SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  13
Hépatite C ….plutôt je le C ,….. mieux C !!
Hépato-stat
Étude des caractéristiques de la population
d’hépatiques traités par bithérapie au
Maroc.
Dr EL MALKI GHASSAN
Pharmacien d’officine
DU pharmaco -épidémio -économie
FMPR
VHC
L'infection par le virus de l'hépatite virale C constitue un problème majeur de santé
publique. Elle touche 170 millions de personnes à travers le monde et représente
une des causes principales de cirrhose. Dans la population marocaine, la
prévalence du VHC est de 3 % (chez d’autres source 7,7%)
Au Maroc, les rares études effectuées estiment une prévalence du VHC à 3,5% pour
toute la population, et de 5% pour la tranche d’âge entre 45 et 75 ans .Selon ces
mêmes résultats , la population hépatique au Maroc atteint 300 000 habitant ,
seulement 15 000 traités dont 45% seront rechuteurs et non répondeurs. Le
dépistage systématique des anticorps anti-VHC sur tous les dons de sang est
devenu obligatoire au Maroc à partir de 1995 (décret n° 2-9420 du 16 novembre
1995/santé publique).
Depuis, le nombre de dépistés augmente, alors que le nombre de traités avec une
réponse virologique prolongée RVP reste inconnu . Les notions de rechute, non
réponse partielle, vraie non réponse ne sont pas usuelles. Les facteurs prédictifs
de bonne réponse avant et au cours du traitement ne sont pas définis
.Déterminer les limites de rechute, non réponse partielle, vraie non réponse sont
notre objectif.
Objectifs de l’étude
Objectif principal
Etudier la population hépatique « C » traitée au Maroc à partir des
données réelles.
Objectifs secondaires
•Etablir les facteurs prédictifs de la guérison.
•Etudier les échecs de traitements liées à la maladie et à ses
complications.
•Recommandations pour le suivi d’observance thérapeutique.
Comment procéder ??
protocole
• Gastro-entérologues et internistes : CHU , CNSS ,
cabinets privés .
• Bibliographie .
Data
• Consentement des patients .
• Collecte des données socio démographiques .
• Collecte des données biologiques.
Statistiques
et
recommand
ations .
• Statistiques
• Recommandations pratiques pour le suivi
thérapeutique , conclusions .
Résultats:
143 patients inclus, 68 hommes (46,6%) , 75 femmes (53,4%) , d’âge moyen
58,9±11,55 ans.
• Génotype : Génotype 1 chez 63 patients soit 43,40%
Génotype 2 chez 59 patients soit 41,30%
Génotype 3 chez 3 patients soit 2,1%
Génotype 4 chez 1 seul patient soit 0,70%
et chez 18 patients soit 12,50% le génotype est indéfinis.
• Les rechuteurs : 42 patients soit 29,4% .
• Les patients « non-répondeurs » sont au nombre de 28 soit 19,5%.
• Les résultats montrent qu’en analyse uni variée les arrêts de traitements
sont significatifs pour une mauvaise réponse (P = 0,005 – OR=0,144
IC95% 0,038 inf- 0,555 sup)
• En analyse multi-variée, l’interruption du traitement reste toujours
significative comme facteur influant la guérison (P=0,005 OR= 12,276
IC95% 2,482 inf-60,705 sup ).
Analyse uni-variée de la réponse au traitement.
Critères P OR IC95% inf. IC95% sup
âge 0,812 0,473 0,973 1,035
Sexe 0,465 0,248 0,746 3,101
Génotypes 0,646 0,698 0,387 1,801
Interruption du
TTT
0,005 0,144 0,038 0,555
Anémie 0,361 0,650 0,258 1,640
Dermatologie 0,899 0,926 0,285 3,007
Dépression 0,740 1,194 0,418 3,144
Fatigue 0,390 0 ,590 0,177 1,965
Complications
hépatiques
0,073 0,215 0,040 1,152
Hyperthyroïdie 0,821 1,179 0,281 4,944
Tiers payant 0,403 0,703 0,307 1,608
Analyse multi-variée de la réponse au traitement.
Critères P OR IC95%inf. IC95%sup
âge 0,720 0,997 0,960 1,036
Sexe 0,173 1,873 0,741 4,733
Génotypes 0,646 0,604 0,248 1,468
Interruption du
TTT
0,005 12,276 2,482 60,705
Anémie 0,172 0,426 0,138 1,320
Dermatologie 0,597 0,556 0,130 2,381
Dépression 0,962 1,606 0,424 6,089
Fatigue 0,747 0,431 0,096 1,928
Complications
hépatiques
0,036 6,643 1,105 39,940
Hyperthyroïdie 0,924 0,854 0,170 4,287
Tiers payant 0,274 0,403 0,144 1,130
Valeur prédictive de l’obtention de bonne ou de
mauvaise réponse par génotype à la semaine 12 du
traitement.
Génotype
Absence
de réponse
à S12
Absence
de réponse
prolongée
VP de non
réponse
Réponse à
S12
Réponse
prolongée
VP de
bonne
réponse
1 16 27 59,25 % 34 43 83,01 %
2 6 18 33,33 % 19 20 63,33%
fréquences ,VP de mauvaise et bonne réponse au traitement
pour les Génotype 1 et 2
génotype 1 génotype 2
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
fréquence
VP mauvaise réponse
VP bonne réponse
non repondeur
bon répondeur
Discussions:
Les arrêts de traitement constituent un risque considérable pour la réussite de ce
dernier, ils augmentent aussi le risque de rechute lors d’une 2ème cure.
Les résultats obtenus et les résultats d’autres études effectuées au niveau national
ou plus étendu sont comparables et très proches en ce qui concerne :la
prévalence, la fréquence des génotypes, la répartition selon l’âge et le sexe, la
fréquence des rechutes, des bonnes et mauvaises réponses et les valeurs
prédictives de bonnes et mauvaise réponse pour les génotype 1 et 2 .
nous avons constaté une méconnaissance partielle de la maladie chez les patients,
d’où l’observation de:
• un nombre d’arrêts volontaires.
• non respect de la dose ou la posologie du traitement.
La Ribavirine, qui est prescrite par dose journalière, qui est distribuée sous forme de
boite d’échantillon gratuit de 168 comprimés, n’est pas toujours prise selon sa
posologie.
Le Pégasys 180 microgrammes (pég-ifn-alpha 2a) est généralement administré par le
médecin traitant lui-même chaque semaine.Les rares arrêts le concernant sont
dus aux complications, aux problèmes financiers: (Prix hospitalier : 2823,40dh/inj
)les retards des remboursements, les retards liés au accords de prise en charge de
tiers payant qui fournissent le produit (CNOPSS, OCP, FAR…).
Discussions:
Les données biologiques (PCR, NFS, ALAT, score Metavir …), ne sont pas toujours
effectuées généralement pour les mêmes raisons économiques.
Avec le manque de données pendant le traitement, il est difficile de prédire, évaluer
et appliquer les nouvelles notions de réponses virologiques citées dans la
littérature et proposées dans les nouveaux consensus thérapeutiques
internationaux. En 2002, la conférence de consensus française « Hépatite C :
diagnostic et traitement » recommandait de ne pas traiter par bithérapie pégylée
les patients de génotype 1 ayant une hépatite minime (au moins A1F1 selon la
classification METAVIR) en raison d’un rapport bénéfice/risque insuffisant dans
cette population. Les dernières recommandations de l’EASL pour la prise en
charge de l’hépatite C en 2011 proposent des indications plus larges, puisqu'elles
suggèrent d’envisager cette bithérapie chez tous les patients naïfs, quelle que soit
la sévérité de l’atteinte hépatique, avec une discussion au cas par cas pour les
patients ayant une atteinte hépatique minime. en prenant en compte les facteurs
connus de progression de la maladie hépatique (âge, sexe, syndrome
métabolique, activité nécrotico-inflammatoire notamment) ainsi que les
symptômes et la motivation du patient.
Pour les patients de génotype 2, les protocoles ne changent pas et les résultats sont
presque aléatoires. Les nouvelles recommandations préconisent de garder les
mêmes dispositions thérapeutique en vigueur pour cette population.
Recommandations :
L’amélioration des résultats des traitements pour les hépatiques dépend de :
• L’accès au traitement, sa continuité et le respect des protocoles.
• La bonne gestion des données en constituant des cellules régionales unissant les
hôpitaux d’état, les cabinets privés, les cliniques, les officines, les laboratoires
d’analyses médicales…..
• L’éducation des patients à travers les professionnels de santé, les associations, les
médias.
• La prise en charge médicamenteuse des effets indésirables, leurs déclarations au
Centre de pharmacovigilance.
• La régularisation de l’accès à la trithérapie pour les populations concernées.
• Multiplier les études épidémiologiques concernant l’hépatite C au Royaume.
• Élaborer Suivi individuel pour chaque génotype.
D’autres alternatives restent aussi pertinentes mais sans applications directes
( Vitamine D, Caféine, complexes de vitamines et produits naturels).

Contenu connexe

Tendances

Membranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLite
Membranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLiteMembranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLite
Membranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLiteKhalfaoui Mohamed Amine
 
Histoire hcv du 2016
Histoire hcv du 2016Histoire hcv du 2016
Histoire hcv du 2016odeckmyn
 
Rosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCI
Rosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCIRosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCI
Rosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCIKhalfaoui Mohamed Amine
 
Serfaty Nash
Serfaty NashSerfaty Nash
Serfaty Nashodeckmyn
 
Chimiotherapie compil pdf
Chimiotherapie  compil pdf Chimiotherapie  compil pdf
Chimiotherapie compil pdf Patou Conrath
 
Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...
Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...
Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...GdonMugisho
 
Les maladies rares à l'ENSP du Maroc
Les  maladies rares à l'ENSP du MarocLes  maladies rares à l'ENSP du Maroc
Les maladies rares à l'ENSP du MarocKhadija Moussayer
 
VHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfant
VHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfantVHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfant
VHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfantodeckmyn
 
Dysthyroidie sl 13 12 16
Dysthyroidie sl 13 12 16Dysthyroidie sl 13 12 16
Dysthyroidie sl 13 12 16raymondteyrouz
 
Prise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/Sud
Prise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/SudPrise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/Sud
Prise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/SudInstitut Pasteur de Madagascar
 
Ampleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soinsAmpleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soinsReDoc Tunisia
 
Poynard natural history hcv du 2015
Poynard natural history hcv du 2015  Poynard natural history hcv du 2015
Poynard natural history hcv du 2015 odeckmyn
 

Tendances (20)

Membranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLite
Membranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLiteMembranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLite
Membranes HCO : intérêt dans la dialyse NCM, MYRE vs EuLite
 
Histoire hcv du 2016
Histoire hcv du 2016Histoire hcv du 2016
Histoire hcv du 2016
 
Rosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCI
Rosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCIRosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCI
Rosuvastamine et prevention de la néphropathie induite par les PDCI
 
Transplantation pour cirrhose alcoolique, quelle durée d’abstinence ? - Georg...
Transplantation pour cirrhose alcoolique, quelle durée d’abstinence ? - Georg...Transplantation pour cirrhose alcoolique, quelle durée d’abstinence ? - Georg...
Transplantation pour cirrhose alcoolique, quelle durée d’abstinence ? - Georg...
 
Ttt palliatif du chc
Ttt palliatif du chcTtt palliatif du chc
Ttt palliatif du chc
 
Serfaty Nash
Serfaty NashSerfaty Nash
Serfaty Nash
 
Chimiotherapie compil pdf
Chimiotherapie  compil pdf Chimiotherapie  compil pdf
Chimiotherapie compil pdf
 
Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...
Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...
Facteurs favorisant la non observance au traitements antihypertenseurs dans l...
 
Les maladies rares à l'ENSP du Maroc
Les  maladies rares à l'ENSP du MarocLes  maladies rares à l'ENSP du Maroc
Les maladies rares à l'ENSP du Maroc
 
Hugo.Cazenave
Hugo.CazenaveHugo.Cazenave
Hugo.Cazenave
 
VHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfant
VHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfantVHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfant
VHC,VHB : femme enceinte et transmission mère-enfant
 
Dysthyroidie sl 13 12 16
Dysthyroidie sl 13 12 16Dysthyroidie sl 13 12 16
Dysthyroidie sl 13 12 16
 
Faut-il traiter tous les patients porteurs de l’antigène HBs ? - Pr Didier Sa...
Faut-il traiter tous les patients porteurs de l’antigène HBs ? - Pr Didier Sa...Faut-il traiter tous les patients porteurs de l’antigène HBs ? - Pr Didier Sa...
Faut-il traiter tous les patients porteurs de l’antigène HBs ? - Pr Didier Sa...
 
Prise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/Sud
Prise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/SudPrise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/Sud
Prise en charge du paludisme grave: Comparaison Nord/Sud
 
Chimio oc 13 06 17
Chimio oc 13 06 17Chimio oc 13 06 17
Chimio oc 13 06 17
 
Nutrition du cirrhotique : comment l’évaluer, comment l’optimiser, quel impac...
Nutrition du cirrhotique : comment l’évaluer, comment l’optimiser, quel impac...Nutrition du cirrhotique : comment l’évaluer, comment l’optimiser, quel impac...
Nutrition du cirrhotique : comment l’évaluer, comment l’optimiser, quel impac...
 
Ampleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soinsAmpleur et impact des EIG liés aux soins
Ampleur et impact des EIG liés aux soins
 
Paludisme grave chez l'enfant
Paludisme grave chez l'enfantPaludisme grave chez l'enfant
Paludisme grave chez l'enfant
 
Poynard natural history hcv du 2015
Poynard natural history hcv du 2015  Poynard natural history hcv du 2015
Poynard natural history hcv du 2015
 
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
Les maladies pédiatriques que les hépatologues doivent connaître - Emmanuel G...
 

Similaire à Hépastat : Etude des caractéristiques de la population d’hépatiques traités par bithérapie au Maroc.

Addictions Du2009
Addictions Du2009Addictions Du2009
Addictions Du2009odeckmyn
 
Moussalli du-2012-vhcud
Moussalli du-2012-vhcudMoussalli du-2012-vhcud
Moussalli du-2012-vhcudodeckmyn
 
memoire angers.ppt
memoire angers.pptmemoire angers.ppt
memoire angers.pptfawzyhamouda
 
Thrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdf
Thrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdfThrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdf
Thrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdfGuilaineMopoh2
 
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014
Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014odeckmyn
 
VHC chez les UDIV.ppt
VHC chez les UDIV.pptVHC chez les UDIV.ppt
VHC chez les UDIV.pptodeckmyn
 
Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...
Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...
Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...Ronan Le Calloch
 
Arcane dyslipidemies2020 o4191
Arcane dyslipidemies2020 o4191Arcane dyslipidemies2020 o4191
Arcane dyslipidemies2020 o4191Insign75
 
Approche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaque
Approche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaqueApproche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaque
Approche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaquePierre Troisfontaines
 
Serfati hcv obésité
Serfati   hcv obésitéSerfati   hcv obésité
Serfati hcv obésitéodeckmyn
 
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...Réseau Pro Santé
 
Poster 90 immunologie
Poster 90 immunologiePoster 90 immunologie
Poster 90 immunologieJIB Congress
 
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018Khadija Moussayer
 

Similaire à Hépastat : Etude des caractéristiques de la population d’hépatiques traités par bithérapie au Maroc. (20)

Addictions Du2009
Addictions Du2009Addictions Du2009
Addictions Du2009
 
Moussalli du-2012-vhcud
Moussalli du-2012-vhcudMoussalli du-2012-vhcud
Moussalli du-2012-vhcud
 
memoire angers.ppt
memoire angers.pptmemoire angers.ppt
memoire angers.ppt
 
Thrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdf
Thrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdfThrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdf
Thrombopenie-et-Cancer-AFSOS-02-06.pdf
 
Autoimmune hepatitis
Autoimmune hepatitisAutoimmune hepatitis
Autoimmune hepatitis
 
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014
Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014
 
Article tips nejm
Article tips nejmArticle tips nejm
Article tips nejm
 
Etude parité
Etude paritéEtude parité
Etude parité
 
VHC chez les UDIV.ppt
VHC chez les UDIV.pptVHC chez les UDIV.ppt
VHC chez les UDIV.ppt
 
Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...
Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...
Purpura thrombopénique immunologique, physiopathologie et mécanisme d'action ...
 
Arcane dyslipidemies2020 o4191
Arcane dyslipidemies2020 o4191Arcane dyslipidemies2020 o4191
Arcane dyslipidemies2020 o4191
 
Approche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaque
Approche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaqueApproche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaque
Approche pluridisciplinaire - Cliniques de l’insuffisance cardiaque
 
Iatrogènie avk
Iatrogènie avkIatrogènie avk
Iatrogènie avk
 
Serfati hcv obésité
Serfati   hcv obésitéSerfati   hcv obésité
Serfati hcv obésité
 
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...Recherche en médecine générale   surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
Recherche en médecine générale surmédicalisation, surdiagnostics, surtraite...
 
SOUTENANCE.pptx
SOUTENANCE.pptxSOUTENANCE.pptx
SOUTENANCE.pptx
 
Iatrogènie avk
Iatrogènie avkIatrogènie avk
Iatrogènie avk
 
Poster 90 immunologie
Poster 90 immunologiePoster 90 immunologie
Poster 90 immunologie
 
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
Conference de presse de l'Alliance Maladies Rares au Maroc en 2018
 
bnp tropo
bnp tropo bnp tropo
bnp tropo
 

Hépastat : Etude des caractéristiques de la population d’hépatiques traités par bithérapie au Maroc.

  • 1. Hépatite C ….plutôt je le C ,….. mieux C !!
  • 2. Hépato-stat Étude des caractéristiques de la population d’hépatiques traités par bithérapie au Maroc. Dr EL MALKI GHASSAN Pharmacien d’officine DU pharmaco -épidémio -économie FMPR
  • 3. VHC L'infection par le virus de l'hépatite virale C constitue un problème majeur de santé publique. Elle touche 170 millions de personnes à travers le monde et représente une des causes principales de cirrhose. Dans la population marocaine, la prévalence du VHC est de 3 % (chez d’autres source 7,7%) Au Maroc, les rares études effectuées estiment une prévalence du VHC à 3,5% pour toute la population, et de 5% pour la tranche d’âge entre 45 et 75 ans .Selon ces mêmes résultats , la population hépatique au Maroc atteint 300 000 habitant , seulement 15 000 traités dont 45% seront rechuteurs et non répondeurs. Le dépistage systématique des anticorps anti-VHC sur tous les dons de sang est devenu obligatoire au Maroc à partir de 1995 (décret n° 2-9420 du 16 novembre 1995/santé publique). Depuis, le nombre de dépistés augmente, alors que le nombre de traités avec une réponse virologique prolongée RVP reste inconnu . Les notions de rechute, non réponse partielle, vraie non réponse ne sont pas usuelles. Les facteurs prédictifs de bonne réponse avant et au cours du traitement ne sont pas définis .Déterminer les limites de rechute, non réponse partielle, vraie non réponse sont notre objectif.
  • 4. Objectifs de l’étude Objectif principal Etudier la population hépatique « C » traitée au Maroc à partir des données réelles. Objectifs secondaires •Etablir les facteurs prédictifs de la guérison. •Etudier les échecs de traitements liées à la maladie et à ses complications. •Recommandations pour le suivi d’observance thérapeutique.
  • 5. Comment procéder ?? protocole • Gastro-entérologues et internistes : CHU , CNSS , cabinets privés . • Bibliographie . Data • Consentement des patients . • Collecte des données socio démographiques . • Collecte des données biologiques. Statistiques et recommand ations . • Statistiques • Recommandations pratiques pour le suivi thérapeutique , conclusions .
  • 6. Résultats: 143 patients inclus, 68 hommes (46,6%) , 75 femmes (53,4%) , d’âge moyen 58,9±11,55 ans. • Génotype : Génotype 1 chez 63 patients soit 43,40% Génotype 2 chez 59 patients soit 41,30% Génotype 3 chez 3 patients soit 2,1% Génotype 4 chez 1 seul patient soit 0,70% et chez 18 patients soit 12,50% le génotype est indéfinis. • Les rechuteurs : 42 patients soit 29,4% . • Les patients « non-répondeurs » sont au nombre de 28 soit 19,5%. • Les résultats montrent qu’en analyse uni variée les arrêts de traitements sont significatifs pour une mauvaise réponse (P = 0,005 – OR=0,144 IC95% 0,038 inf- 0,555 sup) • En analyse multi-variée, l’interruption du traitement reste toujours significative comme facteur influant la guérison (P=0,005 OR= 12,276 IC95% 2,482 inf-60,705 sup ).
  • 7. Analyse uni-variée de la réponse au traitement. Critères P OR IC95% inf. IC95% sup âge 0,812 0,473 0,973 1,035 Sexe 0,465 0,248 0,746 3,101 Génotypes 0,646 0,698 0,387 1,801 Interruption du TTT 0,005 0,144 0,038 0,555 Anémie 0,361 0,650 0,258 1,640 Dermatologie 0,899 0,926 0,285 3,007 Dépression 0,740 1,194 0,418 3,144 Fatigue 0,390 0 ,590 0,177 1,965 Complications hépatiques 0,073 0,215 0,040 1,152 Hyperthyroïdie 0,821 1,179 0,281 4,944 Tiers payant 0,403 0,703 0,307 1,608
  • 8. Analyse multi-variée de la réponse au traitement. Critères P OR IC95%inf. IC95%sup âge 0,720 0,997 0,960 1,036 Sexe 0,173 1,873 0,741 4,733 Génotypes 0,646 0,604 0,248 1,468 Interruption du TTT 0,005 12,276 2,482 60,705 Anémie 0,172 0,426 0,138 1,320 Dermatologie 0,597 0,556 0,130 2,381 Dépression 0,962 1,606 0,424 6,089 Fatigue 0,747 0,431 0,096 1,928 Complications hépatiques 0,036 6,643 1,105 39,940 Hyperthyroïdie 0,924 0,854 0,170 4,287 Tiers payant 0,274 0,403 0,144 1,130
  • 9. Valeur prédictive de l’obtention de bonne ou de mauvaise réponse par génotype à la semaine 12 du traitement. Génotype Absence de réponse à S12 Absence de réponse prolongée VP de non réponse Réponse à S12 Réponse prolongée VP de bonne réponse 1 16 27 59,25 % 34 43 83,01 % 2 6 18 33,33 % 19 20 63,33%
  • 10. fréquences ,VP de mauvaise et bonne réponse au traitement pour les Génotype 1 et 2 génotype 1 génotype 2 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 fréquence VP mauvaise réponse VP bonne réponse non repondeur bon répondeur
  • 11. Discussions: Les arrêts de traitement constituent un risque considérable pour la réussite de ce dernier, ils augmentent aussi le risque de rechute lors d’une 2ème cure. Les résultats obtenus et les résultats d’autres études effectuées au niveau national ou plus étendu sont comparables et très proches en ce qui concerne :la prévalence, la fréquence des génotypes, la répartition selon l’âge et le sexe, la fréquence des rechutes, des bonnes et mauvaises réponses et les valeurs prédictives de bonnes et mauvaise réponse pour les génotype 1 et 2 . nous avons constaté une méconnaissance partielle de la maladie chez les patients, d’où l’observation de: • un nombre d’arrêts volontaires. • non respect de la dose ou la posologie du traitement. La Ribavirine, qui est prescrite par dose journalière, qui est distribuée sous forme de boite d’échantillon gratuit de 168 comprimés, n’est pas toujours prise selon sa posologie. Le Pégasys 180 microgrammes (pég-ifn-alpha 2a) est généralement administré par le médecin traitant lui-même chaque semaine.Les rares arrêts le concernant sont dus aux complications, aux problèmes financiers: (Prix hospitalier : 2823,40dh/inj )les retards des remboursements, les retards liés au accords de prise en charge de tiers payant qui fournissent le produit (CNOPSS, OCP, FAR…).
  • 12. Discussions: Les données biologiques (PCR, NFS, ALAT, score Metavir …), ne sont pas toujours effectuées généralement pour les mêmes raisons économiques. Avec le manque de données pendant le traitement, il est difficile de prédire, évaluer et appliquer les nouvelles notions de réponses virologiques citées dans la littérature et proposées dans les nouveaux consensus thérapeutiques internationaux. En 2002, la conférence de consensus française « Hépatite C : diagnostic et traitement » recommandait de ne pas traiter par bithérapie pégylée les patients de génotype 1 ayant une hépatite minime (au moins A1F1 selon la classification METAVIR) en raison d’un rapport bénéfice/risque insuffisant dans cette population. Les dernières recommandations de l’EASL pour la prise en charge de l’hépatite C en 2011 proposent des indications plus larges, puisqu'elles suggèrent d’envisager cette bithérapie chez tous les patients naïfs, quelle que soit la sévérité de l’atteinte hépatique, avec une discussion au cas par cas pour les patients ayant une atteinte hépatique minime. en prenant en compte les facteurs connus de progression de la maladie hépatique (âge, sexe, syndrome métabolique, activité nécrotico-inflammatoire notamment) ainsi que les symptômes et la motivation du patient. Pour les patients de génotype 2, les protocoles ne changent pas et les résultats sont presque aléatoires. Les nouvelles recommandations préconisent de garder les mêmes dispositions thérapeutique en vigueur pour cette population.
  • 13. Recommandations : L’amélioration des résultats des traitements pour les hépatiques dépend de : • L’accès au traitement, sa continuité et le respect des protocoles. • La bonne gestion des données en constituant des cellules régionales unissant les hôpitaux d’état, les cabinets privés, les cliniques, les officines, les laboratoires d’analyses médicales….. • L’éducation des patients à travers les professionnels de santé, les associations, les médias. • La prise en charge médicamenteuse des effets indésirables, leurs déclarations au Centre de pharmacovigilance. • La régularisation de l’accès à la trithérapie pour les populations concernées. • Multiplier les études épidémiologiques concernant l’hépatite C au Royaume. • Élaborer Suivi individuel pour chaque génotype. D’autres alternatives restent aussi pertinentes mais sans applications directes ( Vitamine D, Caféine, complexes de vitamines et produits naturels).