PRONY CONSULTING
97 rue de PRONY 75017 PARIS
PRONY CONSULTING
97 rue de PRONY 75017 PARIS
Quand Winston Churchill faisait de l’analyse de valeur…
A la lecture des « mé...
PRONY CONSULTING
97 rue de PRONY 75017 PARIS
« Mais voici qu’une une nouvelle idée commença à poindre. Huit pièces de 380 ...
PRONY CONSULTING
97 rue de PRONY 75017 PARIS
« Derrière toutes ces difficultés, il y avait des problèmes plus intangibles ...
PRONY CONSULTING
97 rue de PRONY 75017 PARIS
Quelle leçon ! Tout y est :
• Analyse du besoin initial, analyse sur cycle de...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Quand Winston Churchill faisait de l'analyse de la valeur...

4 032 vues

Publié le

L’action se passe en 1911-1912, Sir Winston, vient d’être nommé Ministre de la marine, suite à la « crise d’Agadir », aussitôt il se met au travail !

Publié dans : Ingénierie
1 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Merci pour cet excellent exemple non seulement d'analyse de valeur mais aussi de prise en compte de l'ensemble des problématique de Supply Chain ! C'est un cas d'école à reprendre en enseignement..
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 032
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
1
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Quand Winston Churchill faisait de l'analyse de la valeur...

  1. 1. PRONY CONSULTING 97 rue de PRONY 75017 PARIS
  2. 2. PRONY CONSULTING 97 rue de PRONY 75017 PARIS Quand Winston Churchill faisait de l’analyse de valeur… A la lecture des « mémoires de la Grande Guerre » du bouillant homme d’état britannique, nous sommes tombés sur la perle suivante : L’action se passe en 1911-1912, Sir Winston, vient d’être nommé « First lord of the Admiralty » (ministre de la marine), à la suite de la « crise d’Agadir », aussitôt il se met au travail ! L’équilibre des forces maritimes mondiales est alors basé, si l’on peut dire, sur la toute puissance de la Royal Navy, et les programmes de construction de cuirassés allemands et français sont étudiés à la loupe. La Royal Navy sort tout juste d’un programme très innovant de 12 cuirassés (les fameux super- dreadnought, classe ORION, classe KING GEORGE V, classe IRON DUKE) d’une puissance de feu incroyable : 10 canons de 13.5 pouces, qui envoient des obus de 600kg à 21-22 km (l’élévation étant limitée à 20°), dépassant tout ce qui se fait à l’époque. Toutefois l’Allemagne compte augmenter ses budgets de construction navale, en augmentant le nombre de sister ships de la classe KAISER, alors en construction. Aussitôt, Winston Churchill, d’instinct, sent qu’il va falloir innover à nouveau pour assurer la suprématie de la marine de sa Majesté,… 2 voies d’innovations majeures sont envisageables: • Le canon, de 15 pouces, encore plus puissant, envoyant des obus de 900kg à plus de 30km • La chauffe au mazout en remplacement du charbon Voyons un peu comme le Premier lord of the Admiralty en parle : « agrandir le canon supposait qu’on agrandissait les bâtiments, agrandir les bâtiments supposait qu’on en augmentait le cout. De plus la refonte des plans ne devait point entrainer de retard et les canons, devraient être prêts en même temps que les tourelles. Il n’existait rien qui ressemblât à un canon de 380 moderne. Personne n’en avait fabriqué, (….). Toutes sortes de problèmes pouvaient se faire jour dans le modèle de 380. Si seulement nous pouvions faire un canon d’essai, l’expérimenter complètement avant de passer les commandes pour la série de pièces des cinq bâtiments «.. » mais c’était la perdre une année entière » « dès le début, nous envisageâmes un bâtiment portant dix pièces de 380 et ayant au moins 180m de long, avec un aménagement intérieur pour des machines qui lui autoriseraient une vitesse de 21 nœuds et la capacité de porter une cuirasse qui, à l’endroit de la ceinture, des tourelles et du blockhaus, atteindrait l’épaisseur sans précédent de 33cm. Avec moins de cuirasse vous pouviez avec plus de vitesse, pour moins de vitesse plus de cuirasse, et ainsi de suite (..).
  3. 3. PRONY CONSULTING 97 rue de PRONY 75017 PARIS « Mais voici qu’une une nouvelle idée commença à poindre. Huit pièces de 380 tiraient une slave simultanée d’environ 8000kg. Dix pièces du dernier calibre, 340mm, ne lançaient que 7000kg. Par conséquent nous pouvions avoir pour huit canons de 380 une force de frappe considérablement plus grande que celle de dix pièces de 340. » « Par ailleurs, considérons la vitesse : 21 nœuds, était tout à fait correct ; mais supposez que nous puissions obtenir une plus grande vitesse ? (…) n’aurions-nous pas introduit un élément nouveau dans la guerre navale ? (…) à partir de là, le War College fut convié à déterminer, dans son cours de tactique quelle supériorité de vitesse serait exigée pour l’escadre rapide afin que cela lui assure la possibilité d’une manœuvre autour de la flotte allemande comme il devait s’en dérouler dans les années 1914-1915. » « La réponse fut que, si l’escadre rapide pouvait marcher en formation serrée à 25 nœuds ou plus, elle pouvait faire tout ce qui était nécessaire. (…) Notre nouveau bâtiment (en construction) devait filer 21 nœuds, mais pour filer 25 ou 26 nœuds, il lui fallait 50 000CV ; 50 000 CV cela voulait dire d’avantage de chaudières, ou les mettrait-on ? (…) nous ne pouvions pas obtenir la puissance nécessaire pour mouvoir ces bâtiments à 25 nœuds, si ce n’est par l’emploi du combustible liquide. (…) A égalité de tonnage, le mazout donnait un rayon d’action supérieur de 40% plus qu’avec le même poids de charbon. Il permettait à la flotte de faire son plein en haute mer avec une grande facilité. Une flotte ayant la chauffe au mazout peut (…) rester au mouillage en plein mer, se ravitailler au moyen de pétroliers, sans avoir à envoyer le quart de sa flotte continuellement au port pour charbonner, sans gaspiller le combustible dans les voyages aller et retour. La corvée de charbonnage épuisait tout l’équipage. En temps de guerre, elle le privait de ses brèves périodes de repos. (…) à mesure qu’un bâtiment à charbon consommait son combustible, il fallait prélever un nombre sans cesse croissant d’hommes, au besoin sur l’armement de pièces, pour aller chercher le charbon dans des soutes éloignées et malcommodes (..).C’est ainsi que près de cent hommes étaient continuellement occupés sur le LION à transporter du charbon (..) » « Tous ces avantages étaient simplement obtenus en brulant du mazout à la place du charbon dans les chaudières. Si l’on arrivait, à un moment donné, à supprimer les chaudières elles-mêmes, à faire exploser le mazout dans les cylindres de machines à combustion interne (ndlr : un moteur, somme toute !) » « Changer ainsi les fondements de notre marine, troquer le charbon britannique contre le pétrole étranger, c’était en soi, une décision redoutable. Si nous la prenions, nous nous trouvions placés en face d’une série de problèmes compliqués qui, tous, exigeaient une dépense initiale très lourde. (…) accumuler en Grande Bretagne une énorme réserve de pétrole, (..) d’immenses installations de citernes, (..) construire des flottes de pétroliers » « Étant donné le système financier auquel nous nous étions astreint, nous n’avions pas le droit d’emprunter, même en vue d’un capital destiné à couvrir des dépenses à faire « une fois pour toutes ». Chaque penny devait être demandé au parlement, année par année, et constituait une charge supplémentaire indéniable »
  4. 4. PRONY CONSULTING 97 rue de PRONY 75017 PARIS « Derrière toutes ces difficultés, il y avait des problèmes plus intangibles encore des marchés et des monopoles. Les approvisionnements mondiaux de pétrole étaient entre les mains de vastes trusts pétroliers contrôlé par l’étranger » Ainsi naquit le cuirassé moderne, la classe Queen Elizabeth. Surclassant tous ses concurrents, dans tous les domaines (voir notre schéma plus bas)
  5. 5. PRONY CONSULTING 97 rue de PRONY 75017 PARIS Quelle leçon ! Tout y est : • Analyse du besoin initial, analyse sur cycle de vie • Trade off « Agile » entre les performances, • Innovation et innovation en rupture • Gestion des risques techniques • Souci de la supply chain • Financement, investissements Merci Sir Winston ! Frederic VINDREAU Partner Tel : +33 6 08 06 36 74 Frederic.vindreau@prony-consulting.com www.prony-consulting.com

×