 ACTE I – LA PUBLICATION En avril 1996, le physicien new yorkais
envoie un texte dans la revue Social Text qui le publie....
 Avec la « machine citationnelle » ― adepte des notes
de bas de page ― Sokal a parodié le discours
postmoderne, par des a...
 Ce qu’a réellement fait Sokal ?
 Attaqué l’ordre matériel et symbolique du document
 Traqué l’instance éditoriale univ...
Surtout le canular a montré :
›La créativité des moyens de
dire le monde et ce,
›Par une technologie de l’écrit
 En ses propres termes, il s’agit d’une
« expérimentation »
 L’affaire Sokal a provoqué la communication sociale
ayant c...
 Son expérimentation a soulevé des questions éthiques.
› Il se justifie par des raisons politiques.
 Les Français visés ...
 Il dénonce la migration anarchique des concepts des sciences
exactes vers les sciences humaines qui ne peut mener qu'à u...
 La manœuvre a réaffirmé l’opposition entre le
positivisme rigide et le relativisme naïf où la
notion même de science est...
Si la mystification d’A. Sokal a pu faire craindre le retour
d’un certain « terrorisme » scientiste (où la science, seule
...
La créativité de sokal : le véritable justicier réaliste
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La créativité de sokal : le véritable justicier réaliste

414 vues

Publié le

Comme un polar

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
414
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La créativité de sokal : le véritable justicier réaliste

  1. 1.  ACTE I – LA PUBLICATION En avril 1996, le physicien new yorkais envoie un texte dans la revue Social Text qui le publie.  (-Le faux article-)  ACTE II – LA PARODIE Quelques mois plus tard, il fait paraître dans une autre revue, Lingua Franca, un article-commentaire sur son premier texte qu’il présente comme parodique.  (-Sa dénonciation-)  ACTE III – LA MÉDIATION PUBLIQUE DE L’INVECTIVE ET LE SCANDALE Il y a une réelle orchestration intermédiatique et une internationalisation de l’affaire qui devient vite transatlantique  (-Sa diffusion-)  ACTE IV - Il écrit, en 1997, en collaboration avec Jean Bricmont, un livre qui dénonce les abus de terminologie scientifique chez certains intellectuels français, dont le relativisme..  (-Le fondement -)
  2. 2.  Avec la « machine citationnelle » ― adepte des notes de bas de page ― Sokal a parodié le discours postmoderne, par des accumulations de citations de physiciens, de théoriciens contemporains.  Les « imposteurs » visés sont notamment Jacques Lacan, Julia Kristeva, Luce Irigaray, Bruno Latour, Jean Baudrillard, Gilles Deleuze, Félix Guattari et Paul Virilio, tous Français et quelques Américains, également.
  3. 3.  Ce qu’a réellement fait Sokal ?  Attaqué l’ordre matériel et symbolique du document  Traqué l’instance éditoriale universitaire (celle qui a publié Barthes et Lacan il y a 30 ans en France)  Piégé le filtre de légitimation et la propagation des idées
  4. 4. Surtout le canular a montré : ›La créativité des moyens de dire le monde et ce, ›Par une technologie de l’écrit
  5. 5.  En ses propres termes, il s’agit d’une « expérimentation »  L’affaire Sokal a provoqué la communication sociale ayant comme résultat que la science s’est exposée à être interrogée sur sa propre communication
  6. 6.  Son expérimentation a soulevé des questions éthiques. › Il se justifie par des raisons politiques.  Les Français visés ont exercé une grande influence sur la « nouvelle gauche » américaine (incarnée par les cultural studies).  Il affirme qu’il appartient lui-même à « la gauche », il regrette qu’une certaine gauche américaine trahisse les idéaux progressistes en se ralliant à ce qu’il nomme « le relativisme épistémique »  La vraie cible est constituée par le postmodernisme, c’est-à- dire par un courant de pensée qui, selon A. Sokal, manque totalement de rigueur intellectuelle.
  7. 7.  Il dénonce la migration anarchique des concepts des sciences exactes vers les sciences humaines qui ne peut mener qu'à un faux-semblant de rigueur et de validité. Comment croire, en effet, que les derniers développements de la mécanique quantique avaient confirmé les spéculations psychanalytiques de Jacques Lacan…
  8. 8.  La manœuvre a réaffirmé l’opposition entre le positivisme rigide et le relativisme naïf où la notion même de science est pratiquement vidée de son contenu.  Ce qu’il récuse, c’est le relativisme radical.  A la fois peu rigoureux et hypercritiques, les tenants de cette doctrine finissent par dévaluer non seulement les sciences, mais les normes élémentaires du travail intellectuel (rigueur, cohérence, vérification des informations, etc.).
  9. 9. Si la mystification d’A. Sokal a pu faire craindre le retour d’un certain « terrorisme » scientiste (où la science, seule détentrice de la vérité, devrait être considérée par tous et en tous les domaines comme l’autorité suprême) c’est pas toutefois l’intention de son projet. Il ne demande pas que la science soit idolâtrée ; il souhaite seulement que les postmodernes renoncent à leur laxisme intellectuel.

×