SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  15
Télécharger pour lire hors ligne
Dans le cadre du G9+, le Club ESSEC Business & Technologie et les Groupes professionnels
Informatique et Télécom de Reims management school, Supélec Informatique et Télécoms, Ponts
Telecom Informatique ont organisé une conférence-débat le lundi 22 Novembre 2010 à la Maison des
ESSEC, 70 rue Cortambert à Paris sur la thématique :




                Compte-rendu de la conférence du 22 Novembre 2010 :

  « SEPA : La (R)évolution de l’industrie des paiements. Opportunité ou coûts ?



Les débats ont été animés par Jean-Michel Huet (Club e-business de Reims Management School) et par
Guy de Swiniarski (Responsable du Club ESSEC Business & Technologie).




Les intervenants




               Damien Guermonprez (M89), Président de Lemon Way, CEO de BNP Paribas Personal
Finance Belgium, Membre du Conseil de Surveillance de BUT, ancien membre du Comité National SEPA
en France et ancien Président du Comité Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxel




              Alexandre Hoffmann, Directeur Général France de Paypal




              Christian Lecoq, Directeur Finance et plan d’affaires, Bouygues Telecom




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                        1
Frédéric Maserati (B06), Responsable banque au quotidien, directeur marketing, BRED
Banque Populaire




              Régis Massicard (E94), Responsable de la stratégie et du Marketing sur les moyens de
paiements, Atos Worldline




              Christian Moulet (G94), Directeur associé ADN’Co




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                             2
Qu’est-ce que le projet SEPA ? Le SEPA veut permettre à chaque européen d’utiliser les même moyens
de paiement partout en Europe, et ce sans problème de frontières.

Cette conférence G9+ du 22 Novembre 2010 à la maison des ESSEC s’intitule SEPA : La Révolution de
l’industrie des paiments, opportunité ou coûts ? A cette occasion plusieurs intervenants sont présents,
tous issus de secteurs professionnels différents : banque, finance, télécoms… Ils se réunissent
aujourd’hui afin de dresser un bilan de leur expérience SEPA et de discuter des avantages et
inconvénients qu’ils ont rencontrés jusqu’ici, depuis l’intégration de ce projet dans leur activité
professionnelle. Le débat se fera en deux parties: les prélèvements puis la carte.

C’est tout d’abord Frédéric Maserati qui entame le débat. Il est responsable banque et directeur
marketing BRED et Banque Populaire. Pour commencer, il évoque un inconvénient au niveau des
prélèvements. Le souci selon lui, se trouve au niveau de la gestion des mandats, car celle-ci est devenue
bien plus complexe. Il parle ensuite d’un certain nombre de transferts du au projet SEPA. De plus, toute la
communication bancaire a du être modifiée pour faire part aux clients des différents changements. Enfin
au niveau de la rentabilité, ce projet reste selon lui assez lourd.
Le responsable banque entame ensuite la question de la politique commerciale consécutive à SEPA.
Qu’elle est donc cette politique? Pour lui, c’est un impact de PNB, avec entre autre une obligation de
gratuité sur certains produits et services, puis une obligation d’informer le client. Également un impact
juridique à court terme, et des impacts règlementaires qui viennent en plus se rajouter. « On a passé
l’année 2010 à déliter des conventions ». Il faut également former et informer les réseaux dans le cadre
de l’adaptation du système d’information, ce qui représente des coûts informatiques. "N'oublions pas les
gros commerçants, ce sera un gros chantier de tous les migrer!", en prenant l'exemple du commerce de
proximité. Selon le responsable banque, cela entrainera aussi un impact en termes de ressource.
Egalement plus d'efforts en matière d'offre. "De plus, on est impacté et attaqué de toute part, et on est
pas dans une position dominante". Enfin, il faut réfléchir à de nouveaux services et de nouvelles offres.

Pour Christian Lecoq, qui est directeur finance et plan d’affaires chez Bouygues Telecom, l’intervenant
aborde le fait qu’au niveau des grandes entreprises, les banques ne sont pas prêtes. Le projet SEPA
dispose quand même de quelques avantages, dont un aiguillage du flux et une augmentation de la
sécurité informatique. Pas de problèmes non plus quant au virement européen. Par contre, les mandats
pour les prélèvements européens entrainent deux inconvénients, qui sont leur gestion, le maintien du
cycle de vie ainsi que le risque de fraude pour les banques. « Mais il va bien falloir que quelqu'un paye le
coût du projet. »

Quant à Christian Moulet, directeur associé ADN'co, il pense que les entreprises ne sont pas prêtes à ce
projet. Les entreprises s’interrogent s’il faut mener 1 ou 3 projets de migration :

    •   Migration X25 ETEBAC obligatoire pour fin septembre 2011

    •   Migration pour le virement SCT

    •   Migration pour le prélèvement SDD.

Tant que les dates butoirs de fin de migration ne sont pas fixées par la Commission, les entreprises
auront tendance à repousser les investissements nécessaires à ces migrations. En août 2010, seulement
9,3% des virements traités dans la zone euro étaient des virements SEPA. Depuis son lancement en
novembre 2009, le prélèvement SEPA continue de représenter nettement moins de 1% de l’ensemble des
prélèvements traités dans la zone euro.

L’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics émettent annuellement plus de 270


CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                                  3
millions de virement et les organismes de sécurité sociale plus de 600 millions. Quant aux prélèvements
des administrations, ils s’élèvent à environ 300 millions par an.

La sphère publique a fait un effort important de migration sur les virements SCT :

    •   Plus de 7 millions de SCT ont été émis au 30 juin (paye des fonctionnaires de l’Etat)

    •   À la fin 2010, 80% des virements de l’Etat seront effectués au format SEPA avec le basculement
        des pensions de l’Etat et des salaires des collectivités territoriales et des hôpitaux publics.

    •   Fin 2011, l’ensemble de la sphère publique aura migré.

Pour le prélèvement SDD, la sphère publique ne se prononce pas sur son plan de migration.

Damien Guermonprez , président de Lemon Way et CEO de BNP Paribas Personal Finance Belgium,
veut quant à lui défendre les créateurs d’entreprise. «C'est difficile d’entreprendre dans les Services
Financiers, un secteur qui réclame par nature beaucoup de capital mais le SEPA apporte des
opportunités qu’il faut saisir ». De son point de vue, le projet SEPA va créer énormément de valeur
ajouté.

Pour l’intervenant Alexandre Hoffman, « Ce qui me frappe c'est qu'on est dans un contexte régulatoire. »
Ce qui le « chagrine », c'est que le projet SEPA s'est, au fil des ans, embourbé dans une réalité qui créer
beaucoup de coûts, au niveau des banques et des entreprises. Et il ajoute que l’on parle très peu des
progrès pour les consommateurs.

Une question est ensuite abordée, portant sur les risques d’envoi de fonds en Europe. Et, quel est
le contrat sur les mandats?

C’est Régis Massicard, responsable stratégie et marketing à Atos Worldline, qui prend la parole. Pour les
mandats, aucuns contrats. Quant aux risques, ce sont surtout des risques de fraude de masse et bien sur
un risque d'image. Pour la carte c'est différent, nous dit-il, « On a trouvé des contraintes pour ça. »

Et concernant la carte…

Nouveaux modèles économique Quels sont les acteurs nouveaux qui arrivent? Quels sont les coûts pour
ces acteurs pour entrer dans ce nouveau business?

Pour le passionné de l’émission Damien Guermonprez, les « business models » BtoB permettent aux
startups de démarrer plus facilement. Il explique que l’idéal ensuite est de transformer les modèles BtoB
en BtoC en association avec des prescripteurs, soit de grandes banques, soit des commerçants.
Pour ce qui est de l’évolution de la carte, notamment de sa migration vers le téléphone, il est optimiste. «
On se balade tous avec nos téléphone portables, mais pas avec toutes nos cartes de fidélité, et
moi je vous les propose dans vos téléphones. » Selon lui, le porteur de carte choisit d’abord la carte de
paiement qui lui rapporte le plus, et la plus généreuse pour le client c’est celle qui coûte le plus cher à
celui qui l’accepte, c'est-à-dire le commerçant. « Carrefour, But... sont ceux qui peuvent offrir d’une
part de nouveaux usages et d’autre part de la générosité en contrepartie de la fidélité. Ce sont
eux qui ont une capacité énorme de recrutement de clients grâce aux opportunités offertes par
le SEPA». Il ajoute qu’aujourd'hui, c'est plus en Afrique et en Asie que les gens paient avec leur téléphone
mais cela arrivera tôt ou tard chez nous.

Selon Régis Massicard, les endroits où on trouve de l'innovation sont les cartes et le transfert de fond.

Puis Frédéric Maserati prend le point de vue de la banque. Selon lui, il ne faut pas voir l'émission comme
un marché monotype. « La réalité est bien plus compliquée ». Depuis quelques années, on voit des


CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                                    4
projets pilotes. Il y a toujours une réalité qui nous rattrape, la lente migration française. Enfin l'autre
difficulté, c'est que ces technologies coûtent cher. « On va être obligé de les faire payer au porteur et aux
commerçants, à peu prés 15 euros de plus, et ça ne sert pas à grand-chose ». Pour le responsable
banque, ce ne sera pas aussi simple que ça. Il y aura plus d'opérateurs, plus de concurrence, mais en
tout cas ce ne sera pas un marché monotype.

Pour Christian Lecoq, faire du paiement ou de la banque, c'est un métier. « Je ne crois pas que nous,
opérateurs télécom, ayons les compétences pour ça ni même l'envie ».

Enfin le point de vue d’Alexandre Hoffman, c’est que l’on a réellement une émergence nouvelle de
monétarisation. Ce qu’il se demande néanmoins: y a t-il de la place pour d'autres pour jouer là dedans? Et
comment assurer les paiements sur les réseaux sociaux? «Si on regarde les nouveaux modes de
paiement, ça bouge et ça bouge beaucoup! ». L’intervenant soulève d’autres questions: ferons nous donc
des achats physique ou électronique? Comment le paiement va t-il s'organiser? Qui seront les acteurs?
La réponse selon lui est qu’il faudra trouver la valeur ajouté pour le marchant mais aussi pour le
consommateur. « Car on ne peut pas juste dire "c'est mieux". Quant à nous, nous pensons que ça va être
un domaine passionnant d'innovation! »



Questions finales de la salle



En 2010, quelle sera l'innovation chez SEPA ? Faites nous rêver!

Frédéric Maserati : « Il n'y aura pas qu'un modèle de paiement mais plusieurs. (Clef USB en porte clef
etc...). On basculera d'un modèle à un autre assez facilement. »

Alexandre Hoffman « Je suis d’accord avec la multiplicité des modèles. Pensons qu'il y aura plusieurs
marques de portefeuille. »

Christian Lecoq « Je pourrais envoyer de l'argent à mes enfants pour qu'ils aillent acheter du pain en
sortant de l'école! »



La SEPA peut-il être facteur de consommation ou de croissance? Pourrait-il remplacer le chèque?

Christian Lecoq « 1% de nos paiements sont en chèque. On aura du mal à aller en dessous de ce 1%.
Mais j'ai l'impression que la fraude des paiements électronique est beaucoup plus forte que pour les
paiements en espèce? »

Frédéric Maserati « La monnaie n'est pas prête de disparaitre, ça progresse même! On continue à
installer beaucoup de distributeurs automatiques! Rien que sur les champs, cela représente 80 000 euros
en deux jours »

Régis Massicard « Avec la crise beaucoup de gens préfèrent utiliser l'espèce. Par exemple, ils établissent
un budget pour semaine. Et on n’est pas prêt d'en voir la fin! »



Après la conférence, intervenants et invités se rencontrent autour d’un délicieux buffet, et échangent leurs


CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                                   5
opinions et impressions autour de ce fameux projet SEPA.

Notes prises en séance par Jessica Gomez ESJ2 Paris




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                   6
Les photos de la conférence




Sur la photo de Gauche à droite :

Guy de Swiniarski (Responsable du club ESSEC business et technologies) ; Damien Guermonprez (M89,
Président de Lemon Way, CEO de BNP Paribas Personal Finance Belgium, Membre du Conseil de
Surveillance de BUT, ancien membre du Comité National SEPA en France et ancien Président du Comité
Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxel) ; Alexandre Hoffmann (Directeur Général France de
Paypal) ; Christian Lecoq (Directeur Finance et plan d’affaires, Bouygues Telecom) ; Frédéric Maserati
(B06, Responsable banque au quotidien, directeur marketing, BRED Banque Populaire)




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                             7
Jean-Michel Huet (Responsable du club E-business Reims Management School) ; Damien Guermonprez
(M89, Président de Lemon Way, CEO de BNP Paribas Personal Finance Belgium, Membre du Conseil de
Surveillance de BUT, ancien membre du Comité National SEPA en France et ancien Président du Comité
Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxelles) ; Alexandre Hoffmann (Directeur Général France
de Paypal) ; Christian Lecoq (Directeur Finance et plan d’affaires, Bouygues Telecom) ; Frédéric Maserati
(B06, Responsable banque au quotidien, directeur marketing, BRED Banque Populaire) ; Régis Massicard
(E94, Responsable de la stratégie et du Marketing sur les moyens de paiements, Atos Worldline) ;
Christian Moulet (G94, Directeur associé ADN’Co)




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                               8
Mini bibliographie des intervenants




Damien GUERMONPREZ

Monsieur Damien Guermonprez est titulaire d’un MBA Harvard, d’un Mastère Techniques Financières
ESSEC (89) et d’un DESS Finance et Fiscalité Internationales.

En 1989, il intègre la Direction Financière de Renault Crédit International (RCI) en tant que Responsable
Banques et Filiales. En 1995, il prend la direction des Services Financiers Europe de Case Corp. et crée
Case Credit Europe, qu’il dirige jusqu’en 1999. Il rejoint ensuite le Groupe Auchan pour diriger la Division
Bancaire, Banque Accord. Il ouvrira dix nouveaux pays en neuf ans.

De 2005 à 2007, il est Président du Comité Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxelles. Il a par
ailleurs représenté le Commerce au sein du comité national SEPA en France.

Après un bref passage dans le courtage d’assurance en tant que PDG d’AON France, il est revenu dans
l’univers du paiement et du crédit en tant que :

    -   Président de Lemon Way, une start-up spécialisée dans le Paiement Mobile
    -   Membre du Conseil de Surveillance de BUT en charge de superviser la filiale bancaire Fidem
    -   CEO de Buy Way Personal Finance, l’ex filiale belge de BNP Paribas Personal Finance rachetée
        en octobre par la fonds Apax Partners et l’équipe dirigeante.




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                                 9
Alexandre Hoffmann

Monsieur Hoffmann est titulaire d’un diplôme d’ingénieur électricien de l’Université de Louvain (Belgique)
et d’un MBA de la Stanford Graduate School of Business (Californie).

Consultant au cabinet McKinsey & Company, où il a conseillé pendant plus de 10 ans des acteurs du
paiement, sociétés technologiques et opérateurs de télécommunications en Europe, aux Etats-Unis et au
Moyen-Orient.

Alexandre Hoffmann a rejoint PayPal en 2007. Il était précédemment basé au Luxembourg, en charge de
la stratégie et du développement des affaires de PayPal au niveau européen, menant le lancement de
l’activité de produits financiers (cartes de crédit, cartes prépayées) au Royaume-Uni, Allemagne, France,
Italie et Espagne. Il est Directeur Général de PayPal France depuis avril 2010.




Christian Lecoq

Monsieur Christian Lecoq est diplômé Supelec 90 et titulaire d’un MBA HEC 93.
Entré en 1993 dans le Groupe Bouygues principalement en Finances et Stratégie.

Directeur Financier de Bouygues Telecom Caraïbe (Martinique-Guadeloupe-Guyane) de 2003 à 2006.
Directeur Stratégie du Groupe Bouygues de 2007 à 2009.
Et depuis 2009 comme Directeur Finance et Plan de Bouygues Telecom en charge de la trésorerie, du
financement, des fusions-acquisitions et développements et de la communication financière.




Frédéric MASERATI




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                                 10
Monsieur Frédéric Maserati est titulaire en 1995 d’un DESS de Marketing à l’ICN et d’un exécutive MBA a
l’ESSEC en 2006.

Chef de produit chez Sofinco en 1996, il devient responsable produit en 2000 chez Netvalor-CCF HSBC
en charge de la stratégie offres. Monsieur Maserati entre en 2001 au sein de la banque populaire comme
responsable marketing stratégie et communication. Devient responsable marketing & communication e-
business en 2004 avec la création de l’offre trust-and-pay.com et du Libre Service Bancaire.

Enfin, Monsieur Maserati est promu responsable banque au quotidien en 2005 et réalise la création de
nouvelles conventions MULTIPRO, la création de cartes prépayées comme « Bred Wizz » ou « Bred
Affinity » (OSCARD 2007 de la carte la plus innovante et première carte bancaire affinitaire à destination
des femmes). Il lance la "carte Football Banque Populaire MasterCard" et réalise la refonte de l'offre
"banque à distance" CONNEXIA de la BRED.




Régis Massicard

Monsieur Régis Massicard est diplômé de l’ESSEC en 1994.

Après 10 années de conseil en management dans le domaine bancaire et financier, consacrées
principalement aux marchés financiers et au Cash Management, Monsieur Massicard a occupé pendant 2
ans un rôle de stratégie et organisation des opérations de ventes de services chez HP France.

Il a ensuite rejoint Atos Worldline, filiale d'Atos Origin spécialisée dans la gestion de transactions
électroniques sécurisées, et leader européen dans les paiements. Il a en charge la stratégie, le
développement et le marketing des offres de paiement pour l'ensemble d'Atos Worldline en Europe.




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                                 11
CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010   12
Christian Moulet

Diplômé management générale à l’ESSEC en 1994, Monsieur Moulet est directeur associé chez ADN’CO,
cabinet spécialisé dans les moyens de paiement, la monétique et le crédit à la consommation. Il a en
charge les pôles veille et études du cabinet, notamment l’accompagnement des clients dans la prise en
compte du SEPA.




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                          13
Les organisateurs

              Isabelle Denervaud

                 Club Ponts Telecom Informatique
                 Directeur Associé BearingPoint




              Jean-Michel Huet

                 Club e-business RMS
              •   Directeur Emerging Markets
                  BearingPoint




              Michel Olive

                 Club SI & Télécoms Supelec
                 Consultant Manager & Directeur de projet




              Guy de Swiniarski

                 Club ESSEC Business & technologie

              •   Manager de transition & Directeur de
                  projet




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                     14
Présentation du G9+




Le G9+, initié en 1995, constitué en association depuis 2007, réunit en intergroupes les clubs
professionnels informatique, télécoms et multimédia, dont les membres dont issus de grands
établissements de l’enseignement supérieur.

Information et inscription sur www.G9plus.org




CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010                                                         15

Contenu connexe

Tendances

Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...
Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...
Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...
Antoine Wintrebert
 
M-payment : les critères de choix de l’opérateur financier
M-payment : les critères de choix de l’opérateur financierM-payment : les critères de choix de l’opérateur financier
M-payment : les critères de choix de l’opérateur financier
YVON MOYSAN
 
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
OmarMOUMINI
 
e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001
e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001
e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001
David Gentreau
 

Tendances (18)

Web review 14
Web review 14Web review 14
Web review 14
 
Inclusion financière : Mobile Banking
Inclusion financière : Mobile BankingInclusion financière : Mobile Banking
Inclusion financière : Mobile Banking
 
Nouvelles technologies, pratiques et usages // Quel est le prix à payer à êtr...
Nouvelles technologies, pratiques et usages // Quel est le prix à payer à êtr...Nouvelles technologies, pratiques et usages // Quel est le prix à payer à êtr...
Nouvelles technologies, pratiques et usages // Quel est le prix à payer à êtr...
 
Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...
Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...
Etude : Paiements sur mobile en France : Vision des experts, Opinion des cons...
 
M-payment : les critères de choix de l’opérateur financier
M-payment : les critères de choix de l’opérateur financierM-payment : les critères de choix de l’opérateur financier
M-payment : les critères de choix de l’opérateur financier
 
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
L'impact de la digitalisation sur les pratiques du contrôle interne dans le s...
 
Au service de quel systéme bancaire somme nous ?
Au service de quel systéme bancaire somme nous ?Au service de quel systéme bancaire somme nous ?
Au service de quel systéme bancaire somme nous ?
 
Transformation Digitale et Performances Economiques des Banques en Zone CEMAC
Transformation Digitale et Performances Economiques  des Banques en Zone CEMACTransformation Digitale et Performances Economiques  des Banques en Zone CEMAC
Transformation Digitale et Performances Economiques des Banques en Zone CEMAC
 
Banque plus juillet 09
Banque plus juillet 09Banque plus juillet 09
Banque plus juillet 09
 
Revue de presse kylia semaine 23
Revue de presse kylia   semaine 23Revue de presse kylia   semaine 23
Revue de presse kylia semaine 23
 
Communiqué de presse : FO banques et sociétés financières interpelle les auto...
Communiqué de presse : FO banques et sociétés financières interpelle les auto...Communiqué de presse : FO banques et sociétés financières interpelle les auto...
Communiqué de presse : FO banques et sociétés financières interpelle les auto...
 
Présentation SEPA DAY Canton-Consulting
Présentation SEPA DAY Canton-ConsultingPrésentation SEPA DAY Canton-Consulting
Présentation SEPA DAY Canton-Consulting
 
Revue de presse kylia semaine 4
Revue de presse kylia   semaine 4Revue de presse kylia   semaine 4
Revue de presse kylia semaine 4
 
e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001
e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001
e-Finance, Livret blanc Framfab mars 2001
 
JA2674p124
JA2674p124JA2674p124
JA2674p124
 
Ni ipo 048_s2_m
Ni ipo 048_s2_mNi ipo 048_s2_m
Ni ipo 048_s2_m
 
Le voyagistes sont épargnés par la sinistrose, mais… 
Le voyagistes sont épargnés par la sinistrose, mais… Le voyagistes sont épargnés par la sinistrose, mais… 
Le voyagistes sont épargnés par la sinistrose, mais… 
 
ICT INVESTMENT
ICT INVESTMENT ICT INVESTMENT
ICT INVESTMENT
 

En vedette (20)

Métodos para generar trafico gratuitamente
Métodos para generar trafico gratuitamenteMétodos para generar trafico gratuitamente
Métodos para generar trafico gratuitamente
 
El sistema nerviosopate 2
El sistema nerviosopate 2El sistema nerviosopate 2
El sistema nerviosopate 2
 
Guia actvidades eees_grado_mtr[11feb2011]
Guia actvidades eees_grado_mtr[11feb2011]Guia actvidades eees_grado_mtr[11feb2011]
Guia actvidades eees_grado_mtr[11feb2011]
 
Presentación1
Presentación1Presentación1
Presentación1
 
Medios de transporte
Medios de transporteMedios de transporte
Medios de transporte
 
Computacionmanguia
ComputacionmanguiaComputacionmanguia
Computacionmanguia
 
Masquetv
MasquetvMasquetv
Masquetv
 
El amor y la vida
El amor y la vidaEl amor y la vida
El amor y la vida
 
Motores de búsqueda
Motores de búsquedaMotores de búsqueda
Motores de búsqueda
 
El sistema nervioso pate 2
El sistema nervioso pate 2El sistema nervioso pate 2
El sistema nervioso pate 2
 
Informática médica
Informática médicaInformática médica
Informática médica
 
explorando herramientas
explorando herramientasexplorando herramientas
explorando herramientas
 
Propuesto por chen a mediados de los años
Propuesto por chen a mediados de los añosPropuesto por chen a mediados de los años
Propuesto por chen a mediados de los años
 
Redes sociales y herramientas web para dermatólogos
Redes sociales y herramientas web para dermatólogosRedes sociales y herramientas web para dermatólogos
Redes sociales y herramientas web para dermatólogos
 
Vivint entre illes
Vivint entre illesVivint entre illes
Vivint entre illes
 
Trabajo de sistemas... trucos de wondows
Trabajo de sistemas... trucos de wondowsTrabajo de sistemas... trucos de wondows
Trabajo de sistemas... trucos de wondows
 
Aaron
AaronAaron
Aaron
 
web
webweb
web
 
Jefe
JefeJefe
Jefe
 
Le madrid des_autriches
Le madrid des_autrichesLe madrid des_autriches
Le madrid des_autriches
 

Similaire à Cr ConféRence Sepa Du 22 11 2010

[HEC Mines Paris] -These Professionelle Mobile Money Resumé- B.KONE
[HEC Mines Paris] -These  Professionelle Mobile Money  Resumé- B.KONE[HEC Mines Paris] -These  Professionelle Mobile Money  Resumé- B.KONE
[HEC Mines Paris] -These Professionelle Mobile Money Resumé- B.KONE
Bruno KONE
 
FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...
FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...
FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...
EuraTechnologies
 
2013, une année de numérique
2013, une année de numérique2013, une année de numérique
2013, une année de numérique
Frederic Simottel
 
LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...
LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...
LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...
Inetum
 

Similaire à Cr ConféRence Sepa Du 22 11 2010 (20)

Du co-branding au Google wallet, en passant par Paypal
Du co-branding au Google wallet, en passant par PaypalDu co-branding au Google wallet, en passant par Paypal
Du co-branding au Google wallet, en passant par Paypal
 
Le e commerce reunionnais pese environ 280 millions deuros
Le e commerce reunionnais pese environ 280 millions deurosLe e commerce reunionnais pese environ 280 millions deuros
Le e commerce reunionnais pese environ 280 millions deuros
 
Innovations bancaires 2015 - Professional Handbook - Publinews - 01.01.2015
Innovations bancaires 2015 - Professional Handbook - Publinews - 01.01.2015Innovations bancaires 2015 - Professional Handbook - Publinews - 01.01.2015
Innovations bancaires 2015 - Professional Handbook - Publinews - 01.01.2015
 
LIVRE BLANC - Les nouveaux enjeux de la lutte contre la fraude / Payments & C...
LIVRE BLANC - Les nouveaux enjeux de la lutte contre la fraude / Payments & C...LIVRE BLANC - Les nouveaux enjeux de la lutte contre la fraude / Payments & C...
LIVRE BLANC - Les nouveaux enjeux de la lutte contre la fraude / Payments & C...
 
Présentation Digital GT - Consulting online payments
Présentation Digital GT - Consulting online paymentsPrésentation Digital GT - Consulting online payments
Présentation Digital GT - Consulting online payments
 
Les défis de la relation mluti canal
Les défis de la relation mluti canalLes défis de la relation mluti canal
Les défis de la relation mluti canal
 
[HEC Mines Paris] -These Professionelle Mobile Money Resumé- B.KONE
[HEC Mines Paris] -These  Professionelle Mobile Money  Resumé- B.KONE[HEC Mines Paris] -These  Professionelle Mobile Money  Resumé- B.KONE
[HEC Mines Paris] -These Professionelle Mobile Money Resumé- B.KONE
 
« Baromètre des services financiers dans la ville intelligente, réalisé par N...
« Baromètre des services financiers dans la ville intelligente, réalisé par N...« Baromètre des services financiers dans la ville intelligente, réalisé par N...
« Baromètre des services financiers dans la ville intelligente, réalisé par N...
 
Comment réussir sa migration SEPA?
Comment réussir sa migration SEPA?Comment réussir sa migration SEPA?
Comment réussir sa migration SEPA?
 
Programme Forum des télécoms et du net 2013
Programme Forum des télécoms et du net 2013Programme Forum des télécoms et du net 2013
Programme Forum des télécoms et du net 2013
 
FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...
FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...
FinTech & Marketing : Comment le secteur bancaire a t-il été contraint d'opte...
 
Le Digital et la Banque
Le Digital et la BanqueLe Digital et la Banque
Le Digital et la Banque
 
2013, une année de numérique
2013, une année de numérique2013, une année de numérique
2013, une année de numérique
 
2178 bn
2178 bn2178 bn
2178 bn
 
LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...
LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...
LIVRE BLANC : 10 conseils d’expert pour relever avec succès les défis de la c...
 
Klein blue "Fintech Horizon"
Klein blue "Fintech Horizon"Klein blue "Fintech Horizon"
Klein blue "Fintech Horizon"
 
Mise en conformité de votre Trésorerie : comment réussir votre projet ?
Mise en conformité de votre Trésorerie : comment réussir votre projet ?Mise en conformité de votre Trésorerie : comment réussir votre projet ?
Mise en conformité de votre Trésorerie : comment réussir votre projet ?
 
Panorama des moyens de paiement, prévision de 2015-2018
Panorama des moyens de paiement, prévision de 2015-2018Panorama des moyens de paiement, prévision de 2015-2018
Panorama des moyens de paiement, prévision de 2015-2018
 
Ils356
Ils356Ils356
Ils356
 
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
Newsletter 15-club-afrique-iae-paris-alumni-3
 

Cr ConféRence Sepa Du 22 11 2010

  • 1. Dans le cadre du G9+, le Club ESSEC Business & Technologie et les Groupes professionnels Informatique et Télécom de Reims management school, Supélec Informatique et Télécoms, Ponts Telecom Informatique ont organisé une conférence-débat le lundi 22 Novembre 2010 à la Maison des ESSEC, 70 rue Cortambert à Paris sur la thématique : Compte-rendu de la conférence du 22 Novembre 2010 : « SEPA : La (R)évolution de l’industrie des paiements. Opportunité ou coûts ? Les débats ont été animés par Jean-Michel Huet (Club e-business de Reims Management School) et par Guy de Swiniarski (Responsable du Club ESSEC Business & Technologie). Les intervenants Damien Guermonprez (M89), Président de Lemon Way, CEO de BNP Paribas Personal Finance Belgium, Membre du Conseil de Surveillance de BUT, ancien membre du Comité National SEPA en France et ancien Président du Comité Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxel Alexandre Hoffmann, Directeur Général France de Paypal Christian Lecoq, Directeur Finance et plan d’affaires, Bouygues Telecom CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 1
  • 2. Frédéric Maserati (B06), Responsable banque au quotidien, directeur marketing, BRED Banque Populaire Régis Massicard (E94), Responsable de la stratégie et du Marketing sur les moyens de paiements, Atos Worldline Christian Moulet (G94), Directeur associé ADN’Co CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 2
  • 3. Qu’est-ce que le projet SEPA ? Le SEPA veut permettre à chaque européen d’utiliser les même moyens de paiement partout en Europe, et ce sans problème de frontières. Cette conférence G9+ du 22 Novembre 2010 à la maison des ESSEC s’intitule SEPA : La Révolution de l’industrie des paiments, opportunité ou coûts ? A cette occasion plusieurs intervenants sont présents, tous issus de secteurs professionnels différents : banque, finance, télécoms… Ils se réunissent aujourd’hui afin de dresser un bilan de leur expérience SEPA et de discuter des avantages et inconvénients qu’ils ont rencontrés jusqu’ici, depuis l’intégration de ce projet dans leur activité professionnelle. Le débat se fera en deux parties: les prélèvements puis la carte. C’est tout d’abord Frédéric Maserati qui entame le débat. Il est responsable banque et directeur marketing BRED et Banque Populaire. Pour commencer, il évoque un inconvénient au niveau des prélèvements. Le souci selon lui, se trouve au niveau de la gestion des mandats, car celle-ci est devenue bien plus complexe. Il parle ensuite d’un certain nombre de transferts du au projet SEPA. De plus, toute la communication bancaire a du être modifiée pour faire part aux clients des différents changements. Enfin au niveau de la rentabilité, ce projet reste selon lui assez lourd. Le responsable banque entame ensuite la question de la politique commerciale consécutive à SEPA. Qu’elle est donc cette politique? Pour lui, c’est un impact de PNB, avec entre autre une obligation de gratuité sur certains produits et services, puis une obligation d’informer le client. Également un impact juridique à court terme, et des impacts règlementaires qui viennent en plus se rajouter. « On a passé l’année 2010 à déliter des conventions ». Il faut également former et informer les réseaux dans le cadre de l’adaptation du système d’information, ce qui représente des coûts informatiques. "N'oublions pas les gros commerçants, ce sera un gros chantier de tous les migrer!", en prenant l'exemple du commerce de proximité. Selon le responsable banque, cela entrainera aussi un impact en termes de ressource. Egalement plus d'efforts en matière d'offre. "De plus, on est impacté et attaqué de toute part, et on est pas dans une position dominante". Enfin, il faut réfléchir à de nouveaux services et de nouvelles offres. Pour Christian Lecoq, qui est directeur finance et plan d’affaires chez Bouygues Telecom, l’intervenant aborde le fait qu’au niveau des grandes entreprises, les banques ne sont pas prêtes. Le projet SEPA dispose quand même de quelques avantages, dont un aiguillage du flux et une augmentation de la sécurité informatique. Pas de problèmes non plus quant au virement européen. Par contre, les mandats pour les prélèvements européens entrainent deux inconvénients, qui sont leur gestion, le maintien du cycle de vie ainsi que le risque de fraude pour les banques. « Mais il va bien falloir que quelqu'un paye le coût du projet. » Quant à Christian Moulet, directeur associé ADN'co, il pense que les entreprises ne sont pas prêtes à ce projet. Les entreprises s’interrogent s’il faut mener 1 ou 3 projets de migration : • Migration X25 ETEBAC obligatoire pour fin septembre 2011 • Migration pour le virement SCT • Migration pour le prélèvement SDD. Tant que les dates butoirs de fin de migration ne sont pas fixées par la Commission, les entreprises auront tendance à repousser les investissements nécessaires à ces migrations. En août 2010, seulement 9,3% des virements traités dans la zone euro étaient des virements SEPA. Depuis son lancement en novembre 2009, le prélèvement SEPA continue de représenter nettement moins de 1% de l’ensemble des prélèvements traités dans la zone euro. L’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics émettent annuellement plus de 270 CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 3
  • 4. millions de virement et les organismes de sécurité sociale plus de 600 millions. Quant aux prélèvements des administrations, ils s’élèvent à environ 300 millions par an. La sphère publique a fait un effort important de migration sur les virements SCT : • Plus de 7 millions de SCT ont été émis au 30 juin (paye des fonctionnaires de l’Etat) • À la fin 2010, 80% des virements de l’Etat seront effectués au format SEPA avec le basculement des pensions de l’Etat et des salaires des collectivités territoriales et des hôpitaux publics. • Fin 2011, l’ensemble de la sphère publique aura migré. Pour le prélèvement SDD, la sphère publique ne se prononce pas sur son plan de migration. Damien Guermonprez , président de Lemon Way et CEO de BNP Paribas Personal Finance Belgium, veut quant à lui défendre les créateurs d’entreprise. «C'est difficile d’entreprendre dans les Services Financiers, un secteur qui réclame par nature beaucoup de capital mais le SEPA apporte des opportunités qu’il faut saisir ». De son point de vue, le projet SEPA va créer énormément de valeur ajouté. Pour l’intervenant Alexandre Hoffman, « Ce qui me frappe c'est qu'on est dans un contexte régulatoire. » Ce qui le « chagrine », c'est que le projet SEPA s'est, au fil des ans, embourbé dans une réalité qui créer beaucoup de coûts, au niveau des banques et des entreprises. Et il ajoute que l’on parle très peu des progrès pour les consommateurs. Une question est ensuite abordée, portant sur les risques d’envoi de fonds en Europe. Et, quel est le contrat sur les mandats? C’est Régis Massicard, responsable stratégie et marketing à Atos Worldline, qui prend la parole. Pour les mandats, aucuns contrats. Quant aux risques, ce sont surtout des risques de fraude de masse et bien sur un risque d'image. Pour la carte c'est différent, nous dit-il, « On a trouvé des contraintes pour ça. » Et concernant la carte… Nouveaux modèles économique Quels sont les acteurs nouveaux qui arrivent? Quels sont les coûts pour ces acteurs pour entrer dans ce nouveau business? Pour le passionné de l’émission Damien Guermonprez, les « business models » BtoB permettent aux startups de démarrer plus facilement. Il explique que l’idéal ensuite est de transformer les modèles BtoB en BtoC en association avec des prescripteurs, soit de grandes banques, soit des commerçants. Pour ce qui est de l’évolution de la carte, notamment de sa migration vers le téléphone, il est optimiste. « On se balade tous avec nos téléphone portables, mais pas avec toutes nos cartes de fidélité, et moi je vous les propose dans vos téléphones. » Selon lui, le porteur de carte choisit d’abord la carte de paiement qui lui rapporte le plus, et la plus généreuse pour le client c’est celle qui coûte le plus cher à celui qui l’accepte, c'est-à-dire le commerçant. « Carrefour, But... sont ceux qui peuvent offrir d’une part de nouveaux usages et d’autre part de la générosité en contrepartie de la fidélité. Ce sont eux qui ont une capacité énorme de recrutement de clients grâce aux opportunités offertes par le SEPA». Il ajoute qu’aujourd'hui, c'est plus en Afrique et en Asie que les gens paient avec leur téléphone mais cela arrivera tôt ou tard chez nous. Selon Régis Massicard, les endroits où on trouve de l'innovation sont les cartes et le transfert de fond. Puis Frédéric Maserati prend le point de vue de la banque. Selon lui, il ne faut pas voir l'émission comme un marché monotype. « La réalité est bien plus compliquée ». Depuis quelques années, on voit des CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 4
  • 5. projets pilotes. Il y a toujours une réalité qui nous rattrape, la lente migration française. Enfin l'autre difficulté, c'est que ces technologies coûtent cher. « On va être obligé de les faire payer au porteur et aux commerçants, à peu prés 15 euros de plus, et ça ne sert pas à grand-chose ». Pour le responsable banque, ce ne sera pas aussi simple que ça. Il y aura plus d'opérateurs, plus de concurrence, mais en tout cas ce ne sera pas un marché monotype. Pour Christian Lecoq, faire du paiement ou de la banque, c'est un métier. « Je ne crois pas que nous, opérateurs télécom, ayons les compétences pour ça ni même l'envie ». Enfin le point de vue d’Alexandre Hoffman, c’est que l’on a réellement une émergence nouvelle de monétarisation. Ce qu’il se demande néanmoins: y a t-il de la place pour d'autres pour jouer là dedans? Et comment assurer les paiements sur les réseaux sociaux? «Si on regarde les nouveaux modes de paiement, ça bouge et ça bouge beaucoup! ». L’intervenant soulève d’autres questions: ferons nous donc des achats physique ou électronique? Comment le paiement va t-il s'organiser? Qui seront les acteurs? La réponse selon lui est qu’il faudra trouver la valeur ajouté pour le marchant mais aussi pour le consommateur. « Car on ne peut pas juste dire "c'est mieux". Quant à nous, nous pensons que ça va être un domaine passionnant d'innovation! » Questions finales de la salle En 2010, quelle sera l'innovation chez SEPA ? Faites nous rêver! Frédéric Maserati : « Il n'y aura pas qu'un modèle de paiement mais plusieurs. (Clef USB en porte clef etc...). On basculera d'un modèle à un autre assez facilement. » Alexandre Hoffman « Je suis d’accord avec la multiplicité des modèles. Pensons qu'il y aura plusieurs marques de portefeuille. » Christian Lecoq « Je pourrais envoyer de l'argent à mes enfants pour qu'ils aillent acheter du pain en sortant de l'école! » La SEPA peut-il être facteur de consommation ou de croissance? Pourrait-il remplacer le chèque? Christian Lecoq « 1% de nos paiements sont en chèque. On aura du mal à aller en dessous de ce 1%. Mais j'ai l'impression que la fraude des paiements électronique est beaucoup plus forte que pour les paiements en espèce? » Frédéric Maserati « La monnaie n'est pas prête de disparaitre, ça progresse même! On continue à installer beaucoup de distributeurs automatiques! Rien que sur les champs, cela représente 80 000 euros en deux jours » Régis Massicard « Avec la crise beaucoup de gens préfèrent utiliser l'espèce. Par exemple, ils établissent un budget pour semaine. Et on n’est pas prêt d'en voir la fin! » Après la conférence, intervenants et invités se rencontrent autour d’un délicieux buffet, et échangent leurs CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 5
  • 6. opinions et impressions autour de ce fameux projet SEPA. Notes prises en séance par Jessica Gomez ESJ2 Paris CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 6
  • 7. Les photos de la conférence Sur la photo de Gauche à droite : Guy de Swiniarski (Responsable du club ESSEC business et technologies) ; Damien Guermonprez (M89, Président de Lemon Way, CEO de BNP Paribas Personal Finance Belgium, Membre du Conseil de Surveillance de BUT, ancien membre du Comité National SEPA en France et ancien Président du Comité Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxel) ; Alexandre Hoffmann (Directeur Général France de Paypal) ; Christian Lecoq (Directeur Finance et plan d’affaires, Bouygues Telecom) ; Frédéric Maserati (B06, Responsable banque au quotidien, directeur marketing, BRED Banque Populaire) CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 7
  • 8. Jean-Michel Huet (Responsable du club E-business Reims Management School) ; Damien Guermonprez (M89, Président de Lemon Way, CEO de BNP Paribas Personal Finance Belgium, Membre du Conseil de Surveillance de BUT, ancien membre du Comité National SEPA en France et ancien Président du Comité Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxelles) ; Alexandre Hoffmann (Directeur Général France de Paypal) ; Christian Lecoq (Directeur Finance et plan d’affaires, Bouygues Telecom) ; Frédéric Maserati (B06, Responsable banque au quotidien, directeur marketing, BRED Banque Populaire) ; Régis Massicard (E94, Responsable de la stratégie et du Marketing sur les moyens de paiements, Atos Worldline) ; Christian Moulet (G94, Directeur associé ADN’Co) CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 8
  • 9. Mini bibliographie des intervenants Damien GUERMONPREZ Monsieur Damien Guermonprez est titulaire d’un MBA Harvard, d’un Mastère Techniques Financières ESSEC (89) et d’un DESS Finance et Fiscalité Internationales. En 1989, il intègre la Direction Financière de Renault Crédit International (RCI) en tant que Responsable Banques et Filiales. En 1995, il prend la direction des Services Financiers Europe de Case Corp. et crée Case Credit Europe, qu’il dirige jusqu’en 1999. Il rejoint ensuite le Groupe Auchan pour diriger la Division Bancaire, Banque Accord. Il ouvrira dix nouveaux pays en neuf ans. De 2005 à 2007, il est Président du Comité Systèmes de Paiement d’EuroCommerce à Bruxelles. Il a par ailleurs représenté le Commerce au sein du comité national SEPA en France. Après un bref passage dans le courtage d’assurance en tant que PDG d’AON France, il est revenu dans l’univers du paiement et du crédit en tant que : - Président de Lemon Way, une start-up spécialisée dans le Paiement Mobile - Membre du Conseil de Surveillance de BUT en charge de superviser la filiale bancaire Fidem - CEO de Buy Way Personal Finance, l’ex filiale belge de BNP Paribas Personal Finance rachetée en octobre par la fonds Apax Partners et l’équipe dirigeante. CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 9
  • 10. Alexandre Hoffmann Monsieur Hoffmann est titulaire d’un diplôme d’ingénieur électricien de l’Université de Louvain (Belgique) et d’un MBA de la Stanford Graduate School of Business (Californie). Consultant au cabinet McKinsey & Company, où il a conseillé pendant plus de 10 ans des acteurs du paiement, sociétés technologiques et opérateurs de télécommunications en Europe, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient. Alexandre Hoffmann a rejoint PayPal en 2007. Il était précédemment basé au Luxembourg, en charge de la stratégie et du développement des affaires de PayPal au niveau européen, menant le lancement de l’activité de produits financiers (cartes de crédit, cartes prépayées) au Royaume-Uni, Allemagne, France, Italie et Espagne. Il est Directeur Général de PayPal France depuis avril 2010. Christian Lecoq Monsieur Christian Lecoq est diplômé Supelec 90 et titulaire d’un MBA HEC 93. Entré en 1993 dans le Groupe Bouygues principalement en Finances et Stratégie. Directeur Financier de Bouygues Telecom Caraïbe (Martinique-Guadeloupe-Guyane) de 2003 à 2006. Directeur Stratégie du Groupe Bouygues de 2007 à 2009. Et depuis 2009 comme Directeur Finance et Plan de Bouygues Telecom en charge de la trésorerie, du financement, des fusions-acquisitions et développements et de la communication financière. Frédéric MASERATI CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 10
  • 11. Monsieur Frédéric Maserati est titulaire en 1995 d’un DESS de Marketing à l’ICN et d’un exécutive MBA a l’ESSEC en 2006. Chef de produit chez Sofinco en 1996, il devient responsable produit en 2000 chez Netvalor-CCF HSBC en charge de la stratégie offres. Monsieur Maserati entre en 2001 au sein de la banque populaire comme responsable marketing stratégie et communication. Devient responsable marketing & communication e- business en 2004 avec la création de l’offre trust-and-pay.com et du Libre Service Bancaire. Enfin, Monsieur Maserati est promu responsable banque au quotidien en 2005 et réalise la création de nouvelles conventions MULTIPRO, la création de cartes prépayées comme « Bred Wizz » ou « Bred Affinity » (OSCARD 2007 de la carte la plus innovante et première carte bancaire affinitaire à destination des femmes). Il lance la "carte Football Banque Populaire MasterCard" et réalise la refonte de l'offre "banque à distance" CONNEXIA de la BRED. Régis Massicard Monsieur Régis Massicard est diplômé de l’ESSEC en 1994. Après 10 années de conseil en management dans le domaine bancaire et financier, consacrées principalement aux marchés financiers et au Cash Management, Monsieur Massicard a occupé pendant 2 ans un rôle de stratégie et organisation des opérations de ventes de services chez HP France. Il a ensuite rejoint Atos Worldline, filiale d'Atos Origin spécialisée dans la gestion de transactions électroniques sécurisées, et leader européen dans les paiements. Il a en charge la stratégie, le développement et le marketing des offres de paiement pour l'ensemble d'Atos Worldline en Europe. CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 11
  • 12. CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 12
  • 13. Christian Moulet Diplômé management générale à l’ESSEC en 1994, Monsieur Moulet est directeur associé chez ADN’CO, cabinet spécialisé dans les moyens de paiement, la monétique et le crédit à la consommation. Il a en charge les pôles veille et études du cabinet, notamment l’accompagnement des clients dans la prise en compte du SEPA. CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 13
  • 14. Les organisateurs Isabelle Denervaud  Club Ponts Telecom Informatique  Directeur Associé BearingPoint Jean-Michel Huet  Club e-business RMS • Directeur Emerging Markets BearingPoint Michel Olive  Club SI & Télécoms Supelec  Consultant Manager & Directeur de projet Guy de Swiniarski  Club ESSEC Business & technologie • Manager de transition & Directeur de projet CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 14
  • 15. Présentation du G9+ Le G9+, initié en 1995, constitué en association depuis 2007, réunit en intergroupes les clubs professionnels informatique, télécoms et multimédia, dont les membres dont issus de grands établissements de l’enseignement supérieur. Information et inscription sur www.G9plus.org CR conférence G9+ sur SEPA du 22-11-2010 15