Les Rencontres du numérique 
Des citoyens-capteurs 
aux médias sociaux: 
nouveaux indicateurs, 
nouvelle urbanité? 
Confér...
Des citoyens-capteurs aux médias sociaux 
Nouveaux indicateurs, nouvelle 
urbanité? 
Stéphane Roche
Médias et réseaux sociaux
mise en scène de la vie perso
Volume 
Variété 
Vélocité 
Viralité 
Liens
 Hiérarchiser les lieux 
 Présenter ses lieux préférés 
 Exposer ses opinions 
 Partager des émotions 
 Se surveiller...
 Hiérarchiser les lieux 
 Présenter ses lieux préférés 
 Exposer ses opinions 
 Partager des émotions 
 Se surveiller...
Les traces explicites
Les traces implicites
Le « Moi Quantifié » 
Source: Matthieu Noucher, 2014
Le « Moi Quantifié »
Source: MIT Senseable City Lab
Source: http://flowingdata.com
Source: http://fr.foursquare.com/infographics
Source: http://www.flickr.com/photos/twitteroffice
SOURCE : http://time.com/selfies-cities-world-rankings/ 
Source: http://time.com/selfies-cities-world-rankings/
Visualisation de données 
Croisement : dynamiques urbaines 
Source: livehoods.org
Visualisation de données 
Utilisation des bornes ZAP
Visualisation de données 
Utilisation des bornes ZAP
Ce que racontent nos 
spatialités …
Ce que racontent nos 
spatialités … 
nos histoires spatiales.
Nouveaux indicateurs 
d’urbanité 
• La hiérarchie des lieux urbains, les 
nouvelles centralités, 
• Les réseaux et leur év...
Personnalisation algorithmique 
Source: Matthieu Noucher, 2014
- réapprendre la déconnexion 
- repenser son usage de la géolocalisation 
sociale 
- poids de nos micro-décisions personne...
Stéphane Roche 
Stephane.roche@scg.ulaval.ca 
@geodoc31 
ca.linkedin.com/in/stephroche/
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Citoyens-Capteurs et médias sociaux
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Citoyens-Capteurs et médias sociaux

744 vues

Publié le

Rencontres du numérique: Stéphane Roche
Des citoyens-capteurs aux médias sociaux: nouveaux indicateurs, nouvelle urbanité?

https://www.itis.ulaval.ca/cms/lang/fr/pid/128546

Jeudi 11 septembre 2014, 19h à 20h30
à la bibliothèque Gabrielle-Roy, salle Gérard-Martin

La révolution numérique a profondément transformé notre manière d’imaginer et de construire la ville. La géolocalisation, omniprésente, ouvre de nouveaux horizons et dévoile ainsi de nouveaux indicateurs.

Des traces conscientes aux traces inconscientes laissées par les citoyens, des capteurs physiques aux médias sociaux, le professeur Stéphane Roche explorera au fil de cette conférence ces pratiques et cette « nouvelle urbanité » qui y est rattachée. L’intelligence géospatiale peut-elle rendre la ville plus intelligente?

Conférencier :
Stéphane Roche, professeur au Département des sciences géomatiques, Université Laval

À propos du conférencier…
Stéphane Roche est professeur titulaire de sciences géomatiques à l’Université Laval, où il enseigne les systèmes d’information géographique (SIG) et la cartographie. Il s’intéresse à l’exploration des relations entre les concepts de capital spatial et d’engagement des citoyens dans le contexte des villes intelligentes. Il participe actuellement à divers projets de recherche subventionnés portant sur l’analyse des relations entre l’espace et les sociétés humaines. Il coordonne actuellement, de concert avec Québec numérique et la Ville de Québec, le projet Québec 3.0.

Publié dans : Sciences
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
744
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Bonjour,

    Je remercie l’ITIS pour l’invitation et la chance de partager la tribune avec autant d’intelligence.

    Mon objectif aujourd’hui est assez simple: Vous convaincre tout d’abord que l’analyse de cette forme particulière de données de masse que certains qualifient de données géosociales nous offrent de nouvelles pistes de compréhension de nos sociétés modernes, de nouveaux indicateurs d’urbanité, de nouvelles voies de lecture des dynamiques urbaines en œuvre dans les villes contemporaines ; vous sensibiliser également aux risques de dérives associées et par conséquent à la nécessité de repenser notre rôle de citoyen numérique engagé.

    Pour commencer, je reviendrai rapidement sur trois phénomènes caractéristiques de notre société hypermoderne, cette société des réseaux, en réseau.
  • Le premier phénomène est souvent qualifié de révolution géospatiale ou encore de « global location age ».
  • le tout localisé
  • vraiment tout
  • La glocalisation

    l’élément le plus fondamental de ce phénomène est sans aucun doute cette capacité nouvelle de contextualiser en un temps et un lieux donné des idées partagées globalement, de les décliner localement. Des situations comme le printemps arabe ou encore le mouvement Occupy en sont des exemples caractéristiques.



  • Les médias et les réseaux sociaux, le web social, le web 2.0, peu importe comment on le nomme, ce renversement de dynamique et ces nouvelles formes de sociabilités numériques qui transforment assez radicalement nos manières d’être et d’agir en société constituent le second phénomène. Nul besoin d’insister sur cela si ce n’Est pour rappeler combien ce dernier est lourd de conséquence sur les modes de production, de partage des connaissances et savoirs. Milad Doueihi parle d’un nouvel humanisme numérique.
  • Même Martin voudrait passer au numérique
  • Manuel Castells répète depuis quelques années déjà que le Web 2.0 c’est l’individualisme en réseau, le culte du moi localisé, partagé, exposé…
  • Chacun y est en mesure de capter et de diffuser un fait, une opinion, une émotion, un sentiment localisée, mettant ainsi en scène son espace personnel.
  • Enfin les données, les données massives, cette abondance (ce déluge de données) auquel nous sommes confrontés. Je ne renterais pas dans le détail ou dans une tentative de définition, mais je retiens les trois éléments qui me semblent importants: le volume, la variété et la vélocité de ces données.

    Pour celles qui m’intéressent en particulier ici, les données géosociales, je rajouterais la viralité et les liens (sociaux, spatiaux…) ces liens qui donnent du sens, de la valeur ajoutée aux données. Je rappellerais juste pour illustration, en particulier pour celles et ceux qui ont raté leur cours de géographie 101, la première loi de la géographie selon Waldo Tobler, Géographe contemporain américain, : « Tout interagit avec tout, mais deux objets proches ont plus de chance de le faire que deux objets éloignés».
  • les médias et réseaux sociaux sont avec le commerce les principales sources d’alimentation
  • Alors c’est quoi ces données géosociales?
    pour faire simple lorsque la géolocalisation est utilisée pour ajouter des éléments de dynamique sociale.
    Exemple de “Foursquare” ou de “Mes Amis”.
  • on trouve même des applications pour éviter de rencontrer certaines personnes que l’on ne souhaiterait pas voir.
  • Si l’on y regarde de près quels sont aujourd’hui les usages de ces données? Nombreux, variés… je m’intéresse aujourd’hui en particulier aux traces.
  • Ces traces que l’on laisse ou ces traces dont précisément on cherche la trace…
  • Il y les traces explicites. Celles que l’on produit, que l’on diffuse explicitement et consciemment (en en mesurant plsu ou moins la portée et les impacts potentiels).

    Par exemple le type de services et applications comme la-trace.com.
  • Mais il y a aussi les traces que l’on laisse sans le savoir, sans le vouloir… dont on ignore les usages précis qui pourraient en être faits.
  • Il y a ces traces explicites particulière qui se développe au rythme de progression du phénomème du moi quantifié, un mouvement nait vers la fin des années 2000, qui regroupe les outils, les principes et les méthodes permettant à chacun de mesurer ses données personnelles, de les analyser et de les partager.
  • Les outils du moi quantifié peuvent être des applications mobiles ou des applications Web.

    Le tout permettant de “monitorer” ses pratiques, ses performances, de les analyser, les représenter et de les partager et de les comparer (souvent via les réseaux sociaux ou des réseaux spécifiques dédiés à une communauté d’intérêt formée pour l’occasion)
  • Des applications potentielles et certaines déjà en œuvre dans le domaine des Sciences citoyennes. je pense en particulier au potentiel des « mobilités actives équipées ».
  • Et il y a ce potentiel énorme et tout juste exploré de la visualisation de données. Ici où les gens courent-ils à Boston?
  • Les checkins Foursquare, Teriitutea Quesnot, l’un de mes étudiants au doctorat explore par exemple actuellement le potentiel des checkins à constituer des bases de données d’aide à la navigation marchée (mobilité urbaine)
  • Au fond ces données, certaines très personnelles, que nous produisons et que nous partageons sont des révélateurs de ce que les géographes qualifient de spatialités individuelles et collectives, c’est-à-dire l’ensemble des actions que nous engageons pour gérer nos relations aux espaces que nous pratiquons (mobilités, choix de localisation, évitement, etc.). Pour ce faire nous mobilisons un certain nombre de compétences spatiales, et de plus en plus d’outils.


  • Et ces spatialités racontent en quelque sortent nos histoires spatiales, ces histoires que nous matérialisons plus ou moins consciemment à l’aide des outils et données géosociales.

  • Et elles ne sont pas triviales ces histoires au contraire

    Car en effet, nos choix (de résidence ou de déplacements par exemple), nos pratiques de tels ou tels lieux, sont tout aussi sinon plus performatifs que les décisions de gestion ou d’aménagement. Et c’est bien pour cela que les comprendre est un enjeux d’intelligence urbaine.

    Elles sont impactantes car elles modèlent indirectement les lieux urbains et elles sont en tout état de cause utiles pour orienter et guider les choix en matière de design urbain par exemple.

    Ces données géosociales offrent par exemple la possibilité de penser/concevoir de nouveaux indicateurs pour par exemple mieux comprendre:
    La hiérarchie des lieux urbains, les nouvelles centralités,
    Les réseaux et leur évolution temporelles
    La formation des lieux (événement + localisation), leur récurrence, leur permanence, leur virtualisation…
    Les mobilités urbaines, en particulier les mobilités actives et les lieux de connexion modales,



    L’urbanité décrit les spécificités, points de vue, réactions et modes de pensée associés au fait de vivre en ville
  • Elles sont de nouvelles sources d’intelligence urbaine (comprendre, faire du lien et réagir dans un temps adéquate)
  • Mais attention… les dérives possibles existent, j’en appelle à votre vigilence.
  • effet big brother
    Noam Chomsky fameux linguiste et activiste du MIT rappelait en novembre dernier los d’une conférence intitulé “Big Data or Bad Data” que l’histoire ne nous offre aucun exemple d’une organisation, d’un pays… qui n’aurait pas tenter d’utiliser une innovation pour assoir son contrôle et son pouvoir.
  • Marché des données personnelles

  • expliquer pour les lieux aussi

    catégorisation, conformité et dérive (contrôle, auto-affectation…)

    perte de la capacité de découvrir, d’innover
  • Citoyens-Capteurs et médias sociaux

    1. 1. Les Rencontres du numérique Des citoyens-capteurs aux médias sociaux: nouveaux indicateurs, nouvelle urbanité? Conférencier : Stéphane Roche, professeur, Département des sciences géomatiques, Université Laval Informations : www.itis.ulaval.ca Twitter: @itis_ul ou #BiblioITIS
    2. 2. Des citoyens-capteurs aux médias sociaux Nouveaux indicateurs, nouvelle urbanité? Stéphane Roche
    3. 3. Médias et réseaux sociaux
    4. 4. mise en scène de la vie perso
    5. 5. Volume Variété Vélocité Viralité Liens
    6. 6.  Hiérarchiser les lieux  Présenter ses lieux préférés  Exposer ses opinions  Partager des émotions  Se surveiller, surveiller ses proches, surveiller les autres  Gérer sa famille  Laisser des traces  Retrouver les traces de ses amis  Jouer dans des espaces réels ou virtuels  Organiser spatialement son monde personnel Source: Matthieu Noucher, 2014 Quels usages ?
    7. 7.  Hiérarchiser les lieux  Présenter ses lieux préférés  Exposer ses opinions  Partager des émotions  Se surveiller, surveiller ses proches, surveiller les autres Les traces…  Gérer sa famille  Laisser des traces  Retrouver les traces de ses amis  Jouer dans des espaces réels ou virtuels  Organiser spatialement so
    8. 8. Les traces explicites
    9. 9. Les traces implicites
    10. 10. Le « Moi Quantifié » Source: Matthieu Noucher, 2014
    11. 11. Le « Moi Quantifié »
    12. 12. Source: MIT Senseable City Lab
    13. 13. Source: http://flowingdata.com
    14. 14. Source: http://fr.foursquare.com/infographics
    15. 15. Source: http://www.flickr.com/photos/twitteroffice
    16. 16. SOURCE : http://time.com/selfies-cities-world-rankings/ Source: http://time.com/selfies-cities-world-rankings/
    17. 17. Visualisation de données Croisement : dynamiques urbaines Source: livehoods.org
    18. 18. Visualisation de données Utilisation des bornes ZAP
    19. 19. Visualisation de données Utilisation des bornes ZAP
    20. 20. Ce que racontent nos spatialités …
    21. 21. Ce que racontent nos spatialités … nos histoires spatiales.
    22. 22. Nouveaux indicateurs d’urbanité • La hiérarchie des lieux urbains, les nouvelles centralités, • Les réseaux et leur évolution temporelles • La formation des lieux (événement + localisation), leur récurrence, leur permanence, leur virtualisation… • Les mobilités urbaines, en particulier les mobilités actives et les lieux de connexion modales,
    23. 23. Personnalisation algorithmique Source: Matthieu Noucher, 2014
    24. 24. - réapprendre la déconnexion - repenser son usage de la géolocalisation sociale - poids de nos micro-décisions personnelles - compétences spatiales et numériques
    25. 25. Stéphane Roche Stephane.roche@scg.ulaval.ca @geodoc31 ca.linkedin.com/in/stephroche/

    ×