LE MARCHE DU TRAVAIL DANS  L’ ANALYSE KEYNESIENNE
<ul><li>Rappel : dans la conception néo-classique :   </li></ul><ul><li>L’offre de travail est une fonction croissante du ...
wr Y Z Z ZO ZD Wr* Z* Z* Y* Équilibre de plein-emploi ZO=ZD=Z* pour un taux de salaire réel d’équilibre w* Production de p...
Selon Keynes la situation décrite par les économistes néo-classiques n’est pas réaliste comme l’a démontré la situation de...
<ul><li>Une nouvelle analyse des déterminants de l’offre de travail des ménages :   </li></ul><ul><li>L’offre de travail e...
<ul><li>Une nouvelle analyse des déterminants de la </li></ul><ul><li>Demande de travail :   </li></ul><ul><li>La demande ...
wr Y Z Z ZO ZD Yd=Yo ZDd Chômage( ZDd<ZO) ZO ZD Keynes refusant la loi de Say : la demande effective (Yd) détermine la pro...
<ul><li>Les effets pervers générées par l’application des politiques néo-classiques </li></ul><ul><li>Les néo-classiques p...
wr Y Z Z ZO ZD Yd=yo ZDd Chômage de départ (ZO-ZDd) ZO ZDd wr’ Y’d=Y’o Z’Dd Hausse du chômage (ZO-Z’Dd) Suite à la baisse ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L E M A R C H E D U T R A V A I L D A N S L A C O N C E P T I O N K E Y N E S I E N N E

2 801 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 801
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 291
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L E M A R C H E D U T R A V A I L D A N S L A C O N C E P T I O N K E Y N E S I E N N E

  1. 1. LE MARCHE DU TRAVAIL DANS L’ ANALYSE KEYNESIENNE
  2. 2. <ul><li>Rappel : dans la conception néo-classique : </li></ul><ul><li>L’offre de travail est une fonction croissante du taux de salaire réel : </li></ul><ul><li>l’augmentation du taux de salaire compensant la désutilité marginale croissante </li></ul><ul><li>du travail </li></ul><ul><li>2. La demande de travail des entreprises est une fonction décroissante du taux </li></ul><ul><li>de salaire réel : la baisse du taux de salaire réel compensant la chute de la </li></ul><ul><li>Productivité marginale du travail (loi des rendements décroissants) </li></ul><ul><li>3. Dans le long terme la situation normale du marché du travail est donc un </li></ul><ul><li>équilibre de Plein-emploi </li></ul><ul><li>4. Les situations de déséquilibre trouvant leurs origines dans des </li></ul><ul><li>déterminants exogènes (interventions de l’Etat, pression des syndicats, etc.) sont </li></ul><ul><li>ponctuelles, le retour à l’équilibre est assuré par la flexibilité du taux de salaire </li></ul><ul><li>réel : le marché du travail s’autorégule.L’intervention de l’Etat (le SMIC) est inutile et dangereuse (source de rigidités) </li></ul>
  3. 3. wr Y Z Z ZO ZD Wr* Z* Z* Y* Équilibre de plein-emploi ZO=ZD=Z* pour un taux de salaire réel d’équilibre w* Production de plein emploi des capacités de production rentables (Y*)
  4. 4. Selon Keynes la situation décrite par les économistes néo-classiques n’est pas réaliste comme l’a démontré la situation de sous-emploi durable des années 30 (cercle vicieux dépressionniste cumulatif) : aux Etats-Unis en 1933 un quart de la population active est au chômage, en Allemagne un tiers. Les capacités d’autorégulation du marché ont donc été, selon Keynes, largement surestimées par les auteurs néo-classiques. Keynes préconise donc d’adopter une nouvelle démarche : ne pas décrire l’économie telle que l’on voudrait qu’elle soit (démarche normative prônée par les partisans du modèle de CPP), mais telle qu’elle est , afin de proposer des solutions aux difficultés auxquelles elle est confrontée.
  5. 5. <ul><li>Une nouvelle analyse des déterminants de l’offre de travail des ménages : </li></ul><ul><li>L’offre de travail est indépendante du taux de salaire réel car : </li></ul><ul><ul><ul><li>Les ménages soumis à l’incertitude ne peuvent anticiper l’évolution des salaires réels </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>l’effet substitution et l’effet revenu ( équation de Slutsky) se compensent </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Les ménages ne peuvent décider individuellement de la durée du travail ( elle est fixée par la loi : ex 35 heures en France) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>L’offre de travail dépend de variables socio-économiques qui n’évoluent que dans le long terme (activité féminine, immigration, etc.) </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Dés lors à court terme l’offre de travail est constante (droite parallèle à l’axe des ordonnées) </li></ul></ul></ul>
  6. 6. <ul><li>Une nouvelle analyse des déterminants de la </li></ul><ul><li>Demande de travail : </li></ul><ul><li>La demande de travail des entreprises dépend de deux variables : </li></ul><ul><ul><ul><li>Les entreprises n’embauchent que si cela est rentable pour elles : il faut donc que les taux de salaire réels soient inférieurs ou égaux à la productivité marginale du travail </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Mais cette variable qui est la seule prise en compte par les néo-classiques (en raison de la loi des débouchés de JB Say) doit être complétée selon Keynes par la prise en compte d’une seconde variable : le niveau de la demande effective c’est-à-dire de a demande solvable anticipé&e par les entreprises (fonction de la propension à consommer et du niveau d’investissement ) </li></ul></ul></ul><ul><li>Dés lors selon Keynes il est possible que l’on se situe au Plein emploi des facteurs de production; mais ce n’est qu’un cas envisageable parmi d’autres . Malheureusement il est plus probable que l’économie connaisse une situation de sous emploi. </li></ul>
  7. 7. wr Y Z Z ZO ZD Yd=Yo ZDd Chômage( ZDd<ZO) ZO ZD Keynes refusant la loi de Say : la demande effective (Yd) détermine la production(Yo) dés lors qu’elle est rentable, c’est-à-dire que le taux de salaire réel est inférieure à la productivité marginale du travail (ici inférieur à wr) : la production réalisée est donc inférieure à la production de plein emploi L’offre de travail est constante à court terme indépendante du taux de salaire réel
  8. 8. <ul><li>Les effets pervers générées par l’application des politiques néo-classiques </li></ul><ul><li>Les néo-classiques préconisent pour remédier au chômage de diminuer les salaires afin d’inciter les entreprises à embaucher. </li></ul><ul><li>Selon Keynes cette solution serait efficace si elle était appliquée par une seule entreprise : sa compétitivité augmenterait , elle gagnerait des parts de marché , sans que la demande effective globale ne chute </li></ul><ul><li>Mais toutes les entreprises adoptant le même comportement ( passager clandestin) ce qui est rationnel au niveau individuel peut générer des effets pervers au niveau collectif (relativisation de la main invisible d’A Smith) </li></ul><ul><li>En effet , comme toutes les entreprises baissent les salaires, la demande effective chute, les entreprises sont donc incitées à produire moins et à réduire leurs effectifs. On peut donc assister à une hausse du chômage </li></ul><ul><li>Le risque de cercle vicieux n’est pas à écarter comme l’a montré l’exemple de la crise de 29 </li></ul>
  9. 9. wr Y Z Z ZO ZD Yd=yo ZDd Chômage de départ (ZO-ZDd) ZO ZDd wr’ Y’d=Y’o Z’Dd Hausse du chômage (ZO-Z’Dd) Suite à la baisse des taux de salaire réels (passage de wr à wr’, la demande effective chute de Yd à Y’d donc la production diminue (de Yo à Y’o) bien que la rentabilité des entreprises ait augmenté. Les entreprises réduisent leur demande de travail de ZDd à Z’Dd) le chômage augmente Z‘Dd

×