L’hyperprésident
3:HIKNLI=XUXUU[:?a@j@g@n@k;
M 03183 - 963 - F: 3,00 E
(le vrai)
Ses succès,ses erreurs
Le bilan des 100 j...
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
L
k
CARTOONS
ARCHIVES
*gINSOLITES
Découvrez nos inédits
;
BLOG DES BLOGS
Un tour du
monde de la
blogosphère
Retrouvez tous...
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
les sources ●
PARMI LES SOURCES CETTE SEMAINE
ABC 267 000 ex., Espagne,
quotidien. Journal monarchiste
et conservateur dep...
ÉDITORIAL l’invité ●
K’Naan, URB Magazine (extraits), Los Angeles
P
eut-on vraiment être pour la piraterie ? A part
les ba...
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
à l’affiche ●
Salvador Une passion nommée Vanda
L
’histoire qui a transformé la
Brésilienne Vanda Pignato en
première dame...
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
TÉMOIGNAGE
L’Algérie, quelques journalistes français et moi
Peu avant l’élection présidentielle algérienne, le journaliste...
CULTURE
Cette douce France qui m’a trahi
Que reste-t-il du génie et de la tradition d’accueil français que l’écrivain port...
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
MOLDAVIE
Les pompiers pyromanes de Chisinau
Depuis l’annonce de la victoire du Parti communiste aux élections législatives...
GÉORGIE
Saakachvili marque des
points face à l’opposition
Pas de violence policière mais un appel au
dialogue. Le présiden...
ROYAUME-UNI
Scotland Yard dans la tourmente
La mort d’un manifestant anti-G20 et la démission du patron de la section anti...
PUBLICITÉ
Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
POLOGNE
Lech Walesa voit rouge
Excédé par les accusations portées contre lui, l’ancien leader du mouvement Solidarnosc men...
SUÈDE
Dix pièces de théâtre pour mieux se comprendre
Pendant une semaine, la radio publique suédoise a diffusé des dramati...
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Ci
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ci

4 905 vues

Publié le

Publié dans : Voyages, Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 905
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ci

  1. 1. L’hyperprésident 3:HIKNLI=XUXUU[:?a@j@g@n@k; M 03183 - 963 - F: 3,00 E (le vrai) Ses succès,ses erreurs Le bilan des 100 jours AFRIQUE CFA : 2 500 FCFA - ALGÉRIE : 420 DA - ALLEMAGNE : 3,50 € AUTRICHE : 3,80 € - BELGIQUE : 3,50 € - CANADA : 5,50 $CAN - DOM : 3,80 € ESPAGNE : 3,50 € - E-U : 5,50 $US - G-B : 3,00 £ - GRÈCE : 3,50 € IRLANDE : 3,80 € - ITALIE : 3,50 € - JAPON : 700 ¥ - LUXEMBOURG : 3,50 € MAROC : 25 DH - NORVÈGE : 46 NOK - PORTUGAL CONT. : 3,50 € SUISSE : 5,80 FS - TOM : 700 CFP - TUNISIE : 4,10 DTU PALESTINE Les colonies hors la loi CHINE Alerte à la sécheresse MOLDAVIE Révolte ou révolution ? Inde Une démocratie qui fait son show www.courrierinternational.com N° 963 du 16 au 22 avril 2009 - 3 € 963 une OK:Mise en page 1 14/04/09 18:17 Page 1
  2. 2. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  3. 3. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  4. 4. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  5. 5. L k CARTOONS ARCHIVES *gINSOLITES Découvrez nos inédits ; BLOG DES BLOGS Un tour du monde de la blogosphère Retrouvez tous les dossiers Les galeries de dessins du monde entier Espace abonnés ▶ En couverture : Dans l’Ohio,en mars 2009,au cours de la campagne électorale. Photo : Damon Winter/The NewYork Times Ar SPORTHandball Sport trop beau pour être honnête ▶ Les plus de courrierinternational.com ◀ sommaire ● Dossier spécial Face à la crise Comment le monde réagit et s’adapte Gagnez des places de cinéma (pour deux personnes) pour le dernier film d’Erwin Wagenhofer Let’s Make Money ; JEU CONCOURS 32Irak Un pays déchiré mais qui avance7 les sources de cette semaine 8 l’éditorial par Philippe Thureau-Dangin 8 l’invitée K’Naan, URB Magazine, Los Angeles 10 à l’affiche Vanda Pignato 10 ils et elles ont dit d’un continent à l’autre 13 france TÉMOIGNAGE L’Algérie, quelques journalistes français et moi MARCHANDAGE Voler au secours de la Grèce... et du Rafale CULTURE Cette douce France qui m’a trahi POLÉMIQUE La nébuleuse stratégie de Mme Zorro en Afrique 16 europe MOLDAVIE Les pompiers pyromanes de Chisinau GÉORGIE Saakachvili marque des points face à l’opposition ROYAUME-UNI Scotland Yard dans la tourmente ITALIE Un désastre qui ne surprend pas ESPAGNE Les lycéens moins tentés par les drogues POLOGNE Lech Walesa voit rouge SUÈDE Dix pièces de théâtre pour mieux se comprendre 22 amériques MEXIQUE Mazatlán, ses plages, ses truands CUBA Les touristes américains se font désirer CANADA Rien de nouveau au Nunavut BOLIVIE Le président, la faim et les moyens 26 asie DOSSIER Inde : le grand show démocratique THAÏLANDE Ambiance révolutionnaire à Bangkok INDONÉSIE Les démocrates résistent aux mauvaises tentations JAPON Obama ravive un vieil espoir 32 moyen-orient IRAK Un pays déchiré mais qui avance ARABIE SAOUDITE Le prince Nayef bientôt sur le trône ? ÉMIRATS ARABES UNIS Dubaï fait la chasse au bétel 34 afrique ALGÉRIE Un programme chargé pour Bouteflika MADAGASCAR L’Afrique australe se trompe de combat AFRIQUE SUBSAHARIENNE Crise, vous avez dit crise ? enquêtes et reportages 36 en couverture Obama l’hyperprésident 44 entretien avec Rita Levi Montalcini 47 enquête Israël : tant de colonies hors la loi… 50 débatStatistiques ethniques,arme à double tranchant intelligences 52 économie ALIMENTATION Un milliard d’affamés dans le monde AUTOMOBILE Comment Ford espère s’en sortir tout seul EMPLOI L’économie informelle amortit les effets de la crise 55 écologie AGRICULTURE La mort annoncée d’un grenier à blé 56 sciences ASTROPHYSIQUE Comment fabriquer des astres miniatures 57 multimédia STRATÉGIE Les mauvais plans de la presse masculine rubriques 58 le livre Ritual Gunung Kemukus, de F. Rahardi 58 saveurs Belgique : l’asperge à toutes les sauces 59 insolites Après la case élection, la case HP MakiGalimberti COURRIER INTERNATIONAL N° 963 5 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 26Dossier Inde Le grand show démocratique 44Entretien avec Rita Levi Montalcini 58Le livre La montagne magique BonaBeding 36En couverture Obama l’hyperprésident 963 p5:Mise en page 1 14/04/09 19:12 Page 5
  6. 6. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  7. 7. les sources ● PARMI LES SOURCES CETTE SEMAINE ABC 267 000 ex., Espagne, quotidien. Journal monarchiste et conservateur depuis sa création en 1903, ABC a un aspect un peu désuet unique en son genre : une centaine de pages agrafées, avec une grande photo à la une. HA’ARETZ 80 000 ex., Israël, quotidien. Premier journal publié en hébreu sous le mandat britannique, en 1919, “Le Pays” est le journal de référence chez les politiques et les intellectuels israéliens. CAPETIMES 48 000 ex., Afrique du Sud, quotidien. L’un des plus vieux journaux sud-africains, fondé en 1876 par St Leger, un immigré irlandais, CapeTimes a su évoluer pour maintenir son audience. Journal local, il publie aussi des analyses, pertinentes, sur les questions nationales et internationales. Ses éditoriaux expriment des opinions plutôt libérales. CHENGDU SHANGBAO 620 000 ex. Chine, quotidien. Le “Journal commercial de Chengdu”, qui appartient au groupe Chengdu Ribao Baoye Jituan, est diffusé dans la province du Sichuan ainsi que dans la municipalité autonome de Chongqing, ce qui lui garantit d’être le quotidien le plus important de l’ouest de la Chine. CLARÍN 650 000 ex., Argentine, quotidien. Né en 1947, “Le Clairon” est le titre le plus lu d’Argentine. Il couvre l’actualité nationale et internationale. Fait rare sur le continent, Clarín est présent dans plusieurs pays d’Amérique latine grâce à son réseau de correspondants. DAGENS NYHETER 360 000 ex., Suède, quotidien. Fondé en 1864, c’est le grand quotidien libéral du matin. Sa page 6 est célèbre pour les grands débats d’actualité. “Les Nouvelles du jour” appartient au groupe Bonnier, le plus grand éditeur et propriétaire de journaux en Suède. Le titre est passé en format tabloïd en 2004. THE DAILY STAR 15 000 ex., Liban, quotidien. “L’Etoile du jour” est le premier quotidien en langue étrangère au Liban. Indépendant et bien documenté, il publie régulièrement des articles de la presse anglo-saxonne. THE DAILYTELEGRAPH 904 660 ex., Royaume-Uni, quotidien. Atlantiste et antieuropéen sur le fond, pugnace et engagé sur la forme, c’est le grand journal conservateur de référence.Fondé en 1855, il est le dernier des quotidiens de qualité à ne pas avoir abandonné le grand format. L’ESPRESSO 430 000 ex., Italie, hebdomadaire. Fondé en 1955 par Eugenio Scalfari, qui créera ensuite La Repubblica, le titre s’est vite imposé comme le grand hebdomadaire de centre gauche. Il appartient à l’industriel piémontais Carlo De Benedetti, qui possède également La Repubblica. Il mène une lutte acharnée contre la politique de Berlusconi. FINANCIALTIMES 448 000 ex., Royaume-Uni, quotidien. Le journal de référence, couleur saumon, de la City et du reste du monde. Une couverture exhaustive de la politique internationale, de l’économie et du management. FRONTLINE 224 000 ex., Inde, bimensuel. Fondé en 1984, ce magazine de Madras appartient au groupe du grand quotidien du Sud The Hindu. Volontiers critique à l’égard du gouvernement, ce journal indépendant a aussi construit sa bonne réputation pour sa couverture du Sri Lanka. THE GUARDIAN 364 600 ex., Royaume-Uni, quotidien. Depuis 1821, l’indépendance, la qualité et l’engagement à gauche caractérisent ce titre qui abrite certains des chroniqueurs les plus respectés du pays. ISTOÉ 370 000 ex., Brésil, hebdomadaire. Fondé en 1976, “C’est-à-dire” s’est imposé comme un des principaux hebdomadaires du pays. De tendance libérale et situé au centre gauche, Istoé s’est bâti une solide réputation pour son regard à la fois large et indépendant, en accord avec l’esprit combatif prodémocratique qui oriente ce magazine depuis sa création. JORNAL DE LETRAS 11 500 ex., Portugal, bimensuel. Le journal de référence du monde lusophone dans le domaine des lettres, des arts et de la culture en général. Propriété du groupe suisse Edipresse. KOMPAS 450 000 ex., Indonésie, quotidien. Fondé en 1965 pour s’opposer à la presse communiste, écrit en indonésien, “Boussole” est le plus grand quotidien national, la référence, avec des enquêtes de fond sur des faits de société et des reportages sur les îles “extérieures”, indonésiennes mais souvent oubliées par le centre, Java. LA LIBRE BELGIQUE 60 900 ex., Belgique, quotidien. Ce titre de qualité des francophones s’est ouvert à de nouvelles thématiques sans renier ses origines catholiques. Edité par Informations et productions multimédias (IPM), qui détiennent également La Dernière Heure-Les Sports, la “Libre” a modifié l’organisation de ses rubriques, en 1999, puis son format, en 2002. MAINICHI SHIMBUN 3 960 000 ex. (édition du matin), 1 660 000 ex. (édition du soir au contenu très différent), Japon, quotidien. Fondé en 1872 sous le nom de Tokyo Nichi Nichi Shimbun,le Mainichi Shimbun est le plus ancien quotidien japonais. Il a pris la dénomination actuelle en 1943 lors d’une fusion avec l’Osaka Mainichi Shimbun. Centriste, le “Journal de tous les jours” est le troisième quotidien national du pays par la diffusion. AL-MUSTAQBAL 10 000 ex., Liban, quotidien. Fondé en 1999 et spécialisé dans la politique, “L’Avenir” appartient à l’empire médiatique de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri (assassiné le 14 février 2005). THE NATIONAL 50 000 ex., Emirats arabes unis, quotidien. Le titre, créé début 2008, appartient à une société d'investissement du prince héritier Mohammed ben Zayed Al-Nahyan. Ainsi, il est souvent peu critique dans sa couverture des événements intérieurs. Sur l'international, en revanche, il offre souvent des reportages et des analyses de grande qualité. TA NEA 77 000 ex., Grèce, quotidien. “Les Nouvelles” est un titre prestigieux appartenant au puissant groupe de presse Lambrakis. C’est un quotidien de l’après-midi, proche du Mouvement socialiste panhellénique (PASOK). Populaire et sérieux, il consacre ses pages à la politique intérieure et internationale, aux loisirs, au sport et aux petites annonces. NEWSWEEK 4 000 000 ex., Etats-Unis, hebdomadaire. Créé en 1933 sur le modèle de Time, le titre est le deuxième magazine le plus lu par les Américains. Il est, en revanche, le tout premier sur le plan international. Il compte quatre éditions en anglais et huit en langues locales. Sa diffusion atteint chaque semaine 3,1 millions d’exemplaires aux Etats-Unis et plus de 900 000 dans le reste du monde. THE NEWYORKTIMES 1 160 000 ex. (1 700 000 le dimanche), Etats-Unis, quotidien. Avec 1 000 journalistes, 29 bureaux à l’étranger et plus de 80 prix Pulitzer, c’est de loin le premier quotidien du pays, dans lequel on peut lire “all the news that’s fit to print”(toute l’information digne d’être publiée). NEZAVISSIMAÏA GAZETA 42 000 ex., Russie, quotidien. “Le Journal indépendant” a vu le jour fin 1990. Démocrate sans être libéral, dirigé parVitali Tretiakov, une personnalité du journalisme russe, il fut une tribune critique de centre gauche. En 2001, il a changé de rédacteur en chef. Moins austère, plus accessible, il est aussi moins virulent. THE OBSERVER 449 140 ex., Royaume-Uni, hebdomadaire. Le plus ancien des journaux du dimanche (1791) est aussi l’un des fleurons de la “qualité britannique”. Il appartient au même groupe que le quotidien The Guardian mais est d’obédience libérale. OUTLOOK 250 000 ex., Inde, hebdomadaire. Créé en octobre 1995, le titre est très vite devenu l’un des hebdos de langue anglaise les plus lus en Inde. Sa diffusion suit de près celle d’IndiaToday, l’autre grand hebdo indien, dont il se démarque par ses positions nettement plus critiques. EL PAÍS 444 000 ex. (777 000 ex. le dimanche),Espagne,quotidien. Né en mai 1976, six mois après la mort de Franco, “Le Pays” est une institution. Il est le plus vendu des quotidiens d’information générale et s’est imposé comme l’un des vingt meilleurs journaux du monde. Plutôt proche des socialistes, il appartient au groupe de communication PRISA. LE PAYS 20 000 ex., Burkina Faso, quotidien. Fondé en octobre 1991, ce journal indépendant est rapidement devenu le titre le plus populaire du Burkina Faso. Proche de l’opposition, il multiplie les éditoriaux au vitriol. THE POLITICO 25 000 ex., Etats-Unis, quotidien. Estimant que la presse avait de plus en plus tendance à négliger l’actualité politique, deux signatures importantes du Washington Post, John F. Harris et Jim VandeHei, ont quitté leur journal pour fonder ce quotidien en ligne dont une version papier est diffusée gratuitement dans la capitale américaine. PROCESO 100 000 ex., Mexique, hebdomadaire. Créé en 1976 par Julio Scherer García, vieux routier du journalisme mexicain,le titre reste fidèle à son engagement à gauche. Ses reportages et son analyse de l’actualité en font un magazine de qualité. LE QUOTIDIEN D’ORAN 190 000 ex., Algérie, quotidien. Quotidien régional fondé en 1994 à Oran, devenu national en 1997, c’est désormais le premier quotidien francophone du pays. Sérieux, surtout lu par les cadres, il rassemble les meilleures signatures de journalistes et d’intellectuels d’Algérie dans son édition du jeudi. THE STRAITSTIMES 388 000 ex., Singapour, quotidien. Fondé en 1845, c’est le quotidien le plus lu de la cité-Etat. Journal anglophone de référence en Asie du Sud-Est, il adopte des positions proches du gouvernement singapourien mais offre de bonnes analyses sur tous les pays voisins. TEMPO 160 000 ex., Indonésie, hebdomadaire. Le titre fut publié pour la première fois en avril 1971 par P.T. Grafitti Pers, dans l’intention d’offrir au public indonésien de nouvelles façons de lire l’information : une liberté d’analyse et le respect des divergences d’opinion. THETIMES 618 160 ex., Royaume-Uni, quotidien. Le plus ancien des quotidiens britanniques (1785) et le plus connu à l’étranger appartient depuis 1981 à Rupert Murdoch. Il a longtemps été le journal de référence et la voix de l’establishment.Aujourd’hui, il a un peu perdu de son influence et les mauvaises langues l’accusent de refléter les idées conservatrices de son propriétaire. TIMPUL 47 000 ex., Moldavie, quotidien. “LeTemps”, hebdomadaire depuis sa création en 2003, devient quotidien en mars 2009. Il est édité par le groupe de presseTimpul de dimineata (Le temps du matin). 24 SAATI 10 000 ex., Géorgie, quotidien. “24 Heures” a été créé en 2002 par le groupe RUSTAVI 2 (propriétaire de la chaîne de télé RUSTAVI 2 qui a fait l’objet d’une tentative de fermeture par l’administration Chevardnadze en 2001). Ce quotidien à la sensibilité libérale et pro-occidentale est réputé pour ses signatures, sa qualité d’écriture et ses photos. THETORONTO STAR 400 000 ex., Canada (Ontario), quotidien. Fondé en 1893 lors d'un conflit social, le journal continue de défendre les intérêts des travailleurs. Il se fait fort de défendre aussi une vision du Canada fort, uni et indépendant, la justice sociale, les libertés civiles et individuelles, l'engagement civique. URB MAGAZINE 75 000 ex., Etats-Unis, mensuel. En 1990, le DJ et grapheur Raymond Roker lançait une feuille de chou de 24 pages dédiée à la musique électronique et au hip-hop. Aujourd’hui, URB (pour "urban") est un mensuel de plus de 150 pages diffusé internationalement. Son horizon s’est élargi à la house et à la soul, et il s’intéresse également à l’art en général et à la technologie. THEWALL STREET JOURNAL 2 000 000 ex., Etats-Unis, quotidien. C’est la bible des milieux d’affaires. Mais à manier avec précaution : d’un côté, des enquêtes et reportages de grande qualité ; de l’autre, des pages éditoriales tellement partisanes qu’elles tombent trop souvent dans la mauvaise foi la plus flagrante. THEWASHINGTON POST 700 000 ex., Etats-Unis, quotidien. Recherche de la vérité, indépendance : la publication des rapports secrets du Pentagone sur la guerre du Vietnam ou les révélations sur l’affaire duWatergate ont démontré que le Post vit selon certains principes. Un grand quotidien de centre droit. DIEWELT 202 000 ex., Allemagne, quotidien. “Le Monde”, porte-drapeau des éditions Springer, est une sorte de Figaro à l’allemande. Très complet dans le domaine économique, il est aussi lu pour ses pages concernant le tourisme et l’immobilier. WIRED ITALIA 250 000 ex., Italie, mensuel. La version transalpine du célèbre magazine de nouvelles technologies (fondé en mars 1993 à San Francisco) paraît à Milan depuis mars 2009. Elle reproduit le graphisme et reprend une petite partie du contenu de Wired. TEHELKA 100 000 ex., Inde, hebdomadaire. Créé en 2000,Tehelka était à l’origine un jour- nal en ligne connu pour son indépendance. Devenu magazine en 2004, il a bâti sa répu- tation grâce à ses enquêtes sur la corruption et est devenu une référence en révélant les scan- dales liés au trucage des matchs de cricket. Edité par Courrier international SA, société anonyme avec directoire et conseil de surveillance au capital de 106 400 € Actionnaire : Le Monde Publications internationales SA. Directoire : Philippe Thureau-Dangin, président et directeur de la publication ; Régis Confavreux Conseil de surveillance : David Guiraud, président ; Eric Fottorino, vice-président Dépôt légal : avril 2009 - Commission paritaire n° 0712C82101 ISSN n° 1 154-516 X – Imprimé en France / Printed in France RÉDACTION 6-8, rue Jean-Antoine-de-Baïf, 75212 Paris Cedex 13 Accueil 33 (0)1 46 46 16 00 Fax général 33 (0)1 46 46 16 01 Fax rédaction 33 (0)1 46 46 16 02 Site web www.courrierinternational.com Courriel lecteurs@courrierinternational.com Directeur de la rédaction Philippe Thureau-Dangin Assistante Dalila Bounekta (16 16) Directeur adjoint Bernard Kapp (16 98) Rédacteur en chef Claude Leblanc (16 43) Rédacteurs en chef adjoints Odile Conseil (16 27), Isabelle Lauze (16 54), Chef des informations Anthony Bellanger (16 59) Rédactrice en chef technique Nathalie Pingaud (16 25) Directrice artistique Sophie-Anne Delhomme (16 31) Europe de l’Ouest Eric Maurice (chef de service, Royaume-Uni, 16 03), Gian-Paolo Accardo (Italie, 16 08), Anthony Bellanger (France, 16 59), Danièle Renon (chef de rubrique Allemagne,Autriche, Suisse alémanique, 16 22), Marc Fernandez (Espagne, 16 86), Daniel Matias (Portugal), Wineke de Boer (Pays-Bas), Léa de Chalvron (Finlande), Rasmus Egelund (Danemark), Philippe Jacqué (Irlande), Alexia Kefalas (Grèce, Chypre), Mehmet Koksal (Belgique), Kristina Rönnqvist (Suède), Laurent Sierro (Suisse) Europe de l’Est Alexandre Lévy (chef de service,16 57),Laurence Habay (chef de rubrique,Russie,Caucase, 16 36), Iwona Ostapkowicz (Pologne, 16 74), Philippe Randrianarimanana (Russie, 16 68), Iulia Badea-Guéritée (Roumanie, Moldavie), Alda Engoian (Caucase, Asie centrale),Agnès Jarfas (Hongrie),Kamélia Konaktchiéva (Bulgarie), Larissa Kotelevets (Ukraine), Mandi Gueguen (Albanie, Kosovo), Miro Miceski (Macédoine), Gabriela Kukurugyova (Rép. tchèque, Slovaquie), Kika Curovic (Serbie, Monténégro, Croatie, Bosnie-Herzégovine), Marielle Vitureau (Lituanie) Amériques Jacques Froment (chef de service, Amérique du Nord, 16 32), Bérangère Cagnat (Etats-Unis, 16 14), Marc-Olivier Bherer (Canada, 16 95), Christine Lévêque (chef de rubrique, Amérique latine, 16 76), Anne Proenza (Amérique latine, 16 76), Paul Jurgens (Brésil) Asie Hidenobu Suzuki (chef de service, Japon, 16 38), Agnès Gaudu (chef de rubrique, Chine, Singapour,Taïwan, 16 39), Ingrid Therwath (Asie du Sud, 16 51), Christine Chaumeau, François Gerles (Asie du Sud-Est, 16 24), Marion Girault-Rime (Australie, Pacifique), Elisabeth D. Inandiak (Indonésie), Jeong Eun-jin (Corées), Kazuhiko Yatabe (Japon) Moyen-Orient Marc Saghié (chef de service, 16 69), Hamdam Mostafavi (Iran, 17 33), Hoda Saliby (Egypte, 16 35), Pascal Fenaux (Israël), Philippe Mischkowsky (pays du Golfe), Pierre Vanrie (Moyen-Orient) Afrique Pierre Cherruau (chef de service, 16 29), Anne Collet (Mali, Niger, 16 58), Philippe Randrianarimanana (Madagascar, 16 68), Hoda Saliby (Maroc, Soudan, 16 35), Chawki Amari (Algérie), Gina Milonga Valot (Angola, Mozambique), Liesl Louw (Afrique du Sud) Débat, livre Isabelle Lauze (16 54) Economie Pascale Boyen (chef de service, 16 47) Multilatéral Catherine André (chef de service, 16 78) Multimédia Claude Leblanc (16 43) Sciences Eric Glover (chef de service, 16 40) Insolites Claire Maupas (chef de rubrique, 16 60) Epices & saveurs, Ils et elles ont dit Iwona Ostapkowicz (chef de rubrique, 16 74) Site Internet Olivier Bras (éditeur délégué, 16 15), Marie Bélœil (rédactrice, 17 32), Anne Collet (documentaliste, 16 58), Mouna El-Mokhtari (webmestre, 17 36),Pierrick Van-Thé (webmestre, 16 82), Mathilde Melot (marketing, 16 87) Agence CourrierSabineGrandadam(chefdeservice,1697),CarolineMarcelin(1662) Traduction Raymond Clarinard (rédacteur en chef adjoint,anglais,allemand,roumain, 16 77), Nathalie Amargier (russe), Catherine Baron (anglais, espagnol), Isabelle Boudon (anglais, allemand), Françoise Escande-Boggino (japonais, anglais), Caroline Lee (anglais, allemand, coréen), Françoise Lemoine-Minaudier (chinois), Julie Marcot (anglais, espagnol), Marie-Françoise Monthiers (japonais), Mikage Nagahama (japonais), Ngoc-Dung Phan (anglais, vietnamien), Olivier Ragasol (anglais,espagnol),Danièle Renon (allemand),Mélanie Sinou (anglais,espagnol) Révision Elisabeth Berthou (chef de service, 16 42), Pierre Bancel, Philippe Czerepak, Fabienne Gérard, Philippe Planche Photographies,illustrations Pascal Philippe (chef de service,16 41),Anne Doublet (16 83), Lidwine Kervella (16 10) Maquette Marie Varéon (chef de service, 16 67), Catherine Doutey, Nathalie Le Dréau, Gilles de Obaldia , Denis Scudeller, Jonnathan Renaud-Badet Cartographie Thierry Gauthé (16 70) Infographie Catherine Doutey (16 66), Emmanuelle Anquetil (colorisation) Calligraphie Hélène Ho (Chine), Abdollah Kiaie (Inde), Kyoko Mori (Japon) Informatique Denis Scudeller (16 84) Fabrication Patrice Rochas (directeur) et Nathalie Communeau (directrice adjointe, 01 48 88 65 35). Impression, brochage : Maury, 45191 Malesherbes. Routage : France-Routage, 77183 Croissy-Beaubourg Ont participé à ce numéro Alice Andersen, Hanno Baumfelder, Gilles Berton, Aurélie Boissière, Marianne Bonneau, Jean-Baptiste Bor, Valérie Brunissen, Geneviève Deschamps, Valeria Dias de Abreu, Alexandre Errichiello, Mira Kamdar, Charlotte de L’Escale, Françoise Liffran, Valentine Morizot, Amal Neffati, Marina Niggli, Josiane Pétricca, Laurent Raymond, Margaux Revol, Stéphanie Saindon, Isabelle Taudière, Emmanuel Tronquart, Zhang Zhulin ADMINISTRATION - COMMERCIAL Directeur délégué Régis Confavreux (17 46).Assistantes : Sophie Jan et Natacha Scheubel (16 99). Responsable contrôle de gestion : Stéphanie Davoust (16 05), Laura Barbier. Responsable des droits : Dalila Bounekta (16 16). Comptabilité : 01 48 88 45 02 Relations extérieures Victor Dekyvère (16 44) Partenariats Sophie Jan (16 99) Ventes au numéro Directeur commercial : Patrick de Baecque. Responsable publications : Brigitte Billiard. Direction des ventes au numéro : Hervé Bonnaud. Chef de produit : Jérôme Pons (0 805 05 01 47, fax : 01 57 28 21 40). Diffusion internationale : Franck-Olivier Torro (01 57 28 32 22). Promotion : Christiane Montillet Marketing, abonnement Pascale Latour (directrice, 16 90), Sophie Gerbaud (16 18), Véronique Lallemand (16 91), Sweeta Subbaamah (16 89) Publicité Publicat, 7, rue Watt, 75013 Paris, tél. : 01 40 39 13 13. Président : Henri-Jacques Noton.Directeur de la publicité :Alexandre Scher <ascher@publicat.fr> (13 97). Directrice adjointe : Lydie Spaccarotella (14 05). Directrices de clientèle : HedwigeThaler (14 07),Claire Schmitt (13 47).Chefs de publicité : Kenza Merzoug (13 46).Annonces classées : Cyril Gardère (13 03). Exécution : Géraldine Doyotte (01 41 34 83 97) Publicité site Internet i-Régie,16-18,quai de Loire,75019 Paris, tél. : 01 53 38 46 63. Directeur de la publicité : Arthur Millet, <amillet@i-regie.com> ABONNEMENTS Modifications de services ventes au numéro, réassorts Paris 0 805 05 01 47, province, banlieue 0 805 05 0146 Abonnements Tél. de l’étranger : 00 33 3 44 62 52 73 Fax : 03 44 57 56 93 Courriel : <abo@courrierinternational.com> Adresse abonnements Courrier international, Service abonnements, BP1203 60732 Sainte- Geneviève Cedex Commande d’anciens numéros Boutique du Monde, 80,bd Auguste-Blanqui, 75013 Paris. Tél. : 01 57 28 27 78 Courrier International,USPS number 013-465,is published weekly 49 times per year (triple issue inAug,double issue in Dec),by Courrier International SA c/o USACAN Media Dist. Srv. Corp. at 26 Power Dam Way Suite S1-S3, Plattsburgh, NY 12901. Periodicals Postage paid at Plattsburgh, NY and at additional mailing Offices. POSTMASTER : Send address changes to Courrier International c/o Express Mag,P.O.box 2769,Plattsburgh,NY 12901-0239. Courrier international n° 963 Ce numéro comporte un encartAbonnement broché pour les kiosques France métropolitaine COURRIER INTERNATIONAL N° 963 7 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 963p07:Mise en page 1 14/04/09 19:24 Page 7
  8. 8. ÉDITORIAL l’invité ● K’Naan, URB Magazine (extraits), Los Angeles P eut-on vraiment être pour la piraterie ? A part les bandits des mers et les jeunes filles qui fan- tasment sur Johnny Depp, est-ce qu’un indi- vidu attaché à un honnête comportement humain peut vraiment déclarer soutenir la piraterie ? Eh bien, en Somalie, la réponse est : c’est compliqué. Il est vrai que le détourne- ment des navires dans le golfe d’Aden fait peser une menace importante sur cette route commer- ciale très fréquentée entre l’Asie et l’Europe. Il est éga- lement vrai que l’argent est le principal objectif pour la plupart des pirates qui opèrent sur ces vastes côtes. Mais il se trouve que nous, les Somaliens, avons un peu de mal à condamner nos pirates. Voilà pourquoi. La Somalie n’a plus de gouvernement en état de marche depuis 1991.Après le renversement de Siyad Barre, le dictateur qui a dirigé le pays pendant une vingtaine d’an- nées, deux grandes forces du clan Hawiye sont arrivées au pouvoir.Ali Mahdi et le géné- ral Mohamed Farah Aidid, les deux chefs des rebelles Hawiye, ont à l’époque été considérés comme des libé- rateurs. Leur unité et celle de leurs clans respectifs n’ont cependant duré que très peu de temps : un désaccord sur le fait de savoir qui allait passer du statut de chef de milice à celui de président a provoqué l’une des guerres les plus dévastatrices de l’histoire somalienne et a fait des millions de réfugiés et des centaines de milliers de morts. Or la guerre coûte cher et les milices ont besoin de nourriture pour leur famille et de jaad (un stimulant à base d’am- phétamines) pour les combats. Les hommes d’Aidid ont alors commencé à piller les camions de l’aide interna- tionale qui apportaient des vivres aux masses affamées et à en revendre le contenu pour continuer leur guerre.Ali Mahdi avait pour sa part les yeux rivés sur une ressource plus vaste et moins exploitée : l’océan Indien. A cette époque, les pêcheurs locaux dénonçaient déjà ces bateaux qui entraient illégalement dans les eaux somaliennes et volaient tout le poisson, mais ils n’étaient pas entendus. Au même moment, une pratique plus sinistre et plus méprisante fut lancée. Une société suisse du nom d’Achair Partners et une entreprise italienne appelée Progresso conclurent avec Ali Mahdi un accord qui les autorisait à déposer des conteneurs de déchets dans les eaux somaliennes. Ces sociétés européennes versaient, dit-on, dans les 3 dollars la tonne [8 dollars selon un article de Times de mars 2005] aux seigneurs de la guerre, alors qu’en Europe se débarrasser d’une tonne de déchets coûte dans les 1 000 dollars. Le tsunami de 2004 a fracassé plusieurs conteneurs qui se sont répandus sur la côte et des milliers de per- sonnes de la région du Puntland ont commencé à se plaindre de troubles graves et sans précédent : hémor- ragies abdominales, ulcères cutanés et plusieurs symp- tômes similaires à ceux du cancer. Selon Nick Nuttall, un porte-parole du Pro- gramme des Nations unies pour l’environnement, les conteneurs renfermaient dif- férents types de déchets, parmi lesquels “de l’uranium, d’autres déchets radioactifs,des métaux lourds, comme du plomb, du cadmium, du mer- cure, et des déchets chimiques”. Et cette pratique continue de nos jours, selon les Nations unies. Ce n’est que plusieurs mois plus tard que les pêcheurs locaux, accompa- gnés de milices terrestres, se sont lancés sur les eaux pour empêcher les Occidentaux de détruire complètement et en toute impunité la vie marine somalienne. Aujourd’hui, leurs objectifs sont moins nobles et les anciens pêcheurs et leurs milices se sont mis à rançonner les navires. Cette forme de piraterie représente un élément important de l’économie somalienne, en particulier dans la région où les sociétés privées de traitement des déchets ont enterré leurs pièges mortels pour notre pays. Il est temps que le monde donne au peuple soma- lien l’assurance que ces activités occidentales illégales cesseront si nos pirates mettent fin à leurs opérations. Nous ne voulons pas que l’UE et l’OTAN protègent les voyous qui se débarrassent chez nous de leurs déchets nucléaires. Pour moi, cette nouvelle crise est une ques- tion de justice – mais de justice pour qui ? Ça reste à voir. Comme on le constate en ce moment, le pirate des uns est le garde-côte des autres. ■ Après presque cent jours d’exer- cice du pouvoir, on connaît habituellement assez bien un nou- veau président. Pour ce qui est d’Obama, ce n’est pas le cas. Dans les grandes lignes, on voit sa poli- tique, mais l’homme garde ses mystères et ses objectifs sont mal connus. Malgré l’état de grâce dont il bénéficie, quatre types de cri- tiques lui sont adressées, qui viennent des médias, de la droite et de son propre camp. Des observateurs lui reprochent une certaine improvisation. Ses erreurs dans le choix des hommes sont montrées du doigt. Avoir tenu à gar- der Timothy Geithner comme ministre des Finances, malgré ses démêlés fiscaux, serait une preuve que l’ambition d’Obama de composer un gouvernement “propre” n’est qu’une façade… Il y a une part de vrai dans ces critiques : le 44e pré- sident des Etats-Unis fait confiance aux hommes et aux femmes qui l’entourent. Au point parfois d’oublier de les contrôler. Deuxième critique, martelée par les républicains dès le jour de sa prise de fonctions : Obama est un étatiste, une sorte de liberal prêt à nationaliser, à augmenter les impôts et, finalement, à réduire l’espace de liberté des Américains. L’argument, en grande partie dénué de fondements, fait mouche dans une partie de l’opinion. C’est pour- quoi Obama, qui voulait pourtant rassembler les Américains, les divise au contraire.Très apprécié par une forte majorité, il est détesté par une mino- rité. Mais sans doute sa couleur de peau y est-elle pour quelque chose… Troisième angle d’attaque : il ne réforme pas assez. Cette fois, ce sont plusieurs économistes proches des démocrates, comme Joseph Stiglitz et Paul Krugman, qui s’en prennent au président [voir notre dossier pp.36-43]. A leurs yeux, Obama rate- rait une chance historique de nettoyer le système financier américain (et mondial), ferait trop confiance à des hommes comme Geithner, qui viennent précisément de Wall Street, autrement dit des suppôts du diable… Et ces économistes appellent à des nationalisations en masse, une forme de gestion de l’économie peu en vogue outre-Atlantique, qui passerait de toute manière très difficilement l’obstacle du Congrès, lequel a son mot à dire – beaucoup plus qu’en France, où nous avons un Parlement aux ordres. Enfin, quatrième tir direct, celui qui vient de The Economist.L’hebdomadaire britannique, très influent en Amérique, a consacré voici trois semaines une couverture à Obama avec un titre sévère : “Lear- ning the Hard Way” [Apprentissage à la dure]. Prin- cipaux reproches : le président veut trop en faire ; et il s’occupe à la fois du court terme et du long terme. Bref, il ferait mieux de consacrer toutes ses forces à la crise économique et de laisser le reste (la couverture santé, l’immigration, l’écologie,Cuba, etc.) pour des jours meilleurs. Je pense pour ma part que The Economist se trompe. Outre le fait qu’un mandat ne dure que quatre ans, c’est tout à l’honneur d’Obama de prendre à bras-le-corps tous les dossiers aban- donnés ou gâchés par Bush. Car c’est dans ces moments de crise que l’on peut imposer d’autres paradigmes. Et il le fait avec plus de méthode et plus de profondeur qu’un Nicolas Sarkozy, toujours suspect d’opportunisme. L’hyperpré- sident, le vrai, c’est lui. Philippe Thureau-Dangin Les quatre critiques et l’hyperprésident BenjaminKanarek Pirates par désespoir ■ Poète et chanteur de hip-hop somalien, K’Naan,né en 1978,a vécu à Mogadiscio, avant que sa famille ne quitte le pays, en proie à la guerre civile, pour s’installer à New York puis à Toronto. Repéré en 2001 parYoussou N’Dour,il a,depuis,enregistré un album et effectué plusieurs tournées. AndrewH.Walker/GettyImages R E C T I F I C A T I F ■ Production d’or Dans le petit texte d’accompagnement de l’article “Nouvelle ruée vers l’or” (CI n° 959, du 19 mars 2009, p. 47), nous avons écrit par erreur qu’en 2008 la Chine avait extrait 300 millions de tonnes d’or. “Si c’était le cas”, nous fait remarquer un lecteur, “l’or n’aurait plus qu’une très faible valeur !” La production aurifère de la Chine est en réalité de 300 tonnes, ce qui fait de ce pays le numéro un mondial. COURRIER INTERNATIONAL N° 963 8 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 Au-delà du G20, un manuel de survie (et d’analyse) N U M É R O S P É C I A L 9 6 P A G E S 3:HIKNLI=XUZUUU:?a@j@g@l@q; M 03183 - 961 S - F: 5,00 E AFRIQUE CFA : 3 300 FCFA - ALGÉRIE : 700 DA - ALLEMAGNE : 5,50 € AUTRICHE : 5,50 € - BELGIQUE : 5,50 € - CANADA : 8,95 $CAN - DOM : 6,80 € ESPAGNE : 5,50 € - E-U : 8,95 $US - G-B : 5,40 £ - GRÈCE : 5,50 € IRLANDE : 5,50 € - ITALIE : 5,50 € - JAPON : 900 ¥ - LUXEMBOURG : 5,50 € MAROC : 45 DH - NORVÈGE : 65 NOK - PAYS-BAS : 5,50 € - PORTUGAL CONT. : 5,50 € SUISSE : 9,90 FS - TOM : 1150 CFP - TUNISIE : 6 DTU L’ANTICRISE BRÉSIL L’islam séduit les jeunes STRATÉGIE Rififi en mer de Chine DAKAR La dynastie Wade en échec www.courrierinternational.com N° 961 du 1er au 8 avril 2009 - 5 € Un numéro exceptionnel, qui reste disponible chez votre marchand de journaux 963 p.8 :Mise en page 1 14/04/09 19:13 Page 8
  9. 9. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  10. 10. à l’affiche ● Salvador Une passion nommée Vanda L ’histoire qui a transformé la Brésilienne Vanda Pignato en première dame du Salvador est digne d’un roman.Alors qu’elle dirigeait le centre d’études de l’ambassade du Brésil au Sal- vador, elle a un jour été conviée à donner son avis sur l’impor- tation de plusieurs telenovelas brésiliennes en Amérique centrale. Au siège de la chaîne Canal 12, chargée d’acheter les séries, elle a demandé à rencontrer le journaliste vedette de la station, Mau- ricio Funes, également correspondant de CNN au Salvador. “J’étais une fan de son style et de son indépendance”, explique- t-elle en évoquant cette première ren- contre, il y a quinze ans. “Ce fut un véri- table coup de foudre, comme dans les meilleures telenovelas”, raconte-t-elle. Le chapitre le plus récent de cette belle histoire d’amour vient de s’écrire à la suite de l’élection de Mauricio Funes (49 ans) à la présidence de la République du Salvador [le 15 mars dernier]. Son parti, l’ancien bras armé du FMLN (le Front de libération nationale Farabundo Martí), a déposé les armes en 1992 après douze ans de guerre civile. “C’est le triomphe des citoyens qui ont foi en l’espé- rance et ont vaincu la peur”, a déclaré Funes la nuit de son élection. Cette phrase rappelle étrangement celle du pré- sident [brésilien] Lula da Silva lors de son élection en 2002. Cinq jours après ce triomphe électoral, le nouveau président salvadorien a débar- qué à São Paulo au bras de la première dame. Ils sont allés directement chez les parents deVanda, àTatapué, un quartier pauvre de la ville où Vanda a vécu jus- qu’à ses 27 ans. Le couple venait cher- cher leur fils, Gabriel, âgé de 17 mois, qu’ils avaient envoyé fin janvier au Bré- sil pour l’éloigner des remous de la cam- pagne électorale. “La séparation a été dra- matique, mais nous n’avions pas le choix. Nous avions fait l’objet de beaucoup de menaces”, expliqueVanda, qui est deve- nue mère à 45 ans. Le destin deVanda Pignato a toujours été lié au Salvador. Lorsqu’elle a commencé sa carrière d’avocate spécialisée dans la défense des droits de l’homme, elle a fondé plusieurs associations d’aide huma- nitaire en direction des pays d’Amérique centrale ravagés par des guerres civiles. C’est à cette époque qu’elle a rencontré son premier mari, le Salvadorien Ernesto Zelayandía, représentant du FMLN au Brésil. Quand la jeune femme a décidé de partir vivre au Salvador, en 1992, le FMLN s’est transformé en parti politique et s’est lancé à la conquête du pouvoir par le biais des urnes. Quatre fois de suite, le parti de gauche a échoué aux élections. Jusqu’à la victoire de mars dernier. En 1993, le gouvernement brésilien d’Ita- mar Franco engage Vanda à diriger le Centre d’études de l’ambassade du Bré- sil au Salvador. Une responsabilité qu’elle avait conservée jusqu’à ces dernières semaines, mais qu’elle a abandonnée depuis qu’elle est devenue première dame du Salvador, pour éviter les conflits d’in- térêts diplomatiques. En octobre dernier, elle a décidé de prendre la nationalité sal- vadorienne. Parallèlement à son travail à l’ambassade,Vanda est restée militante politique. Elle a fondé le secrétariat des relations internationales du PT [Parti des travailleurs, le parti du président Lula da Silva]. Elle a étendu cette représentation à toute l’Amérique centrale. Dès le début de la campagne de son mari, elle s’est chargée de le présenter au président bré- silien. Le contact étroit qu’elle a su favo- riser entre les deux hommes a permis de désamorcer les critiques des adversaires politiques de Funes, qui accusaient l’an- cien guérillero de vouloir transformer le Salvador en satellite duVenezuela. Le Sal- vador de Funes semble aujourd’hui plus s’apparenter à la gauche modérée d’un Lula qu’à l’extrémisme antiaméricain d’un Chávez. Un atout important pour ce petit pays, dont l’allié principal reste les Etats- Unis : les transferts d’argent envoyés par les quelque 2 millions de Salvadoriens émigrés aux Etats-unis représentent 17 % de son PIB. Luiza Villaméa, Istoé, São Paulo I L S E T E L L E S O N T D I T PERSONNALITÉS DE DEMAIN BARACK OBAMA, président des Etats-Unis ■ Vantard Préfère-t-il porter des slips ou des caleçons ? “Je ne veux pas répondre à ce genre de questions humiliantes.Mais je suis aussi beau en slip qu’en caleçon.” (The Guardian, Londres) JOHN GRAY, philosophe britannique ■ Déçu “On n’affronte pas nos problèmes. Le monde politique vit sous Prozac.” A propos de la crise financière actuelle,qui,selon lui,est une crise du capitalisme global. (The Independent, Londres) LECH WALESA, ex-président de la Pologne ■ Encourageant “Si vous voulez vous battre,ne m’at- tendez pas ! Commencez de lutter tout de suite !” Avec une centaine d’autres personnalités – comme Jimmy Carter ou Mikhaïl Gorba- tchev –, il a signé un appel au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, pour qu’il fasse pression sur la junte militaire bir- mane afin qu’elle libère tous les prisonniers politiques du pays. (The Irrawaddy, Chiangmai) MICHAEL BLOOMBERG, maire de New York ■ Expert Pour lui, il n’y a aucune corrélation entre la crise économique et les fusillades qui ensan- glantent sa ville. “Ceux qui sortent de chez eux pour tuer d’autres gens ne lisent pas le Wall Street Journal”, croit savoir cet homme d’affaires qui a fait fortune dans l’information financière. (The Politico, Arlington) GEORGE CAESAR, homme d’affaires britannique (76 ans) ■ Joueur “Dans la vie, il faut savoir prendre des risques”, explique ce jeune marié, qui a choisi pour épouse Linda Calvey, alias “La Veuve noire”. La nouvelle madame Caesar, qui a passé 28 de ses 61 prin- temps en prison pour meurtre, doit son sur- nom au fait que la plupart de ses amants ont été assas- sinés ou ont fini derrière les barreaux. (The SundayTimes,Londres) GAFUR LIVAL, directeur du Centre régional d’analyses de Kaboul ■ Amnésique “Les Russes doivent revenir en Afghanistan !” Selon lui, Moscou pourrait jouer un rôle déterminant dans la reconstruction de l’Etat afghan et apporter de l’aide à la coalition internationale contre le terrorisme. (Akipress.kg, Bichkek) ABDULLAH GÜL, président de la Turquie ■ Faiseur de miracles “Le conflit du Haut-Karabakh est le problème le plus grave dans le Cau- case [du Sud]. Je pense que ce pro- blème sera résolu avant la fin de 2009.”Cette région majoritairement peuplée par les Arméniens a fait sécession de l’Azerbaïdjan en 1994, mais son indépendance n’est pas reconnue par la com- munauté internationale. (Trend.az, Bakou) SAYEDDA WARSI Etonnante tory Femme, jeune, issue de la classe ouvrière, d’origine pakistanaise, musulmane et mère céli- bataire d’une fille de 11 ans, Sayedda Warsi n’a pas le profil habituel d’une baronne britan- nique. Elle siège pourtant à la Chambre des lords depuis deux ans,sur les bancs,paradoxe supplémentaire,du Parti conser- vateur. Car,à 38 ans,la musulmane la plus puis- sante du Royaume – comme le dit la Commis- sion pour l’égalité et les droits de l’homme – est l’un des visages de la modernisation des tories engagée par leur leader, David Cameron. Pour elle,être conservatrice,c’est avoir “la vision que, si vous travaillez dur, vous pouvez être ce que vous voulez”. Une leçon qu’elle tient de son père, arrivé du Pakistan avec 2,5 livres en poche ; il a été successivement conducteur de bus, puis chauffeur avant de monter une prospère affaire de vente de literie. Adolescente,elle se voyait dans le théâtre,dra- maturge ou metteuse en scène,quand sa mère la voulait comptable, ou avocate, ou médecin. Elle n’aimait ni le sang ni les chiffres ; elle fit du droit. Désormais ministre de la Cohésion sociale du cabinet fantôme, elle soigne son profil poli- tique en fustigeant l’attitude “paternaliste” des travaillistes envers les minorités ethniques et reli- gieuses. Ce qui ne l’empêche pas, au risque de déplaire à ses collègues, d’estimer que les lois antiterroristes radicalisent les jeunes musul- mans et de défendre le dialogue avec l’extrême droite et les organisations islamistes radicales. (D’après The Guardian, Londres) ZUHAL SULTAN Tout pour la musique Il y a quelques jours, cette pianiste de 17 ans donnait son pre- mier récital à Londres. Mais elle s’est déjà,avec l’Orchestre national sym- phonique irakien,où elle est désormais soliste, produite aux Etats-Unis, en France et dans bien d’autres pays. Elle a vécu son adolescence dans un Irak en guerre, a perdu son père et sa mère au cours des quatre dernières années – l’un de maladie, l’autre dans les violences liées au conflit ; elle a dû travailler seule son piano entre 2004 et 2007 : sa professeure avait quitté le pays. A 6 ans, elle jouait sur un clavier électrique d’enfant des airs entendus à la télévision. Sa mère l’a alors mise au “vrai” piano, avec une professeure réputée qui a rapidement quali- fié Zuhal de “miracle”. La fillette a ensuite étudié à la prestigieuse Ecole de musique et de danse de Bagdad, avant d’être admise à l’Orchestre national. Zuhal Sultan a désormais deux ambitions : créer dans son pays un orchestre national de jeunes musiciens et devenir la première femme chef d’orchestre en Irak. Elle semble être sur la bonne voie. (D’après The Times, Londres) VANDA PIGNATO, 46 ans,est l’épouse du premier président de gauche du Salvador, Mauricio Funes. Cette avocate brésilienne d’origine modeste, spé- cialiste de la défense des droits de l’homme et proche du président Lula, a provoqué un rappro- chement politique entre le Brésil et le Salvador. RexFeatures/Rex/SIPA DR DR COURRIER INTERNATIONAL N° 963 10 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 ◀ Dessin de Prigge, Etats-Unis. 963 p.10:Mise en page 1 14/04/09 19:13 Page 10
  11. 11. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  12. 12. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  13. 13. TÉMOIGNAGE L’Algérie, quelques journalistes français et moi Peu avant l’élection présidentielle algérienne, le journaliste Akram Belkaïd a été assailli de demandes pressantes de confrères français. Récit drolatique. LE QUOTIDIEN D’ORAN Alger P remier appel. Allô ? Bonjour. Akrane Belkaïm ? Comment ? Oui, oui, c’est ça. Je n’ai pas l’habitude de prononcer votre nom. Je vous appelle de la part deWas- sila. Son nom de famille ? Je ne l’ai pas en tête mais elle travaille de temps en temps pour nous.Vous devinez pour- quoi je vous appelle. Non ? C’est à pro- pos de l’élection présidentielle en Algé- rie. J’ai besoin du nom d’un ou deux économistes sur place que je pourrais interviewer. Mon adresse mail ?Vous ne pouvez pas me la donner tout de suite ? D’accord, je compte sur vous, hein ?* [Les astérisques et notes affé- rentes sont de l’auteur.] Second appel. Allô, Akram Bel- kaïd ? Je vous téléphone parce que j’ai trouvé votre nom sur Internet. Je vous explique : on va faire une petite cou- verture de l’élection présidentielle algé- rienne. Est-ce que vous seriez d’accord pour être interviewé en direct ? Ce serait vers 6 h 40. Non, non, c’est bien du matin que je parle.Vous ne pouvez vraiment pas ? C’est dommage. Sinon, vous n’auriez pas quelqu’un à nous recommander ? Un journaliste algé- rien par exemple. D’accord, je vous donne mon adresse mail, ce serait sympa de votre part.* Troisième appel. Bonjour, mon- sieur Belkaïd.Voilà, nous organisons un plateau à propos de l’Algérie et on aimerait savoir si vous pouviez nous aider à le composer. On cherche des intervenants à propos de l’Algérie qui aient des choses à dire. Par exemple, un intellectuel qui serait contre le pou- voir et un autre qui serait plutôt parti- san du président Bouteflika. L’idée, c’est vraiment d’avoir un débat tendu et sans concessions. Notre règle aussi, c’est de ne pas inviter les journalistes, mais je fais appel à vous pour avoir vos idées. Non, je n’ai aucun budget pour cela et c’est vraiment une demande confraternelle. D’accord. Je vous laisse le temps de la réflexion et vous reve- nez vers moi. Merci. Au revoir.* Quatrième appel. Bonjour, mon- sieur. Je vous téléphone parce que j’ai un vrai souci. Je cherche en vain un universitaire français spécialiste de l’Al- gérie. Oui, oui, je connais les noms de Stora et de Harbi, mais je cherchais plutôt un politologue de la jeune géné- ration. C’est incroyable, non ? On se dit que les relations entre les deux pays sont telles qu’il devrait y avoir des légions de spécialistes, mais je ne trouve personne. Cinquième appel. Allô, Akra Bel- naïm ? Je me permets de vous rappe- ler parce que je n’ai pas reçu votre message concernant les économistes algériens.Vous m’avez oublié ? C’est vraiment urgent, vous savez. Si vous le souhaitez, je ne dirai pas que j’ai eu leur numéro par votre biais. Je sais que dans certains pays ça ne se fait pas de donner les coordonnées de ses contacts à des gens qu’on ne connaît pas. Dites, pendant que je vous ai, sur quoi à votre avis faut-il insister à propos de l’ac- tualité économique algérienne ? Les tensions sur le prix du tabac à chiquer ? Vous rigolez ? Non, je ne savais pas que c’était un vrai dossier. Ah ouais, c’est original. Ecoutez, je vais creuser ça et j’attends votre courriel.* ALLÔ ? VOUS NE CONNAÎTRIEZ PAS UN GÉNÉRAL, PAR HASARD ? Sixième appel. Bonjour, monsieur, je vous téléphone parce que nous orga- nisons le plateau pour l’émission de dimanche prochain. On n’en est pas encore sûr, mais on risque de parler de l’Algérie. Il y a d’autres sujets concur- rents, notamment avec ce qu’il se passe à l’université en France, mais on penche de plus en plus vers le thème algérien.On a pensé à vous inviter,mais avant j’aimerais savoir quelle est votre position sur cette élection. Comment ? Je veux simplement m’assurer qu’il n’y aura pas de redondance sur le plateau. C’est important pour la bonne marche de l’émission.Si on invite six personnes qui ont le même avis, c’est une catas- trophe pour la bonne marche de l’émis- sion. Je veux être sûr de votre catégo- rie pour la bonne marche de l’émission. Je vous rassure, on fait ça pour tous les thèmes, ce n’est pas parce qu’il s’agit de l’Algérie,c’est pour la bonne marche de l’émission.Ça vous intéresse ? Non ? Ah bon ?** Septième appel. Akram Belkaïd ? Bonjour, je ne sais pas si vous vous sou- venez de moi, mais on s’était croisés à Alger en 1992. Ecoutez, depuis, j’ai vraiment tourné le dos à l’actualité maghrébine puisque je suis allé vivre pendant quinze ans en Amérique du Sud. Là, je reviens à Paris et je me disais que l’élection présidentielle serait une bonne occasion pour reprendre le dossier algérien. Si ça ne vous dérange pas, j’aimerais bien qu’on se rencontre pendant deux ou trois heures pour en parler.Vous êtes très occupé ? Oui, je comprends. La presse algérienne sur Internet ? Le problème, c’est que je ne lis pas l’arabe. Ah, il y a des titres en langue française ? Ah oui, ça me revient. Bon, d’accord, je vais com- mencer par ça et puis j’essaie quand même de vous rappeler ensuite, hein ?* Huitième appel.Akrim ? Bonjour, je ne veux pas avoir l’air de vous har- celer, mais j’espère toujours avoir les deux contacts que vous m’avez promis. Cela dit, je suis en train de me deman- der si je ne vais pas changer mon fusil d’épaule. Plutôt que de m’intéresser à l’économie, j’aimerais mieux parler de l’armée.Vous n’auriez pas le numéro de téléphone d’un général ? Quelqu’un qui parlerait en français et qui ne serait pas trop langue de bois. Pourquoi vous criez ? Mais faut pas vous énerver comme ça ! Conclusion : cette chronique est dédiée à mes confrères de France, de Suisse et d’ailleurs, dont le profes- sionnalisme fait honneur à notre cor- poration. Etre en amont, lire, s’infor- mer sur les réalités complexes de l’Algérie avant de songer à écrire la moindre ligne ou d’enregistrer le moindre son : voilà leur démarche, qui relève de l’excellence. Quant aux autres, ceux qui vous harcèlent au télé- phone à J-1 pour savoir qui pourrait leur donner le portable d’un conseiller de Bouteflika (comme si c’était un dû et que le journaliste algérien, doigt sur la couture du pantalon, ne saurait faire autrement qu’obéir), je ne peux que leur conseiller de faire leur métier de manière un peu plus sérieuse et res- pectueuse des autres. Akram Belkaïd * Compte dessus et bois de l’eau fraîche. ** Monte sept marches et bois de l’eau fraîche. france ● MARCHANDAGE Voler au secours de la Grèce… et du Rafale F ace aux pressions nationales et internationales qui pèsent sur la Grèce, son Premier ministre [conservateur], Costas Caramanlis, a appelé Nicolas Sarkozy au secours. Entre les rapports étrangers de plus en plus sceptiques et la situation intérieure qui empire [les mouvements sociaux se multiplient, sur fond de crise éco- nomique et financière], le Premier ministre grec a clairement demandé le soutien du président français à l’occa- sion d’une rencontre officieuse les 9 et 10 avril derniers à Paris. Officiellement, ce passage parisien se justifiait par le besoin urgent de changer l’image de la Grèce. Les médias internationaux ont pris l’ha- bitude de faire de notre pays le mou- ton noir de l’Europe. Aucun chef d’Etat européen n’est mieux à même de renverser cette tendance que Nico- las Sarkozy. Mais la bonne volonté du président français n’est pas gratuite. La Grèce a donné priorité à la France pour l’équipement futur de son armée. Si l’on réfute, côté français comme côté grec, l’idée d’un lien entre l’aide politique de Paris et la vente d’armement, elle saute cependant aux yeux. La France a d’ores et déjà mis en route la production de six frégates et espère aussi vendre plusieurs avions de type Rafale d’ici à 2011. La Grèce serait ainsi le premier pays européen à acheter des Rafale, une prouesse dont le président français ne peut que se féliciter. En échange, il peut donc s’engager à soutenir la Grèce. D’im- portants conseillers se sont ainsi empressés de relayer les commentaires de Nicolas Sarkozy : “J’entends beau- coup de choses sur la Grèce.Je sais qu’il y a beaucoup d’exagérations dans les médias internationaux. Je ne laisserai pas certains propager de fausses infor- mations sur [ce pays].” Le gouvernement grec peine de plus en plus à convaincre la Com- mission européenne et tous les acteurs économiques internationaux que les mesures déjà prises suffiront à réfor- mer l’économie du pays. Costas Cara- manlis a donc demandé à son ami Nicolas Sarkozy d’appuyer les de- mandes de prêts de la Grèce et d’in- fluer sur ses partenaires européens. L’idéal serait que M. Sarkozy souffle à Mme Merkel de ne pas trop mettre l’accent sur l’endettement de la Grèce [celle-ci a vu récemment sa note de crédit abaissée par l’agence de nota- tion Standard and Poor’s, en particu- lier à cause de sa gigantesque dette publique – 93 % du PIB en 2008] ; et, dans la mesure du possible, le prési- dent français pourrait convaincre les hauts fonctionnaires britanniques d’être moins méfiants à l’égard de la politique suivie par Caramanlis. Dionysis Nassopoulos, Ta Nea (extraits), Athènes COURRIER INTERNATIONAL N° 963 13 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 ■ Livre Alberto Toscano – souvent publié dans nos pages – aime la France, où, depuis 1986, il est installé comme “correspondant permanent” de nombreux médias italiens. Il vient de publier chez Hachette Littératures une Critique amoureuse des Français pleine d’humour. De la gastronomie à Carla Bruni en passant par le rôle du Parlement, notre individualisme ou encore la Sécu, tout y passe. Epinglant quelques-uns de nos lieux communs nationaux, le journaliste laisse parfois percer de l’agacement, mais plus souvent encore une certaine tendresse. ▶ Dessin d’Ares paru dans Juventud Rebelde, La Havane. 963 p13:Mise en page 1 14/04/09 19:14 Page 13
  14. 14. CULTURE Cette douce France qui m’a trahi Que reste-t-il du génie et de la tradition d’accueil français que l’écrivain portugais João de Melo a tant aimés ? Rien, ou si peu : quelques paysages et le geste crâne d’une ex-première dame de France. JORNAL DE LETRAS Lisbonne D ans l’île de mon enfance, la France n’existait pas. Les plus âgés parlaient du Brésil et duVenezuela, et plus tard du Canada et de l’Amérique, vers où partaient bateaux, avions, pen- sées et soupirs. Bien avant d’être un territoire, la France fut d’abord une carte. J’en ai pris conscience quand, déjà parti des Açores, j’ai vu s’éloigner par-delà la frontière ceux qui tra- vaillaient dans les champs et les chan- tiers de ce “continent”. Ils passaient “a salto” [expression qui désigne le fran- chissement clandestin, le “saut”, des frontières par des milliers d’immigrés portugais – en une décennie (1960- 1970), le nombre de Portugais en France passa de 50 000 à plus de 700 000] de frontière en frontière, vers une autre monnaie, une autre langue, une autre vie. La France, on la connaissait par les manuels d’histoire et de géographie, à travers la voix de ses poètes et de ses chanteurs ; à travers ses révolutions, sa langue et sa culture. Moi-même, je suis né politiquement en Mai 68. Aujour- d’hui encore, alors que j’ai voyagé sur d’autres continents, dans d’autres pays, villes ou îles enchanteresses, il n’existe pas pour moi de plus belle ville que Paris, ni de paysage plus cohérent et agréable que celui de ces terres labou- rées, avec leurs bois cantonnés au bout des champs. Ma France, ce sont les châteaux de la Loire, les églises et les monuments gothiques, les trésors du Louvre (les nationaux et ceux qui ont été pillés par les armées de Napoléon), la peinture de Renoir et Monet, la musique de Debussy, Ravel et Berlioz, le cinéma de Lelouch, Truffaut et Godard. Et sa prodigieuse littérature. Or cette France-là appartient au passé. C’est comme si son présent n’existait pas. Quand je donnais des cours, il y avait dans mon école un manuel de français intitulé La Douce France* : un adjectif qui me semble parfaitement convenir à ce pays. La langue, le vert harmonieux et lisse du paysage, la campagne et ses villages innombrables, ses maisons blanches aux toits rouges ou noirs, ses voix qui vous saluent, qui pour tout ou rien vous disent “pardon”* dans les rues de Paris. Et cette fameuse douceur fran- çaise.Aujourd’hui, je me sens trahi par la France. J’ai assisté au déclin de la langue française dans le monde avec le même sentiment de perte que j’ai ressenti lorsque j’ai vu s’effacer tout ce qui, il n’y a pas si longtemps, nour- rissait l’éclat, la joie et même la fierté de notre idée personnelle de la France. Elle dictait le goût, l’esthétique, la pen- sée et la mémoire de toute l’Europe. Grandiose, démocratique et libertaire, elle recueillait dans ses bras généreux les émigrés, les exilés politiques, les déserteurs et les réfractaires des guerres coloniales [entre 1961 et 1974, s’agis- sant du Portugal]. LE PLUS BEAU PAYS D’EUROPE N’EST PLUS LE CENTRE DU MONDE Aujourd’hui, ce n’est plus vrai. D’autres façons d’être, d’autres langues et d’autres destins ont surgi ; nous n’al- lons plus la voir au cinéma, nous ne la lisons et ne l’entendons presque plus, nous ne connaissons plus sa musique, exceptée celle des vieux ou anciens noms qui nous sont restés éternels, et nous ne croyons plus depuis longtemps à ses voix politiques et culturelles. La France d’aujourd’hui est tout juste celle des Français d’aujourd’hui, que nous ne connaissons pas. Nous nous sentons tous trahis et quelque peu fâchés avec la France, malgré nous*. Elle qui nous a donné une langue pour nous exprimer, la plus riche des langues latines, mais nous l’oublions peu à peu parce que nous ne la pratiquons plus, parce que nous la laissons tomber en fragments hors de nous. Elle nous a donné un cinéma unique, dans lequel elle mettait à nu l’intimité du monde ; elle nous a donné des causes, des exemples, des hymnes, des révolutions de mai, le temps des cerises, des génies aussi spontanément hors normes que ses empereurs et ses marquises adultères. Personne n’a chanté le monde, l’abandon, la pau- vreté, les artistes, les amants et le vin comme Rimbaud, Lautréamont, Mal- larmé ou Aragon ; et peu d’écrivains comme Hugo, Balzac, Proust, Stend- hal et Flaubert nous ont enseigné à regarder la condition humaine et à res- tituer l’universalité de l’Homme dans la poétique de la création par la parole et le langage. La France continue à être le plus beau pays d’Europe et pourtant, depuis quelques années, elle a cessé d’être le centre de l’Europe et du monde. Il existe des pays de la sorte, qui par- fois s’oublient eux-mêmes. On dit que l’Italie perd son âme chaque fois qu’elle élève sur l’autel de la politique un être aussi hétérodoxe que Silvio Berlusconi ; l’Amérique, elle, a retrouvé la sienne en élisant Obama. Quant à l’âme de la France, je ne sais où elle se trouve. Personne ne parle français en dehors de chez elle. Per- sonne ne se rappelle d’un grand livre qui l’a ému ces trente dernières années, d’un film comme Les Uns et les Autres ou La Grande Bouffe, d’une chanson comme Le Déserteur, d’un tableau total comme tous ceux de Monet, d’un uto- piste ou d’un héros contemporains. Je mens : il existe une nouvelle héroïne silencieuse. Elle s’appelle Cécilia je-ne- sais-plus-comment.Vous ne la connais- sez pas ? Elle a préféré un vrai amour à la perspective d’habiter à l’Elysée (une décision de grande dame !) et de devenir la première esclave de Sarkozy. Président élu de cette autre France sans âme. João de Melo * En français dans le texte. france POLÉMIQUE La nébuleuse stratégie de Mme Zorro en terre africaine En répondant avec un tel retard au fameux discours prononcé à Dakar par Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal poursuit un jeu politique purement français. Sans que le continent noir n’ait rien à y gagner. S i Zorro, le fameux redresseur de torts, avait eu une épouse, peut-être se serait-elle prénommée Ségolène. La présidente de la région Poitou-Charentes, en France, arrivée au Sénégal [le 4 avril] pour une visite de cinq jours, a tenu à faire elle aussi son discours africain, après celui de Nicolas Sarkozy, encore bien présent dans les mémoires. S’adressant depuis Dakar au Sénégal et à l’Afrique entière, Mme Royal a descendu en flammes et dans les moindres détails la thèse qui constituait les fondements du discours du fraîchement élu Nicolas Sarkozy, dans cette même capi- tale sénégalaise, en juillet 2007, et qui avait suscité en son temps une vive polémique tant sur le continent noir que dans la classe politique française. Les propos de Sarkozy avaient provoqué un tollé, on s’en souvient, et la désormais célèbre petite phrase “l’homme africain n’est pas entré dans l’His- toire” avait valu à son auteur les qualifica- tifs de “raciste” et d’“insultant” de la part de l’essentiel de l’intelligentsia africaine. Mais on ne se souvient pas d’une quel- conque déclaration de Mme Royal au moment des faits. Ségolène Royal, qui n’en est d’ailleurs pas, depuis le fameux discours du président français, à son premier voyage au Sénégal, pays où elle est née et auquel elle reste tout naturellement attachée. Pourquoi alors avoir choisi de faire une telle déclaration seulement maintenant ? Pourquoi avoir attendu plus de vingt mois avant de prendre à contre-pied la thèse de Nicolas Sarkozy ? Si ces propos ne parti- cipent pas d’un savant calcul politique, ils y ressemblent fort. Ce chassé-croisé des pontes politiques français s’apparente un peu à un jeu de rivalités auquel ils se livre- raient en terre africaine. La présidente de région a délibérément choisi de relancer une polémique. A dessein. Mais elle ne fait pas l’unanimité. Ni au Sénégal ni en Afrique, et certainement pas dans l’Hexa- gone. Le tout premier à qui elle cause de l’embarras est peut-être le président séné- galais, qui, bien que s’étant érigé violem- ment contre les propos de Sarko, n’a cependant pas reçu la dame Royal de pas- sage à Dakar. Ce qui n’est pas peu dire. En tout état de cause, on ne voit pas vraiment ce que le continent africain gagne dans cette polémique. Autant on a fran- chement détesté les propos de Nicolas Sar- kozy en juillet 2007, autant on ne voit pas de réel intérêt au discours nouveau de Ségolène. Sarkozy ou Royal, c’est presque du pareil au même, bonnet blanc et blanc bonnet. De leurs deux rhétoriques suc- cessives et antagonistes, le continent noir ne retire rien. On a même presque envie de préférer la stratégie du premier à celle de la seconde. Lui présente à tout le moins l’avantage de la clarté, et il se laisse faci- lement déchiffrer. La seconde est plus dif- ficilement perceptible : elle avance mas- quée, on ne lit pas aisément dans ses pensées. Et on se demande duquel des deux on doit le plus se méfier. Lassané, Le Pays, Ouagadougou COURRIER INTERNATIONAL N° 963 14 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 ▲ Dessin de Javier de Juan paru dans El País Semanal, Madrid. 963 p14:Mise en page 1 14/04/09 17:51 Page 14
  15. 15. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  16. 16. MOLDAVIE Les pompiers pyromanes de Chisinau Depuis l’annonce de la victoire du Parti communiste aux élections législatives, la capitale moldave vit au rythme des émeutes, des rumeurs et de la peur. Et si le pouvoir était derrière tout cela ? TIMPUL Chisinau P our que les communistes puissent se maintenir au pouvoir après les élections du 5 avril, il leur fallait un événement symbolique qui non seu- lement impressionne le monde, mais leur assure aussi les moyens d’un contrôle accru sur la société moldave. A ce titre, l’incendie et la mise à sac, le 7 avril, du Parlement et du siège de la présidence rappelle étonnamment l’incendie du Reichstag [dans la nuit du 26 au 27 février 1933. Cet incen- die avait servi de prétexte à Hitler pour déclencher une campagne de répression contre les communistes allemands]. Et en mettant les choses bout à bout, nous sommes en droit de nous demander si la destruction de ces institutions de l’Etat n’est pas l’œuvre des communistes eux-mêmes. N’oublions pas la vague d’interpel- lations après les événements, les vio- lences policières et la mort à ce jour inexpliquée d’un jeune manifestant [voir ci-contre]. Comme si, à l’instar des nazis en 1933, le régime deVladimirVoronine s’employait à mettre en place un “troisième Reich”, isolé du reste de l’Europe et toujours contrôlé par les mêmes clans qui, depuis huit ans, gouvernent la Moldavie [issu du Parti communiste moldave, le PCRM, le présidentVoronine est au pouvoir depuis 2001]. Comme si le but de Voronine était de discrédi- ter l’opposition [représentée par le Parti libéral démocrate, le Parti libé- ral et l’Alliance Notre Moldavie] en la présentant à l’intérieur comme à l’extérieur du pays comme un “ramassis de bandits guidés par le monde interlope”. Voilà pourquoi Voronine attendait de pouvoir impli- quer l’opposition. Et quoi de meilleur que l’incendie des symboles gouvernementaux devant les camé- ras de télévision ? Les images de cet événement avaient pour but de démontrer au monde entier que l’arrivée au pou- voir de l’opposition aurait signifié la destruction de l’Etat moldave et le retour du chaos. Par cette provoca- tion, les communistes voulaient éga- lement démontrer que la République moldave est un “morceau de choix” pour la Roumanie. En clair, ils expliquaient que les manifestations ont été mises en scène et financées par la Roumanie pour faire tomber le pouvoir à Chisinau. Voilà pourquoi, après l’incendie du “Reichstag” de Chisinau, les postes de frontière avec la Roumanie ont été fermés, les visas pour les citoyens roumains rétablis et l’ambassadeur de Roumanie à Chisinau, FilipTeo- dorescu, expulsé. Ces actions ont été précédées par les félicitations envoyées àVoronine par le président russe, Dmitri Medvedev, à l’occa- sion de sa victoire aux élections. Des félicitations arrivées, rappelons-le, avant les résultats officiels du scru- tin de dimanche [les communistes avaient réuni près de 50 % des suf- frages]. C’est ainsi que l’opposition s’est retrouvée piégée. Le mouve- ment spontané des jeunes a été com- promis et Voronine a repris l’initia- tive médiatique et politique. Le seul allié des opposants àVoronine, l’Oc- cident démocratique, n’a réagi que très mollement aux provocations de Chisinau, afin de ne pas froisser la Russie. Certains diplomates occi- dentaux gardent probablement e n c o r e e n m é m o i r e l e s d o u x moments passés dans la fraîcheur des caves à vin de Cr icova et Milesti… Ils refusent de comprendre que ce qui se passe aujourd’hui à Chisinau est dirigé contre la Rou- manie et l’Europe et que Voronine ne fait qu’obéir aux ordres venus de Moscou. Ils ne veulent pas voir que son “Reich” n’est plus seulement un cauchemar mais qu’il est en train de devenir réalité. Constantin Tanase* * Journaliste et écrivain, directeur du journal Timpul. europe ● COURRIER INTERNATIONAL N° 963 16 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 B E S S A R A B I E Chisinau Tiraspol Courrierinternational MOLDAVIE ROUMANIE UKRAINE UKRAINE Dniestr Prout M E R N O I R EDanube TRANSDNIESTRIE 0 80 km VU DE MOSCOU LaTransdniestrie bientôt indépendante ? Le facteur roumain, dont le président moldave, Vladimir Voronine, a ouver- tement parlé le 8 avril comme ayant influé sur les troubles qui ont eu lieu à Chisi- nau, a poussé la Transdniestrie à récla- mer des garanties sur le maintien de son statut à part [la république de Transd- niestrie, région russophone de Moldavie, a fait sécession en 1991], ainsi que nous l’a confié son ministre des Affaires étran- gères, Vladimir Iastrebtchak. D’après plusieurs hommes politiques russes, l’assaut donné le 7 avril au Par- lement de Moldavie et le contexte qui l’en- toure pourraient mettre un terme aux négociations entre Chisinau et Tiraspol*, et reposer la question de la reconnais- sance de cette république. La Transdniestrie a annoncé qu’elle ren- forçait les contrôles à sa frontière avec la Moldavie afin d’éviter que les troubles ne s’étendent à la rive gauche [du Dniestr, son territoire], ce que nous a confirmé le ministre de la Sécurité de Transdniestrie, Vladimir Antioufeïev. Vladimir Iastrebtchak, de son côté, a commenté ainsi la situa- tion : “Il y a vingt ans, la menace de réuni- fication de la Moldavie à la Roumanie a été à l’origine du conflit qui a opposé les deux rives du Dniestr [et déclenché une guerre civile meurtrière]. Depuis, le facteur roumain ne s’est pas évaporé, ce que confirment les événements de Chisinau. Vu la situation, nous devons nous soucier de la sécurité et des intérêts de la popu- lation de notre région. Nous sommes déter- minés à tout faire pour que l’on nous accorde l’ensemble des garanties que le président de la Transdniestrie (Igor Smir- nov) a exposées à Dmitri Medvedev, la pre- mière d’entre elles étant la préservation de l’indépendance de la Transdniestrie.” En Russie, Konstantin Zatouline, député de la Douma et directeur de l’Institut des pays de la CEI, n’exclut pas que les événements qui se sont déroulés en Moldavie puissent contribuer à lancer la procédure de recon- naissance de l’indépendance de la Trans- dniestrie. La Douma a fait part de sa pré- occupation face aux émeutes de Chisinau, dans lesquelles elle a décelé la trace d’un facteur extérieur : “Les autorités moldaves, souveraines, sont parfaitement en droit d’instaurer, de restaurer et de maintenir l’ordre constitutionnel et la stabilité dans leurs pays.” Selon Konstantin Kossatchev, président de la commission parlementaire des Affaires étrangères, cette phrase est l’une des plus importantes de la déclaration énoncée par la Douma lors de sa séance de mercredi soir. Le ministère russe des Affaires étrangères est parvenu à la conclusion que les troubles en Moldavie avaient été organi- sés par des forces que ne satisfont ni la stabilité qui règne à l’intérieur du pays, ni la politique étrangère équilibrée de Chi- sinau. “Certains n’appréciaient vraisem- blablement pas les prémices de calme, de stabilité sociale et économique établies ces dernières années, ni la politique exté- rieure équilibrée des dirigeants du pays, qui venaient de recevoir de la société un mandat pour continuer dans cette voie”, est-il dit dans la déclaration du ministère. Le ministère russe des Affaires étrangères rappelle qu’un peu plus tôt, le Kremlin s’était rallié à l’opinion des observateurs internationaux de l’OSCE, du Conseil de l’Europe, de la CEI, du Parlement euro- péen et d’autres organisations, selon laquelle les citoyens moldaves s’étaient librement exprimés à travers leur vote, dans un total respect des normes démo- cratiques et juridiques. Svetlana Gamova, Nezavissimaïa Gazeta (extraits), Moscou * Après la guerre russo-géorgienne d’août 2008, qui a débouché sur la reconnaissance par Mos- cou de l’indépendance de l’Abkhazie et de l’Os- sétie du Sud, le Kremlin avait fait de la Molda- vie le terrain de démonstration d’une politique étrangère plus “pacifique” et plus “intégratrice” dans l’espace postsoviétique. Ainsi, deux rencontres avaient été organisées avec les présidents de Moldavie et de Transd- niestrie, avec pour objectif le retour de la région rebelle au sein de la Moldavie en échange de la garantie donnée par cette dernière de ne jamais adhérer à l’OTAN. ▲ “Les chevaliers de la mort. La police torture à mort les jeunes détenus” accuse sur sa une le quotidien Jurnal de Chisinau dans son édi- tion du 14 mars 2009. 963 p16:Mise en page 1 14/04/09 18:53 Page 16
  17. 17. GÉORGIE Saakachvili marque des points face à l’opposition Pas de violence policière mais un appel au dialogue. Le président a réussi à désarçonner tous ceux qui réclamaient son départ. 24 SAATI Tbilissi S upposons que Mikheïl Saa- kachvili ne parte pas. Retom- berons-nous alors dans la vio- lence ? Cette question inquiète tout le monde. Les opposants qui avaient annoncé que les manifestations du 9 avril sonneraient le glas du pou- voir de Saakachvili [voir CI no 962 du 9 avril 2009] ont conféré à cette date une charge apocalyptique. Alors, soit la promesse de destituer le pouvoir était un simple bluff, soit l’opposition avait de bonnes raisons de faire une annonce aussi fracassante. La rhétorique de nos partis d’op- position est certes radicale, elle n’en demeure pas moins vide. C’est pour- quoi une partie de l’opposition a tou- jours protesté contre la sacralisation du 9 avril. Elle refuse toute action vio- lente. Mais peut-on être sûr qu’un sit- in pacifique sine die est leur unique programme ? “A plusieurs reprises,nous avons appelé [l’ensemble de l’opposition] à ne pas prendre tout le monde en otage avec cette date du 9 avril… Nous avons déjà connu des moments où, au cours de grands rassemblements [antigouverne- mentaux], les organisateurs ne savaient plus quoi faire ni quelle attitude adopter… Or cela peut les conduire à envenimer la situation artificiellement”, rappelle Pir- kiaTchikhradzé, membre de l’Alliance pour la Géorgie [rassemblement de plusieurs mouvements d’opposition]. En conséquence, l’opposition peut pousser à des provocations pour ne pas perdre la face. Lors des manifestations [anti- présidentielles violemment répri- mées] du 7 novembre 2007, l’oppo- sition avait protesté pacifiquement. C’est le pouvoir, arrogant et cynique, qui avait riposté avec violence. Mais, aujourd’hui, les autorités ont changé de stratégie. Même le visage du pré- sident, parlant de la nécessité de dia- loguer, est différent. Les commen- taires des dirigeants du pays sont différents. Ils sont moins agressifs. Et l’appel au dialogue a retenti non plus pendant, mais bien avant les manifestations. Le pouvoir a compris qu’une répétition du 7 novembre lui serait fatale. Ces derniers jours, plu- sieurs officiers de police occidentaux sont venus partager leur expérience avec leurs collègues géorgiens. Si le pouvoir a tiré les leçons du 7 novembre 2007, il n’en est pas de même pour l’opposition. Hétérogène, elle ne peut s’appuyer sur un leader unique, et sa principale revendication – le départ volontaire du chef de l’Etat – est trop radicale. Par ailleurs, les sympathisants eux-mêmes n’arrivent pas à déceler un programme d’action claire et compréhensible. En revanche, de nombreux opposants regrettent que n’ait pas été mise à profit, dans les mois qui ont suivi le 7 novembre 2007,l’émotion qui s’était emparée du peuple, scandalisé et choqué. L’oppo- sition avait alors battu en retraite. Aussi, le seul vrai danger aujour- d’hui est que l’opposition, de peur d’un nouveau fiasco, ait recours à la provo- cation. Ce que notre société doit rete- nir, c’est qu’en dépit de ses erreurs le pouvoir actuel a réussi à transformer l’Etat “bâtard” de l’époque d’Edouard Chevardnadzé en un Etat capable de survivre à la guerre [russo-géorgienne] d’août 2008. Néanmoins, l’Etat géor- gien n’est pas encore assez fort pour survivre à une nouvelle crise politique et à des provocations. De cet Etat dépend la vie de chaque citoyen. Le chaos des années 1990 peut encore revenir si l’opposition l’appelle de ses vœux. Eka Kvetsitadzé ▲ Dessin deTiounine, Moscou. CWS/CartoonArtsInternational 963 p17:Mise en page 1 14/04/09 14:38 Page 17
  18. 18. ROYAUME-UNI Scotland Yard dans la tourmente La mort d’un manifestant anti-G20 et la démission du patron de la section antiterroriste mettent en lumière les dysfonctionnements et la politisation de la police britannique. THE GUARDIAN (extraits) Londres I l règne un grave désordre dans la police britannique. L’humi- liation expresse de Bob Quick, le chef de l’antiterrorisme à ScotlandYard, et la suspension à retar- dement de l’officier de police qui a frappé Ian Tomlinson [mort d’une crise cardiaque lors des manifestations contre le G20, le 1er avril] peuvent apparaître comme de malheureux incidents isolés et sans lien l’un avec l’autre. Pourtant, chacun met en lumière une controverse centrale dans la conduite des affaires policières depuis un demi-siècle : la gouvernance dans le cas de Bob Quick et la vio- lence dans celui deTomlinson. Et tous deux posent la même question, plus globale et sans réponse : comment créer au mieux la police dont nous avons besoin ? La démission de Bob Quick [le 9 janvier] est un événement extrême- ment inhabituel. Le chef de l’antiter- rorisme a commis une lamentable erreur en se faisant photographier avec un document détaillant une opération terroriste ultrasensible [qui a dû être lancée plus tôt que prévue]. Mais l’idée qu’un QG du terrorisme aurait ainsi appris l’imminence de cette opération contre Al-Qaida dans le nord de l’An- gleterre m’apparaît comme un pré- texte fallacieux et bien commode. C’est pour des raisons purement politiques que Bob Quick a perdu son poste. Les conservateurs le pointaient du doigt, estimant depuis l’affaire Damian Green [un député dont les bureaux ont été abusivement perqui- sitionnés en novembre dernier] qu’il leur était hostile. Cela l’a rendu vul- nérable. Mais il a avant tout démis- sionné parce que la ministre de l’In- térieur, la travailliste Jacqui Smith, affaiblie [parce que son mari a loué des films pornos aux frais du contri- buable], ne pouvait pas se permettre de ne pas se montrer impitoyable. Bob Quick rejoint l’ancien directeur de ScotlandYard, sir Ian Blair [poussé à la démission par le maire de Londres Boris Johnson en octobre 2008], dans les rangs des hauts fonctionnaires de la police récemment victimes d’im- broglios politiques. Le sort de Bob Quick illustre la politisation croissante de l’adminis- tration policière. Il y a trente ans, Mar- garetThatcher pouvait dire : “Ce dont la police a besoin,c’est de soutien,pas de critiques.” Aujourd’hui, personne ne croit une seule seconde qu’un gou- vernement conservateur ferait preuve de moins d’ingérence que ceux de Tony Blair ou de Gordon Brown. En attendant, la mort de IanTom- linson remet l’accent sur des ques- tions de maintien de l’ordre que tous les gouvernements ont vainement tenté de résoudre depuis plus de trente ans. L’affaire oblige à s’inter- roger sur quatre sujets essentiels : la violence policière, la formation et la culture de la force publique, les pou- voirs des forces de l’ordre et les plaintes au sujet des policiers. LES POUVOIRS DE LA POLICE ONT ÉTÉ CODIFIÉS Les garanties mises en place par le Police and Criminal Evidence Act de 1984 ont permis de réduire considé- rablement les violences policières envers les suspects. La formation et la culture ont été améliorées grâce à une série de mesures, dont la plus importante est le recrutement de femmes. Les pouvoirs de la police ont été codifiés, quoique formidablement accrus, surtout en réaction au terro- risme. Et il existe désormais un sys- tème indépendant de contrôle des plaintes contre la police. Pourtant, l’affaireTomlinson prouve aussi à quel point les choses ont peu changé. La violence et les stratégies de contrôle des manifestants anti-G20 rap- pellent non seulement la mort de Blair Peach sous les coups de la police en 1979,mais aussi les heures sombres du XIXe siècle.Avec la hausse du chômage, si les idées d’extrême droite commen- cent à se banaliser, les incidents de ce type pourraient devenir aussi courants que du temps des manifestations à Grosvenor Square ou Grunwick et de la grève des mineurs [dans les années 1960, 1970 et 1980]. Si l’on juge la situation à l’aune de cette époque, il est probable que le recours à des pou- voirs spéciaux dans le cadre de la lutte contre le terrorisme pour répondre à la menace de troubles potentiels finisse par poser également problème. Les gens doués d’une bonne mémoire auront aussi reconnu cer- tains aspects de la culture policière à l’œuvre dans l’affaireTomlinson. Ce dernier, comme Peach, a été attaqué par des policiers antiémeute bien équipés qui, au début du moins, ont gardé le silence quant à leurs agisse- ments et ont pu compter sur le ser- vice de presse de la police, qui s’est chargé de diffuser pour leur venir en aide des versions fallacieuses des évé- nements. Complot qui n’a été éventé qu’avec l’aide de caméras tenues par des particuliers, caméras que la police souhaiterait faire interdire. Est-il possible de réformer le maintien de l’ordre de façon équili- brée, alors que la question des pou- voirs de la police se trouve au cœur d’une méprisable surenchère parti- sane, et que les politiques sont de plus en plus prompts à limoger de hauts responsables pour des motifs politi- ciens ? Difficile de se montrer opti- miste. Si les troubles de l’ordre public ne cessent pas, que l’on découvre encore des complots terroristes et que les médias continuent d’encourager le recours à la force plutôt qu’un maintien de l’ordre moins brutal, la situation risque surtout d’empirer. Martin Kettle ITALIE Un désastre qui ne surprend pas Les retards dans l’application des règles antisismiques adoptées en 2002 sont en partie responsables de l’ampleur des dégâts provoqués par le séisme qui a fait, le 6 avril, 290 morts dans les Abruzzes. L e Pr Franco Barberi, vulcanologue et président de la commission parle- mentaire sur la Prévention des risques majeurs, ne mâche pas ses mots sur l’effondrement des édifices publics de L’Aquila, le chef-lieu de la province des Abruzzes. “Un tel spectacle d’inefficacité et un tel manque d’anticipation sont absolument déso- lants dans un pays comme le nôtre qui se heurte depuis longtemps aux conséquences tragiques des tremblements de terre, lance-t-il. Les res- ponsabilités sont nombreuses,à tous les niveaux. Malheureusement,en Italie,on ne sait pas rete- nir les leçons du passé.” Après la tragédie de San Giuliano di Puglia [dans les Pouilles] où seule l’école – bâtiment dont la solidité aurait dû être irré- prochable – s’était effondrée, causant la mort de 27 enfants en 2002, de nouvelles règles avaient été édictées. Sept ans ont passé depuis ce séisme aux conséquences scandaleuses mais limitées, et les contrôles censés s’exer- cer sur les édifices publics ne sont toujours pas opérationnels. De report en report, l’en- trée en vigueur des nouvelles normes est sans arrêt ajournée. La loi ignore le rythme de la Terre. De nombreuses personnes sont mortes dans le séisme des Abruzzes à cause de véri- fications que les législateurs ont préféré dif- férer. Sur plus de 70 000 bâtiments à exa- miner, seuls 7 000 dans toute l’Italie ont fait l’objet de vérifications, c’est-à-dire à peine 10 %. Dans les Abruzzes, le pourcentage est encore plus faible. Ce qui est en tout cas cer- tain, c’est qu’aucune vérification n’avait été effectuée sur les bâtiments dévastés de L’Aquila, alors même que la Protection civile disposait de 280 millions d’euros, alloués à l’analyse de la fragilité des édifices straté- giques et à leur mise en sécurité. Aucune précaution n’a été prise malgré les essaims sismiques constatés dernièrement. La présidente de la province de L’Aquila, Ste- fania Pezzopane, parle de “tragédie annoncée”. “Depuis deux mois,on assistait à de nombreuses secousses, comme celle, assez importante, du 30 mars,qui a entraîné la fermeture de plusieurs écoles. J’ai l’impression qu’on a sous-estimé la situation”, affirme-t-elle. Plus grave encore que le cas de la préfecture, celui de l’hôpi- tal San Salvatore. Ouvert en 1994, il aurait dû résister à n’importe quel type de séisme. Il a au contraire été rapidement évacué à cause des fissures structurelles observées dans l’armature en béton. “Le pire,c’est que cet hôpi- tal a coûté extrêmement cher”, rappelle son directeur, Roberto Merzetti. “D’après les plans dont nous disposons,il a été conçu pour résister à des tremblements de terre bien plus violents que celui que nous venons de subir.” On ne sait pas quelles garanties avaient été données concernant le dortoir universi- taire.Toujours est-il que le bâtiment s’est lui aussi littéralement écroulé, entraînant la mort de plusieurs étudiants. Il avait été construit en béton armé, mais il s’est fissuré à plusieurs endroits sous l’effet des secousses. Un béton armé manifestement particulier, voire inadapté, sur lequel des constructeurs mal- honnêtes pourraient avoir spéculé, en réali- sant des armatures de mauvaise qualité. Primo di Nicola, L’Espresso, Rome europe ▲ Dessin d’Ingram Pinn paru dans le FinancialTimes, Londres. ▶ W E B + ◀ Plus d’infos sur courrierinternational.com Une interview d’Alastair Campbell, ancien conseiller de Tony Blair COURRIER INTERNATIONAL N° 963 18 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 963 p.18:Mise en page 1 14/04/09 16:14 Page 18
  19. 19. PUBLICITÉ Publicite 20/03/07 16:05 Page 56
  20. 20. POLOGNE Lech Walesa voit rouge Excédé par les accusations portées contre lui, l’ancien leader du mouvement Solidarnosc menace de s’exiler et de rendre son prix Nobel de la paix. P awel Zyzak. Age : 24 ans. Diplômé en histoire, il est “chargé des photo- copies” à l’Institut de la mémoire nationale de Varsovie (IPN). Il pourrait passer inaperçu s’il n’était pas l’auteur de l’ouvrage LechWalesa :l’idée et l’histoire, un mémoire de maîtrise obtenu dans la très respectable université des Jagellons à Cra- covie. Un texte riche en révélations sur la jeunesse du leader du syndicat Solidar- nosc, devenu président de la nouvelle Pologne. Qu’il ait eu un enfant hors mariage et un penchant pour la bagarre, comme beaucoup de jeunes issus des cam- pagnes polonaises, passe encore. Mais Zyzak accuseWalesa d’avoir uriné dans un bénitier quand il avait 8 ans… Pour étayer ses révélations, l’apprenti historien s’ap- puie sur des sources anonymes. “N’em- pêche que dans le village où a vécu le jeune Walesa, on ne parle que de ça”, rapporte le quotidien de droite Dziennik. Le quotidien PolskaTheTimes cherche à en savoir un peu plus sur Zyzak. “Il a essayé de passer son doctorat,mais sans succès.Sur 38 postulants, il était 37e ”, précise le journal. Déjà accusé en 2008 par des historiens de l’IPN d’être un indic de la police poli- tique à l’époque communiste, LechWalesa s’est fâché tout rouge. Il a même menacé de s’exiler et de rendre son prix Nobel si les auteurs de ces “pamphlets absurdes” n’étaient pas punis. Pour lui, l’IPN est à l’origine de cette campagne de calomnies. Pour beau- coup, cette institution chargée de faire la lumière sur le passé communiste de la Pologne aurait perdu de sa neutralité depuis qu’elle est dirigée par des proches des frères Kaczynski. Plusieurs de ses historiens ont, d’ailleurs, été récemment décorés par le pré- sident, qui a loué leur “courage”. “Le prési- dent Lech Kaczynski profite de sa position pour mener une guerre contre son ennemi personnel, qui est aussi celui de son frère Jaroslaw [leader du parti Droit et justice]”, estime le quoti- dien GazetaWyborcza, dirigé par l’ancien opposant Adam Michnik. Pour sa part, Ewa Milewicz, journaliste dans ce quotidien, a décidé de rendre la décoration que Lech Kaczynski lui a décernée pour son impli- cation dans l’opposition anticommuniste. “Sans LechWalesa, le mur de Berlin serait peut-être encore là, explique-t-elle. Le cou- rage consiste-t-il à ressortir les dossiers et à les interpréter de façon unilatérale ? A stig- matiser des gens comme LechWalesa ?”, s’in- terroge-t-elle dans une lettre adressée au président Lech Kaczynski. Des voix s’élèvent demandant la ferme- ture pure et simple de l’IPN. “Ce serait injuste et absurde”, considère l’hebdoma- daire Newsweek Polska.“Il faut,au contraire, généraliser l’accès aux archives des services de sécurité communistes”. “Le président peut décerner les décorations à sa guise, mais d’autres ont aussi le droit de juger de ses choix. Le geste de renvoyer une médaille peut sembler d’une autre époque.Mais à cette époque révo- lue, les choix moraux étaient clairs et hon- nêtes”, regrette Adam Szostkiewicz, de l’hebdomadaire de gauche Polityka, “oppo- sant anticommuniste de base”, comme il se décrit lui-même. “Chez nous, l’IPN est un Etat dans l’Etat composé d’historiens archi- vistes qui sont à la fois procureurs et juges”, s’indigne l’hebdomadaire Przeglad, proche des postcommunistes de l’Alliance de la gauche démocratique (SLD). Le Premier ministre, Donald Tusk, lui-même ancien membre de Solidarnosc, a pris la défense deWalesa, qui “restera toujours un trésor du patrimoine national.[…] Je voudrais deman- der aux historiens de l’IPN de ne pas abuser des fonds publics. L’IPN ne peut survivre que s’il reste neutre, politiquement et idéologique- ment. L’institut n’a pas vocation à tresser des couronnes de laurier àWalesa ni à le salir”, a-t-il ajouté en guise de conclusion. ◼ COURRIER INTERNATIONAL N° 963 20 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 europe ESPAGNE Les lycéens moins tentés par les drogues Après dix ans de hausse ininterrompue, l’usage du cannabis et de la cocaïne commence à baisser chez les adolescents. Un succès, dans un pays qui compte parmi les plus gros consommateurs d’Europe. ABC Madrid C onscients des effets dévas- tateurs des drogues, les ado- lescents espagnols ont réduit leur consommation de l’une des plus nocives, la cocaïne. C’est ce qui ressort du rapport annuel de l’Or- gane international de contrôle des stupéfiants (OICS), rendu public en février dernier. Cet organisme des Nations unies vient confirmer une ten- dance déjà détectée dans l’“Enquête sur les drogues en milieu scolaire” de 2007 et dans différentes études réalisées par la Délégation gou- vernementale pour le Plan natio- nal sur les drogues. Les chiffres montrent en effet que la consommation de “poudre blanche” a baissé de trois points chez les 14-18 ans, stoppant ainsi une tendance qui semblait imparable depuis plus de dix ans, puisque l’abus de cette substance avait été multi- plié par quatre. Aujourd’hui, les chiffres sont éloquents : alors que 7,2 % des jeunes de cette tranche d’âge déclaraient, en 2004, avoir essayé la co- caïne au cours de l’année écou- lée, ils n’étaient plus que 4,1 % en 2007. Le phénomène demeure tout de même préoccupant car ces 4,1 % d’une population de 2,3 millions de 14-18 ans suppo- sent que près de 100 000 adoles- cents espagnols – 94 307 plus exactement – “jouent” avec l’une des substances les plus nocives qui soient pour leur santé physique et mentale. La bonne nouvelle que constitue la baisse de la consommation de cocaïne chez les adolescents espa- gnols contraste avec les chiffres européens. D’après le rapport de l’OICS, 250 000 Européens ont consommé de la co- caïne plusieurs fois au cours des douze derniers mois et sa consommation a triplé chez les 15-64 ans, surtout dans des pays comme le Royaume-Uni, l’Italie, l’Al- lemagne et la France. L’Espagne ne se distingue pas uni- quement pour avoir commencé timi- dement à gagner la bataille contre la cocaïne. Elle obtient aussi de petits succès dans la lutte contre la consom- mation de cannabis. Comme le note l’OICS, si cette drogue est la plus consommée en Europe et si l’Espagne compte parmi les pays où le plus grand nombre de personnes en ont fait l’ex- périence, notre pays a réussi à en sta- biliser la consommation chez les jeunes, après dix années de hausse ininterrompue. Pour autant il ne convient pas de baisser la garde : quel- que 48 000 adolescents espagnols ont de sérieux risques de devenir accros au cannabis, selon les derniers chiffres en date du Plan national sur les drogues ; le nombre de consommateurs quoti- diens augmente ; deux lycéens sur dix avouent encore avoir fumé un joint au cours du mois précédent et les ado- lescents s’initient de plus en plus jeunes au cannabis – à 14 ans en moyenne. Le panorama reste désolant quand on sait que le cannabis est à l’origine de nombre de problèmes chez les ado- lescents : troubles de la mémoire, mau- vais résultats scolaires, absentéisme, bagarres, voire épisodes psychotiques pour certains. Le rapport analyse également l’autre facette de la lutte contre le monstre silencieux des drogues : les saisies, qui sont en hausse aussi bien pour la cocaïne que pour le cannabis et l’héroïne. A nouveau, l’Espagne se distingue comme l’un des “principaux points d’entrée” de la cocaïne en Europe, ce qui l’a “contrainte à redou- bler d’efforts pour accroître les saisies”. Selon l’OICS, c’est grâce à cette inten- sification des contrôles que l’on est parvenu à faire baisser la consomma- tion de cette substance chez les jeunes. Pour ce qui est du cannabis, l’Espagne a été en 2007 le pays où le volume de résine de cannabis saisi a été le plus élevé au monde, avec plus de 653 tonnes saisies, soit une hausse de 42 % par rapport à l’année précédente. M. J. Pérez-Barco 17,2 4,8 20,8 6,2 22,5 7,2 25,1 4,1 1998 2000 2002 2004 2007 20,1 Part des Espagnols de 14 à 18 ans ayant consommé : Joints et rails en recul 4,5 du cannabis (au cours des 30 derniers jours, en %) de la cocaïne (au cours des 12 derniers mois, en %) Source:“ABC”,ministèredelaSantéespagnol ▼ Dessin de Victoria Martos paru dans El Mundo, Madrid. 963 p20:Mise en page 1 14/04/09 16:30 Page 20
  21. 21. SUÈDE Dix pièces de théâtre pour mieux se comprendre Pendant une semaine, la radio publique suédoise a diffusé des dramatiques venues des quatre coins de l’Europe. La pièce suisse parlait d’euthanasie, la danoise de racisme, et l’irlandaise d’avortement… DAGENS NYHETER Stockholm P e n d a n t u n e s e m a i n e , l’émission Radioteatern de la radio publique suédoise a diffusé “A l’écoute de l’Eu- rope” : une série de pièces de théâtre écrites pour la radio, originaires de dix pays européens et traduites en suédois. “Notre ambition est de faire découvrir la sphère publique européenne à travers la culture”, explique le res- ponsable de Radioteatern, Jasenko Selimovic*. “Nous savons beaucoup de choses concernant la politique et l’économie en Europe, mais très peu concernant la culture. Ce que nous savons de la France, par exemple, ce sont les caillas- sages dans les banlieues, mais quel livre français est l’équivalent du Journal d’un auteur dramatique de Lars Norén ?” Radioteatern a demandé l’auto- risation à un certain nombre de pays européens de faire traduire en sué- dois leurs pièces radiophoniques les plus connues. “Si ce sont précisément ces dix pièces-là, ce n’est pas unique- ment parce que c’étaient les plus inté- ressantes. Il y a aussi des raisons pure- ment pratiques. Par exemple, nous attendons toujours une pièce d’Ukraine, et je ne plaisante pas quand je vous dis qu’il faut l’autorisation de la Banque nationale d’Ukraine et de trois minis- tères différents pour la faire venir ici.” Jasenko Selimovic a voulu cap- ter les sujets qui font l’actualité dans chaque pays. La pièce venue de Suisse traite ainsi de l’euthanasie, où elle est autorisée mais reste très controversée. La pièce danoise s’ins- pire des attentats du 11 septembre et le débat haineux, parfois écœu- rant, sur l’immigration au Dane- mark. Et la pièce irlandaise aborde la question de l’avortement. “Nous autres Suédois avons peut-être du mal à comprendre que cela puisse prêter à débat mais, en Irlande, l’avortement est un sujet extrêmement sensible”, rap- pelle Selimovic. D’après la définition du Conseil de l’Europe, le Vieux Continent est composé de quarante-sept nations. Jasenko Selimovic précise qu’il aurait aimé couvrir un éventail de pays plus large. De plus, dans sa sélection, les pays occidentaux sont largement majoritaires. L’un des problèmes de fond est que le théâtre radiopho- nique n’existe pas partout. “La plu- part du temps, l’existence du théâtre radiophonique est liée à une forte tra- dition de service public. Il existe cer- taines initiatives intéressantes en Europe de l’Est, avec des projets à faibles bud- gets mais passionnants. Mais il est clair que les pays occidentaux investissent généralement plus et exigent également plus de leur théâtre.” En Suède, Radioteatern a vu son succès nettement amplifié par la pos- sibilité d’écouter l’émission sur Internet. “Le taux d’écoute sur Inter- net est en augmentation constante. Le fait de pouvoir choisir le moment où l’on veut écouter permet la concentration nécessaire pour apprécier le théâtre radiophonique à sa juste valeur”, affirme Jasenko Selimovic. Sofia Curman * Né à Sarajevo en 1968, for mé à l’académie de théâtre de la ville et à l’Institut d’art dramatique de Stockholm, Jasenko Selimovic a été directeur artistique du théâtre de Göteborg. I l est aussi chroniqueur régulier de l’hebdomadaire Fokus. COURRIER INTERNATIONAL N° 963 21 DU 16 AU 22 AVRIL 2009 europe ▶ Dessin de Leonard Beard paru dans El Periodicó de Catalunya, Barcelone. 963 p21:Mise en page 1 14/04/09 15:30 Page 21

×