et que de là viennenL les formes des usages, 67, Il sera dit aussi en peu de mols comment lhomme monLe, cest-à-dire, esLélevô, du dernier degré au premier: Lhollmw naiL dans le delnier degré du monde naturel;il est ensui te élevé par les sciences dans 113 second degré, et selon que pal les sciences il pelfoclionne son entende­ment il esl élevé dans le troisiùme degré, et alJrs il devient laLionnel: les Lrois degrus dascellsion dans le Monde spi­rHuel SOll Ldans lhomme au-dessus des Lrois degrés natu­ lels, el Ile semontren Lpas avan Lquil ait dépouillé le corps tellesLIe; uprès quil la dépouillé, le pre~ier degré spi­rituel lui est ouyerL, ensuiLe le second, et enfin le troi,­sième, mais celui-ci seulement clre7. ceux qui deviennentAnges du Lroisièmè Ciel, ce SOllt eux qui voient Dieu: ceuxchez qui le second et le demier deglé peuvenl être ouvertsdeviennent Anges du second eL du delnier Ciel: tout degréspIrituel che7. lhomme est ouvelL selon la réception duDivin Amour et de la Divine Sagesse procédant du Sei­gneur; ceux qui on reçoivent un peu viennent dans le pre­mier ou dernier degré spirituel; eeux qui en reçoÏentdavantage, viennent dans le second ou moyen degré spiri­tuel; ct ceux qui en let,:oivent beaucoup viennent dans 10 tloisième ou suprèrne doglC) ; mais ceux qui nen re~oiventrien reslent dans les degrés naturels, el. ne tilent des degrés spilituels que ce ljui csl. indispensable pour quilspuisscnt pensel et pal suite paJlCl, et vouloir et par suiteaOil, mais non avec intelligence. °68. Sur lélévalion des in téricurs de lLomme qui appar­tiennent il son men Lai, il faul enCOJe quon sache ceci:Dans tout ce qui a été créé pal Dieu il y a une réaction; àla Vie seule, esllaclion, et la réaclion est excitée Dar lac­tion de la Vie: cette réaction semble appartel,1ir à ta chosecré6e en ce quclle existe quand la chose est actionnée;ainsi dans lhomme elle semble lui appartenir, parce quilsent absolument comme si la vic lui appartenait, lorsque
  36. 36. 36 LA SAGESSE ANGÉLIQUEcependant lhorrime est seulerr;ent un récipient de la vie.De cette cause il résulle que lhomme daprès son malhérédita1le réagit contre Dieu: mais autant il croit quetoute sa vie vient de Dieu, et que tout bien de la vie vientde laction ·de Dieu, et tout mal de la vie, de la réaction delhomme, autant la réaction devient de laction, et lhommeagit avec Dieu comme par soi-même. Léquilib)e de touteschoses vient de laction et en même temps de la réaction,et il faut que tout soit dans léquilibre. Ceci a été dit, afinque lhomme ne croie pas que cest par lui-même quilmonte vers Dieu, mais quil croie que cest par le Sei-­gneur.Le Divin remplit tous les espaces de lUnivets sans espace. 69. Il Ya deux propres de la Nature, lEsp.CE et le TEMPS;daprès eux lhomme dans le Monde naturel forme les idéesde sa pensée, et par suite son entendement; sil reste dansces idées, et quil nélève pas son merital au-dessus, il nepeut jamais percevoir rien de spirituel ni de Divin, car ilenveloppe le spilituel et le Divin didées qui tiennent àlespace et au temps, et autant il fait cela" autant la lueurde son entendement devient purement naturelle; penserdaprès les~ace et le Lemps en raisonnan t sur les spirituelset SUI les Divins, cest comme penser daprès lobscuritéde la nuit SUl" les objets qui apparaissent seulement dansla lumière du jour; de là vient le naturalisme. Mais celuiqui sai t élever son mental au-dessus des idées de la pen­sée, qui tiennent à lespace et au temps, passe de lobscu­rité. à la lumière, et il goûte les spilÏtuels elles Divins, etvoit enfin les choses qui sont en eux et qui en procèdent;et alors daprès cette lumière il dissipe lobscurité de lalueur nai.urelle, et il en relègue les illusions du milieuSUI les côtés. Tout homme, qui est doué dentendement, .peut penser, et pense aussi en actualité, au-dessus de cespropres de la nature, ct alols il affirme et ,oiL que le Divinparce quil est Tout-Présent, nes-t point dans lespace; etil peut aussi affirme) et voir les choses qui ont été expo­sées ci-dessus: mais sil nie la Divine Toute-Présence,et attribue toute chose à la Nature, alors il ne veut pas êtreélevé, quoiquil le puisse,
  37. 37. " SUR LE DIVIN AMOUR ;31 70, Tous ceux qui meurent et deviennent Anges se dé­ pouillent de ces deux propres de la Nature, qui, ainsi quU a été dit, sont lespace et le Lemps; CUI ils entrent alors dans la lumièro spirituelle, dans laquelle les objet:;; de la pensée sonL les Vlais, eLles obj ets de la vue son t semblabloS a ceux du Monde naturel, mais cOl:Iespondallts à leurs pensées. Les objet:; de leUl pensée, qui, ainsi quil a été dit, sont les vrais, ne tirent absolument rien de lespace ni du temps; quant aux objets de leur vue ils apparaissent, il est vlai, comme dans lespace et dans le temps, ma-is néanmoins euxne pensent pas daprès lespace etle temps; et cela, parce que les espaces et les temps ny sont point fixes comme dans le ~fonde naturel, mais varient selon les états de leur vie; par suite dans les idées de leur peusée.l au lieu des cspaces et des temps, il y a les états de la vie; au lieu des espaces, les choses qui se rapportent aux états de lamour; cL au lieu des Lemps, les choses qui se rappor­ tent aux états 4e la sagesse: de là vient que la pensée spi­ rituelle et par suite aussi le langage spirituel diffèlent Lellement de la pensée ctdu langage naturels, quils nont rien de commun, sinon quant aux intérieurs des choses, inLérieurs qui tous sont spirituels; il Rera donné ailleurs de plus grands détails sur cetLe différence, Maintenant, comme les pensées des Anges ne lirent rien de lespace,~ ni rien du Lemps, mais tirent tout des états de la vie, il est évident que les Anges ne comprennent pas, quand il est dit que le Divin remplit les espaces, car ils ne savent pas ce que cest que les espaces, mais quils comprennent clai­ rement quand, sans lidée daucun espa~e, il est dit que le Divin remplit toutes choses. 71. Pour quil soit bien évident que lhomme purement naturel pense daprès lLspuce aux spiritu,els et aux Divins, et que lhomme spirituel y pense sans lespace, soil ceci pour illustralion : Lhomme purement l1aturel pense par les idées quil sest acquises daprès les objets de la vue, qui tous on tune figllle tenant du long, du large et du haut, el terminée claprès la fOlme pal ces dimensions, laquelle est ou angulairc ou circulaire; ces figures et ces for.nes sont pvidemment dans les idées de sa pensée SJ.lr les objets visibles de la terre, et sont aussi da us les idées de sa pen­ sée sur les choses non-visibles, telles que les choses civi­ les et les choses morales; il ne voit pas celles-ci, il est r·
  38. 38. 38 LA SAGESSE ANGELIQUE v~ar, mais néànmoins elles y sont comme continuités dl:s objets visibles, Il en est autrement de lhomme spirituel, et principalement de lange du ciel; sa pensée na rien de commun avec la figure el la fûlme tenant quelque chose. du long, du large et du haut cie lespace, mais elle est ~ur létat de la cbose daprès létat de la vie; par conséquent, au lieu du long de lespace Il pense le bien de la chose Japrès le bien de la vie; au lieu du large de lespace, le vrai de la chose daprès le vrai de la vie; et au lieu du haut, les degrés du bien et du vlai ; ainsi, il pense daprès la correspondance qui existe enLre les spirituels et les natu­ reIs; cpst daprès celle cOllespondance que, dansla Parole la longueur signifie le bien de la chose, la largeur le vrai de la cbose, et la hauteU! les degrés du hien et du vrai. ;Daprès cela il est évident que lAnge du ciel, quand il-pense a la Taule-Présence Divine, ne peut que penser que le Divin remplit toutes choses SallS espace; ce que lAnge pense est le vrai, parce que la Lumière qui éclaire son enlendement est la Divine Sagesse. 72. Cest là la pensée fondamentale sur Dieu, cal sans elle les choses qui seront dites surla création de lUnivers par Dieu-Homme, sur sa PrOidence, sa foute-Puissance, sa foute-Présence et sa Toute-Scicllce, peuvent,· il est vrai, être comprises, mais néanmoins ne peuvent êlre retenues, parce que lhùmme pUlement naturel, quand il les com­ prend, retombe toujours dans lamour de sa vie, lequel appartient à sa volonté, et cet amour les dissipe, et plonge "la pensée dans lespace, dans lequel est sa lueur, quil appelle le rationnel, ne sachant pas quautant il les Ole, autant il esLinationnel. Quil en !loit ainsi, on peut le con­ firmel par lidée de ce vlai, QUE DIEU EST IlO!>B.JE ; lis, je te prie, avec aLLention ce qui a été dit ci-dessus, N°s 11 à 13, et ce qui a été éc1Ït ensuite, alors lu comprendras quil en est ainsi; mais remets ta pensée dans la Iucu! naturelle qui tient à lespace, ne Yerlas-tu pas ces choses comme des paradoxes, et si tu ly remets beaucoup, ne les rejeUeras­ tn pas? Cest pour ceLLe raison quïl est ùil que le Divin remplit tous les espaces de lUnivels, et quil nest pas dit que Dieu·Homme les lAmpli t, car si ceci etait dit, la lueur purement naturelle ny acquiescemit point; mais sil est dit que le Divin les remplil, elle y acquiosce, parce que cela concorde avec cette formule du langage des Théolo­
  39. 39. SUR LE DIVIN AMOUR 39giens, que Dieu est Tout-Présent, et quil entend et saittout. Voir sur ce sujet ce qui a été dit avec plus de détailsci-dessus, N°S 7 à 10, Le Divin est dans tout temps sans temps. 73. De même que le Divin est dans tout espace sans es­ pace de même il est dans toultemps sans temps; en effet, aucun propre de la nature ne peut se diJe du Divin, et les propres de la nature sont lespace et le temps. Lespace dans la nature esL mesurable, il en est de même du temps; le temps est mesuré par les jours, les se naines, les mois, les années et les siècles; le jour par les heures, la semaine et le mois par les jours, lannée par les quaLre saisons, et les siècles par les années. La NaLure tire cette mesure du mouvement Ilpparent de rotation et de circunvolution du Soleil du monde. Mais il en est autrement dans le Monde spiriLuel; là, les progressions de la vie appalaissent pareil­ lement dans le temps, car les habi tanLs y vivent entre eux comme les bommes du monde entre eux, ce qui nest pas possible saIlS lapparence Ju temps; mais le Lemps ny est pas distingué en des temps comme dans le monde, car leur Soleil est à son Olient constamment, jamais déplacé, puisque cest le Divin Amour du :Seigneur qui leur appa­ raiL comme Soleil; ainsi.il ny a point pour eux de jours, de semaines, de mois, dannées. de sièeles, mais à la place il y a des états de la vie, par lesquels se failla distinction, qui ne peuL pas être appelée dislinction en temps, mais peut être appelée distinction en éLats : de là vient que les Anges ne savenL pas ce que cest que le temps, et que quand il est nommé, à sa place ils perl:oivenl. létat; et quand létat détermine le temps.le Lemps esL seulement une appalellce, car le plaisir de létat fai t que le temps apparaît courl, et le déplaisir fait que le templ> apparaît long; da­ près cela il est évident que le Lemps nest absolument là que la qualité de léLat. Cest de là que, dans la Parole, par les heures, les j ours, les semaines, les mois et les an­ nées, sont signifiés les étals et les progIessions des états dans la série eL dans le complexe; et que, quand les temps se disent de l"Eglise, par le matin est ent.endu son pre­ miel état. par midi son plein, pal le soir son déclin, etpal. la nuit sa fin : de semblables choses sont enLendues pal
  40. 40. 40 LA SAGESSE ANGl1:LIQUEles quatre saisons de lannée, qui sont ]e printemps, lété, lautomne et lhiver. 74. Daprès ces explications on peut voir que le Temps fait un avec la pensée procédant de laffection, car la qua­lité de létat de lhomme en provient. Que les distances dans les progressions pal les espaces dans le Monde spi­rituel fassent un avec les progressions des Lemps, cest cequi peut être illustré par plusieurs observations, car là leschemins sont en actualite abrégés selon les désirs qui ap­partiennent à la pensée procédant de laffection, et sontvice Versa prolongés: cest de là quon dit aussi espacesde temps. Dans de semblables circonstances, quand lapensée ne se conjoint pas avec laffection propre de lhom­me, le temps napparait point; par exemple, dans le som­meil. 75. Maintenant, comme les temps, qui sont les propres de la nature dans son monde, sont de purs étaLs dans leMonde spirituel, qui là apparaissent progressifs, parce queles Anges et les Esprits sont finis, on peut voir que dansDieu ils ne sont point progressifs, parce quil est Infini, etque les Infinis en Lui sont un, selon ce qui a été démontréci-dessus N°S 17 à 22 : de là résulte que le Divin est danstout temps sans temps. 76. Celui qui ne sait pas et ne peut p,as, daprès quelqueperception, penser de Dieu sans le temps, ne peut absolu­ment percevoirlELelOité que comme une éternité de temps,et alors il ne peut quextravaguer dans sa pensée sur Dieude toute éternité, car il pense daprès un commencement,et le commencement aPl?artient uniquement au temps:son délire consiste alors a penser que Dieu a existé parsoi, doil il tombe facilement dans loriOine de la naturepar soi; il ne peut être déLaclIé de celle idée que par lidéespirituelle ou àngélique sur léternité, idée qui est sansle temps; et quand lidée est sans le temps, lELernité etle Divin sont une même cllose ; le Divin est le Divin ensoi, et non par soi; les Anges disent quils peuvent, il estvrai, percevoir un Dieu de tou,te éternité, mais daucunemanière une nature de toute éternité, encore moins unenature par soi, et nullement une pature qui serait natureen soi; car ce qui est e.n soi est lEtre même. de qui touteschoses proflèdent, et lEtre en soi est la vie même, qui estle Divin Amour de la Divine Sagesse et la Divine Sa­
  41. 41. SUR LE DIVIN AMOUR 41gesse du Divin Amour. CesL là pour les Anges lÉternité,ainsi elle est abstlaite du temps, comme llncréé est abs­trait du créé, ou comme lInfini est abstrait du fini, entrelesquels il ny a pas même de lapport.Le Divin est le méme dans les très-gmnds et dans les très-pelits. 77. Cela réslùte des deux Articles qui précèdent, savoir:Le Divin est dans tout espace sans espace, et le Divin estdans tout temps sans temps, al il y a de plus grands eL detlès-grands espaces, et de moindlcs I~t de tlès-pctits espa­ces; et comme les espaces et les temps font un, ainsi quila été dit ci-dessus, il en est de même des temps. Si en euxle Divin est le mème, cest palce que le Divin nest ni va­riable ni llluable, comine est tout ce qui appartient à les­pace et au temps, ou tout ce qui appaltient à la nature,mais il est invariable et immuable, pal conséquent il estpartout et toujours le mêlne. 78. II semble que le Divin ne soit pas dans un hommele même que dans un autre, ainsi il semble q~lil soi t aulredans le sage que dans le simple, eL aulre dans le vieillardque dans lenfant; mais cest une illusion provenant delappUlcnce, lhomme esL autrc, mais le Divin nest pointautre dans lui; lhommE;) est un récipient, elle récipient ouréceptacle est diflÉJIcnt; lhomme sage est un lécipient duDivin Amour et de la Divine Sagesse dune manière plusadéquate, ainsi plus pleinement que lhomme simp.le; et levieillard, qui aussi est sage, plus pleinement que le pelitenfant et lenfant ; mais néanmoins le Divin est le mêmedans lun et dans laul.re. Pareillement, cest une illusiondaprès lapparence si lon ClOit que le Divin eSt différentchez les Ange;; du ciel et cher. les hommes de la te lle,parce que les Anges du ciel sont dans une sagesse ineffa­ble, et non de même les hommes: mais la difféI"Onee appa­rente est dans les sujets selon la qualité de la réceptiondu Divin eL non dans le Seigneur, 79. Que le Divin soit le même dans les tIès-g)ands etdans les très-petits, cela peut ètle illustré dapriJs le CieleL lAnge dans le Ciel; le Divin dans le Giel entier et leDivin dans un Ange est le même; cest aussi pour cela quele Ciel enlier peut apparaître comme un seul Ange. Il en
  42. 42. 42 LA SAGESSE ANGÉLIQUE est de même de lÉglise et dun homme de lÉglise: le très-grand dans lequel est le Divin, cest le Ciel entier èt en même temps lEglise entière, le très-petit; cest un ange du ciel et un homme de l"Eglise. QUelque fois il mest apparu une société entière du ciel comme un homme ange; et il ma été dit quelle pouvait apparaîtle comme un homme grand, tel quun géant, et comme un homme­ petit, tel quun enfant; et cela parce que le Divin est le même dans les très-grands et dans les très-petits. 80. Le Divin est aussi le même dans les très-grands· et dans les très-petits de toutes les choses qui ont été créées et ne viven t pas; car il est dans tout bien de leur usage; si eUes lie vivent pas, cest parce quelles sont, non pas des fOlmes de la vie, mais des formes des usages; et la forme est ditTélente selon la bonté de lusage. Mais com­ ment le Divin est en elles, cest ce qui sera dit dans la suite quand il sagira de la Cléalion, 81. Fais abstlacLion de lespace, et nie absolument le vide, et alors pense du Divin Amour et de la Divine Sa­ gesse, quils son t lEssenee même abstraction fai Le de les­ pace elle vide nié; pense ensuite daprès lespace, eL lu percevras que le Divin est le même dans les très-grands et dans les très-peLi ts de lespace; CUl dans lEssence, abstraite de lespace, il y a non le grand ni le petit, mais le même, 82, 11 sera dit ici quelque chose sur le Vide: Un jOUl, jai entendu des Anges sentletenil avec Newton SUl le Vide; ils disaient quils ne support1ienl pas lidée du vide comme néant, parce que dans leur Monde, qui est spiri­ tuel, et en dedans ou au-dessus des espaces et des temps dur Monde nalurel, ils ont également la sensalion, la pensée,1 laffection, lamour, la volonté, la respitation et même la parole et laction, toutes choses absolumenL impossibles). que quelque chose ne néant, parcedire du néant. Newton dans le vide comme peut pas se que lien nest rien, et leur dU quillavaiL que le Divin qui Es-r lemplit lout, et que lui-même était saisi dhorreur à .idée du néant à pro­ pos du vide, palce que celte idée est destlUctive de tout, exhortant ceux qui parlaient avec lui sur le Vide à se garder de lidée du néant, appelant cetle idée une défaillance, patce que dans le néant il ny a aucune actualité du mental.

×